AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Féminin Messages : 151
Age : 19
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   18th Juillet 2014, 01:15

spoiler:
 

Clac-clac. Le bruit des talons sur le parterre de pierre lisse. Clac-clac. Un petit bruit anodin qui en disait long. Clac-clac. Les pas étaient calmes, presque lents. Clac-clac. Celle qui marchait n'était pas presser.
C'est là qu'était tout le problème, l'énergique et virevoltante Lydie Rainsworth marchait doucement, elle n'était ni pressée, ni agitée, ni sautillante. Elle était perdue dans ses pensées. Oui, vous avez bien lu, la noble prenait le temps de réfléchir ! Et lorsqu'elle réfléchissait, elle s'inquiétait.

Là ! Une ombre ! Un homme, un chain ? Ce n'était ni l'un ni l'autre, juste son imagination.

Lydie quitta le petit couloir où elle se trouvait pour s'aventurer dans un autre plus large, plus fréquenté. Des hommes et des femmes, pour la plupart membres de Pandora, marchaient. Tous travaillaient, tous étaient agités. La jeune femme prenait garde à éviter les plus tête-en-l'air. L'énergie dégagée par les travailleurs semblaient abattre encore plus la jeune femme
Que faisait-elle ici, au QG de Pandora ? Elle était venue apporter à son père quelques lettres, dont celui-ci avait besoin, et qui étaient arrivées par erreur au manoir familial. Une fois sur place, on lui avait annoncé qu'il était parti ce matin et ne serait de retour que dans une petite heure. On ne lui avait pas expliqué ce qu'il faisait, elle n'avait pas cherché à savoir, elle n'avait pas grogné de mécontentement.

La demoiselle savait ce qu'il lui restait à faire : attendre. Elle aurait tout aussi bien pu laisser les lettres ici et repartir, mais cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vue son père, et aujourd'hui, elle avait du temps à perdre.
Ses pas la conduisirent à l'extérieure du manoir, dans la cour. Quelques membres de l’organisation étaient présents, elle ne prie pas la peine de regarder si elle les connaissait.

Les rayons du soleil réchauffaient son visage maussade. Pourquoi un tel air ? Il était le fruit de la peur et du désespoir.
La peur. Celle qui ne la quittait pas depuis avant-hier. La peur d'elle-même. "Et si.. Et si... Et si je n'étais pas capable de me contrôler ? Et si la folie me guettait ?"
Le désespoir. Celui-ci prenait sur Lydie des formes étranges : Une robe, toute en finesse et en ruban, bleu-vert, l'une de celle qu'elle ne pouvait mettre sans ronchonner. "C'est pas pratique !" ; "C'est long à mettre !"; "Impossible de l'attacher !" ; "je respire plus ! Vous pouvez pas me laissez mourir comme ça !". Et cette robe, source de tous ses petits malheurs, elle l'avait enfilé sans rechigner.

La Rainsworth marchait dans la cours sans but. Dire qu'elle errait aurait sans doute été plus juste. Ce joli petit fantôme en robe verte cherchait de quoi se changer les idées, elle aurait donner père et mère pour penser à autre chose qu'à sa journée avec Neal. Mais il suffit de s’interdire une idée pour qu'elle revienne au galop. Seule sa fierté la retenait de se cogner la tête contre un arbre, pas la peine de passer pour plus folle qu'elle ne l'était déjà.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 102
Age : 18
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   18th Juillet 2014, 10:00



"J'ai le sentiment que ça va être une longue journée..."

Le stylo grattait la feuille presque entièrement noircie par l'encre, à gestes répétés, lents mais réguliers et assurés. Les lettres, les mots, puis les phrases et les lignes se suivaient à l'infini tandis que les minutes s'écoulaient au fil du "tic tac" de l'horloge installée dans la pièce. Celle-ci n'était d'ailleurs meublée que de ladite horloge, de l'assortiment d'un fauteuil et d'un bureau tous deux en bois sombre et d'une étagère dont le contenu -d'innombrables piles de documents en tout genre- était parfaitement rangé ou presque. La paperasse s'accumulait également par dizaines sur le bureau au-dessus duquel était penché Lace, sa capuche rabattue sur son visage ainsi ombré. Un raie de lumière provenant de l'unique fenêtre, donnant sur la cour du QG de Pandora, venait éclairer le lieu en cette paisible journée. Le tout était relativement bien entretenu et l'atmosphère y était sereine, quoi qu'incitant au travail plutôt qu'au repos.

Lace posa soudain son stylo sur le bureau, plaça la feuille sur laquelle il écrivait l'instant d'avant sur le tas qui lui était dédié, puis s'affala profondément dans son fauteuil en poussant un soupir. Le regard apparemment aussi éteint que d'ordinaire, seuls quelques privilégiés auraient pu sentir la légère anomalie dans la lueur vive qui brillait dans ses yeux. Cette petite flamme vacillante qui brûlait faiblement et qui paradoxalement occupait l'entière concentration du garçon. La flamme nommée Fuyu.
Fuyu, la jeune fille qui était parvenue par on ne sait quel miracle à prendre son coeur. Et qui, plus surprenant encore, avait réussi à lui faire comprendre ce qu'il ressentait chaque fois en la voyant. Le petit déclic qui lui avait fait cerner l'origine de ses sentiments avait été aussi brusque que le temps à comprendre la chose avait été long. Résultat, depuis que lui et la demoiselle s'étaient plus ou moins bien expliqués suite à une dispute et des paroles blessantes pour l'un comme pour l'autre, il ne se passait pas une journée sans qu'il repense à ce baiser presque volé, à ces doux murmures ; il lui arrivait souvent de se demander si ce n'était là qu'un agréable rêve tant il avait du mal à y croire.

Robin, son meilleur ami, n'avait de toute évidence pas raté son changement de comportement à son retour, aussi infime soit-il. Et Lace, n'ayant pas voulu parler de ce qu'il s'était passé -pas encore, en tout cas, avait fini collé sous une quantité scandaleuse de paperasse et de rapports à remplir, parce que d'après son attentionné meilleur ami : "C'est une bonne chose de s'occuper l'esprit quand on a des problèmes qu'on ne peut pas régler dans l'immédiat". Si la théorie paraissait faisable et ma foi sage, la pratique plaisait beaucoup moins à notre marmotte. Il aurait juré que Robin avait profité de l'occasion pour lui refiler son propre boulot. Mais, comme cela partait d'un bon sentiment et qu'il était bien incapable de refuser l'aide innocente de son camarade, il avait fini par céder.
Et il avait passé les derniers jours enfermé dans cette pièce, à gratter indéfiniment le papier jusqu'à en avoir des crampes au poignet. Le tout dans l'espoir de détourner un tant soit peu ses pensées de Fuyu. Ce qui n'avait fonctionné qu'à moitié.

Quoi qu'il en fût, il avait à présent fini son travail et son esprit recommençait à vagabonder de-ci de-là de façon presque désagréable, car il n'avait plus aucun contrôle sur la direction que prenaient ses pensées. L'adolescent tiqua, tourna son regard vers la cour dans l'attente d'une occupation qui empêcherait son cerveau de cogiter de la sorte. Puis il écarquilla les yeux avant de les plisser presque instantanément sous le coup d'une surprise suivie d'un énorme doute.

Là, en bas, une silhouette aux allures quasi fantomatiques errait dans la cour. On aurait dit un mort au milieu des membres de Pandora, si actifs et pressés. Si cette véritable tâche sur le tableau pouvait déjà surprendre aux premiers abords, Lace en resta pantois lorsqu'il finit de l'identifier. Ces cheveux noirs aux reflets insolites, ces yeux violets anormalement perdus dans le vide, cette robe verte, et ces talons si inhabituels dans une de ces tenues... C'était Lydie. Ou le fantôme de Lydie. Car Lydie n'était jamais, ô grand jamais, dans un tel état de morosité. Elle était toujours vivante, joyeuse, souriante, bruyante... Tant que le garçon avait été plus d'une fois épuisé par l'énergie qui courrait dans les veines de la Rainsworth. Il se demandait presque s'il ne confondait pas la personne sous ses yeux avec la jeune noble.
Pourtant, non.

Lace se leva, toutes Fuyu imaginaires brutalement chassées de son esprit par une inquiétude nouvelle, et rejoignit la cour de sa démarche légère et feutrée. Il marchait plus rapidement que d'ordinaire, bien plus rapidement. Certains remarquèrent son empressement, mais aucun ne l'arrêta pour demander ce qui encourageait la marmotte à soutenir cette allure. Ce qui n'était pas plus mal ; à Pandora, les gens avaient fini par comprendre que quand l'adolescent se dépêchait, c'était qu'il y avait d'une façon ou d'une autre urgence et qu'il valait mieux ne pas lui faire perdre son temps en futilités.

De fait, Lace arriva rapidement et silencieusement auprès de Lydie. Si, de loin, il avait été particulièrement surpris par son air spectrale, il était littéralement choqué en la voyant de près. Il n'était même pas certain qu'elle avait remarqué sa présence tant elle semblait s'appliquer à entretenir l'expression dépressive qui peignait son visage.

Lydie, chuchota-t-il dans un murmure presque inaudible.

Le blond se plaça face à la demoiselle, de sorte à ce qu'elle identifie clairement celui qui venait de la tirer de ses pensées. Il affichait un sourire mi-figue mi-raisin -surtout inquiet à dire vrai- tandis qu'il découvrait un peu mieux le teint pâle et le manque de tonus de la Rainsworth.

N'usurpe pas les rôles, Lydie. C'est moi qui fait cette tête d'habitude.

Un Lace qui essayait de plaisanter pour alléger l'atmosphère, c'était aussi unique que de voir une Lydie déprimée au possible. La journée risquait d'être riche en surprises.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 151
Age : 19
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   10th Août 2014, 08:13

Si il y avait une chose qu'on ne pouvait pas reprocher à Lydie Rainsworth, c'était celle de faire les choses à moitié. Quand elle aimait, elle aimait sans compter ; Quand elle détestait, elle haïssait de tout son être ; Et quand elle déprimait... et bien elle paraissait plus fantomatique qu'humaine, disons qu'aujourd'hui l'expression de son visage n'aurait pas paru déplacer à un enterrement.
La jeune femme essayait pourtant de remonter la pente. Elle aurait tout aussi bien pu rester enfermé chez elle, elle y avait songé, et la proposition, elle devait l'avouer, était tentante. Mais ça aurait été s'avouer vaincu, et il en était hors de question. Donc, au lieu de errer dans son salon, Lydie errait dans les jardins de Pandora. Oui, au final ça ne changeait pas grand chose, il faut bien l'admettre...

Rien ne semblait trouver d'importance au yeux de la jeune femme, elle qui d'habitude s'émerveillait d'un rien. Aucun homme, aucune femme qui passait, ne semblait pouvoir la tirer de ses sombres pensées. Avant, elle se serait amusée à les regarder, à essayer de deviner leur caractère, leur vie, faisant les hypothèses les plus invraisemblables et riant de ses propres bêtises. Elle n'était se qu'on pouvait appeler perspicace, elle pouvait passer à côté de certains gros détails, mais elle avait de l'imagination. Cependant, aujourd'hui, elle ,e jouait pas. Elle était apeuré par cette folie qui rodait, et même le murmure de Lace, qui chuchotait son nom à l'oreille, n'arriva pas à l'arracher à ses cauchemars peuplés de monstres verts et de bancs multiplicateurs (bon, il est vrai qu'en soit, des bancs, ce n'est pas ce qu'il y a de plus terrifiant, mais quand ceux-ci se multiplient tout seuls sans raison, ça peut effrayer...).

Attendez...

Le murmure de Lace ?
Lydie ouvrit de grands yeux surpris en voyant le jeune homme se placer en face d'elle, le blond la regardait avec un petit air inquiet. Non, elle n'avait pas rêver, il avait bien parlé. Elle était tellement à côté de la plaque qu'elle n'avait même pas réagit à la présence du membre de Pandora.

- N'usurpe pas les rôles, Lydie. C'est moi qui fait cette tête d'habitude.

Lace. Réveillé. Qui faisait des blagues.
La Rainsworth sentie une nouvelle vague de désespoir la submerger. Voilà maintenant qu'elle hallucinait, elle en était sûre ! Le pourcentage de chance pour tomber sur le garçon, alors qu'il était censé travailler, et le voir en plus debout et cherchant à être drôle, devait être quasi-nul. Elle poussa un léger soupir, sa mine surprise s'envolant pour laisser de nouveau place à l'air fantomatique qu'elle abordait qu'elle instant plus tôt.
Elle laissa échapper une phrase, dans un murmure.

- Quand je vais raconter ça à Lace...

Quoique... Ce n'était peut-être pas une si bonne idée d'aller expliquer à son ami qu'elle l'avait aperçut alors qu'il n'était pas là. Ça l'inquiéterait, pire, ça pourrait l'effrayer. Oui, finalement c'était une très mauvaise idée, oublions ça tout de suite.

Lydie tapota le fantôme de Lace sur l'épaule avec lassitude et s'éloigna à pas lents.
...
Bon sang ! Elle l'avait toucher ! Il était là en chaire et en os !
Elle se retourna d'un coup en direction du jeune homme, semblant retrouver pendant une fraction de seconde son énergie.

- Lace ?! C'est toi ?

Sa voix tremblait légèrement. La demoiselle ne savait plus quoi penser. Elle était tellement obséder par le fait de devenir folle qu'elle semblait s'en convaincre elle-même. Voilà maintenant qu'elle arrivait à se persuader (et avec des arguments bancals en plus...) qu'elle rêvait alors que ce n'était pas le cas ! Jusqu'où allait-elle allez ?

[HRP : Je pars demain, donc je ne pourrais pas te répondre avant d'avoir de nouveau Internet (10 jours minimum, la rentrée scolaire au maximum) o/]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 102
Age : 18
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   10th Août 2014, 13:00



Je me demande...?

Lace fronça légèrement les sourcils devant le manque de réaction de Lydie. D'ordinaire, il se serait attendu à ce qu'elle lui saute dans les bras, ou sautille tout court d'ailleurs. Elle aurait dû s'extasier sur tout ce qui pouvait lui passer sous les yeux et laisser son imagination et son impulsivité naturelle dicter sa conduite et ses paroles. Dans le pire des cas ; et dans celui où, actuellement, elle se promenait avec des allures fantomatiques très réalistes, il avait pensé qu'elle tenterait de cacher ses malheurs derrière un sourire de façade et quelques mots faussement joyeux. Mais elle ne faisait rien de tout cela : c'était sûrement le pire dans l'interprétation de Lace. L'énergie qui l'animait d'habitude semblait l'avoir déserté. Complètement. Et, si ce détail déstabilisait déjà beaucoup l'adolescent, ce fut encore bien pire lorsqu'elle prononça quelques murmures pour elle-même. "Raconter ça à Lace", alors que le concerné se trouvait juste en face d'elle ? Il voulait bien croire que c'était inhabituel de sa part de tenter un trait d'humour ; il n'avait néanmoins pas pu s'en empêcher en voyant l'humeur maussade de son amie. Mais de là à réagir ainsi… Non, décidément, quelque chose ne tournait pas rond. Vraiment pas.
Cette impression s'accentua encore lorsque Lydie s'abandonna à un air las, tapota l'épaule du membre de Pandora, puis s'éloigna comme si c'était la chose la plus normale à faire. Pantois, le garçon fut tout bonnement incapable de réagir. Si son visage était redevenu inexpressif, il ne faisait aucun doute que la surprise qui l'accaparait vidait son cerveau de toutes ses pensées.

Brusquement, la demoiselle se retourna d'un bloc et le garçon eut, durant une fraction de seconde, l'impression de retrouver son amie telle qu'elle était d'ordinaire. L'illusion s'acheva cependant bien vite quand elle s'exclama d'une voix tremblante que… Lace était bien Lace.  L'intéressé écarquilla imperceptiblement les yeux, laissa quelques secondes s'écouler le temps que le choc passe, puis annonça de sa voix claire mais basse :

C'est moi.

Il inclina légèrement la tête sur le côté, l'air un peu intrigué. Il voyait difficilement qui cela pouvait être d'autre de toute façon ; et il ne connaissait pas une personne qui soit susceptible de lui ressembler, de près comme de loin. Des blonds aux yeux d'un beige presque surnaturel et au visage sans émotions, ça ne se rencontrait pas à tous les coins de rue. Il pouvait donc écarter d'office l'idée qu'elle l'avait confondu avec quelqu'un d'autre. Plus il y pensait, plus la chose lui semblait improbable, d'ailleurs.
Qu'est-ce qui pouvait bien expliquer cette étrange attitude, alors ?

Lace s'approcha en quelques pas vifs de la jeune fille pour ensuite poser doucement sa main sur le front de celle-ci ; rien. Elle n'avait visiblement pas de fièvre et, outre ses airs spectraux, elle ne paraissait pas vraiment malade. Il poussa un soupir déconfit puis libéra l'espace personnel de la jeune fille en reculant à distance respectueuse.
A force de se triturer les méninges de la sorte, le membre de Pandora sentait presque venir un mal de tête. Les heures passées à remplir la paperasse ne lui avaient jamais beaucoup réussi.

Il s'est passé quelque chose ? Interrogea Lace plus sur le ton d'une demande de confirmation que comme une simple question.

Il était évident qu'il s'était passé quelque chose. Le garçon n'était pas dupe, encore moins avec quelqu'un d'aussi facile à lire que Lydie. Sans raison valable et très, très importante, elle ne perdait jamais son énergie habituelle, elle ne cessait jamais de bondir dans tous les sens comme un lapin et de parler à tord et à travers. A dire vrai, plus Lace y réfléchissait, plus il avait l'impression qu'il allait devoir s'attendre au pire : il en fallait tellement pour anéantir son amie, il était bien placé pour le savoir. Après tout, c'était bien lui qui essayait en temps normal d'apprendre à la demoiselle de canaliser son énergie. Dieu seul savait à quel point il pouvait passer du temps à imaginer toute sorte de moyens pour l'épuiser ou la rendre plus calme. Il n'y était jamais parvenu.
Alors qu'est-ce qui pouvait bien la mettre dans cet état ?

Si… Tu as besoin, tu sais que tu peux compter sur moi.

Lace toussota. S'il faisait un bon confident de part sa nature, il n'était pas habitué à encourager autrui à lui soumettre leurs problèmes : il écoutait les gens lui parler s'ils le souhaitaient, et les laissait se taire s'ils n'en avaient pas envie. Le seul problème, c'était que la situation actuelle n'avait de toute évidence rien d'habituel.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 151
Age : 19
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   24th Août 2014, 11:14

Il sembla soudain à Lydie que le monde tournait encore un petit peu rond.
"Lace était bien Lace". Malgré son étrangeté, cette phrase était aussi inquiétante que porteuse d'espoir. Inquiétante, car elle prouvait que Lydie cherchait elle-même à se convaincre qu'elle hallucinait. Porteuse d'espoir, car la Rainsworth n'avait pas été sujet à des illusions de son esprit.
Inquiétude et espoir, ses deux sentiments se mêlaient en elle, la noble ne savait plus quoi penser. Elle se débattait intérieurement, cherchant à s'appuyer sur le maigre espoir qu'elle possédait, mais la peur revenait à l'attaque, vicieusement. Ce n'était pas normal, elle n'était pas comme ça, elle était plus forte, hein ?! Non... Elle n'était pas capable de se battre contre elle-même... Elle voulait hurler, elle n'en pouvait plus de ces questions, elle n'avait jamais connu ça ! Elle voulait pleurer.

- C'est moi.

Le garçon avait marqué un temps avant de répondre, mais la jeune femme ne l'avait pas remarquer. Elle voulait remercier Lace d'être vraiment là. Mais peut-on remercier les gens de ne pas être de simples illusions ?

Lace s'approcha d'elle, lui posant une main sur le front. La demoiselle le laissa faire, elle ne craignait rien de lui. Son action tira même un petit sourire amusé à la Rainsworth, il était donc inquiet pour sa santé ?

- Je ne suis pas malade.

Si c'était aussi simple, elle n'aurait qu’eut à prendre des médicaments et à rester allongée une journée ou deux. Mais pour son problème actuel, les cachets donnés par Neal ne semblaient pas avoir grand effet, elle continuait cependant à les avaler, par précaution. Peut-être que les problèmes de l'esprit ne guérissaient pas aussi vite que ceux du corps ? Qu'en savait-elle après tout ? La noble ne s'y était jamais vraiment intéressée. Il serait peut-être temps de s'y mettre...

Le membre de Pandora s'écarta d'elle et lui demanda s'il s'était passé quelque chose. Lydie savait parfaitement que tout dans son comportement le prouvait. Il faut dire qu'en temps normal, elle n'était pas très discrète sur ses humeurs et ses sentiments, mais ces derniers jours, cette tendance s'était aggravée.

Que devait-elle répondre ? Elle n'était pas sûre de vouloir en parler. Elle ne savait pas où était son problème dans tout ça. Où était le rêve ? Ou était la réalité ? Que pouvait y faire Lace ? Il n'avait rien à voir dans tout ça. Devait-elle lui mentir ? Non, il la grillerait tout de suite. Que devait-elle avouer ? Elle n'avait rien à confesser, juste une peur envahissante qui la grignotait comme un petit beurre.

Lydie ouvrit la bouche pour parler, la referma, haussa les épaules, sourit, ouvrit à nouveau la bouche. La referma.
Où était-donc passé sa voix forte et sûre d'elle ? Bordel !! Qu'est-ce qu'elle était devenue ?! On ne perd pas son énergie comme ça !
Lydie ouvrit la bouche.

- Oui. Tu sais bien que je ne peux pas me tenir tranquille plus de deux jours.

*Lamentable...*
Sa voix semblait manquer d'air aussi bien que de motivation. Quand au sourire amusé qu'elle avait voulu donner à Lace, il n'était qu'une ébauche, il ne valait mieux pas s'attarder sur le sujet.

La Rainsworth se faisait presque honte, incapable de sourire complètement... Elle baissa les yeux, les gardant droits devant elle pour éviter de croiser le regard de Lace. Ce dernier tenta une autre approche, lui assurant qu'elle pouvait compter sur lui. La légère toue qui suivit fut prit comme une hésitation par Lydie. Il est vrai que d'habitude c'était plutôt la demoiselle qui le bombardait de mots et de paroles (parfois logiques, parfois un peu moins), il ne devait pas se sentir à l'aise dans la situation actuelle. Cependant, la Rainsworth ne pouvait que lui en être reconnaissante pour ses paroles, elles étaient comme un petit rayon de soleil, et même si ses doutes étaient toujours présents, sentir l’appui d'un ami lui faisait du bien.

- Merci.

C'était bien peu de mot pour exprimer sa reconnaissance. Les paroles de Lace lui avaient donner un petit peu de courage, celui qui lui manquait pour demander l'essentiel. La question lui vint, comme une évidence, et elle s'accrocha à ce semblant de vitalité, à peine l'ombre de ce qu'elle possédait d'habitude, pour parler.

- Si ça ne te gène pas, j'aimerais te poser une question.

Vite, vite. Parler, avant que la peur ne revienne et que de nouveau les mots se bloquent dans sa gorge.
Au passage, la demoiselle semblait plus s'adresser aux boutons de l'uniforme de Lace qu'à l'homme en lui-même, de peur qu'il s'évapore si elle levait les yeux sur lui.

- Pour toi, quand est-ce qu'on devint fou ?

Sans aucun doute, la question était bancale, effrayante. Il ne fallait pas être saint d'esprit pour demander une chose pareille, et elle ne l'était pas, n'est-ce pas ?
Elle ne voulait pas raconter son aventure à Lace, elle ne le pouvait pas, se serait lui prouver qu'elle devenait tarée. Mais elle voulait son avis quand même. Tout ça n'était absolument pas logique. La seule chose qu'elle avait pu faire, c'était poser la première question qui s'était imposé à son esprit. Comme quoi, malgré tout, certaines choses ne changent jamais !

HRP:
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 102
Age : 18
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   25th Août 2014, 07:17



Ca s'annonce... Compliqué

C'était étrange… Tellement étrange. Tout avait des airs d'étrangeté au fur et à mesure que Lace remarquait les détails anormaux dans le comportement de Lydie. C'était pire encore lorsqu'il les comparait à "d'habitude" : pas de bonds joyeux, pas de surexcitation épuisante, pas d'avalanche de discours plus ou moins pertinents, pas de sourires à tout va,… Non, il n'y avait rien de tout cela. Elle ressemblait tant à fantôme, avec cette expression morose et complètement abattue qui s'accrochait résolument à son visage. Elle paraissait complètement perdue et évitait de croiser le regard du garçon ; il était évident que c'était volontaire de sa part si elle s'obstinait à fixer un point imaginaire plus ou moins éloigné de ses yeux aux nuances claires du beige.
Il aurait presque cherché à attirer son attention par quelques mouvements si elle n'avait pas ensuite assuré qu'elle n'était pas malade. Lace se pinça imperceptiblement les lèvres, d'une certaine manière plus inquiet encore que si elle avait été simplement victime d'une maladie quelconque. Cela signifiait qu'elle était atteinte moralement et non physiquement -voire peut-être le problème atteignait-il les deux-, que quelque chose de réellement bouleversant pour la jeune fille avait dû se produire. C'était véritablement inquiétant ; préoccupant même.

Et ce semblant d'énergie qu'elle tenta de montrer suite à un silence morbide ! Lace était peut-être nonchalant, paresseux ou autre en apparence, mais il n'en demeurait pas moins vif d'esprit. Il en faudrait plus pour le tromper, surtout si cela concernait une personne qu'il commençait à bien connaître à force de la côtoyer.

Lydie remercia ensuite le membre de Pandora d'un air plus affligé encore qu'il ne l'aurait cru possible, puis enchaîna vaguement sur une requête qui redonna un semblant d'espoir à Lace. Si elle voulait lui poser une question, ladite question lui apporterait certainement à lui un début de réponses aux interrogations qui se posaient actuellement. De plus, se confier ferait peut-être un peu de bien à la demoiselle si déprimée. Raison pour laquelle, sans hésiter plus longtemps que nécessaire, l'adolescent acquiesça d'un hochement de tête et écouta avec une attention toute particulière la demande de la Rainsworth malgré ses airs endormis .
Il ne tiqua pas, ne réagit pas. Extérieurement, du moins. Car, avec une question comme celle-ci, il était difficile de ne pas déduire ce qui rendait l'état de la noble si catastrophique. Et de ne pas sentir cette inquiétude grandir encore et toujours. Ce pourquoi Lace prit un soin tout particulier à formuler sa réponse, une fois celle-ci trouvée à force de se triturer les méninges. Ce n'était pas comme s'il devait répondre à de telles interrogations tous les jours.

Quand plus rien n'est normal autour de soi, mais que justement cela nous paraît logique. Et qu'on ne se demande justement plus si on est fou parce qu'on est persuadé que cela va de soi. C'est très subjectif la folie, tu sais. Articula-t-il lentement comme s'il craignait de provoquer une explosion au moindre faux pas ;  ce qui en soi n'était peut-être pas si loin de la vérité.

Lace laissa ensuite un instant Lydie se plonger dans ses pensées dépressives ; du moins était-ce l'impression qu'elle donnait.

Puis, sur un coup de tête en fin de compte plus ou moins prémédité, il prit la main de la demoiselle dans la sienne avec une délicatesse exacerbée, comme s'il craignait de la briser en serrant trop fort. Il resta un moment ainsi, hésitant, puis la tira finalement doucement dans sa direction tandis qu'il commençait à marcher vers le bâtiment de Pandora. Il la fit entrer et, de là, il se dirigea aussi vite qu'il se le permettait avec la demoiselle sur les talons vers la pièce dans laquelle il avait passé les quelques derniers jours à travailler. Une fois à l'intérieur, il ferma la porte à clé derrière lui afin que personne ne les dérange, avant d'enfin se tourner vers la noble. Le garçon n'avait toujours pas lâché sa main, et, de fait, profita de cette prise pour attirer son amie contre son torse et lui caresser la tête à gestes lents et répétés, doucereux. Il n'exerçait aucune pression dans cette position, de sorte que Lydie puisse se dégager à tout instant si elle n'avait pas envie de cette étreinte qui se voulait réconfortante. "Se voulait" car, en effet, l'adolescent était aussi peu habitué à initier les contacts qu'à consoler les gens de cette manière ; il supposait néanmoins que ce soit ainsi que la jeune fille se sentirait le plus apaisée, sans pour autant être certain de la chose.

Que s'est-il passé, Lydie…? Insista-t-il vaguement dans un murmure au bout d'un moment, se gardant bien de lui demander si elle se pensait folle ou non.

Voir quelqu'un qu'il appréciait dans cet état ne lui donnait qu'une envie : celle de l'aider, l'aider à se sentir mieux et à régler ses problèmes. Seul bémol dans ce désir naïf, c'était que Lace n'avait fichtrement aucune idée de ce qui provoquait l'émoi de la Rainsworth. Lydie allait devoir remonter à la source de ses maux si elle souhaitait que le garçon lui vienne en aide. Et, ma foi, si elle préférait véritablement se débrouiller seule, le membre de Pandora ne la forçerait en rien.

Hrp:
 


Dernière édition par Lace Whiters le 13th Septembre 2014, 01:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 151
Age : 19
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   7th Septembre 2014, 06:55

Lydie ne regrettait pas ses paroles. Elle avait poser la question qu'elle souhaitait, et tant pis pour son étrangeté. Après tout, Lace avait hoché la tête, c'est donc qu'il était prêt à écouter ses interrogations.
La jeune fille n'avait toujours pas levé les yeux vers lui, attendant une réponse qui fort heureusement pour elle vint avec calme. En effet, voir Lace paniqué aurait été tout simplement effrayant tant cela aurait été inhabituelle. C'est donc principalement le ton de la voix qui eu un effet rassurant sur la Rainsworth.

On ne pouvait pas en dire autant sur le contenu de la réponse. "Quand l'anormal nous semble logique", voilà ce qu'elle tira du début des explications de son ami. Rien de rassurant en somme, cela la glaça même d’effroi : Tout à l'heure, alors qu'elle était persuadé de voir en Lace une sorte de fantôme, elle lui avait tapoter l'épaule comme si cela allait de soi ! Alors que lors de son après-midi avec Neal elle s'était inquiété de voir toutes ses choses étranges, aujourd'hui elle considérait comme logique ses délires ! C'était ça, hein ? Elle ne se trompait pas ?
La seconde partie de l'explication lui revint aux oreilles "on ne se demande justement plus...". Mais elle, elle se posait encore des questions ! Donc il y avait de l'espoir ! Tous ses changements d'humeurs commençaient à devenir fatiguant, elle semblait incapable de s'arrêter sur une idée fixe.

La Rainsworth était plongée dans ses pensées contradictoires et en oublia de répondre à Lace, qui avait pourtant fait des efforts pour lui donner son point de vue. Alors qu'elle pesait encore le pour et le contre, le membre de Pandora lui prit la main. Il mit tellement de délicatesse dans son geste qu'elle failli repousser son contact. De quoi avait-il peur ? Elle n'était pas en sucre ! Ce petit sentiment de fierté lui fit enfin lever la tête et elle remarquera le regard hésitant que le jeune homme portait sur elle. La noble sera de sa petite main celle, plus grande, de son ami. Elle mit dans son geste plus de force, en opposition à la douceur exacerbé dont Lace avait fait preuve. Elle ne voulait pas lui faire mal, simplement lui faire comprendre qu'elle n'allait pas se briser.

Lydie ne savait quoi dire, trop occupée qu'elle était à ressasser les paroles de Lace, à les analyser, les disséquer, les comparer à sa situation. Ce fut Lace qui se décida à agir, la tirant derrière lui tandis qu'il rentrait dans les bâtiments de Pandora. La demoiselle ne protesta pas et le suivit. Elle quitta un instant ses pensées pour regarder le blond qui marchait, légèrement devant elle. Il lui semblait plus grand. Était-ce le garçon qui avait grandi, ou bien elle qui avait perdu en si peu de temps l'habitude de regarder les gens dans les yeux ? Elle connaissait la réponse à cette question et détourna son regard du jeune homme, honteuse. Pourquoi lui semblait-il aujourd'hui plus grand, plus vieux qu'elle, alors que des deux, c'était elle l'adulte ? Voilà qu'elle commençait à réfléchir sur sa maturité, décidément, la folie ne lui allait pas.

Le membre de Pandora la conduisit dans une salle de travail, et ferma la porte derrière lui. Il se tourna finalement vers elle et contre toute attente de la part de la demoiselle, l'attira doucement contre lui, caressant lentement la tête. Lydie se raidit immédiatement, prise par surprise tant cette action de la part de Lace était inhabituel. Comprenant qu'il cherchait simplement à la réconforter du mieux qu'il pouvait, la jeune femme se détendit. Même si le garçon continuait à la tenir comme si elle était faite de porcelaine, elle ne parvenait pas à le lui reprocher. Comment aurait-elle pu reprocher quoi que ce soit au blond en ce moment-même ? Alors qu'il faisait preuve d'une telle gentillesse.
Méritait-elle vraiment un ami comme lui ? Alors qu'elle se découvrait bien plus faible qu'elle l'avait toujours cru. Alors qu'elle était sans doute dangereuse. Alors qu'elle pouvait le blesser si un autre de ses fantômes de monstres ou de banc revenaient, après tout, elle avait sorti un poignard la dernière fois ? Alors qu'elle se persuadait d'être folle ?

La voix de Lace la tira à nouveau de ses pensées, cela semblait être devenu son rôle. Lydie se concentra sur la situation, et se rendit compte qu'avec sa chance son père était capable d'ouvrir la porte et de la découvrir elle, avec une tête plus qu'inquiète, dans les bras d'un homme, aussi jeune soit-il. Puis elle se rappela que la porte avait été fermée à clé par l'adolescent, et qu'il n'y avait donc pas de menace de mort qui pesait sur eux. Elle pouvait rester comme ça encore un peu, et cela la rassura, car aussi hésitante et étrange (aux yeux de Lydie) soit l'étreinte du jeune homme, elle devait admettre que pour une fois, son calme était rassurant.
Le blond lui demanda dans un murmure ce qu'il s'était passé. La Rainsworth eu un rire bref et triste. Elle ne pouvait pas lui raconter sa journée avec Neal, ça la mettait trop mal à l'aise, le souvenir était encore trop vif dans son esprit. Et puis ce n'était pas la journée en elle-même qui inquiétait la jeune noble, c'était ce qui en découlait, ce qu'elle soupçonnait sur son propre compte.

- Tu me prendrais pour une folle...

Elle avait pris sa décision. Elle ne lui raconterait pas cette journée.
Elle hésita un instant, laissant un silence entre deux de ses phrases. Encore une chose inhabituelle.

- Même si je pense que je le suis...

Nouveau silence, aussi hésitant que le précédant.
Les deux phrases qu'elles venaient de prononcer n'avaient pas vraiment de concordance, les mots étaient mal employés, mais elle ne s'en rendit pas compte.

- A vrai dire je ne sais pas...

Elle se faisait l'impression d'une enfant dans les bras d'un de ses parents.

- Je voudrais simplement pouvoir arrêter d'y réfléchir et être capable d'en rire un bon coup...

C'était tout ce dont la demoiselle avait besoin. C'était tout simple et idiot mais elle n'y arrivait pas.
HRP:
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 


Dernière édition par Lydie Rainsworth le 28th Septembre 2014, 03:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 102
Age : 18
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   13th Septembre 2014, 02:04


Peut-être, peut-être...

Lace serrait doucement Lydie dans ses bras, comme s'il craignait de la briser s'il mettait trop de force dans son geste.
D'ordinaire, il ne savait pas si elle aurait apprécié un tel contact, ou la façon soudaine et peut-être trop tendre dont il s'y prenait ; mais d'ordinaire, il n'aurait jamais fait une telle chose. Il initiait rarement les accolades, encore moins lorsque sa compagnie se révélait elle-même particulièrement tactile : il lui suffisait alors de s'adapter à la situation et au caractère, ce qui n'était en soit jamais bien compliqué. Il lui suffisait d'être spontané, naturel, de ne pas chercher les câlins mais de ne pas les fuir non plus. C'était sa façon à lui de se comporter face à ceux qui appréciaient tant exprimer leur amitié à travers des cajoleries si… Si collantes ; mais pas si désagréables.
Seulement, pour que Lace agisse de lui-même, enroule de son propre chef ses bras autour de la fine taille de son amie -de la noblesse qui plus est-… Il fallait vraiment poser des circonstances exceptionnelles qui engendraient des situations tout aussi uniques.
Il fallait vraiment que la jeune fille se sente affreusement mal et refuse tout d'abord de s'expliquer à Lace pour qu'il ne trouve d'autre moyen pour la consoler qu'un contact aussi chaleureux qu'il le pouvait et plein de bonne volonté. Encore maintenant, il sentait les muscles tendus de Lydie contre lui, et il était particulièrement attentif au fait qu'elle ait eut l'air de se sentir plus à l'aise lorsqu'il lui avait offert cette étreinte. Elle ne la lui rendait d'ailleurs pas, cette étreinte ; mais ça ne faisait rien. Tant que cela l'apaisait un tant soit peu, c'était tout ce qui comptait.

De fait, Lace patienta encore quelques instants, se demandant si la Rainsworth allait répondre à ses si nombreuses interrogations -dont il n'avait exprimé qu'une question- ou si elle allait entretenir ce silence presque religieux sans volonté de lui expliquer le pourquoi de son état. Il se dit que, de toute manière, ce n'était pas à lui de la forcer à se confier si elle n'en avait pas envie. Si elle ne voulait pas qu'il l'aide à régler ses problèmes, il pouvait alors simplement essayer d'en atténuer les douleurs. Il se voyait mal faire mieux dans la situation actuelle, d'autant qu'il était plus à l'aise lorsqu'il aidait plus classiquement autrui à régler ses soucis plutôt que lorsqu'il devait consoler sans rien savoir. C'était aussi un peu frustrant aussi : il ne savait pas ce qu'il aurait donné pour que Lydie redevienne aussi souriante et énergique qu'à son habitude. Il était prêt à faire beaucoup d'efforts pour l'aider ; il était toujours prêt à faire beaucoup d'efforts pour aider ses proches. Mais si on ne lui disait rien, il ne pouvait rien faire, de toute évidence.
Tout autant qu'il ne la forcerait pour rien au monde.
C'était donc une impasse quelque peu fâcheuse mais dont il allait devoir se contenter.

Puis, contre toute attente, la jeune fille prit enfin la parole. Lace lui prêta une oreille particulièrement attentive pendant qu'elle s'exprimait, faisant marcher son cerveau à toute allure pour interpréter et deviner autant de choses que possible en ces quelques phrases. La première conclusion ne faisait que confirmer ses premières hypothèses : elle se croyait folle. Pourquoi, il n'en avait aucune idée. Elle n'avait fait aucune allusion aux origines d'une telle certitude. Et, c'était tout aussi important, elle avait envie de rire de sa propre situation, de s'en sortir. Cela laissait au moins le luxe à l'adolescent de penser qu'il y avait encore de l'espoir : elle avait la détermination, aussi fragile soit-elle, de régler ses problèmes, d'échapper à cette morosité qui l'habitait et à cette aura fantomatique qui émanait de tout son être.
Juste avec cela, Lace comptait bien l'aider, même si ce n'était qu'un tout petit peu.

L'air bourru, il s'écarta un peu de Lydie. Une de ses mains étaient toujours posée contre son dos ; l'autre, en revanche, il la porta vers le front de la demoiselle où il lui fit simplement une pichenette.

Et tu espères qu'en errant dans Pandora comme un fantôme, ça t'aidera à ne plus y penser ? Je t'imaginais plus futée. C'était une question rhétorique, pourtant le garçon n'aurait pas été surpris que Lydie tienne à s'expliquer. C'était ce qu'elle ferait, en temps normal, pensait-il.

Lace se détacha finalement complètement de la demoiselle et recula d'un pas, juste ce qu'il fallait pour reprendre son espace personnel sans trop s'éloigner. Les contacts prolongés de son propre chef, ce n'était pas non plus sa tasse de thé. Même si pour le coup, il avait fait quelques efforts.

Tu n'es peut-être… Non, tu n'es vraiment pas tombé sur la personne pour rigoler un bon coup, constata-t-il simplement. Mais sois sûre d'une chose, tu auras toujours des amis qui pourront s'occuper de ça.

Il était rare pour l'adolescent de parler autant, de ressentir le besoin de s'exprimer -même s'il n'avait pas pour but de se satisfaire lui-même mais plutôt de consoler la jeune fille. Dans ce genre de cas néanmoins, il était obligé de passer par là.

Lace planta ses yeux dans ceux de la demoiselle, espérant ainsi mieux capter son attention.

Et c'est justement ce dont tu as besoin, je pense. Rester seule ne te réussit pas Lydie ; peu importe l'état dans lequel tu peux te trouver. Il laissa passer un petit silence avant de rependre. Ce n'est pas une faiblesse que d'avoir besoin d'aide.

Cela au moins, c'était un point dont il était sûr. Lydie était de ces gens particulièrement sociables pour qui la solitude était une chose étrangère. Et, à moins qu'elle ne cache une personnalité profondément solitaire et surtout profondément bien cachée, il ne lui semblait pas qu'elle puisse aller mieux en ruminant ses problèmes dans un coin, sans demander de l'aide à qui que ce soit.

Aussitôt que cette pensée traversa son esprit, Lace sentit comme un déclic dans son esprit. Déclic juste ou faux, il l'ignorait : mais il ne tarderait pas à le savoir.

De quoi as-tu peur ? Demanda-t-il de but en blanc.

Peut-être était-ce la bonne question à poser, peut-être était-il à côté de la plaque ; grand bien lui fasse. Lace était un intuitif et se savait vif d'esprit lorsqu'il en prenait la peine : or, il en prenait actuellement la peine et jugeait donc qu'il pouvait se  risquer à avancer des idées sorties de nulle part -ou presque.
Après tout, si elle restait seule, n'était-ce pas pour une raison précise ? Elle ne pouvait pas vouloir s'isoler sous prétexte qu'elle déprimait, n'est-ce pas ? Peut-être la fierté n'était-elle pas la seule en cause dans cet isolement. Peut-être craignait-elle davantage de choses que Lace pouvait l'imaginer.

[spoiler=Hrp]Ne t'inquiète donc pas va, ton post est super, on sent bien l'état fragile de Lydie et tout et tout ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 151
Age : 19
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   28th Septembre 2014, 03:18

Cette capacité à rire de tout, à voir le bon côté des choses, Lydie l'avait perdu il y a quelques jours seulement, mais ça avait suffit à faire d'elle cette espèce de cadavre ambulant que Lace tenait serré contre lui. Elle essayait de se persuader qu'elle n'était pas une simple petite chose fragile, mais il lui était bien difficile d'y croire le matin, quand elle se regardait dans le miroir et qu'elle croisait son regard dépourvu de cette étincelle de joie à la limite de la stupidité, mais qui faisait d'elle quelqu'un d'entier, de motivé.
Elle voulait retrouver cette joie, c'était ce qu'elle venait d'avouer à Lace, comme on avoue une faiblesse.

Le garçon s'écarta légèrement d'elle, la tenant toujours. La jeune noble ne savait pas trop à quoi s'attendre à vrai dire, le membre de Pandora n'était pas du genre à sortir des jeux de mots stupides, ni à faire des devinettes (et si il se mettait à en faire, aucun doute que la Rainsworth s'enfuirait en courant). La pichenette qu'elle reçu sur le front fut donc une surprise pour Lydie qui leva les yeux vers son ami avec un air étonné, voilà que Lace se mettait à lui poquer le front maintenant ! Le geste eu pour effet de lui faire quitter son air triste et faillit presque lui tirer un sourire. Petite victoire pour le jeune homme ?
Le jeune homme en question prit la parole pour faire remarquer à la Rainsworth qu'elle n'avait aucun intérêt à hanter Pandora de cette façon. La réaction de la demoiselle ne fut pas un symbole de vivacité mais au moins en eu-t-elle une, ce n'était déjà pas trop mal. Et c'était une preuve qu'il lui restait suffisamment d’énergie et d'amour-propre pour justifier ses choix.

- Non... Je suis simplement venue voir mon père.

A la suite de cette mini-conversation, Lace la relâcha finalement. Lydie pouvait supposer sans risque de se tromper qu'il n'était pas habituer à ce genre de contact, et en ce qui concerne la Rainsworth, si les étreintes ne la dérangeait pas, elle ne leur courrait pas après en ce moment.
Le jeune homme parla de nouveau, et cette fois parvint, sans doute involontairement, à tirer un sourire à son amie. Elle n'était pas tomber sur la bonne personne pour rire un bon coup ? C'est sûr qu'on faisait plus bout-en-train que le garçon en face d'elle, et il avait une façon de l'admettre, de le constater plutôt, tellement calme que ça en devenait comique ! Premier sourire de la journée ! Miracle ! Bon, c'était un petit sourire, un tout petit, qui s’effaça assez vite, mais il était sincère et joyeux, et le comique involontaire de Lace avait adoucit les traits de la jeune femme.

Lace planta ses yeux dans les siens, elle faillit fuir son regard et se rattrapa in extremis, se giflant mentalement de sa lâcheté. Qu'avait-elle à craindre du blond ? Pouvait-on faire moins malveillant ?
Le jeune homme énonça sur un ton calme plusieurs vérités. Des vérités que Lydie connaissait bien, mais qu'elle avait ses derniers temps du mal à mettre en pratique. Rester seule n'était pas dans son ADN, elle le savait bien. C'était quand elle était entouré de solitude qu'elle se sentait le plus apeuré, quand ses pensées étaient libres de tout imaginer.  Pourtant, la solitude était la seule solution qu'elle voyait pour ne pas craindre de blesser les autres. Elle ne savait de quel côté aller, les deux possibilité l'effrayaient. Le membre de Pandora se trompait sur son interprétation, elle n'avait pas honte d'avoir besoin d'aide. Oui, pour elle avoir besoin d'elle était une faiblesse, mais elle était capable de mettre sa fierté de côté pour demander de l'aide à ses amis. La jeune noble avait peur de leur faire mal, c'était ce qui la bloquait.

- De quoi as-tu peur ? Demanda soudainement Lace.

D'instinct, effrayé, le regard de Lydie fuit celui du blond. Il avait à peine prononcer la dernière syllabe de sa question que déjà la Rainsworth fixait le parquet, complètement paniquée, le rythme cardiaque bien trop élevé. Il lisait dans  ses pensées ?! Elle était si transparente que ça ?! La noble inspira un bon coup, pour ce calmer. Il était vif d'esprit tout simplement, ou doter d'un bon instinct, elle devrait le savoir depuis le temps qu'ils se connaissaient.

- Co... Comment est-ce que tu...

Bégaiements. C'était une catastrophe. Elle ne s'était jamais sentie aussi minable.
Lydie se tue, triturant de sa main droite le bracelet d'argent qui lui cerclait le poignet gauche sans s'en rendre compte. Elle essayait de voir les choses d'une manière calme. C'était évident qu'elle avait peur, tout son être le criait. Elle pouvait... Peut-être que ça... Enfin, elle pouvait bien le dire à Lace. Avoir peur de blesser les autres, ce n'était pas prouver qu'on était fou. Elle n'était pas obligé de tout lui expliquer, mais ça... Elle pouvait bien ? Non ?
Il ne lui restait plus qu'à formuler tout ça, à faire des phrases logiques. Sujet, verbe, complément.

- Tout à l'heure, je t'es tapoté l'épaule, tu t'en souviens ?

Il aurait été bien surprenant que le garçon l'oublie en si peu de temps, mais la jeune femme semblait être revenue à son état d'origine, à douter de tout.

- J'aurais aussi bien pu te donner un coup de poing...

Elle aurait voulu dire "un coup de couteau", elle n'en avait pas eu le courage. Il ne restait plus au jeune homme qu'à interpréter les paroles de la Rainsworth et à les prendre dans le bon sens. Ce manque de clarté dans les explications de Lydie n'étaient pas volontaire, mais il était sûr que ça pouvait être gênant pour le pauvre garçon debout en face d'elle.  
.
Hrp:
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]   Aujourd'hui à 16:59

Revenir en haut Aller en bas
 

Une scéance chez le psy aux frais de Pandora [PV Lace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ QG de Pandora :: ♠ Extérieur :: ♠ Cour-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit