AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Un jour j'aurais de la chan.....un dédoublement de personalité ?! [Pv Michi ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 104
Age : 23
Personnages préférés : Leo ! Revis, Gilbert, Vincent, Oz, Elliot
Double comptes : Kurana Barma


MessageSujet: Un jour j'aurais de la chan.....un dédoublement de personalité ?! [Pv Michi ♥]   25th Juin 2014, 03:09

Une journée calme ? Oui c’est ce qu’il semble se présenter devant les yeux bleu de Lyria. La demoiselle tourne un peu en rond dans sa chambre, enfin celle de son Chain quand même. Toujours pas très bien à sa place dans ce nouveau lieu… Les Baskerville veulent du mal ? Pourtant la demoiselle ne veut pas de mal, c’est assez complexe comme situation quand même, bien que pourtant la femme est bien obligé, son Chain fait partie des Baskerville…. Aucune issue !

Pourtant comme pour oublier cette idée d’enfermement, ou de chaine qui la coule dans les ténèbres, la femme soupir un peu et fouille un peu dans ses affaires, pour partir enfin de cette chambre qui l’irrite un peu. Un peu d’air ne fait pas de mal à une mouche comme on dit, réajustant ses couettes, la demoiselle avance doucement. C’est un long chemin pour se rendre à la capital, mettant une capuche pour cacher un peu quand même ses cheveux, car c’est trop voyant une tête pareil, surtout quand la famille Bezarius la cherche pas mal, surtout son père adoptif… Cette vie de fuite est vraiment épuisante.

Mais alors qu’elle arrive enfin dans la rue marchande qu’elle a toujours aimé pour ses robes toutes mignonnes, et ses pâtisseries toujours aussi bonne, la femme avance rapidement, esquivant un peu la foule quand même. Après tout percuter quelqu’un n’est pas une bonne idée… Bon aller on tente d’aller voir quoi ? La femme cherche un peu quand même où aller, car elle n’a pas d’objectif particulier en fait, sortir oublier, mais faire quoi aussi ? C’est tellement compliqué comme situation en fait. La rouquine regarde en avançant tranquillement jusqu'à ce qu’elle percute quelqu’un et perd un peu l’équilibre pour finir sur le côté et tombe sur un stand qui casse plusieurs vases….

« Oups…. »

Quand elle vu la tête de la bonne femme, Lyria n’a pas réfléchit et est vite partie en courant, genre je tiens à la vie quand même. Oh moins, elle sait courir vite la Lyri. Essoufflé plus loin, contente qu’elle ne l’a pas poursuivit, la femme  secoue sa robe pleine de reste de céramique, les pauvres vases… Soupirant un peu, l’ex-Bezarius avance doucement pour faire plus attention quand même, mais c’est alors qu’elle se prend les pieds dans un pavé pour finir cette fois par écraser plein de tomates d’un commerçant fier de ses légumes…. La demoiselle lève la tête pour regarder le regard bien assassin de cet homme… Aussi vite que l’autre la femme, la pas douée court encore une fois, la chance n’est jamais avec elle en fait…

Encore une fois essoufflé, Lyria regarde l’état de sa robe cette fois bousillé… Déprimant un peu, la Baskerville avance doucement pour aller dans une boutique, faisant attention de ne rien salir quand même. Prenant une autre robe et se changeant, pas de soucis pour cette fois, jusqu'à se qu’elle se mange la porte fenêtre en pleine figure et la pète…. Non mais là c’est de l’acharnement !

« Mais c’est pas vraiiiii !! »

Ouvrant la porte et partant comme elle peut, car après tout cette fille tient à la vie ! Bon c’est clair ce n’est pas du tout son jours quand même là, soupirant un peu en se disant que là  c’est bon la malchance l’adore, mais la chance non… Se frottant un peu le visage et pose son petit derrière sur le bord d’une fontaine, espérant qu’elle n’a pas envie de la trempé quand même celle-là…

« C’est quand que j’ai de la chance moi… »

La jeune femme soupir encore en regardant le ciel, après tout une petite pause rapide, sans soucis peut faire un bien fou quand même, enfin c’est ce qu’elle se dit… .Sur le coup elle a un peu oublié ses soucis fréquents, comme quoi la malchance aide un peu, mais juste un peu car si on commence à lui envoyer des fleurs, elle risque de rester la hanter pendant un bon moment, donc non !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un jour j'aurais de la chan.....un dédoublement de personalité ?! [Pv Michi ♥]   11th Juillet 2014, 10:46

Michiyo avait eu une très longue hésitation au milieu de la journée et elle se demandait encore ce qu’elle faisait en ville. Dans un premier temps parce qu’il faisait chaud et que malgré la légèreté de sa robe, la demoiselle se plaignait encore d’avoir de trop gros risques de transpirer seulement en y pensant. Dans un autre, parce qu’elle avait l’air d’être prise pour la cible d’une étrange malchance et que non loin d’être connu pour sa grande patience, la membre de Pandora commençait véritablement à s’énerver. Certes, elle se disait qu’elle aurait dû faire un autre choix. Le deuxième choix pour être plus précise. Ca lui avait pris au beau milieu de la matinée entre deux coups de serpillère au milieu du salon. C’était toujours comme cela quand elle s’ennuyait, mais la jeune femme ne pouvait pas rester les bras croisés devant la fenêtre ouverte et de regarder le temps passer. Oh non. Donc, elle avait pris sa douche, s’était habillée avec de vieux vêtements avant de réveiller tout l’appartement – et certainement les voisins en même temps- en chassant son Chain du divan à coup de balais et ensuite de lui ordonner de faire prendre un bain à Monsieur Patte de Velours. Ah, ça avait été plutôt risible au début. Juste au début. Parce qu’après elle avait dû finalement nettoyer toute la salle de bain ainsi que sa chambre après que son petit chat noir n’ait décidé de se venger en se promenant encore tout mouillé dans l’ensemble de l’appartement. Si le divan du salon avait évité de peu la crise avant la guerre entre son Chain et son animal de compagnie pour un petit morceau du territoire. Malheureusement, son lit mais surtout ses draps étaient dans un triste état.  Alors, elle avait entreprit de tout ranger. Et généralement, il ne fallait pas l’embêter dans ces cas là. La chambre avait été la plus longue, puisqu’elle avait dû ranger sa gigantesque armoire, ce qui n’avait pas été une mince affaire. Loin de là. Le résultat fut tout de même plus probant puisqu’elle retrouvant – bien que très rares- quelques vêtements d’homme appartenant à son compagnon de l’Abysse. Et même un pantalon dont elle pensait s’être débarrassé depuis des mois déjà. Le ménage et le rangement fait de fond en comble dans cette pièce, elle avait fini quelques heures plus tard par se retrouver dans le salon et c’était à ce moment précis qu’elle avait eu deux envies.

La première était d’aller faire un petit tour sur le marché pour voir si quelque chose pouvait l’intéresser tout en évitant de multiples conversations avec de vielles dames qui pourraient lui demander quel âge elle avait, si ses cheveux étaient des vrais et si par le plus grand des hasards, elle avait déjà un homme dans sa vie. Un petit fils célibataire à marier semblait-il. Tout en souriant de ces conversations idiotes, Michiyo vit l’image de Naaru s’imposer dans ses esprits.  Ah, il était frustrant celui-ci. Parce qu’il venait rarement la voir, ne prenait de nouvelles que lorsqu’il en avait envie. Autrement dit, pas souvent apparemment. Et disparaissait après pendant un temps indéfini qui semblait toujours trop long pour la membre de Pandora. Puis, dès le moment où elle commençait à se faire à l’absence de celui qui occupait ses pensées, il revenait. Ou tout du moins, ils se croisaient sans même l’avoir voulu et ce toujours dans des situations improbables. Deux fois sur trois, il y avait eu un Chain. Si ça c’était pas un signe du destin pour leur faire comprendre que leur relation était contrenature. Contre nature. Michiyo Konoe se pinça la lèvre de frustration. Qu’est ce qui pouvait bien y avoir de contrenature dans ce qu’ils vivaient tous les deux ? Rien. Voilà, c’était sa réponse. Il n’y avait rien d’obscène, d’incestueux ou d’interdit. Ils n’étaient pas frère et sœur, n’avaient même aucun lien de sang. N’était pas dans une relation d’adultère. Ils étaient juste et seulement juste un Chain et une humaine. Pandora contre Baskerville. Oui voilà, juste. Rien n’était interdit entre eux et gênant. Même la différence importante d’âge n’avait pas lieu d’être sur eux, où le temps avait arrêté de faire effets depuis bien longtemps.  Ils étaient normaux et que celui que puisse penser le contraire vienne lui dire en face. Ils en discuteraient jusqu’à ce que la personne comprenne que Michiyo avait toujours raison et c’était tout.

Ainsi, elle avait décidé dans un premier temps d’aller chez Naaru. Après tout, s’il n’était pas capable de venir à elle, ce serait elle qui irait jusqu’à lui. Bon, la jeune femme savait qu’elle avait un mauvais sens de l’orientation, mais ne serait pas incapable de retrouver l’appartement du contractant de Naaru et accessoirement celui de l’homme aux cheveux couleur chocolat. Avec de la chance, ils pourraient rester entre eux sans avoir à se battre, ni même à se disputer l’un et l’autre. De toute façon, avec une telle chaleur, même son envie de bouger avait grandement diminuée. La rendant pratiquement amorphe. Sauf qu’elle se mit à faire peser la balance dans le négatif. Parce que même si elle connaissait le lieu où résidait le Chain, Michiyo n’était pas vraiment pour devoir expliquer sa présence à son contractant et accessoirement Baskerville. Et encore moins expliquait qui elle était. De plus, si ce n’était pas le brun qu’elle connaissait particulièrement bien qui ouvrait la porte, elle ne saurait dire si elle était au bon endroit ou non. Pour éviter d’avoir honte, elle pourrait toujours se présenter comme étant un membre de Pandora. Mais encore une fois, devant un ennemi ce n’était pas la meilleure idée qu’elle pourrait avoir. Ah oui, finalement, c’était plutôt contraignant pour les deux jeunes gens de pouvoir se rencontrer lorsque Naaru ne faisait pas le premier pas en venant à sa rencontre. Sale bête, il pourrait au moins faire un effort. Finalement, la jeune femme avait dût se résoudre à choisir la première solution. Aller se balader en ville. Après une heure de plus à faire un effort ménager, Michiyo avait fini par refaire un tour en ville et opter pour une robe blanche s’arrêtant au dessus du genou et une paire de petits talons. Elle laissa ses cheveux ondulés tomber en cascade sur ses épaules et dans son dos. Aujourd’hui, hors de question de s’entraîner ou bien de chasser le Chain. Il y avait d’autres membres de Pandora pour ça.

Heureusement pour elle, la jeune femme n’habitait pas très loin du centre ville. C’était un fait et un luxe en même temps. Son loyer n’était pas donné, loin de là même. Mais Michiyo n’avait pas eu en cherchant un appartement, véritablement envie de traverser toute la ville pour devoir faire quelques courses. Ca, c’était hors de question de perdre autant de temps pour quelque chose d’aussi futile que d’acheter quelques aliments. Il fallut à la contractante à peine une dizaine de minute pour rejoindre le centre ville et commencer à entrer dans le flot incessant de personne. Par réflexes, elle en évitait la plupart pour ne pas avoir à engager la conversation, se forcer à rire ou encore s’excuser pour un simple coup d’épaule. Est-ce que c’était de sa faute si la plupart des individus ne faisaient pas attention à ce qu’ils faisaient ou avaient mal pour un oui ou pour un non ? Aux dernières nouvelles, non. Donc ce n’était pas à elle de s’excuser, point à la ligne. Mais le pire, ce qui avait vraiment le don de l’énervait, restait les personnes qui s’arrêtait au milieu du chemin pour discuter. Il ne pouvait pas aller le faire à la terrasse d’un café ou chez eux ? Non, c’était bien plus amusant d’enquiquiner les autres. Soupirant, tout en se répétant qu’il faisait bien trop chaud pour s’énerver, Michiyo s’arrêta donc à un premier stand qui vendait des vêtements en tout genre pour examiner le lot. Son regard se balada vers le vendeur. Un jeune homme. Ca, ça l’arrangeait. Un ou deux petit sourires et elle pourrait obtenir un prix très intéressé voire même un rendez vous auquel elle n’allait pas se rendre. Bingo. Deux robes et une cape pour un prix dérisoires. Heureusement qu’elle n’était pas accompagné d’un homme sinon jamais elle n’aurait obtenu un tel avantage. Ce serait bête de devoir s’en passer.

Alors que la jeune femme aux longs cheveux se dirigeait un peu plus vers le centre ville, un bruit attira son attention pendant qu’une commerçante râlait un peu trop fort. Michiyo ne fit pas plus attention que cela en affirmant que cela devait être seulement le résultat d’un vol ou quelque chose de moins grave. Ce n’est qu’en passant devant le stand qu’elle découvrit le carnage. Tous les pots étaient éparpillés au sol  en millions de morceaux. Le voleur était apparemment très maladroit ce qui fit pouffer la membre de Pandora. La tête de la vendeuse était véritablement risible même si elle devait avouer qu’elle avait perdu toute sa marchandise en quelques secondes. Bien que ce ne soit pas du tout ses affaires. Puis, ses poteries n’avaient pas l’air véritablement belles de toute façon. Ce n’était pas une très grande perte. Passant son chemin sans même se retourner, Michiyo continua d’observer les alentours. Le ciel était bleu sans aucun nuage et rendait la ville particulièrement belle. Les jours de marchés étaient toujours les plus animés de la semaine et étrangement, la jeune demoiselle se mettait à les aimer. A aimer croiser des âmes qui vivent au lieu de rester enfermer chez elle avec son partenaire du monde Abyssal. C’était l’effet Naaru ça. Même si elle était partante pour échanger toutes ces personnes contre le jeune homme aux cheveux couleur chocolat pour la journée. Quelques minutes plus tard et des paquets en plus, Michiyo arriva du côté des vendeurs de fruits et légumes, dont un stand venait d’être une nouvelle fois réduit en un état indéfinissable. Soit c’était fait exprès, soit il y avait des personnes véritablement maladroites en ville.

Michiyo évita de peu de glisser sur un fruit et de se salir mais se retrouva nez à nez avec le vendeur qui la dévisagea. Qu’est ce qu’il avait lui ? Arquant un sourcil, la jeune femme recula un peu pour reprendre sa route. Vraiment, si cet homme avait besoin de s’énerver sur quelqu’un – ce qui semblait être le cas vu le regard qu’il lui avait porté- mais elle n’était pas une victime. Et s’énerver contre elle pourrait le faire terminer avec des bleus partout sur le corps. Continuant son chemin, elle allait s’engager pour se reposer auprès de la fontaine, lorsqu’elle remarqua des débris de verre brisé devant un magasin et que quelqu’un lui attrapa violemment le bras. La forçant à se retourner.

« Dis dont ma belle, tu crois pouvoir saccager toute ma marchandise et t’en sortir sans payer ? »

Michiyo Konoe planta directement son regard dans celui de l’inconnu. Du moins, le marchand de fruits et légumes qu’elle avait croisé quelques secondes plus tôt ? Non, mais , avait-il véritablement l’intention de lui serrer le bras aussi fort encore longtemps ? De plus, que racontait-il ? A quel moment de la journée la jeune femme avait-elle renversé son étalage de fruits et devait de surcroît payer ? Son regard se durcit. Apparemment, il avait besoin de quelqu’un pour payer les dégâts et s’en prenait à la première femme qu’il croisait.  Sauf qu’il avait fait un mauvais choix. Néanmoins, il se rapprocha du visage de la membre de Pandora pour lui souffler quelques mots de son haleine à l’odeur bien trop acide.

« Ce n’est pas parce que tu as enlevé ta cape et changé de robe que je n’allais pas te reconnaître. Tu m’as pris pour un idiot petite ? »

C’en fut trop pour la jeune femme qui en plus de ne pas supporter l’haleine de cet homme, ne supporta pas qu’il la traite comme une gamine et en plus une idiote. Fermant les yeux tout en prenant une bouffée d’air frais, Michiyo dégagé son bras de la poigne du commerçant d’un coup sec avant de lui donner un coup de genou dans le ventre, ce qui le fit se cambrer. Normalement, elle essayait de ne pas utiliser la violence sur ce genre d’individu pitoyable mais la chaleur, la fatigue et une pointe d’agacement dont elle n’arrivait pas à trouver l’origine formaient un bien étrange mélange. Le coup était donc parti tout seul pendant que Michiyo regardait avec dédain l’homme qui ne s’attendait pas à prendre un si gros coup de la part d’une si frêle jeune femme. Repoussant derrière son oreille sa longue mèche bleue, Michiyo prit la parole tout en se frottant son bras légèrement endolori.

« D’une, je ne me rappelle pas avoir à un seul moment fait quelque chose à votre étalage. De deux, je ne supporte pas que l’on me touche. De trois, encore une seule accusation et je vous envoie directement à l’hôpital. Je me suis bien fait comprendre j’espère ? »

L’homme acquiesça avant de se relever et de retourner vers son stand. Ah, sil avait su que cette gamine avait une force aussi importante, jamais il ne serait allé l’attraper comme ça ! Pourtant, il était certain de ne pas s’être trompé de personne. Les mêmes yeux, bien qu’un regard plus profond, plus sûr de soit. La même forme de visage. Non, le même visage. Sérieusement, il ne pouvait pas s’être trompé, ce n’était pas possible ! Il se refusa tout de même d’y retourner pour des raisons d’intégrité physique.  De son côté, la contractante soupira pour la énième fois de la journée tout en s’asseyant sur le bord d’une fontaine à côté d’une jeune femme dont elle ne pouvait voir le visage. Ce n’était pas un problème pour elle, de toute façon, elle n’avait plus envie de discuter avec qui ce soit. Du moins, jusqu’à ce que trois personnes ne viennent l’encercler pour lui annoncer qu’elle devait payer cette fois ci pour la vitre brisée du magasin. Que ce n’était pas parce qu’elle avait mis une perruque ridicule qu’ils n’allaient pas la reconnaître. Comment ça une perruque ridicule. Une nouvelle fois, les yeux de Michiyo se braquèrent dans ceux de l’un de ses vis-à-vis, pendant qu’elle serrait les dents. Voyons, il fallait qu’elle se calme. Ca ne servait à rien de frapper n’importe qui, même si cette histoire de perruque, de vitre, de stand l’intriguait au plus au point.

«Je ne sais pas qui vous cherchez, mais ça commence à me fatiguer. Je n’ai rien brisé, ni renversé, ni brûlé, ni rien de tout ce que vous pouvez imaginer. Est-ce que je dois vous le faire comprendre d’une autre manière pour que vous partiez enfin ? »

Le seul homme du groupe voulu répliquer quelque chose, mais face au regard déterminé de la demoiselle, il comprit rapidement que c’était inutile de le faire. Allons bon, il n’était pas aveugle et savait très bien que c’était cette gamine qui était entrée dans le magasin pour acheter une robe. Pourtant, elle n’avait aucun paquet avec leur nom dessus et la robe qu’elle portait n’était pas l’une des leur. S’était-il trompé ? Impossible. Tout simplement impossible, la ressemblance était bien trop frappante pour être une simple erreur voire une coïncidence. Michiyo plaça ses mains derrière son dos sur le marbre froid de la fontaine avant de s’étendre un peu tout en regardant le ciel. C’était bien la première fois que ce genre de choses lui arrivait. Surtout deux fois de suite comme ça. Un bruit à sa gauche lui fit tourner mécaniquement la tête. La jeune femme de toute à l’heure était toujours là et avait dû être témoin de la petite discussion avec les commerçants voire l’altercation avec le précédent. Cette dernière parlait même apparemment toute seule. Se demandant quand elle aurait enfin de la chance. Machinalement, les mots franchirent les lèvres de Michi inconsciemment.

« Le jour où les commerçants arrêteront de s’en prendre à n’importe qui peut-être. »

Cette réponse avait été formulée sans même une seconde de réflexion auparavant. Un peu comme si Michiyo pensait que cette demoiselle était victime du même problème qu’elle aujourd’hui et que cela n’était tout simplement pas leur  jour. Rien de plus. Désormais, l’étrangère pouvait lui répondre si elle le voulait, mais la jeune membre de Pandora n’en ferait certainement rien. Du moins, c’est ce qu’elle pensait puisqu’elle ne savait pas encore que c’était cette même étrangère qui était la source de tous ses maux.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
 

Un jour j'aurais de la chan.....un dédoublement de personalité ?! [Pv Michi ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Réveil :: ♠ Rues Marchandes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit