AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   2nd Mai 2014, 23:56

Doucement, elle ouvrit les yeux. Un peu perdue, la demoiselle était sur le coup incapable de déterminer l’endroit où elle se trouvait. Ses yeux ayant apparemment un peu de mal à s’habituer à la lumière ambiante. Cette dernière était d’ailleurs un peu plus forte que tout à l’heure, logique, puisque le jour s’était levé. Ce n’était en revanche pas une journée ensoleillée, loin de là. Mais plutôt ce genre de journée avec le ciel d’un gris très clair, typique d’un temps neigeux. Rien de bien agressif pour la pupille en somme. Clignant tout de même des yeux, un peu à la ramasse. Kyrielle dû attendre quelques instants sans bouger avant de se souvenir ce qu’il s’était passé la veille. Ou plutôt cette nuit. Comment elle avait au final terminé dans les bras d’Angeler qui avait passé un temps monstre à la surveiller et à s’occuper d’elle. Pourquoi avait-il fait ça ? La maintenir en vie était son but premier à la base. Et voilà qu’ils avaient.. échanger un baiser ? Plus ou moins… Le visage toujours caché à l’ombre dans son cou, la brune ne semblait pas prête à sortir de là. Il faisait bon là.. si on retire le fait qu’elle ne portait pas qu’une simple chemise, ce serait parfait. D’ailleurs, elle eut pour reflexe de remettre correctement le tissus pour lui cacher le bas qui n’était que peu couvert pour elle. Ils étaient là, dans les bras l’un de l’autres comme deux amants après une nuit d’amour.. ? C’était un peu le tableau qu’ils dégageaient. Pourtant, il n’en était rien. Mis à part ce.. contact.. ? Pour le moins déroutant. La brune passe doucement ses doigts sur ses propres lèvres, comme si elle se souvenait avec exactitude ce qu’elle avait ressenti à ce moment-là. C’était si plaisant vraiment.. ? Respirant doucement son odeur, la demoiselle finit par se décider à lever doucement la tête pour la sortir de son cou, ne bougeant pas d’un pouce le reste du corps, sentant les bras de cet homme autours d’elle, comme la veille, lorsqu’il avait voulu la rassurer alors qu’elle parlait de mourir…

Non sans plisser des yeux le temps de s’habituer à cette douce lumière qui pénétrait dans la pièce par la fenêtre, elle se retrouva au sens propre du terme nez à nez avec le beau brun. Pour le coup, la demoiselle resta quelques instants immobiles à le regarder. Il avait les yeux clos. Il devait.. dormir ? Certainement, du moins c’est ce qu’elle déduisit en le regardant. Impossible pour elle de détacher son regard de son beau visage. D’un seul coup, en plus de trouver qu’il n’était pas désagréable à regarder, Kyrielle se trouva le moyen de dire qu’il était mignon ainsi… Ah. Pauvre fille mais tais-toi donc au lieu de divaguer pensa-t-elle. Il était terriblement séduisant et alors ? Et alors… Elle était attiré c’était indéniable. Elle voulait plus le connaitre, garder cette place dans le creux de ses bras. Pouvoir regarder encore son doux visage endormit… Car étrangement, la jeune fille arrivait à lui trouver des traits particulièrement doux lorsqu’il ne vous regarde pas de haut. Elle se demandait presque comment avait-elle pu avoir peur de lui… Elle devait pourtant avoir une bonne raison, mais celle-ci avait maintenant totalement disparut de son esprit. Doucement et surtout timidement, sa main vint doucement se poser sur son visage. Effleurant doucement sa peau, la caressant. Faisant son possible pour ne pas le réveiller et devoir encore justifier un bien étrange geste de sa part. Son cœur s’accéléra légèrement. Allons.. il fallait qu’elle se calme, Kyrielle devait bien être la seule à voir son cœur s’emballer pour si peu tiens… Continuant dans son geste tendre et doux, elle glissa sa main jusqu’au sommet de sa tête. Là, elle caressa doucement une mèche de cheveux lui barrant le visage. Poussant légèrement cette dernière pour dégager les yeux. Ils étaient clos. Mine de rien, ces yeux violets braqués sur elle lui manquait. Ils étaient vraiment magnifique…

Son esprit divagua légèrement, pourtant elle n’avait plus ses maux de tête ou encore cette douleur fort désagréable au bras. En somme aucune excuse concernant ses divagations, sur le fait qu’elle avait au fond d’elle-même envie de reproduire ce contact avec ses lèvres, de le serrer contre elle au même titre qu’elle voulait qu’il l’a serre contre lui. Pourquoi un tel besoin de se sentir si proche de lui ? Aucune idée. Ou du moins elle était trop innocente pour vraiment le savoir, mais si elle devait mettre une définition sur son ressentit elle dirait que son cœur s’accélère pour lui ? Vraiment.. ? Clignant à nouveau des yeux pour tenter de s’arracher à sa contemplation, elle détourna le regard vers le plafond, avant de finalement regarder ses bras l’entourant. Elle était dans la chambre d’un homme dans ses bras, et pourtant cela ne l’inquiétait pas plus que ça. Elle était dans un bâtiment certes, mais n’avait aucune idée où ce dernier se situait… C’est alors que la jeune fille se rendit qu’il n’y avait aucun bruit dehors. Loin des rues principales de la ville ? Où un village de campagne ? Comment pouvait-elle le savoir, ils étaient montés dans un fiacre mais elle avait sombré pendant le voyage… C’est pour cela qu’à son plus grand regret, elle finit par s’étirer doucement et sortir sans un bruit, le plus discrètement possible et doucement de ses bras. Se retrouvant assise sur le bord du lit. A cet instant, la brune jeta un regard à son bras blessé, ce n’était pas le moment de faire de grands mouvements, mais étrangement elle n’avait que très peu mal. Peut-être était-ce à cause de sa nature ? Elle n’en savait rien en fait de ce côté-là… Posant ses pieds nus, puisqu’elle avait pris la peine de tout retiré lorsqu’elle s’était changée, elle tenta de se relever. Non sans chanceler doucement, Kyrielle finit par se ternir sur ses deux jambes. Soufflant un coup, elle se dirigea doucement vers la fenêtre.

Une devant cette dernière, non sans se protéger les yeux des rayons du soleil un peu trop agressifs à son gout, la demoiselle s’appuya légèrement contre la vitre pour regarder dehors. Le décor était plutôt étrange en fait, comme si cet endroit était propre mais laissé à l’abandon depuis longtemps… Pourquoi y avait-il de nombreux bâtiments en ruines un peu plus loin.. ? Et ce style d’architecture, bien qu’il n’en reste pas grand-chose, paraissait démodé par rapport à ce qu’elle avait pu voir dans la capitale. Où était-elle.. ? Songeant debout devant cet étrange spectacle qui s’offrait à elle, la brune eut comme un déclic dans sa tête, alors qu’elle fixait le paysage. Comme si un lien avec l’Abyss, cet endroit qui l’effrayait était pas loin. Impossible pour elle décrire ce qu’elle ressentit, si ce n’est une sensation de vide dérangeant. Comme si un trou sombre de l’Abyss menaçait d’apparaitre d’un seul coup pour l’envoyer croupir dans cet endroit infâme. Tremblant légèrement, Kyrielle se détourna bien vite de ce paysage qui semblait la perturber pour retourner vers le lit. Cet endroit lui paraissait bien plus réconfortant. Rapidement, peut-être un peu trop brusquement, elle se glissa alors dans ses bras, venant le serrer fortement. Ses bras de chaque côté de son cou, sa tête ayant repris sa place dans le creux de ce dernier. Son premier réflexe avait été en effet de retourner s’agripper à lui.

- L’abyss… je le sens dehors… Pas ça. Pas ça. Je veux rester ici... J’aime ces bras…

Lâcha-t-elle pour elle-même doucement. Si c’était dit doucement, c’était certainement en pensant qu’il n’était pas réveillé ? Un peu dur d’imaginer ça, surtout vu la rapidité avec laquelle elle s’était réfugiée contre lui à nouveau, s’il n’était pas réveillé avant. Caressant doucement son dos du bout des doigts, elle prit doucement ses mains comme elle pouvait pour bien s’entourer de ses bras avant de caresser son dos sous sa veste, donc directement sur sa chemise à deux mains… Au moins, à défaut de se dire qu’elle était pâle par nature, elle semblait tout de même mieux se porter qu’hier.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:07

Un sommeil paisible, reposant même, après une journée et même un moment de la nuit assez étrange, il faut bien l'avouer. Etait-ce vrai ou avait-il véritablement divagué pendant son sommeil ? Après tout, les rêves paraissent souvent d'une logique implacable avant qu'on ne se réveille et qu'on se mette à y penser sérieusement. Même la plus étrange et invraisemblable bizarrement pouvait paraître naturel dans un rêve, il ne fallait donc pas vraiment s'y fier, même lorsqu'il s'agissait des rêves d'un homme aussi logique qu'Angeler. Même lui n'était pas à l'abri de divaguer une fois les yeux clos, dormant à poing fermé pour quelques heures. Qu'est-ce qui aurait bien pu le faire rêver qu'il ramasser une fille, ou une chain tient, dans la rue pour la ramener chez, la soigner… Et même finir par la laisser dormir dans ses bras ? Fantasme à deux balles ? Non, même pas, il ne l'avait même pas touché tient ! Ce n'était pas ce genre de rêve, aucunement, plutôt un où il était devenu attentionné, soucieux de l'avenir de quelqu'un d'autre… Bref, un songe plus qu'étrange, qui n'avait certainement rien à voir avec la réalité… Et pourtant. Etait-ce donc possible que tout cela soit vraiment arrivé ? Qu'Angeler, membre de la famille Baskerville, est pu aider une jeune fille avec pas ou presque pas d'intentions derrière ? Cela ne lui ressemblait pas, pas du tout même, c'était un égoïste pour souche, depuis qu'il était tout môme et là, comme cela, il changerait pour une fille qu'il connaissait à peine ? Drôle d'histoire que tout cela…

Cela n'avait pourtant rien d'un songe, le jeune homme s'était bien endormit avec une femme dans les bras, sans qu'on puisse lui reprocher d'avoir tenté quoi que cela soit de déplacé à son égard. Hum ? Un baiser ?... Oh oui, il y avait peut-être eu quelque chose comme cela finalement, mais rien de bien méchant, juste… Un geste tendre ? Affectueux et sans pensées perverses, que cela soit avant ou après. Pourquoi avoir embrassé cette fille déjà, alors qu'il la connaissait à peine et qu'il ne comptait visiblement pas aller plus loin ensuite ? Mystère… Peut-être n'avait-il tout simplement rien trouvé de mieux pour la faire taire à ce moment-là, alors qu'elle disait des choses si dérangeante à entendre. Il devrait la tuer ? C'est ce qu'elle désirait ? Quel blague, cela aurait dû l'amuser plus qu'autre chose, il aurait pu rire, se moquer d'elle ou même accepter sans faire d'histoire, mais aucune de ces solutions ne lui étaient venues à l'esprit à ce moment-là. La tuer, aussi banal, anodin et simple que cela puisse paraitre lui semblait être un acte horrible, un crime qu'il ne se pardonnerait pas. C'était fort tout de même, il savait ce que c'était de tuer, il n'hésitait jamais d'habitude, mais là, il ne pouvait pas s'y résoudre, à croire qu'il s'était attaché à cette fille, déjà, alors qu'il savait si peu de choses sur elle, son passé… Il savait juste que sa présence à ses côtés ne le dérangeait pas, ce qui était déjà beaucoup lorsqu'on connaissait l'aptitude de notre homme à fuir ses semblables et son goût pour la solitude.

Alors pourquoi ? Parce que, tout simplement, il ne voulait pas y penser, surtout qu'il était fatigué. Kyrielle dans ses bras, le Baskerville avait donc fini par l'allonger doucement à côté de lui, avant d'hésiter un instant… Pour enfin la serrer à nouveau contre lui et fermer les yeux pour s'endormir avec elle. Eh bien quoi ? Il lui avait promis non… Et allait savoir pourquoi, pour le moment, il tenait ses promesses avec elle, comme si trahir sa confiance était exclu d'avance. Ridicule, même lui ne voyait pas pourquoi il agissait comme cela avec elle, c'était juste comme cela, il en avait envie. Pourquoi se poser plus de questions alors, il avait toujours fait ce qu'il lui passait par la tête, ce n'était pas maintenant qu'il allait changer tout de même. S'attacher à quelqu'un ne lui ressemblait pourtant pas, mais après tout, il était humain… C'était humain que de ne pas vouloir être seul, même si chez lui, c'était très rare. Une faiblesse de sa part ? Peut-être bien, mais n'était là pour en être témoin si ? Aucun Baskerville en tout cas, c'était déjà cela et si l'un deux lui demandait d'où venait cette fille, il serait honnête, c'était une chain, il étudiait l'Abyss, fin de la discussion. Après, le fait qu'il avait dormi enlacé dans ses bras, personne n'avait besoin de le savoir… C'était juste venu comme cela, il n'y pouvait rien. Il ne regrettait pas pourtant, cela n'avait pas gâché sa nuit, au contraire, il avait assez bien dormi et sans se réveiller en cours, appelé par un quelconque souci de travail qui le tiraillait. Pourtant, en temps normal, il préférait travailler de nuit et aller se coucher au petit matin, comme quoi, on pouvait parfois bousculer ses habitudes.

Notre homme aurait peut-être pu dormir un bon moment comme cela, oubliant presque Kyrielle, la prenant pour un songe inventé par son esprit fatigué, si celle-ci ne s'était pas de nouveau manifestée en retrouvant brusquement ses bras pour le serrer fortement. Hum… Elle était partie ? Oui, il lui semblait bien qu'il lui manquait quelque chose à un moment, mais encore dans son sommeil, il n'avait pas su dire si elle était partie ou s'il avait tout simplement rêvé qu'elle était à un moment dans ses bras. Maintenant il le savait, c'était évident pour lui. Ouvrant doucement les yeux, encore engourdit par le sommeil, son corps ne lutta même pas contre le petit bout de femme qui le serrait fortement contre elle, comme si elle avait peur… Qu'il la lâche ? Peu importe, il n'avait pas envie de la lâcher, elle ne le dérangeait toujours pas et puis… Il se réveillait à peine, laissez-lui le temps d'immerger tout de même. Cela dit, Kyrielle ne semblait pas aller bien, nerveusement, elle se mit à parler et même si cela faisait beaucoup de mots d'un coup lorsqu'on sortait du réveil de bon matin, Angeler en saisit tout de même le sens… Enfin certainement. L'Abyss ? Qu'est-ce qu'il y avait dehors encore… Quoi que, ils se trouvaient à Sablier, si la jeune fille avait effectivement quitté ses bras pour aller jeter un coup d'œil à la fenêtre, cela lui avait peut-être rappelé quelques souvenirs, non ? Elle habitait bien à Sablier avant, c'était ici qu'elle était tombé dans l'Abyss la première fois, cette endroit ne pouvait donc pas la rassurer… Si elle savait la pauvre, qui était les Baskerville et qu'elle se rappelait ce qu'ils avaient fait ce jour-là, elle s'enfuirait certainement en vitesse de cet endroit.

D'un geste un peu lent, il n'était pas du matin après tout notre homme, Angeler alla porter sa main sur la tête de Kyrielle pour lui caresser doucement les cheveux, d'un air… Rassurant ? Oui, il fallait croire que c'était presque naturel en ce moment… Juste avec elle en fait, comme s'il avait envie de la protéger de tout, de lui faire comprendre qu'elle ne risquait rien. Les yeux mi-clos, ne souhaitant pas affronter comme cela la lumière du jour qui passait à travers la fenêtre, le Baskerville finit par lui dire doucement, d'une voix encore un peu endormis.

" Du calme, il n'y a rien dehors… C'est juste Sablier, c'est pour ça que tu ressens l'Abyss. "

Euh… Oui ok, première phrase de la journée et il lui lâchait comme cela, sans prévenir, qu'elle se trouvait dans la ville où elle avait vécu il y a cent ans. Pour le tact, il faudra repasser hein, ce n'était pas le point fort de notre homme, encore moins lorsqu'il se réveillait. Il avait un problème avec le matin, un problème avec la journée… Bref, il avait des problèmes tout court avec les horaires normaux. Il l'avait peut-être choqué en lui disant cela ? Oh eh bien, ce n'était même pas son but, il souhaitait simplement la rassurer en plus… Une bourde dès le matin, félicitation Angeler, tu es redevenu un salaud sans cœur qui ne prend pas en compte les sentiments des gens. Restant un peu dans ses bras, le jeune homme fini par se redresser avec lenteur, passant l'une de ses mains sur son visage pour couvrir ses yeux. La lumière du soleil, si pâle soit-elle, ne lui faisait vraiment pas du bien, même son œil aveugle ne semblait pas l'apprécier alors qu'il ne pouvait pas la voir, c'était un comble tout de même. Bref, cela le gênait de voir cette lumière dès le réveil, d'habitude il pensait à fermer les rideaux avant de se coucher, mais là, il avait eu autre chose en tête. Reportant son attention sur Kyrielle, il observa son visage encore pâle, mais nota qu'elle semblait aller un peu mieux que la nuit précédente, ce qui le rassura… Sans qu'il sache trop pourquoi pourtant. Finissant par se rendre compte qu'il avait commis une bévue en lui parlant déjà de Sablier, il tenta de se rattraper un peu.

" Tu sembles aller mieux… "

… Oui, bon, il était revenu aussi bavard qu'avant, sortait le champagne, Angeler était guérit de sa crise de gentillesse !... Ou pas, si c'était vraiment le cas, il ne se sentirait pas vraiment ainsi. Et comment se sentait-il exactement ? Oh, il avait encore cette impression bizarre de ne pas savoir où il en était, mais on pouvait le comprendre non ? Il avait passé la nuit avec une fille, l'avait même embrassé, mais on ne pouvait pas vraiment dire que la situation était claire pour autant. Rien n'avait été dit là-dessus, si bien que le sens de ce baiser restait… En suspend ? Ils verraient bien plus tard non ? Ce n'était pas la fin du monde après tout, plutôt le contraire même…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:11

Rassurant.. il était si rassurant. Lorsqu’elle sentit sa main doucement se glisser dans ses cheveux, la demoiselle se rendit alors compte qu’il ne dormait plus. Mince. L’avait-elle réveillé ? Le privant de quelques heures de sommeil qui ne pouvaient certainement pas lui faire de mal. S’en voulant légèrement, elle ne fit cependant rien pour se dégager de là au contraire. Ne bougeant pas d’un pouce, de peur que ce fait là le gêne plus qu’autre chose. Et puis, elle n’en avait pas envie. Ne se posant même la question sur le fait que son premier réflexe avait été de se jeter dans les bras de ce..presque inconnu ? Elle ne savait pas grand-chose de lui, quelques indices tout au plus, mais comptait bien le connaitre d’avantage s’il le voulait bien… C’est alors qu’il lui répondit tout doucement, comme s’il cherchait à la rassurer. Les gestes, le ton y était. En revanche la parole en elle-même n’avait fait que surprendre un peu plus la jeune fille. Sablier ? Vraiment ? C’était l’endroit où ils se trouvaient ? Pourquoi.. ? Du peu qu’elle en avait vu cet endroit n’était plus qu’un tas de Ruine, ressemblant en rien à ce qu’elle était autrefois. Affichant une mine légèrement attristé, Kyrielle ne cessait de repenser au temps où elle vivait ici, au fait que cent ans la séparaient d’Angeler, une toute autre époque. Bizarrement, cette différence de temps lui parut soudainement si lourde. Venant de songer qu’elle n’aurait jamais dû connaitre le jeune homme ? Dit comme ça, cela l’atristait un peu. Au même titre que de penser que le petit monde qu’elle avait connu était là, non loin d’elle réduit à l’état de souvenir poussiéreux. Le peu d’entourage qu’elle avait était réduit au silence et déjà oublié depuis longtemps. Personne ne les avait pleurés. Pourtant, ses parents adoptifs étaient des gens biens. La brune n’avait pas pleuré pour eux, bien trop occupé par son combat de tous les jours, mais remise devant les fait, cela ne pouvait que la tourmenter légèrement et l’attrister. Bien qu’elle ne dise rien de son ressentit…

C’est alors qu’il se redressa doucement, protégeant ses yeux de l’astre du jour. Kyrielle n’était pas particulièrement adoratrice du soleil, c’était le contraire, mais elle n’était pas à ce point sensible à ses rayons. Un problème aux yeux ? Cela expliquait peut-être le port de lunette noir… Chose qui était bien dommage vu la couleur de ses yeux peu commune mais pas moins magnifique. La demoiselle ne bougea pas d’un pouce, avant de finalement s’asseoir non loin de lui sur le lit. Ne cherchant cependant cette fois-ci pas à se rapprocher de lui. Elle allait mieux ? Oui. Ce n’était pas la grande forme, mais elle avait passé des mois à s’affamer dans la rue, cela ne pouvait pas partir du jour au lendemain. Elle était cependant capable de bouger correctement, même si elle ne pouvait pas lever son bras droit, de peur de faire lâcher les coutures ou autre. A moins que cela soit uniquement à cause de la douleur qui sait… Hochant doucement la tête pour toute réponse, elle se sentait à moitié attristée par ses pensées mais aussi légèrement tendu. La tristesse était dû à de vieux souvenir sur son passé, tout simplement. Le stress, comment dire… Elle ne savait comment réagir ? Elle avait l’impression que tout n’était qu’un songe, son affection un peu trop soudaine pour lui, le fait qu’il y répondait sans la repousser. Est-ce que c’était réel ou uniquement dans sa pauvre tête ? Remettant une mèche de cheveux derrière les oreilles pour y voir plus claire. Elle entreprit une nouvelle fois de se relever. S’assurant tout de même de bien tenir sur ses pieds avant de faire quelques pas, les mains dans le dos. Fixant brièvement la fenêtre une nouvelle fois, la brune finit par se tourner vers l’homme. Pour une fois, elle ne murmura pas, étant capable de parler à peu près normalement. Pas besoin de hurler non plus, ils étaient dans la même pièce…

- Angeler… Je sais que c’est beaucoup demandé mais… Elle hésita un instant, détournant le regard, quelques rougeurs sur les joues. Pourrais-tu m’accompagner dehors.. ? Pas longtemps.. je voudrais voir, un peu. Mais je n’ai pas le courage d’y aller seule. Elle continua un peu plus fort. Ah mais, si tu as d’autres projets en tête fait donc ! Je ne veux pas te déranger encore plus…

Décidément, elle n’arrivait pas à soutenir son regard pour le coup. Pas qu’il lui faisait peur ou autre, mais elle se sentait pitoyable et ridicule. En plus, pourquoi rougir ? Eh oh, elle demandait juste s’il voulait bien l’accompagner voir sa ville natale d’un peu plus près. Chose qui n’était pas forcément simple à faire pour elle mentalement parlant. Elle n’avait pas passé toute son enfance à Sablier, mais on pouvait dire que c’était au moins les meilleurs moments de sa vie. Soit les quelques années après l’adoption à la va vite qui l’avait sauvé… Timidement, elle baissa les yeux, remarquant que debout la chemise était à la limite de son dernier sous-vêtement qu’elle avait gardé en bas. Le cœur s’accélérant légèrement, elle prit finalement ses vêtements pour lui faire dos et enfiler sa jupe. Lui faire dos ? Oh pour le coup cela ne servait pas à grand-chose… C’était surtout psychologique. Une fois tout remis en bas, ses longues chaussettes noires comprises, toujours en évitant de le regarder par gêne, elle ouvrit finalement la chemise pour remettre son haut. Le seul problème persistant était d’enfiler la manche droite, chose qui s’avérait douloureuse… Tentant une ou deux fois de passer le deuxième bras, en vain. Elle finit par timidement se retourner, d’autant plus rouge sur le fait qu’elle était partiellement dénudée en haut. Toujours aussi hésitante et étrangement silencieuse, elle ne cessait de se dire qu’il valait mieux couper ce silence, qu’elle avait l’impression d’être totalement à côté de la plaque. C’est ainsi qu’elle se dirigea vers la table de nuit, laissant tomber la fin de son rhabillement, pour attraper les lunettes d’Angeler.

Croisant enfin son magnifique regard, son cœur fit un bond de travers pourquoi.. ? Les joues chaudes, elle s’approcha alors de lui pour délicatement lui remettre les lunettes sur les nez, protégeant ainsi ces magnifiques iris de la lumière du soleil qui semblait dérangeant. Etrangement, elle se sentait d’autant plus dénudée que tout à l’heure, en même temps.. elle ne portait qu’une moitié de haut, de l’autre côté c’était son sous-vêtement noir qui était visible. Ne détournant cependant pas le regard, elle frôla du bout des doigts sa joue de la main qui était restée suspendue aux branches des lunettes. Geste timide, qui se voulait discret ? Un peu oui, même si cela ne devait probablement pas être le cas. Elle laissa glisser tout doucement la main le long de son visage avant de la replier contre elle. Essayant de paraitre neutre, son visage et sa voix la trahissaient.

- Tiens.. tu auras moins mal aux yeux. Ce serai dommage de les abîmer ils sont superbes…

Oui, elle n’avait pas pût s’empêcher de refaire un compliment sur son regard. Mais elle disait la vérité ! Maintenant qu’elle savait ce qui se cachait derrière ses lunettes, ces dernières lui paraissaient moins sombre à son goût. La main de son bras blessé, c’est-à-dire le gauche descendit doucement retrouver sa main. Légèrement, l’effleurant sans oser la prendre. Elle baissa alors les yeux vers leurs deux mains proches… Lâchant alors.

- Tu.. veux bien m’aider à enfiler le haut.. ? Je n’y arrive pas…

Idiote. Qu’elle idiote. Et encore c’était peu de le dire. Un rien la chamboulait à cet instant même, comme si le simple fait d’être proche de lui la rendait à la fois heureuse mais tendue. Elle avait besoin de lui c’était indéniable, après.. jusqu’où ce besoin allait.. ? Elle ne s’attarda pas d’avantage sur cette question. Se contentant d’avoir ce léger contact de leurs doigts. Belle main.. des fins doigts… Ah, d’ailleurs elle n’avait plus de manteau potable, vu que celui qu’elle portait avait été déchiré pour faire office de bandage. Oh qu’importe.. il n’était pas encore temps de se préparer à sortir. S’il ne voulait pas y aller, la demoiselle n’irait certainement pas seule. C’était près de lui qu’elle voulait rester. Près de lui qu’elle se sentait bien ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:17

Le tact n'était décidément pas le point fort d'Angeler, il en avait parfaitement conscience d'ailleurs et jamais il n'avait cherché à s'améliorer d'une façon ou d'une autre pour cela. A quoi cela pouvait-il bien lui servir après tout, il n'avait aucunement l'intention de devenir hypocrite ou de prendre soin à ne pas blesser les gens. D'accord, quand il y voyait un intérêt quelconque, il faisait tout de même un petit effort, mais il ne fallait pas trop lui en demander non plus, surtout au réveil d'ailleurs. Notre homme n'était vraiment pas du matin, cela aussi il le savait et vivait donc en conséquence avec des horaires peu communs. De là à dire que c'était ermite qui vivait et travaillait la nuit, il n'y avait qu'un pas. Oh, ce n'était pas si vrai pourtant, il sortait le jour parfois, la preuve, à sa dernière sortie, il avait même rencontré Kyrielle ! Pour une fois qu'il allait faire un tour à Réveil, il avait bien choisit son jour pour le cou tient. Aucun des deux ne comptaient s'en plaindre, si ? Lui en tout cas, n'avait trop rien à redire là-dessus, non pas qu'il n'en avait pas le droit, mais comme c'était un peu lui qui avait décidé de lui-même d'aider la demoiselle, il n'allait tout de même pas se plaindre de ses propres choix maintenant qu'ils étaient fait. Elle par contre, pourrait trouver à redire, maintenant qu'il lui avait annoncé, directement et sans prendre de gants, qu'ils se trouvaient tout près de Sablier, la ville où elle vivait il y a cent ans avant de devenir une chain. Ce n'était tout de même pas de sa faute à lui, il ne le savait pas quand il l'avait emmené ici et puis… Qu'est-ce qu'il y pouvait lui si le repaire des Baskerville se trouvait là.

Certes, cela pouvait tout de même faire un choc à la jeune fille, mais allez savoir si c'était parce qu'il n'était pas bien réveillé ou autre, notre Baskerville lui avait lâché cette information comme cela, comme si c'était tout naturel de lui dire cela maintenant. Il avait cherché à la rassurer après tout… Autant dire que c'était loupé ? Oui, on pouvait dire cela, même si Kyrielle ne dit rien là-dessus, restant dans ses bras, bien à l'abri d'un quelconque danger, comme si Angeler était un surhomme qui la protégerait de tout. Pourquoi pas après tout, c'était un Baskerville en fin de compte, donc quelqu'un de très solide et difficile à tuer, capable de se battre et même de tuer sans sentiments. Bref, c'était un assez bon choix de garde du corps, du moment qu'il était lui-même décidé à donner un petit coup de main bien entendu… Ce qui était assez rare, il faut bien l'avouer, mais comme il avait déjà démontré qu'il pouvait se montrer attentionné envers la jeune fille, allez donc savoir. Redressé sur son lit, cherchant par tous les moyens d'éviter un contact trop violent entre le soleil et ses yeux dès le matin, Angeler chercha un instant ses lunettes du regard sans les voir. Il le mettait toujours à la même place d'habitude, mais là, les circonstances avaient été différentes et il avait dû les enlever avant d'aller se coucher pour soigner la jeune fille. Oh, tant pis, il pouvait juste éviter de regarder par la fenêtre, c'était tout. Il en faisait des manières pour si peu de soleil tout de même, le temps était si grisâtre pourtant, avec un peu de chance, il retomberait de la neige, merveilleux…

C'était toujours mieux qu'une belle journée d'été, voilà ce qu'il fallait se dire, l'hiver n'était pas la pire des saisons pour lui. Très vite, sa concentration avait été monopolisée par autre chose en plus, ou plutôt, par quelqu'un d'autre, puisqu'il s'était mis à observer Kyrielle pour déterminer si elle allait mieux ou pas. Assise sur le lit à côté de lui, celle-ci avait doucement hoché la tête lorsqu'il avait affirmé qu'elle allait mieux. Quel diagnosticien notre scientifique franchement… Enfin bref, elle ne semblait plus prête à faire un malaise comme la nuit dernière et cette seule pensée suffit à rassurer intérieurement le Baskerville, bien qu'il n'est toujours pas bien saisi en quoi cela le concernait qu'elle aille bien ou pas. Elle pouvait bien en faire des malaises non, pourquoi cela le dérangeait ou pire, le faisait paniquer plus qu'autre chose ? C'était abusé sérieusement, mais bon, peut-être que maintenant qu'il avait dormi, il y verrait plus clair dans ses propres pensées… Ou pas tient. Il n'arrivait toujours pas à déterminer avec exactitude pourquoi il avait embrassé la jeune fille dans la nuit… Pour qu'elle se taise et arrête de lui demander de la tuer ? Oui sûrement, mais il aurait tout aussi bien put lui dire de la fermer, comme il aurait fait avec n'importe qui, mais cette technique-là ne lui était même pas venu à l'esprit à ce moment précis, quand on vous disait qu'il était fatigué le pauvre. Le trouble que lui inspirait la jeune fille se voyait peut-être sur son visage, mais tant pis, de bon matin, c'était tout de même dur à prendre les masques de marbres, puis de toute manière, il ne devait pas être bien expressif non plus.

Il était de toute manière trop occupé à essayer de déterminer ce que ressentait la jeune fille à ce moment-là, elle semblait stressée… Mais était-ce à cause de la situation ambiguë ou juste parce qu'il avait mentionné le nom de Sablier ? Finissant par se lever du lit, Kyrielle hésita un instant comme pour juger si elle pourrait effectuer quelques mouvements sans tomber avant de marcher vers la fenêtre, ses mains dans le dos, l'air un peu songeuse. Au moins, elle pouvait marcher maintenant, c'était tout de même un progrès par rapport à la veille, même si Angeler se surpris à être prêt à la rattraper en cas de chute possible. Il allait arrêter de jouer les mères poules avec cette fille oui ? C'était franchement ridicule au bout d'un moment, il n'allait tout de même pas la surveiller comme cela tout le long de son séjour ici. Se tournant finalement vers lui, la jeune fille fini par lui dire ce qu'elle avait en tête, ou plutôt par lui demander une faveur. L'accompagner de dehors ? Pour voir quoi ? Des ruines, des gens pauvres qui essayaient de survivre dans le coin parce qu'ils n'avaient pas les moyens de partir s'installer ailleurs ? Ou encore mieux, l'orphelinat tient, c'était si charmant une ribambelle de mômes braillards et bruyants… Ou bon, c'était un petit peu abusé tout de même, Angeler n'avait rien de spécial contre les enfants après tout, il les trouvait même plus facilement supportable que les adultes quelques fois. N'empêche, il n'y avait rien d'intéressant à voir dans cette ville selon lui, mais en même temps, il comprenait assez bien que la jeune fille est envie de voir par elle-même ce qu'était devenu cet endroit où elle avait vécu.

Ce n'était même pas si bête après tout… Le Baskerville était même curieux de voir sa réaction tient, ressentirait-elle plus de choses qu'une personne normal ? Après tout, l'Abyss lui avait semblé si proche quelques instants auparavant, alors une fois au cœur de la ville… Mais en même temps, dans son état actuel, était-ce bien prudent de la laisser subir un tel choc ? De voir les ruines de ce qui représentait autrefois son chez elle ? Allez, il était repartit dans l'inquiétude pour cette fille sans le vouloir là, à croire qu'il ne pouvait pas s'en empêcher, cela lui venait naturellement de s'inquiéter pour elle et pour sa santé. Prenant le temps de la réflexion avant de répondre, ce qui lui sembla tout naturel puisqu'il était toujours mal réveillé, ce qui le rendait encore moins énergique qu'à l'accoutumé, le jeune homme observa la jeune fille avant de sortir une montre de sa poche… Mais oui, bien sûr Angeler, joue donc les hommes très occupés qui a des horaires à respecter, comme si cela pouvait lui arriver de ne pas faire ce qu'il voulait juste parce que ce n'était pas le bon moment dans son planning. Mais bon, il voulait surtout savoir si les Baskerville allaient être en masse dans les couloirs lorsqu'il allait bel et bien sortir avec Kyrielle, car il ne fallait pas s'y méprendre, sa décision était prise depuis longtemps. Bientôt 7h30, cela allait encore, il ne devait pas y avoir grand monde pour jouer les espions et les commères. Il rangea donc sa montre avant de reporter son attention sur Kyrielle.

" Je t'accompagne… Mais je te préviens, la ville à bien changer depuis la tragédie. Je me demande même si on peut appeler ça une ville, mais bon. " Il hésita un instant avant d'ajouter. " Tu ne me dérange pas. "

Après tout, c'était lui qui l'avait amené ici et si elle le dérangeait tant que cela, il aurait pu la remettre dehors aussi sec, mais étrangement… Il n'en avait aucune envie. D'accord, elle était… Tactile dirons-nous et maintenant, elle voulait lui faire faire une petit promenade de santé dès le matin, mais il ne s'en plaignait même pas notre Baskerville, à croire qu'il était soudain victime d'une crise de vaillantise. En tout cas, accompagner Kyrielle dans la ville ne le dérangeait pas, au contraire, il était curieux de voir ce que cela pouvait donner et puis… Il n'avait pas tellement envie qu'elle y aille seule de toute manière, puisqu'apparemment, elle semblait assez doué pour s'attirer des ennuis. Il ne disait tout de même pas que c'était un aimant à problèmes, mais il valait mieux prévenir que guérir, inutile qu'il lui arrive quelque chose alors qu'il venait à peine de la soigner pour son bras. Se rendant soudain compte qu'elle n'était pas très habillée certainement, ce qui ne choquait même plus Angeler tant il avait pu le remarquer jusqu'à présent, la demoiselle se dirigea tout à coup vers ses vêtements qui avait séchés près de feu pendant la nuit et qui étaient maintenant bon à être remis… Bon, ils n'étaient toujours pas parfait compte tenu du temps qu'il faisait, mais c'était tout de même mieux qu'une simple chemise d'homme après tout. La voir se changer attira bizarrement l'attention du Baskerville sur sa propre chemise d'ailleurs, celle-ci étant tachée par endroit du sang de Kyrielle, aussi bien celui de son bras que celui ayant coulé de son œil gauche tandis qu'elle pleurait d'ailleurs.

Angeler n'était pas spécialement maniaque, on pouvait même dire qu'il paraissait un peu débraillé avec sa manie de ne jamais boutonner sa chemise jusqu'en haut, de porter sa cravate lâche et sa veste toujours ouverte. Mais bon, là, c'était tout de même un peu trop à son gout. Se levant à son tour, il laissa Kyrielle se changer tranquillement dans son coin tandis qu'il alla se chercher une chemise propre qu'il laissa tomber sur son lit avant de retourner s'y asseoir pour enfin, enlever celle qui était sale. Puis, il resta un instant comme cela, torse nu, le temps d'évaluer les dégâts sur le vêtement. Des tâches de sang comme cela, ça allait être coton à faire partir et comme il n'était pas une fée du logis, inutile de chercher à s'ennuyer avec cela, autant la jeter directement, il ne manquait tout de même pas d'habits. Il finit donc par balancer la chemise avant d'enfiler celle qui était propre. Trouvait-il cela normal de se mettre torse nu devant une jeune fille qu'il connaissait à peine ? Eh bien… Pour être tout à fait franc, il ne s'était même pas posé la question, trop habitué à être seul dans sa chambre sans nul doute. Et puis, qu'est-ce que cela pouvait bien faire, il n'était pas pudique notre Baskerville, cela n'avait rien de choquant tout de même. Quand il eut fini de se rhabiller, Angeler put voir la jeune fille revenir vers sa table de nuit… A moitié rhabillé seulement pour sa part. Ah, il aurait dû y penser, avec son bras blessé, enfiler ses vêtements n'avait pas dû être simple pour Kyrielle, il était donc bon pour l'aider encore une fois… Oh, cela ne le dérangeait pas hein, si c'était pour la bonne cause.

Saisissant les lunettes noires d'Angeler sur le petit meuble, la jeune fille se retourna vers lui, les joues rouges sans qu'il sache trop pourquoi, pour enfin lui poser délicatement les lunettes sur le bout du nain, laissant au passage sa main effleurer sa joue. Un contact, encore, comme si en avoir était naturel chez ces deux personnes qui se connaissaient à peine. Un peu surpris par ce geste, Angeler la regarda à travers les verres teintés, qui firent un bien fou à son seul œil valable et calmèrent l'autre qui lui lancé un peu. Cela se voyait vraiment que le soleil lui faisait mal ? Apparemment, puisque Kyrielle l'avait compris tout de suite, précisant qu'il serait dommage de les abimer alors qu'ils étaient… Superbes ? D'accord, ils n'étaient pas d'une couleur très commune, mais il ne fallait pas exagérer non plus, Angeler n'était pas habitué aux compliments et ne s'y habituerait sans doute jamais, alors pourquoi lui en faire ? Portant tout simplement sa main droite juste devant son œil marqué pour poser ses doigts sur la monture et remettre les lunettes bien en place, le Baskerville n'y vis bien sûr rien de ce côté-là. Autant perdre véritablement cet œil si c'était pour qu'il soit si inutile tient. Il ne put s'empêcher de sourire avec amertume en répondant à la jeune fille.

" Je crois que c'est trop tard pour en prendre soin… Mais, merci Kyrielle. "

Très vite, le Baskerville sentit de nouveau le contact de la main de Kyrielle près de la sienne, encore une fois comme si ce geste était naturel. Sans trop s'en rendre compte, il se mit à effleurer du bout des doigts ceux de la jeune fille, mais n'allant tout de même pas jusqu'à prendre sa main dans la sienne franchement. C'était un peu trop… Osé ? Cela n'aurait fait qu'ajouter des questions, déjà qu'il ne savait pas où ils en étaient après ce baiser qu'il lui avait donné, inutile d'en rajouter. Elle ne lui avait pas rendu ce baiser après tout… Cela pouvait paraître idiot, mais cela lui faisait tout de même étrange, un peu comme s'il lui avait vulgairement volé ce baiser. Mais la jeune fille ne tarda pas à le sortir de ses pensées en lui demandant de l'aider à se rhabiller. Bien sûr, il aurait dû y penser lui-même tient, en fait non, il y avait pensé, mais il avait oublié de mettre cela en pratique de lui-même, tout simplement. Prenant un instant pour se pencher vers elle et examiner de plus près comment se portait sa plaie, il dû juger son état satisfaisant car il finit par prendre doucement le bras de la jeune fille pour le passer dans la manche de son haut, baissant ensuite le reste de son vêtement pour qu'elle ne soit plus dans cette position embarrassante. Il resta ensuite un instant là, à la regarder, ses yeux dans les siens… C'était gênant ? Non, même pas bizarrement, être à son contact ne lui faisait pas de mal après tout. Sa main alla d'elle-même effleurer le dos de celle de Kyrielle, puis, se rendant compte que ce silence pouvait peut-être être gênant pour elle, il se décida à reprendre la parole.

"… Tu ne peux pas sortir comme ça, il te faut un manteau maintenant que j'ai déchiré le tient, je vais m'en occuper. " Dit-il en réfléchissant qu'une des Baskerville pourrait lui en prêter un. " Tu dois avoir faim par contre, je me trompe ? "

Autant demander si la terre était ronde, bien évidemment qu'elle devait avoir faim, elle venait de la rue tout de même, trouver de quoi se nourrir n'était pas si simple que cela pour elle jusqu'à maintenant. Elle n'irait pas bien loin s'il ne s'occupait de pas ça aussi tient et encore une fois, il se soucier de son bien être sans même s'en rendre compte…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:18

Il fallait l’avouer ce changer une nouvelle fois dans la chambre d’un homme c’était tendancieux, maintenant elle s’en rendait compte. Oui, uniquement maintenant. Alors qu’elle avait enfin la tête un peu plus reposée, la douleur persistante étant encore passée, bien que de temps à autre son bras lui rappelait qu’elle ne devait pas faire de mouvements trop brusques. Non seulement elle se sentait gênée pour elle, mais en plus elle se disait que cela ne la dérangeait pas tant que ça de se changer ici ? Pourquoi d’ailleurs ? Trop effrayée par cette pensée, elle c’était hâtée à se rhabiller comme elle pouvait même si elle ne pouvait pas aller jusqu’au bout seule. Oh et puis.. elle s’était bien déshabiller plus tôt il n’était plus à ça près non ? Tournant brièvement le regard vers lui pendant les faits. Elle fût surprise qu’il avait de lui-même enlevé son haut pour le changer contre un plus propre. Sûr qu’il devait être taché de sang… Mais étrangement, son regard ne se détacha pas de lui, même si elle ne s’était pas tournée franchement pour mieux le regarder. Elle le regarde et ? Kyrielle le trouvait terriblement séduisant elle se l’avouait et c’était justement ce fait qui l’effrayait un peu. Angeler était un bel homme c’était indéniable, et elle pauvre fille des rues renfermée, voilà qu’elle se mettait à regarder quelqu’un de plus haut qu’elle. Oui, la brune n’hésitait pas à penser qu’elle était en bas de l’échelle. A quoi bon se surestimer ? Elle était un souvenir du passé survivant… Rien de plus. Son cœur battant un peu plus fort, la demoiselle devait faire de son mieux pour ne pas paraitre plus ébranlée que ça par ce spectacle, finissant ainsi ce qu’elle faisait de son côté avant de lui rendre ses lunettes. La situation pouvait paraitre normale ? Presque…

Alors qu’elle lui avait demandé de l’aide pour s’habiller, elle surprit alors le doux contact bien que très discret de ses doigts sur les siens. Pourquoi tant de petits gestes pourtant si insignifiants la perturbaient autant ? Elle prenait plaisir à les recevoir, au même titre qu’elle tentait d’en donner… Pourquoi à ce point vouloir faire ce genre de gestes et en recevoir ? Arrêtez donc de poser des questions ! Elle le voulait c’était suffisant ! Tandis qu’il affirmait qu’il était trop tard pour en prendre soin, la demoiselle se demanda qu’est-ce que ses yeux avaient subis pour qu’il dise ça. Ils étaient pourtant très beaux… D’un geste étrangement aussi doux, tendre que ferme. Elle glissa alors à nouveau sa main gauche sur son menton pour lui soulever doucement le visage. Maintenant rhabiller correctement, elle tenait à dire ce qu’elle pensait. Il n’avait pas à se voir si mal. Il n’avait aucune raison de le faire, même s’il ne s’agissait que d’yeux… Glissant doucement sa main ensuite sur sa joue, elle garda se contact franc. Peau contre peau. Démontrant pour le coup aucune gêne bien que son cœur disait le contraire. On va dire que le fait qu’il l’ai aidé à enfilé la deuxième manche lui permettait de se sentir un peu moins.. mise à nu ? Au sens figuré bien sûr… Elle souffla alors doucement, ne déviant pas son regard des siens, bien qu’il ait récupéré ses lunettes.

- Il n’est jamais trop tard pour prendre soin de quelque chose.. ou de quelqu’un.

Pourquoi sortir une phrase à deux balles comme ça ? Aucune idée. Mais elle le pensait. Il devait prendre soin de lui, que cela soit ses yeux ou autre chose d’ailleurs. Elle ressentait le besoin de le voir bien peut-être même sourire ? Un vrai sourire… Un léger grondement de son estomac la ramena brièvement sur terre, ne faisant que confirmer la proposition d’Angeler sur le fait qu’elle devait avoir faim. Bien sûr qu’elle avait faim, elle était simplement accoutumé à ne pas avoir l’estomac remplit, mais effectivement. La demoiselle percuta alors qu’elle n’avait rien mangé depuis au moins plus de vingt-quatre heures.. Puis que la veille ses courses dans la rues avaient été interrompu. Pas pour son déplaisir d’ailleurs au final… Gênée de paraître si pitoyable et affamée, elle baissa finalement les yeux rougissant à nouveau. Tandis que sa main posée sur sa joue glissa pour tomber lamentablement le long de son corps. On s’éloigne, on revient, on s’éloigne, on revient. Voilà ce qu’ils passaient leurs temps à faire depuis qu’ils s’étaient réveillés. Ni l’un ni l’autre ne se repoussait. Pourtant il n’était plus question de tenir chaud ou autre puisque la jeune fille allait beaucoup mieux. Pour preuve, elle se tenait debout devant lui, au finale légèrement penchée à sa hauteur. Alors qu’elle sentit l’effleurent léger de sa main sur le dos de la sienne, elle trembla légèrement sur le coup. Stupide battement de cœur… Comme si elle prenait son courage à deux mains, elle inspira un coup avant de doucement faire tourner sa main et la glisser dans la sienne. Timidement sur le coup, elle était dedans mais ne s’agrippait pas franchement. Elle reprit alors sans oser le regarder.

- Désolée… J’ai un peu faim oui… Mais, pas grand-chose me suffit, je peux grignoter un truc en partant pour ne pas te faire perdre du temps.

Voilà qu’elle commençait à partir dans les excuses, minimiser la chose et vouloir se plier en quatre pour lui. Pour ne pas l’encombrer. Elle se sentait ainsi, comme une charge pour lui. Qu’Angeler devait certainement avoir d’autres choses à faire plus intéressantes que de céder aux caprices d’une Chain. Cependant, elle noua un contact plus franc, peut-être plus intime à nouveau entre leurs mains. Prenant au passage son temps pour glisser ses doigts entre les siens. Moyen subtil de lui caresser la main avant de l’agripper ? Et alors ? Ce n’est pas comme si elle démentait le fait qu’elle était attirée par lui. Mais de là à ce que sont ressenti soit clair sur lui. C’était une toute autre histoire. Elle le tira doucement. Bien que pas assez forte pour le faire se lever, surtout avec son bras blessé, elle comptait sur sa coopération ? De toute façon ils devaient bouger de là non ? Instinctivement, une fois debout, elle se cola presque à lui. Moyen comme un autre de ne pas lever la tête vers lui ? Certainement. Comme s’il pouvait devenir le trouble rien qu’en regardant ses yeux. Il était intelligent, ça elle le savait... Peut-être un peu trop ? Hm. Oui, il était certainement un peu trop pour elle. Sans lâcher pour autant sa main, elle murmura alors.

- Je te promets de faire ce que tu me demandes après… De répondre à tes questions. Elle daigna tout de même relever la tête vers lui, faisant un semblant de sourire. C’est ce qui t’intéresse surtout Monsieur le scientifique.

Il n’y avait aucune once de moquerie ou même de reproche dans son ton. Elle était juste résignée à être ce qu’il voulait qu’elle soit non ? Combien même ça la blessait, combien même elle se rendait compte à ce moment-là qu’elle voulait être quelque chose pour lui. Pas une petite créature intéressante, pas une fille éventuellement sympathique. Plus… Une femme ? Oui. Elle était certainement que c’était ce qu’elle désirait de façon inespérée. D’un geste pour le moins inattendu, même pour elle. Kyrielle glissa alors à nouveau son bras de libre dans le dos du brun pour doucement l’enlacer. Donnant un peu l’impression qu’elle avait peur d’être lâchée, d’être seule à nouveau. C’était idiot non ? Quelle terrible spectacles ils devaient donner ces deux-là. Elle n’était plus la petite malade qui avait besoin de réconfort et pourtant les voilà se tenant la main, ou plutôt elle lui tenant la main, en train de l’enlacer doucement. Comble du ridicule, elle lâcha une excuse sans pour autant le regarder, ni même le lâcher. Il devait la prendre pour une idiote, ou folle allez savoir. Peut-être bien qu’il jugerait qu’elle n’avait plus besoin qu’il la serre contre lui pour lui tenir chaud ou autre et qu’il la repousserait à juste titre. Elle comprendrait. C’est justement parce qu’elle était persuadé qu’il ne voyait en elle que de la pitié qu’elle agissait ainsi. Voulant profiter de lui un maximum. Continuer sa vie sans lui par la suite. Etrangement, cette idée lui paraissait très dure à cet instant… Pourtant, caressant légèrement son dos du bout des doigts, serrant toujours doucement sa main, elle lâcha comme pour détourner son attention.

- Je n’ai rien mangé depuis 24h.. un petit quelque chose n’est vraiment pas de refus.

Vive le sujet inapproprié à la situation.. ? Un peu oui… Ce n’était pas pour autant qu’elle arrêta ses petits gestes tendres qui étaient bien moins tendancieux que tout à l’heure, bien que cela ne soit pas le genre de geste qu’on adopte avec tout le monde et surtout n’importe qui.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:20

Se rapprocher de quelqu'un était dangereux lorsqu'on y pensait bien. C'était comme donner du pouvoir à cette personne, la laisser voir vos défauts, vos faiblesses… Plus on était proche de quelqu'un et plus il était facile de le faire souffrir ou de le manipuler, comme s'il était naturel qu'un ami puisse être plus nocif qu'un ennemi. Accorder sa confiance à quelqu'un n'était donc pas une mince affaire, c'était un risque, celui de le voir un jour vous trahir, lorsqu'on s'y attendait le moins de préférence. Restait seul était donc une assez bonne carapace contre ce genre de personnes mal attentionnées, même si c'était tout de même radical de se couper complètement des autres pour ne pas souffrir un jour ou l'autre. Vivre avec sa solitude n'était pourtant pas une meilleure option, cela rendait tout aussi faible, car seul face à l'adversité. En somme, il fallait simplement bien choisir ses fréquentations, savoir en qui on plaçait sa confiance… Mais puisqu'il fallait être si prudent, pourquoi Kyrielle faisait-elle confiance à un homme comme Angeler ? Lui-même n'arrivait pas à comprendre, peut-être parce qu'il se connaissait mieux que personne et savait comme il pouvait être égoïste et capricieux. Ne recherchant en général le contact de personne, même pas de ceux de sa "famille", pourquoi tout à coup il laissait volontairement cette fille se rapprocher de lui comme cela ? La laisser croire qu'il pouvait la protéger, l'aider à se sentir mieux, à ne plus être seule… C'était ridicule, comment pouvait-il se mettre à promettre de telles choses ?

Des promesses, il lui en avait fait pourtant, depuis le début. Promis de ne pas la tuer, promis de ne pas la toucher et encore plus tard, promis de l'aider à échapper à l'Abyss. Il s'ennuyait ? Il n'avait que cela à faire ou quoi ? Il fallait croire, pour une fois qu'il aidait quelqu'un celui-là tient, pour de l'inédit, s'en était bien. Cette fille était pourtant une Chain, une créature de l'Abyss et donc, une chose qu'il était censé détester. Il n'avait jamais aimé faire partie des Baskerville, être lié à tout cela ne l'intéressait pas, il n'avait rien demandé. Il n'avait donc jamais accepté de passer un contrat avec l'une de ces créatures, peu importe l'insistance de ses aînés des Baskerville qui avait absolument voulu le forcer. Hors, forcer Angeler à faire quelque chose n'avait jamais été une bonne méthode, cela contribuait simplement à le braquer davantage en général, rien de plus. On ne pouvait rien tirer de cet homme lorsqu'il n'était pas décidé maintenant qu'il avait atteint l'âge adulte et une certaine sagesse, alors, lorsqu'il était encore un gamin, il ne fallait pas croire que cela était mieux, bien au contraire. Plus turbulent, plus en proie à la colère aussi, il n'avait jamais était un enfant facile et le reconnaissait lui-même, mais il assumait très bien cela et ne regrettait rien, passer un contrat avec un chain ne l'intéressait pas à l'époque et cela ne s'était pas amélioré par la suite. Pourtant, inutile de nier, l'idée d'empêcher Kyrielle de retourner dans l'Abyss en passant un contrat avec elle l'avait pour ainsi dire effleurée la veille lorsqu'elle s'était endormie dans ses bras.

Ridicule n'est-ce pas ? Qu'il se mette à penser cela, lui qui ne voulait aucun lien supplémentaire avec l'Abyss, il ne savait pas ce qui lui était passé par la tête, une idée comme ça, juste en l'air. Un moment d'égarement, car la Chain n'avait pas grand-chose en commun, si ce n'est rien, avec ses congénères, il ne savait pas si cela venait du fait qu'elle avait été humaine, mais elle semblait conserver des sentiments bien humains malgré sa transformation. Peut-être était-ce pour cela qu'il baissait sa garde en sa présence, parce qu'elle lui semblait humaine, faible et trop innocente pour tenter quoi que cela soit contre lui. Il suffisait de la regarder pour voir qu'elle n'était pas mauvaise, non ? Enfin… Elle ne représentait pas un danger direct pour le Baskerville en tout cas, en forme peut-être, mais là, elle était aussi docile qu'un agneau pour le moment. Pourtant, elle se sentait déjà mieux, cela se voyait dans ses gestes moins faiblards et sa façon de parler, car maintenant… Elle parlait justement, elle ne murmurer plus doucement en soufflant dans son oreille pour qu'il puisse l'entendre et étrangement, il n'aurait pas su dire si c'était un mieux ou pas. Oh, il était satisfait que ses soins est portés leurs fruits et qu'elle aille mieux bien entendu, mais le fait qu'elle n'est plus besoin d'être aussi proche de lui dorénavant lui faisait tout de même bizarre d'un coup, comme si la sentir plus loin lui faisait ressentir une sorte de vide.

Pourtant, elle se tenait, juste devant lui et maintenant qu'elle était rhabillée convenablement, la situation semblait tout de même moins gênante… Pour elle. Car, Angeler lui de son côté, n'était pas gêné de grande chose, il faut bien l'avouer. Mais alors qu'il ne s'y attendait plus vraiment, la jeune fille passa sa main sur son menton pour qu'il lève les yeux et la regarde, prolongeant ensuite ce contact sur sa joue. Autant dire qu'il ne se fit pas prier pour la regarder à nouveau et observer ses jolis yeux d'obsidiennes noirs, sans trop y chercher quoi que ce soit. Il avait parlé trop tôt pour ses murmure tient, car, comme pour le contredire jusque dans ses pensées, la jeune fille lui souffla doucement sa prochaine phrase, lui disant qu'il n'était jamais trop tard pour prendre soin de quelque chose ou de quelqu'un. De quelqu'un vraiment ? S'ils parlaient toujours des yeux de Baskerville, si, pour le droit, il était un peu tard pour s'en soucier d'après lui, mais bon, le cacher derrière des lunettes noires était finalement une manière comme une autre de s'en occuper si on pouvait voir les choses ainsi. Mais pourquoi de quelqu'un ? Elle ne parlait tout de même pas de… Lui, tout simplement. Comme si quelqu'un allait prendre soin de lui franchement, c'était un grand bonhomme, il pouvait se débrouiller seul et arrivait même pour le coup à prendre en charge une petite voleuse blessée, c'est dire s'il savait être autonome pour un Baskerville. Mais bon, cette phrase était tout de même gentille dans un sens et ne sachant jamais quoi répondre à la gentillesse, manque d'habitude sans nul doute, Angeler se contenta de garder le silence, concentrant de nouveau son regard sur la main de Kyrielle.

Cette petite main d'ailleurs, qu'il effleurait du bout des doigts, comme après un instant d'hésitation vint se glisser dans la sienne. Elle avait encore froid ? Il ne lui semblait pas pourtant, en serrant très légèrement sa main dans la sienne, il ne la trouva pas particulièrement glacée, pas comme lorsqu'il avait saisi pour la première fois sa main dans la rue en tout cas, ou là, elle avait vraiment eu besoin de chaleur humaine. Mais bon, si elle prenait sa main, c'est qu'elle devait certainement avoir une bonne raison, alors inutile de l'en empêcher, il l'y avait même peut-être encouragé en en caressant le dos de celle-ci, allez savoir. Quoi qu'il en soit, la jeune fille ne tarda pas à reprendre la parole pour lui dire qu'effectivement elle avait faim, mais qu'en gros, elle avait un appétit d'oiseau et qu'il ne fallait donc pas s'embêter à la nourrir grassement. Et puis quoi encore ? Elle n'avait que la peau sur les os, pour l'avoir eu sur lui un bon moment la veille, le Baskerville était bien placé pour témoigner qu'elle n'était vraiment pas lourde et qu'un bon repas de lui ferait certainement pas de mal. En plus, sans atteindre son stade à elle, lui aussi avait faim, ce qui était une raison supplémentaire pour perdre un peu de temps à se restaurer comme il faut. Se retenant de lever les yeux au ciel, Angeler ne tarda pas à lui répondre de son ton le plus ironique.

" Bien sûr, après avoir perdu autant de sang, un crouton de pain sec et un grand verre d'eau devrait suffire à te remettre d'aplomb… Je me demande même si le bout de pain est nécessaire, mais disons que je suis généreux. "

Le pire, c'est que même ironique, notre homme avait un fort potentiel à paraitre sérieux de nature. Etait-ce bien malin alors que la jeune fille était visiblement un peu mal à l'aise et cherchait à ne pas l'encombrer ? Bien sûr que non, mais c'était Angeler, le roi du sarcasme mal placé et il ne pouvait de toute façon pas s'en empêcher, pas souvent en tout cas, comme ici, c'était sorti tout naturellement. Sentant la main de Kyrielle resserrer son étreinte sur la sienne en enlaçant ses doigts tandis qu'il parlait, il la sentit ensuite vouloir le tirer un peu pour qu'il se lève. Autant dire que sans un peu de bonne volonté de sa part, elle n'aurait pas été bien loin dans ce projet la pauvre, heureusement qu'il était d'humeur conciliante et ne se fit pas prier pour se redresser avant que Kyrielle se retrouve de nouveau tout près de lui. Sans défaire le contact de leurs mains enlacées, la laissa faire, regrettant seulement qu'elle ne lève pas les yeux vers lui, ce qui lui fit tout de même pencher un peu la tête lui-même pour essayer de nouer ce contact visuel, mais sans grand succès. Elle finit tout de même par reprendre la parole tout doucement pour lui dire qu'après, elle ferait comme il voudrait, répondrait à ses questions et serait sage tout ça… Oui bon, elle ne l'avait pas dit comme cela, mais c'était ce qu'il fallait comprendre, même si Angeler chercha la moquerie lorsqu'elle l'appela monsieur le scientifique. Il n'y en avait pas ? Pas dans sa voix en tout cas, mais il y avait un semblant de sourire…

Même s'il ne semblait pas signifier cela. Sentant la main de la jeune femme dans son dos, le Baskerville combla de lui-même le peu d'espace qu'il restait entre eux et peut-être encouragé par ce geste de Kyrielle, il n'hésita pas un instant à aller poser sa main sur sa joue, ses doigts juste en dessous de sa mâchoire, comme pour avoir une certaine prise et être sûr qu'elle ne baisse pas la tête une nouvelle fois en sentant son regard sur elle. Penchant la tête une nouvelle fois vers elle, il arrêta son visage tout de même assez près du sien, sans pour autant abuser autant que lorsqu'elle avait effleuré ses lèvres à plusieurs reprises la veille au soir. Voyez cela comme une petite vengeance personnelle si cela vous amuse, en tout cas, il reprit même sa façon de souffler doucement sur ses lèvres pour lui parler. A son tour de jouer un peu, même s'il doutait fortement que cela avait été le but de la jeune fille un peu plus tôt. Lui par contre savait très bien ce qu'il faisait, car, se posant trop de questions sans réponses à son gout, il était décidé à observer sa réaction histoire de mettre un peu plus les choses au clair entre eux. Il l'attirait ? Lui faisait peur ? Ou bien se servait-elle tout simplement de lui pour avoir une protection le temps de retrouver ses forces, avec les chains, il fallait tout de même se méfier après tout.

" Ne joue pas les cobayes dociles Kyrielle, tu n'as pas à être si résignée... Tu ne m'appartiens pas tu sais. "

Pourtant, être résigné à son sort et être bien sage était l'une des meilleures manières de ne pas s'attirer les foudres du scientifique. Mais au point où ils en étaient, le Baskerville se demandait sérieusement s'il pourrait lui faire du mal maintenant. Au début oui, c'était certain, il n'avait même pas été tendre du tout lorsqu'il avait secoué avec insistance son bras blessé, mais maintenant ? C'était une autre histoire. Dans un sens, il lui avait dit cela pour voir si son comportement changerait, s'il retrouverait plutôt la petite peste combative du début, mais d'un autre côté… La sentir mal à l'aise et si résignée à ce qu'il se serve d'elle comme d'un objet ne lui plaisait pas vraiment, alors que c'était tout de même le but de départ. Eloignant ensuite son visage sans pour autant la lâcher, gardant se contact doux avec elle en observant son visage, le Baskerville chercha à observer sa réaction, à répondre à ses propres interrogations trop nombreuses aussi. Lorsque Kyrielle lui rappela qu'elle avait faim, dire confirmé plus tôt par les grondements de son estomac, Angeler fini par se défaire de son étreinte, un peu à contre cœur, mais garda sa main dans la sienne pour l'entrainer avec lui. Approuva simplement sa demande d'un signe de tête. Il se stoppa pourtant en passant devant une malle, décidant enfin de lâcher aussi la main de Kyrielle pour aller l'ouvrir et se mettre à chercher dedans une cape.

Longue, noire et bien chaude, pile ce qu'il fallait à Kyrielle pour qu'elle puisse sortir à Sablier. D'où sortait-il une telle cape lui ? Eh bien… Il s'agissait tout simplement de l'une des capes des Baskervilles, oui oui, une cape des Baskerville noire, bien entendu. Ayant toujours jugé cette couleur trop voyante et reconnaissable, et cette cape trop grande et peu pratique d'ailleurs, il en avait brûlé, perdu et détruite par accident notre homme… Du moins, il ne lâcha jamais l'excuse des accidents, n'allez pas l'accuser de détester ces choses au point de s'en débarrasser volontairement. Celle-ci avait eu plus de chance pourtant, bouillie dans un mélange de plante destinées à changer sa couleur, elle était effectivement passée d'un rouge écarlate à un noir sombre, mais avait eu la mauvaise idée de rétrécir lors de cette opération délicate. Autant dire qu'elle n'était plus très utile au brun comme cela, mais pour Kyrielle, cela ferait très bien l'affaire. Se redressant donc, il alla directement poser la longue cape sur les frêles épaules de la jeune fille, se félicitant lui-même d'avoir pensé à cela. Le vêtement restant quand même assez grand, elle pourrait s'enrouler dans quelque chose en cas de coup de froid au dehors, elle serait à l'abri et cela lui couvrirait mieux les jambes que son vieux manteau court. Attrapant ensuite son propre manteau, le Baskerville ouvrit la porte avant de saisir de lui-même la main de Kyrielle pour sortir de la pièce. Ce serait tellement bête qu'elle se perde après tout… Oui, excuse bête, mais c'était comme cela. Evitant les couloirs trop peuplé en général, Angeler se dirigea donc vers une cuisine situé un peu plus bas dans les étages, où il finit tout de même par lâcher la jeune fille pour aller fouiller dans le garde-manger… Se rendant alors compte qu'en treize années passées chez les Baskerville, c'était la première fois qu'il allait préparer à manger pour quelqu'un d'autre.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:22

Elle était bien, elle était contre lui. C’est tout. C’était si simple pour elle d’avoir le sourire ? Un peu… Juste un peu, les questions qu’elle se posait en permanence sur ce qu’elle ressentait l’empêchait de profiter comme elle l’aurait voulu. Persuadée qu’il la refilerait vite fait bien fait à quelqu’un pour honorer sa promesse sans s’encombrer ? Elle le pensait, un peu aussi, mais n’osait y croire… Car s’il y avait bien une chose qu’elle avait compris, c’était qu’elle voulait rester près de lui. Et.. le voir bien ? C’était nouveau tiens, depuis son retour dans le monde réel, la demoiselle avait toujours appris à ne se préoccuper que d’elle-même, c’était d’ailleurs le mieux à faire pour survivre, mais voilà qu’elle se mettait à penser qu’il avait le droit de sourire ? Quelle idiote tiens. Son cœur battait un peu plus fort que d’habitude, le simple fait d’avoir le privilège d’être dans ses bras la faisait réagir. Et notre demoiselle n’était pas au bout de ses surprises. De quoi je parle ? Du fait qu’elle se retrouva avec sa main contre son visage, ce dernier la forçant plus ou moins à ce qu’elle le regarde. Oh, Kyrielle n’allait pas non plus dire qu’elle n’aimait pas le regarder, au contraire. Il est si.. beau. C’est alors que ce beau visage s’approcha du sien, leur souffle se mêlant doucement alors qu’il parlait. Pourquoi.. ? Il était si proche, son cœur battait, ses joues prirent d’avantage de couleur, tandis que la demoiselle trembla légèrement dans le creux de ses bras, sans pour autant se détourner. Il était si proche, elle ne s’en rendait compte que maintenant, elle ait l’irrésistible envie de se rapprocher un peu plus. Mais elle n’en fit rien. Restant dans ce drôle d’état.

Elle n’avait pas à jouer le cobaye résignée ? Vraiment ? Pourquoi ? Ce n’était pas le rôle principal qu’il attendait d’elle ? Du moins, c’est ce qu’elle se bornait à croire. Ou plutôt elle se disait qu’elle ne pouvait espérer mieux ? Oh et puis allez aux diable avec vos questions. N’osant rien dire, se concentrant plus qu’autre chose pour ne pas tout simplement céder à cette tentation qu’était de rapprocher un peu plus son visage du sien. D’être le plus proche de lui dans la mesure du possible. Cette retenu se traduisait par un tremblement légers, et la rougeur de ses joues encore plus persistante. Elle ne disait mot. Elle ne savait pas quoi lui répondre sur le coup en fait. Que dire.. ? Finalement, son estomac lui sauva la mise, puisqu’il s’éloigna d’elle pour l’entrainer par la main vers la sortie. S’arrêtant en cours de route pour fouiller dans une malle et en sortir une longue cape noire qu’il plaça sur ses épaules, prenant dans la continuité son manteau à lui. Timidement, elle plaça correctement le bout de tissu sur elle. C’était tout bête mais.. ça avait un peu son odeur… Lâchant un « Merci » tout timide, la demoiselle ne savait trop comment elle devait réagir. Son rapprochement de toute l’heure l’ayant toujours autant retournée. Cela se termina par une balade dans les couloirs de la demeure main dans la main. Bon, d’accord, d’un point de vue externe, les voir marcher ainsi pouvait paraitre étrange, au risque même de les prendre carrément pour un couple. Hors, ce n’était pas le cas. Même si étrangement cette situation ne lui déplaisait pas. Serrant bien sa main dans la sienne, la demoiselle se laissa guider, n’hésitant pas à regarder de temps à autre autours d’elle. Remarquant que l’endroit était très grand, bien qu’un peu sombre et ancien. Au moins, elle était mieux là que dehors. Fixant discrètement le jeune homme elle songea.

Arrivant ensemble dans une cuisine, la demoiselle resta bêtement plantée un peu en retrait tandis qu’il se mettait à chercher de quoi faire à manger certainement. Gênée, la couleur de ses joues n’ayant pas changées, elle se tourna alors vers la fenêtre brièvement. Dire qu’elle serait certainement encore en train de courir sous la neige à cette heure-ci. Chassant déjà de quoi manger, soit un marchand ou un brave riche à dépouiller. Au lieu de cela, elle était pour la première fois depuis longtemps au chaud dans une cuisine. En bien bonne compagnie en plus… Reportant son attention sur Angeler, la demoiselle se décida tout de même à s’approcher doucement histoire de voir ce qu’il faisait. Hm ? Des tartines ? De la confiture ? Voilà bien longtemps qu’elle n’avait rien mangé de tel. Pour le coup, on aurait presque pût la voir baver. Son estomac gronda de plus belle. Il était décidément temps qu’elle mange en effet. Heureusement qu’il était là ? Remettant une nouvelle fois quelques mèches de cheveux derrière l’oreille, elle se pencha légèrement avant de le regarder.

- Tu ne veux pas que je t’aide.. ? Ou… Elle fixa les tartines.J’ai trop faim…

Lâcha-t-elle au final pour elle-même. Elle voulait l’aider oui, mais le simple fait de savoir qu’elle avait de la nourriture à portée de main avait de suite éveillé son appétit. Lui faisant se rendre compte qu’elle avait l’estomac vraiment vide ! Cédant à la tentation contrairement à tout à l’heure. La brune s’empara d’une des tartines déjà faite pour ne pas tarder à l’engloutir. C’est que c’était bon en plus… Bien rapidement la première avalée fût suivie d’une deuxième. Et ainsi de suite, rien qu’à la regarder. On pouvait se douter qu’elle devait que très rarement être rassasiée, mais elle ne mangeait pas n’importe comment tout de même ! Certainement au moins cinq tartines avaient dût être engloutie par elle, c’est alors qu’elle réalisa qu’il était en train de se coller les tartines tout seul depuis tout à l’heure sans avoir pût en manger une seule tant elle était affamée et rapide à manger. Nettoyant brièvement ses mains avec un peu d’eau, elle se décida à enfin parler. Dire ce qui la tracassait depuis tout à l’heure. Et qu’il puisse manger aussi tant à qu’à faire ! Le poussant légèrement pour qu’il lui laisse la place, ou se glissant devant lui au choix. Elle prit finalement le relais. Disant alors timidement sans oser le regarder sur le coup.

- Laisse-moi un peu faire… Tu as bien le droit de manger aussi, et puis si je vais mieux c’est grâce à toi.. !

Terminant sa phrase par un léger sourire, elle finit par relever une bonne fois pour toute la tête vers lui. Se heurtant presque à regret contre ses lunettes noires qui étaient pourtant là pour un besoin utile. Se forçant à ne plus baisser les yeux devant lui, ayant toujours peur qu’il puisse voir dans son regard son ressentit qu’elle avait dû mal à saisir elle-même. Terminant quelques tartines, Kyrielle en prit une pour lui proposer, toujours avec le sourire. Ce n’était pas un grand sourire aux éclats non, cela s’apparentait d’avantage à quelque chose de très doux… Le regardant toujours, la demoiselle finit par lui dire. Exprimant pour le coup une certaine sureté dans ses propos.

- Tu sais… Ce n’est pas un jeu. Je veux être ce que tu veux que je sois…


Gênée tout de même par les propos qu’elle lui tenait. La demoiselle avait cette fois-ci parfaitement conscience que ses paroles pouvaient être très mal interprétées. Il y avait bien sûr une signification bien précise pour elle, reste à savoir comment lui prendrait cette phrase. En tout cas, la demoiselle pensait très clairement à la chance de pouvoir être « quelque chose » pour cet homme qui avait réussi à faire battre son cœur. A la réchauffer et à lui faire sourire… Elle voulait qu’il se sente bien, qu’il soit heureux ? C’était peut-être idiot, enfantin ou tout ce que vous voulez, mais cette envie était sincère et osez dire qu’elle n’est pas gentille. Continuant finalement sa phrase non terminée, la jeune fille finit par poser la tartine juste à côté, afin de pouvoir passer ses mains sur les épaules d’Angeler, se servant de ces dernières pour très doucement se hisser et souffler dans son cou. Le tout étant fait bien sûr très lentement pour ne pas se faire mal inutilement au bras droit.

- Parce que, je veux te voir sourire Angeler… Même qu’un peu.

Quelle idiotie pensa-t-elle. Pourquoi lui dire ça comme ça ? Il allait certainement la prendre pour une idiote. Cependant, maintenant qu’elle était légèrement hisser contre lui, elle appuya ses paroles par le geste. Et ce geste fût de l’embrasser. Pas comme vous le pensez ! Jamais elle n’oserait ! Kyrielle n’imposerait jamais son envie à quelqu’un d’autre, surtout pour un sentiment d’attachement aussi fort qui ne devait être qu’à sens unique ? Elle était certainement l’idiote de l’histoire mais qu’importe. Qu’il puisse sourire pourrait au moins lui réchauffer légèrement le cœur. En bref, ce baiser était posé sur le coin de ses lèvres, juste à la commissure. Non, cette fois ce n’était pas une erreur lors de la visée. C’était une indécision ? Une envie qui n’était pas allé jusqu’au bout, mais c’était déjà beaucoup pour elle. Quitte à être une idiote, autant ne pas s’arrêter en si bon chemin ? En tout cas ses bras glissèrent doucement contre lui pour reprendre leur place dans son dos. Son contact des lèvres n’ayant toujours pas quitté la commissure des siennes.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:27

Comme si s'occuper de quelqu'un qui en avait besoin était devenu la préoccupation première d'Angeler, celui-ci prenait soin de sa petite patiente en la personne de Kyrielle. Maintenant qu'elle allait mieux, il devrait moins s'en soucier, la laisser se débrouiller seule, elle devait bien savoir le faire en fin de compte, elle s'était débrouillée seule dans la rue pendant… Bon, d'accord, le Baskerville n'avait aucune idée du temps exact qu'elle y avait passée, mais compte tenue de l'état de maigreur dans lequel elle se trouvait, cela devait tout de même faire un petit moment. Mais qu'importe si son bras allait mieux à présent et qu'elle pouvait au moins se débrouiller pour des choses simple, le brun ne semblait pas décidé à se désintéresser de son cas pour le moment. Il lui avait bien proposé de manger un morceau avant d'aller voir ce qui se tramait à Sablier. Bon, il avait aussi proposé cela parce qu'il avait lui-même assez faim, mais tout de même, c'était une marque de gentillesse en quelque sorte. De toute manière, un choc assez redoutable attendait la jeune fille dehors selon lui, alors il valait mieux qu'elle reprenne des forces avant d'aller affronter cela. Cela au moins, ça s'expliquait facilement… Mais pour la cape alors ? Cape dont il avait fallu qu'il se souvienne et qu'il avait été chercher au fin fond d'une malle, pourquoi donc s'en soucier ? Parce qu'il avait rendu le manteau de la demoiselle inutilisable peut-être, oui, c'était certainement cela, il pouvait bien lui donner de quoi le remplacer du coup.

Bon, cela ne lui coûtait rien de lui donner sa cape, il n'en avait pas grand usage de toute manière vu qu'elle était devenue un peu petite pour lui, mais le simple fait qu'il lui cède quelque chose sans qu'elle n'ait rien demandé pouvait paraître étrange venant de lui. Cela ne lui ressemblait pas ? Oh, mais si bien sûr, c'était tout de même un homme soigneux qui prenait soin de ses affaires et des gens qui avaient une importance à ses yeux… Mais dans ce cas-là, il fallait considérer, soit que Kyrielle était sa chose, soit qu'elle lui était chère… Ridicule, autant oublier cela. Au moins, la cape était bien chaude et sa couleur noire lui conférait tout de même une certaine discrétion, plus que du rouge en tout cas. Bon, puisque le Baskerville l'avait porté, elle conservait une légère odeur de tabac, qui finirait certainement par s'estomper avec le temps, mais qui était tout de même présente. Cette odeur dérangerait peut-être la jeune fille tient, elle n'était certainement pas fumeuse, mais bon, il ne fallait pas être trop difficile non plus. Les joues rougis, elle le remercia timidement de ce présent, ce qui fit s'interroger un instant le Baskerville sur la nature de ses rougeurs. Elle ne s'était toujours pas remise de son petit… Jeu ? Oh, il avait été tellement sage la veille lorsqu'elle s'était collée à lui de la sorte, alors pourquoi ne pourrait-il pas à son tour s'approcher d'aussi près pour observait ses réactions.

Ce que cela lui apprenait ? Pas grand-chose en fait, à part qu'il semblait la troubler la demoiselle lorsqu'il dépassait certaines limites, ce qui était normal d'ailleurs. Il était assez bel homme et en avait conscience, il pouvait donc facilement faire rougir une jeune fille, non ? Bon, il ne comptait pas en abuser tout de même, même si voir l'effet qu'il produisait sur elle le satisfaisait intérieurement, allez savoir pourquoi. C'était… Une certaine forme de domination ? Cela lui donnait du pouvoir sur elle ? Pas tant que cela tout de même, disons simplement que la voir toute timide alors qu'elle avait menacé de le planter avec une dague la veille était assez drôle pour lui. Mais maintenant qu'il s'était éloigné, elle aurait dû s'apaiser, non ? Pourtant, cela ne semblait pas être le cas… Elle se calmerait bien tôt ou tard de toute façon, il lui fallait juste le temps de se remettre du choc. De quel choc tient ? Il ne l'avait même pas embrassé… Enfin, si, mais pas aujourd'hui, il avait donc était sage, elle n'avait rien à lui reprocher, il avait tout simplement cédé à un instinct basique qui lui disait de se rapprocher d'elle. Cela continuait d'ailleurs, puisqu'il se mit à arpenter les couloirs du manoir main dans la main avec elle, comme s'il avait peur qu'elle aille se perdre s'il la lâchait. D'accord, elle ne connaissait pas les lieux, mais tout de même, elle serait bien capable de le suivre sans s'égarer, non ? Eh bien… Le Baskerville ne semblait pas voir les choses sous cet angle, puisqu'il ne la lâcha qu'une fois arrivé dans la cuisine et seulement parce qu'il devait préparer quelque chose à manger d'ailleurs.

En effet, avec une seule main, c'était assez délicat de fouiller dans les placards de la cuisine et de préparer des tartines couvertes d'une bonne couche de beurre et de confiture, car il fallait au moins cela pour remplir l'estomac vide de la jeune fille. Ne s'oubliant pourtant pas dans l'histoire, le Baskerville utilisa le poêle pour se préparer du café, il ne savait pas trop si la demoiselle en buvait, mais lui en tout cas, il n'allait certainement pas s'en priver. Mais en attendant que la boisson chaude soit prête, il se mit à préparer des tartines qu'il posa juste à côté de lui au fur et à mesure. Etant resté un peu en retrait jusque-là, Kyrielle avait fini par s'approcher doucement pour lui demander s'il voulait un coup de main, mais en voyant la nourriture, sa faim du prendre le dessus puisqu'elle ne tarda pas s'emparer d'une des tartines en disant qu'elle mourrait de faim. De toute manière, elles étaient pour elle, elle pouvait donc bien se servir. Mais si le Baskerville s'était attendu à ce qu'elle mange beaucoup, il n'aurait peut-être pas cru aussi vite, car, à peine posait-il une tartine à sa portée qu'elle l'engloutissait avec appétit. Lorsqu'il s'en rendit compte, il ne put s'empêcher de sourire un peu, amusé par le fait qu'une si petite demoiselle puisse en engloutir autant en si peu de temps. Il avait bien fait de proposer qu'ils mangent un morceau avant tient, sinon elle n'aurait pas tenu jusqu'à la sortie la pauvre. Enfin là, ils ne mangeaient pas, Kyrielle mangeait, mais il s'en fichait un peu, conscient que si lui avait faim en ayant sauté un ou deux repas, elle, cela devait être bien pire.

" Mais tu m'aide déjà beaucoup, tu fais tout disparaitre en quelques secondes. "

Ce n'était même pas un reproche en plus, la situation le faisait vraiment un peu rire, non pas que sa faim soit drôle, mais la voir dévorer comme cela alors qu'elle avait juré juste avant n'avoir besoin que d'un tout petit truc à grignoter, c'était tout de même comique. Pourtant, elle finit par calmer ses ardeurs envers la nourriture et le poussa même un peu pour prendre sa place, prenant du même coup le relais pour préparer le petit déjeuner. Même si cela ne dérangeait pas Angeler de préparer à manger, il la laissa tout de même faire sans broncher, jugeant qu'après avoir l'avoir laissé s'occuper d'elle comme cela, elle devait certainement ressentir le besoin de se sentir utile aussi, ou juste de se débrouiller un peu seule, d'avoir son autonomie. Son autonomie pour des tartines ? Eh bien oui, il fallait bien commencer quelque part, chaque chose en son temps. La regardant faire à travers ses verres teintés, jugeant qu'effectivement, elle semblait aller bien mieux et que cela lui faisait étrangement plaisir à lui… La satisfaction du travail bien fait sans nul doute, rien de plus. Le Baskerville en profita donc pour enlever la cafetière du feu pour se servir un bon bol de café bien noir, hésitant un instant avant d'en préparer une tasse plus petite pour Kyrielle. Par ce temps hivernal, une boisson chaude ne pouvait pas lui faire de mal après tout, mais comme les gens était bien plus habitué au thé, ce n'était pas sûr qu'elle apprécie cette boisson forte. Au pire, elle mettrait du lait ou s'en passerait tout simplement.

Bientôt, la jeune fille lui tendit une des tartines qu'elle c'était appliqué à faire (avec amour hein…) et il ne se fit pas prier pour la prendre, notant au passage le doux sourire de Kyrielle. Pourquoi donc ce sourire, pourtant si simple, lui fit un drôle d'effet ? Intérieurement, il se mit à penser sans le vouloir que ce sourire lui allait bien et qu'il désirait la voir plus souvent avec… Ridicule, qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire qu'elle sourit ? Même si elle était très belle comme cela, il ne voyait pas bien ce que ça changeait pour lui. Quoi qu'il en soit, elle ne tarda pas à reprendre la parole pour lui dire qu'elle voulait être ce qu'il voulait qu'elle soit… Oulà, déjà, c'était bien compliqué tout cela ! Premièrement, avait-elle une idée de ce qu'Angeler attendait d'elle à l'instant présent, car, pour être tout à fait franc, lui-même ne savait plus trop ce qu'il attendait de la jeune fille, c'était assez flou pour notre scientifique dirons-nous. Devait-il l'étudier et se désintéresser d'elle ensuite ? Veiller à ce qu'il ne lui arrive rien de mauvais et se débrouiller pour la sortir de la rue définitivement… Ou bien la sauver de l'Abyss en faisant d'elle sa chain ? Encore cette idée grotesque qui revenait, comme s'il allait prendre un chain, lui… Bref, si cela avait été clair dans l'esprit d'Angeler, la phrase de Kyrielle aurait peut-être eu plus de sens pour lui, mais au lieu de cela, elle ne servit qu'à lui ajouter des doutes et des interrogations, comme s'il avait besoin qu'on lui en ajoute en ce moment. Mais de ce côté-là, il n'avait pas fini de s'en poser des questions, car Kyrielle finit par se rapprocher encore de lui, tout doucement.

Que faisait-elle encore ? Là au moins, elle ne pouvait pas prétendre avoir froid ou avoir glissé à cause d'un malaise, elle mettait bien d'elle-même, sans qu'il y ait encouragé, ses mains sur ses épaules, les mettant dans une position assez ambiguë tout de même. Continuant alors sa phrase qu'elle avait laissée en suspens, elle parla de le voir sourire, même un tout petit peu… Lui ? Sourire ? Pourquoi le devrait-il ? Oh, il le faisait parfois, mais il s'agissait alors de sourire moqueur ou mesquin et bizarrement, il pensait que ce n'était pas de ce genre de sourire dont parlait la jeune fille. Mais il n'avait pas tellement de raison de sourire en général, pas doucement et simplement comme l'avait fait Kyrielle il y a un instant. Encouragé par les gestes de la jeune femme, le Baskerville glissa doucement sa main sur la joue de Kyrielle, caressant celle-ci du bout du pouce, presque tendrement en baissant les yeux vers elle pour la regarder, la trouvant sans le vouloir encore une fois adorable. D'une voix assez basse, pourtant bien suffisante compte tenue de la proximité entre les deux personnes, Angeler lui répondit enfin.

" Tu n'as pas à te sentir obligé de faire quoi que ce soit pour moi… Et personnellement… C'est ton joli sourire que je préfère voir. "

Pourtant, presque malgré lui, un léger sourire apparut sur ses lèvres, presque imperceptible, sans une once de moquerie cette fois-ci, mais bien présent. C'est étrangement ce moment que choisi Kyrielle pour venir déposer un baiser juste à la commissure de ses lèvres, en replaçant doucement ses mains dans le dos du Baskerville, comme si ce contact était tout naturel pour eux. Un léger frisson traversa Angeler en sentant Kyrielle de nouveau si près de lui et il se laissa même aller à glisser la main qu'il avait posée sur sa joue dans ses cheveux, puis à passer celle qui était libre dans son dos pour la saisir par la taille et la rapprocher encore de lui. Pourquoi sur la commissure des lèvres ? Pourquoi pas sur la joue ou directement sur les lèvres tient… C'était perturbant, même si ce contact n'avait rien de désagréable, bien au contraire. Mais Angeler n'était pas du genre à faire dans la demi-mesure, ainsi, lentement, il ne tarda pas à glisser un peu son visage pour que ses lèvres touchent celles de Kyrielle. Un peu comme la veille, sans brusquerie bien qu'il la serrait doucement contre lui, voulant sentir son corps frêle contre le sien. Minute, n'avait-il pas promis de ne pas la toucher ? Si, quelque chose comme cela, mais c'était elle qui s'était rapproché de lui là, il n'était donc pas responsable… Si ? Finissant par rompre le contact de leurs lèvres, il plaça doucement son front contre le sien en caressant ses cheveux, réfléchissant à ce qu'il faisait…

Qu'est-ce qu'il lui prenait franchement, il n'était pas du genre à se poser des centaines de questions lorsqu'il se trouvait seul avec une femme en général, alors pourquoi, là, c'était si différent ? Pourquoi avait-il l'impression qu'il n'avait pas à la brusquer, qu'il devait prendre soin d'elle et ne pas se rapprocher d'elle si elle ne le voulait pas ? Pourquoi se poser tant de questions sur ce qu'il ressentait pour elle franchement… Il fallait juste qu'il fasse le point, mette les choses au clair, sinon, il resterait embrouillé de la sorte et n'arriverait plus à réfléchir comme il le fallait, ce qui chez lui était bien rare. Fermant un instant les yeux, il finit par lâcher en soufflant sur les lèvres de la jeune femme, une simple question, mais qui pourrait beaucoup l'éclairer.

" Et toi ? Qu'attends-tu de moi Kyrielle ? "

Pourquoi tourner des heures autour du pot après tout, autant être direct, c'est ce que le Baskerville savait faire de mieux. Et puis… Ce sentiment étrange le tiraillait, il n'en avait pas l'habitude et c'était perturbant pour lui. Laissant glisser ses mains le long du corps de la jeune fille, il finit par briser ce contact, presque à contre cœur, pour faire quelques pas dans la pièce, ne voulant surtout pas la regarder. Soupirant, il reprit finalement la parole d'un ton neutre.

" Tu ne voulais pas voir Sablier ? "

Puisque cette visite dans son ancienne ville serait certainement assez pénible pour la jeune fille, autant faire cela tout de suite, vite fait bien fait et lui retirer cette épine du pied, elle se sentirait sûrement mieux après… ou pas ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:29

Adorable lui vraiment ? Oui, il l’était. Ou peut-être que notre demoiselle était en train de totalement divaguer qui sait. Oh et puis de toute façon, elle était du genre à ne plus rien attendre de la vie, alors elle avait bien le droit de s’attacher et se raccrocher à cet homme ? Si ce dernier se servait d’elle, Kyrielle aura au moins pût affirmer que sa petite existence de Chain ne fût pas si mauvaise que cela sur la fin ? Comment ça c’était une vision un peu trop innocente et abusée ? Laissez-là donc l’apprécier comme bon lui semble. Consciente que s’attacher autant à lui et si rapidement pouvait de toute façon la conduire droit au mur. Au moins, cela mettrait un terme rapidement à tout… L’appétit maintenant enfin calmé, la demoiselle pouvait enfin tenter de réfléchir plus posément. Voilà bien longtemps qu’elle ne s’était sentie aussi bien, elle n’avait pas froid, n’avait plus particulièrement faim et en plus elle n’était pas seul. Parfait ? Presque. Du moins, si son petit cœur ne cessait pas de faire des siennes à chaque fois qu’elle se trouvait un peu trop proche de lui ou selon les paroles qu’il lui disait. Tenez par exemple, la voilà tout rouge rien que lorsqu’il lui annonça sur un ton qui ressemblait à de la plaisanterie qu’elle l’aidait déjà en dévorant tout ? Gênée elle l’était, mais elle ne pouvait en plus s’empêcher de se demander pourquoi il lui paraissait si soudainement doux, alors qu’il avait tout sauf ça lors de leur rencontre. Gentillesse cachée ? Manipulation. Allez savoir, toutes les solutions étaient possibles et Kyrielle préférait continuer à avancer là où elle se sentait le mieux plutôt que de réfléchir au meilleur ou au pire…

Voilà pourquoi elle en était venue à se retrouver une nouvelle fois contre lui. Sans raison médical apparente contrairement au soir dernier ? Oui, elle était là parce que l’envie l’avait poussé à le faire c’est tout. La jeune Chain se disait que de toute manière elle ne reviendrait pas à la charge si elle se faisait chasser, chose normal non ? Hors voilà. Un contact sur sa joue se fit sentir, la faisant toujours légèrement rougir, tandis qu’elle déposa ses lèvres sur le coin de ses lèvres à lui. Refusant presque d’admettre que l’envie de l’embrasser même brièvement lui était passée par la tête. On va dire que ce fût lui qui rattrapa le coup ? En quelque sort, puis que son étreinte se fit ressentir. Une main se mêlant doucement à ses cheveux tandis que l’autre la rapprochait de lui en lui tenant doucement la taille. Jamais la demoiselle n’aurait imaginé tolérer un tel rapprochement et de tels gestes de la part d’un homme… Au même titre qu’elle ne pensait pas elle-même agir ainsi. Mais pour tout vous dire, ça lui plaisait, elle était bien. Et ne comptait d’ailleurs pas rompre de doux baiser bien que timide. Comble de tout, l’homme tourna alors doucement la tête, retrouvant alors cet étrange et agréable contact de la veille. Leurs deux lèvres réunis… Elle ne rêvait pas non, il était bien penché légèrement sur elle, la serrant doucement dans ses bras en train de lui faire un doux baiser. Cette fois-ci Kyrielle était certaine de ne pas divaguer pour sûr. Surprise tout de même de la réaction de l’homme, s’étant à la base préparée à être remise à sa place, elle ne bougea pas d’un pouce. Ne sachant comment réagir en fait. Lui rendre ? Vraiment ? Elle pouvait ou bien ? Que de questions idiotes. Gênée, la demoiselle resta un peu béat devant la situation du coup. Hésitante, sa tête envahie de question tandis que son regard ne se détachait cependant pas de son visage. A aucun moment l’idée de le repousser lui effleura l’esprit. Le contact fût finalement rompu, ses mains à elle glissèrent finalement légèrement, desserrant légèrement leur prise sur le dos de l’homme. Angeler déposa finalement son front contre le sien, l’ai pensif, exactement comme elle. C’est pourquoi le silence tomba.

Ils venaient de s’embrasser ? Encore ? C’était la deuxième fois. Pourquoi elle appréciait ? Pourquoi elle aimait ? Non, pouvait-elle faire confiance à un homme au point de désirer être qu’à lui. De rester dans ses bras et recevoir de doux baisers de ses lèvres ? Ses joues ne perdant certainement pas de leurs couleurs vu la situation, la situation pouvait paraitre déroutante, mais Kyrielle comprit au moins une chose. Elle voulait recommencer, mieux, avoir son attention à lui juste pour elle. La demoiselle avait succombée tout simplement à ce doux regard planté sur elle. C’est exact, ces magnifiques yeux ne regardaient qu’elle en ce moment même, et cela suffisait à lui faire croire qu’elle était autre chose qu’une pauvre créature perdu… C’est alors qu’il lui souffla sur les lèvres une nouvelle fois pour lui demander ce qu’elle attendait de lui. Comment ça ? Avait-elle le droit d’attendre quelque chose d’Angeler ? Ce qu’elle voulait… Non. C’est égoïste, c’est lui tout simplement. Rester dans ses bras, dans une étreinte douce, l’embrasser doucement et surtout le voir sourire et qu’il soit bien. Oui. Disons que cet étrangement sentiment plus qu’affectueux à son égard se traduisait par un désir d’être très proche de lui mais aussi qu’il soit heureux. Enfantin hein ? Non. Kyrielle découvrait juste ce qu’est aimer ? Elle qui est si renfermée et effrayée de la gente masculine à cause de son passé, elle venait de faire un grand pas. Cependant, elle n’eut même pas le temps de songer répondre qu’il s’éloigna. Demandant tout simplement si elle ne voulait pas voir Sablier. Quoi.. ? Pourquoi s’éloignait-il ? Elle ne voulait pas, cependant la jeune fille ne fit sur le moment rien pour le retenir, le regard toujours planté sur le sol.

Il avait raison. Ils devaient sortir c’était le but initial de la matinée on va dire. Le reste viendra après, tout comme enfin savoir en quoi il avait besoin de la petite Chain qu’elle était. Timidement, toujours aussi peu sûre d’elle pour le coup, le cœur lui tambourinant toujours la poitrine, elle se décida à prendre la tasse de café qu’il lui avait fait. Hésitante, elle se décida tout de même à boire, ne faisant pas sa difficile bien que cela lui arracha une grimace. S’emparant par la suite du bol de café et d’une tartine, la demoiselle se planta devant lui le regard bas pour lui tendre son petit déjeuné. Pas de raison qu’il ne puisse pas se nourrir, c’est chez lui après tout. Sans oser décrocher la moindre parole, elle attendit qu’il prenne et qu’il consomme son repas du matin, patiemment… Une fois ceci fait, Kyrielle prit son courage à deux mains pour relever la tête vers lui, tentant de ne pas montrer son trouble toujours présent concernant le baiser et le rapprochement qu’il y avait eu entre eux.

- On peut y aller maintenant.. !

Bien qu’hésitant un instant, la jeune fille se tenta à glisser à nouveau sa main dans la sienne pour le suivre dehors. Parfaitement prête à se contenter de le suivre si jamais il n’était pas d’accord pour recommencer à se la balader ainsi… Ca la rassurait de un et puis, inutile de préciser qu’elle aimait bien ce contact aussi non ? Une fois dehors, la demoiselle sentit alors une étrange sensation l’envahir. Comme si elle s’était rapprochée malheureusement de cet endroit qu’elle détestait. Cet endroit qu’est l’Abyss. Il était si proche que ça.. ? Sa mine afficha une légère inquiétude bien qu’elle tenta de la refouler rapidement. Sans regarder une seule fois notre homme, mais n’hésitant pas au final à le guider une fois dans cet endroit en ruine. C’était quoi ça ? Sablier vraiment ? Ah oui.. elle avait déjà entendu parler des Ruines de l’ancienne Capitale sans jamais avoir osée songer y mettre les pieds un jour. Chose qu’il devait se produire arriva. Malgré l’état plus que déplorable de la plupart des bâtiments, si on pouvait encore appeler ça ainsi, la demoiselle trouva le moyen de se repérer brièvement à quelques endroits. Par là une boutique ou plutôt un semblant de boutique qu’elle côtoyait. La vendeuse était adorable, certainement morte… Comme un peu tout le monde d’ailleurs. Se détachant alors de lui, Kyrielle finit par progresser dans ses rues qu’elle connaissait, ces dernières avaient tellement changés, s’en était navrant. Etrangement calme et silencieuse, la demoiselle n’en était pas pour autant pas triste ! Elle le cachait juste, affichant sa neutralité habituelle pouvant paraitre terriblement pas appropriée à la situation d’ailleurs. C’est alors qu’elle se planta devant un tas de gravât. Revoyant très bien la scène, elle regarda autours d’elle comme pour se repérer. Elle se mit alors à parler, à elle-même peut-être ? S’il ne l’écoutait pas tant pis, cela ne devait pas être bien intéressant… mais elle reconnut en fait une marque sur le sol. Sur la pierre on pouvait distinguer un étrange symbole dans le pavé, sa provenance ? Aucune importance…

- C’est ici.. Qu’ils m’ont trouvé. Qu'on m'a adopté…

Dit-elle en soufflant doucement. Sa voix exprimant une certaine mélancolie et tristesse. D’ailleurs elle ne tarda pas à continuer sa route d’un pas plus assuré, comme si elle savait exactement où elle allait cette fois-ci. Moins perdu dans ses ruines qui étaient tout de même bien différentes d’autrefois. Elle se planta alors devant un semblant de ruine qui représentait un ensemble de maisons. Soit un grand mur encore debout avec plus rien derrière. Les trous dans ces derniers représentant les fenêtres et les portes en gros… Elle apposa sa main sur l’une d’elle. Dedans, il ne restait plus rien si ce n’est des débris. Cent ans ça ne pardonne pas, le temps est certainement l’une des choses les plus cruelles. La preuve l’état de cet endroit, l’oubli pour ces habitants, ces « parents ». C’était presque ironique que la jeune brune se retrouvait coincée dans un corps qui ne vieillissait plus. La belle affaire, ça ne sert à rien quand on est seule. Baissant une nouvelle fois tristement la tête, Angeler devait avoir l’impression d’être mis à l’écart. Cependant elle ne l’avait pas oublié. Elle se tourna alors vers lui, refoulant toujours ses larmes. Elle parla alors, sa voix déraillant légèrement de temps à autre. Elle ne pleura cependant pas la mort de ses parents une nouvelle fois.

- Je vivais ici… Avec ma famille adoptive…

C’était court et simple à comprendre non ? En tout cas elle ne savait même pas pourquoi elle lui avait dit ça et encore moins pourquoi avoir précisé qu’elle avait été adoptée… Un moyen de tenter de s’ouvrir à lui ? Un petit peu probablement. Inspirant profondément, elle finit par mettre les mains derrière son dos pour bien se mettre en face de lui. Et lui faire un sourire léger, bien qu’une certaine tristesse puisse se faire sentir dans son regard. Elle ne portait pas de lunette elle. Hors sujet total d’ailleurs, la cape qu’il lui avait passé était vraiment pratique et elle l’en remerciait. Elle lâcha ça comme ça, un peu comme un cheveu sur la soupe peut-être, cependant con ton montrait qu’elle pensait ce qu’elle disait, parlant doucement…

- En fait. Angeler, je voulais te dire… Elle hésita tout de même un bref instant. Ce que j’attends de toi, je te l’ai déjà dit. Te voir sourire, être heureux…

Hésitation, gêné mais bienveillance. Voilà ce qu’elle affichait. Jusqu’à ce qu’elle remarque que plus loin derrière un homme les pointait avec une arme. Un pistolet certainement, pourquoi ? Prise de panique sur le coup, inutile de le nier, le simple fait de penser que quelqu’un tentait de lui tirer dans le dos. A lui, Angeler ? Pas besoin de se faire prier ou de parler, son œil devint alors rouge vif immédiatement, ne se souciant même pas de ce qu’Angeler pouvait penser de la situation. Passant juste à côté de lui, une première bourrasque eut pour effet de repousser la balle tirée, suivie de deux autres, beaucoup plus larges mais tranchantes. Très tranchantes, pas assez pour couper un homme oh non, mais bien assez pour l’éventrer et le faire agoniser au sol pendant un moment avant de mourir. Kyrielle resta un instant debout, faisant dos à Angeler, avant de finalement se courber en deux en se tenant la gorge. Stupide contrecoup… Tentant de retrouver son souffle, ce dernier se faisait capricieux, l’empêchant de mourir, mais l’empêchant de juste être essoufflée. Elle suffoquait par moment et d’autre non en somme. Le souffle lui manqua, elle tomba à genoux, se tapant alors la gage thoracique, comme espérant faire passer ce moment plus rapidement. Voilà pourquoi elle n’aimait pas utiliser son pouvoir de façon trop forte, cela ne la tuerait pas mais.. c’était très très loin d’être agréable pour elle. De l’air.. elle voulait juste de l’air.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:33

Comment ne pas se sentir troublé lorsqu'une jeune femme assez belle se rapproche autant ? Bon, certes, Angeler n'était pas né de la dernière pluie et pouvait bien résister aux avances d'une charmeuse de bas-étages, mais là, il s'agissait tout de même bien d'autre chose. Tantôt innocente, tantôt rougissante et gênée devant le moindre geste un peu trop proche, tantôt à se rapprocher d'elle-même pour lui souffler doucement dans le cou… Cette jeune femme était une énigme, il ne voyait pas bien où elle voulait en venir exactement. Au moins, si le but était de le déstabiliser, c'était réussi. Tout n'était jamais ou tout blanc ou tout noir, Kyrielle en était la preuve formelle. Au début combattante et froide, elle était devenue aussi docile qu'un chaton, tout aussi câline aussi, ce qui, bien que déstabilisant pour le Baskerville, n'avait rien de désagréable tout bien réfléchit. Pourtant, Angeler n'avait pas l'habitude qu'on se montre si… Tactile avec lui, bien au contraire, il était bien plus habitué à la solitude, ce qui lui convenait tout à fait en général. Mais là pour le coup, il n'avait pas le cœur ni l'envie de repousser la jeune fille, un peu comme s'il se sentait déjà proche d'elle et que lui faire de la peine ou ne pas lui apporter le réconfort qu'elle souhaitait était inadmissible pour lui. Ridicule diraient certaines personnes qui le connaissaient bien, mais pour lui, à cet instant, cela n'avait plus rien de ridicule. Il voulait être proche de Kyrielle, la voir sourire, faire disparaître toutes idées morbides de son esprit, bref, il voulait qu'elle aille bien.

Seulement cela ? Non, il voulait plus, être avec elle, sentir un contact entre eux, il le savait maintenant, c'était bien ce qui l'avait conduit à l'embrasser, non ? Non pas brusquement, comme pour chercher un contact basique, répondre à un besoin d'homme imminent, mais tout simplement, tendrement presque, comme en prenant soin de cette petite chose fragile qu'était Kyrielle. Elle n'aimerait certainement pas être qualifiée de la sorte, mais pour lui, elle était fragile, douce, à protéger… Tous ce que lui n'était pas en somme, mais elle était surtout ce qu'il désirait à cet instant précis, ce qui n'était tout de même pas rien. Extrêmement possessif dans l'âme, le Baskerville avait tendance à prendre ce qu'il désirait, sans rien demander à personne et à le garder pour lui seul, mais là pour le coup, il arrivait tout de même à se dire que s'accaparer Kyrielle pour lui seul était peut-être possible, mais que cela serait comme… L'emprisonner ? Ne pas lui demander son avis et lui imposer un style de vie qu'elle n'aimerait peut-être pas ? Oui, certainement cela et allez savoir pourquoi, cela le dérangeait de s'imposer de la sorte à la jeune fille. Pourtant, il avait bien fini par poser ses lèvres sur les siennes, même si rien dans la situation actuelle n'était clair, même si… Elle ne lui répondit pas. Pourquoi donc ? N'était-ce pas elle qui s'était rapprochée en première après tout ? Pourtant, elle restait immobile dans ses bras, sans le repousser non plus au moins, ce qui était déjà bon signe.

Les joues toujours empreinte de couleurs, la jeune fille semblait un peu dépassé par les évènements, ce que le Baskerville pouvait bien comprendre. Ne s'était-il pas posé des questions lui-même, alors qu'il était un homme intelligent ? Non pas que la demoiselle soit idiote, il ne pensait pas cela – il ne le pensait plus depuis un moment même – mais, elle ne semblait pas avoir eu un passé facile, on pouvait donc comprendre qu'elle soit perdu avec ce genre de sentiments. N'avait-elle pas dit être habitué à la solitude ? Et non par choix elle, c'était tout autre chose que cette espèce de misanthrope d'Angeler. Mais que cela soit dans un souci de ne pas s'imposer à elle ou bien juste d'éviter les questions gênantes qui pourraient suivre son geste, Angeler fini par s'éloigner de lui-même de la jeune fille, changeant radicalement de sujet histoire de ne pas avoir à s'attarder sur ses propres sentiments. Le but initial était de sortir voir la ville en ruine non ? Alors autant s'y mettre tout de suite, le Baskerville n'avait aucune envie de passer la journée de cet endroit glauque, il avait tout de même autre chose à faire, même si les horaires de travail, ce n'était toujours pas ça avec lui. Visiblement tous les deux un peu gênés et muet dans cette situation, bien qu'Angeler sache beaucoup mieux le cacher, un petit silence s'installa entre eux tandis que Kyrielle goûtait au café… Visiblement pour la première fois compte tenu de la grimace que cela lui tira. Ah oui, dans un pays où le thé était la boisson majoritaire, il était difficile d'aimer le café, mais bon, dans le doute, il lui en avait servi tout de même.

Se retenant de sourire un peu en la voyant goûter à la boisson, le Baskerville prit la tasse qu'elle lui tandis ainsi que la tartine, observant un instant son visage baissé au passage avant de la remercier. Toujours aussi gênée ? Il y avait peut-être été un peu fort pour le coup, cela n'avait peut-être pas été l'idée du siècle en fin de compte. Enfin, il se contenta simplement d'avaler sa tartine en vitesse avant de boire, sans grimace lui, la boisson amère histoire de ne pas faire trop attendre la jeune fille, puisqu'elle semblait vraiment tenir à voir ce qu'était devenue sa ville. Sans perdre un instant de plus, Angeler enfila enfin son manteau avant de se tourner vers Kyrielle… Qui lui prit timidement la main avant de l'entraîner dehors. Oh ? Elle ne voulait donc pas s'éloigner de lui ? Ou alors elle voulait une baby-sitter, ou un garde du corps, ce qu'Angeler pouvait très bien faire pour le coup. Après tout, c'était juste pour l'accompagner, car, soyons franc, n'avait strictement rien à faire là-bas, plus il évitait l'endroit et mieux il se portait, les ruines n'avaient aucun intérêt pour lui. Encore, quand il cherchait un pauvre pigeon sur qui tester ses potions nouvellement préparées, il y avait de grandes chances de l'y trouver – les Baskerville ne se montrant plus très coopératifs là-dessus – mais, pour autre chose, ce n'était même pas la peine d'y compter. Gardant la petite main de Kyrielle dans la sienne, le jeune homme la suivit sans faire d'histoire, la guidant seulement jusqu'aux ruines avant de la laisser prendre ses marques d'elle-même. Elle avait vécue ici non ? Elle pourrait sans doute reconnaitre une ou deux choses alors, au pire, du moment qu'elle n'allait pas tomber dans le trou béant laissé au milieu de l'ancienne capitale, cela lui allait très bien.

Silencieux, faisant alors honneur à son véritable nom, le jeune homme la laissa déambuler dans la ville dévastée, même lorsqu'elle lâcha sa main, il la laissa faire, jugeant qu'elle avait besoin d'un peu de temps pour se remettre du choc. Pourtant, il ne la laissa pas seule pour autant, restant toujours derrière elle à une distance raisonnable. Juste de quoi lui laisser assez d'espace pour explorer et se retrouver un peu face à face avec ses souvenirs, mais pas trop loin non plus, on ne savait jamais, la ville n'était pas bien sûre. Les mains dans les poches, ne trouvant quant à lui rien de bien intéressant à observer dans ces ruines, puisqu'il n'avait jamais connu la ville autrement, il remarqua soudain que quelque chose avait attiré l'attention de la jeune fille. Se rapprochant de quelques pas, il l'écouta parler de son passé, lui dire que c'était ici qu'elle avait été trouvé et adopté. Une enfant trouvée dans la rue ? A croire que c'était l'histoire de sa vie d'être ramassée là, la pauvre fille tout de même. Découvrir cet endroit sembla l'attrister davantage, donnant alors au Baskerville la furieuse envie de lui dire de rentrer pour ne pas trouver d'autres souvenirs aussi déprimants pour elle. Mais il n'en fit rien, au fond de lui, il se disait que c'était mieux comme cela. En ayant été plongé dans l'Abyss sans voir la triste fin de Sablier, elle ne devait avoir qu'une idée très vague de ce qu'il s'était passé, au moins comme cela, elle pourrait en avoir mieux conscience, exorciser les vieux souvenirs et enfin en faire son deuil pour avancer ? C'était un mal nécessaire pour elle, il continua donc de la suivre, maintenant qu'elle semblait avoir retrouvé le chemin d'elle-même.

Ils ne tardèrent pas à arriver tous deux devant… Un semblant de maisons ? L'ombre de ce qu'elles avaient étés tout simplement, il ne fallait pas s'attendre à grand-chose dans le coin de toute façon. Autrefois, le quartier devait sans nul doute être tranquille, accueillant même, avec des habitants paisibles, dont faisaient partie Kyrielle et ses parents adoptifs. Tout cela semblait bien loin au Baskerville, c'était une autre époque, qu'il n'avait pas pu connaitre compte tenu de son âge. Comme quoi, l'Abyss faisait vraiment des ravages, il ne fallait pas s'étonner après qu'il déteste cela, même si lui personnellement, n'avait pas tellement eu à en souffrir. L'Abyss l'avait juste lié aux Baskerville, à cette famille avec qui il n'arrivait pas s'entendre comme il faut. Encore, du moment qu'ils le laissaient faire ses expériences tranquille, il n'avait pas à s'en plaindre, après, de là à se plaire avec eux, c'était une autre histoire. Retenant quelques larmes de couler, Kyrielle finit par se tourner vers lui, lui confirmant en effet qu'elle vivait ici autre fois. Cela suffisait amplement à expliquer sa détresse à cet instant après tout, elle avait tout simplement la preuve devant les yeux que ce qu'elle avait connu à l'époque n'était plus rien, que des ruines et des souvenirs. C'était horrible d'avoir la vérité en face non ? En temps normal, ces circonstances aurait rendu le Baskerville parfaitement indifférent, ce n'était pas son problème après tout, mais voir Kyrielle souffrir ainsi le nui plaisait pas pourtant. Impuissant devant sa détresse, il ne trouva qu'à baisser les yeux sur elle, le visage sombre.

" Je suis désolé Kyrielle… "

Pourquoi l'être ? Parce qu'il l'avait amené ici ? Parce qu'il ne savait pas quoi faire pour lui faire oublier cette terrible épreuve ? Ou tout simplement parce qu'au fond, il savait que c'était sûrement les Baskerville qui avait portés le coup fatal à la seule famille que Kyrielle n'avait jamais eu ? Avait-elle seulement conscience qu'elle aurait pu croiser dans les couloirs celui qui avait achevé la vie de ses parents ? Certainement pas non, elle lui en voudrait terriblement si elle savait cela, à cette personne et à Angeler aussi, pour l'avoir emmené dans cet endroit. Après tout, sans lui, elle serait restée à Réveil, elle n'aurait eu aucune raison de revenir ici… Mais en même temps, elle serait aussi morte à Réveil à l'heure qu'il était, il n'avait donc pas eu vraiment le choix. Malgré la douleur que devait ressentir la jeune fille, elle parvint tout de même à venir se placer devant le Baskerville et à lui accorder un léger sourire, même si celui-ci parut bien triste à notre homme. Pourquoi se forcer à sourire, il pouvait comprendre qu'elle allait mal et puis… Ce n'était pas comme s'il ne l'avait jamais vu pleurer. Ce visage empli de tristesse qui venait pourtant lui sourire pinça le cœur d'Angeler, pourquoi donc vouloir se montrer si forte, elle n'en avait pas besoin… Comme plus tôt, la main du jeune homme vint d'elle-même se poser sur la joue de la petite brune, dans un geste plutôt consolateur qu'autre chose cette fois-ci.

Bientôt, Kyrielle reprit la parole, mais étrangement, ces paroles n'avaient pas grand-chose à voir avec la situation présente. Au contraire, celles-ci faisaient plutôt référence à la conversation qu'ils avaient eue plus tôt dans la cuisine. Ce que désirait Kyrielle ? Le voir sourire, heureux… Etrangement, c'était le contraire que ressentait le brun, il voulait que ce soit elle qui sourit, elle qui soit heureuse et qui oublie son horrible passé. Lui ? Il s'en fichait et cela, c'était bien la première fois. Toujours, il avait pensé à lui avant de penser aux autres, s'estimant plus important, plus intelligent aussi, bref, il avait une opinion de lui-même tellement haute, qu'il n'estimait même plus la vie des autres à une échelle si grande tout compte fait… Alors que là, c'était différent. Pour Kyrielle, il pouvait bien faire un effort. Ce n'était même pas un effort d'ailleurs, il pensait tout simplement à elle naturellement, comme s'il était tout à fait normal qu'elle prenne une place importante dans sa vie, dans son esprit, qu'elle soit… Spécial pour lui. Les yeux perdu dans ceux de Kyrielle, bien qu'ils soient cachés derrière ses lunettes noires, le Baskerville accorda à la jeune fille un sourire, pas grand, un peu triste, mais pourtant sincère. Mais alors qu'il songea à lui répondre, l'œil gauche de la jeune fille devint rouge, comme lors de la première fois qu'il l'avait vu utiliser son pouvoir et bientôt, une bourrasque de vent le contourna pour aller… Arrêter une balle ? Trop concentré sur Kyrielle qu'il était, le Baskerville ne s'était même plus soucié de surveiller ses arrières, n'ayant du coup pas remarqué le type qui l'avait braqué avec un pistolet et avait même tiré.

Trop lent sans doute, mais Kyrielle de son côté n'avait pas perdu de temps pour utiliser son pouvoir et mettre l'individu hors d'état de nuire. L'homme était alors tombé à terre, agonisant sur le sol, mais vous voulez tout savoir ? Angeler n'en avait carrément rien à faire. Il aurait dû être en colère contre ce type franchement, aller l'achever ou même juste aller rendre sa mort inévitable encore un peu plus douloureuse, mais non, il était à présent totalement concentré sur Kyrielle qui semblait assez mal en point. Se tenant la gorge à deux mains, la petite chain semblait manquer de souffle. Avait-elle été touchée par une balle ? Ou était-ce un contrecoup du à son pouvoir ? Cela arrivait parfois après tout. Se précipitant vers elle, le Baskerville eu à peine le temps d'arriver à ses côtés qu'elle tomba à genoux, suffoquant. Non, non et non, elle n'avait pas le droit de crever aussi bêtement, pas après qu'il l'ait soigné, pas après qu'il se soit attaché à elle… La peur s'était emparé du Baskerville, sans qu'il l'ait vu venir, car après tout, il ne s'attendait nullement à avoir peur pour quelqu'un d'autre, c'était nouveau pour lui cela aussi. Pourtant, un autre sentiment luttait avec la peur, la colère. Pourquoi l'avoir défendu ? Il s'en fichait bien de se prendre une balle, ce n'était ni la première, ni la dernière fois que cela lui arrivait, il en avait vu d'autre. Certes, la jeune fille ne pouvait pas le savoir, mais tout de même, ce n'était pas à elle de le défendre, surtout pas au prix de sa propre vie ou de sa santé, Angeler ne pouvait pas le tolérer. Surtout en colère contre lui-même pour n'avoir pas réagi plus tôt, le Baskerville explosa alors.

" Idiote ! Pourquoi avoir fait ça ? T'es pas en état pour ces conneries ! "

Bien qu'il enrageait, autant intérieurement qu'à l'extérieur, Angeler alla s'agenouiller près de Kyrielle avant de la prendre par les épaules pour l'allonger sur le dos et ainsi tenter de l'examiner pour voir d'où venait la blessure. Seulement, il n'y en avait pas, elle semblait seulement manquer de souffle… Enfin, seulement c'était vite dit, puisqu'elle suffoquait réellement, ses poumons réclamant de l'air à corps et à cri sans pour autant pouvoir parvenir à en obtenir. Il ne savait pas trop d'où cela pouvait venir, mais une chose était sûr, il ne pouvait pas la laisser s'étouffer comme cela, il fallait qu'il l'aide. Sans trop réfléchir, le Baskerville se pencha donc vers elle et posa sa bouche contre la sienne pour lui insuffler de l'air directement comme cela, portant au passage une main à son visage pour lui boucher le nez. Il continua, encore et encore de lui envoyer de l'air de la sorte, refusant de la laisser souffrir sans réagir plus longtemps.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:35

C’est terrible de suffoque vous savez ? Pour vous donner une impression de ce qu’elle ressentait en ce moment allez donc vous mettre sous l’eau et ne remontez à la surface que de façon à ce qu’un peu d’air entre dans vos poumons, ainsi vous ne mourrez pas, mais jamais assez pour que l’air emplisse suffisamment votre corps. Etrangement, dans ces moments –là, le simple fait de respirer est au final un bonheur inexplicable et surtout un grand soulagement. Hors voilà, Kyrielle avait déjà pût noter que son corps réagissait plutôt mal à son pouvoir lorsque celui-ci était un peu plus poussé. Disons que plus elle utilise d’air, plus le contrecoup est puissant. Cela peut aller très vite. Pour preuve, elle avait actuellement fait seulement deux vagues assez tranchantes pour tuer au final un homme même si ce n’était pas sur le coup. Je vous laisse imaginer si elle décidait de couper net quelqu’un ? Inutile d’être pessimiste, la demoiselle n’était actuellement pas suicidaire, si elle avait agi ainsi, c’était uniquement pour Angeler et pour le protéger. Cela peut paraitre idiot pour lui, qu’il ne comprenne pas mais qu’importe. Elle ne voulait pas qu’il soit blessé ou pire tuer ? La simple pensée de pouvoir le perdre là comme ça devant ses yeux sans pouvoir rien faire lui déchira le cœur. Chose qui avait certainement dût lui permettre de réagir à temps, se mettant dans cette position fort désagréable. La mort ne l’attendait pas, elle souffrait juste et risquait de perdre connaissance dans le pire des cas. Chose qui serait dangereux voir tout simplement fatale si elle était toute seule dehors, mais là il y avait Angeler avec elle donc ça devrait aller non.. ?

Apparemment oui, puisque le brun ne l’avait pas laissé suffoquer toute seule à genoux devant lui, il était là à côté d’elle, semblant inquiet ? Ou fâché ? En tout cas une certaine colère pouvait se lire sur son visage mais surtout dans sa voix. Alors qu’il l’engueulait presque en la traitant d’idiote, demandant par la même occasion pouvoir avoir fait ça alors qu’elle n’était pas en état pour ça. Ah.. idiote. Voilà ce qu’elle se disait depuis un bon moment déjà, ravie de savoir qu’il était du même avis ? Peut-être aurait-elle pût rire de ses paroles dans d’autres circonstances, mais on va dire que suffoquer comme ça ne lui donnait pas vraiment de marge niveau réaction. C’est pour dire, elle arrivait tout juste à le regarder, sans même pouvoir lui répondre. Ce n’était pas le moment de parler on va dire. Se retrouvant rapidement allongée sur le sol, la demoiselle ne pensa même pas sur le coup que cette fois contrairement à la veille, le vêtement donné par le beau brun l’empêchait au moins de se retrouver une nouvelle fois complètement trempée par la neige encore présente sur le sol. Sa cage thoracique faisant encore des mouvements un peu bizarre, prouvant que cette dernière cherchait encore son souffle, la demoiselle tentait tant bien que mal de garder les yeux ouverts, ne voulant pas détacher son regard de lui. L’homme pour lequel elle était prête d’utiliser son statut de Chain, juste pour stupidement le protéger. En tout cas. Sa réaction à lui ne se fit pas attendre plus longtemps, puisqu’il se pencha sur elle pour déposer sa bouche contre le sienne, bien évidement les deux ouvertes. Pour lui donner son propre souffle, bouchant bien sûr son nez pour que cela fonctionne mieux.

Kyrielle aurait dût une nouvelle fois être surprise de ce contact ? Même pas pour le coup. Elle était a présent certaine que sa présence de la dérangeait pas du tout, qu’elle voulait même toujours avoir plus de contact avec lui. Quel étrange sentiment qui dicte la conduite de la personne tiens. Elle pouvait vraiment dire qu’elle l’aimait ? Bref, la demoiselle commença bel et bien à partir totalement dans ses pensées, de temps à autre son manque de souffle se faisait sentir, bien vite compensé par celui du Baskerville. Elle ne bougeait pas d’un pouce, attendant que son système respiratoire veuille bien se remettre en route. Pour le coup, cette défaillance respiratoire était bien moins gênante que d’habitude, le souffle d’Angeler lui permettant de bien mieux le supporter. C’est alors que ses poumons se remirent à marcher seuls. La bouche d’Angeler encore sur la sienne, la brune se mit à tousser légèrement, comme un signe qu’elle venait bel et bien de retrouver d’elle-même son souffle. Inspirant et expirant fortement ainsi pendant un moment, histoire de se remettre tranquillement en marche, son regard ne se détacha pas de celui penché au-dessus d’elle. La demoiselle passant finalement une main sur sa joue et l’autre dans la nuque de l’homme, comme pour lui faire comprendre qu’elle ne voulait pas qu’il se relève. Même s’il pouvait penser qu’il devait le faire pour la laisser respirer tranquillement. Elle voulait qu’il reste prêt d’elle, tout prêt… Bien qu’haletant légèrement au début, son souffle finit alors par se calmer, soufflant au final doucement sur ses lèvres. Sans lâcher sa prise dans sa nuque, ses doigts se mirent alors à caresser doucement sa joue. Un geste timide, mais tout de même assez franc. Elle murmura alors tout doucement.

- Pour toi… Je l’ai fait pour toi…

Les joues légèrement rougit parce qu’elle venait de dire, la jeune fille appuya alors doucement sa main située dans sa nuque, le but étant de faire approcher le visage d’Angeler un peu plus. Juste assez pour que ses lèvres frôlent les siennes, pour finalement appuyer un peu plus. Créant enfin un vrai contact entre eux. Comme lorsqu’il s’était décidé à l’embrasser plus tôt. Ses doigts se mêlèrent alors doucement à sa chevelure, faisant comprendre qu’il devait rester là, continuer. Tandis que sa main caressait toujours doucement sa joue par effleurement du bout de ses doigts. Elle l’embrassait, comme pour lui rendre doucement ce qu’il lui avait donné deux fois plus tôt. La première, la demoiselle doutait trop pour réagir, la deuxième fois elle avait manqué de courage. Cette fois-ci c’était la bonne on va dire ? Pour sûr, puisqu’elle avait cherché le contact de leurs lèvres d’elle-même.

Parler ? Elle devrait parler ? Oui certainement, mais bizarrement elle n’en avait pas le courage. Tout comme le fait de rompre se contact était presque impossible pour elle. Se disant qu’elle devrait certainement justifier une bonne fois pour toute cette réaction de sa part ? Pour dire quoi ? Qu’elle éprouvait quelque chose pour lui, quelque chose d’assez fort pour la pousser à agir ainsi avec lui, la poussant à se rapprocher toujours un peu plus. Mieux, vouloir reprendre cette place dans ses bras. Comment on peut appeler ça ? Aimer.. ? Son cœur déjà bien rapidement loupé un battement dans sa poitrine. Comme si elle venait enfin de mettre un nom à ce qui la tiraillait depuis un moment déjà. Sans rompre le contact, Kyrielle fit alors doucement glisser sa main posée sur sa joue, effleurant timidement son cou pour se glisser finalement sur son dos. Son bras passant donc au-dessus de son épaule. Le but étant juste de le faire légèrement se rapprocher d’elle, quitte à être une idiote amoureuse, quitte à ce que ce soit la dernière fois qu’elle puisse nouer un contact si proche avec lui, autant aller jusqu’au bout. C’est pour cela qu’elle fit en sorte que le haut de son corps à lui soit contre le siens, rien de pervers ou mal attentionné là-dedans, juste.. un contact, une proximité. D’ailleurs, sa main dans sa nuque finit tout de même par se desserrer, légèrement… Bon. Cela pouvait faire une bien étrange scène de voir ses deux personnes, une couchée au sol, l’autre à moitié sur l’autre en train de s’embrasser. Mais il était temps qu’elle soit honnête avec elle-même non ? A commencer par lui faire comprendre ce qu’elle voulait de lui… Sans éloigner ses lèvres des siennes, enfin juste assez pour pouvoir murmurer, ses lèvres gardant toujours un certain effleurement sur les siennes.

- Qu’attends-tu de moi ? Angel…

Il lui avait posé la question. On va dire qu’elle n’avait osé y répondre, mais à moins de penser qu’elle avait pour habitude d’embrasser tout le monde comme ça, c’était un peu comme une réponse non ? Comment ça c’est lâche ? Eh bien… Voilà hein. Elle ne bougea pas d’un pouce, le regardant timidement, les joues terriblement rouges, sans le lâcher pour autant. Elle voulait savoir. Lui. Pourquoi il agissait comme ça ? Manipulation.. ? Jouer ? Ou bien autre chose ? S’il la manipulait depuis le début en tout cas il avait réussi…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:37

Les gens faisaient parfois des choses vraiment débiles, Angeler en avait même eu la preuve plus d'une fois. Disons seulement qu'il était admis dans la nature même de l'être humain que faire des erreurs – ou carrément des conneries – était parfaitement normal et donc, qu'il n'y avait rien à faire pour changer cela. Puisque cela faisait partie de l'ordre des choses, pourquoi donc changer cela, il y avait une si bonne excuse toute trouvée. Pourtant, ce n'était visiblement pas le propre des êtres humains de faire n'importe quoi, puisque Kyrielle venait de prouver que les chains n'étaient pas mieux… En même temps, elle tenait plus de l'humaine que du chain aux yeux du Baskerville, alors, il ne fallait pas trop s'étonner qu'elle fasse n'importe quoi. Pourquoi ? Franchement, pourquoi c'était-elle préoccupé de ce qu'il pouvait lui arriver à lui ? C'était un homme, il savait se défendre et comme il faisait partie du clan Baskerville, il avait tout de même très peu de chance de mourir facilement… Bien sûr, Kyrielle ne connaissait pas ce dernier point, mais Angeler ne voyait tout de même pas à quel moment il était devenu quelqu'un qui avait besoin de protection. Bon, d'accord, il n'avait pas vu se type arriver, ni lui tirer dessus d'ailleurs et il se serait donc pris une jolie balle, avec un peu de chance, dans le bras ou dans la jambe, avec moins de chance, dans la tête ou dans le cœur. Cela dépendait des aptitudes de tireurs du type après tout hein ? Mais bon, puisqu'il s'agissait d'un pauvre type de Sablier, Angeler doutait fort qu'il soit un tireur d'élite. Bref, cela ne valait vraiment pas le coup de Kyrielle se fasse du mal pour le défendre…

Il avait beau être furieux et gueuler après la jeune fille, c'était plutôt après lui-même que le Baskerville était en colère. Comme avait-il pu la laisser se mettre en danger ? Il n'était pas venu avec elle justement pour la protéger ? Pour le coup, c'était totalement raté, il ne lui avait été d'aucune aide et elle était à présent en train de suffoquer pour rien. Bien qu'il ne puisse pas faire grand-chose contre cela, Angeler ne pouvait pas laisser la jeune fille endurer cela seule, il s'était donc bien vite agenouillé à ses côté… Pour lui montrer qu'il était là ? Qu'elle n'était pas seule ? Que c'était inutile franchement… Mais au moins, il se tenait à ses côtés, quoi qu'un peu impuissant face à la situation. Ne trouvant pas d'autre explication à son mal être que le manque d'air dans ses poumons, le Baskerville c'était tout de même décidé à agir, se penchant doucement sur elle en posant ses lèvres sur les siennes pour l'aider à trouver son souffle. Un baiser volé encore ? Bien sûr que non, cela n'avait rien à voir, c'était tout simplement un geste de premier secours qu'il avait lu lui seul se souvenait où, même s'il n'était pas bien sûr que cela pouvait aider Kyrielle, c'était déjà mieux que de la regarder souffrir sans rien faire non ? En tout cas, rester inactif énerverait bien trop notre homme, alors il valait mieux qu'il se donne l'impression de servir à quelques chose de toute façon. S'il arrivait quelque chose de grave à Kyrielle, il aurait du mal à se le pardonner…

Pourquoi s'en faire pour cette fille qu'il ne connaissait même pas la veille à la même heure ? Vous en posez des questions stupides vous, c'était comme cela, il ne fallait pas chercher. Maintenant qu'il s'était occupé d'elle, qu'il la connaissait mieux, il était lié à cette fille et ne pouvait pas la laisser crever bêtement comme cela. Angeler ne sut pas vraiment combien de temps avait duré ce moment, probablement moins longtemps que ce qu'il lui semblait, mais enfin, Kyrielle sembla reprendre un peu de force et put respirer par elle-même. C'était passé ? Elle était hors de danger ? Le Baskerville l'espérait bien, car même s'il ne voulait pas l'admettre, il avait eu peur pour elle… Soulagé qu'elle puisse enfin respirer par elle-même, le jeune homme esquissa un mouvement pour s'éloigner un peu d'elle et ainsi lui laisser tout l'air dont elle avait besoin – elle devait déjà se sentir assez mal, inutile de la coller par-dessus le marché – mais lorsqu'il voulut faire cela, il sentit la main de Kyrielle venir se poser sur sa joue… C'était quoi encore, une autre tentative pour lui mettre une gifle ? Parce qu'il s'était approché trop près à son goût ? Non, même pas, ce geste semblait tendre, affectueux presque, comme si elle recherchait justement un nouveau contact avec lui plutôt que de le repousser. Comme allant de paire, son autre main libre vint alors frôler doucement sa nuque, comme pour lui dire de rester penché comme cela, de ne pas se relever, de ne pas la laisser… Qui était-il pour lui refusait cela après tout ? La gardant donc sur près de lui, il alla poser sa main sur celle qui était posée sur sa joue, serrant un peu cette petite main froide pour qu'elle ne prenne pas la même température que la neige.

Elle semblait aller mieux, il n'en fallait pas plus pour soulager le Baskerville, qui resta doucement penché sur elle sans un mot, bien silencieux, ne sachant trop que dire de toute façon… Crier, encore ? Oh, elle avait compris qu'elle avait fait une connerie en se mettant en danger tout de même, non ? Pas tellement, puisqu'elle finit par répondre très doucement à la question qu'il lui avait crié plutôt, soufflant une nouvelle fois sur ses lèvres, comme la veille dans la chambre… Pourquoi toujours cette façon de lui parler, cela n'avait rien de désagréable, mais c'était troublant tout de même, il ne pouvait pas dire le contraire. Elle finit donc par lui dire ainsi que c'était pour lui, tout simplement, qu'elle avait fait cela… Ridicule, pourquoi faire cela pour lui, il ne voulait pas qu'elle prenne des risques pour lui, qu'elle souffre, se fasse du mal… C'était intolérable, il ne fallait pas ! Assez perturbé par cette réponse, bien qu'il s'y attendait un peu finalement, le Baskerville ne mit pas bien longtemps à lui répondre, sans crier cette fois, presque aussi doucement qu'elle, comme s'il avait peur qu'un éclat de voix trop fort ne la brise, elle semblait si fragile après tout…

" C'est à moi de te protéger, pas le contraire… "

Pourquoi devrait-il la protéger ? Il était devenu son garde-du-corps ? Il fallait croire oui, en tout cas, c'était ce qu'il ressentait, il ne voulait pas qu'il arrive du mal à Kyrielle, encore moins s'il en était le responsable comme maintenant. Il avait en quelque sorte déjà échoué dans la mission qu'il s'était donné en fait ? On pouvait voir cela comme ça oui, mais la jeune fille ne semblait pas trop lui en vouloir de ce côté, puisqu'elle finit par effectuer une légère pression sur sa nuque histoire de le faire se pencher d'avantage, ce qu'il ne se fit pas prier à faire et une fois assez proche, Kyrielle vint d'elle-même poser ses lèvres contre les siennes… Oui, pour une fois, cela n'était pas de l'initiative du Baskerville, il n'avait rien fait dans ce sens et c'était elle qui avait recherché ce contact, alors qu'elle ne lui avait pourtant pas rendu ses deux baisers précédents. C'était… Mieux que des mots ? Oh que oui, bien mieux, moins embarrassant aussi. Quelque peu surprit au début par l'initiative de la demoiselle, Angeler ne se fit pourtant pas prier pour répondre doucement à ses lèvres contre les siennes, n'hésitant pas, lui, à lui rendre ce baiser qu'elle lui donnait. Cela ne se refusait pas après tout, non ? Surtout qu'il souhaitait plus que n'importe quoi d'autre être proche de la jeune fille à cet instant précis, il le savait au fond de lui, même si cela ne voulait pas s'exprimer en des mots clairs et précis.

En sentant la main de Kyrielle caresser doucement ses cheveux, il ne put s'empêcher de glisser la main qu'il avait posée sur la sienne le long de son bras, pour aller tranquillement effleurer son épaule puis aller se placer sur son dos, histoire de la serrer encore un petit peu plus contre lui. Ils étaient un peu trop proches ? Tant pis, cela plaisait bien au Baskerville et la jeune fille ne semblait pas y faire objection non plus. Ils ne faisaient rien de mal après tout, ce n'était pas non plus des gestes si osés, l'endroit était juste un petit peu mal choisi, mais peu importe, il n'avait pas décidé de cela à l'avance… Si ce genre de choses se décidait, cela se saurait. Plus que jamais proche de Kyrielle, il ne souhaitait pas interrompre ce baiser, redoutant un peu ce qui devrait se passer ensuite. C'était bien mieux de se passer de mots, il n'était pas doué quand il fallait parler… Enfin, si, bien au contraire, il savait toujours parler, manipuler et choisir ses mots pour obtenir ce qu'il voulait, mais pour parler de ce qu'il ressentait et bien… Dans ces cas-là, il n'y avait plus personne en général, heureusement qu'il n'avait pas à le faire en général. C'était un cas à part, extrême dirons-nous ? Possible, en tout cas, au fond de lui, il savait qu'il ne voulait pas juste jouer avec la jeune femme, que cette attirance qu'il avait pour elle n'était pas seulement physique. C'était un besoin de l'avoir près de lui, de la serrer dans ses bras, de sentir son cœurs battre, d'entendre sa petite voix… Cela pouvait paraitre bête, mais c'était comme cela. A la fin de ce baiser, ils s'étaient pourtant retrouvés l'un contre l'autre, Angeler toujours penché sur elle… C'était indécent en pleine rue ? Oh, à Sablier, il y avait bien pire à voir, personne n'irait faire attention à eux, alors inutile de s'en faire pour si peu.

Maintenant que leurs lèvres n'étaient plus occupées à garder un contact étroit, il fallait qu'ils se mettent à parler non ?... Qu'y avait-il à dire, les choses étaient pourtant simple. Simple, mais difficile à expliquer avec des mots, c'était tout le paradoxe de la chose. Mais étrangement, ce fut Kyrielle qui se montra la plus courageuse pour le coup en abordant le sujet en première, en après un instant de silence qui n'avait pourtant rien de bien embarrassant, selon l'avis du Baskerville en tout cas. La jeune fille finit donc par lui demander ce qu'il attendait d'elle… Minute, il n'avait pas déjà posé cette question à Kyrielle justement ? Il ne savait plus trop, son esprit était assez occupé pour l'instant à vrai dire. Qu'attendait-il d'elle ? Ce n'était pas évident pourtant ? Si… Mais toujours aussi dur à formuler, surtout si la jeune femme n'était pas prête pour ce genre de déclaration. Il fallait donc être… Clair, mais pas trop ? Oh, que c'était compliqué tout cela, mais il ne pouvait pas trop s'avancer non plus, il n'était pas doué pour cela, pour s'ouvrir tout simplement, dire ce qu'il ressentait à haute voix. Certes, lui il le savait, mais le dire à Kyrielle ressemblait à une épreuve à l'instant présent. Pourquoi ne prenait-elle pas les devant pour lui dire avant, cela serait tellement plus simple… Les femmes avaient moins de mal à parler de ce genre de choses après tout, non ? Au point où en était Angeler, cela ne pouvait pas être pire que lui de toute manière.

Gardant ce contact avec la jeune fille qu'il tenait toujours dans ses bras, le Baskerville laissa un silence s'installer, le temps de chercher comment lui répondre sans l'effrayer, sans être trop vague non plus. Il ne voulait pas qu'elle le fuit, il aurait du mal à le supporter, mais en même temps, il la comprendrait. Pourquoi rester avec un type comme lui ? Il n'avait rien de très rassurant, c'était même tout le contraire. Violent, insensible, des plus pénibles à ses heures, il ne cumulait pas les qualités, c'était peu de le dire, alors, si Kyrielle ne voulait pas rester à ses côtés, il pourrait très bien le comprendre. Ne reculant pas d'un pouce, ses lèvres toujours à la portée de celle de Kyrielle, il finit tout de même pas lui répondre, d'une voix calme, presque… Douce ?

" Que tu restes près de moi ? Tout simplement… "

Pourquoi cette interrogation ? Il lui demandait vraiment si elle voulait rester près de lui ? Il ne pouvait pas la forcer après tout… Enfin si, il le pouvait, mais il ne le voulait pas, c'était différent. Il voulait qu'elle rester avec lui par choix, parce qu'elle en avait envie, parce que cela la rendait… Heureuse ? C'était un peu trop demander non ? Comment pourrait-il rendre la jeune femme heureuse après tout, lui… Se redressant légèrement, il garda pourtant Kyrielle dans ses bras pour la redresser un peu, ne souhaitant pas la laisser dans la neige, qu'elle attrape froid de nouveau. Même dans la longue cape, il valait mieux qu'elle reste contre lui pour avoir chaud, non ?... Mais, au moment où il voulut se relever avec elle, un bruit attira son attention. Celui produit par une jeune femme visiblement sous le choc d'avoir trouvé son… Son homme certainement ? Agonisant dans la neige. Ça, c'était mauvais… La poisse, encore et toujours. Cette fois-ci, la réaction d'Angeler ne se fit pas attendre et il saisit bien vite son arme tandis que la femme hystérique prenait celle de l'homme. Se préoccupant d'abord de se mettre devant Kyrielle pour qu'elle ne prenne pas une balle perdue, le Baskerville eu juste le temps de tirer sur la femme avant que… Plus rien. Le noir totale.

Dans l'instant même, le jeune homme c'était effondré sur le sol, son sang laissant une belle trainée dans la neige, une balle planté dans la tête.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:39

Tout était à la fois clair et embrouillé entre eux. A croire que tant que rien ne sera dit clairement ils ne cesseront d’entretenir une relation se situant eux deux. Amical voir neutre, ou bien plus ? En tout cas, la demoiselle était certaine de vouloir bien plus de sa part, sans pour autant penser le mériter réellement. Mais à partir du moment même où la jeune fille s’était décidée à poser ses lèvres sur les siennes pour l’embrasser et lui rendre par la même occasion tous ceux qu’il lui avait donné plus tôt sans aucun retour… Cette fois-ci, il fût plus long. Plus franc aussi. En même temps ils étaient deux à participer cette fois. Angeler lui rendant doucement ce contact, passant sa main sur son bras et son épaule pour finalement l’enlacer doucement contre lui. Rien n’avait été rompu, ils étaient restés liés par les lèvres jusqu’au bout. Et personne ne semblait s’en plaindre. Du moins, même si Kyrielle avait une méfiance presque maladive envers les hommes, au point de voir le mal partout. Elle se disait qu’avec lui elle était prête à se faire manipuler si c’était le cas… Être son jouet du moment. De toute façon, puisque rien ne l’attendait derrière, elle savait quoi faire si elle se faisait jeter… Mais ne parlons pas de malheurs, tandis qu’ils ne desserrèrent pas leur douce étreinte. Il disait vouloir la protéger en somme. Pourquoi faire ? Kyrielle avait toujours sût se débrouiller seule, même si c’était au prix de quelques marques ou blessures. Elle s’en relevait toujours. La chose qui était la plus fragile chez elle était surtout son moral. Chose qu’elle protégeait derrière une carapace. Hors, devant cet homme, cette carapace c’était doucement fissurée avant de se briser. Elle se sentait à la fois forte et faible avec lui. La force de vouloir le protéger, le voir en vie, sourire, être heureux. Mais aussi cette cruelle faiblesse de se dire qu’elle ne se voyait pas le perdre…. Quand on s’attache à quelqu’un, cela ajoute une faiblesse, mais étrangement Kyrielle ne regrettait pas du tout de s’être attachée à lui…

Restant doucement dans ses bras, ignorant le contact légèrement humide de la neige, ils se regardaient en silence. Elle avait osé. Elle lui avait posé une question. Ou plutôt elle lui avait retourné sa question de tout à l’heure. Ce qu’il voulait d’elle. A la base elle n’était qu’un sujet d’observation ou même d’expérience, rien de plus. Mais la jeune fille c’était surprise à se dire qu’elle pourrait être plus pour lui, les faits et gestes ne faisaient que la pousser d’avantage à croire en ce fait. Elle voulait être quelque chose, pas une amie. Plus… Une personne qui pourrait rester contre lui, dans le creux de ses bras. Le mot correct serait quoi ? Copine ? Compagne ? Quelque chose du genre… Mais on va dire que la jeune brune ne s’était pas amusée à mettre un mot sur ce qu’elle voulait être, elle voulait être proche c’est tout, c’est plus simple… Le cœur battant, la réponse qu’elle désirait se fit alors entendre. Il voulait qu’elle reste près de lui ? Du moins, vu le ton qu’il avait utilisé pour répondre, la jeune fille compris cette réponse comme une question qui lui était donnée en retour. Si elle voulait rester près de lui vraiment ? Les joues toujours légèrement rougis par la situation, Kyrielle avait l’impression d’être totalement ailleurs. Ses battements de cœur tambourinant dans sa tête. C’était quoi cette situation sérieusement ? Avait-elle le droit de ne plus être seule ? Mieux. Le droit d’aimer et d’espérer un retour ? Le simple fait qu’elle puisse aimer un homme était déjà beaucoup… N’osant répondre sur le coup, comme si elle désirait prendre tout son temps pour le faire. Savoir quoi dire, comment. Tout était si simple entre eux et pourtant ces deux-là ont une manière si compliqués de l’interpréter. Ils voulaient rester ensemble, voilà ce qu’il fallait retenir de tout ça.

C’est alors qu’Angeler bougea, semblant décidé à se relever. Il est vrai que rester allonger dans la neige n’est à la base pas vraiment une idée excellente, même si Kyrielle était cette fois-ci plus couverte. Heureusement, il semblerait qu’il souhaite la relever en la gardant contre lui. Au grand soulagement presque de Kyrielle qui n’avait certainement pas envie de voir une nouvelle fois une distance entre eux. Songeant toujours à répondre à cette interrogation qu’il lui avait faite, quand bien même c’était de façon indirecte que cela n’attendait donc pas de réponse de sa part… La jeune fille avait l’impression d’avoir besoin de beaucoup de courage pour ça… Alors qu’elle comptait enfin ouvrir la bouche pour dire quelque chose, ou du moins tenter de se lancer. Un bruit se fit entendre ? Tout alla beaucoup trop vite pour la jeune fille, c’était elle qui était à côté de la plaque et totalement ailleurs pour le coup. Se retrouvant rapidement derrière Angeler, deux coups de feu se firent alors entendre. Quoi… ?

Immobile, assise encore dans la neige, la jeune fille ne compris pas de suite ce qui venait de se produire, ni même le fait que le beau brun venait de s’effondrer au sol juste devant elle. Laissant une trainée de sang pour toute décoration dans la neige. Que… ? Tremblant légèrement, son regard se baissa vers celui de l’homme, ce dernier semblant bien vide de toute expression soudainement. Un filet de sang coulant doucement le long de son visage. Impossible… Comme si elle n’y croyait pas vraiment elle-même, la jeune fille s’approcha doucement, pour poser ses petites mains froides sur son visage. Il ne bougea pas d’un pouce. Le caressant doucement, elle l’appelait. Tout doucement, par son prénom, espérant le voir bouger. En vain, aucun mouvement. N’osant même pas vérifier son pouls ou même sa respiration, les mains de la jeune fille glissèrent alors pour lui soulever légèrement la tête, embrassant alors son front, elle ne cesser de prononcer son nom comme dans un geste de désespoir. Que faire ? Une sensation sur la main gauche. Tournant son regard vers cette dernière, la demoiselle compris bien rapidement qu’elle était couverte de sang, pas le sien non, celui de l’homme qu’elle voulait protéger… Happée par la colère et la tristesse, les larmes coulèrent abondamment sur son visage. Humidifiant ce dernier d’un côté, le colorant de sang de l’autre. Car oui, son œil n’avait pas repris sa couleur normal. Fronçant les sourcils, un excès de colère la fit se lever pour se précipiter sur la femme plus loin qui se trainait, visiblement mortellement touchée mais encore vivante. L’insultant de tous les noms possibles, la frêle demoiselle montra alors une certaine violence à achever la femme. Sans arme, seulement avec des coups. Vu sa blessure par balle, se fût bien rapide…

Ainsi au-dessus du cadavre de la pauvre ignorante qui avait oser lui tirer dessus, Kyrielle se remit à trembler. Comme si elle prenait encore plus sur ses épaules le poids de cette perte, de cette solitude. Recouverte d’un sang qui n’était pas le sien, elle se recroquevilla sur elle-même. Elle était seule.. ? Encore ? Sanglotant toujours, d’un pas tremblant, presque chancelant, elle retourna vers le corps d’Angeler. Il était toujours là inerte. Bien rapidement, elle s’effondra presque à côté de lui, l’ayant correctement couché sur le dos, caressant son doux visage du bout des doigts. Comment y croire ? C’était si rapide. Elle n’avait pas eu le temps de lui dire… Pas eu le temps de lui dire ce qu’elle ressentait pour lui, même si cela pouvait être ridicule. La jeune Chain ne se voyait pas retourner seule à la rue, elle était maintenant sur le fait. Seule. Dans son ancienne Capitale, venant de perdre la personne qui comptait à ses yeux sans avoir pût réagir. Prise de remords et de culpabilité, elle s’allongea doucement contre lui, à moitié couchée dessus, lui caressant toujours le visage en lui pleurant dessus. Elle murmura alors difficilement, les sanglots l’empêchant de parler correctement, le souffle saccadé.

- Crétin.. ! T’es qu’un abruti… Qu’est-ce que je fais sans toi… ? Tu n’as pas le droit de me faire ça… Tu n'as pas le droit de me laisser...

Elle parlait pour elle-même de toute façon il n’était plus là pour lui répondre. Un flocon de neige tomba alors non loin d’elle, suivit de bien d’autres. Relevant la tête vers le ciel, la jeune fille pouvait facilement déduire qu’il commençait à neiger à gros flocon… Se refusant de le laisser ainsi sous la neige, ou même de le laisser tout court. Kyrielle retira alors la cape noire qu’il lui avait prêtée pour le recouvrir, au moins un peu. Se couchant dans la neige à côté de lui, elle le regarda alors. Glissant sa tête sous le tissu noir pour avoir son visage prêt du sien, elle blottie alors sa tête dans son cou. Tentant de calmer ses pleurs et tremblements. Comment y croire.. ? Restant dans la neige, habillée de son unique tee-shirt à manche longue, de sa jupe, chaussettes longue et bottes, elle finit par timidement glisser une main sous la cape sur son torde et l’autre la passer sous sa nuque. Comme pour le garder le plus proche d’elle. Hoquetant doucement, elle finit par doucement murmurer au creux de son oreille vainement certainement…

- Idiot… Je voulais te dire.. que je voulais rester près de toi. Je..

Même dans cet instant présent elle hésitait. Pitoyable non ? Du moins c’était ainsi qu’elle se voyait. Doucement, prenant garde à ce qu’il reste protégé des flocons tombant encore, non sans continuer de sangloter bien qu’elle tentait tant bien que mal de se calmer. Elle lui fit tourner la tête. Pour faire comme s’il la regardait… Non sans caresser doucement sa joue avec sa main gelée, elle déposa ses lèvres sur les siennes… Murmurant alors doucement, gardant son visage proche du sien.

- Je crois que je t’aime… Murmura-t-elle de façon presque imperceptible…

Elle croyait, c’est ce qu’elle avait dit. Mais elle en était quasiment certaine en fait… Elle l’aimait. Et comptait bien faire ce qu’elle avait dit plus tôt. Rester près de lui. Attendre sous la neige… Attendre quoi ? La mort certainement, le gardant dans ses bras, pleurant en silence sa disparition. Recouvrant la neige de fines gouttes de sang perlant de ses yeux. Elle gardait se très léger contact de leurs lèvres, ne pouvant se résoudre à les lâcher…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:41

Le vide, le néant total… Qui avait dit qu'il y avait quelque chose après la mort déjà ? Un crétin, qui ne savait pas ce dont il parlait, bien évidemment, puisqu'il était très rare que les humains puissent mourir et revenir pour raconter ce que cela faisait. Les Baskerville eux… C'était une tout autre histoire, eux pouvaient se régénérer jusqu'à l'extrême, à moins bien sûr qu'on ne leur coupe la tête certainement. Alors, voyaient-ils vraiment la mort ou bien était-ce tout simplement une sorte de sommeil sans songe, noir et silencieux qui leur était réservé ? Cela, Angeler, comme tout le monde d'ailleurs, ne pourrait le savoir qu'une fois sa véritable heure arrivé, c’est-à-dire, pas tout de suite de préférence. Minute, pouvait-il vraiment dire qu'il n'allait pas mourir tout de suite alors qu'il s'était pris une balle dans la tête ? Ça devait faire mal cette saloperie en plus… Enfin, cela restait difficile à dire, puisqu'avec un peu de chance, on mourrait sur le coup, ce qui semblait avoir été le cas pour ce coup-ci pour le Baskerville. Après, ce n'était pas la mort la plus glorieuse qui soit, se faire tirer dessus par une femme, il avait connu mieux comme "fin", mais si on prenait en compte le fait qu'il ne l'avait pas tué en premier tout simplement parce qu'il avait d'abord pensé à protéger Kyrielle, c'était déjà un peu mieux. Une mort héroïque ? Belle ? Pff, la belle affaire, une mort restait une mort, elle n'avait rien de belle ou même juste selon Angeler, c'était tout simplement la fin d'une vie, le corps qui cessait de fonctionner et arrivait à l'état de chose lourde, immobile et inutile.

La vision qu'on pouvait avoir du jeune homme à l'instant le prouvait bien, peu importe quel genre d'homme il avait été, son savoir, son intelligence, la façon dont il avait de parler ou d'agir, il n'était à présent plus rien qu'un corps sans vie, immobile dans la neige. Rien de bien glorieux là-dedans, il n'y avait plus rien à tirer de lui, ses yeux étaient totalement vidés de toute expression, il ne risquait plus d'aller quelque part, de prendre une décision ou de se moquer de quelqu'un dans cet état, du moins pour le moment. Mais bon, il ne fallait pas trop s'en plaindre, car n'importe qui d'autre qu'un Baskerville ne pourrait plus compter sur grand-chose à l'instant, alors qu'Angeler lui n'avait qu'à attendre de se réveiller. Enfin, en même temps, il n'attendait pas vraiment grand-chose puisqu'il n'avait conscience de rien à l'instant présent. C'était… Le noir le plus total pour lui, mais bon, en fin de compte, ce n'était pas plus mal… Imaginez donc qu'il est conscience à cet instant que son corps était en train de se régénérer et qu'il avait donc une balle dans le crâne… Et qu'il était couché dans la neige aussi, mais cela, on pouvait dire que c'était un peu moins grave à cet instant. On s'en fiche d'avoir froid quand on s'est fait tirer dessus, non ? Bon, excusez-le, il ne pouvait pas vraiment répondre… Mais c'était mieux qu'il n'est conscience de rien, car la scène qui se jouait alors n'avait rien de réjouissante, elle était même assez déchirante en fait. La pauvre Kyrielle, visiblement pas au courant du pouvoir de régénération des Baskerville, pleurait la mort d'Angeler, appelant doucement son prénom, comme si elle espérait qu'en le répétant à plusieurs reprise, elle pourrait avoir une réponse… Peine perdue ? Pour l'instant du moins, elle ne risquait pas d'en avoir.

Ce qu'il se passait ? Il ne le savait toujours pas. Comment la jeune fille alla sous le coup de la colère achever la meurtrière de son protecteur, comment elle lui avait ensuite cédé sa cape noire histoire de… Qu'il n'est pas froid ? S'il était bien mort, il finirait de toute manière par finir bien froid, l'attention n'était donc pas bien utile, mais la jeune femme semblait soucieuse de le protéger de la neige tout de même, quitte à mourir elle-même de froid juste à côté. S'il avait été éveillé, il l'aurait traité d'idiote, lui aurait dit de laisser les morts se débrouiller, qu'elle ne pouvait rien contre cela et qu'il valait mieux penser à se prémunir du froid elle-même. Mais il ne pouvait pas et profita donc de la cape à la place de Kyrielle. S'il s'était réveillé à cet instant, il aurait pu voir la jeune fille pleurer sa disparition, blottit contre lui, comme si elle ne souhaitait plus qu'une seule chose, restait ici près de lui et… Mourir ? Non, elle ne pouvait pas faire cela, elle était juste triste sur le coup, le choc certainement et se ressaisirait bien vite pour reprendre sa vie… Minute, elle ne lui avait pas demandé de la tuer la veille ? Si, bien entendu, la pauvre fille n'attendait plus rien de la vie, il y avait donc de forte chance pour qu'elle abandonne tout simplement et se laisse aller dans ses bras. Heureusement que le Baskerville n'avait pas vraiment décidé de mourir aujourd'hui, sinon, quelqu'un aurait fini par trouver quatre cadavres sous la neige, ce qui à Sablier, ne devait pas être si peu courant tout compte fait.

Mais bon, Angeler n'était pas une mauviette tout de même, une petite balle dans la tête n'allait pas le faire dormir toute la journée tout de même… Quoi que, il avait autre chose à faire déjà ? A part servir de garde du corps à Kyrielle, ce qui pour le coup, n'était pas très réussi. En même temps, il ne choisissait pas le pauvre, tout comme il n'avait pas prévu que la gonzesse du voleur de tout à l'heure viendrait venger son homme… Franchement, il avait vraiment toutes les chances quand il s'y mettait. A croire qu'on lui en voulait dans cette ville… Enfin, il ne devait pas y être bien aimé non plus de toute manière, lui allait parfois tester les effets de ses potions sur les pauvres gens qui vivaient dans la rue, lui qui faisait peur aux gosses – juste comme ça en plus, il n'avait pas l'impression de faire quoi que ce soit pour, mais apparemment, il n'était pas très rassurant comme type – et lui qui n'en avait rien à faire de tout, aussi simplement que cela. Bref, ce n'était pas l'habitant idéal, il n'aimait pas les gens et ces derniers lui rendaient bien, il ne fallait donc pas s'étonner qu'il lui arrive ce genre de chose. Le plus embêtant, c'était que Kyrielle était présente et avait dû le voir dans sa pseudo mort, sans avoir été prévenu auparavant que cela n'était pas bien grave finalement. Bien sûr, il n'y avait jamais un Baskerville en promenade dans le coin quand on en avait besoin pour expliquer la situation à la pauvre jeune femme, cela aurait été trop demandé… Bande d'incapable tient, c'était bien beau la fraternité des encapuchonnés dans ces conditions.

Enfin, ce n'était plus vraiment la peine maintenant, puisque doucement, le Baskerville commençait à reprendre conscience. Encore incapable de bouger pour autant, il lui semblait pourtant doucement reprendre conscience de son environnement, de l'endroit où il était, d'avec qui il était. C'était bien Kyrielle qui se blottissait contre lui ? De la neige qui tombait doucement ? Une petite voix qu'il entendait comme cela ? Si faible, cassée parfois par ce qui semblait être un sanglot… Pourquoi pleurer ? Elle avait été blessée elle aussi ? Non, il n'avait pourtant protégé… A moins bien sûr qu'il est raté sa cible, bien qu'il ne le pense pas tout de même, il n'était pas un bon à rien non plus. Pourtant, elle soufflait bien à son oreille de drôle de mot, comme sous le choc, d'une voix douloureuse… Elle voulait rester près de lui ? Mais il n'était pas partie, du moins, il ne le pouvait pas dans cet état et puis, s'il comptait bien s'en aller d'ici, emmener Kyrielle avec lui, lui semblait tellement logique qu'il n'avait même pas besoin d'y réfléchir. N'ayant toujours pas la force de bouger, le Baskerville put pourtant voir Kyrielle, pleurant blottit contre lui, venir déposer un baiser sur ses lèvres avant de souffler doucement, si bas qu'il dut faire un effort pour l'entendre, qu'elle… L'aimait ? Qu'elle le croyait au moins, mais le mot n'en avait pourtant pas moins été dit. Sentant la main froide de la jeune fille sur sa joue, Angeler souffla alors doucement sur ses lèvres, comme s'il voulait lui faire comprendre qu'il était là, qu'il respirait, bien qu'il ne soit pas encore en état de parler. Bougeant son bras de sous la cape qu'il avait sur lui, il alla prendre la petite main glacée de la jeune fille, la serrant sans ménagement, comme s'il voulait se raccrocher à quelque chose.

Très vite, le jeune homme se sentit mieux, prenant alors pleinement conscience des mot prononcé par la jeune fille alors qu'elle le croyait mort. Elle l'aimait ? Non… Elle avait juste dit cela sous le coup de la tristesse. Quoi que, pourquoi être triste pour quelqu'un qu'on n'appréciait pas, c'était ridicule. Se redressant doucement assis, comme s'il s'était juste allonger de lui-même pour se reposer un peu, Angeler attrapa la cape noire qu'il avait donné à Kyrielle pour la remettre sur elle, ne supportant pas de la voir habillé si légèrement dans la neige. Pourquoi lui donnait cela, un mort n'avait pas besoin d'être réchauffé après tout, mais ce geste était tout de même… Touchant ? Kyrielle était vraiment restée près de lui alors qu'elle pensait qu'il ne se relèverait pas ? Pourquoi donc se préoccuper de lui, elle aurait dû penser à elle, se mettre à l'abri du froid, de ces gens dangereux… Angeler n'aurait jamais cru que quelqu'un pouvait s'inquiéter pour lui à ce point-là, tenir à lui au point de pleurer sa disparition ? Impossible… Et pourtant c'était le cas. Portant un instant sa main jusqu'à l'endroit où se trouvait l'impact de la balle juste avant, il finit par se dire que ce n'était pas bien grave et se tourna de nouveau vers Kyrielle, ne sachant pas vraiment quoi dire… Elle l'avait cru mort, avait-il seulement la moindre idée du mal qu'il lui avait fait en s'effondrant ainsi devant-elle sans connaissance et couvert de sang ? Il ne pouvait que deviner, savoir à peu près, pas totalement…

Tendant doucement sa main vers le visage de la jeune fille, il caressa un instant sa joue avant d'aller vite chercher un contact plus franc en la prenant dans ses bras. Elle en avait besoin non ? Elle avait pleuré… Il l'avait encore fait pleurer, à croire que c'était son habitude favorite, alors que pas du tout, il n'aimait pas la voir comme cela, il préférait largement la voir sourire, heureuse. La serrant dans ses bras comme s'il avait peur qu'elle ne s'envole s'il la lâchait ne serait-ce qu'un peu, il alla poser ses lèvres sur ses cheveux, l'embrassant doucement, avant de ramener ses lèvres près de son oreille pour lui souffler doucement, de l'air le plus rassurant qu'il pouvait.

" Ca va… Je vais bien, ne pleure pas… Je suis désolé Kyrielle. "

Pourquoi ? Pour être mort sans l'avoir prévenu que finalement, ce n'était pas bien grave ? Oui, quelque chose comme cela, mais surtout de l'avoir fait souffrir comme cela, puisque ça semblait être le cas. Il n'aurait pas cru que cela lui ferait cet effet de toute façon, mais il aurait peut-être pu… La prévenir ? Cela n'était pas venu dans la conversation et il faut avouer que c'est assez difficile à placer dans une conversation normale tout compte fait. S'écartant un peu de Kyrielle pour la laisser respirer, il la regarda dans les yeux, essuyant finalement les larmes qui avaient coulées sur ses joues pâles. Que lui dire ? Que faire ? Il n'était pas doué pour ce genre de choses, les sentiments quoi… Mais il ne pouvait pas la laisser dans cet état, il ne voulait pas. Il posa donc doucement son front contre le sien avant de reprendre la parole.

" Ce que tu disais tout à l'heure… C'est vrai ? "

Comment ça question stupide ? Il n'était tout simplement pas très sûr d'avoir bien entendu, il faut dire qu'il n'était pas encore bien éveillé à ce moment-là… Mais à ce moment-là justement, elle le croyait mort, assumerait-elle tout autant maintenant ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:42

Elle n’avait déjà pas grand-chose à la base, la jeune fille venait de perdre juste sous ses yeux le peu de chose auquel elle s’était surprise à se raccrocher. C’était lui tout simplement. Elle s’était mise à l’apprécier à ne plus voir en lui quelqu’un de mauvais et de profiteur, mais un homme capable de se montrer bon ? Peut-être qu’elle était dans le faux, qu’elle se faisait des idées toute seule mais qu’importe. Les faits étaient tout de même là. Il était allongé dans la neige, une balle planté en plein crane parce qu’il avait pris la peine de se mettre devant elle pour la protéger. Pourquoi faire ? Pour le coup, elle n’en voulait pas de sa protection. Du tout même. Si la finalité c’était ça, il aurait mieux valu que ce soit elle qui se prenne la balle. Cet homme devait très certainement mieux savoir quoi faire de sa vie. La belle affaire, il la laissait vivante certes mais pour quoi faire ? Rien. Et puis même si elle donnait la peine de se relever une nouvelle fois pour avancer, elle finirait par retourner dans l’Abyss. S’en était trop. Elle ne voulait plus. C’est pour cela, qu’elle s’était mise pour idée en tête de faire ce qu’elle voulait faire pour une fois. Rester prêt de lui. Contre lui, et d’attendre la mort. Après, on s’en fiche s’il y a une vie après la mort, dans le meilleur des cas on pourrait dire qu’elle le rejoignait dans le pire des cas, elle ne serait plus capable de se lamenter de sa perte alors… Elle avait fermé les yeux, n’attendant plus rien.

C’est alors qu’un souffle léger se fit sentir sur ses lèvres qui étaient toujours devant celle de cet homme. Pas possible, la voilà déjà en train de délirer.. ? Qu’elle s’imaginait qu’il était vivant, en train de respirer. N’osant pas trop y croire, de peur d’avoir une nouvelle fois une chute encore plus douloureuse pour elle, Kyrielle se crispa légèrement, tentant de réfréner une nouvelle fois ses larmes sur son visage glacé. Mais le contact soudain sur sa main posé sur sa joue la fit forcément réagir. Impossible… Ouvrant subitement les yeux pour le regarder, la demoiselle pouvait en effet remarquer qu’Angeler venait d’apposer sa main sur la sienne pour la serrer, tout en continuant de lui souffler dessus. Il était..? Ouvrant de grands yeux, n’osant toujours pas trop y croire, la jeune fille ne savait trop comment réagir. Il n’était pas mort ? Mais pourtant. Elle avait bien vu la plaie sur sa tête, le sang qui coulait. Lui qui était immobile dans ses bras, ne réagissant pas à ses appels désespérés. Non pas que s’imaginer qu’il puisse être vivant lui faisait de la peine mais… Le cœur s’accélérant soudainement, la jeune fille dût retenir une nouvelle fois des larmes de couler. Non pas de tristesse, mais de joie cette fois. Le voir bouger, respirer et même se redresser. Soit elle était en plein rêve, soit elle était morte, soit la réalité se montrait bien gentille soudainement. Ne bougeant même pas sur le coup, se redressant à peine pour le regarder. Il passa une main sur sa tête qui ne semblait plus saigner avant de la regarder. Les joues rougit tant pas les larmes que par soudainement la gêne de ce qu’elle venait de dire, elle garda le silence. Que dire ? Alors qu’elle venait de presque se déclarer en le pensant mort.. ? Avait-il entendu.. ? En tout cas, il ne tarda pas à reproduire des gestes rassurant à son égard. Caressant pour commencer sa joue, avant de finalement la prendre franchement dans ses bras.

Elle ne bougeait pas. Se laissait faire. Comme si elle était encore sous le choc de ce qui venait de se passer. Il était mort pour.. revivre ? C’était quoi cette histoire.. ? Des larmes se remettant doucement à couler sur ses joues, un surplus d’émotion. Restant dans le creux de ses bras qui se faisaient plus chaud, plus rassurant, sa cape de retour sur le dos, tandis qu’il lui embrassait doucement les cheveux, il formula des excuses au creux de son oreille. Qu’elle ne devait pas pleurer. Mais. Elle avait eu si peur. Elle avait d’ailleurs toujours peur. Peur de se rendre compte que ce n’est pas vrai, qu’elle était en train de délirer. Pourtant elle le sentait bien là contre elle. Une de ses mains glissa alors contre lui pour se poser sur son torse. Sentant alors les doux battements de son cœur. C’était le détail de trop. Laissant les larmes couler sur ses joues elle explosa presque.

- Abruti ! Comment tu as pu me faire ça ?! Je ne veux pas te perdre je…

Elle ne termina pas sa phrase. Elle était faussement en colère en fait. Pour sûr qu’elle ne lui en voulait pas. La jeune Chain était juste trop soulagé de se rendre compte qu’elle ne l’avait pas perdu. Ce serait trop dur pour elle. C’est pour cela qu’elle passa ses bras autours de sa nuque pour le serrer contre elle, le câliner doucement. Même si cet état n’avait pas duré longtemps, il lui avait terriblement manqué… Son front collé contre le sien désormais, elle tentait de calmer sa respiration, ses tremblements. Tandis qu’il lui demandait si c’était vrai ce qu’elle avait dit plus tôt. Rougissant de plus belle, la jeune fille garda dans un premier temps le silence. Sans oser bouger d’un pouce. Il avait donc entendu. Que dire.. ? Elle pensait ce qu’elle avait dit pour sûr mais… Caressant doucement sa nuque du bout des doigts. Elle finit par timidement relever les yeux vers les siens, bien qu’ils étaient toujours cachés par ses lunettes de soleil. Se décidant à caresser timidement sa joue, Kyrielle bougea alors légèrement, restant bien contre lui, mais reprenant sa place de la veille. Sur ses genoux à califourchon. Ne vous méprenez pas, elle ne voyait une nouvelle fois rien de pervers là-dedans, bien qu’elle ait d’avantage conscience que ce n’était pas une position à avoir avec tout le monde.

- Je… Je pensais que tu ne te relèverais pas… J’ai eu si peur…

Le visage affichant encore une certaine tristesse bien qu’elle semblait se calmer doucement à son contacte. Elle fixa alors la marque de sang qui restait sur son visage. Lentement, elle approcha son visage du sien pour lui lécher doucement la joue remontant jusqu’à la tempe. Retirant ainsi le sang qui avait coulé et qui le tâchait. C’était étrange comme geste, mais laissez-là donc faire. Elle était encore sous le choc. Dans la continuité de son geste, elle glissa ses lèvres jusqu’on son oreille pour lui murmurer, soufflant doucement dans cette dernière.

- Oui. Je le pensais… Et je le pense toujours.

Elle était gênée. Départagée entre ce sentiment et le choc dont elle se remettait encore doucement. Mais elle était sincère. Se disant qu’au moins, elle saurait à quoi s’attendre. Dans le pire des cas il la laisserait sur place, se disant qu’il ne veut pas d’un pot de colle. Sinon… Prenant doucement son visage entre ses mains, elle se replaça devant lui pour le regarder timidement dans les yeux. Ses pouces caressant doucement ses joues, son frêle corps collé contre le sien. Comme pour se réchauffer après être restée ainsi couchée dans la neige. C’était avec lui qu’elle voulait rester. Uniquement. Parce qu’elle l’aimait, parce que son petit cœur battait pour lui…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:43

Mourir, en général, c'était le genre de chose qu'on ne faisait qu'une seule fois dans sa vie – et qui marquait la fin de celle-ci d'ailleurs – autant dire que cela pouvait donc passablement marquer les gens qui vous entoure. Après, si comme les Baskerville, vous vous amusez à crever et à vous relever cinq minutes après, c'est vrai que cela perd beaucoup de sa tristesse et de son côté vénérable. Angeler se prend une balle dans la tête ? Oh, laissez-le donc par terre, quand il en aura marre il se relèvera. Cela aurait pu être la réaction d'un Baskerville présent, mais pour le coup, il n'y avait eu que Kyrielle pour être témoin de cela et la pauvre n'était visiblement pas au courant de la solidité à toutes épreuves de ces gens-là. Peut-être aurait-il fallu la prévenir ? Eh bien, aussi étrange que cela puisse paraître, Angeler ne pouvait pas penser à tout, même pas à se prendre une balle dans la tête de bon matin, du coup, il n'avait pas jugé bon d'aborder le sujet avec elle. Pourquoi faire après tout ? Pour qu'elle le prenne pour un monstre ? Une sorte de mort-vivant qu'on ne pouvait même pas abattre ? Non merci, si son but était de lui faire peur, cela se saurait, pour une fois qu'il avait décidé d'être gentil, on n'allait tout de même pas lui reprocher de ne pas raconter de drôle d'histoire à une jeune fille. Cela ne venait pas naturellement dans la conversation figurez-vous et puis, si les Baskerville informaient tout le monde qu'ils pouvaient résister à beaucoup de choses, on leur couperait directement la tête, non ? Ce qui n'était donc pas à leur avantage.

Seulement voilà, malgré ces faits, le Baskerville s'en voulait tout de même un peu d'être mort – pendant quelques minutes seulement mais tout de même – devant la jeune femme. Cela semblait l'avoir totalement chamboulé, comme si la mort d'Angeler était l'un des plus grands drames de sa vie. Il ne fallait pas exagérer tout de même, elle le connaissait à peine et puis… Ce n'était pas vraiment ce qu'on pouvait appeler un type bien, certainement pas même, beaucoup aurait même était enchanté d'apprendre la nouvelle de sa mort. Mais tant pis pour ceux-là et tant mieux pour Kyrielle, Angeler était plus vivant que jamais… Enfin, non il était comme d'habitude, ce n'était pas non plus comme si il revenait plus solide à chaque fois qu'il se régénérait, même si ce ne serait pas mal de genre de règle. Mais bon, il ne fallait pas trop en demander non plus, c'était déjà pas mal comme cela, plus que ce que pouvait espérer le commun des mortels en tout cas. Il lui avait juste fallu un peu de temps pour s'en remettre, ce qui avait suffi à la demoiselle pour le considérer comme complétement mort et irrécupérable – ce qui était logique – et donc se mettre à le pleurer… Minute ! Depuis quand quelqu'un pleurait-il Angeler lorsqu'il lui arrivait quelque chose de ce genre ? De sa mémoire, c'était du jamais vu, car tout simplement… Il n'y avait personne pour le pleurer en temps normal. Tout d'abord parce que sa famille les Baskerville savait qu'il allait se relever et que de toute manière… Un de plus ou un de moins, cela ne leur faisaient pas grand-chose, certainement pas lorsqu'il s'agissait de lui en tout cas. Après, il n'y avait personne d'autre, il fallait bien l'admettre.

Le scientifique n'était pas du genre à se faire des amis, des ennemis beaucoup plus en général, mais les amis cela se faisait vraiment très rare avec lui. Il faut dire qu'il était tellement sympathique et attentionné envers son prochain, que c'était compréhensible aussi. Du coup, c'était la première fois que quelqu'un regrettait sa perte… Ce qui lui fit tout de même très bizarre, sans trop savoir vraiment ce que cela lui faisait vraiment… Plaisir ? Non, on ne pouvait pas dire cela, faire pleurer Kyrielle ne pouvait pas lui faire plaisir, il s'en voulait même à présent de lui avoir fait subir cela. Disons simplement que la certitude que l'on manquerait au moins à une personne si on était plus de ce monde avait quelque chose de… Rassurant ? Cela rendait peut-être la vie un peu moins futile et lui donnait un petit côté précieux tout compte fait. Vivre pour soi était égoïste, vivre pour une autre personne et ne pas vouloir la faire souffrir par sa perte était beaucoup plus beau. Manquer à quelqu'un, cela pouvait paraître débile, mais pour Angeler, c'était déjà quelque chose. Quelque chose de plus peut-être ? Allez savoir, en tout cas c'était déjà beaucoup que de manquer à une personne, encore plus si cette personne était Kyrielle. C'est pourquoi, une fois remis du choc provoqué par la balle qui s'était gentiment logé dans son crâne, le Baskerville s'était redressé avant de regarder la jeune fille et… De ne pas résister à l'envie de la prendre dans ses bras et de caresser sa joue pour lui apporter un peu de réconfort. Il était tout de même doué pour la faire pleurer, cela au moins, on ne pouvait pas lui enlever, même si lui pour le coup préférerait être plus apte à la faire sourire. La rendre heureux, c'était bien mieux, non ?

Aussi cœur de pierre, méchant ou misanthrope qu'il pouvait être, Angeler n'en menait pour le coup pas bien large, se retrouvant même bien vite à présenter des excuses à la jeune fille pour l'avoir mise dans cet état. D'accord, il ne l'avait pas voulu, le but avait simplement été de la protéger pour qu'elle ne soit pas blessée. Puisque des deux, il était celui qui risquait le moins de séquelles, c'était à lui de la défendre, non ? Bon, d'accord, c'était une chain et elle savait se battre, elle l'avait même prouvé, mais ce n'était pas sa chain, elle n'avait pas à se prendre des coups à sa place ou même à périr pour lui, il ne le voulait pas. Il ne la voyait pas du tout comme une chain d'ailleurs, mais comme une humaine, elle était parfaitement humaine non pour pleurer sa mort ? Pour se blottir comme cela dans ses bras ? Souffler doucement sur ses lèvres ? Kyrielle n'avait rien d'un monstre à ses yeux, elle était une personne, une jeune femme… Quelqu'un qui comptait pour lui ? Au point que la voir malheureuse arrivait à le toucher, c'était tout de même fort, lui qui se croyait pourtant totalement insensible au malheur des autres, c'était raté pour le coup. Mais étrangement, bien qu'il se montrait rassurant, s'excusait et lui disait même de ne pas pleurer, la jeune fille fit exactement le contraire et laissa échapper un nouveau flot de larmes… Elle était triste qu'il ne soit pas mort finalement ? Elle lui en voulait d'être en vie ? Que c'était compliqué les femmes franchement… Le traitant d'abruti, lui demandant comme il avait bien pu lui faire une chose pareil, la demoiselle s'était emportée, bien qu'elle n'alla pas non plus jusqu'au bout.

Comme pour aller en contradiction avec ses paroles, Kyrielle l'enlaça alors avec ses deux bras qu'elle passa autour de son cou. Elle avait simplement besoin… De se calmer en passant ses nerfs ? Eh bien qu'elle fasse donc, qu'elle le frappe même si elle en avait envie, cela lui était égal du moment qu'elle pouvait aller mieux après et lui pardonner la frayeur qu'il lui avait fait sans le vouloir. La sentant encore tremblante au creux de ses bras, il s'était pourtant contenté de la serrer doucement, d'embrasser ses cheveux, de lui faire sentir sa présence, son souffle, comme s'il lui prouvait comme cela qu'il était bien en vie, qu'elle n'avait plus à s'en faire. Ce n'était sûrement pas le moment pour lui parler de ce qu'elle lui avait dit lorsqu'il était encore à moitié dans les vapes du coup, si ? Pourtant, c'est bien ce qu'il fit, prouvant encore une fois si c'était nécessaire qu'il manquait cruellement de tact et n'avait aucun don pour attendre le bon moment pour dire les bonnes choses. Il n'allait pas se refaire hein ? Et puis, cette question le tiraillait, il n'était pas sûr d'avoir entendu compte tenu de l'état dans lequel il se trouvait, il fallait donc qu'il pose la question pour en être sûr, c'était logique après tout. Mais au lieu de lui répondre tout simplement, par un oui ou par un non, Kyrielle bougea un peu pour se retrouver à la place qu'elle avait si bien occupé la veille dans son lit, sur ses genoux, à califourchon, son corps si près du sien… Encore une preuve que les femmes ne pouvaient rien faire simplement tient.

Elle finit tout de même par lui dire qu'elle avait eu peur qu'il ne se relève pas… Cela voulait donc dire qu'elle avait simplement dit cela sous le coup de l'émotion ? Que ce n'était plus son ressentit, maintenant qu'il semblait en pleine forme ? Mais non voyons, elle n'avait tout simplement… Pas fini sa phrase, mais il ne fallait pas la brusquer non plus, car bien qu'elle semblait se calmer, elle n'avait pas l'air en grande forme non plus. Se fichant bien de ce à quoi pouvait ressemblait ce contact étroit vu de l'extérieur, le jeune homme la serra doucement contre lui, cherchant plus à la réchauffer et à la rassurer qu'autre chose, ce n'était pas le moment pour profiter de sa faiblesse… Même si le simple fait qu'elle se soit placé comme cela était déjà étrange. Mais il ne fallait pas penser à cela, ce n'était vraiment pas le moment. Se concentrant plus sur les paroles de Kyrielle que sur ses gestes, il finit donc par lui répondre tout doucement, d'une voix assez basse, mais puisqu'elle était si près, elle devait certainement l'entendre.

" Je ne voulais pas te faire peur… Seulement te protéger. "

C'était sa seule défense ? Oui et il assumait totalement, s'il fallait le refaire, ce serait sans hésiter un instant. Il ne voulait pas qu'il arrive du mal à Kyrielle, alors, peu importe ce qu'elle pouvait dire, il l'aurait protégé de toute façon, même s'il n'avait pas été sûr de se relever tient. C'était stupide non ? Il plaçait tout simplement la vie de sa jeune fille à un niveau au moins équivalent à la sienne, ce qui était beaucoup lorsqu'on connaissait la façon de vivre de cet homme. Mais à peine avait-il dit cela que son attention fut vite détournée par la jeune fille qui tentait maintenant de le débarrasser du sang qu'il avait sur le visage… Avec sa langue. Oui, pourquoi pas après tout, lécher du sang était normal… Enfin, il s'agissait d'une chain en même temps, peut-être qu'elle se disait actuellement qu'il pourrait faire un bon encas, juste après avoir pleuré sa mort, c'était un peu fort, mais bon, aller donc savoir ce qui lui passait par la tête. Mais visiblement, elle se contenta juste de lécher le sang. Un peu surpris par cette façon de faire, le Baskerville la laissa tout de même faire, après tout, elle ne faisait rien de mal… Non non, ce n'était pas juste par plaisir de laisser sa langue se promener sur une partie de son corps, n'allez pas penser des choses déplacé non plus. Lorsqu'elle en eut terminée avec cela, elle alla glisser ses lèvres près de son oreille pour lui répondre en soufflant dans cette dernière… Comme si la situation ne pouvait pas déjà être mal prise telle qu'elle était à la base.

En même temps, c'était pour lui dire que oui, elle pensait ce qu'elle avait dit à ce moment-là et qu'elle le pensait encore à l'instant présent. Ce n'était donc pas juste un moment d'égarement ? La jeune femme tenait à lui ? Elle… L'aimait ? Il fallut un instant à Angeler pour encaisser la nouvelle tout de même, restant silencieux tandis que Kyrielle encadrait son visage de ses deux mains pour le regarder dans les yeux. Après un instant comme cela, le Baskerville alla déposer un baiser sur le coin des lèvres de la jeune fille – oui, lui aussi pouvait s'amuser à cela – avant d'approcher sa bouche tout près de son oreille, pour lui glisser doucement, comme un secret…

" Et si je te disais que c'est réciproque ?... "

Pourquoi pas tout simplement un je t'aime ? Parce que… C'était dur à dire tout de même, surtout pour Angeler, mais cela voulait bien dire la même chose, non ? Pour lui oui en tout cas, cela ne changeait rien et le dispensait juste de dire ces mots… Pour un moment du moins. Timide lui ? Non, pas le moins du monde, mais il n'était pas pour autant une personne qui dévoilait facilement ses sentiments, on pouvait donc comprendre qu'il est du mal à dire cela. Lentement, sa bouche descendit sur le cou de Kyrielle, pour aller y déposer un baiser, comme pour aller réchauffer cette partie froide de son corps en allant souffler là, doucement. D'elles-mêmes, ses mains allèrent chercher un contact plus franc avec la jeune fille en passant sous la cape noire et épaisse, enserrant sa taille pour la garder contre lui. Qu'avait-il promis déjà ? Ah oui, de ne pas la toucher… Mais cela comptait simplement comme une tentative pour la réchauffer non ? Bon, c'était de mauvaise foi de dire cela, mais tant pis, heureusement d'ailleurs qu'ils étaient dehors dans le froid et sous la neige qui tombait à gros flocons, sinon, à ce moment, sa promesse aurait été dure à tenir. Fermant doucement les yeux, il déposa alors sa tête sur l'épaule de la jeune fille, ne la lâchant toujours pas d'un pouce, son souffle frôlant sa peau froide.

" Je veux te garder près de moi Kyrielle…. "

Oui et après, c'était son droit non ? Et puis… Elle ne semblait pas être contre, pour le moment du moins.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   3rd Mai 2014, 00:45

Il y avait quoi à dire de tout ça au final ? Eh bien, tant de chose, et pourtant si peu à la fois. La finalité était pareil de toute façon non ? Elle était avec cet homme qu’elle ne connaissait même pas encore la veille, et ne comptait pour une fois pas le fuir. Ne pas voir en lui un monstre pervers qui ne cherche qu’une seule chose de la femme. Inutile de jouer l’innocent, même si notre demoiselle était encore vierge, elle savait comment cela fonctionne, de même que c’est le point faible de la gente masculine. Ayant manqué de perdre toute pureté à l’âge de dix ans, la jeune fille c’était toujours promis de rester ainsi. D’empêcher tout homme de la toucher, s’imaginant de toute façon toujours en avoir peur au point de refuser tout contact trop rapproché. Et pourtant. Là, dans les bras d’Angeler, étrangement ça ne la dérangeait pas d’être si proche de lui. Elle se surprenait même à vouloir être toujours plus proche de cet homme. C’est pour cela qu’elle ne bougea pas d’un pouce lorsqu’il vint doucement embrasser le coin de ses lèvres. C’était sa réponse.. ? Ou bien.. ? Elle ne savait trop quoi penser sur le moment, la jeune fille s’était tout de même presque avoué, bien que le mot en lui-même n’avait pas été dit franchement. Lorsqu’il était à moitié dans les vapes ne comptant bien sûr pas… C’était si simple, elle voulait le dire et pourtant c’était dur en même temps. C’est alors qu’un doux murmure, ce souffle qu’elle appréciait tant vint alors caresser son oreille. Mais le mieux était certainement les paroles dites. Lui avouant demandant tout doucement ce que cela ferait si c’était réciproque. Les joues de la demoiselle prirent alors une couleur rouge un peu plus vive, tandis qu’elle n’osait bouger. Ayant peur de casser cet instant.

C’était réciproque vraiment ? Ce n’était pas une blague ? Ou mieux un rêve. Elle se réveillerait bientôt dans la rue, réalisant que tout ceci était inventé par son esprit fatiguée. Ou ne se réveillerait pas tiens, si elle divaguait à cause du froid. D’ailleurs.. il faisait froid toujours… Gênée par cette situation, elle ne pensait cependant pas à bouger de là, au contraire, elle voulait rester prêt de lui. Dans le creux de ses bras si confortable et réconfortant. Et puis sa voix.. sa façon de murmurer doucement en soufflant sur sa peau froide. La jeune fille ne pût retenir un léger frisson lorsqu’il déposa un baiser dans son cou, tout en resserrant son étreinte sur elle, en passant ses bras dans son dos, mais sous la cape. Ayant un contact beaucoup plus franc cette fois-ci entre eux. A ce moment-là, la jeune fille eut alors un drôle de reflexe. Pouvant certainement être mal interprété, mais il n’y avait aucune arrière pensé dans son esprit. Comme toujours… Pris d’un frisson, entre le froid qui se faisait tout de même sentir le long de ses jambes, qui je le rappel sont dans la neige, la demoiselle ne porte qu’une jupe et des chaussettes longue en bas. Mais aussi à cause de ce baiser, de ce souffle dans son cou, de son contact si proche et étroit, ses jambes de chaque côté de son bassin se resserrèrent légèrement. Imposant une légère étreinte sans s’en rendre vraiment compte. C’était indéniable, elle l’aimait, elle avait envie de contact avec lui et ne savait pas vrai à quoi elle était prête pour lui. Ni jusqu’où elle irait… Sans bouger d’un pouce gardant cette position elle passa comme il faut ses bras sous les siens, mais sous son manteau, histoire d’avoir les mains un peu plus au chaud. Caressant son dos du bout des doigts, elle finit alors par difficilement murmurer, ne pouvant qu’être gênée devant ses paroles, qu’il voulait la garder prêt de lui ? Pour sûr.. elle n’irait nulle part, tant qu’il ne la chasserait pas lui-même…

- Je n’oserais y croire… Je me dirais que ce n’est pas vrai, un rêve, ou un mensonge peut-être mais… Après un instant d’hésitation, remontant sa main sur sa nuque, passant donc par le col de son manteau pour l’atteindre elle murmura à son oreille, baissant légèrement la tête. Ça me rend heureuse…

Elle ne mentait pas. Kyrielle avait réellement du mal à y croire en fait, se disant qu’est-ce qu’un homme tel que lui s’encombrerait d’elle. Mais elle voulait y croire, pour au final foncer tête baissé dans ses bras sans réfléchir plus longtemps. La demoiselle songeait même avoir trouvé un nouvel endroit pour vivre, un nouveau foyer en quelque sorte. Une toute nouvelle vie. Loin de la rue, loin des nuits gelées sur le pavé, et loin de la peur de se faire violer ou même simplement toucher. Soufflant dans le creux de son oreille, la jeune fille finit par y déposer un tendre baiser, très bref et très doux aussi. Avant de faire glisser ses lèvres sur sa joue. Dans la continuité, elle finit même par sortir une de ses mains de sous son manteau, de sa chaleur corporelle si agréable pour venir la glisser sur son cou. De là, elle esquissa alors un geste pour lui faire légèrement relever la tête. Juste assez pour qu’il ne soit plus totalement enfouit dans son cou, juste assez pour qu’elle puisse baisser la tête et atteindre ses lèvres avec les siennes. L’embrassant alors une nouvelle fois. Un baiser plus tendre, beaucoup plus franc, bien que cela reste au stade de ses lèvres posées sur les siennes. Serrant un peu plus son visage contre le sien, elle dût même légèrement tourner son propre visage pour ne pas avoir leurs nez gênés. Renforçant un peu plus ce contact. De l’assurance elle ? Pas vraiment. Une envie. Et puis, elle en avait le droit.. non.. ? Du moins c’est ce qu’elle avait compris. Ils avaient dit qu’ils s’aimaient, logiquement elle avait le droit de faire ce genre de geste. Et puis ce n’était pas comme s’ils ne s’étaient pas déjà embrassés alors que ni l’un ni l’autre, du moins pour elle, c’était une certitude, n’arrivent à déterminer clairement ce ressentit et cet attachement…

Ne rompant pas ce contact qui se faisait bien long, mais étrangement ça ne lui paraissait pas particulièrement long, sa main posé dans son cou glissant alors sur son épaule, un petit geste tendre trouva sa place sur cette dernière, avant de tout doucement glisser sur sa nuque et enfin glisser sur son dos. Son bras passant dans le col de son manteau mais aussi de sa chemise. Plaçant ainsi sa petite main froide dans le dos d’Angeler, directement sur sa peau, pour la caresser du bout des doigts. Oui, on peut dire qu’elle avait osé avoir un contact plus direct, puisque sa main n’avait plus de tissus entre sa paume et son dos pour les séparer. Faisant doucement glisser ses ongles, très doucement. Elle finit par rompre doucement le contact de leurs lèvres. Son corps plus collé au sien que jamais. De son autre main, elle vint alors doucement caresser sa joue, soufflant sur ses lèvres.

- Je veux rester avec toi… Juste avec toi… Contre toi Angel…

Elle murmurait. Comme si parler serait cassé ce moment étrangement intime. Il faut dire ce qu’il en était. D’un point de vu externe, ces deux-là ne ressemblaient pas vraiment à deux amis qui se faisait une discussion normal. Cette proximité, cette position, sans même parler du fait qu’elle venait de l’embrasser une nouvelle fois. Tremblotant alors doucement, elle se frotta alors légèrement contre lui. Cherchant juste à se réchauffer un peu ? Bien sûr. Pour elle avoir une poitrine, quoique plutôt petite n’avait rien de choquant et pour le coup, cela ne la dérangeait pas vraiment de la coller contre le torse d’un homme voir même de légèrement se frotter à lui. Mais il faisait froid. Ils étaient toujours dehors. Et pour être franche, même s’ils repasseraient probablement dans cette ville, ou plutôt cette ancienne ville, elle en avait assez vu pour aujourd’hui. Le temps ne s’arrangeait pas vraiment. Un petit vent s’était levé. Ils étaient trempés. Se réchauffant, du moins pour sa part, mais peut-être mutuellement avec leurs chaleur corporelle. Elle souffla alors, tremblant toujours doucement, n’ayant toujours pas bougé ni ses jambes serrées sur son bassin, ni sa main dans son dos.

- Il fait froid…

Comme si ce détail était gênant. Certainement, dans d’autres condition cela ne lui aurait pas vraiment été dérangeant de rester dans cette position dehors, et puis le coin était tranquille, personne pour les juger… Il fallait rentrer.. ? Complètement gelée, en tout cas il lui manquait bien du courage pour se lever, comme si ses jambes étaient gelées. Oh, c’était à moitié le cas on va dire…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]   Aujourd'hui à 12:09

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu es le solitaire. Moi ta solitude ? [Pv: Angeler]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Sablier :: ♠ Terrier-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit