AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:04

Ramener au repaire des Baskerville une fille dont il ne savait rien et qu'il avait ramassée dans les rues de Réveil plus tôt dans la journée, ne semblait dit comme ça, pas être la meilleure idée qu'Angeler avait pu avoir jusqu'à présent. Pourtant, c'était un homme intelligent qui ne faisait rien sans y avoir réfléchi au préalable, on pouvait donc se douter que s'il faisait cela, ce n'était pas par simple charité et qu'il avait une idée derrière la tête. Si la demoiselle n'avait pas été aussi une chain, se serait-il préoccupé de son sort ? Dur de le savoir, mais lui bien entendu vous répondrez sans hésitation aucune que non, il n'en aurait absolument rien eu à faire. Par un heureux hasard - moins heureux pour elle que pour lui - le scientifique avait pu se rendre compte des pouvoirs que possédait la jeune fille, il n'y avait donc pas à se poser la question sur ses intentions. Voilà donc ce qui l'avait conduit à la convaincre de le suivre et à l'emmener avec lui jusqu'à cet endroit où on ne laissait en général pas rentrer grand monde. Un lieu ne restait pas secret pour rien après tout, non ? Mais la petite chain ayant dormi la majeure partie du voyage et étant encore dans les vaps à son arrivée ici, elle serait certainement incapable de se souvenir du chemin à prendre pour trouver ce lieu, ou même de le situer correctement sur une carte si on lui demandait. Il n'y avait donc pas à s'en faire et puis, qu'est-ce qu'une fille des rues ferait avec ce genre d'information de toute manière, ce n'était pas comme si elle travaillait pour Pandora.

Après avoir passé tout le voyage à servir d'oreiller et à réchauffer la jeune fille par sa présence, sans trop savoir pourquoi il l'avait laissé faire lorsqu'elle avait décidé de s'approcher de la sorte, le Baskerville avait évité de la réveiller et l'avait transporté dans ses bras pour le reste du chemin. A leur arrivée chez les Baskerville, il faisait déjà nuit, ce qui ne dérangeait pas Angeler qui avait toujours préféré la vie nocturne. Comme par automatisme, il se dirigea à travers le manoir directement vers son laboratoire, mais la vue d'une cape rouge juste devant sa porte lui fit automatiquement tourner les talons. Qu'est-ce qu'on lui voulait encore ? Il n'en avait aucune idée, mais il n'avait aucune envie de s'en occuper pour le moment, il avait autre chose à faire. Il se dirigea donc vers le seul endroit où personne ne le cherchait jamais, puisqu'il n'y mettait que très rarement les pieds, sa propre chambre. Oui, cela pouvait paraître bizarre, mais il passait tellement de temps à travailler dans son laboratoire, surtout la nuit, que personne n'aurait su dire quand exactement il allait se coucher... Ou s'il dormait dans sa chambre ou dans son laboratoire d'ailleurs. Du coup, à cette heure, il y avait bien plus de chance de le trouver en train de d'étudier que n'importe où ailleurs dans cette foutue baraque, il fallait donc espérer qu'ils pensent qu'il n'était toujours pas rentré, cela lui ferait des vacances au moins. De plus, il n'avait aucune envie qu'on lui pose des questions sur ce qu'il avait ramené... Ou plutôt, sur la personne qu'il avait ramenée, avoir à rendre des comptes à cette bande d'idiots ne l'enchantait pas pour l'heure.

Serrant contre lui Kyrielle, qu'il avait de nouveau enroulé dans son manteau pour qu'elle ne se retrouve pas à nouveau complètement gelée - c'était assez dur à réchauffer ces p'tites choses... - il ne mit pas longtemps à rejoindre sa chambre en prenant bien soin de ne croiser personne. Le temps de trouver sa clef et d'ouvrir la porte, car il n'allait tout de même pas laisser sa porte ouverte à n'importe quel Baskerville trop curieux, Angeler dû se résoudre à porter la jeune fille sur son épaule... Un peu comme un sac en fait, même si cela ne le dérangea pas tellement lui. (je t'avais dit qu'il finirait par la porter comme ça... -sbaf - ) Position inconfortable pour elle ? Oh, si peu de temps, puisqu'une fois dans la pièce il alla directement la poser sur le lit, se déchargeant au passage d'elle, car à défaut d'être lourde, ce n'était tout de même pas pratique de la porter tout le temps. Question pratique pour notre Baskerville, il n'avait pas six bras. Il observa un instant la jeune fille pour voir si son état ne s'était pas dégradé davantage et si son bandage de fortune avait tenu, avant de se rendre compte qu'il ne faisait pas bien plus chaud dans cette pièce que dehors, même si on sentait tout de même un mieux. Il alla donc allumer un feu dans la cheminée histoire de chauffer en vitesse cette pièce trop peu souvent utilisée et les premières braises qui jaillirent de l'âtre firent un bien fou à ses mains qui avaient subi le froid mordant de l'hiver. Finir le chemin sans gants et sans manteau n'était pas ce qu'on pouvait appeler des conditions idéales, heureusement que notre homme était solide tout de même.

Ce n'était pas une mince affaire de jouer les bons samaritains, hein ? Cela, Angeler venait à peine de le découvrir, puisqu'en temps normal, il ne prenait nullement soin des gens, même pas des membres de la famille Baskerville... Surtout pas d'eux en fait, il ne les aimait pas et de quoi pouvaient-ils donc avoir besoin comme soin après tout ? Il fallait se lever de bonne heure pour en blesser un déjà et puis, un de plus ou un de moins, cela ne faisait ni chaud ni froid au scientifique du moment qu'il ne s'agissait pas de lui. Comme pour à peu près tout d'ailleurs, c'était sa petite personne qui comptait avant tout, mais là pour le coup, il se retrouvait à devoir jouer le garde-malade pour une parfaite inconnue. Quoi que non, elle avait dépassé le stade de simple inconnue en lui disant son prénom, Kyrielle. Un prénom peu courant, mais qui sonnait joliment à l'oreille, non ? Oh et puis non, on s'en fiche de son joli prénom après tout, Angeler ne l'avait pas ramassé pour cela, surtout qu'il avait décidé de la ramener bien avant de savoir comme elle s'appelait. Mais maintenant qu'elle était effectivement chez les Baskerville notre petite chain, il fallait s'assurer qu'elle y reste en vie à présent. S'il l'avait laissé dans la rue, elle serait peut-être déjà morte, tué par le froid et sa faiblesse sans nul doute, mais maintenant qu'elle était ici, il fallait tout de même faire attention à ce qu'elle ne chope pas une infection à cause de cette foutue balle la p'tite, ce serait tout de même très con après avoir fait tout ce chemin.

Le Baskerville n'avait rien d'un médecin, mais en tant qu'homme de science, il avait une connaissance suffisante pour la soigner bien entendu. D'ailleurs, il avait déjà lu des livres de médecine et comme sa prodigieuse mémoire ne lui permettait pas d'oublier ce qu'il lisait, il n'avait aucun mal à se rappeler les bases pour empêcher quelqu'un de crever bêtement. Angeler partit donc à la recherche de ce dont il avait besoin pour soigner la demoiselle, à savoir désinfectant, bandage, de quoi lui retirer la balle et même de quoi la recoudre en cas de besoin. C'est dans ce genre de cas qu'on peut se dire qu'être un homme organisé aide beaucoup, puisqu'il ne mit pas longtemps à réunir tout cela. Perdre du temps à tout chercher et à se demander où pouvait être tel ou tel chose n'était pas du tout son truc, il détestait perdre son temps, alors autant tout ranger et remettre à sa place à chaque fois plutôt que de chercher pendant des heures après. Une fois tout ce dont il avait besoin réuni, il traîna la chaise qui se trouvait à côté du petit bureau au fond de la pièce pour l'approcher du lit et donc pouvoir s'asseoir au chevet de sa... Patiente ? Oui, c'était un peu ça, même si le Baskerville n'avait pas vraiment envie de se considérer comme son infirmier attitré hein. Mais en revenant vers la jeune fille, Angeler se rendit compte qu'elle avait ouvert les yeux, ce qui était plutôt bon signe en fin de compte. Au moins, elle avait fini de jouer la belle au bois dormant, même si elle aurait sans doute préféré ne pas être consciente quand il lui enlèverait la balle du bras... Tant pis pour elle hein, il fallait bien qu'il la soigne maintenant.

" Alors, fini de jouer les comateuses ? "

Un sourire moqueur aux lèvres, Angeler saisit entre ses doigts un linge propre pour l'imbiber d'alcool et commença ensuite à débarrasser le bras Kyrielle du bandage souillé de sang noirci avant de jeter un coup d'oeil à l'expression de la jeune fille. Elle avait retrouvé un peu ses esprits au moins ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:08

Ce sommeil si profond et si réparateur bien que ce n’était pas ça qui allait non plus la soigner miraculeusement, la demoiselle avait enfin quitté cette mine crispée qu’elle arborait jusqu’à alors à cause de la douleur. Enfin totalement détendu, elle se laissait totalement aller dans les bras de ce grand brun. D’ailleurs elle ne bougea pas d’un pouce lorsqu’il l’enroula une nouvelle fois dans son manteau pour la porter jusqu’à chez lui, qui était ni plus ni moins le repère des Baskerville. Mais ça elle l’ignorait. Tout comme le fait qu’elle se trouvait actuellement dans la ville où elle avait vécu cent ans auparavant. Le temps a passé et pas forcément à l’avantage de cet endroit, reste à savoir comment elle réagirait lorsqu’elle l’apprendrait. Mais on va dire que c’était actuellement le cadet de ses soucis à cette jeune fille. Ainsi, la voilà dans le manoir. Après une visite bien courte des lieux, le brun se décida finalement à l’apporter dans sa chambre pour la déposer sur son lit, profitant ainsi d’avoir les mains libres pour chercher de quoi la soigner. C’est à ce moment-là que notre jeune fille se mit à cligner doucement des yeux, encore toute fraiche bien qu’ayant un peu plus chaud dans cette pièce et enroulé dans ce long manteau. Il lui fallut quelques instant tout de même pour comprendre ce qu’il s’était passé et où elle avait atterrit. Regardant légèrement autours d’elle, la demoiselle compris qu’elle était dans une pièce assez sombre, et qu’il.. faisait nuit dehors. Ah… Sans oser bouger d’un pouce, Kyrielle finit également par comprendre qu’elle était posé sur un lit, chose qu’elle n’avait pas pu côtoyer depuis bien longtemps déjà et que l’homme était un peu plus loin. Déjà en train de revenir avec diverses choses.. ? C’est alors qu’il prit place à côté du lit déjà en train de sortir ses affaires, vu ce qu’elle voyait c’était certainement pour son bras. Mettant de l’alcool sur un linge propre, il lâcha d’un sourire moqueur tout en lui retirant le bandage de fortune si elle avait fini de jouer les comateuses. Pour le coup, la demoiselle leva juste les yeux vers lui, sans même prendre la peine de répondre. Pourquoi faire… ?

D’un mouvement terriblement lent, elle se redressa, encore un peu vaseuse à cause de son petit somme, mais ce dernier lui avait fait mine de rien un peu de bien. Elle se sentait enfin le courage de bouger à défaut de penser pouvoir marcher. L’air absent, elle passe son regard de son visage, à la pièce pour ensuite reporter son attention sur lui. Bon d’accord, elle allait légèrement mieux et être à l’intérieur lui faisait un bien fou, même si le moral et le physique ce n’était pas encore tout à fait ça dirons-nous. Toujours aussi lentement dans ses gestes, elle se contenta de prendre le tissu imbibé d’alcool qu’il tenait pour se l’appliquer sans ménagement sur la plaie. On peut dire que la douleur la réveilla sur le coup et pour de bon. Crispé et se mordant la lèvre inférieur pour ne pas lâcher le moindre son, elle finit par nettoyer le gros de la plaie pour ensuite prendre la bouteille d’alcool et s’en passer sur la main gauche. Pourquoi se passer un désinfectant sur une main non blessée ? La suite l’explique suffisamment. Car voilà notre demoiselle en train de glisser ses doigts dans sa plaie pour aller chercher le bout de métal intrus qui était le facteur principal d’un risque d’infection, qui pouvait lui couter le bras voir tout simplement la vie en fait. Je vous laisse imaginer le saignement que cela produit, il faut dire que de toute façon il fallait bien aller la chercher cette fichue balle ! Son visage pâlit alors légèrement un peu plus, de même que des larmes coulèrent sur ses joues, cependant, les lèvres définitivement fermées, elle garda le silence total. Masochiste elle ? Non, sachez qu’elle n’avait pas eu ce genre de problème pour la première fois et qu’elle avait dû se débrouiller, une bouteille de désinfectant volée difficilement et un soin express dans la rue pour ne pas crever tout simplement. Se lançant dans un soin rapide, efficace mais très douloureux, elle pencha alors la tête en avant, comme pour masquer ce moment de faiblesse. C’est cependant au bout de quelques instants qu’elle finit par atteindre son but, la petite boule de métal argentée se trouvant désormais entre ses doigts…

La main tremblante, elle lâcha la balle dans sa main droite, soit celle de son bras blessé pour compresser la plaie sanguinolente avec son autre main. Comme pour conclure ses soins rapides, la demoiselle reprit la bouteille d’alcool pour en appliquer directement sur la plaie histoire qu’elle soit bien nettoyer. L’effort pour rester le plus calme et neutre possible face à la douleur était dur et cela se voyait certainement à son expression et à la soudaine pâleur qu’elle avait reprise. D’un naturel à vouloir se débrouiller seule, d’ailleurs elle l’était souvent tout simplement. Une fois la douleur légèrement estompée ? Ou peut-être son corps s’était engourdit et habitué qui sait. Elle reporta son attention sur Angeler, avec qui elle n’avait pas échangé le moindre mot depuis son réveil. Son opinons à son sujet était assez peu certain quelque peu changeant. Le trouvant parfois terriblement gentil et doux et pourtant, elle revoyait encore l’air profiteur voir mauvais qu’il pouvait afficher. En somme, elle était perdue, entre la crainte et la confiance. Et pourtant, elle lui devait au final la vie c’était indéniable, mais pourquoi continuer à vivre dans cet état ? Combien de temps tiendrait-elle ? Et puis surtout pourquoi devait-elle endurer tout ça ? Elle n’avait jamais demandé à survivre à cette Tragédie… Secouant légèrement la tête, elle se tira d’elle-même de ses pensées. Posant son regard sur la main de cet homme, elle finit par doucement poser la main de son bras blessé sur cette dernière. Ouvrant dans un premier temps les doigts pour laisser la balle tomber dans la paume de sa main mais.. elle ne recula pas sa main pour autant. D’ailleurs, elle se surprit elle-même à légèrement l’attraper à nouveau, comme si ce contact lui avait vraiment fait du bien plus tôt et qu’elle souhaiter s’apaiser pour oublier la douleur. Osant enfin le regarder dans les yeux, enfin, si on peut dire ça comme ça, elle lâcha la voix déraillant encore par le fait qu’elle se crispait pour supporter en silence son mal.

- Pas besoin de me regarder comme ça… Ni de te moquer. J’ai l’habitude…

D’un geste timide, elle lâcha finalement sa plaie pour soulever légèrement un côté de sa jupe. Remontant ainsi légèrement sur la cuisse et dévoilant ainsi une cicatrice qui semblait bien avoir du mal à arriver à son terme. Un impact de balle était encore visible, bien qu’on puisse remarquer que la plaie restait relativement propre. Cependant, des soins supplémentaires ou même un bandage n’étaient même pas imaginable pour notre jeune fille des rues. Bien que toujours aussi pâlichonne, elle resta assise sans bouger, laissant sa plaie couler encore doucement le long de son bras du coup dénudé. Elle parla à nouveau à voix basse sans oser le regarder.

- Qu’est-ce que tu me veux.. je suppose que c’est ma nature qui t’intéresse, tu es scientifique…

Comment ça elle sortait ça comme ça ? En même temps son attitude avait changé lorsqu’il avait vu son pouvoir à l’œuvre, il ne semblait pas vraiment prêt à venir l’aider avant qu’il ne remarque qu’elle était un.. chain ? Oui c’est ainsi qu’on appelle ces créatures. Après elle disait ça, avec une petite pensée qui lui donnait l’impression que de voir les choses ainsi lui faisait du mal. Elle est juste une chain hein. Même pas une jeune femme à défaut de pouvoir dire être humain… Sa main se serra un peu plus sur la sienne, gardant toujours la balle dans leurs deux mains réunit, encore une fois ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:10

Pour une fois, chose rarissime chez lui, Angeler avait décidé de faire abstraction de sa petite personne et de se montrer attentif aux besoins de quelqu'un d'autre. De l'inédit n'est-ce pas ? Mais la petite voleuse du nom de Kyrielle n'allait certainement pas s'en plaindre, puisque c'était sur elle qu'était tombé ce surplus d'attention. Un honneur, une chance ou une malédiction ? Chacun pouvait avoir son avis là-dessus en connaissant plus ou moins le Baskerville qui l'avait ramené au repaire de la famille. Soit on ne le connaissait pas et sans se fier à l'apparence qu'il dégageait, on lui accordait bien volontiers un bon fond, soit on se fier aux apparences ou à la connaissance qu'on avait de lui et on cherchait forcément ce qui clochait dans ce comportement pour le moins inattendu. Il avait bien le droit de faire quelque chose de bien une fois de temps en temps, non ? Bon, n'allons pas mentir, même lui pouvait s'étonner tout seul de la façon dont il traitait cette fille, qui au cours de la journée précédente avait tout simplement voulu le voler. Mais c'était une chain, elle devenait donc potentiellement intéressante pour lui et surtout pour son étude de l'Abyss, on pouvait donc comprendre qu'il ne la laisse pas filer ou tout simplement crever aussi facilement. Après... Les manières protectrices qu'il avait eu, la façon dont elle s'était collée à lui pour se réchauffer et surtout le fait qu'il ne l'ait pas repoussé aussi sec une fois cela fait, tout cela pouvait porter à confusion. Même lui, il n'aurait pas bien su dire pourquoi il l'avait laissé faire ainsi.

Elle lui faisait pitié ? Lui avoir pitié... Quelle bonne blague, c'était un Baskerville après tout et surtout un homme extrêmement égoïste qui ne pensait qu'à sa petite personne, cela ne lui ressemblait pas du tout d'avoir pitié d'une pauvre fille. Pourtant, dans un sens, il arrivait tout de même à se dire que c'était dommage de la laisser crever comme ça, non pas parce qu'elle était une chain cette fois-ci, mais parce qu'elle avait montré jusque-là une telle combativité à vivre, qu'elle avait bien mérité une seconde chance, non ? Et puis, de toute façon, il n'avait pas à justifier ce qu'il faisait, c'était bien son droit d'aider quelqu'un après tout, même si ce n'était habituellement pas son genre. Qui viendrait lui demander des comptes, mis à part peut-être les Baskerville bien sûr, mais il avait toujours l'excuse d'étudier une chain et puis, il avait bien le droit à une certaine tranquillité pour ce qui concernait ses recherches non, il ne s'était jamais plains jusqu'à présent. De toute manière, tant qu'elle était en convalescence, Kyrielle n'irait pas trop se montrer dans le manoir et resterait donc discrète un temps, sauf si l'envie subite d'aller dévaliser le manoir entier la prenait, un peu comme pour les gants... Plus qu'à savoir si c'était une cleptomane en puissance ou juste une chapardeuse occasionnelle qui volait par besoin. Angeler était bien curieux d'avoir cette réponse tient, juste comme cela, pour savoir.

Après une sieste d'un temps assez conséquent qui avait dû lui faire le plus grand bien, la petite brune avait fini par ouvrir les yeux, avec en prime une remarque du scientifique dont elle ne fit pas grand cas. Avait-elle enfin repris tous ses esprits ? Peut-être ne trouvait-elle plus la présence du Baskerville normal à présent, qu'elle recommencerait à la fuir comme au début, ce qui dans son état de faiblesse, serait assez délicat selon lui. Tandis qu'il préparait de quoi soigner sa plaie, la jeune fille se redressa tant bien que mal sous les yeux septiques d'Angeler qui, s'il ne lui dit rien, pensa fortement que c'était une connerie. Elle ne pouvait donc pas rester tranquille au moins cinq minutes au lieu de s'agiter à peine réveillé comme cela... A croire qu'elle faisait tout pour se fatiguer ou pour prouver qu'elle pouvait bouger et se débrouiller toute seule, la fierté franchement, dans ce genre de situation, ce n'est pas forcément votre ami. " Reste couché et laisse-moi te soigner idiote. " Voilà ce qu'il aurait pu lui dire, mais il ne se donna même pas cette peine, ayant déjà compris qu'il avait affaire à une fille butée, presque aussi butée que lui, c'est pour dire à quel point elle l'était. D'accord, qu'elle se redresse donc, qu'elle se lève même si cela lui faisait plaisir ou mieux, qu'elle danse le tango sur son bureau, il n'en avait rien à faire après tout, si elle tombait dans les pommes, il la re-balancerait sur le lit aussi sec. Il n'avait pas que cela à faire non plus hein, ce n'était pas parce qu'il l'avait ramassé dans la rue qu'il était devenu sa bonne ou nounou !

Rien besoin de dire, cela se voyait dans son regard qu'il ne voyait pas pourquoi elle cherchait à tout prix à se redresser, mais une fois qu'elle eut fait cela, elle ne tarda pas à lui prendre des mains le tissu imbibé d'alcool qu'il avait prévu pour lui désinfecter la plaie. Ses gestes étaient lents et témoignaient de sa faiblesse encore présente, pourtant, elle s'obstina tout de même à désinfecter la plaie elle-même, comme si elle ne pouvait pas se résoudre à le laisser faire lui. Bon, d'accord, si cela l'amusait de se faire mal toute seule, chacun son délire hein. Lâchant un simple soupire, le Baskerville roula des yeux et alla chercher dans son matériel une pince pour lui retirer la balle, mais encore une fois, la jeune fille le devança en allant chercher elle-même l'objet avec ses propres doigts, après désinfection préalable bien sûr, ce qui laissait supposer qu'elle n'agissait pas du tout par folie et qu'elle savait un minimum ce qu'elle faisait. Bien sûr qu'il fallait retirer cette balle si elle ne voulait pas mourir d'une infection... Même si Angeler aurait certainement eu la courtoisie de lui couper le bras avant pour l'imiter la propagation de l'infection, petite attention gentille dont il n'aurait certainement pas besoin d'user dans ces conditions. Sans faillir malgré la douleur ou la perte de sang importante, Kyrielle s'obstina à aller chercher cette foutue balle, faisant au passage gicler l'hémoglobine sur les draps du lit. Rien à faire, ce n'était certainement pas la solution la plus propre qu'elle avait choisi et certainement pas la plus efficace d'après le brun, qui ne voyait pas tellement l'intérêt d'aller tripatouiller les vaisseaux et les muscles à même les doigts, cela n'aurait jamais la précision d'outils chirurgicaux.

" J'allais pas t'amputer du bras, t'aurais pu me laisser faire... "

Laissant tomber sa pince parmi les autres instruments, le Baskerville s'adossa au dossier de sa chaise en la regardant faire, enfin, en la regardant pâlir à vue d'oeil plutôt. Même si elle faisait tout pour se montrer forte face à la douleur, celle-ci crevait tout de même les yeux, il ne pouvait en être autrement de cette manière de toute façon. Elle n'aurait pas pu le laisser faire tranquillement non ? Aller, il était d'assez bonne humeur en plus, il lui aurait même filé un calmant pour la douleur, mais noooon, mademoiselle Kyrielle devait jouer les grande courageuse. Oh, elle l'était, il n'en doutait pas une seconde, la simple idée d'enfoncer ses doigts dans sa propre plaie en aurait fait tourner de l'oeil plus d'une, pourtant elle, elle appliquait cette méthode sans broncher, malgré les larmes qui coulaient sur ses joues. Des larmes, encore. Celle-ci, Angeler n'avait aucune envie de les voir, il comprenait bien que c'était des larmes de douleur bien sûr, mais depuis sa crise dans le fiacre, il n'avait pas l'air d'appréciait cela. Pour ne pas voir les larmes, il fixa donc la plaie, bizarrement, c'était plus supportable. Mais lorsqu'il reporta enfin son attention sur le visage de Kyrielle, celle-ci l'avait baissé, plus pâle que jamais... La voyant d'un coup si mal, Angeler eut pour réflex de se redresser pour tendre la main vers elle, prêt à la rattraper si elle faisait un malaise, mais elle finit tout simplement par retirer la balle de son bras pour la laisser tomber dans son autre main.

En voyant cela, il se laissa retomber sur sa chaise, se sentant un peu stupide d'avoir bougé pour rien mais tant pis. Après s'être infligé une nouvelle désinfection à l'arrache, la jeune fille appliqua sa main sur sa plaie comme si cela allait suffire à arrêter le saignement. Après avoir écarté la blessure comme cela, il fallait recoudre, rien à faire. Elle ne comptait tout de même pas rester comme cela ou pire, essayer de se recoudre elle-même, si ? Oh, il la voyait bien essayer tiens, mais hors de question qu'il la laisse faire, ça y est, elle avait prouvé qu'elle n'avait besoin de personne, mais ce n'était pas non plus le moment pour faire autant de connerie. S'il fallait l'endormir le temps de finir le travail pour être tranquille, il en était parfaitement capable, mais dans un sens, il préférait éviter pour ne pas réveiller la méfiance de la jeune fille. Il avait déjà assez l'air d'un bourreau comme cela, inutile en plus de le prouver par le geste. Toujours aussi pâle et faiblarde, Kyrielle finit par lui remettre cette petite balle qui avait causé tant de soucie, la glissant doucement de sa main à la sienne. Au passage, elle s'accrocha même à sa main... Enfin, non, cela ne devait être qu'une impression. Dans l'état où elle était, il fallait bien qu'elle se tienne à quelque chose, sa main ou autre chose, cela ne voulait certainement rien dire pour elle. Pour la première fois depuis qu'elle s'était réveillée, elle se décida enfin à lui adresser la parole, pour lui dire de ne pas la regarder comme cela ou de se moquer... Pour une fois qu'il ne se moquait pas du malheur des autres hein ! A croire que c'était inscrit sur son visage qu'il n'avait aucune compassion.

" Je ne me moque pas, je trouve juste ça... " Il soupira pour ne pas dire complètement débile. " Laisse tomber, tu es têtue comme fille. "

Il avait lâché cela d'un ton las, comme si la fille qui lui tenait la main n'était pas en train de pisser le sang sur son lit. Comme pour prouver qu'elle avait vraiment l'habitude de ce genre de choses, la jeune fille lâcha sa blessure pour aller relever un peu sa jupe et lui montrer une plaie, cicatrisée celle-ci, mais qui n'avait tout de même pas dû recevoir tous les soins qu'elle méritait. A se demander pourquoi il restait autant de gens dans la rue s'ils se tiraient dessus à tout bout de champ, quel monde tout de même. Pourquoi donc tirer sur une gamine comme elle, elle ne représentait tout de même pas une grande menace avec sa corpulence... Quoi que, avec ses pouvoirs de chain, cela devait changer la donne, mais tout de même. Compte tenu de l'endroit délicat ou celle-ci se trouver, il la regarda mais n'alla tout de même pas l'observer de trop près ou la toucher, inutile de passer en plus pour un pervers, mais il se permit tout de même de rebaisser le pan de sa jupe sur sa blessure de sa main libre. Bientôt, la voix de Kyrielle, toujours aussi faible parvint à ses oreilles. Toujours la même question, elle voulait savoir ce qu'il voulait faire d'elle, bien qu'elle semblait avoir conscience que sa nature de chain n'y était pas pour rien dans cette histoire. A moins, elle n'était pas stupide la p'tite, mais il n'était pas certain que cela lui plaise davantage que s'il l'avait ramené chez lui pour en faire ce que tout bon pervers en auraient fait. Au moins comme cela, elle savait qu'il tenait plus à la voir envie que morte et qu'il ne lui ferait par conséquent, théoriquement et normalement, pas de mal. Jetant un oeil à sa main qu'elle ne voulait pas lâcher, à moins qu'il ne s'agisse d'une attache bizarre à cette balle qui avait failli la tuer, le Baskerville reporta ensuite son attention sur son visage avant de lui répondre, décidant pour une fois d'être assez honnête avec elle, puisque de toute façon il ne voyait pas bien quel mensonge inventer pour la rassurer.

" Je ne vais pas te mentir, c'est en grande partie à cause de ça. J'étudie l'Abyss, donc forcément une chain à forme humaine m'intéresse. Après, ce serait tout de même dommage de laisser mourir bêtement une jeune fille après qu'elle se soit battue comme ça pour survivre dans la rue, tu ne crois pas ? "

Il pouvait bien poser la question pour savoir si cela en valait la peine ou non, le résultat était tout de même là, il l'avait sauvé. Après, que cela soit parce que c'était une chain ou tout simplement parce qu'elle ne méritait pas de crever comme cela, quelle espèce d'importance cela pouvait avoir à la fin ? Il n'avait pas envie de chercher les raisons exactes en tout cas, cela ne l'avançait à rien pour le moment. Se servant de la main de Kyrielle qu'il tenait toujours dans la sienne, il lui fit lever un peu le bras en douceur pour l'examiner de plus prêt. Rien à faire, la plaie saignait encore, mieux valait qu'elle le laisse faire si elle ne voulait pas se vider de son sang bêtement. De sa main libre, Angeler attrapa un linge propre et l'appliqua fermement sur la blessure pour contenir le sang, reprenant ensuite la parole pour essayer de faire entendre raison à la jeune fille.

" Si tu perds trop de sang, tu auras fait ça pour rien. Tu veux bien me laisser faire cette fois ? "

Suturer la plaie, lui faire un bon bandage, soulager la douleur si nécessaire, il n'était pas médecin, mais il pouvait bien faire cela avec ses connaissances. Restait a savoir si elle lui ferait assez confiance pour le laisser faire, ce qui était loin d'être certain. Ah, que c'est compliqué les femmes tout de même...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:14

Têtue elle ? Oui certainement, elle était une fille bornée. Pourquoi l’être ? Disons qu’elle ne cessait de se dire qu’il fallait être capable de rester sur ses idées pour ne pas se faire marcher dessus. Comme on dire, dehors c’est la loi du plus fort, celui qui écrase le mieux les autres et le plus débrouillard sera le vainqueur. Son droit ? Continuer de vivre. On peut dire que depuis le temps qu’elle trainait dehors, Kyrielle avait sût tout de même bien s’en sortir sans vouloir se vanter. Après, reste à savoir combien de temps physiquement elle tiendrait, de même que mentalement. A crois qu’on aimait lui faire repasser des épreuves, son enfance, l’Abyss, sa vie actuelle. Mais voilà, elle avait croisé la route d’un homme, plutôt effrayant d’ailleurs. Et pourtant, elle était chez lui, tandis que ce dernier tentait de la soigner. Pourquoi ? Elle eut rapidement sa réponse. L’Abyss, Chain, deux choses qui semblent intéresser ou effrayer bien des gens. Ainsi c’était vraiment terminé, plus jamais elle ne pourrait se considérer comme humaine. Baissant presque tristement la tête lorsqu’il lui expliqua qu’elle avait effectivement raison sur le fait que ça nature l’intéressait beaucoup, raison principale de sa gentillesse. Elle ne serait donc plus intéressante lorsqu’il aura eu toutes les informations qu’il voulait hein ? Etrangement, sans trop savoir pourquoi le simple fait qu’elle sera utilisé puis jetée ou autre lui faisait mal. Au fond d’elle-même, notre demoiselle ne cessait de se dire qu’elle appréciait son attention qu’il avait pour elle. Voir même aller jusqu’à avouer qu’elle avait apprécié son contacte lorsqu’elle s’était collée à lui pour se réchauffer. Simple but médical hein ? Oui certainement, c’était le premier but de cette attitude mais.. elle n’était enfin plus.. seule ? Passant outre la douleur l’expression de Kyrielle s’attrista, se perdant elle-même dans ce qu’elle voulait et pouvait ressentir en ce moment même. Pourquoi cet homme effrayant lui semblait en même temps si réconfortant à tel point qu’elle ne voulait pas lâcher sa main ?

D’ailleurs lorsqu’il continua en annonçant que c’était dommage de laisser une jeune si combattante en somme mourir ainsi. Depuis quand était-il intéressé par ça. Il voulait la laisser dans la rue à son triste sort à l’origine, sans se soucier de sa survie ou non. Intérêt. Tout n’est qu’intérêt. Sa main se crispa légèrement dans la sienne, baissant le regard vers le lit en même temps. Tristesse, abandon ? Pourquoi se sentir abandonner face à lui ? Idiote, voilà ce qu’elle était. Un peu trop d’attention, un réconfort de la chaleur et là voilà en train de lui courir après. Ne voulant soudainement certainement pas retrouver le froid du dehors. De passer encore une fois une nuit par terre dans la rue, tremblant, risquant de faire une mauvaise rencontre à chaque instant. Elle était épuisée, moralement et physiquement de cette vie. Mais.. elle estimait qu’elle n’aurait pas le droit à autre chose. Pas maintenant. Alors qu’il leva légèrement été en douceur le bras de la jeune fille pour l’observer. Il demanda en quelque sorte si elle voulait bien le laisser faire. Le pire dans tout ça. C’est que plus le temps ne passait, plus la demoiselle ne savait comment réagir. Elle était toujours méfiante, mais il y avait un mais… Car mine de rien, l’homme en face d’elle, bien que n’ayant pas caché qu’il voulait avoir des informations sur sa nature, semblait plus honnête. Et moins dur dans ses mots ou ses gestes. Rapidement, elle l’avait de toute façon trouvé plus protecteur. Après, elle avait une vision bien belle de la protection, elle qui avait l’habitude de se débrouiller toujours toute seule. Pivotant légèrement sa main dans la sienne, la balle qui se trouvait entre leurs deux mains tomba finalement au sol lorsqu’elle bougea la sienne. Sans lever le regard vers lui, gardant sa position assise, elle fit le même geste que plus tôt. C’est-à-dire entrelacer ses doigts couverts de sang et frais à sa main toute chaude. Geste étrange de sa part peut-être, mais.. Angeler ne semblait pas non plus du genre à lâcher sa main. Du moins pas jusqu’à maintenant.

Finalement, la petite brune finit par relever une nouvelle fois son visage vers lui. Affichant presque étrangement une certaine timidité voir gêne, si on mettait de côté le fait qu’elle était toujours aussi pâle et que sa blessure lui faisait toujours aussi mal. Cependant, d’une main tremblante, en l’occurrence celle de libre, elle la tendit vers lui légèrement, pour venir légèrement s’agripper au col de sa chemise. Lui étant assis un peu plus loin, elle s’appuya légèrement sur lui avec le peu de force qu’elle avait pour ne pas basculer en avant bêtement. Serrant d’autant plus sa main dans la sienne, elle finit par dire aussi faiblement que timidement. On aurait presque pu voir de légères rougeurs sur son visage si ce dernier ne restait pas définitivement pâle pour le moment…

- Je… Je te laisse faire mais, à une condition. Elle hésita un bref instant. J’aimerais, retrouve ma place de tout à l’heure… Dans.. Pour le coup, on pouvait dire que la demoiselle se faisait avoir un bug toute seule de la façon dont c’était dit. Dans tes bras…

Réconfort, chaleur soutient. Il était tout ça à la fois, et même si quelqu’un lui dirait qu’Angeler n’avait certainement pas le profil type pour être tout ça à la fois, elle n’écouterait pas un mot, pour se laisser aller vers son instinct voir ses envies. Un peu étrange, oui. Elle réclamait de l’affection de sa part et le pire, c’est qu’elle savait très bien que même s’il refusait elle se ferait quand même soigner. Quelle idiote… Cependant, elle se força à ne pas garder le silence pour ne pas se laisser envahir par ses pensées qui l’a perdait un peu plus au fil du temps. Elle se concentra assez pour faire devenir son œil gauche rouge, comme lorsqu’elle devait utiliser son pouvoir. Sa main crispé sur sa chemise finit même par légèrement se détendre pour se contentée d’être posé sur son torse. Tremblotant doucement à cause du froid cette fois-ci et non à cause de la peur. Car oui, même si elle était beaucoup mieux ici que dehors, elle ne pouvait le nier. Ses vêtements lui donnaient froid, en même temps, intérieur ou non, rester dans des vêtements mouillés c’est bien dur de les faire sécher. En un souffle, elle lâche en baissant la tête pour éviter de croiser son regard, enfin, façon de parler vu qu’elle ne voyait pas ses yeux à cause de ses lunettes.

- Désoler… Je promets en échange de répondre à toutes tes questions.. de t’aider dans la mesure du possible et.. de partir une fois que tu n’auras plus besoin de moi.

D’un seul coup, on pouvait dire qu’elle était bien docile oui. Pourquoi devenir ainsi ? Certainement en avait-elle assez de se battre, de paraitre forte alors qu’elle n’avait parfois qu’une envie s’effondrer un bon coup. Ne comprenant toujours pas pourquoi elle avait survécu pour vivre ainsi derrière. Une punition quelconque ? Allez savoir. La solitude est si pesante, que cette dernière se mettait à ressortir d’un coup. Peut-être que son mal-être à cause de sa blessure en était la cause qui sait. De toute façon, sa main gauche glissa légèrement pour venir se poser sur la joue de cet homme. Comme si elle voulait attire son attention sur elle, sur l’être vivant qu’elle était et non la créature avec des pouvoirs qui l’intéressait. Même si énoncer un départ d'ici lui fit une bien drôle d'impression. Elle murmura alors.

- S’il te plaît…

Pourquoi limite supplier pour si peu ? Kyrielle ne le savait pas ça non plus. Trop de chose qu’elle ne savait pas, elle avait dit ce qu’elle avait à dire, disons que ça suffit ? Hm.. Ayant cruellement peur d’une moquerie, de se faire rembarrer à juste cause. Elle finit par retirer sa main de sa joue pour se laisser tomber doucement en arrière sur le lit. Trop fatiguée pour se tenir plus longtemps même assise. Cependant, sa main droite n’avait toujours pas desserrée la sienne…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:16

Kyrielle. Cette fille était définitivement bien étrange. Après avoir lutté pour une simple paire de gants, la demoiselle avait fini par demander au Baskerville de la tuer, ce qu'il n'avait bien entendu pas fait puisqu'elle était encore bien vivante et même installé dans son lit. Bon, d'accord, la pâleur de son visage et la faiblesse de ses mouvements pouvaient laisser planer le doute sur son état de santé et ses chances de survie, mais Angeler était assez confiant de ce côté-là. On pouvait survivre à une balle bien entendu, surtout avec les soins appropriés et il fallait avouer que la jeune fille avait beaucoup moins de chance de choper une infection mortelle dans le repaire des Baskerville que toute seule dans la rue. Dehors, il était tellement simple de crever de froids ou d'être achevé par le premier venu alors qu'ici... Bon, il y avait pas mal de tarés au mètre carré, mais tant qu'on ne les provoquait pas, il n'y avait rien à en craindre, surtout pas quand Angeler avait décidé de garder une personne en vie. Humaine ou chain, elle était... Son sujet d'expérience ? Oui, voilà, ce qui faisait d'elle en quelques sortes sa protégée pour le moment, aucun problème ne devrait donc lui tomber dessus tant qu'elle n'aurait pas décidé de fuguer. Après, pour fuguer de cet endroit, bon courage, car Angeler avait pour sa part essayé plus de fois qu'à son tour lorsqu'il était plus jeune et il était donc bien placé pour dire que, lorsque les Baskerville souhaitent vous garder, ils savent y mettre les moyens.

Certes, seul le scientifique avait dans l'idée de la garder là pour le moment, mais on le préviendrait bien si elle s'enfuyait en pleine nuit... Enfin, en plein jour, puisque c'était le moment où il était le moins attentif. Mais pour l'instant, il fallait bien reconnaitre qu'elle n'irait nulle part la petite Kyrielle, elle n'en aurait pas la force, même si l'envie se manifestait, ce dont le Baskerville ne doutait pas, sachant très bien qu'il pouvait faire... Peur ? Oui, quelque chose comme cela, il n'avait rien de bien rassurant notre homme après tout, bien au contraire, il mettait rarement les gens en confiance en sa présence. Quoi que, il pouvait lui arriver d'être assez habile pour jouer un rôle et endormir la méfiance de certains, l'avantage d'être intelligent, que voulez-vous, il n'allait tout de même pas s'en priver. Seulement, s'il avait usé de parole douce pour convaincre la demoiselle de se laisser soigner par lui dans la rue, il n'avait pas pour autant l'impression de l'avoir véritablement trompé sur ses intentions à son égard. Il avait promis de ne pas la tuer, ce qui était vrai et qu'il ne la toucherait pas, ce qui était tout aussi vrai dans le sens où elle l'entendait à cet instant. Après, être son sujet d'expérience lui faisait peur peut-être ? Mais au moins, il avait été honnête en avouant qu'il s'intéressait à son statut de chain, elle ne pourrait pas lui reprocher cela au moins.

Bien sûr, lorsqu'on a été humain, être considéré tout à coup comme une simple créature de l'Abyss ne devait pas être très flatteur... Voir même totalement vexant. Pour Angeler, cela n'avait rien d'une insulte bien évidemment, mais il appelait tout simplement un chat un chat et nommait et les choses et les gens par leurs noms et ce qu'ils étaient, tout simplement, même si sa franchise et sa façon de ne jamais prendre de gants pouvaient parfois choquer. Qu'importe, il ne cherchait pas à se faire des amis ou à se montrer sociable, il faisait simplement les choses comme il le voulait et comme il le pouvait avec le peu de diplomatie qu'il pouvait avoir. Même sans le vouloir vraiment, ou sans s'en rendre compte, il était parfois dur dans ses paroles et il ne s'étonna donc pas de voir la jeune fille baisser les yeux lorsqu'il lui expliqua qu'il s'intéressait à ses pouvoirs. Oui, il était un monstre, un homme intéressé et tout ce qu'on pouvait dire d'autre, mais c'était bien son droit non ? Il l'aidait à survivre, elle l'aidait à s'informer sur l'Abyss... C'était équitable, non ? Selon lui en tout cas, il se trouvait déjà bien gentil de l'avoir aidé alors que ce n'était pas du tout dans ses habitudes de jouer les bons samaritains. Mais en même temps... Même s'il ne voulait pas se l'avouer, s'il l'avait laissé se débrouiller toute seule, à l'instant présent, il s'en voudrait certainement. Pourquoi ? Allez donc au diable avec vos questions, il n'avait aucune idée de pourquoi il s'intéressait réellement au sort de cette fille et cela avait le don de l'énerver prodigieusement.

Pourquoi la laissait-il s'approcher d'aussi près ? Pourquoi gardait-il sa petite main froide dans la sienne ? Il n'en savait rien, mais il n'avait pourtant aucune envie de la repousser, alors pourquoi ne pas la laisser faire alors. Etrangement, la présence de la jeune fille à ses côtés ne le dérangeait pas, lui qui était pourtant d'habitude si solitaire de caractère. En même temps, elle n'était pas pénible, elle ne parlait pas beaucoup et ne s'évertuait pas à lui casser royalement les pieds comme certains Baskerville, ce qui faisait un bon point comme elle. Mais bon, dans son état de santé, il serait surprenant qu'elle joue les pipelettes ou qu'elle chamboule sa petite vie. Elle ne pouvait donc pas faire grand-chose la petite... Ce qui ne l'empêcha pourtant pas de glisser un peu plus sa main dans la sienne pour entrelacer de nouveau leurs doigts ensemble, comme plus tôt dans le fiacre, faisant au passage tomber la balle retirée sur le sol. Quelle importance, cette fichue balle après tout, il n'allait pas la garder en souvenir hein... Mais à quoi jouait-elle donc encore, elle avait toujours aussi froid malgré le feu qui crépitait maintenant tranquillement dans la cheminée ? Enfin, il fallait bien avouer que cette chambre n'était pas la plus chaleureuse non plus, mais bon, par rapport à dehors, il ne fallait pas s'en plaindre. A moins qu'elle n'ait tout simplement besoin d'une présence auprès d'elle, ce qui dans ce cas-là, surprenait tout de même Angeler, car il n'était pas la personne la plus rassurante dans ce genre de moment, loin de là.

Mais pour le moment, il était la seule personne présente, cela suffisait bien non ? Du coup, il n'avait pas vraiment le droit d'abandonner la jeune fille à sa solitude, surtout pas après l'avoir ramené ici. Tout comme il n'avait pas le droit de la laisser saigner de la sorte, il fallait qu'il l'a soigne, même s'il avait demandé en quelque sorte la permission pour le faire. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle soit moins... Têtue ? Comment l'être dans cet état franchement, il n'y avait qu'elle pour faire autant de manière et vouloir absolument se débrouiller toute seule, même si Angeler se surprit à se demander s'il n'aurait pas pu agir de la même manière s'il avait été à sa place. Avant de lui répondre, Kyrielle tendit une main tremblante vers lui pour saisir le col de sa chemise et s'y accrocher, les yeux toujours baissés comme pour cacher quelque chose à son interlocuteur, elle finit par lui dire qu'elle le laisserait la soigner à une seule condition... Qu'elle puisse retourner dans ses bras, comme plus tôt. Parmi toutes les choses qu'elle aurait pu demander au Baskerville à ce moment-là, celle-ci devait bien être la plus incompréhensible à ses yeux. Qu'elle veuille qu'il la laisse tranquille, qu'il s'éloigne, qu'il disparaisse de sa vue après l'avoir soigné, tout cela il l'aurait compris, mais qu'elle veuille se blottir contre lui, c'était si inhabituelle qu'il crut un instant avoir mal entendu. Pourtant, sa main qu'elle tenait serré dans la sienne ne trompait pas sur ses paroles... Cette fille devait être folle.

Pourquoi vouloir être proche d'un homme comme lui dans un moment de faiblesse ? Il était bien la dernière personne à pouvoir rassurer quelqu'un, que cela soit dans n'importe quelle situation, pourtant, cette fille semblait croire le contraire, penser qu'il pouvait être... Gentil ? Lui, quelle bonne blague, même lui ne pensait plus depuis longtemps pouvoir être quelqu'un de bien, il y avait renoncé il y a longtemps. Devant cette demande, il ne trouva qu'une seule chose à répondre, sincèrement pour une fois, il finit par lâcher d'une voix basse.

" Pourquoi ? Tu n'as donc pas peur de moi ? "

Pas peur de lui ? C'était possible ? Le craindre était pourtant tout naturel, surtout pour une femme dans sa position, alors pourquoi aller à contre-courant de la logique en s'invitant d'elle-même près de lui ? Si elle n'avait pas peur, Kyrielle tremblait pourtant et cela fit enfin remarquer à Angeler que ses vêtements étaient trempés. C'était bien utile d'allumer un feu pour qu'elle se réchauffe dans ce cas-là tient, bel effort pour rien. En restant comme cela, elle allait attraper la mort et tant pis pour sa blessure, elle aurait maintenant un ennemi de plus la pauvre Kyrielle. N'ayant pas l'habitude de recevoir des visites féminines ici - ni masculines d'ailleurs - le Baskerville n'avait pas de vêtement de femme à lui prêter le temps que les siens soient secs. Mais tandis qu'il pensait à cela, la jeune fille reprit la parole, toujours aussi doucement, dans un souffle, en lui disant qu'elle l'aiderait, qu'elle répondrait à ses questions et partirai quand il le voudrait. Ah, qu'elle parte... Il n'y avait même pas encore songé tient, c'est pour dire s'il arrivait à songer normalement à ce qu'il comptait faire de la petite chain dans ces conditions... Tant pis, il verrait cela plus tard, il y avait plus urgent pour l'instant, car elle n'allait tout de même pas retourner sous la neige aussi vite, la sauver aurait été complètement débile et inutile sinon. Pas besoin de lui promettre tout ça, il avait de toute façon décidé de la soigner... Et de la laisser aller dans ses bras donc ?

C'était la condition après tout, même s'il n'en comprenait pas la raison. Et celle-ci évitait son regard, toujours, empêchant Angeler d'aller trouver la réponse dans ses yeux. La main qui tenait sa chemise alla se poser sur sa joue, comme plus tôt encore, lui redonnant ce contact froid, mais pas si désagréable pourtant. La regardant un peu... Tristement ? Oui, il n'avait même pas envie de se moquer de sa faiblesse pour le coup. De sa main libre, il alla donc doucement chercher son menton du bout des doigts pour lui faire relever la tête vers lui, regardant un instant ses yeux noirs, son visage si pâle... Il lui aurait dit non ? Il manquait donc de coeur à ce point ? Il fallait croire que non, puisqu'il ne voulait pas la repousser et pas non plus lui faire du mal en la rejetant alors qu'elle le réclamait. Elle continua d'ailleurs sa demande, faiblement, avant de finir par retirer sa main de sa joue et de se laisser retomber en arrière sur le lit, obligeant par la même occasion Angeler à lâcher son menton. Il garda pourtant sa main dans la sienne, réfléchissant rapidement à la situation. Rester près d'elle ? Qu'est-ce que cela lui coûtait après tout... Mais il fallait d'abord qu'il la soigne et surtout, qu'il ne la laisse pas trembloter dans ces vêtements trempés. Presque à contre coeur, il finit donc par lâcher sa petite main tâchée de rouge et par se lever pour se diriger vers sa commode. Inutile de songer qu'il allait en sortir une robe où quelque chose comme cela, mais il finit tout de même par trouver une chemise assez longue.

Ce n'était pas terrible, mais le temps que ses vêtements sèchent ou qu'il lui en trouve d'autres - car il y avait bien des femmes chez les Baskerville, mais pour l'instant, il ne voulait pas la laisser seule trop longtemps - cela ferait bien l'affaire. Il alla donc poser le vêtement sur le bord du lit à son attention avant de se désinfecter les mains, ainsi que le matériel pour suturer la plaie de Kyrielle. Il s'assit ensuite en silence sur le lit, près d'elle, pour pourvoir s'occuper de sa blessure. Elle n'allait certainement pas aimer cela, mais il fallait bien en passer par là pour ne plus avoir de soucis avec cette plaie. Pour la rassurer tout de même, il se décida tout de même à lui répondre, même s'il ne comprenait toujours pas la nature de sa demande, ce qui pourrait avoir tendance à l'agacer il faut dire.

" Je reste avec toi, d'accord... Mais si tu restes comme ça, tu auras toujours froid quand même. "

Il finit sa phrase en lui désignant la chemise, pour qu'elle ne pense pas non plus que restait nue était la bonne solution... Car cela pouvait être mal interprété, non ? Il semblait presque attentif et compatissant en parlant, ce qui le surprenait presque lui-même, mais après tout, pourquoi se montrer rude avec elle ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:19

Epuisée, c’était le mot qui lui correspondait le mieux. Notre demoiselle avait dormi certes, son corps était tout de même bien moins gelé que plus tôt, l’air de la chambre étant plus agréable que le vent glacial de cet hiver. Son faible regard ne se détachant pas de lui, la demoiselle en était réduit à ne cesser de le détailler pour ne pas sombrer. Peur de lui vraiment ? Pourquoi avoir peur de lui maintenant ? Il lui aurait demandé ça au début de leur rencontre elle aurait certainement dit qu’il l’effrayait effectivement mais maintenant… Ce n’était plus vraiment le cas. S’il était aussi méchant, pourquoi gardait-il sa main dans la sienne, alors que lui faire lâcher prise n’était sincèrement pas quelque chose de difficile à faire, surtout vu son état. C’est alors qu’il s’éloigna. Qu’il rompit le contact que formaient leurs mains. Non.. elle ne voulait pas qu’il parte. Son cœur loupa un battement, qu’elle le veuille ou non, ne comprenant pas cette panique soudaine de le voir partir, sa tête se redressa, voulant le voir, le garder dans son champ de vision. Avec soulagement, elle se rendit finalement compte qu’il n’était pas aller bien loin, revenu avec une chemise pour retourner s’asseoir près d’elle mais cette fois-ci sur le lit. Reposant sa tête sur le drap tâché de sang. Kyrielle releva à nouveau la tête vers lui. Quel doux visage.. surtout lorsqu’il lui promis de rester près d’elle comme demander, lui conseillant même de changer ses vêtements pour ne plus avoir froid. Il est vrai que ces derniers n’aidaient pas vraiment la demoiselle à se sentir mieux. Cependant, ne se détachant pas de son visage elle tendis la main vers lui, elle murmura alors doucement.

- Quel doux visage… Je n’ai pas peur non..à tort peut-être mais je m’en fiche…

Hm ? La fatigue s’exprimait. Ou plutôt cette dernière lui disait de dire tout ce qu’elle pensait, ce qui lui passait par la tête. D’ailleurs, sa petite mine laissait sous-entendre qu’elle se demandait elle-même pourquoi avoir lâché ce début de phrase aussi spontanément. Baissant les yeux, elle finit par porter son attention à la chemise qu’il lui désignait. Ce n’était pas très couvert mais.. avait-elle le droit de faire des manières alors qu’il faisait son possible actuellement pour qu’elle aille mieux. Lançant un regard en coin dans sa direction à lui, elle finit par s’avouer à elle-même qu’effectivement, Angeler n’était pas désagréable à regarder, même si cela devait être certainement mieux sans ses grosses lunettes lui cachant une partie du visage. Passant sa main valide sur ses yeux, le petite brune se traita d’idiote. Pourquoi penser une telle chose maintenant. Il était certes attirant, voir même gentil et ? Elle était une Chain, une petite expérience qu’il voulait garder en vie pour étudier et ensuite certainement la laisser repartir dehors. Mais, finalement, ici lui paraissait bien mieux que dehors… Sortant rapidement de ses pensées une nouvelle fois, la demoiselle entreprit alors de tirer légèrement la chemise vers elle. Elle était exactement pareil que celle qu’il portait lui, pas étonnant qu’elle soit bien trop grande pour elle. D’un geste tremblant elle souleva d’elle-même son haut. Ne faisant que des gestes lents et précis pour éviter de se vider un peu plus de son sang, je vous laisse imaginer la difficulté pour retirer son haut du côté de son bras blessé… Mais aussi la douleur. C'est ainsi qu’elle se retrouva en soutien-gorge juste à côté de lui. Faisant de même avec sa jupe, tout en évitant de se redresser, ce geste étant devenu trop fatiguant. La voilà en petite tenue. Etrange. Elle qui a une peur bleu des hommes, craignant l’acte du viol en lui-même à cause de son vécut, la voilà dans cette tenue juste à côté de lui. Ses tremblements traduisaient cette fois-ci son mal être d’être ainsi. Il lui avait promis mais…

D’une maigreur déconcertante, on pouvait se douter que la demoiselle ne mangeait pas vraiment à sa faim, mais surtout ce qu’elle arriver à avoir. Quelques marques présentes exclusivement sur ses cuisses, des blessures disons du quotidien, juste un peu plus nombreuses à cause de son mode de vie. Passant par reflexe son bras valide pour tenter de se cacher, cette fois-ci de brèves rougeurs étaient apparues sur son visage. Elle leva alors son regard vers lui pour rapidement le baisser, ne voulant finalement même pas regarder quelle mine il pouvait afficher. C’est alors qu’elle entreprit de défaire au moins l’agrafe de son dernier vêtement en haut pour retirer la bretelle gauche. Pouvant ainsi enfiler la manche de ce côté-ci et masquer sa poitrine. Cependant, son bras droit devait rester à l’air libre, pour permettre à Angeler de le soigner donc. Elle resta ainsi. La chemise cachant la partie gauche et son sous-vêtement la partie droite. Toujours aussi lente, cette fois-ci pour en plus ne pas faire chuter le tissu qui la cachait, elle ferma le bas des boutons de la chemise, s’arrêtant juste ce qu’il faut pour laisser le haut suffisamment ouvert pour avoir le bras dehors. Notre demoiselle ne pouvait de toute façon se résoudre à retirer son bas… Cette tenue la mettait tout de même mal à l’aise, et ne cessait de se dire qu’elle devait lui faire confiance. Qu’elle le pouvait ?

Se repliant légèrement sur elle-même, Kyrielle tenta d’arrêter ou au moins de clamer ses tremblements. Elle se sentait totalement démunie, à la merci de quelqu’un, chose qu’elle ne supportait même pas si c’était pour son bien. Rapidement, elle alla retrouver refuge sur ses genoux, ou du moins en posant la tête dessus, restant ainsi dans la position allongée. Ainsi, elle plaça son bras ou plutôt sa plaie de façon à ce qu’il puisse commencer les soins depuis le temps, tandis que son regard se planta dans le sien. C’est toujours une façon de parler puisqu’elle ne voyait pas ses yeux. C’était gênant, jamais un homme ne l’avait vu ainsi, même pas lorsqu’elle avait failli perdre toute pureté étant gamine. Elle s’était toujours battu pour garder une certaine distance, se préserver, bien trop effrayée de vivre pire que la dernière-fois. Alors pourquoi l’idée de se mettre elle-même dans cette tenue lui avait traversé l’esprit au point qu’elle s’exécuta. Sa main gauche retourna alors grimper le long de son torse pour atteindre sa joue. Puis doucement remonter au niveau de ses lunettes. Là, ses doigts effleurèrent l’objet sombre avant de redescendre d’un cran pour effleurer doucement sa joue. Elle avait peur oui, mais pas de lui. Peut-être de la situation, ou peut-être de sa propre attitude. Ça devait être ça oui… Elle murmura une nouvelle fois.

- Je.. ne peux pas faire plus. Angel.. je veux te faire totalement confiance… Elle rougit une nouvelle fois légèrement à ses propres propos, comme si elle se demandait elle-même pourquoi elle disait ça. Ne me laisse pas…

Son cœur s’accéléra légèrement, ce n’était pas forcément la meilleurs des choses pour le sang qui coulait à son bras mais.. étrangement ce battement de cœur ne lui semblait pas bien mauvais, bien que pas très agréable en lui-même. Pourquoi avait-il réagit alors qu’elle venait tout juste de penser qu’elle avait toute son attention à lui, qu’elle allait pouvoir rejoindre ses bras. Cela la rendait si bien que ça ? Vraiment ? Sa main glissa finalement le long de son torse pour rejoindre sa place sur ses genoux à lui. Elle attendait. Une réaction, qu’il la soigne. Des mots. Qu’importe. Elle se rendit finalement compte qu’elle ne voulait pas être loin de lui, qu’il était réconfortant par sa présence et même qu’elle l’appréciait…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:20

Angeler qui se retrouvait à jouer les gardes malades, c'était déjà assez exceptionnel pour être remarquable, mais ce qui pouvait vraiment choquer dans son comportement et qui le surprenait lui-même d'ailleurs, c'est qu'il ne faisait pas cela à contre coeur. S'occuper de cette fille aurait dû l'ennuyer profondément, ses soins auraient dû être fait à l'arrache et il aurait certainement dû l'expédier dans son laboratoire plutôt que dans sa propre chambre, pourtant, il continuait à s'occuper d'elle avec application, gardant même sa main dans la sienne dans une attitude... Rassurante ? Quelle bonne blague, depuis quand rassurait-il les gens lui ? Il fallait croire qu'il y avait un début à tout et que même un homme de vingt-cinq pouvait se mettre tout à coup à se soucier du sort de quelqu'un. Ce n'était pas si vieux pourtant, mais Angeler avait toujours été si... Mature, qu'il agissait parfois comme un vieux garçon obsédé par son travail, même lorsqu'il était plus jeune d'ailleurs. Ce n'était pas de sa faute si c'était un homme appliqué et qu'il n'aimait pas être distrait de ses recherches pour des choses futiles. Mais visiblement, prendre soin de cette fille ne devait pas lui paraître si futile que cela à l'instant, puisqu'il s'y attelait sans se plaindre un instant. En même temps, elle avait fait une partie du travail en s'enlevant elle-même la balle du bras.

En l'absence de tenues féminines dans sa chambre - ce qui était normal d'ailleurs - le Baskerville s'était résolu à lui céder l'une de ses chemises, car même si ce n'était pas très habillé ou pratique pour elle, c'était toujours mieux que les vêtements trempés qu'elle avait sur elle pour le moment. Puis si elle n'en voulait vraiment pas, tant pis pour elle hein, il ne pouvait pas faire de miracle en deux minutes non plus. Par la suite, il lui trouverait bien des vêtements corrects... Pas ceux de Charlotte, elle s'habillait trop... Court, serré et décolleté, c'était bien l'une des premières choses qu'il avait remarqué en arrivant ici étant gosse, inutile d'avoir une autre dévergondée dans le manoir, puis il n'était pas bien sûr qu'elles fassent la même taille de toute façon, pas du tout même. Au moins, sa commode à lui était toute proche, ce qui lui permit de revenir bien vite auprès de Kyrielle, ce qui n'était pas plus mal vu qu'elle ne semblait toujours pas aller très bien. Après avoir déposé la chemise sur le lit, il s'était ensuite assis près d'elle pour observer à nouveau sa plaie, passant tout de même au passage son attention sur son visage. Elle semblait... Soulagé de le voir revenir ? Pourquoi pas après tout, être seul dans cette situation, alors qu'elle était blessée ne devait pas être bien rassurant, elle avait bien raison de vouloir qu'il reste à une distance raisonnable après tout. Lui non plus n'avait pas voulu s'éloigner, car si elle faisait un malaise à cause de la perte de sang, il valait mieux être près d'elle. Toujours si pâle, elle murmura doucement qu'elle n'avait pas peur, même si c'était une erreur et qu'il... Avait un visage doux ? Lui ? La pauvre devait vraiment avoir l'esprit embrouiller pour trouver de la douceur sur le visage d'un Baskerville tient, même si Angeler n'était pas bien sûr de l'expression qu'il affichait pour le coup, elle le faisait douter.

Décidant sûrement qu'il avait raison à propos de ses vêtements trempés, la demoiselle ne fit pas d'histoire pour la tenue de secours qu'il lui avait apporté. Elle fit donc un effort considérable pour prendre le vêtement et enlever en lenteur les siens pour se changer. En la voyant commencer à relever son haut, le Baskerville avait tourné la tête histoire de lui laisser un peu d'intimité, il lui devait bien cela non ? Elle n'en serait pas là sans lui après tout, alors il pouvait bien lui foutre la paix le temps qu'elle se change avant qu'il ne la soigne. Mais doutant qu'elle puisse réellement passer les manches toute seule dans l'état où se trouvait son bras, il ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil furtif vers elle. Cela ne faisait pas trop... Voyeur après tout, ses lunettes noires et le mauvais éclairage de la chambre devait bien cacher son regard, même si en même temps, cela pouvait faire un peu pervers de mater une fille à travers ses lunettes noires. Mais au-delà du mal que la jeune fille avait à se rhabiller, ce que le Baskerville put observer, c'était surtout sa maigreur, qui une fois dévêtue, sautait encore plus aux yeux. En même temps, à quoi pouvait-on s'attendre d'une fille qui avait vécu dans la rue hein, surtout en plein hiver en plus. Cela suffisait à expliquer les côtes apparentes et les marques qu'elle portait. Il la regarda peut-être un peu trop longtemps pour que cela soit décent, mais peu importe, cela n'avait rien de pervers à ses yeux, il prenait juste note de ce qu'elle avait dû vivre pour en arriver là cette pauvre fille.

Comme il s'y attendait bien, elle n'arriva pas à enfiler la manche droite, ce qui n'était pas bien grave puisqu'il devait encore s'occuper de sa plaie et qu'il ne servait donc à rien de taché la chemise de sang frais avant qu'il n'est recousu la blessure. Tremblante, Kyrielle fini par se replier un peu sur elle-même avant d'aller poser ça sur les genoux du Baskerville, qui la laissa faire tout en continuer de l'observer. Encore une fois, ce contact ne le dérangea pas, la sentir si proche de lui n'avait rien de désagréable. N'allez pas croire qu'il pensait à des choses perverses juste parce qu'elle n'était pas très habillée et près de lui, ce n'était pas cela du tout, car profiter d'autant de faiblesse de la part d'une femme ne l'avait jamais intéressé. Mais cela ne l'empêchait pas de bien apprécier sa présence aussi proche. Encore une fois de sa voix faible, la jeune fille lui dit qu'elle lui faisait confiance, qu'elle voulait avoir confiance... Ses joues se couvrirent un peu de rouge, la gêne d'être dans cette tenue devant un homme inconnu sans nul doute ou de lui dire cela tout simplement. Sa petite mine gênée et le peu de sang qu'il lui restait lui montant aux joues lui allait... Bien dans un sens ? Oui, dans une autre situation, la voir rougir aurait été mignon, elle était mignonne d'ailleurs cette fille, quand elle n'avait plus de dague en main pour essayer de le poignarder. Peu importe si c'était parce qu'elle était faible tout simplement, mais ses gestes lents et doux avaient quelque chose d'apaisant aux yeux du Baskerville qui n'y était pas habitué.

D'ailleurs, sa gauche avait encore fini par aller effleurer sa joue, montant cette fois un instant plus haut pour toucher un moment ses lunettes noires, comme si la curiosité de savoir ce qu'il y avait dessous l'avait prise, même si elle n'alla pas jusqu'à les enlever. Angeler n'aimait pas tellement qu'on touche ses lunettes, elles avaient une raison d'être toujours sur son nez et il n'aimait pas les enlever devant quelqu'un, qu'on voit son oeil droit devenu inutile et marqué de ce symbole étrange. Mais en même temps, compte tenu de la pénombre de la pièce, il aurait un peu de mal à recoudre correctement sa plaie s'il y voyait à travers ses verres noirs, il fallait donc bien qu'il les enlève ? Il valait mieux oui, mais il n'aimait pas cela, pas du tout même. Finissant par lâcher un soupire, il se décida tout de même à les enlever et à les poser soigneusement sur la table de nuit juste à côté, évitant ensuite avec précaution le regard de la jeune fille. Prenant l'aiguille et le fil qu'il avait préparé, il se pencha alors sur sa plaie, convaincu qu'il allait lui faire du mal en la soignant et pour la première fois, cela le dérangeait un peu, sans qu'il sache pourquoi... Pour changer tient. D'une voix qui se voulait rassurante, il jugea donc bon d'apaiser la jeune fille, dont les battements de coeur semblait s'être accéléré, même si elle disait ne pas avoir peur de lui.

" Je ne te laisse pas, c'est promis... Mais ça va faire un peu mal, désolé. "

Un peu ? Oui, bon, au point où elle en était, elle n'était plus à cela près non ? Et puis, cela au moins, c'était entièrement pour son bien, il ne la faisait pas souffrir par pur plaisir, ou pour qu'elle se clame comme lorsqu'ils s'étaient rencontrés. Après une brève hésitation, le Baskerville se mit donc à recouvre la plaie, réduisant le nombre de points nécessaires au minimum pour planter le moins de fois possible l'aiguille dans sa peau fine. Angeler s'appliqua à faire cela correctement, au moins comme cela, elle aurait au moins une cicatrice pas trop vilaine dans le lot de sa collection... Il ne mit pas bien longtemps à recoudre la plaie, à moins bien sûr qu'il ne soit trop appliqué à son travail pour se rendre compte du temps. Une fois cela fait en tout cas, il reposa ses instruments et entreprit de nettoyer le sang qui avait coulé le long de son bras avant de bander correctement sa blessure cette fois-ci, fini le bandage à la va vite avec un bout de son haut maintenant. Une fois qu'il fut satisfait de son travail, le Baskerville se décida enfin à regarder la jeune fille, cherchant sur son visage à déceler si elle allait mieux, oubliant un instant la marque dans son oeil droit. Il remonta ensuite doucement sa main au niveau de son cou, effleurant au passage sa peau blanche avant d'enfin se décider à l'aider à enfiler la dernière manche de la chemise, en usant de geste lent pour ne pas lui faire trop mal.

Qu'est-ce qu'il lui prenait de l'aider comme cela et surtout de faire bien attention à ce qu'elle ne souffre pas trop ? Vous en avez de bonnes vous, ce n'était pas un sadique non plus, voir souffrir Kyrielle ne lui rapportait rien et il n'y prenait aucun plaisir. Encore, voir un ennemi souffrir le martyre, de préférence à cause de lui, cela pouvait lui faire le plus grand plaisir et même lui tirer un odieux sourire, mais là, il n'y avait rien de bénéfique à cette douleur, autant l'amoindrir donc. Après une seconde d'hésitation, le Baskerville défit ensuite le reste du haut de la demoiselle, non pas par plaisir de la déshabiller, mais simplement pour qu'elle ne garde pas ce dernier vêtement trempé sous la chemise qui elle était sec. Une fois cela fait... Il faut bien avouer qu'Angeler se trouva un peu désemparé. Il était censé faire quoi à présent ? Il avait une promesse à tenir bien sûr, elle s'était laissé faire uniquement à la condition qu'il la reprenne dans ses bras après... Il devait donc faire cela ? Remarque, elle avait peut-être changé d'avis maintenant, donc il n'en savait trop rien. Doucement, le Baskerville alla poser une main sur le front de la jeune fille, écartant au passage la frange qui couvrait celui-ci pour la poser à plat. A la recherche d'un peu de fièvre ? Bien évidemment, il serait bien étonné de la trouver d'un coup en bonne santé. Mais il faut avouer qu'il oublia bien vite son front en observant ses yeux noirs. Oui elle était belle et alors ? C'était un mal de le remarquer ? Dans une telle situation, sûrement oui, mais on ne pouvait pas empêcher Angeler de penser cela, tout simplement, il n'y avait rien de mal ou de pervers là-dedans.

Il ne trahissait pas sa confiance en pensant cela, si ? Elle n'allait pas en plus se mettre à lire dans ses pensées, ou alors, elle était bien gâtée en pouvoir la demoiselle. Mais même Angeler n'avait pas envie de penser à ce genre de choses pour l'instant, il l'avait tout simplement ramené parce que c'était une chain, non ? Pour simple raison scientifique, alors pourquoi se mettre tout à coup à la voir comme une femme normale... Oh, elle l'avait certainement été, une humaine s'entend, il était d'ailleurs curieux de savoir comme elle avait pu en arriver là. Mais n'était-ce pas... Impoli de demander cela à une blessée ? Au point où il en était de toute manière et puis, elle avait bien promis de l'aider un peu plus tôt... La curiosité au-dessus de tout, le Baskerville finit par lâcher une question, sa main sur le front de Kyrielle glissant légèrement sur sa joue tandis qu'il parlait.

" D'où viens-tu ? Avant de devenir une chain je veux dire... Tu étais humaine n'est-ce pas ?... Une personne si belle et douce ne peut pas venir uniquement de l'Abyss. "

Son ton était calme, se voulant presque apaisant, mais il ne lui jouait pas pour autant une comédie destinée à endormir sa méfiance. Il pensait vraiment ce qu'il disait, pour avoir étudié l'Abyss et avoir un lien avec à cause de son affiliation aux Baskerville, il était bien placé pour savoir à quoi ressemblait les simples chains qui avait vu le jour dans ce monde. Il ne lui ressemblait en rien, quelqu'un comme elle ne pouvait pas être née dans cette chose qu'était l'Abyss, il ne voulait pas le croire en tout cas.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:22

Seule dans cette situation, il était plus que probable que la demoiselle n’aurait pas survécu, du moins, pas avec la blessure aggravé par sa résistance veine face à cet homme. D’ailleurs, c’était presque comique d’imaginer sa réaction de tout à l’heure à celle qu’elle avait maintenant face à lui. Elle s’était débattue au risque d’y rester pour qu’il la laisse tranquille, le craignant tout simplement. Après tout, elle était méfiante de nature non ? Mais depuis qu’il avait pris le temps de s’occuper d’elle, de s’assurer qu’elle aille mieux tant pour sa guérison que pour son bien-être, ou petit confort, voyez ça comme vous voulez, elle voyait les choses d’un tout autre œil. Il n’était pas si mauvais que ça ? Sinon il n’aurait jamais laissé la jeune fille autant se rapprocher, chercher du soutient. Même s’il avait avoué l’avoir ramené pour sa nature de Chain, cela ne l’empêchait pas apparemment pas d’être attentif et relativement compréhensif. Notamment à ses demandes un peu étranges. Tenez par exemple, pourquoi lui avoir demandé de retourner dans ses bras ? Etrange sentiment… Ressentir le besoin d’y retourner. Car ces derniers lui avaient semblés si reposant, chauds, protecteurs, réconfortants. En somme que du positif pour notre demoiselle bien mal en point. Maintenant la tête couchée sur ses genoux, Kyrielle ne bougeait plus d’un pouce. Sachant très bien qu’elle devait être soignée de toute façon, au risque de mourir bêtement ici dans la chambre d’Angeler. D’un côté, elle pensait que ce serait certainement un bien belle mort selon elle, la brune s’était en effet imaginé plus d’une fois morte sur le bord d’un trottoir dans la solitude totale. Ah mais ne parlons pas de ça, revenons-en à lui qui avait décidé de.. retirer ses lunettes ?

Intriguée par ce visage à moitié caché, la demoiselle tenta de voir enfin ses yeux. Pourquoi les cacher ? Y avait-il un problème ? Ou bien simplement un style, qui dans un sens, elle devait avouer que ça lui allait très bien. Ce type était loin d’être repoussant au contraire… Ah mais. Pourquoi penser ça ? Peut-être parce qu’il lui promit une nouvelle fois de ne pas la laisser, qu’elle ne se sentait pas seule, mais soutenu par ce..bel homme ? Oui c’est un bel homme. Mais ça ne devait pas changer grand-chose à la situation sauf dans sa petite tête de gamine défaillante tiens. S’excusant par avance que ça allait faire mal, on peut dire qu’elle ne prit même pas la peine de répondre. Pourquoi faire, ça devait être fait c’est tout. Se crispant tout de même un peu, l’aiguille qui s’enfonçait dans sa peau ne tarda pas à se faire sentir, tout comme cette désagréable sensation de la chair qui se rapproche pour se refermer et stopper une bonne fois pour toute l’hémorragie. Comme lorsqu’elle s’était retiré la balle plus tôt, la douleur fut très vite, mais elle ne lâcha pas le moindre bruit. Bien que des larmes coulèrent doucement le long de ses jours déjà rouges. Cette fois-ci pas à cause des larmes, mais à cause de ses rougeurs légèrement persistantes, toujours gênée de cette situation, celle d’être si peu vêtu devant un homme. Tandis qu’il la soignait, elle eut le réflexe idiot et certainement inutile de tirer légèrement sur sa chemise, cette dernière étant obligatoirement bien plus courte que sa jupe. Le martyre se termina enfin lorsqu’il posa les outils. La demoiselle dût cependant mettre un certain temps avant de se rendre compte qu’on ne lui enfonçait plus d’aiguille dans le bras, la tête tournant légèrement. On peut dire qu’elle avait réussi à perdre un bon paquet de sang, elle se demandait presque elle-même où elle tirait sa force pour luter et rester consciente. Le soulagement put légèrement se faire voir sur son visage lorsqu’il nettoya le tout une fois le bandage bien propre fait. Au moins.. terminé le saignement. Même si son bras n’était que très peu utilisable encore tant il était douloureux. Tremblant doucement à cause de la douleur, elle le fixait. C’est alors qu’il posa son regard sur elle et que leurs regards se croisèrent.

Pour la première fois, Kyrielle n’était plus confronté à ces lunettes si sombres. Mais plutôt à.. une magnifique paire de yeux ? En effet, bien qu’elle fasse un peu sombre dans la pièce, la demoiselle possède une vue assez bonne lui permettant ainsi de déduire la couleur de ces iris. Améthyste, pas très commun mais pas laid du tout. C’était même le contraire. L’œil droit semblait avoir quelque chose de différent à l’autre, mais il faisait bien trop sombre pour qu’elle puisse voir quoique ce soit, à moins que cela ne soit la fatigue qui ne l’empêchait de distinguer correctement ces yeux. Qu’importe, elle préférait largement avoir affaire à ce regard qu’à ses lunettes. Etrange, pourquoi cacher de tels yeux derrière des lunettes ? Si elle pouvait soupirer, Kyrielle le ferait. Se trouvant soudainement idiote de s’être mise soudainement à admirer ses yeux, à quoi elle pensait sérieusement ? Pourquoi Angeler arrivait-il à la transporter ainsi par un simple regard ? Elle avait beau se trouver idiote, se dire qu’il valait mieux se faire toute petite et se reposer, elle ne pouvait détacher son regard du sien. Encore moins lorsqu’il apposa sa main sur son front. Le silence était très pesant mais à la fois reposant. Ils se fixaient un peu bêtement comme ça, il devait certainement tenter de déduire son état de santé et de noter d’éventuelles améliorations. Une Chain en pleine forme devait certainement être plus utile. Cependant, lorsque sa main glissa sur sa joue et qu’il lui posa la question d’où elle venait, la brune ne pût que rougir un peu plus vivement en entendant ces dernières paroles. Douce et belle ? Etait-ce bien lui qui venait de dire ça ? Son cœur s’accéléra une nouvelle fois. Pourquoi ? Notre demoiselle détestait généralement ce genre d’avance un peu hâtive, signe que l’homme ne s’intéresse qu’à une seule chose chez vous, mais de sa bouche ça lui faisait plaisir. Et se surprit à croire qu’il pensait réellement ce qu’il disait.. ? Elle qui s’était promis de ne jamais être naïve à ce sujet… Pourquoi.

D’un geste toujours aussi lent et tremblant, sa main vint effleurer la sienne qui était posé sur sa joue, avant d’enfin l’apposer sur cette dernière. Visiblement, elle était gênée, mais ne détournait pas les yeux, comme surprise de ces propos. Une nouvelle fois, son premier reflexe fût de mettre le plus de contact possible entre leurs deux mains. Cherchant toujours sa chaleur. Oui, c’était bien sa chaleur à lui qu’elle voulait et non celle du feu de cheminé ou bien d’une couverture. Bougeant précautionneusement son bras meurtrit pour ne pas se faire mal inutilement, sa main vint en plus se poser sur le bras de l’homme. Appuyant ce dernier légèrement sur elle, ou plutôt contre elle vu qu’il avait la main posé sur sa joue. Cet acte avait pour but de créer un contact de plus pour elle, mais aussi de le faire légèrement se pencher pour qu’elle puisse murmurer et surtout se faire entendre.

- Je.. j’étais humaine… Je suis morte à vingt ans, enfin.. c’est ainsi que je le vois. Je vivais à Sablier, à l’époque qu’on appelle aujourd’hui « Tragédie », il y a 100 ans… J’ai été engloutit par cet endroit abominable…

Un tremblement dans sa voix laissait supposé que c’était des souvenir étrangement encore frais dans sa mémoire. Ces faits datent d’il y a cent ans, elle était née plus ou moins à cette époque mais pour elle, très peu de temps s’est passé, au vu de l’étrange façon au temps de s’écouler dans ce sombre endroit. Pour rien au monde elle voudrait y remettre les pieds, on s’y sent encore plus seul, abandonné. Cet endroit n’as pas de début ni de fin, les seuls êtres que vous croisez sont d’étranges créatures. Parfois, elle se demandait encore comment avait-elle pût survivre assez longtemps pour devenir comme eux au lieu de mourir sous leurs coups. Bien des choses laissaient supposer à la jeune fille que son existence n’était désirée de personne, seuls ses parents adoptifs avaient montré une once d’intérêt à son égard, elle la jeune fille née de parents inconnus. Serrant un peu plus la main d’Angeler pour ne pas sombrer dans une tristesse mélancolique. Elle cligna rapidement des yeux pour ne pas voir ses derniers laisser couler des larmes. Ça ne sert à rien de pleurer de toute façon et puis le grand brun devait certainement en avoir assez de la voir pleurer depuis hier. Doucement, pour se détendre et tenter de calmer sa respiration qui s’était brutalement un peu accélérée, la jeune fille caressa doucement cette main tant aimé. Car oui, elle aimait ses mains c’était définitif. Etrange non ? Peut-être que le simple fait qu’ils gardent ainsi contact lui avait permis de l’aimer. Décidément, trop d’attention la retournait un peu, du moins mentalement, n’ayant que peu l’habitude de ce genre de chose. Surtout venant de lui, plus cela lui paraissait étrange de sa part plus elle se disait qu’elle voulait rester là. La simple pensée de partir de là l’attristait vraiment. Ses tremblements se calmèrent subitement. Elle était d’un calme soudain, et d’une faiblesse affligeante. Comme s’il était difficile pour elle de dire ces mots elle murmura encore plus doucement.

- T-Tu m’as promis… Angel… Tes bras…

Pourquoi être si subitement autant fatiguée. Elle ne voulait pas. Elle voulait encore se perdre dans son regard et reprendre doucement des forces mais vraiment doucement, consciente qu’elle risquait de retourner dehors une fois qu’elle irait mieux. Elle voulait juste être contre lui. La seule et unique chose qu’elle avait demandé c’était ça. Même s’il ne voulait pas d’elle, cela ne devait pas être trop dur à faire non ? Qu’il lui parle encore doucement, pour se faire bercer par sa voix grave et agréable. Oui.. soudainement tout chez lui paraissait agréable, le pire c’est qu’elle l’avait plus ou moins pensé un peu plus depuis tout à l’heure, mais là toutes ses idées se perdaient dans sa tête. Elle s’arrangea pour prendre doucement sa main dans la sienne, exactement comme plus tôt. Oui, exactement pareil. Elle murmura, plus pâle que jamais.

- S’il te plais… Angele…

Sa phrase se coupa net. Elle eut un instant de vide, son regard toujours braqué sur lui. Avant de finalement tourner de l’œil. Sa main desserrant finalement son étreinte sur la sienne, elle se retrouvait allongée de tout son long, s’affaissant légèrement par endroit. Un malaise.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:24

Pourquoi dire tout ce qui nous passe par la tête constamment ? Cela n'apporte généralement rien de bon, car on ne pense pas que du bien des gens habituellement, donc cela mène souvent à des situations embarrassantes dans lesquelles personne n'aime se retrouver. Angeler faisait pourtant parti de ce gens qui réfléchissaient beaucoup et ne parlait que lorsqu'il avait véritablement quelque chose à dire, mais cela ne l'empêchait d'avoir parfois des choses vexantes, blessante ou même terrible à dire, sans pour autant y mettre le ton qui s'imposait ou en prenant des gants pour que cela passe mieux. S'il voulait réellement blesser quelqu'un ou lui dire ses quatre vérités après tout, c'était bien son droit, il n'allait pas commencer à faire attention à tout ce qu'il disait tout de même du moment qu'il le pensait vraiment. Cela dit, s'il est vrai qu'il pouvait parler vite en étant assez méchant en général, il pouvait aussi lui arriver de laisser échapper de bonnes pensées. Certes, en général, le Baskerville n'en avait pour personne de ces bonnes pensées qui font plaisirs à entendre, avec lui, tout le monde était idiot, tout le monde était pénible et il faut bien l'admettre, il ne supportait pas grand monde. Cela dit, s'il pensait quelque chose de bien à propos d'une personne, rien ne l'empêchait de le dire au même titre que le reste, même s'il ne se rendait pas toujours compte lui-même de faire un compliment. A quoi cela pouvait bien servir après tout de complimenter les gens ? Il ne savait pas trop et n'en faisait donc que très rarement... Voir jamais.

Pourtant, s'en était bien qu'il avait laissé s'échapper à l'instant, même si dans sa tête à lui, ce n'était qu'une remarque anodine et sans conséquence. Pour lui, ce qui venait de l'Abyss était forcément mauvais, moche ou tout simplement violent, certains chains étaient d'une horreur telle qu'on pouvait se demander comment de telles choses pouvaient voir le jour ou pire, comment des gens pouvaient passer des contrats avec ces derniers. Mais pour une fois, le Baskerville avait sous les yeux une chain qui n'avait même pas l'air d'en être une. Il l'aurait tout simplement prise pour une humaine tout à fait banale s'il ne l'avait pas vu utiliser son pouvoir après tout, la confusion était presque troublante tant elle laissait penser que la demoiselle n'avait rien d'une créature de l'Abyss. Encore, si cette apparence frêle et douce cachait une face bien moins reluisante, celle d'une monstruosité sans nom qui se dévoilerait au moment d'utiliser ses pouvoirs, mais cela ne semblait pas du tout être le cas. Rien à faire, pour Angeler, cette fille ne pouvait pas être né dans l'Abyss et c'était le scientifique qui parlait là. Peu de choses venant de l'Abyss étaient belles à voir selon lui, voir tout à fait aucune, et elles avaient tous cette tendance à la violence, à voir couler le sang des humains et dispenser la mort autour d'eux... Ce que le Baskerville ne critiquait aucunement bien sûr, il ne faisait que constater un fait avéré. En tout cas, pour lui, cette fille n'avait pas beaucoup de points communs avec les autres chains, ce qu'il ne put s'empêcher de faire remarquer, peu importe comment cela serait pris.

Il pouvait encore dire ce qu'il voulait non ? Il était chez lui... Enfin, dans sa chambre et puis il n'avait jamais eu sa langue dans sa poche avec les Baskerville, il n'allait pas commencer aujourd'hui avec cette fille. Bon, au moins, elle n'avait pas à se plaindre, elle n'avait pas eu le droit au côté tranchant de ses paroles pour le moment, elle devait définitivement être tombée dans un bon jour ou avoir une bonne étoile qui veillait sur elle, il ne voyait que cela. Ou alors, le scientifique commençait à se ramollir... Oh, allez Angel, un petit effort pour rejouer les gros durs encore un peu, tu y arrives très bien d'habitude. Oui mais... Pas aujourd'hui, il n'avait pas bien envie d'être tranchant dans ses paroles, brusque dans ses actes, à croire qu'il fatiguait un peu lui aussi, cela devait être le froid qui l'engourdissait, cela passerait bien assez vite. Tandis qu'il avait prononcé ces paroles, le jeune homme avait doucement glissé sa main du front de Kyrielle à sa joue, toujours aussi pâle, toujours aussi froide, bien que du rouge y soit récemment apparu. Pourquoi rougissait-elle en prime, il n'avait rien dit de... Oui, bon peut-être que cela pouvait être pris comme cela, même si cela n'avait pas été l'intention du Baskerville... Pas selon lui en tout cas, il voulait se convaincre qu'il avait dit cela seulement pour contraster avec la nature des autres chains et non parce qu'il le pensait réellement qu'elle était jolie, douce aussi... Mais c'était vrai dans un sens, que quelqu'un arrive à le contredire tient, il rigolerait bien de voir un idiot en train d'expliquer que la jeune fille était laide et ou terriblement brusque dans ses mouvements, la bonne blague tient.

Malgré les rougeurs sur ses jours, Kyrielle vint quand même toucher la main que le Baskerville avait posée sur sa joue et malgré la lenteur du mouvement, celui-ci s'entendit un peu à ce qu'elle le repousse, mais elle n'en fit rien. Elle finit même par prendre sa main, retrouvant alors ce contact qu'ils avaient perdu lorsqu'Angeler s'était levé pour lui trouver un vêtement sec. Certes, c'était étrange d'avoir si souvent la main de cette fille qu'il connaissait à peine en contact étroit avec la sienne, mais en même temps, on ne pouvait pas dire que cela lui était désagréable, alors, si cela lui faisait du bien à elle, pourquoi pas. Quel intérêt y avait-il à repousser ou délaisser une fille dans son état, c'était tout naturel pour un blessé de rechercher le contact humain, de sentir qu'il n'était pas seul dans son malheur et que finalement se raccrocher à quelqu'un, c'était inconsciemment se raccrocher à la vie, à quelque chose de terrestre pour ne pas partir dans un autre monde... Si autre monde il y avait bien entendu. Le Baskerville ne chercha donc pas à repousser sa main, pour cette raison bien entendu, mais aussi peut-être un peu parce que cela lui faisait du bien à lui aussi d'avoir un contact humain, même s'il ne l'avouerait jamais. Avoir un contact humain avec une chain, cela pouvait paraitre étrange dans un sens, mais comme dit plus tôt, il ne lui trouvait pas gros choses à voir avec l'Abyss ou les autres chains, il pouvait donc bien le tolérer ou la considérer comme humaine.

Se penchant un peu sur elle, comme le bras qu'elle avait posé sur le sien semblait lui demander, Angeler écouta sa réponse qui lui parvint dans un murmure, toujours si faible, presque... Déchirant ? Il était cruel de la faire parler ainsi de choses si durs pour elle, alors que son état de santé ne semblait pas s'y prêtait, cela prouvait bien encore une fois qu'il ne savait pas faire attention aux gens selon lui, même s'il remarqua tout de même que lui faire subir ce petit interrogatoire maintenant n'était pas très agréable pour elle. Pour qui cela le serait-il hein ? Personne n'aime parler de son passé, à moins d'en avoir un particulièrement agréable peut-être. Si quelqu'un venait question le Baskerville sur son enfance et sa venue dans le repaire de cette famille, il l'aurait certainement envoyé voir ailleurs s'il s'y trouvait, la réciprocité, ce n'était pas vraiment son truc en général. S'il aimait obtenir des informations des gens, il était tout de même beaucoup moins enclin à leur en donner à son tour venu. - Ce qui sur le coup, rend le duc Barma plus honnête que lui. - Il écoute donc la jeune fille lui expliquer qu'elle était autrefois humaine, mais qu'elle avait eu la malchance de se trouver à Sablier lors de la tragédie... Bande d'idiots de Baskerville tient, n'étaient-ils pas censé tuer tout le monde juste pour qu'ils ne deviennent ensuite des chains en tombant dans l'Abyss ? A quoi cela servait-il de faire passer les Baskerville pour des montres assoiffées de sang si ce n'était même pas pour faire correctement le travail.

Si Angeler pouvait se permettre de critiquer, c'était bien évidemment que lui n'avait pas encore rejoint cette famille il y a cent ans, pour la simple et bonne raison qu'il n'avait au jour d'aujourd'hui que vingt-cinq ans, dont plus de la moitié avec eux pourtant. En même temps, il n'était sûr de préférer la version où les Baskerville avaient fait comme il faut leur travail et où Kyrielle aurait succombée comme tous les autres pour le coup. La jeune fille ne devait certainement pas être au courant de qui avait provoqué cela, comme tout le monde ou presque d'ailleurs, mais le fait qu'elle se retrouve dans le repaire des Baskerville cent ans après cette tragédie était assez... Ironique non ? Les amateurs d'humour noir y trouveraient certainement leur compte, tout comme ceux qui croyaient au destin. Quant à Angeler... Eh bien... C'était un scientifique avant tout hein, il mit donc cela sur une simple coïncidence plutôt que de chercher des explications scabreuses concernant telle ou telle chose. Il était trop occupé pour le moment en tout cas, perdu dans ses réflexions, il regardait à présent la jeune fille sans vraiment la voir, cherchant de lui-même la suite logique de l'histoire. Elle était tombée dans l'Abyss, du fait qu'elle était encore en vie, elle c'était transformée en chain et comme les autres, elle avait certainement finit par trouver une brèche quelconque pour s'échapper de cet enfer, l'amenant du coup un siècle plus tard... Soit à l'époque actuelle.

Du coup, c'était une chain sans contrat, non ? Qu'elle s'estime donc heureuse que cela soit le Baskerville qui l'avait trouvé plutôt qu'un membre de Pandora, là elle n'aurait eu que deux options, être renvoyé dans l'Abyss ou bien passer un contrat de gré ou de force avec un membre de cette organisation. En même temps... Elle n'était pas plus avancée du coup, car sans contrat, légal ou pas, elle ne risquait pas de rester bien longtemps dans ce monde. Tôt ou tard, elle devrait retourner dans l'Abyss, comme tous les chains sans contrat qui errait à travers le pays. Etrangement, cette fatalité déplut assez vite au Baskerville. Il suffisait de la regarder pour se demander comme elle avait pu survivre dans cet enfer, alors qu'elle n'arrivait même pas à tenir en bonne santé dans ce monde ci... Elle allait se faire dévorer là-dedans, par d'autres chains, plus grands, plus forts, plus féroces aussi et bizarrement, ce n'était pas une éventualité qu'il voulait entendre. Il l'avait donc sauvé pour qu'elle serve de repas à une créature de l'Abyss ? Quelle perte de temps grotesque... Ou quelle perte tout cours de destiner cette fille à un destin pareil, tout simplement, il ne savait pas trop à vrai dire. Sortant de ses réflexions qui n'avaient finalement pas dû durer bien longtemps, le Baskerville finit de lui-même l'histoire de sa voleuse, d'une vois neutre et grave...

" Tu as été plongée dans l'Abyss, transformée en chain bien évidemment et une brèche t'as envoyée cent ans après ton époque... Tu sais pourquoi les chains sont censé sortir de là au moins ? "

Pourquoi cette question ? Tout simplement parce qu'il voulait savoir si les chains savaient d'instinct qu'ils avaient besoin d'un contrat pour survivre dans ce monde ou pas, but scientifique encore une fois. Puis... Si elle ne savait vraiment pas, il ne pouvait pas la laisser dans l'ignorance, qu'est-ce que cela lui coûtait de l'informer qu'elle devait passer un contrat si elle ne voulait pas retourner dans l'Abyss après tout. Mais tout à coup, cette question n'était plus si importante, car il s'était rendu compte que la jeune fille ne tremblait plus... Plus du tout. Elle n'avait plus froid ? Plus peur ? Ou bien était-elle tout simplement trop faible, vidée de toutes ses forces ? Il fallait admettre que même si elle n'était pas la meilleure, la dernière solution était la plus probable, car lorsqu'elle reprit la parole, Kyrielle était encore plus faible qu'avant, presque éteinte... Il lui avait promis ses bras, c'était vrai et cela semblait être tout ce qu'elle désirait pour le moment. Elle tenta même de reprendre la parole une seconde fois, mais elle ne réussit pas à finir sa phrase, partant doucement dans l'inconscient sous le regard impuissant d'Angeler.

Cela devait bien arriver avec tout le sang qu'elle avait perdu, cela était évident, prévisible et tout ce qu'on voulait, mais cela n'en fit pas moins une drôle d'impression à Angeler. Simple malaise ou quelque chose de plus grave ? Elle n'allait tout de même pas lui crever dans les bras comme cela ? Pas maintenant... Si ? Sentir sa main lâcher la sienne tout à coup, sans que l'un ou l'autre n'est voulu rompre ce contact lui fit tout drôle, comme s'il était en train de la perdre. La perdre ? Elle ? Mais elle n'était même pas à lui, il fallait qu'il arrête son délire et qu'il se ressaisisse en vitesse. Sa main posée sur la joue de la jeune fille passa en vitesse sur son cou, cherchant un pouls, sa respiration, n'importe quoi qui pouvait signifier qu'elle était juste un peu dans les vapes, mais certainement pas en train de lâcher prise, que la vie quittait ce corps. Il fut presque... Soulagé de sentir sous ses doigts le sang qui affluait dans son artère ? Au moins, son coeur battait toujours et elle respirait aussi, ce n'était qu'un malaise, rien de plus, après une telle perte de sang, c'était même étonnant qu'elle n'en ait pas fait avant. C'était donc tout à fait normal... Alors, pourquoi cela l'avait-il presque fait paniquer hein ? Il avait peur qu'elle ne se réveille pas ? Ou le fait de la sentir à nouveau si faible et vulnérable le dérangeait-il toujours autant ? Dans les deux cas, c'était étrange, cela ne lui ressemblait pas, il n'avait pas à se soucier de cette fille après tout, il n'en voyait pas l'intérêt.

Pourtant, presque inconsciemment, il la pris dans ses bras, la souleva et la serra un peu contre lui en appelant son prénom, d'abord doucement, puis un peu plus fort, cherchant à la sortir de son état. Il songea ensuite à l'allonger sur le lit, mais bizarrement, l'idée de la poser sur les draps sur lesquelles elle avait saigné ne lui disait trop rien. Il la garda donc contre lui, sa petite tête posée sur son torse, observant sa respiration qui se faisait un peu trop lente à son gout. Heureusement, cet état ne dura pas bien longtemps et bientôt, la jeune fille fini par bouger un peu jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux, hébétée et un peu perdu, comme si elle cherchait où elle était et comment elle y était arrivée. Evidemment, dur de reprendre conscience après un malaise, même s'il n'avait pas duré bien longtemps. La trouvant toujours trop pâle et trop faible, le Baskerville appuya son dos contre sur la tête du lit en la gardant toujours contre lui. Il alla même jusqu'à prendre sa petite main dans la sienne histoire de la rassurer, qu'elle ne fasse pas de geste brusque et n'aggrave pas par la même occasion son état. Pourquoi tenait-il donc tant à ce qu'elle aille mieux ? On s'en fichait bien, non ? Du moment que c'était le cas et puis, il lui avait promis qu'elle pourrait revenir dans ses bras si elle le laissait la soigner, ce qui était chose faite à présent, il ne faisait donc que tenir parole en la gardant contre lui ainsi. Le soulagement était palpable pour le Baskerville, mais en même temps, il ne comprenait même pas pourquoi il s'était inquiété pour elle... Pure bêtise sans doute, ce qui lui lâcher un soupire. Se soucier de quelqu'un d'autre, c'était ennuyeux franchement... Surtout pour lui.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:28

Le noir le plus complet. Silence. C’était du moins ce que ressentait notre jeune fille, si on pouvait qualifier cet instant comme pouvant être ressentit. Ce n’était pas exact en fait, Kyrielle avait sombrée dans l’inconscience total, ainsi on aurait pu lui faire ce qu’on veut, la bouger, la taper, elle n’aurait pas bougé d’un pouce. Ses nerfs étant totalement déconnectés à son cerveau. Heureusement pour elle, il semblerait qu’elle soit tombée sur quelqu’un de bien ? Comment ça non ? Dans ce cas disons juste qu’elle était tombée sur une personne qui prenait en ce moment soin d’elle, inutile de le nier. On ne va pas dire qu’elle était maltraitée depuis tout à l’heure, Angeler était même étrangement calme et attentif à son égard. Rien que le comportement qu’il avait eu plutôt aux premiers abords en était la preuve. De toute façon pas besoin d’épiloguer sur son comportement non ? Actuellement, le plus important était qu’elle avait quelqu’un prêt d’elle qui la soutenait. Et au sens propre du terme d’ailleurs puisqu’elle se retrouva bien rapidement dans la chaleur de ses bras qu’elle réclamait tant. Ne s’en rendant pas compte de suite, étant toujours dans le même état, la voix de cet homme résonna dans sa tête sans y avoir le moindre effet. Pourtant.. il a avait une belle voix, une voix grave et douce que Kyrielle prenait plaisir à entendre au final. Peut-être était-ce cette dernière qui lui avait permis à sa conscience de se réveiller, peut-être pas. Allez savoir. Le plus important était qu’elle ouvrait doucement les yeux, tout en faisant quelques mouvement un peu gauche, comme si son corps était totalement perdu tout comme sa tête. Doucement, sa vue lui permit de distinguer quelque chose. Son odorat de à nouveau donner l’impression qu’elle respirait. Cette odeur.. elle la reconnaissait déjà. Ne cherchant pas plus loin, la demoiselle brune eut pour premier et lent réflexe à son éveil d’enfouir un peu plus sa tête contre cette source de chaleur que semblait être la peau du cou de cet homme. Respirant doucement ce parfum qui la calmait encore plus, à tel point qu’elle resta tout aussi détendue dans ses bras. Sa petite main, ayant trouvé refuge dans une source de chaleur se blotti un peu plus dans la main d’Angeler. Elle resta comme ça un petit moment, comme reprenant doucement conscience de où elle était mis à part dans ses bras confortables. Le silence tomba alors entre eux.

Sa respiration se faisait bien plus régulière, soufflant doucement dans son cou, la jeune fille finit par enfin sortir sa tête de la, plissant légèrement les yeux au début avant de s’habituer à voir correctement. Ces quelques instants de silence au chaud lui avait fait du bien, toujours pâle, la demoiselle semblait cependant s’être éloigner du danger que pouvait représenter la perte de sang en fait. Elle fixa alors leurs deux mains une nouvelles fois réunis, sans oser bouger le reste du corps. C’est étrange.. il avait cette fois-ci de lui-même décidé à reprendre sa main dans la sienne, certes, Kyrielle n’allait certainement pas rechigner là-dessus au contraire. Mais, avait-il conscience du temps qu’ils passaient main dans la main.. ? Cette pensée fit rougir notre jeune fille, qui retourna bien vite réfréner ces rougeurs dans le cou de l’homme. Pourquoi penser ainsi maintenant ? Il ne faisait ça que pour la rassurer et la réchauffer, elle qui semblait si mal. Oui.. cela devait être ça. Relevant finalement la tête tout doucement vers lui, la demoiselle put enfin distinguer son visage, étrangement, le rapprochement de ce dernier par rapport au sien lui fit monter une nouvelle fois des couleurs. Pourquoi ? D’accord il était pas du tout désagréable à regarder et tout mais il y avait aussi ces yeux. Elle ne pouvait se résoudre à détacher son regard de ces derniers, restant bien sagement blottie contre lui. Finalement, s’aidant d’une de ses mains pour légèrement s’appuyer sur son torse elle se redressa pour le regarder sans se tordre le cou. Il faudrait sincèrement que quelqu’un montre une photo de ces deux à là aux concernés. Cela serait certainement comique de les voir se rendre compte de leur rapprochement sans compter la tenue de la demoiselle. D’ailleurs, le tissus peu épais qui cachait son corps ne semblait pas vraiment fait pour cacher le peu de formes qu’elle avait ni cette sensation d’être collée à lui. Pendant quelques seconde, elle garda le silence, incapable de prononcer le moindre mot. Avant de finalement murmurer, soufflant inconsciemment sur ses lèvres pour parler. Car oui, elle n’était pas bien loin de lui, pour pouvoir le regarder tout en restant dans cet endroit qu’elle avait tant réclamé.

- Désoler… Je..je vais répondre à ta question… Je ne sais pas pourquoi les Chains sortent de là… Je n’ai appris ce que je suis que bien après ma sortie de cet endroit. Son œil devint alors rouge, de même qu’une légère peur pouvait se faire sentir dans sa voix. J’ai la désagréable sensation que l’Abyss ne m’a pas lâché…

Oui, pour commencer elle voulait faire comme si rien n’était. Comme si elle n’avait pas fait un malaise un peu plus tôt. Estimant que même s’il s’occupait pour son plus grand plaisir bien d’elle, notre homme avait un objectif.. ? Il l’avait ramené ici pour avoir des informations. Quand bien même elle ne serait pas d’une grande aide autant faire son possible non.. ? Et puis, elle disait vrai en disant qu’elle avait l’impression que l’Abyss attendait son heure avant de revenir l’engloutir, comme si elle ne s’était pas détachée de ce lieu en sortant par cette faille. Mais pour rien au monde elle ne voudrait retourner là-bas. La solitude et la mort l’attendait, quitte à devoir se choisir un avenir, elle préférait choisir sa fin. Et maintenant, Kyrielle se surprit même à désirer mourir dans ses bras, pour ne pas être seule pour ses derniers instants. Elle l’avait été pour sa naissance, elle avait le droit à être accompagnée pour sa mort non.. ? Triste façon de penser pour cette demoiselle… Tentant de réfréner cette peur et cette tristesse d’être laissé, qu’il la laisse, car oui. Ce n’était pas forcément d’être seule, mais surtout le fait qu’elle avait trouvé un semblant d’appui, bien que ce dernier lui paraisse bien instable. Se rapprochant de son visage, elle finit par se glisser jusqu’à son oreille, son souffle caressant au passage toujours sans le vouloir sa peau. Son corps avait pivoté pour être mieux installé mais aussi pour être plus contre lui. Situation un peu étrange, la demoiselle était en fait à califourchon sur lui, se collant de tout son long contre ce corps chaud qu’elle ne voulait pas quitter.

Je vous vois venir, aucune arrière-pensée de sa part même si sa position disait le contraire. Combinée à sa tenue légère et courte, je vous laisse imaginer la chose. Mais ce que notre brune voulait, c’était juste sa chaleur, se sentir mieux. D’ailleurs, elle semblait légèrement moins faible, ne menaçant plus de perdre conscience à nouveau, bien que la grande forme était encore très loin. Pour ça, certainement une bonne et longue nuit de repos allait être nécessaire certainement. Ses jambes à elle repliés de chaque côtés de celle d’Angeler, sa main toujours dans la sienne eut alors pour reflexe de légèrement la caresser. Espérons pour elle qu’il ne pose pas de question à ce geste un peu trop tendre peut-être, car cette dernière ne serait même pas en mesure de lui fournir une justification. Elle lui souffla alors doucement à l’oreille.

- Je suis à ta disposition… Heureusement, elle se reprit bien vite pour continuer. Si tu as d’autres questions je suis là pour ça.. je te dois bien ça… Mais…

Elle hésitait. Ne sachant trop si elle devait continuer ou pas. Je tiens d’ailleurs à préciser qu’heureusement pour la demoiselle, elle avait précisé qu’elle était à sa disposition pour parler et non simplement à sa disposition. Elle avait totalement baissé sa garde et cela se voyait, elle avait voulu lui faire confiance, c’était chose réussit. Totalement réussit même pour qu’elle ne voie pas le mal partout en l’occurrence dans la situation ou même dans ses propres propos. Ce qu’elle voulait, c’était savoir si ce beau brun allait se décider à légèrement se dévoiler, lui dire qui il est vraiment. Elle était curieuse, ressentait l’envie et le besoin de le savoir, mais la brune avait la vague impression qu’il n’était là que pour des informations sur elle, et qu’il n’allait donc rien lui céder le concernant. Elle continua cependant timidement.

- … voudrais tu me parler un peu de toi.. ? Juste un petit peu… Je.. j’aime bien t’entendre parler… ta voix…

D’accord, la fin avait une nouvelle fois un peu hors-sujet avec le début. Mais il était vrai qu’elle voulait l’entendre parler. Fermer les yeux et se laisser bercer par sa voix. Peut-être arriverait-elle à sortir enfin de cet état de fatigue pour le moins agaçant ? Comme pour terminer ses paroles, Kyrielle finit par doucement diriger sa tête vers sa joue. Son manque de robustesse dans ses mouvements lui fit faire se baiser sur la joue légèrement au coin des lèvres, erreur de sa part, rien d’intentionnel. Pour elle, c’était un bisou sur la joue fait dans l’unique but de le remercier. Rougissant un peu plus en restant dans cette position, à cet endroit et à cette distance, elle lâcha.

- Merci Angeler… Vraiment, ça faisait longtemps que je n’avais pas souri comme ça…

Pour appuyer ses paroles, elle fit effectivement un sourire. Pas très grand, mais au moins sincère. Sa présence, quand bien même elle était pour de l’intérêt lui faisait vraiment du bien après tant de temps passé dehors. Sa main libre vint alors vraiment doucement s’appuyer sur son épaule, pour ne pas basculer en avant par manque de force et se retrouver une nouvelle fois les lèvres collées sur sa joue juste à la commissure des lèvres. Elle le regardait dans les yeux. A cette distance elle put d’ailleurs plus ou moins se rendre compte qu’ils étaient vraiment magnifiques, même cet étrange œil avec une marque incrusté dedans… Elle rougit alors une nouvelle fois légèrement. N’osant même plus bouger.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:28

Un malaise, c'était quelque chose de très banal, de très bénin aussi en général, alors franchement, pourquoi s'inquiéter ou pire, paniquer pour si peu ? Il n'y avait vraiment aucune raison, surtout lorsqu'on connaissait à peine la personne qui faisait ce malaise et qu'elle ne représentait rien de concret pour vous... Alors... Pourquoi Angeler s'était-il retrouvé dans cet état lorsque les yeux de la jeune fille s'étaient tout à coup fermés et que sa main s'était lentement desserrée de la sienne ? Il n'avait pas de raison de s'inquiéter pour elle, absolument aucune, ce n'était pas parce qu'il avait eu l'idée de la soigner qu'il en était responsable ou que son sort l'intéressait tout de même, si ? Depuis quand s'intéressait-il à ce qui arrivait aux autres après tout, le Baskerville était plutôt du genre égoïste, très égoïste même, alors il ne voyait pas bien lui-même pourquoi il s'était laissé aller à s'en faire pour le sort de cette fille. Pourquoi avoir cherché désespérément son pouls ou sa respiration ? Pourquoi l'avoir pris dans ses bras comme elle le lui avait demandé, en appelant son nom dans l'espoir qu'elle l'entendrait et qu'elle sortirait de cet état plus vite ? Très franchement, Angeler aurait été bien en peine de répondre à ces questions, mais après tout, il n'avait à rendre de compte à personne sur ce qu'il faisait non ? Personne n'allait venir lui demander qui était cette fille et pourquoi il s'y intéressait tellement, au pire, il répondrait ce qu'il se bornait à penser lui-même, qu'elle ne représentait rien, si ce n'est un moyen d'en savoir encore un peu plus sur l'Abyss. Pour une fois qu'un chain avait la capacité physique de parler, pourquoi ne devrait-il pas s'y intéressait après tout, c'était tout à fait normal.

Pourtant, la tenant dans ses bras, l'une de ses mains serrant doucement la sienne, il avait attendu qu'elle se réveille, qu'elle ouvre ses beaux yeux noirs, pour enfin être rassuré. Qu'est-ce que cela aurait bien pu lui faire si son malaise avait duré plus longtemps ? Serait-il resté planté là bêtement à attendre qu'elle se réveille ou aurait-il au contraire vaqué à ses occupations habituelles ? Question bien inutile et à laquelle la réponse ne devait pas être si évidente que cela tout compte fait, mais puisqu'elle avait ouvert les yeux bien rapidement, inutile de se la poser, c'était une perte de temps. Le Baskerville se contenta donc d'observer Kyrielle, la pâleur de son visage, son regard perdu qui finit par s'accrocher sur leurs deux mains jointes ensemble, comme si elle non plus ne comprenait pas ce qui avait conduit à un tel rapprochement. Depuis quand serrer la main de quelqu'un l'aidait à aller mieux lors d'un malaise franchement, cela n'avait strictement rien à voir, notre homme lui-même ne savait pas trop pourquoi il avait fait cela. Sans doute comme un geste rassurant, pour faire qu'elle se sente mieux, si pas physiquement, au moins qu'elle soit calme. Le mental jouait souvent sur le physique après tout, combien de fois des gens auraient pu guérir de leurs blessures, mais n'avaient pas eu la volonté de lutter pour vivre au point qu'ils en étaient tout de même morts. Bizarrement, Angeler ne voulait pas qu'il arrive ce genre de choses à Kyrielle, cela ne l'arrangeait pas, disons juste cela. A cet instant précis, il ne voulait pas que sa petite voleuse aille mal, ou même pire, qu'elle quitte ce monde.

Silencieux, le Baskerville faisait pour le coup honneur à son véritable nom de famille, sachant très bien qu'il aurait peut-être dû sortir quelques paroles rassurantes pour la jeune fille, mais il ne trouva rien à dire, ce n'était pas son genre après tout, il n'en avait pas l'habitude. Ce genre de situation était assez inédite pour lui, il ne comprenait pas trop ce qu'il faisait et cela avait le don de l'agacer. Non pas de se montrer gentil, mais d'être ignorant sur quelque chose, chose qu'il détestait par-dessus tout. Le brun vit bien quelques couleurs apparaître sur le visage de la jeune fille, sans qu'il sache trop pourquoi encore une fois, avant que celle-ci n'enfouisse son visage au creux de son cou. Peut-être s'était-elle rendu compte qu'elle se trouvait en simple chemise dans les bras d'un homme presque inconnu tout simplement, il ne devait pas en falloir plus pour faire rougir une fille. Bien sûr, Angeler n'était pas bête, il avait remarqué le caractère assez inattendu de la situation, mais puisque c'était simplement un enchainement d'évènement involontaire qui avait conduit à cela, il n'y avait rien à dire. Ce n'était tout de même pas de sa faute si ses vêtements à elle étaient trempés et que lui de son côté n'avait pas de vêtement de femme. - notez au passage que la situation aurait été bien plus étrange s'il avait effectivement eu des vêtements appartenant au sec opposé - Quant à cette proximité... Il n'y pouvait rien non plus, c'était elle qui l'avait souhaitée, lui de son côté lui avait promis dans la rue de ne pas la toucher, il n'avait donc pas incité lui-même cela.

Après encore un moment de silence, la jeune fille finit par relever la tête vers lui, pour le regarder, les joues toujours couvertes d'une certaine rougeur, ce qui étonna quelque peu Angeler qui aurait cru qu'elle resterait inlassablement pâle après un tel malaise et surtout après une telle perte de sang. Le corps humain était surprenant hein... Même celui des chains. Certainement fatiguée de se torde le cou pour le regarder, Kyrielle finit par se redresser pour mettre son visage en face de celui du Baskerville, ce qui permit à celui-ci d'observer son visage d'assez près. Il ne savait plus trop si cela lui avait échappé ou pas lorsqu'elle lui avait volé ses gants, mais elle était vraiment jolie, même avec ses yeux fatigué et ses joues rouges à cause d'on ne savait trop quoi. Dans un souffle qui vint du coup se poser sur les lèvres du brun compte tenu de la position, la jeune fille rompit le silence en première, s'excusant au passage... De quoi ? Ce n'allait tout de même pas être de sa faute si elle avait fait un malaise non plus. Elle reprit bien vite en répondant à sa question de tout à l'heure, lui disant qu'elle ne savait pas pourquoi elle était sortie de l'Abyss, ajoutant même qu'elle pensait que l'Abyss ne l'avait pas lâché pour autant... Comme elle avait raison. Ce n'était pas parce que les chains sortaient de l'Abyss que leur lien était rompu, bien au contraire, ce lien ne s'effaçait jamais. Certain pouvait le tromper en passant des contrats illégaux ou même légaux, mais cela ne changeait pas grand-chose, quand le contractant mourrait, ils retournaient dans l'Abyss. Les contrats les plus longs étaient tout de même ceux passés avec les Baskerville, compte tenu de la longévité de ces derniers, mais ils ne représentaient pas la majorité ces contrat-là.

L'oeil de Kyrielle était redevenu rouge, comme lorsqu'elle avait utilisé son pouvoir et bizarrement, Angeler ne put s'empêcher de le comparer à son oeil droit à lui, qui se différenciait de son jumeau à cause de cette fichue marque. Presque d'instinct, la main libre d'Angeler vint se poser sur sa joue encore une fois, remontant doucement pour effleurer le coin de cet oeil si spécial. Pourquoi devenait-il ainsi ? A cause d'un sentiment trop fort ? La peur qui se ressentait dans sa voix certainement... Alors, comme cela, les chains n'avaient pas directement conscience de ce qu'ils étaient, ils ne connaissaient même pas leur but en sortant de l'Abyss... C'était si inégal, il fallait qu'ils se débrouillent tout seul du coup, comment cette fille aurait-elle une chance dans ce monde sans savoir qu'elle avait besoin d'un contrat pour y rester ? Ce n'était peut-être pas le problème d'Angeler, mais pourtant, il pensa qu'il se devait de l'informer, de lui dire ce qu'elle risquait et ce qu'il fallait qu'elle fasse pour ne pas retourner dans cet endroit qui semblait l'effrayait. Pas honnêteté tout simplement ? Quelque chose cela oui, il n'avait pas grand intérêt à la laisser dans l'ignorance de toute manière. Gardant ses doigts posés délicatement sur sa joue, il lui répondit donc, assez bas, comme s'il avait peur de l'épuiser en parlant trop fort.

" Crois-moi, on ne coupe pas facilement un lien avec l'Abyss. Mais si tu ne souhaites pas y retourner, il y a un moyen... En général, les chains sortent de là pour passer un contrat avec un humain, cela leur permet de rester dans ce monde, mais cela crée une attache avec la personne, tu comprends ? Par contre, si tu ne fais pas cela..."

C'était cruel de l'informer ? Non, juste honnête, après tout, elle n'avait aucune chance si elle ne savait même pas ce qu'elle devait faire pour ne pas y retourner, alors qu'en sachant qu'elle devait trouver un contractant, elle pouvait toujours s'en sortir. C'était en quelque sorte plus humain de lui dire la vérité, même si cela pouvait paraître méchant sur le coup. Pourquoi la laisser dans l'ignorance, elle ne méritait tout de même pas cela, une fille comme elle dans l'Abyss... C'était déjà surprenant qu'elle y est survécue, alors y retourner une deuxième fois, le Baskerville ne donnait pas cher de sa peau. Mais inutile de penser à mal pour le moment, l'attention du jeune homme fut bientôt détournée par le souffle chaud de la demoiselle qui passa sur son visage alors qu'elle changeait légèrement de position pour se mettre... A califourchon sur lui ? Olà, doucement, à quoi jouait-elle tout à coup la demoiselle, son visage si près du sien, son corps aussi, caché seulement par la chemise que lui avait prêté le Baskerville... Se rendait-elle compte que cette position pouvait avoir tendance à être... Mal prise ? En tout cas, si quelqu'un était entré dans cette pièce à cet instant précis, il y avait fort à parier que le doute n'aurait pas persisté longtemps dans l'esprit de cette personne avant qu'elle ne se mette à imaginer des choses. A tort bien entendu, puisqu'il ne se passait rien. Absolument rien ? Oh, n'allons pas dire tout de même qu'Angeler était de glace et que la proximité de la jeune fille ne lui faisait ni chaud ni froid. Il ne pouvait pas tout simplement l'ignorer.

Doucement, la main de la jeune fille se mit à caresser la sienne, rendant cet instant encore plus intime qu'il ne l'était déjà si c'était bien sûr possible. Autant être honnête, à ce moment-là, Kyrielle troublait le Baskerville plus qu'il ne l'aurait cru lui-même possible de la part d'une parfaite inconnue. N'allait pas croire pour autant que des pensées perverses lui traversèrent l'esprit, non, pas vraiment, c'était autre chose... Disons simplement que sentir la main de Kyrielle dans la sienne, son souffle sur sa peau et son corps si près du sien ne lui déplaisait pas. Ce n'était pas désagréable finalement une telle... Présence à ses côtés. Habitué à être seul, par choix certes, mais tout de même seul, Angeler la laissa tout de même faire, s'approcher tant qu'elle le voulait et murmurer doucement à son oreille qu'elle était à sa disposition... Stop ! Elle venait de dire quoi ? Autant dire que le jeune homme avait facilement été surpris par cette déclaration pour le moins inattendu, bien heureusement, la suite arriva bientôt pour lui enlever toutes idées étranges de la tête. Elle parlait bien sûr du fait qu'il voulait lui poser des questions, car c'était tout de même de cela qu'on parlait à la base, allez savoir pourquoi son esprit avait déraillé quelques secondes vous.

Etait-ce le fait qu'il avait mal interprété sa première phrase, ou tout simplement parce qu'elle avait arrêté de parler avec un "mais", en tout cas, il ne répondit pas tout de suite à la jeune fille. Il attendait la suite de ce qu'elle avait à dire, serrant doucement sa petite main froide dans la sienne, comme s'il avait peur qu'elle n'arrive pas à se réchauffer autrement. L'idée lui passa bien par la tête de poser sa main dans son dos, mais il lui sembla que ce geste pouvait être mal interprété et il n'en fit donc rien, la gardant tout simplement comme ça contre lui... C'était déjà bien non ? Il ne voyait même pas pourquoi ils en étaient arrivés là, alors autant profiter juste de ce moment, de la présence de Kyrielle à ses côtés. Comme timide ou gêner, la suite ne se fit pourtant pas attendre de la part de la demoiselle, dont la présence si près de son visage fit légèrement accélérer les battements de coeur d'Angeler... Ce qu'elle désirait ? L'entendre parler, de lui apparemment... Le Baskerville ne parlait pourtant jamais de lui, il ne trouvait pas cela bien intéressant et surtout, cela valait comme s'ouvrir aux gens, leur dévoiler quelque chose de lui, ce qu'il n'aimait pas du tout. Mais en même temps, il l'avait bien fait parler elle, c'était assez égal de lui parler à son tour de lui, non ? Ces paroles firent pourtant apparaître de nouveau un sourire amusé sur les lèvres du brun, comme s'il cherchait à déterminer si elle usait vraiment ses forces à vouloir lui faire une blague. Lui parler à elle ? Que c'était drôle, mais en même temps... Cela ne lui paraissait pas si impossible que cela, allait savoir pourquoi. Plus amusé qu'autre chose, quoi qu'un peu perplexe tout de même, il lui répondit sans attendre.

" Que voudrais-tu que je te dise ? Il n'y a rien de bien intéressant à dire sur moi tu sais... "

Si cette phrase avait une suite, elle ne franchit pourtant jamais sa bouche, car les lèvres de Kyrielle qui se posaient sur sa joue, enfleurant au passage ses propres lèvres le firent taire. Ce baiser qu'elle venait de lui donner était juste entre deux, ne laissant que difficilement deviner si elle avait visé à la base sa joue et ses lèvres... Ce n'était pas important ? Si tout de même, cela le tracassait, même s'il penchait tout de même largement pour la joue. Le remerciement qui vint tout de suite après le confirmait bien de toute façon, c'était juste... Comme cela que les enfants disaient merci ? Ou les femmes tout simplement, il ne savait plus trop à force de rester enfermé notre Baskerville, mais ce baiser avait eu le chic pour lui couper net la parole, ce qui n'était pas rien. Car, même s'il ne parlait pas tellement, lorsqu'il était décidé à dire quelque chose en général, il était bien difficile de le faire taire. Défis remporté par la jeune fille en quelque sorte, qui lui dit également qu'elle n'avait pas souris comme cela depuis longtemps... Parce qu'elle souriait ? Effectivement, pour accompagner ses paroles, elle se mit à sourire, un petit peu, doucement... Mais d'un sourire tellement beau et sincère qu'il n'aurait jamais cru en voir sur son visage si pâle et si triste jusqu'à présent. Pourquoi souriait-elle ? Il n'y avait pas de quoi, il l'avait juste aidé, il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat...

Pourtant, ce sourire déstabilisa un peu le Baskerville, qui avait d'un coup abandonné ce petit air sûr de lui, regardant à présent la jeune fille dans les yeux, sans même penser une seconde à cacher son oeil marqué, ce qui ne lui arrivait jamais en général. Observant le visage devenu souriant de Kyrielle, sans trop savoir pourquoi, Angeler fini par aller caresser sa joue d'un revers de main, osant à peine l'effleurer, avant de lui répondre.

" C'est dommage, tu as un beau sourire pourtant. "

Oulà, c'était Angeler qui avait besoin de soins apparemment maintenant. Depuis quand faisait-il des compliments ? Depuis quand se montrait-il attentionné envers quelqu'un également ? Rien à faire, il devait certainement avoir de la fièvre ou quelque chose comme cela notre Baskerville pour réagir ainsi devant cette fille, à croire qu'elle lui avait embrouillé le cerveau. Se reprenant tout de même, histoire de garder la face, le jeune homme finit par lâcher un soupire avant de reprendre la parole.

" Tu n'as pas à me remercier... Et je ne vais pas t'assommer de question non plus dans ton état, tu as besoin de repos. "

Heureusement que le but de cette nouvelle phrase était de se montrer moins compatissant, parce que franchement le résultat... Etait tout de même assez loin de l'idée de départ, il faut le dire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:32

Kyrielle ne cessait de se répéter qu’il avait besoin d’elle, qu’elle était utile pour lui rien de plus. Et pourtant, cela semblait de plus en plus dur pour elle de répéter cette phrase dans sa tête. Son regard ne quittant jamais le sien, notre demoiselle avait l’impression de se perdre totalement, elle qui souhaiter rester sur terre, se sentait tout étrange d’un seul coup. Non ce n’était pas ce mal-être persistant, c’était à la fois agréable et étrange en fait. Comme si elle n’avait pas l’habitude d’être ainsi. Et pour cause, elle se trouvait tout de même en ce moment même dans les bras d’un homme, sur son lit, assise à califourchon pour lui faire face et surtout le visage si proche du sien avec sa main dans la sienne. Pourquoi de telles circonstances ? Pourquoi se montrait-il si compréhensif et doux avec elle ? Il s’était montré capable d’être bien plus dur plus tôt, alors pourquoi ne pas avoir continué ? Elle ne serait certainement pas morte, bien que dans un état bien moins bon. Peut-être espérait-elle au fond d’elle-même de pouvoir avoir un lien avec lui, même infime, qu’il puisse au moins se souvenir d’elle lorsqu’elle partira. Qu’il avait trouvé la compagnie de la petite Chain voleuse bien sympathique. Ah… Pourquoi rêver de ça soudainement ? C’est un homme non.. ? Mais.. il était en plus si beau… Il lui avait dit qu’il fallait passer un contrat avec un humain pour se défaire de l’Abyss et ne plus y retourner. Bien que cela n’avait pas été dit, c’était sous-entendu que c’était ce qui l’attendait… Baissant légèrement les yeux, la petite brune se fit bien silencieuse. Voguant entre de bien sombres pensées et le fait qu’elle se sentait si bien dans ses bras, à tel point qu’imaginer s’éloigner et ne plus le revoir lui paraissait être un déchirement. Un petit déchirement quelque part en elle. Mais où ? Serrant un peu plus la main dans la sienne, la petite brune ne pût qu’être surprise du contact du dos de la main d’Angeler sur sa joue. Une nouvelle approche, un nouveau geste tendre suivit en plus d’un compliment. Toujours les joues rougies, elle le fixait doucement, n’osant bouger. Du repos pour sûr elle en avait besoin, mais étrangement, elle avait peur de fermer les yeux et de se retrouver seule…

C’est ainsi, qu’elle baissa légèrement les yeux, sa main libre se leva alors pour doucement enlacer ses doigts aux siens à sa main qui avait le dos posé sur sa joue. Forçant d’ailleurs cette dernière à faire un contact un peu plus franc. Pourquoi réagir ainsi ? Les deux devraient se remettre en cause, elle ne cessait de se convaincre qu’elle devait déjà penser à quoi faire une fois dehors pour s’en sortir, pour ne pas bêtement mourir ou retourner dans l’Abyss. Mais le seul résultat fût une cruelle déchirure. Ses réactions la troublaient, de même que les siennes… Supportant de moins en moins ce magnifique regard braqué sur elle, la petite brune voulait pourtant ne pas s’en défaire, surtout pas. Mais elle avait l’impression que ses doutes, ses troubles étaient visible dans son regard. Mais.. comment comprendrait-il quelque chose qui la trouble alors qu’elle ne le sait même pas elle-même.. ? Ayant le réflexe de caresser doucement ses deux mains de façon simultané, une goute rouge perla le long de sa joue gauche. Une larme de sang provenant directement de son œil rouge. Comme faisant un effort montre pour sourire à nouveau, elle releva la tête enfin pour lui parler.

- Je… Je sais que je n’ai aucun avenir. J’ai toujours été seule, cela ne changera certainement pas…

Elle avait envie d’ajouter qu’elle aurait presque une faveur à lui demander. De la tuer lorsqu’il serait temps pour elle de partir. La fin sera la même pour elle dans tous les cas, autant qu’elle puisse choisir où.. ? Mais elle n’osa pas. Kyrielle n’avait pas à lui demander une telle chose. De quel droit d’ailleurs ? Elle ne le connaissait pas tant que ça après tout et pourtant… Car oui, l’homme n’avait rien dit le concernant, disant qu’il n’y avait rien d’intéressant à dire sur lui. Mais selon notre demoiselle, tout le monde peut avoir de l’intérêt aux yeux de quelqu’un.. même la plus insignifiantes des existences, bien qu’elle doute que l’existence d’Angeler soit insignifiante… Enfin qu’importe. Tremblant doucement, la demoiselle se cola un peu plus à lui. Elle avait peur. Peur de partir, peur d’être seule, peur de se retrouver là-bas mais aussi peur de cet attachement qu’elle éprouvait pour lui. Ne sachant pas pourquoi d’ailleurs. Non sans lâcher ses deux mains, elle rapprocha légèrement son visage du sien pour regarder un peu plus ses yeux. C’est presque drôle ? Les deux avaient un œil différent de l’autre, l’opposé en plus. Quelle étrange marque… Plutôt belle en plus. Se rapprochant doucement, toujours un peu plus. Notre petite brune lâche dans un souffle qui caressa les lèvres d’Angeler qui étaient étrangement et inconsciemment si proche des siennes.

- Tu as des yeux magnifiques…

S’entendait-elle seulement parler ? Ainsi murmurer ses paroles si proches de ses lèvres à lui ? Sans compter ses rougeurs. Il était plus qu’évident qu’elle disait ce qu’elle pensait mais.. ne s’en rendait pas forcément compte. D’ailleurs ce rapprochement continua alors, jusqu’à ce que ses lèvres frôlent distinctement les siennes. Dieu seul sait jusqu’où elle serait allée, avant de soudainement se demander, pourquoi elle faisait ça… ? Elle en avait ressenti l’envie, le ressentait probablement toujours mais pourquoi ? Perturbée au possible, elle glissa légèrement la tête en avant, voulait faire passer ça pour un léger vertige à cause de la fatigue. Façon comme une autre de rattraper ce geste peu naturel. Le visage caché pour ne pas montrer ses rougeurs encore plus présentes sur son visage, sa respiration s’était accélérée, de même que les battements de son cœur. Pourquoi avait-elle pensé l’embrasser.. ? Pourquoi plutôt se désir de poser ses lèvres sur les siennes, de s’approprier sa chaleur lui était passé par la tête sérieusement. Tremblant doucement, elle sera un peu plus ses mains, donc en serrant une d’elle inconsciemment contre elle. Elle murmure difficilement.

- Désolée.. U-Un vertige…

Allait-il y croire ? Très difficile de savoir. Elle-même totalement perdu par cette action qu’elle avait failli faire, elle se remit bien contre lui, ne levant cette fois-ci plus la tête pour le regarder, mais la gardant bien enfouit dans son cou. Soufflant doucement dans ce dernier, respirant son odeur. Il fallait se ressaisir… Mais comment.. ? Elle était fatiguée certes, mais dormir ne lui disait rien, son cœur lui tambourinait trop le crane, lui donnant un mal de crane encore plus persistant. Et puis.. elle voulait rester dans ces bras. D’un de ses mains, elle s’arrangea pour faire passer le bras de l’homme autours d’elle, légèrement. Comme si elle voulait qu’il l’entoure pour bien être au chaud contre lui. Se callant épuisé, essayant par des gestes de faire comprendre quelque chose qu’elle n’osait pas dire. Dormir dans le creux de ses bras. Voulant cependant détourner son attention de ces lèvres qui avaient été très proches pendant un bref instant elle continua donc de parler. Sans le regarder cette-fois, bien que toujours rougissante.

- Parle moi de toi.. ? Quand bien même ce n’est pas intéressant… Si.. si tu veux bien, je veux bien écouter. J’en ai envie… T’entendre… En savoir plus sur toi.

Décidément. Elle ne cessait de lui demander des choses. L’entendre parler plus de lui. Le connaitre, au moins un peu. Même si elle ne savait pas trop ce que ça lui apporterait, si ce n’est plus de peine lorsqu’elle devra repartir… Tristement, elle frotta légèrement sa tête dans son cou, passant sa main maintenant libre dans le dos d’Angeler.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:33

Autant être clair, avec une fille à moitié nue à califourchon sur lui, le Baskerville aurait en général eu des idées beaucoup moins... Sobre en tête. C'était un homme après tout, une telle vision ne pouvait donc pas le laisser de glace, ou alors il ne serait pas humain, mais pourtant, là pour le coup, il n'avait pas ce genre de pensées envers Kyrielle... Du moins pas vraiment. Disons simplement qu'il n'avait pas laissé son esprit se perdre dans la perversité comme certain l'aurait fait, il n'avait aucune envie de profiter de la faiblesse d'une jeune fille blessée ou même de ses égarements du moment. Après, il ne fallait pas croire non plus que le corps de la demoiselle si près du sien et son souffle sur son visage n'avait rien éveillé en lui, seulement, cela était à un autre niveau qu'un instinct primaire et banal. Il la désirait ?... Oui, peut-être un peu, mais pas de la manière qu'on pouvait imaginer. Il aimait simplement son contact pour le moment, sa présence à ses côtés, ses gestes doux... Oui, cela pouvait être mal pris, d'accord, mais dans l'esprit du Baskerville, il y avait bien trop de place pour le doute et pour le questionnement sur pourquoi il acceptait cette fille aussi près de lui, pour aller chercher plus loin. Elle ne le dérangeait pas, voilà tout et juste ce fait suffisait à le troubler, tout comme cette façon de s'inquiéter pour elle lorsqu'elle avait fait ce malaise. Il était censé n'en avoir rien à faire de cette fille, il l'avait ramassé dans la rue uniquement pour ses pouvoirs, il n'allait tout de même pas commencer à se lier à elle... Si ? L'idée ne lui paraissait pas si saugrenue que cela dans un sens.

S'il n'en avait rien à faire de cette fille, pourquoi trouvait-il son sourire si adorable ? Ou plus simplement, pourquoi cela lui faisait quelque chose qu'elle puisse lui sourire ou pas... C'était la première fois qu'il l'a voyait sourire depuis leur rencontre, et de son propre aveux, elle ne souriait pas souvent, alors pourquoi lui sourire à lui ? Il n'avait rien fait pour qu'il sache, elle n'avait donc aucune raison de faire cela. Pourtant lui, comme un idiot, qu'il ne semblait pas être en général, il s'était contenté de dire ce qu'il pensait, qu'elle avait un beau sourire. A quoi cela servait-il de le dire, c'était évident non ? Elle était jolie, elle avait un beau sourire, point. Elle devait bien être au courant de toute façon, inutile de lui dire... Et pourtant il l'avait fait, voilà pourquoi il n'avait pas tardé derrière à essayer de se reprendre, pour garder la face, ne pas avoir l'air de la complimenter. Ce n'était pas son but après tout, il avait tout simplement dit ce qui lui passait par la tête, comme s'il ne pouvait pas tenir un peu sa langue de temps en temps, il faudrait qu'il apprenne tient. Surtout que cela ne sembla pas mettre la jeune fille bien à l'aise compte tenu du fait qu'elle avait fini par baisser les yeux, ce qu'Angeler regretta un peu, car il aimait bien son regard aussi. Pourtant, elle n'essaya pas de détacher la main du Baskerville de sa joue, allant au contraire la chercher de la sienne pour enlacer doucement ses doigts dans les siens. A présent, leurs mains étaient toutes liées, créant une proximité de plus entre eux, comme si cela était encore nécessaire d'en rajouter.

De quoi avaient-ils l'air comme cela maintenant ? Certainement pas de deux étrangers, pourtant, ils ne se connaissaient pas de longtemps et ne savait pratiquement rien l'un de l'autre, l'avantage là-dessus ayant tout de même au Baskerville qui avait obtenu quelques informations sur la petite chain. C'était son but premier après tout, il n'avait jamais été question que cela soit réciproque, même si la jeune fille avait fini par lui demander qu'il lui parle de lui un peu plus tôt. Cela était peut-être... Rassurant d'entendre sa voix ? Angeler doutait que sa voix grave puisse avoir un effet apaisant sur qui que cela soit, mais peut-être voulait-elle tout simplement entendre parler pour sentir une présence, ne pas avoir l'impression d'être seul. Oui, c'était sûrement quelque chose comme cela, voilà pourquoi elle lui tenait également les mains, ce n'était que dans ce but. Que cela soit le Baskerville ou quelqu'un d'autre, cela aurait sans doute été pareil, voilà l'explication qu'il se fit à lui-même en tout cas, pour essayer de comprendre cette situation. Sentant les petites mains de Kyrielle caresser doucement les siennes, Angeler se laissa faire tranquillement, puisque cela ne lui était pas désagréable et que cela semblait lui aller aussi, il n'y avait aucune raison de la stopper. Bientôt, la jeune fille releva doucement le visage vers lui, faisant cette fois-ci un effort pour continuer à lui sourire alors qu'une larme coulait sur sa joue pâle. Une larme ça ? Une petite goûte rouge, de sang sans nul doute, venant de son oeil écarlate lui aussi... Etrangement, la première pensée d'Angeler en voyant cela fut de se demander si cela lui faisait mal, presque compatissant, sa main tenant toujours la sienne alla effleurer cette larme. Il ne voulait pas la voir pleurer, il ne voulait plus...

Une certaine crainte se lisait dans la voix de la jeune fille lorsqu'elle reprit la parole, lui disant qu'elle n'attendait rien de la vie, à part de la solitude, que cela ne changerait jamais... La solitude, le Baskerville en connaissait un rayon, mais plutôt par choix qu'autre chose selon lui. Il avait choisi d'être seul, il repoussait les contacts des autres personnes en général, jugeant son travail bien plus important, même si là pour le coup, c'était un petit peu loupé pour la solitude. Il ne comprenait pas pourquoi Kyrielle devrait être destinée à être seule, c'était bon pour les gens mauvais comme lui, aucune raison qu'une fille comme elle reste dans la solitude la plus totale. Surtout qu'être seule, signifierait qu'elle ne passerait de contrat avec personne et qu'elle retournerait donc dans l'Abyss... Etrangement, cette idée déplaisait beaucoup à Angeler, il n'avait aucune envie d'y penser, ni même d'entendre cela. Si un chain méritait de rester dans ce monde, cela devait être elle, obligatoirement, les autres étaient si... Monstrueux, laids, ignoblement assoiffés de sang, alors que Kyrielle avait tout d'une humaine, gentille et douce, elle avait bien le droit à une vie dans ce monde elle, le contraire serait injuste. Serrant un peu plus sa main près de son visage, le Baskerville planta son regard dans le sien avant de lui répondre. Il ne voulait pas qu'elle pense comme cela, pas elle, alors qu'elle s'était montrée si combative pour sa survie lorsqu'il l'avait rencontré dans la rue.

" Il n'y a aucune raison pour que tu restes seule Kyrielle... La solitude, ça ne convient qu'aux gens comme moi. Toi, tu dois continuer à te battre, à vivre... Je suis sûr que tu peux t'en sortir dans ce monde. "

Lentement, la jeune fille avait fini par se rapprocher de lui, son corps comme son visage, tenant pourtant toujours ses mains dans les siennes. Pourquoi se rapprochait-elle autant... D'accord, elle lui avait réclamé ses bras, mais juste pour se réchauffer et ne pas se sentir seule, non ? Alors pourquoi rechercher un contact si approfondit avec lui maintenant, alors qu'elle ne le connaissait qu'à peine voir pas du tout. Elle était si faible, il aurait bien pu en profiter bien que ce n'était nullement dans ses intentions, mais un tel manque de prudence de la part de la jeune fille le surprenait. L'idée qu'un autre que lui en aurait profité pour lui faire du mal effleura sans trop qu'il sache pourquoi l'esprit du Baskerville et cela ne lui plut pas du tout... Il serra donc ses mains dans les siennes, histoire de se concentrer sur ce geste plutôt que sur autre chose. Quoi comme autre chose ? Le corps de Kyrielle cachée uniquement par sa chemise par exemple, son beau visage à quelques centimètres du sien, ce genre de choses à quoi un homme doit forcément penser. Comme pour troubler encore une fois sa concentration, la jeune fille lâcha doucement une remarque sur ses yeux, comme quoi ils étaient beaux... Non, magnifiques selon elle. Le gauche, Angeler voulait bien qu'il soit... Normal dirons-nous, mais le droit, totalement inutile puisqu'il ne servait aucune sa vue à présent et marqué par ce drôle de symbole, il ne voyait vraiment pas ce qu'elle pouvait y trouver. Certes, il était prêt à dire que sur elle, un oeil différent était loin d'être laid, mais sur lui, il le tolérait difficilement. Voilà pourquoi il portait toujours ces lunettes noires, même la nuit, pour cacher ses yeux. Mais là pour le coup, il avait dû les enlever le temps de la soigner et les circonstances avaient voulu qu'il ne les remette pas.

Un instant, le Baskerville songea ouvrir la bouche pour répliquer, mais il n'en eut pas le temps, car sans qu'il s'y attende, les lèvres de la jeune fille vinrent se poser sur les siennes, pour lui donner un baiser... Vraiment ? Il n'y avait eu que cela, un léger contact, auquel on ne pouvait pourtant pas se tromper. Ses lèvres restèrent pourtant posées sur les siennes, sans qu'autre chose ne soit tentée, juste comme cela, bien que ce soit suffisant pour prendre Angeler de court et faire légèrement... Accélérer les battements de son coeur ? Juste pour cela ? C'était ridicule, des baisers, il en avait reçu d'autre, alors pourquoi cette ébauche de baiser là lui faisait-elle autant d'effet ? Ca n'avait pas de sens, pas pour lui en tout cas. Si ce contact avait duré plus longtemps, il aurait peut-être de lui-même était chercher un baiser plus profond, ne se contentant plus de ses lèvres juste posées ainsi, mais bien vite, la jeune fille déplacée son visage en avant, mettant du même coup sa bouche hors de sa portée et son regard hors de sa vue. Pourtant, il aurait aimé voir ses yeux à cet instant, pour y lire quelque chose, n'importe quoi, un signe qu'elle avait d'elle-même cherché ce contact ou juste celui qu'elle avait glissé ou fait une bêtise. Il ne pouvait pas voir cela, ni même la moindre expression sur son visage tant elle avait bien dissimulé celui-ci dans son cou. Que devait-il penser alors ? N'était-ce pas elle qui lui avait fait promettre qu'il ne la toucherait pas ? Alors, pourquoi faire cela maintenant ? Cette fille était réellement une énigme.

Ne pouvant donc pas se fier à son expression, le Baskerville glissa doucement l'une de ses mains le long de la sienne, pour poser discrètement ses doigts sur son poignet. Ce qu'il cherchait à faire ? Tout simplement à sentir son pouls, connaitre les battements de son coeur à elle. Notre homme était intelligent, un scientifique même, il voyait les choses à sa manière à lui, alors, quand certain s'épuisait à se poser des questions qui n'auraient pas de réponses, lui préférait chercher activement. Le rythme cardiaque, cela pouvait être révélateur de beaucoup de choses, de la peur, du fait que quelqu'un venait de fournir un effort physique aussi... Mais comme elle lui avait dit qu'elle n'avait pas peur de lui et qu'il savait très bien qu'elle ne venait pas de courir ou quelque chose comme cela, que pouvait-il déduire de battements si rapides ? Être proche de quelqu'un pouvait engendrer une telle réaction, mais il fallait que la personne fasse un quelconque effet pour cela... Enfin, le coeur d'Angeler aussi battait moins paisiblement qu'en temps normal, mais il n'y avait rien à en déduire après tout... Si ? Le corps légèrement tremblant, Kyrielle finit par lâcher des excuses, invoquant un vertige comme motif de cet acte si troublant. C'était possible cela ? Angeler ne voulait pas y croire en tout cas, mais il ne répondit rien, penchant juste doucement la tête vers elle pour essayer de distinguer quelque chose sur son visage, mais en vain.

Bien décidé à ne rien lui dire d'autre là-dessus, la jeune fille s'installa pourtant bien confortablement contre lui, la tête bien posée dans le creux de son cou, elle aurait bien pu dormir sans qu'Angeler n'en soit dérangé un instant. Quoi que, pas dérangé n'était pas vraiment exacte, car positionné ainsi le souffle de la jeune fille était à nouveau sur sa peau, bien dans son cou et sans vraiment le chercher, les yeux d'Angeler se posèrent un instant sur ses jambes, assez mal cachées par sa pauvre chemise, il fallait bien le dire. Un léger frisson parcouru légèrement son corps, pourtant, il n'avait pas froid ou du moins n'avait pas cette impression. Kyrielle n'arrangea rien à cet état en faisant en sorte qu'il glisse une main autour de sa taille pour l'enserrer dans ses bras, de lui-même, le Baskerville la serra un peu en déposant sa main le long de son dos, comme pour la soutenir des fois qu'elle tomberait en arrière... Ou juste parce que cette place-ci convenait pour sa main, aller savoir, au point où il en était. Comme pour lui faire oublier ces gestes, la jeune fille reprit la parole, même si le ton de sa voix ne suffit pas vraiment à détourner l'attention d'Angeler d'elle... Elle insistait, voulait vraiment qu'il lui parle, même pour lui dire des choses futiles et inintéressantes. Certes, il n'y semblait pas bien disposé juste avant, mais là, pour oublier Kyrielle qui soufflait dans son cou et ce contact si rapproché, il valait mieux que son esprit se concentre sur autre chose plutôt que de se mettre à divaguer... Les femmes, elles avaient vraiment le chic pour retourner un homme sans en avoir l'air, bien qu'Angeler se serait cru plus résistant que cela. Il devait être fatigué... Ou bien c'était tout simplement parce que c'était elle et pas juste une femme ? Quelle idée...

Pas vraiment enclin à parler de lui-même, Angeler se décida pourtant en sentant la main de Kyrielle dans son dos, comme si elle était toujours capable de trouver quelque chose de plus pour les rapprocher. Ne pouvant plus la regarder dans les yeux, trouvant tout de même cela gênant pour elle de regarder ses jambes... Ou une autre partie de son corps d'ailleurs, il alla planter son regard vers la fenêtre, fixant sans la voir vraiment la lune qui brillait au dehors. Après encore un court instant de silence, le Baskerville finit par se résoudre à lui parler.

" Si ça peut te faire plaisir... Je viens d'une famille qui habitait aux alentours de Réveil, mais j'ai été... " Il hésita un instant sur le mot, trouvant finalement celui qui était sûrement approprié. " Adopté par les Baskerville vers l'âge de douze ans. Je ne sais pas ce que sont devenus mes parents et mon frère depuis. "

Il marqua une petite pause, l'air songeur avant de reprendre, presque aussi neutre qu'avant.

" Les Baskerville ont un lien avec l'Abyss, c'est pour ça que j'étudie celle-ci d'ailleurs... Nous sommes chez eux, alors ne t'inquiète pas si tu croises du monde, ils ne te feront rien. "

Il ne se rendit même pas compte que le fait qu'elle puisse croiser du monde et donc se balader dans les couloirs, incluait qu'il comptait la garder là un moment... Ce n'était pas important, si ? Il s'arrêta ensuite de parler, que dire de plus ? Que les Baskerville avaient massacré les habitants de Sablier lors de la Tragédie et qu'ils l'avaient donc manqué elle du coup ? Non, autant ne pas lui dire que cette famille était liée à son passé, pas tout de suite... Si c'était pour lui faire du mal, elle n'avait pas besoin de savoir, pas si cela ne représentait pas d'intérêt pour le scientifique. Lâchant un soupire, Angeler laissa sa tête toucher le mur derrière lui, le regard vague, comme perdu dans ses pensées... Bon, il avait une jeune fille, doublé d'une chain par la même occasion, dans les bras, à qui cela ne le dérangeait pas trop de parler et portant uniquement une de ses chemises et celle-ci le troublait légèrement. En somme, il était perdu, tout simplement.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:36

Etait-elle idiote ou bien.. ? Parce que c’était exactement ce qu’elle pensait d’elle-même en ce moment même. Ne sachant trop dans quel délire la demoiselle partait toute seule, Kyrielle resta ainsi contre lui. La tête toujours bien enfouit dans son cou. La tête emplie de question. Notamment pour quoi agir ainsi avec cet homme ? Il était comme.. les autres non ? Un homme. Soit un être qui aime prendre les femmes pour des objets pour assouvir ses désirs. C’est du moins ainsi qu’elle les voyait. Un d’eux n’avait pas exemple pas hésité à vouloir prendre la pureté d’une gamine d’une dizaine d’années juste pour son bon plaisir personnel… Elle n’avait pas été vraiment touchée au final, oh que non. Mais c’était presque comme si, l’enfant qu’elle était n’avait pas compris un tel geste possible envers elle, la jeune adulte qu’elle était devenue n’était pas plus compréhensive d’ailleurs. Estimant qu’on offre en quelque sorte son corps uniquement si on le désire. Ce seul et unique traumatisme d’enfance l’avait encore plus renfermée sur elle, la rendant terriblement méfiante et mauvaises envers la gente masculine. Mais pourquoi en ce moment même ce n’était pas comme d’habitude. Pourquoi son amertume pour cet homme c’était transformé en soudaine affection ? Voir attirance. Le simple fait de s’imaginer actuellement dehors lui donnait presque envie de pleurer. Se retrouver une nouvelle fois seule. Si encore il la repoussait.. mais ce n’était même pas le cas ! C’est pour cela qu’elle garda dans un premier temps le silence. L’écoutant parler doucement, tentant de s’en sortir avec ses propres pensées.

Gardant dans une coin de sa tête ce qu’il lui avait répondu quant au fait qu’elle n’avait aucun avenir, le cœur de la demoiselle se mit à battre de façon étrange. Il avait ralentis, comme si une certaine tristesse l’avait envahie sans pour autant empêcher ce dernier de faire quelques bonds de travers lorsqu’elle repensait à ce qu’elle avait voulu faire plus tôt. L’embrasser… Sérieusement… ? Elle avait vraiment souhaité ça pendant un bref instant ? Finalement en y repensant, le contact n’était pas désagréable et penser recommencer ne lui déplaisait pas et pourtant, une certaine crainte se faisait persistante. Le geste en lui-même, ses propres pensées qui l’effrayaient. Que pensait Angeler de tout ça ? Il n’avait rien dit là-dessus, même pas réagit… Ainsi, lorsqu’il répondit à sa question de tout à l’heure, elle se blottie d’avantage contre lui, ne voulant pour l’heure ne pas affronter son regard, comme craignant de se perdre à nouveau dans ce regard qu’elle appréciait. Ainsi, il était des alentours de cette ville nommée Réveil ? Il avait une famille mais disait avoir été adopté vers l’âge de douze ans par les Baskerville. Pourquoi adopter s’il avait encore une famille ? N’ayant qu’une vision irréelle voir parfaite de la famille, la demoiselle se demanda alors pourquoi ne pas être resté près d’eux… Elle n’avait jamais eu de réelle famille, un couple l’avait accepté, mais ils n’étaient déjà plus de ce monde. Enfant non désiré dès la naissance comme on dit. Elle garda toujours le silence, ses tremblements se calmant un peu. Elle osa même fermer un court instant les yeux pour l’écouter juste parler. Puisqu’il enchaina en disant qu’ils se trouvaient chez ces dits Baskeville, qu’ils ne lui feraient rien. Pourquoi ? Parce qu’elle devait en croiser ? Elle était là pour l’aider puis repartir non ? D’ailleurs, le mot Baskerville lui trotta un instant en tête, comme si ce mot lui disait quelque chose sans pour autant se souvenir vraiment quoi… Toujours la tête caché dans le creux de son cou, elle murmura doucement en soufflant, sa main se trouvant dans son dos se crispant légèrement.

- Baskerville.. ? Ce mot me dit quelque chose… Ne sachant de toute façon quoi ajouter elle se contenta de continuer toujours aussi doucement. Pourquoi avoir quitté une famille pour une autre…

Une parole certainement inutile. Ce n’était pas vraiment des interrogations lui étant adressées, mais plutôt une façon de libérer sa tête de soucis en plus. Elle avait déjà suffisamment d’interrogation concernant son ressentit sur Angeler qui était tout sauf mauvais. Sans s’en rendre compte, la demoiselle avait cessé d’avoir froid, totalement. Le fait d’être restée à l’intérieur ? D’être au sec ? D’être contre lui qui était d’une chaleur réconfortante et qui daignait la garder dans ses bras pour la réchauffer ? Certainement… Oui. On peut dire que ce sont des facteurs, mais.. pourquoi sa tête bouillonnait-elle légèrement, ses joues étaient si chaudes ? Car même si elle ne pouvait pas voir elle-même ses rougeurs persistantes, elle pouvait les sentir aisément. Non sans efforts, elle sortit la tête du creux chaud de son cou. Pour se reculer légèrement la tête basse. Rester collée contre lui, lui donnait chaud dans tous les sens du terme. La chemise bleue un peu trop grande pour elle lui collant au corps, elle ne se rendit même pas compte que ça faisait un effet moulant. Bien que s’étant légèrement éloignée, la tête toujours basse pour ne pas le croiser, sa main ne s’était toujours pas détachée de la sienne, tout comme l’éloignement n’était que de quelques centimètres. Quelle grotesque situation. Elle n’était pas une pauvre Chain mourante qu’on voulait utiliser pour sa nature ? L’idée d’être lié à quelqu’un part un contrat comme disait lui permettrait de rester dans ce monde, mais.. se lier à quelqu’un vraiment ? Elle n’était plus humaine. Ainsi.. ce serait un peu comme être une petite chose.. ? Et puis qui ? Ce serait mentir de dire qu’elle n’avait pas songé à lui mais… L’idée lui sortit bien rapidement de la tête. Jugeant que c’était pitoyable de sa part d’une nouvelle fois penser à Angeler. En même temps, il était le seul être dont elle s’était attachée pour ne pas dire entichée. Oui. Carrément…

D’un geste lent, à la fois parce qu’elle ne pouvait pas faire de mouvement brusque au risque de faire lâcher les points de sutures. Chose qui serait un peu idiot en fait. Elle lâcha doucement sa deuxième main, presque un contrecœur, elle aimait se contact vraiment. Ils étaient capable de rester main dans la main un bon moment même.. ! Mais cette main dût venir trouver appuie sur son épaule, pour doucement se redresser et mettre son visage à nouveau à la hauteur du sien. Il lui fallait tout de même un bon moment avant de daigner lever les yeux. Son regard était brillant, mais aussi terriblement expressif pour une fois. Emplit de larmes qu’elle refoulait. Elle en avait assez de pleurer. Pourquoi se mettre d’un seul coup à relâcher tout ce qu’elle bloquait depuis des mois ? Sa joue gauche se retrouva avec une teinte rouge plus forte que celle de droite. Pourquoi ? Dison que du sang qui coule par petite goutte ça n’aidait pas vraiment à arranger les couleurs sur son visage toujours si pâle, bien qu’il le soit grandement par nature. Il avait appuyé sa tête contre le mur derrière lui.. voulant être à sa hauteur voir même légèrement plus haut, comme si elle voulait se faire entendre à sa manière, la demoiselle commença doucement à se surélever, s’aidant de ses mains qu’elle avait glissé sur ses épaules, mais aussi de ses genoux se trouvant de.. presque chaque côté des hanches d’Angeler. Mouvement pouvant être très mal interprété, mais Kyrielle n’avait rien d’une fille ayant une once de perversité au contraire. Même si son frêle corps se frottait légèrement au sien pour arriver enfin à la hauteur souhaiter. Associons peut-être ça à une certaine sensualité non voulu ? S’accoudant sur ses épaules, la voilà ainsi le visage légèrement plus haut que le sien, mais penché sur lui, son souffle caressant forcement ses lèvres à nouveau puisqu’elle le regardait de nouveau droit dans les yeux. Elle murmura alors tout doucement…

- Qui te dit que je veux me battre.. ? Je ne choisis pas ma solitude, je l’ai toujours subit… Vivre et survivre ce n’est pas pareil. Je suis fatiguée…

C’était presque triste de dire à vingt ans tout juste qu’on est déjà fatigué de la vie. Mais c’était le cas. Le solitude, se battre constamment pour ne pas vivre quelque chose qu’elle ne désire pas ou tout simplement pour survivre, c’est usant. Jamais elle n’avait demandé de survivre à cette Tragédie, l’instinct pousse un être vivant à se battre jusqu’au bout. Mais maintenant qu’elle savait qu’elle finirait bel et bien dans l’Abyss à nouveau, qu’elle avait goutté à la chaleur du rapprochement avec quelqu’un. Elle ne voulait plus se battre. Elle n’en avait plus la force ni le courage. Elle continua de souffler.

- Je ne veux pas retourner là-bas… Ni retourner dehors. Ne pas dormir la nuit parce que j’ai peur qu’on abuse de moi. De passer ma journée à courir après un misérable bout de pain ou viande… J’ai une faveur à te demander Angeler…

Elle était lancée. Cette fois-ci elle ne comptait pas s’arrêter et aller jusqu’au bout de ses pensées. C’était selon elle la meilleure solution… De toute façon cela ne devait avoir une grande importance pour lui non ?

- Tue-moi… Lorsque tu n’auras plus besoin de moi Lorsque je devrais repartir… Son visage se pencha légèrement plus sur le sien. Lui faisant forcément frôler presque ses lèvres. S’il-te-plais… Je suis venue au monde dans la solitude, laisse-moi partir comme je le souhaite…

Pourquoi lui dire tout ça d’ailleurs ? Pourquoi lui ? Elle le connaissait à peine. Mais à ses yeux, il ressemblait presque à un ange. Veillant sur elle actuellement, prenant la prauve créature qu’elle était dans le creux de ses bras. Pour une raison inconnu, n’ayant pour le coup aucune excuse pratique à fournir pour ce geste, elle glissa une de ses mains dans sa nuque pour aller effleurer doucement ses cheveux. Elle ne pouvait ainsi donc pas se taire ? Se contenter d’être la petite chose qu’il devait vouloir voir, lui dire ce qu’il voulait, l’aider et repartir comme prévu.. ? Non. Il fallait qu’elle cherche toujours un contact de plus, à se sentir proche de lui. Voilà pourquoi leur souffles se mêlèrent une nouvelle fois.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 91
Age : 24
Personnages préférés : Moi-même of course


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:40

Non contente de prendre un place considérable dans ses bras, de le faire frissonner légèrement de faire s'accélérer son petit cœur de pierre brute, cette petite voleuse de chain ne s'était pas arrêté en si bon chemin et avait en plus décidé de le faire parler notre pauvre Baskerville. Ce qu'il pouvait donc souffrir depuis que cette jeune fille mince et jolie avait décidé de s'installer tranquille à cheval sur lui tient… Comment cela, il y avait bien pire comme châtiment ? Surtout avec toutes les bêtises qu'avait pu faire Angeler jusque-là, oui, certainement, mais la situation n'en était pas moins déroutante pour lui. Le pire dans cette histoire, c'est que ce n'était même pas d'avoir Kyrielle si proche de lui qui l'étonnait le plus, mais le fait de se montrer si attentionné à son égard sans arrière-pensée malsaine, hormis peut-être le fait qu'il souhaitait en apprendre plus sur les chains à forme humaine, mais là encore, il n'était plus trop sûr de lui pour le coup. Il aurait certainement dut se contenter de soigner la blessure de la jeune fille et puis l'envoyer se reposer dans un coin, au lieu de cela, elle se trouvait dans son lit… Et même mieux, dans ses bras, sans pourtant qu'il y ait rien à redire sur la décence de cette scène. C'était presque… Mignon ? Il ne faut pas pousser non plus, il n'avait juste aucune raison de la repousser, ne trouvant finalement pas son contact si désagréable que cela et ne souhaitant, pour une raison qui lui échappé tout à fait, pas qu'elle se sente encore mal, que cela soit pour sa santé ou sa solitude. Si Angeler savait bien une chose, c'était ce que cela faisait d'être seul, il avait lui-même toujours recherché la solitude, l'isolement.

Tout d'abord pas à sa place au sein d'une famille qui était pourtant la sienne, par le sang, mais dans laquelle il n'arrivait pas à se sentir bien, il avait ensuite rejoint les Baskerville sans trop le vouloir, ne se sentant pas forcément mieux avec eux… Ils n'étaient pas censé avoir tous un lien et vivre en parfaite harmonie ? Cette bonne blague, Angeler n'avait aucune affinité avec eux et préférait vivre loin ou plutôt reclus dans un laboratoire, ne restant d'ailleurs avec eux que pour celui-ci. Mais être seul sans l'avoir vraiment cherché, le Baskerville n'en avait pas vraiment fait l'expérience, pas comme la petite Kyrielle en tout cas, qui n'avait rien demandé à personne et s'était retrouvé mêlée à la tragédie d'il y a cent ans. Et lui, comme un idiot, il lui parlait des Baskerville, ceux-là même qui avaient certainement massacré des gens qu'elle connaissait à Sablier, peut-être même de la famille à elle ou des amis… D'accord, il avait fait cela pour éviter un afflux d'humains transformés en chains dans l'Abyss, mais à part les principaux intéressés en cape rouge, personne ne voyait les choses sous cet angle, ils passaient donc tout bonnement pour des assassins. Combien y avait-il de chance pour qu'une jeune fille venant de découvrir sa nature de chain en sache un bout sur cette famille si sombre ? Hum… Pas tellement avait estimé Angeler, mais elle devait certainement en avoir entendu parler si elle connaissait les chains, c'était évident. Lui dire qu'il faisait partie de cette famille n'allait certainement pas lui attirer ses bonnes grâces, mais il fallait bien qu'il parle.

Pourquoi parler à cette jeune fille ? Juste parce qu'elle lui avait demandé ? Oui… Cela ne le dérangeait pas trop pour une fois et puis, il fallait bien qu'il occupe son esprit à autre chose que la vision qu'il avait directement sous les yeux, à savoir une jeune fille en chemise plaquée contre lui… Et qu'il avait promis plus tôt de ne pas toucher, lui et ses promesse, il pouvait bien aller au diable avec tient. Ce n'était même pas qu'il avait des envies impossibles à freiner, mais cette fille-là lui faisait de l'effet, aller savoir pourquoi, les goûts et les couleurs, ça ne s'explique pas. Et puis, c'était elle qui s'était collée aussi près, elle encore qui avait effleuré ses lèvres des siennes… Bref, c'était une sorcière qui cherchait à l'envouter, il n'y avait pas d'autre explication. Enfin, c'était peut-être un peu abuser de dire cela, elle cherchait simplement à se réchauffer la pauvre, en plus, Angeler doutait fort qu'elle ait conscience du côté tendancieux de ce qu'elle faisait, elle semblait un peu trop… Innocente pour cela. Oui, cela pouvait paraitre bizarre, mais il avait du mal à l'imaginer comme une manipulatrice d'homme, pour la simple et bonne raison qu'une nymphomane, il avait grandi avec un parfait modèle sous les yeux, un modèle aux cheveux roses criards si vous voulez tout savoir et Kyrielle ne lui ressemblait pas du tout, physiquement et dans son attitude s'entend. Peut-être même que la jeune fille ne faisait rien d'étrange et que c'était tout simplement l'imagination du Baskerville qui lui jouait des tours, il devait être fatigué, voilà tout.

Mais au moment même où Angeler commencé à se dire qu'elle ne faisait aucun geste déplacé, il sentit la main de la demoiselle se crisper dans son dos. Ah, il avait dit quelque chose de dérangeant ? C'était probable, il n'était pas vraiment du genre à s'écouter parler et pouvait parfois lâcher des choses blessantes ou maladroite sans y prendre garde. – Même si parfois tout de même, c'était largement fait exprès. – Bientôt, le murmure devenu presque habituel de la jeune fille finit par lui dire, au creux de son cou, que le nom de Baskerville lui disait quelque chose… Bien évidemment, le nom de ceux qui avaient massacré tout le monde à Sablier il y a cent ne pouvait pas s'oublier comme cela, surtout lorsqu'on venait effectivement de cent ans en arrière soi-même. Doucement pourtant, celle-ci avait continué en se demandant, plus à elle-même qu'à lui sans doute, pourquoi quitter une famille pour en rejoindre une autre… Oui, pas faux, surtout qu'Angeler n'était pas tous les jours sûr d'avoir gagné au change… Quoi que si finalement, être pauvre et s'occuper de brebis gueulardes ne l'intéressait pas du tout, alors qu'ici au moins, il pouvait étudier tranquillement ce qui l'intéressait. Gâcher une telle mémoire à être berger, cela aurait été un crime non ? Posant de nouveau un regard sur Kyrielle, ou plutôt sur ses cheveux puisque son visage était toujours bien enfui dans son cou, le Baskerville avait répondu, tout simplement, ne cherchant pas à l'affoler à propos de sa chère famille…

" Je suppose que c'est un nom assez connu… " Dit-il en ayant conscience d'atténuer considérablement la vérité. " Ces histoires de famille ne sont pas importantes de toute façon, c'était juste parce que tu voulais que je parle. "

Lui demander de parler, à lui, alors qu'il était d'humeur taciturne depuis l'âge de deux ans, c'était véritablement se foutre de la gueule du monde… Et pourtant, lui, bien sagement, il l'avait fait ! Quand on vous disait qu'il était malade le pauvre ce soir, voilà où cela le menait. Même s'il ne pouvait pas voir son visage, le Baskerville avait continué de regarder la jeune fille et fut surpris de la voir se redresser tout doucement, alors qu'elle évitait toujours ses yeux pour l'instant. Il avait fait quelque chose de mal ? Il ne lui semblait pas pourtant, il se trouvait même très galant pour une fois de ne rien voir de pervers dans cette position pour le moins atypique pour des personnes se connaissant si peu comme eux. Mais puisqu'il ne pouvait pas voir ses beaux yeux noirs, il fallait bien qu'il plante son regard ailleurs… Ce fut malheureusement sur sa chemise, qui pour une fois était portée par autre que lui et qui, malgré la largeur, trouva le moyen de coller à la peau de la demoiselle, moulant bien sûr son corps frêle de cette façon… Ah oui, effectivement, cela donnait chaud d'être collé comme cela à deux, Angeler regrettait presque d'avoir allumé un feu… Mais presque hein. Etrangement, il trouva que sa chemise lui allait bien mieux à elle pour le coup, même s'il lui avait prêtait, elle pouvait peut-être la garde finalement, ce ne serait jamais aussi provocateur sur lui en tout cas.

Mais il ne fallait pas se laisser aller à penser à cela, du tout, ce n'était pas le moment et puis… Il avait promis… Là tout de suite, il se promit mentalement de ne plus promettre tient, c'était peut-être stupide, mais c'était comme cela. Pour ne pas penser à cela, il laissa donc sa tête aller contre le mur derrière, fixant le vide, c'était nettement moins aguicheur selon lui, ses meuble ne stimulant nullement son rythme cardiaque, alors que la demoiselle… Si, bizarrement, elle savait le faire accélérer, ce que le jeune homme n'aurait pas cru possible pour si peu tout de même. Par où cela avait commencé déjà ? Par sa main dans la sienne et son souffle près de son visage… Oui, bon, c'était largement suffisant, nous sommes d'accord. Mais très vite, enfin… Très lentement plutôt, les geste de la jeune fille étant limité en vitesse par sa fatigue et sa blessure, celle-ci se mit à remonter légèrement pour être à sa hauteur, un peu plus haut même, ayant cette fois-ci un genoux de chaque côté des hanches d'Angeler et ses mains qui remontaient sur ses épaules, d'un geste lent… Oui lent, pas lascive, il ne fallait pas voir les choses sous cet angle, même si c'était dur. Au moins, elle avait lâché sa main… Moui, le brun n'était pas sûr que cela lui fasse plaisir tout compte fait, sa main dans la sienne, ce n'était pas si désagréable et puis, cela empêchait les siennes de se mettre à un endroit où il ne fallait pas, sans le faire exprès bien entendu, il était tellement tête en l'air ce soir. Sans qu'Angeler n'est rien fait pour, les lèvres de la demoiselle étaient revenu effleurer les siennes, ce qui lui fit penser que cela était soit trop près, soit trop loin, sans arriver à ce décidé quel version lui convenait le plus… C'était quoi cette torture là ?

Qu'elle l'embrasse ou qu'elle laisse ses lèvres tranquilles, la demi-mesure était difficilement supportable, surtout qu'elle ne pouvait plus invoquer cette drôle d'histoire de vertige là… Déjà qu'il n'y avait pas vraiment cru tout à l'heure, il était presque curieux de savoir quelle excuse elle allait trouver là. Mais son attention fut détournée par le visage de la jeune fille, de nouveau à sa portée du coup, mais couvert de larmes, encore, dont celle coulant de son œil gauche sanguinolentes. Si le scientifique avait eu envie de tenter quoi que cela soit à son égard, cela aurait suffi à l'arrêter aussi sec, même s'il n'avait rien tenté bien sûr, la main qu'elle avait lâchée n'ayant même pas trouvé de place sur le corps de la jeune fille, par peur que cela soit déplacé… Celui qui viendrait lui dire que c'était le dernier des salauds, là, tout de suite, subirait forcément la colère du Baskerville, ce n'était pas vrai, la preuve était évidente là. Avec le dernier des salauds, Kyrielle n'aurait plus de chemise, quelques bleus en plus et certainement une bonne raison de pleurer, ce qui prouvait bien que quel que soit ce qu'il pouvait dire ou ce qu'on pouvait dire de lui, Angeler avait finalement un bon fond, bien que cela puisse l'étonner lui-même. Cette main qu'elle avait lâchée vint finalement se poser sur la joue ensanglantée de la jeune fille, essayant de sécher un peu celle-ci, le regard un peu triste du brun posé sur elle.

Pour le coup, cette proximité n'était plus si gênante, en tout cas, Angeler n'arrivait plus à y voir un côté tendancieux. Surtout que les paroles qui sortirent bientôt de la bouche de la jeune fille n'allaient pas dans ce sens. Rien qu'à la première phrase, le Baskerville avait senti venir quelque chose de mauvais, comment ne pas le voir après tout… Fatiguée de vivre ? A vingt ans et peut-être un siècle qui ne comptait pas, c'était tout de même triste, même pour Angeler qui n'accordait pas une valeur si primordiale que cela à la vie. Prêt à être compréhensif, pour une fois encore, le jeune homme l'écouta parler, gardant ce contact qu'ils avaient, sa main sur sa joue, elle en avait besoin après tout, non ? Après ce qu'elle avait vécu, ce qu'elle risquait de vivre encore si elle retournait dans la rue, cela lui faisait peur, cela se sentait dans sa voix. Lorsqu'elle arriva à la faveur, notre homme cessa un instant d'essayer d'essuyer sa joue, peine perdu compte tenu des larmes qui coulaient. Ce qu'elle désirait ? Elle lui avait annonçait comme cela, sans ciller, son visage encore plus penché sur le sien. Elle voulait mourir, tout simplement, pire encore, elle voulait qu'il la tue. Il avait déjà tué des gens après tout, une de plus ou une de moins, qu'est-ce que cela pouvait lui faire franchement ? C'est ce qu'elle devait penser sans nul doute, mais lorsqu'elle lui demanda cela, le Baskerville se crispa un peu, espérant avoir mal entendu, mais peine perdu, il avait très bien compris. Le plus étonnant n'était pas qu'elle lui demande cela, avec la vie qui l'attendait dehors, c'était presque évident, logique, mais le plus troublant… C'était qu'il ne pouvait pas s'y résoudre.

Pourquoi ? Pourquoi alors qu'il la connaissait à peine, l'idée de lui ôter la vie lui était aussi… Insupportable. Autant dire ce qu'il en était, le jeune homme ne pouvait pas s'imaginer en train de tuer Kyrielle. Pas après l'avoir soigné, l'avoir serré dans ses bras alors qu'elle pleurait, dans le fiacre et même maintenant. S'en servir comme un objet et la balancer après ? Pourquoi pas… Cela aurait dû être normal pour lui, elle n'était qu'un chain parmi d'autre après tout, une fille parmi d'autre même, mais il ne pouvait pas, peu importe comment il y pensait, là, tout de suite, il ne pouvait pas accepter sa mort, bien qu'elle semble parfaitement l'accepter de son côté. Il y eut alors un silence, long, pesant… Angeler l'avait écouté bien entendu, il n'en avait pas perdu une miette, du début à la fin. Elle ne voulait pas retourner dans la rue, pas se faire agresser, pas retourner dans l'Abyss… En somme, il y avait tellement de choses qu'elle ne désirait pas et qui était presque inévitable pour elle, qu'elle préférait ne pas passer par ces épreuves et mourir tout de suite. C'était logique, sa demande était parfaitement honorable et ne coûterait rien à notre homme, il pouvait donc sans acquitter sans remord et exécuter sa dernière volonté. Elle lui en serait même reconnaissante, que demander de plus ?... Qu'elle vive, tout simplement, qu'elle vive. L'imaginer morte dans ses bras glaça d'un seul coup le sang d'Angeler, il ne voulait pas… Il ne pouvait pas. Ses lèvres à portée des siennes, la regardant droit dans les yeux, il finit par lui répondre d'un ton catégorique.

" Non. "

Quoi, c'était la phrase la plus courte du monde ? Ce n'était même pas une phrase, juste un mot ou plutôt une réponse, sa réponse. Kyrielle ne mourrait pas, pas de sa main… Et de celle de personne, cela serait encore mieux, bien qu'il ne sache pas vraiment pourquoi sa mort l'ennuyait autant. Se serait-il… Attaché à cette fille ? Aussi vite ? Comme cela sans raison ? Ridicule, il n'avait tout simplement pas envie qu'elle meurt, même si c'était ce qu'elle désirait, un simple caprice en somme, rien de plus. C'est ce qu'il aurait pu ce dire, si seulement avant même qu'elle ne puisse répondre quoi que cela soit, il n'avait pas réduit de lui-même l'espace restreint qu'il restait entre leurs visages pour poser délicatement ses lèvres sur les siennes. Un instinct primaire de mâle profiteur ? Non, même pas, il se contenta simplement de lui donner ce baiser, très doux, sans ardeur, juste avec tendresse… Il ne se souvenait même pas d'avoir déjà embrassé une femme comme cela, si simplement, sans arrière-pensées perverses, juste pour dire je suis là, tu n'es pas seule… Cela ne dura pas bien longtemps, mais c'était bien suffisant… Pour la faire taire non ? Il n'en savait rien, mais il ne la tuerait pas, il en été à présent certain. Très doucement, sans aucun brusquerie, il rompit le baiser et la regarda un instant avant de lui faire poser sa tête sur son épaule à lui, ses bras autour d'elle n'essayant nullement de la retenir de force, ils étaient juste là dans un élan… Protecteur ? Quelque chose comme cela oui. Mettant sa bouche tout près de son oreille, il lui murmura d'une voix calme, apaisante…

" Je ne te tuerais pas Kyrielle… Ça aussi je te l'ai promis en te disant que je ne te ferais pas de mal. Tu ne veux pas retourner dans la rue ? Tu n'y retourneras pas, c'est tout. L'Abyss t'effraye ? Je t'aiderais à faire en sorte de ne pas y retourner non plus… Mais ne me demande pas de te tuer, je ne veux pas faire ça. Fais-moi juste confiance encore une fois… D'accord ? "

D'un geste rassurant, sa main vint se poser sur la tête de la jeune fille, caressant ainsi ses cheveux d'un geste lent. Il ne mentait pas après tout, il trouverait bien un moyen de l'aider pour qu'elle ne finisse pas encore dans la rue, c'était faisable après tout… Et ne pas retourner dans l'Abyss… Lui trouver un contractant ne devait pas être si compliqué, si ? Il trouverait bien en temps voulu, il était parfaitement capable de régler ce genre de problème après tout, si c'était pour qu'elle ne meure pas, cela ne lui paraissait pas être une perte de temps. Puisqu'elle lui avait fait confiance une fois, sans aucun raison apparente, elle pouvait bien recommencer… Non ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 262
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    2nd Mai 2014, 13:41

Allez tue-moi. C’est la solution la plus simple pour nous deux non ? Voilà ce que pensait notre demoiselle, qu’elle resterait en vie tant qu’il aurait besoin d’elle. Bien qu’elle doute sincèrement être capable de lui apporter les informations qu’il devait rechercher en fait. Elle savait à peine ce qu’elle était elle-même, comment pouvait-elle renseigner quelqu’un d’autre ? Pourtant, elle se sentait bien dans ses bras, cet endroit confortable et chaud qu’elle ne voulait pas quitter pour une raison qui lui était toujours étrange. A vrai dire qu’elle ne s’était pas posé plus de question que cela et s’était contentée de rester là où elle se sentait bien. Et cette sensation de sécurité, de calme et de repos, voilà bien longtemps qu’elle ne l’avait pas ressentie. C’était en fait la première fois qu’elle se sentait si bien juste par la présence de quelqu’un. Mais alors pourquoi lui ? Elle connaissait si peu de choses à son sujet… Pourtant cela ne semblait pas la déranger pour se trouver là, d’être physiquement si proche, au point de frôler ses lèvres. Le pire était peut-être le fait qu’en cet instant ça ne lui paraissait déplacé, quelqu’un le lui aurait souligné, elle se serait vivement reculée, confuse et les joues encore plus rouges qu’elle ne l’était déjà. Mais il n’y avait personne pour lui faire ce genre de remarque. Pas même le concerné en fait. C’est ainsi avec cette proximité si apaisante qu’elle lui avait fait la demande de la tuer. S’attendant à ce qu’il accepte sans trop de poser de question. Il ne comptait pas la garder avec lui. Si.. ?

En tout cas, elle n’en savait trop rien sur ce fait, ni sur son propre sentiment d’attachement. Mais la réponse ne tarda pas à se faire savoir de la part de l’homme. Non ? Pourquoi non ? Quelle réponse si ferme et catégorique. A cet instant la demoiselle se disait qu’elle n’avait certainement pas dû lui demander ça. Depuis quand elle devait lui faire des faveurs alors qu’il c’était montré si doux et gentil avec elle depuis le début ? Mais pourtant, il ne semblait pas être le genre de personne à avoir une haute estime des autres, vu la façon dont il l’avait regardé dans la rue, c’est-à-dire montrant clairement sa supériorité sur elle. Il lui était supérieur et.. ? Qu’importe, elle pensait que ce genre de demande ne lui ferait ni chaud ni froid, du moment qu’il avait ses précieuses informations. C’est pourquoi la brune tenta d’ouvrir la bouche pour répliquer. Chose qu’elle ne put pas faire. Pourquoi ? Tout simplement parce que ses lèvres se retrouvèrent au final occupées par autre chose. Soit les lèvres d’Angeler venue se poser distinctement sur les siennes. Ce n’était plus un effleurement, ce faible contact douteux mais imprécis. C’était un contact franc bien que particulièrement doux… Ouvrant de grands yeux sur le coup, ne s’attendant pas vraiment à une telle réaction de sa part. Kyrielle se retrouvait un peu bête ? Un peu certainement. Ses yeux prenant un peu plus de couleurs, ses larmes cessèrent net de couler le long de ses joues. Fixant se doux visage qui ne pouvait être plus proche d’elle. Logiquement, elle aurait dû le repousser ? Elle le connaissait très peu, c’était un homme et puis… Elle était la première à vouloir ne pas se faire toucher mais.. étrangement elle ne voulait pas sur le coup rompre ce contact à défaut d’y répondre. Elle appréciait autant qu’elle était prise au dépourvue ? Certainement. Elle comprit alors à cet instant-là la proximité qu’ils avaient tous les deux. Pourquoi avait-il répondu ainsi à tant d’approches, même si c’était sans aucunes arrière-pensées ? Elle n’en savait rien. Ou plutôt n’avait pas envie de chercher, elle venait de se faire embrasser. Inutile de le nier. Le premier baiser.. ? Oui aussi… Mais cela ne la dérangeait absolument pas…

Ne bougeant pas d’un pouce, Kyrielle trouvait au final ce geste presque trop court ? Oui, lorsqu’il se recula alors pour la regarder brièvement, elle tenta de soutenir son regard, bien que l’envie de baisser les yeux se fit sentir. Pourquoi avait-il fait ça ? Est-ce que cela avait un sens pour lui ? Ou bien était-ce un geste si habituel de sa part envers le sexe opposé.. ? D’ailleurs, elle se surprit même à se demander comment il la voyait. Comme une Chain, ou bien une humaine, une femme même… Quelle idiote de se poser de telles questions… Pourtant la réaction de son cœur sur le fait qu’ils venaient plus ou moins de s’embrasser ne pouvait pas la tromper, elle avait apprécié, elle ne pouvait le nier. La brune avait même eut l’envie de passer ses mains dans ses magnifiques cheveux noirs pour l’empêcher de se reculer, mais.. au lieux de cela, ses mains étaient restés sur ses épaules. Dire qu’elle n’était pas au bout de ses surprises, puis que le grand brun ne tarda pas à faire passer ses bras autours d’elle pour la caller doucement sur son épaule, ne desserrant pas son étreinte, comme pour la garder dans le creux de ses bras ? Se laissant totalement faire pour le coup, elle ne pût que sentir bête une fois callée contre lui. Elle ne voulait pas qu’il la lâche, surtout pas… C’est alors qu’il lui murmura doucement à l’oreille. Il ne voulait pas la tuer ? Ah oui. Il lui avait promis ça aussi, en fait la brune l’avait presque oublié pour le coup… Cependant, ce qui attira d’avantage son attention était le fait qu’il comptait ne pas la remettre à la rue, qu’elle ne retourne pas dans l’Abyss. L’aider vraiment ? Surprise, son premier réflexe fût de légèrement tourner la tête pour pouvoir le regarder. Tandis qu’il termina par le fait qu’il ne voulait pas qu’elle lui demander de mettre fin à sa vie. Silencieuse, Kyrielle se laissa bercer par ses bras, cette main qui caressait doucement ses cheveux. Que de gestes tendres… Ne sachant quoi répondre pour le coup, la jeune fille éreintée voulu contrairement à toute à l'heure répondre à ses actions, comme pour l’inciter à ne pas arrêter ? Qu’elle appréciait. C’est pourquoi elle glissant doucement ses bras autours de lui sous sa veste, posant ses mains directement sur sa chemise bleue. Le serrant tout doucement avec le peu de force qu’il lui restait. Une main sous son bras à lui, l’autre s’enroulant légèrement autour du cou.

Franchement ? Cela ressemblait presque à une étreinte de jeune couple qui se retrouvait. Hu ? Couple ? Pourquoi une telle comparaison ? C’était idiot… Idiot vraiment… ? Frottant légèrement sa tête contre lui pour retirer les restes de larmes, du moins surtout les larmes sanglantes présentes sur sa joue, cela eut pour effet d’assécher mais d’étaler le tout. Qu’importe. Le brun se retrouvait juste avec une magnifique trace de sang. S’en fichant bien, cela n’empêcha pas la demoiselle de blottir sa tête contre et de murmurer.

- Tu me le promets… ? Ne me lâche pas… Elle aurait voulu juste dire pour ce soir mais.. elle ajouta à la place. Ne me lâche plus… Pas maintenant.

Tenta-t-elle de se rattraper sur la fin. Même si ce mot « pas maintenant » était surtout en option. Elle pouvait au moins espérer qu’elle pourrait rester dans ses bras pour la nuit ? Oui certainement, mais reste à savoir comment agirait-il à son réveil. Une bonne nuit de sommeil lui ferait certainement le plus grand bien. Les Chains ne se régénèrent pas de façon extraordinaire, mais leurs capacité à cicatriser avec du repos pouvait être un peu au-dessus de la moyenne dirons-nous. Bref, sans qu’aucun geste ne permette de douter de ses intentions cette fois-ci, la demoiselle se serra le plus possible contre lui. Ressentant un peu moins de gêne d’être dans cette tenue contre lui. Frottant d’un geste léger ses doigts dans son dos, elle se laissa totalement aller contre lui. Le but étant de ne plus forcer. De se reposer une bonne fois pour toute. Elle n’arriverait de toute façon pas à guérir en continuant à gesticuler dans tous les sens. Elle avait trouvé une bonne place, autant y rester. Elle qui s’était tant débattu pour qu’il la laisse tranquille, la voilà en train de se dire que pour rien au monde elle ne retournerait dehors dans le froid. Luttant pour ne pas fermer les yeux, bien que c’était dans des conditions bien moins douloureuse que plus tôt dans le fiacre, la situation avait pas mal de similitudes. Mais ce moment était plus tendre cette fois-ci ? Certainement. D’ailleurs poussée par une envie, Kyrielle souffla doucement dans le cou de l’homme pour y déposer doucement ses lèvres. C’était court, mais parfaitement distinct, pas un simple effleurement comme elle avait pût faire avec ses lèvres. Un baiser comme il lui avait donné lui. Quelque chose de doux et tendre. Quelque chose qu’elle donnait en retour de ses attentions. Collant un peu plus son corps contre lui dans le but d’être bien calée. Elle finit par conclure doucement.

- Merci… Bel ange…

Oui bon. Veuillez ne pas trop prêter attention à ses dernières paroles même si elle le pensait sincèrement. Il était beau et était actuellement son ange gardien veillant sur elle. Sans aucune gêne, malgré ses rougeurs présentes encore sur ses joues, Kyrielle ferma doucement les yeux. Sombrant dans un sommeille cette fois-ci. Son souffle ainsi que son cœur s’étant calmé, sa respiration butant d’ailleurs doucement dans la nuque du beau brun. Elle s’était endormie. Reprenant doucement des forces de cette journée plus dure que prévue mais au final pas si mauvaise que ça ? En tout cas, elle s’était endormie en se sentant gagnante dans l’histoire… Reste à savoir comment la suite se déroulera ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~    Aujourd'hui à 14:07

Revenir en haut Aller en bas
 

Que vais-je faire de toi petite Kyrielle ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Sablier :: ♠ Repaire des Baskerville-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Autres Mangas (RPG)