AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Féminin Messages : 97
Age : 18
Personnages préférés : Alyss ♠ Oscar ♠ Jack ♠ Revis ♠ Lacie ♠
Double comptes : Aucun

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alyss - Will of the Abyss
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Civils


MessageSujet: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   28th Septembre 2013, 10:27




Plic, plac, ploc. C'est la mélodie de la pluie. Plic, plac, ploc, c'est le bruit des larmes qui s'écrasent sur le sol. C'est le bruit que produit la tristesse quand elle s'empare des cœurs humains. C'est comme un pieu qui s'enfonce dans leur âmes. Une tristesse infinie donc il est impossible d'y échapper. Dont on ne peut aisément se défaire. Tous ces cris, tous ces pleurs, tous ce sang, tous ce bruit... Qu'est-ce qui se passe ? Tout ça, toute cette peur et cette horreur qui me tiraillent inlassablement... C'est comme un gigantesque cratère dans mon corps. Comme si j'étais coupée en deux, abîmée à ne plus pouvoir refermer cette énorme faille. J'ai mal, je souffre, je suis seule, je sombre. Quelque chose de titanesque tombe, des tas de cadavres, un nombre incroyable de cadavres... Les Chains s'affolent, excités par le parfum enivrant des litres de liquide pourpre. Ils entrevoient une liberté possible, désirent fuir en s'échappant par le trou. Mais les pauvres, sont bien trop lents, ils ont hésité trop longtemps, et retombent au plus profond de mes entrailles, emportés par les ténèbres.

Le calme revient, aussi vite que l'agitation était apparue. Ce qui vient de se passer, je ne le comprends pas. Tout ce dont je me souviens, c'est d'un atroce sentiment de tristesse et de manque. Comme si je venais de perdre quelque chose de précieux, quelque chose de vraiment très précieux. Quelque chose que je ne risque pas de revoir, dont je veux me souvenir. Mais c'est l'effroi qui m'envahis quand je tente e rassembler mes idées confuses. Tremblante, apeurée, dans le doute le plus complet, je serre mon petit lapin blanc tout contre ma poitrine. Il s'est passé quelque chose, je le sais ! Mais quoi ? Qu'est-ce que j'ai oublié de si important ? Pourquoi je n'arrive plus à me souvenir ? Je serre la peluche contre moi, un expression paniquée collée sur mon visage, plantée au milieu de mon salon, devant toutes mes poupées muettes. Je n'ai jamais trouvé le silence aussi effrayant, ma chambre si vide, les ténèbres si sombres...

Je tourne en rond pensivement, rapidement. Mes mains tremblent, mon petit lapin serré tout contre mon coeur sans bouger, me soutiens silencieusement dans ma panique grandissante. Les poupées rangées dans de hautes étagères me fixent, leurs yeux suivant mes allées et venues incessantes. Le temps passe, l'effroi me gagne, quelque chose d'horrible... J'ai envie de pleurer, de me blottir dans les bras de n'importe qui, j'ai besoin d'aide ! Je ne comprends pas ! Je ne comprends rien ! J'ai peur ! J'ai peur ! Vincent est venu me voir, au secours... J'ai peur... Même ici, même ici je ne suis pas en paix ! Il est venu me chercher dans ma chambre, dans le seul endroit ou je pensais pouvoir être loin de lui... Aidez-moi, tuez Vincent, tuez-le ! Si il meurt, je serais enfin en paix, je pourrais enfin jouer innocemment comme je l'ai toujours fait, sans craindre de le voir s'approcher.

" Regardez, regardez ! Alyss à peur d'un humain ! Ahaha ! D'un Humain ! Ecoutez ses plaintes ! Mangez l'humain ! Rendez le sourire à notre Alyss, ou c'est elle qui vous mangera ! "

Ce rire résonnait dans toute ma chambre, était hurlé, partout... partout. Il résonnait au fin fond de l'Abyss silencieuse. Les Chains repus par leur copieux repas inattendu, réagirent lentement, puis se mirent à la recherche, d'une personne vivante tombée à offrir en sacrifice, à la reine blanche...


Dernière édition par Alyss - Will of the Abyss le 29th Septembre 2013, 16:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwaendalwyreworlds.forumactif.org/


Féminin Messages : 47
Age : 26
Personnages préférés : Miranda Barma, Lacie Barkerville, Revis Baskerville et surtout Sheryl Rainsworth
Double comptes : Non

Feuille de personnage
Nom & prénom: Miranda Barma
Nom du Chain : Queen Red
Groupes: Barma


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   29th Septembre 2013, 01:23

Miranda Barma était furieuse, cela faisait près de trois heures qu'elle était tombée dans le gouffre terrifiant de l'Abysse et elle ne voyait pas comment elle pourrait s'en sortir. Elle était terrifiée à l'idée de croiser un Chain, elle risquerait de se faire dévorer. Mais quelle idée stupide elle avait eu de vouloir jeter un coup d’œil derrière l'imposante porte des Barma ! Elle voulait tellement revoir son cher Oswald qu'elle n'avait pas pu s'en empêcher... A peine avait-elle ouvert la porte qu'elle avait trébuché sur quelque choseset elle était tombée. Miranda connaissait bien l'Abysse pour avoir lu des centaines de livres à ce sujet mais c'était la première fois qu'elle s'y rendait.

Elle commença par se calmer et elle jeta un coup d’œil autour d'elle : elle ne vit qu'une grande étendue d'eau sombre qui lui arrivait aux chevilles, au-dessus d'elle se trouvait une table de verre qui flottait à quelques mètres du sol. Elle aperçu au loin une petite maison de poupée cassée mais elle était trop fatiguée pour s'y rendre. En plus, elle avait si froid ! Ses pieds trempés refusaient de lui obéir, elle allait geler sur place avant même qu'un Chain tente de la manger. Elle commença par porter attention à la table qui se trouvait dans les aires (sans que cela soit possible par les lois de la physique) et, s'attendant à trouver une boite ou une clé comme dans l'histoire que lui racontait sa mère quand était petite, fut déçu de constater qu'en plus d'être hors d'atteinte, il n'y avait rien sur la table. La faim la tiraillait et elle commençait à croire à sa mort imminente...  

Pendant qu'elle réfléchissait à la situation, elle vit arriver une bande de poupées et de peluches de toutes formes et toutes tailles. Miranda était morte de peur, ces objets animés étaient sans nulle doute des Chains qui aimeraient faire d'elle leur quatre heure ! La horde s'approcha doucement, un sourire malfaisant  figé sur les lèvres de tous. La jeune femme, croyant voir arriver sa dernière heure, restait clouée sur place et attendit que les monstres commencent à parler.

" La maîtresse va être contente ! La maîtresse va être contente ! Une humaine ! La maîtresse adore jouer avec les humains ! "

Miranda resta interdite. De quoi ces Chains parlaient-ils ? Quelle maîtresse ? C'est à ce moment qu'elle se rappela avoir lu un livre sur l’entité qui gouvernait les lieux : la Volonté de l'Abysse. C'était un être qui manipulait l'Abysse à sa guise et créait ou détruisait des Chains selon son bon vouloir. Cette personne pourrait sûrement la sortir de l'Abysse ! Il n'y avait aucun doute sur le fait que ces Chains parlaient d'elle. Il fallait absolument que les Chains la conduisent vers la Volonté ! Au moment même ou elle se faisait cette réflexion, les poupées crièrent en cœur :

" Viens voir la maîtresse ! La maîtresse adore voir les humains ! Suis-nous ! "

Miranda ne se fit pas prier et suivit les monstres en direction de la chambre de la Volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 97
Age : 18
Personnages préférés : Alyss ♠ Oscar ♠ Jack ♠ Revis ♠ Lacie ♠
Double comptes : Aucun

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alyss - Will of the Abyss
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Civils


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   29th Septembre 2013, 16:57

Un peu comme une douce mélodie chantée par des créatures féériques. Un peu, car évidemment, c'est bien loin d'être le cas. Ca ressemble plus à une sorte de hurlement joyeux, comme si des soldats rentraient de la guerre en bon vainqueurs, décidés à fêter les choses en grandes pompes. Mais il n'empêche que cette chanson se dirigeant vers ma chambre, semblait réellement joyeuse et confiante. Ce qui, dans ce lieu, est loin d'être réellement rassurant pour mon cas. Ne suis-je pas la seule à chanter quand mon bonheur est à son comble ? Pourquoi ces harpies entonnes-t-elles des paroles que je ne parviens pas encore à discerner ? Prise de panique et d'une curiosité sans limite apparente, je sort de ma chambre en marchant rapidement, mes pieds nus claquant sur le sol. Je me retiens pour ne pas courir, et ainsi arrivée essouflée. Tout doucement, très lentement leur paroles deviennent plus claires. Effrayantes, mais tellement familières :

"Peignons les roses en rouge.
Et pleurons du fond du cœur.
Ces tendres fleurs assassinées.
Ce soir seront fanées.
Oh ... Seigneur, quelle douleur.
Pleurons ces jeunes fleurs.
Peignons les roses en rouge.
Du plus éclatant des rouges .
La Reine les aime rouges.
Du plus éclatant des rouges."


Un grand sourire se dessine sur mes lèvres. Un invité ! Que dis-je, une invitée ! Une jolie fleur tombée dans mon antre apportée par mes chères amies ! N'est-ce pas fabuleux ? N'est-ce pas sensationnel et véritablement magnifique, une si jolie preuve d'amour mérite évidemment une récompense à la hauteur de ce présent ! Mais, avant toute chose, faisons taire ce cri qui résonne et qui est responsable d'un soudain mal de tête. Peut-être est-ce parce qu'elles chantent atrocement faux ? Sans nul doute, c'est bien pour cela que je suis habituellement la seule à chanter...

Ma joie retrouvée, je fais soudainement demi-tour. Il serait horriblement indécent de ma part d'arrivée le visage rougit par un quelconque effort physique ou une marque de surprise ! Je retourne vite dans ma chambre, attrape une brosse, démêle mes cheveux. arrange ma robe, et pose quelques biscuits sur une table presque déjà mise, par mesure d'ergonomie, afin de ne pas toujours devoir la mettre encore et encore précipitamment. La chanson s'arrête soudainement, le silence reviens. Plantée au milieu de mon salon, les mains dans le dos, tenant mon lapin en peluche par un bras, j'assite à un cortège de petites poupées disloquées aux membres se détachant de leur tronc. Un spectacle dégoûtant. Elles auraient au mois pu prendre la peine d'attacher les quelques ficelles de cheveux tenant encore sur leur crâne chauve, ou celle de remettre dans l'robite vide l'oeil que l'une d'elle tenait dans ses mains... Je sais pourquoi elles sont au sommet de l'Abyss, leur faiblesse et leur manque total de savoir vivre en font des créatures impossible à présenter. Je comprends pourquoi personne ne rejoins ma chambre, après tout, qui voudrait cheminer en leur compagnie ? Personne, ce serait mourir de honte avant d'arriver à destination !

Une très belle femme au centre de toutes ces immondices apparait et entre, accompagnée. Les marionnettes arrêtent d'avancer, et s'immobilisent, avant de s'écarter et de laisser un couloir entre moi et l'inconnue. Elle a de très beau cheveux rouges, quoique un peu décoiffés à cause du choque de la chute sans doute. Un visage fin au teint clair, des doigts longs à la grâce visible sans pourtant avoir besoin de les voir de mouvoir... Sans oublier de très jolies lèvres rouges sang, et de magnifiques yeux amandes semblant très doux. Mon visage s'illumine. J'ai visiblement une invitée de marque, une femme du grand monde ! Quelle chance ! Quelle joie ! Mes tracas oubliés, envolés je m'approche d'elle en sautillant, tout sourire. Je m'arrête à un mètre à peine d'elle, elle est plus grande que moi, et de près, elle est encore plus resplendissante.

"Bienvenue ! Bienvenue à toi ! Comme je suis ravie que tu sois venue jusqu'ici pour me rendre visite ! Sais-tu, cela fais très longtemps que je n'ai pas eus l'occasion de voir une humaine aussi jolie ! Tu ressemble à une poupée ! Tu es trop grande pour entrer dans mes étagères, c'est dommage. Je suis tellement contente tu ne peux pas savoir à quel point ! Qui es-tu donc ? Quel est ton nom ? Excuse mon enthousiasme je te prie, mais je suis tellement contente ! Que dirais-tu de rester un peu ? Tu n'as nulle part où aller je suppose ? Parfait !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwaendalwyreworlds.forumactif.org/


Féminin Messages : 47
Age : 26
Personnages préférés : Miranda Barma, Lacie Barkerville, Revis Baskerville et surtout Sheryl Rainsworth
Double comptes : Non

Feuille de personnage
Nom & prénom: Miranda Barma
Nom du Chain : Queen Red
Groupes: Barma


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   1st Octobre 2013, 06:44

Miranda Barma marchait entourée de toutes les poupées cassées, en direction de la chambre de la Volonté de l'Abysse. Pendant que les monstres chantaient d'une voix affreuse, Miranda réfléchit ; à quoi pourrait bien ressembler cette mystérieuse Volonté ? Elle voyait bien un Chain, très grand, peut-être d'apparence humaine, ou bien un animal extraordinaire doté de parole. Plongée dans ses réflexions, elle ne remarqua même pas qu'elle était déjà arrivée à destination, les Chains s'étaient tous arrêtés devant une petite porte perdue au milieu de l'Abysse. Le plus étrange, c'est qu'il n'y avait rien derrière la porte, juste l'habituel étendu d'eau. Les Chains ordonnèrent en cœur :

" Ouvre la porte ! Ouvre la porte ! La maîtresse t'attend ! "

Miranda cessa de se poser des questions sur le fait qu'il était inutile d'ouvrir une porte qui ne donnait sur rien et préféra se dire que s'il n'y avait plus de logique dans l'Abysse, elle s'y ferait. Elle ouvrit donc la porte et quelle ne fut pas sa surprise quand elle découvrit une pièce à l’intérieur ! Poussée par les Chains, elle s'y engouffra et arriva dans un petit hall sombre qui était séparé du reste de la pièce par de lourds rideaux de velour. Elle dépassa les rideaux et vit une sorte de boudoir, muni de grandes fenêtres qui donnaient sur le néant, d'étagères remplient de poupées et de peluches qui avaient l'aire... vivantes. Au centre de la pièce se trouvait une petite table sur laquelle était posé un joli service à thé. Deux chaises étaient disposées autour de la table et sur l'une d'elle se trouvait une magnifique jeune fille. La jeune personne avait des long cheveux d'un blanc pure, de grands yeux améthystes, une peau d'une blancheur de marbre comme si la jeune fille n'avait pas vu le soleil depuis des années (ce qui était effectivement le cas). Elle devait avoir environs seize ans et abordait un grand sourire comme si elle était ravie de voir Miranda, mais son sourire lumineux avait quelque chose de malsain. Elle portait une robe toute blanche et un collier noir orné d'une rose bleue. Miranda la trouva très jolie. La jeune fille était sûrement la fameuse Volonté, pensa Miranda, elle ne s'attendait pas à voir une demoiselle aussi charmante dans ce monde tout noir. La Volonté s'exclama d'une voix enjouée :

" Bienvenue ! Bienvenue à toi ! Comme je suis ravie que tu sois venue jusqu'ici pour me rendre visite ! Sais-tu, cela fais très longtemps que je n'ai pas eus l'occasion de voir une humaine aussi jolie ! Tu ressemble à une poupée ! Tu es trop grande pour entrer dans mes étagères, c'est dommage. Je suis tellement contente tu ne peux pas savoir à quel point ! Qui es-tu donc ? Quel est ton nom ? Excuse mon enthousiasme je te prie, mais je suis tellement contente ! Que dirais-tu de rester un peu ? Tu n'as nulle part où aller je suppose ? Parfait ! "


Quelque peu sonnée par la tirade de la Volonté, Miranda eu un peu de mal à rassembler ses esprits. Mais que disait cette folle ? La Volonté avait fait un joli compliment à Miranda mais de la à la mettre sur les étagères ? Cela voulait dire que les poupées étaient bien vivantes... La jeune femme, pour garder de la contenance, répondit d'une voix faussement assurée :

" Je me nomme Miranda, je suis une duchesse de la famille Barma. Je suis accidentellement tombée dans l'Abysse. Ce serait un plaisir de rester converser avec vous mais mon frère risque de s'inquiéter, il faut donc que je rentre au plus vite, pourriez-vous m'indiquer un moyen d'y arriver ? "

Miranda tremblait un peu, cette fille avait l'air un peu dérangée, elle risquait de s'énerver et de hurler à ses Chains de dévorer la jeune femme. Qu'allait-elle lui répondre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 97
Age : 18
Personnages préférés : Alyss ♠ Oscar ♠ Jack ♠ Revis ♠ Lacie ♠
Double comptes : Aucun

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alyss - Will of the Abyss
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Civils


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   14th Octobre 2013, 05:39

Accidentellement ? Oui, c'est logique. Après tout, je ne connais personne qui soit tombé volontairement dans ce trou qu'ils comparent à l'enfer. Mais c'est bien se tromper que d'insulter ainsi ma somptueuse maison. Certes, je le conçois, à certains étages surtout les supérieurs un peu de ménage serait le bienvenu. Mais si je devais nettoyer moi même cet espace temps parallèle à l'infinité jamais démontrée je risque de me souiller ! En tant que maitresse de ce lieu je ne peux évidemment pas me permettre d'arriver crasseuse et pleine d'immondices ! Et puis les Chains pourraient le faire, eux, le ménage ! C'est vrai après tout, ce sont leurs appartements, territoires qui sont mal tenus ! Regardez mon logis, il suffit de le voir pour se rendre compte que j'en prends grand soin ! Je ne vais tout de même pas m'abaisser à ce genre de tâches éreintantes, harassantes, humiliantes alors que je suis une jeune fille de très bonne famille.

En plus d'être belle, de porter ce pourpre comme une véritable poupée sans aucun défaut, elle possède une voix sublime. Je peux percevoir dans le ton qu'elle emploie, une note de solennité. Quelque chose qui est difficile à décrire. Mais pour aller au plus simple, je sens sans aucun mal de la noblesse et de la bonne éducation en elle. C'était évident, mais en plus ses propos me le confirment, c'est grandiose ! Quelle rencontre inattendue et fortuite n'est-ce pas...  ?

Quand elle parle de repartir, c'est plus fort que moi mes sourcils se froncent. Partir ? Déjà ? Alors qu'elle et moi venons tout juste de nous rencontrer ? Que nous n'avons même pas prit le temps de faire correctement connaissance comme le suggère l'étiquette ? Ah non ! Je refuse de la laisser partir sans rien ! Je refuse de la laisser fuir hors de mon pouvoir ! Cela fait si longtemps que je suis seule et sans nouvelles d'Alice... J'ai besoin d'un peu de compagnie pour me remonter le moral, et c'est bien elle qui va m'en fournir. Dit comme cela ça peut ressembler à un désir affreusement égoïste, mais que feriez vous à ma place ? Peu importe finalement, je ne préfère pas savoir, vous ne comprenez pas grand chose à ma situation de toute façon et votre avis ne me serai absolument d'aucune utilité...

Une moue déçue prend forme sur mon visage et remplace mes traits précédemment enthousiastes. Certes je suis affectée, mais pas au point d'en pleurer, après tout je sais qu'elle ne pourra pas me quitter tant qu'elle ne saura pas comment faire, alors je la tiens par le bout du nez ♪ Je m'incline néanmoins devant elle.

" Je suis enchantée très Chère Duchesse. Je m'appelle Alyss. Avant toutes choses, je désire que nous soyons parfaitement en accord, ou du moins, que nous soyons toutes deux informée sur le point suivant. Vous ne partirez sûrement pas, tant que je ne l'aurai pas décidé. Si je vous fais la faveur de vous indiquer comment vous extirper de mon tombeau, vous m'en devez une au moins équivalente si ce n'est supérieure. Après tout, c'est ainsi que vous fonctionnez là-haut, on sait donner en sachant recevoir... "

Que pourrait-elle m'offrir contre sa liberté ? Et puis, sortir, mais dans quel état ? Il serait aimable, bien pratique pour elle qu'elle m'informe sur ce genre de détails. Je suis quelque peu maniaque, c'est ce que certains disent. Mais je pense plutôt que je sais savourer la moindre miette sans en laisser une seule. Je me redresse et prends une de ses somptueuses main entre les miennes. La tire légèrement vers la table au milieu du salon.

" Que diriez-vous de me parler un peu de votre frère ? "

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwaendalwyreworlds.forumactif.org/


Féminin Messages : 47
Age : 26
Personnages préférés : Miranda Barma, Lacie Barkerville, Revis Baskerville et surtout Sheryl Rainsworth
Double comptes : Non

Feuille de personnage
Nom & prénom: Miranda Barma
Nom du Chain : Queen Red
Groupes: Barma


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   9th Novembre 2013, 01:59

Après s'être installée pour boire le thé avec Alyss, Miranda commença à se poser des questions. La Volonté la voulait près d'elle pour recueillir des informations ? Voila qui surprit légèrement Miranda, elle avait toujours cru que la reine de l'Abysse avait un point de vue omniscient sur tout ce qui se déroulait dans son monde et celui des humains, alors savoir qu'elle avait besoin d'informateurs tout comme les Barma était étonnant. Mais il fallait tout d'abord que la jeune femme trouve une solution pour convaincre la Volonté de la laisser partir, le pacte que cette dernière lui proposait lui semblait honnête mais quelles informations pourraient bien convenir à la folle vêtue de blanc ? Miranda lui posa la question en gardant sa réserve de duchesse qui paraissait ravir Alyss :

« Je vous remercie pour cette proposition qui me semble honnête, mais je ne sais que vous dévoiler, avez-vous envie de connaître la vérité sur la tragédie qui s'est déroulée il y a quelques années ? Mais vous devez déjà tout savoir... Mon frère dites-vous ? Il n'est guère intéressant, il est faible d'esprit et facile à manipuler, je ne lui connais aucune maîtresse, ce qui m'inquiète pour la descendance de la famille, il n'a aucun ami à part un dénommé Jack Bezarius mais lui ne compte pas car il ne fait que se servir de mon frère. Je ne vois aucune information qui pourrait vous satisfaire, à part, peut être qu'il soit duc et encore, c'est moi qui m'occupe de tout ce qui relève des relations sociales de notre famille. En ce moment, il est dans notre résidence principale qui se trouve loin de Sablier, que nous avons été obligés de fuir il y a quelques temps à cause de l'incident regrettable qui s'y est déroulé. »

Satisfaite de son exposé simple et efficace, Miranda aborda comme à son habitude un sourire figé, qu'à une autre époque on aurait qualifié de promotionnel, et attendit une réaction que la Volonté tardait à faire passer sur son visage. La jeune aristocrate se demanda tout de même ce qui pourrait bien intéresser la fille en blanc, son frère n'étant vraiment pas une source de révélations d'une quelconque importance, il fallait qu'elle trouve vite une information qui lui vaudrait sa libération, se qui en moyenne n'était  pas  trop difficile mais elle devait faire preuve d'imagination pour ne pas ennuyer son hôtesse. La tragédie de Sablier était une affaire qu'elle connaissait fort bien pour y avoir joué un rôle des plus importants mais elle craignait que la Volonté ne la connaisse déjà. La jeune femme, sans le montrer, commençait à s’inquiéter de son avenir dans cette dimension. Il fallait sûrement pour qu'elle sorte qu'elle prenne possession d'un chain ce qui ne la ravissait pas car elle était suffisamment documentée sur l'Abysse et sa population pour ne pas ignorer les contrats illégaux et leurs conséquence sur la durée de vie. Elle décida d'interroger la Volonté à ce sujet et d'une voix faussement calme et assurée demanda :

« Mademoiselle Alyss, pourriez-vous m'indiquer avant que nous nous mettions d'accord sur la marche à suivre de notre accord, dans quel état allez-vous me permettre de sortir de votre monde ? Je vous avoue que je n’apprécierai pas beaucoup de passer un contrat avec les charmantes créatures qui peuplent votre monde et je suis sûre que vous êtes à même de me proposer une sortie plus... intéressante pour ma survie. »

Et oui, Miranda ironisait ce qui prouvait qu'elle commençait à s'inquiéter suffisamment pour sa situation et de ne plus réussir à se contrôler parfaitement. Heureusement, elle se reprit et dit, plus douce :

« Je m'excuse de ce que je viens de dire, j'accepterai évidemment de me lier à un chain mais j'aimerais que cela ne se passe pas avec les règles que vous avez l'habitude d'appliquer, en compensation, je pourrais par exemple, éliminer un humain que vous détestez. Je ne pense pas vous être d'une grande utilité avec les informations que je possède mais je serai parfaitement capable de vous aidez à vous débarrasser d'un ennemi une fois, bien sûr, que je serai sortie d'ici. »  

[Désolée pour le long retard... je pourrais écrire plus régulièrement maintenant que je suis rentrée chez moi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 97
Age : 18
Personnages préférés : Alyss ♠ Oscar ♠ Jack ♠ Revis ♠ Lacie ♠
Double comptes : Aucun

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alyss - Will of the Abyss
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Civils


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   25th Novembre 2013, 09:39

Assise confortablement sur ma chaise, je sirote mon thé en la regardant fixement. Concentrée sur ses paroles. Pensant que son frère aurait peut-être quelque chose d'unique. Après tout, en émettant l'hypothèse qu'ils se ressemblent et qu'elle me parait fabuleuse, je m'imaginais tomber sur un second modèle de perfection. Mais d'après ses dires c'est loin d'être le cas. Elle en parle plus comme s'il n'était qu'une sorte de boulet que l'on aurait enchainé à sa cheville. N'aime-t-elle passon frère, ou est-elle seulement inquiète pour son titre de Duchesse si durement acquis ? C'est une question qui pourrait s'avérer amusante à pauser. Mais ce serait terriblement impoli, et je ne voudrais surtout pas qu'elle ait une mauvaise image de moi.

Un peu perdue dans toutes sortes de pensées loufoques, je me sert une autre tasse de thé fumant. J'y ajoute deux sucre et mélange en faisant très légèrement tinter la cuillère contre les bords de la tasse. Un petit moment de silence s'installe, tandis que je pèse ses mots et que j'essaye d'imaginer physiquement son frère. S'il n'a pas beaucoup de courtisanes c'est qu'il n'est pas franchement beau... Et s'il n'est pas franchement beau, il n'est peut-être pas non plus très intelligent. Peut-être que c'est un petit garçon perdu dans les jupons de sa mère martyrisé à l'école. Alors ce serait un homme relativement effrayé par tout ce qui l'entoure, écrasé par les femmes un peu trop imposantes et abusé des hommes malins. Voilà un bien triste destin pour un simple humain. Il mourra sans doute abruti, dupé jusque dans la tombe. Je sourit, ravie et dégoûtée d'imaginer pareille créature.

Je cligne plusieurs fois des paupières quand elle reprend la parole, comme si je sortait d'un songe, comme si j'avais perdu mes repères et que je me trouvais dans un lieu presque étranger. Dans quel état ? Je glousse, trouvant sa remarque digne d'un petit lapereaux tétanisé dans l'antre d'un renard. Mais en soit c'est une question pertinente, après tout je pourrais juste lui laisser la tête et garder le reste ♥.
Je tique quand elle parle des Chains. Mon sourire s'efface, je ne le trouve soudainement plus aussi belle et rayonnante de pouvoir et de charisme. Oserait-elle en ce lieu critiquer mes enfants ? Ce que j'ai de plus cher au monde ? Qu'elle est dont cette soudaine impertinence dont elle ose faire preuve à l'égard de mes charmantes créatures ? Elle ne sont gères âs présentables et ne savent nullement se tenir en société, mais qu'importe, ces quelques détails ne font pas d'elles d'immondes monstres ! Mais bien vite, elle reprend la parole, se rattrape plus ou moins de la chute qu'elle vient de faire. une compensation ? Tuer un humain que je déteste ? Je réfléchis un instant. Changer les termes d'un contrat entre un Chain et une humaine, en échange, la mort s'abattra sur une personne que je suis parfaitement incapable d'atteindre d'ici... J'hésite, je ne suis pas sûre que sa proposition vaille vraiment le coup, je ne suis pas certaine qu'elle tienne un jour sa promesse une fois sortie... Je anse de ma tanse entre mes doigts.

" Soyez rassurée Mademoiselle Barma. Je m'engage à vous laisser rentrer chez vous dans le même état que lorsque vous êtes entrée dans l'Abyss. Sauf si bien sûr, vous pensez que mes créatures ne vous valent pas, ce qui est certes vrai, mais c'est ce que je suis la seule à avoir le droit de le dire, la seule à pouvoir y penser. Par la suite, ici c'est moi qui fais les échanges. Mais vous ne le saviez pas, alors pour cette fois, je pense que je peux faire comme si c'était de l'ignorance et non pas de l'impertinence. "

Je soupire, un peu agacée de devoir tout réexpliquer à chacun de mes invités. Pourtant ça me semble relativement simple, ils pourraient se passer le mot, non ?

" Néanmoins je trouve votre arrangement très intéressant voyez-vous, quoique un peu capricieux. Quand vous parlez d'éliminer un humain que je hais, alors que je pourrai envoyer des Chains pour ça, ou donner des ordres pour ceux qui ont déjà un contrat ; pourquoi est-ce que vous prendriez la peine de tuer l'un de mes ennemis, alors que nous ne sommes pas proches ? Quel intérêt tirerez vous de cette action ? Comment serais-je sûre que vous l'avez bien tué, me rapporteriez vous sa tête ? Oh oui ! Ramenez-moi sa tête ! Je sais qui vous pourriez éliminer ! "

Je frissonne, rien que d'évoquer son nom m'emplis de haine et d'effroi.

" Vi-Vincent ! Il ne cesse  de me martyriser, il faut que cela prenne fin... Il faut venger ce pauvre Cheshire... Le venger... Oui... "

Je me parle plus à moi même, serrant l'anse entre mes doigts, tentant de réprimer tous ces souvenirs et ces sentiments effrayants, tétanisants, incontrôlables.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwaendalwyreworlds.forumactif.org/


Féminin Messages : 47
Age : 26
Personnages préférés : Miranda Barma, Lacie Barkerville, Revis Baskerville et surtout Sheryl Rainsworth
Double comptes : Non

Feuille de personnage
Nom & prénom: Miranda Barma
Nom du Chain : Queen Red
Groupes: Barma


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   10th Décembre 2013, 09:08

Un cruel sourire monta aux lèvres de Miranda Barma quand elle entendit le nom de Vincent. Elle eu au début un peu peur de la réaction de la Volonté mais cette dernière montrait suffisamment ses sentiments pour que Miranda comprenne que, dans le fond, elle n'était qu'une adolescente qui avait un pouvoir démesuré. Mais il ne fallait justement pas que Miranda oublie trop ce pouvoir, elle avait fait une erreur en critiquant les chains et elle savait qu'une de plus ne pourrait rien lui apporter de bon, surtout vu le caractère impulsif de son hôtesse... Elle se reprit et repensa à l'enfant maudit qu'elle avait si facilement manipulé quelque temps plus tôt. Le tuer ne lui ferait ni chaud ni froid et elle trouverait même du plaisir à ajouter à sa collection de crânes un œil rouge. Il lui restait tout de même à rassurer la jeune fille en blanc, qui était soudainement devenue méfiante à l’égard de la duchesse rouge, sur ses intentions. Miranda reconnaissait que dans n'importe quelle situation, elle ne ferait pas confiance à une vaine promesse d'une inconnue mais elle se sentait insultée du manque de confiance d'Alyss. N'avait-elle pas toujours tenu tout ses engagements ? Elle utilisait peut être des méthodes détournées, tel que le mensonge (uniquement envers les faibles personnes influençables), pour accomplir ses objectifs mais elle avait tout de même un certain sens de l'honneur, noblesse oblige. Elle avait remplit toute sa partie du contrat qu'elle avait passé avec Jack. Quand elle était partie de son pays natal, elle avait mit sa fierté de coté pour monter tout les échelons de la noblesse. Le Bezarius illégitime et menteur lui avait rappelé son propre passé, quand elle avait tout fait pour que son frère et elle-même retrouvent le rang qui leur était attribué dans leurs ancien foyer.

Miranda avait le don de réfléchir et de devenir nostalgique dans les moments les plus inappropriés, elle dut se reprendre et réfléchir vite pour trouver une réponse franche (cette carte lui semblait être la seule qui pouvait marcher avec la jeune fille) et convaincante. La Volonté, heureusement, avait elle aussi l'air perdu dans ses souvenirs, une tout autre chose que son thé fumant semblait se trouver devant ses yeux, peut être un fragment de son triste passé, ou bien la raison de sa haine envers le blond à l’œil de sang... Miranda, ignorant tout de la cruauté de Vincent envers le chat de la folle reine du monde de l'illogique, pensa, pragmatique comme elle l'était, que l'état de faiblesse mentale dans laquelle semblait se trouver Alyss pourrait la rendre plus à même de la laisser partir avec une chain et un ordre de mort à l'encontre du petit (ex-)Baskerville blond.

Miranda n'avait jamais prit le temps de réfléchir sur l'avis qu'elle avait de Vincent et n'allait sûrement pas le faire maintenant. Il n'était pour elle qu'un pion qu'elle avait eu une facilité déconcertante à déplacer sur son échiquier, où la seule règle était de mater le roi adverse, Oswald. Sa dame, Jack avait disparu, peut être prise par la dame adverse, Lacie. Cette dernière s'était fait manger par son propre roi, aidé du fou Revis. Alyss pourrait se trouver être une pièce intéressante qui lui apporterait un pion, ce qui offrirait à la duchesse Barma une force de frappe non-négligeable. En effet, aidée d'une chain, elle pourrait enfin se mesurer aux nombreux et dangereux pions des Baskerville, ces sous-fifres qu'elle n'avait jamais vraiment rencontré, Aiko, Finn, Charlotte, Fang et bien d'autres...
Elle prit donc la décision de répondre d'une voix doucereuse et compatissante à la triste Volonté de l'Abysse mais fut vite rattrapée par l'envie de jouer cartes sur table et de cesser, pour une fois dans sa vie, de jouer une comédie qu'elle faisait semblant de croire :

« Je ne sais pas ce que Vincent vous a fait, mais sachez que je serais prête à le tuer sans que vous ne me donniez d'arguments à mon, je l’espère, futur acte. En effet, je le connais et il ne m'a jamais paru sympathique, je le tuerais donc sans déplaisir. Je compatis sincèrement à votre souffrance, j'ai moi-même déjà souffert d'une trahison il y a peu, je sais donc que le désir de tuer le traître est celui qui domine sur toute nos autres pensées dans ce genre de cas. »

Miranda avait prononcé la dernière phrase avec de la haine et des regrets dans les yeux et sa compassion envers sa jeune hôtesse était réelle. Elle ajouta avec un petit sourire pour détendre l’atmosphère :

« Et je serais même prête à vous ramener sa tête. Vous savez à quel point cela serait un sacrifice pour moi... »

Elle rit un peu, un petit rire mal assuré qui semblait cacher une sorte de sanglot avorté. Elle commençait, sans vraiment s'en rendre compte, à apprécier la folle en blanc. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas vraiment scruté ses sentiments et elle découvrit dans cet océan une certaine nostalgie de n'avoir eu pour ''ami'' qu'un manipulateur qu'elle n'avait pas su comprendre.


[Désolée pour l'attente... Je te propose une amitié entre Alyss et Mira. ^.^ Qu'en dis-tu ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Féminin Messages : 97
Age : 18
Personnages préférés : Alyss ♠ Oscar ♠ Jack ♠ Revis ♠ Lacie ♠
Double comptes : Aucun

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alyss - Will of the Abyss
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Civils


MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   19th Mars 2014, 04:16

Je me souviens, de tout ça... De tout ce que Vincent me faisait subir... Comme une sorte de cauchemars sans fin qui m'envahirait à chaque fois que je prononcerai son nom... C'est comme cela que je le vis. Un éternel tourment, impossible à oublier, impossible à effacer, indestructible. Je me laisse un instant, emporter par de vives images de son visage souriant, maculé de sang. Cheshire est certes, toujours vivant, mais sa mort à bel et bien été une réalité. La venger, c'est exactement ce que je désire faire, plus que tout à ce moment précis.
Et comme si le le Tout Puissant avait entendu mon appel du fond de son antre perchée, il m'envoie cette noble femme qui ne demande qu'à me servir en échange de sa vie. Une vie contre une autre, c'est plus qu'équitable, il me semble.
La trahison... Elle a souffert d'une telle façon ? J'aimerais lui parler encore des heures durant, pour qu'elle me raconte, quel genre de personnes ou d'obstacles elle à pu rencontrer. Mais je ne peux pas la garder à mes côtés, surtout si je décide de l’investir d'une "mission" plus qu'importante. Et puis, si je la garde à mes côtés, rien ne me garantis, qu'elle me raconte l'entière vérité de l'épopée que fut jusqu'à aujourd'hui son existence.
Un sourire vient orner mon visage, quand elle me parle de ramener sa tête. Elle est tout du moins... capable de tout semble-t-il.
Pour abréger cette sorte d’atmosphère compatissante emplie de pitié qui commençait à sérieusement m'étouffer malgré l'imposante salle à manger, je repris la conversation :

" Ainsi soit-il. Je résume les règles de notre arrangement, avant que nous ne prenions la moindre décision trop... hâtivement. Je m'engage à te laisser sortir de l'Abyss vivante, en parfaite santé, en un seul morceau, bla bla bla... Avec un Chain. Vous serez liées par un contrat légal qui ne te renverra à aucun moment dans l'Abyss contre ton gré.
En contrepartie, j'exige de toi, que tu me rapportes la tête de Vincent, et que tu ne cesses de semer la mort derrière toi... Ce sera une sorte de... d'avertissement pour que tu te souviennes à qui obéit vraiment le Chain... Et puis, il faudra bien le nourrir n'est-ce pas...
"

Je marque une pause, puis reprend d'une voix guillerette :

" Ah ! Tu pourras me rendre visite quand tu le voudras ! Ma maison est grande ouverte et mes serviteurs sont les tiens. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis, n'hésitez jamais à faire un saut dans ma demeure si vous désirez un bon thé et un peu de compagnie, je suis une oreille très attentive ! "

Je me lève de ma chaise et sautille jusqu’à la porte qui donne vers l'Abyss. Je sais déjà qui j'ai choisis pour la belle Miranda. Elles s'entendront bien, cela ne fait aucun doute, elles se ressembles, en bien des façons.
Je tire sur la poignée, et m'efforce de faire bouger la lourde porte. Elle s'ouvre lentament, en grinçant. On aurait presque pu croire que je faisais exprès de mettre autant de temps pour entretenir le suspense, mais, pas du tout... Je m'exclame d'une voix forte en essayant de paraître sérieuse :

" Votre arme et notre lien, si vous acceptez le marché. La Reine Rouge ! Ou plus communément Queen Red. Mais je crois que nous pouvons tiyt à fait l'appeller, Miranda, n'être vous pas d'accord ? "

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwaendalwyreworlds.forumactif.org/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !   Aujourd'hui à 21:50

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui a osé souillé d'un rouge épais mes plus jolis rosiers ? Il faut qu'on punisse ces traîtres. On leur coupera la tête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ L'Abysse :: ♠ Chambre de la Volonté-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit