AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   22nd Juillet 2013, 11:11

En pleine après-midi, alors que le Soleil semble décidé à faire cramer le pays entier dehors, certains ne semblent pas atteints. Du moins, Finn, depuis le canapé du salon, se sent très bien. Et pourtant Dieu sait qu'il est difficile quand on en vient à parler de la température. Que ce soit celle de la douche ou celle ambiante. Mais nan. Dans l'appartement sombre car les volets ont été  tirés, mais pas complètement - pour pouvoir voir sans allumer la lumière, par soucis d'économie voyez-vous - il fait assez frais. Du moins, une température acceptable comparée à celle qui règne dehors. Oh, il y en a un qui est bien content de ne pas avoir écopé de mission pour aujourd'hui. En plus...
En plus ça toque à la porte. Juste quand la narration allait annoncer que la journée avait été tranquille de A à maintenant. Alors l'homme pose le livre qu'il a entre les mains, se lève en tentant de réprimer toute grimace peu avenante à l'encontre de quiconque se trouve actuellement derrière cette porte, et il va ouvrir.
Il n'aurait pas dû.
Derrière la porte se trouve l'une des voisine, visiblement très, très mécontente. Qui ne laisse même pas à Finn le temps de s'exprimer que déjà, elle se lance.
Et elle se lance pendant un bon moment. Jusqu'au salvateur :

- Et que cela ne se reproduise plus jeune homme !

Le jeune homme en question se retient de hausser les yeux au ciel et se contente de sauter sur l'occasion pour achever la conversation d'un :

- Oui madame, on s'excuse.

Ou pas.

Et de prestement fermer la porte au nez de la madame, sans ajouter un mot de plus. La politesse n'ira pas jusqu'à un petit mot d'usage pour prendre congé de son vis à vis. De toute façon il ne lui avait déjà pas demandé de venir là. En soupirant, Finn s'en retourne au canapé sur lequel il se trouvait avant que l'on ne l'en tire, fermement décidé à reprendre la lecture de son livre. Pour une fois que lui et son Chain n'avaient rien fait, en plus. Si, si, on est venu les réprimander pour quelque chose qu'ils n'ont pas fait. Parce qu'à priori, il y a eu un sacré tapage la nuit passée. Sauf que la nuit passée, aucun des deux n'étaient présent dans le petit appartement qu'ils occupent. Du moins, pas que Finn ne sache. A moins que Nana soit un super-Chain capable de se dédoubler ou n'importe quoi du genre et qu'il ait amené ses copains Chain pour faire le bordel toute la nuit dans l'appartement... Pas moyen, juste pas moyen. Donc ce n'était pas eux et donc ils viennent de se faire - enfin, Finn vient de se faire - taper dessus verbalement pour rien.
Bah, il s'en fiche. Et il ne s'est certainement pas défendu, de peur que la voisine entre dans une diatribe à n'en plus finir. Tout ce qu'il veut aujourd'hui - comme à peu près 365 jours par an - est qu'on lui fiche la paix. Enfin ça et voir sa copine, depuis quelques temps. Mais passons, il ne la verra pas aujourd'hui et il le sait. Et comme il n'a strictement rien de prévu pour l'après-midi, pour une fois, il en profite pour faire un truc qu'il fait très bien : glander. En lisant un livre, mais il n'empêche qu'il est à moitié vautré, à moitié installé correctement sur son canapé et qu'il ne fait pas grand chose. S'entraîner ? Bah, il a déjà fait ça hier. Donc nope, il n'a aucune raison valable de bouger de là. Et c'est tant mieux. Même le Nana se tient tranquille, il ne sait où dans l'appartement. En fait l'animal est tellement silencieux qu'il a peut-être même quitté l'appartement sans que son contractant ne s'en aperçoive. Remarquez, cela expliquerait l'absence totale de bruit de sa part. Ou peut-être qu'il dort. Ou peut-être qu'il s'est transformé en ninja et est en fait dans la pièce depuis le début, mais que Finn ne l'a pas vu. Il l'observe peut-être depuis un coin sombre et... Oui non, il faut arrêter de le soupçonner de toujours comploter contre son contractant quand il s'ennuie. Même s'il complote souvent contre son contractant quand il s'ennuie, ce n'est pas toujours.
Mais Finn jete un coup d'oeil au salon par-dessus son livre quand même, juste histoire vérifier. Personne en vue, parfait.
Bref. Baskerville ou pas, ne rien faire de temps en temps ça fait du bien.

Même s'il aurait vraiment, vraiment apprécié de voir Aiko. Parce que genre... Elle lui manque. Comme d'habitude. Oh et puis à quoi bon encore tenter de le réfuter, de toute façon hein. A l'arrivée le résultat est le même. Fallait y penser avant de tomber amoureux.
Ce qu'il a fait, cela dit. Mais il a lamentablement échoué. Sans avoir essayé très fort, il est vrai.
RE BREF. Avec ça il lit en boucle la même ligne depuis vingt secondes. Merci Aiko. Et maintenant il va falloir faire un gros effort de concentration pour réussir à se la sortir de la tête et à lire ce livre. Qui est somme toute assez intéressant, en plus. Pas aussi intéressant que de passer une journée avec elle, mais...
Oh bon sang. Bon allez. C'est promis, il essaiera de l'attraper avant la fin de la semaine - comme si ce n'était pas déjà au programme, en priorité 1 dans la liste des choses à faire avant la fin de la semaine. Mais aujourd'hui rien à faire, elle n'est pas disponible. Et il le sait parce qu'elle le lui a dit il y a quelques jours, pour ceux qui pensent qu'il l'espionne.
Bien. En se forçant à se concentrer, le Baskerville reprend sa lecture. Et au bout de quelques minutes, il finit par réussir à se plonger dedans à nouveau, sans s'en rendre compte, bien évidemment.

Et c'est là que, sorti de nulle part, vient un :

- Apprends-moi à cuisiner.

Impossible de ne pas savoir à qui appartient cette voix. Evidemment. Pourquoi maintenant ? Alors qu'il était silencieux quelque part on ne sait où ? Et pourquoi est-ce qu'il débarque toujours avec des idées sorties de nulle part ? Surtout que sur ce coup-là :

- Je t'ai déjà dit que tu es banni de la cuisine.

La phrase est assenée alors que le contractant lève le regard de son livre pour pouvoir croiser celui du Chain.
En plus, il ne se souvient pas de la dernière fois qu'il a voulu cuisiner celui-là ? Certes ce n'était pas sous la surveillance et les directives de son contractant. Ah ça, vu le résultat, certainement pas.
Enfin. A nouveau perturbé - il lui en faut tellement peu - le plus jeune des deux pose l'ouvrage, toujours ouvert, sur ses genoux. Et, curieux de savoir le pourquoi du comment après ne pas avoir entendu parler du Chain de l'après-midi, il demande :

- Pourquoi ? Si le but est encore de mener des expériences bizarres sur la nourriture...

Il laisse le début de menace planer à l'encontre de son ami. Nana s'en tamponne souvent le coquillard, mais il n'empêche que lorsque son contractant menace de faire quelque chose, il le fait. Et s'il décide de le priver de nourriture, sachant pertinemment que le Chain n'en a pas besoin pour vivre - même s'il pourrait prétendre mourir de faim si on ne le nourrissait pas -, il le ferait sans aucune arrière pensée. Par exemple.
Avec un peu de chances, d'ici deux minutes, il aura changé de lubie. Au pire, il y a toujours moyen de le distraire en disant qu'il y a du boudin sous son lit par exemple. Même s'il faut faire attention quand on mentionne cet aliment devant Nana. L'effet boomerang peut vite survenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   23rd Juillet 2013, 05:30

Le plafond. Ah, de ce point de vue, il était tellement plus... blanc. C'était un fait, le chain était étalé sur le sol carrelé de la salle de bain depuis on ne sait combien de temps. Et tout ce qu'il trouvait à faire de ce moment tellement passionnant, c'était fixer le plafond. Il fallait dire qu'il faisait très bon sur le carrelage. Naaru se gratta la tête, aplati comme un tapis, et retira bien vite sa main lorsqu'il sentit une croûte sur le sommet de son crâne. Son regard dévia alors de la source lumineuse du plafond pour se concentrer sur sa main. Du sang sur la tête. Génial. Mais bon, pour comprendre, replongeons-nous un peu plus en arrière.

À vrai dire, pour commencer, il fallait se placer à environ cinq ou six heures plus tôt. À une heure où le soleil ne tapait pas aussi fort qu'en après-midi. Ce fut la sortie du monsieur. Il ne prit pas la peine de sortir par la porte et plongea tête la première du haut de sa fenêtre du quatrième étage en se réceptionnant sans peine. À cette heure-ci, il ne craignait pas grand chose des habitants. Bref, toujours est-il que notre chain adoré se lança bien vite à la recherche d'une occupation. Lui qui n'était pas du genre lève-tôt se sentait étrangement en forme. Malheureusement pour lui, ce n'était pas le cas pour nombres d'humains, et bien vite Nana finit par rebrousser chemin. Mine de rien, sa petite balade dura deux à trois bonnes heures, à cette heure où le soleil commence à apparaître. À cette heure où les gens commencent à sortir aussi et où la ville s'anime. Enfin ce n'était rien d'autre qu'une façon de parler. Par cette chaleur, il n'y avait pas grand monde dans les rues, au grand désespoir du brun.

Toujours est-il qu'il finit par réintégrer ses positions, aussi purement et simplement qu'une personne fatiguée. Escaladant le mur, il retrouva bientôt le confort d'un bon lit. S'affalant dessus tel un... bref, tel Nana, le garçon s'engouffra bien vite dans un sommeil sans fin. Le brun n'avait pas particulièrement l'habitude de rêver, mais il faut avouer que son sommeil fut des plus agité. Il y avait ces boudins le menaçant de le faire frire sur une poêle. Et tant d'autres que nous nous contenterons de ne pas citer. Toujours est-il que bien vite, ses rêves finirent par ne se concentrer que sur la chaleur, au plus grand étonnement du chain.

Ce n'est que quelques heures plus tard qu'il finit par rouvrir les yeux, en sueur. Puisque l'intelligence du garçon dépassait parfois tout entendement, en revenant de sa monotone balade il n'avait évidemment pas fermé la fenêtre, et les rideaux par la même occasion. Il faisait à présent une chaleur étouffante dans la petite pièce, et la plante de Naaru commençait elle-même à souffrir de cette sécheresse en montrant quelques signes de faiblesse, c'était pour dire. C'est alors qu'il se rendit véritablement compte de la chaleur incroyable. Évidemment, le soleil était à son zénith, et la chambre de Nana se trouvait bien exposée. Commença alors l'apprentissage du chain sur ce qu'était l'insolation. Il leva les mains une première fois pour attraper le rideau et le fermer. Au final, parce que ce dernier lui résistait, il lui est tombé dessus. Alors le chain s'est rendormi, le rideau sur la figure. Parce que oui, quoi de mieux pour se rafraîchir qu'une couche de plus. Mais bon, après tout, le Nana n'avait pas particulièrement chaud. Sa peau était mat de nature et il n'avait guère ce genre de préoccupation. Ce qui le gênait davantage, c'était de suer.

Alors, après quelques minutes d'intense repos, il finit par rouvrir les yeux. Et se lever. Assez brusquement. Trop brusquement. Première chute. Avec le soleil ayant tapé sur son crâne, ça n'arrangeait vraiment rien. Le chain s'est relevé. Est retombé. Il aurait pu continuer longtemps comme ça. Au lieu de ça, il est resté allongé sur le sol et s'est rendormi. Ah, jusque là c'était passionnant. Les minutes sont encore passées, mais à vrai dire rien n'allait s'arranger tant que le brun ne quittait pas cette pièce décidément trop bien exposée au soleil. Finalement, le chain s'en est sorti. Sauf que sa bêtise n'était pas prête de s'arrêter. Il avait chaud. Et sa tête lui tournait. Et puis, il voyait trouble et menaçait de s'effondrer à chaque coin de pièce. Mais pour lui, c'était encore normal. Ça arrivait à tout le monde. Et puis, vint le moment où cet animal franchit le seuil de la salle de bain et se balança un jet d'eau glacé sur la tête. Pensez-vous qu'une personne censé ait pu faire une telle chose après avoir été exposé intensément au soleil pendant plusieurs heures ? Non. Et c'était bien le problème. En plus d'être complètement à côté de la plaque, ce qu'il faisait était extrêmement dangereux. Chez un humain normal, cela s’appellerait un choc thermique pouvant aisément conduire à un choc anaphylactique. Et croyez-le, c'est dangereux.

Bref, comme Nana l'ignorait totalement, il n'a rien trouvé de mieux qu'une bonne douche fraîche. Et même si c'est un chain, son corps n'a pas trop supporté la douche froide – et pour le coup, ce n'est pas un jeu de mots – et a totalement déconnecté. Alors, le brun est tombé dans les pommes.

Et voilà, c'est de cette façon que l'on en est arrivé au sujet du jour. Le chain s'est réveillé en pleine après-midi, de – presque – bonne humeur, sur un carrelage froid, des habits depuis longtemps redevenu secs et du sang sur le front. Mais c'était toujours normal. Parce que ce jeune garçon était incapable de retenir une leçon, il se leva assez rapidement, mais cette fois son cerveau encaissa sans trop de problème. La blessure avait déjà cicatrisée et Nana n'eut qu'à enlever les croûtes restantes. Oui, sa chute avait dû s'avérer assez violente, de toute évidence. Quoiqu'il en soit, le chain est retourné dans sa chambre et s'est dépêché de fermer les volets en repartant avec des affaires propres.

Naaru avait opté pour un kimono rouge assez léger et un pantalon noir. Au moment de remettre les bandes à ses jambes, il se retrouva face à son haori brun et pensa aussitôt à Michiyo.  Ces derniers temps, tout était motif à penser à elle. Et ça pour le coup, c'était pas normal. Il inspira profondément. Il serait bien allé la voir, mais... la chaleur à l'extérieur lui faisait dorénavant un peu plus peur. En souriant, il se demanda si elle allait encore râler parce qu'il ne s'était pas pointé devant elle depuis plus d'une semaine. Sans vraiment savoir pourquoi, il était monté sur un paradoxe. Augmenter l'écart entre eux deux et puis passer le plus de temps ensemble. Nana se sentait menacé alors même qu'il l'adorait. C'était une très étrange sensation, et c'était pour ainsi dire la première fois qu'il ressentait pareille chose. Il songea alors longuement à un moyen de lui faire plaisir, tout en nettoyant ses pieds. Oui c'était classe de se nettoyer les pieds, mais à force de marcher sans chaussures, ça finissait fatalement de cette manière. Le chain avait eu cette lubie un jour. Enfin non, c'est plutôt qu'il n'avait jamais songé à mettre de chaussures Il se sentait oppressé avec. Mais bref, Michiyo. Son esprit était très amusant. C'était une constante bataille entre deux oppositions. D'un côté, celui qui veut penser à elle, et l'autre qui s'autocensure. Un joyeux bordel.

Finalement, le brun est sorti de la salle de bain et s'est planté devant son contractant qui lisait un livre dans une position étrange.

- Apprends-moi à cuisiner.

Simple, clair et net. Voilà. À l'évidence, à part se battre et tuer, choisir une épée, dormir et réclamer, il n'était pas bon à grand chose. Résumé intégrale de la bête. Naaru s'était donc dirigé vers les talents de son colocataire. Parce que pour le coup, lui il savait se débrouiller. Peut-être parce que lui il était humain. Alors quoi de mieux ? Je vous le demande. Toujours est-il que son choix s'était porté vers la cuisine, cette matière qu'il n'avait jamais songé à apprendre, et qui en plus lui laissait tantôt un mauvais goût sur le palais. Bref, en vérité, il aurait simplement pu se donner des talents de fleuriste, ç'aurait été moins dangereux pour lui et son entourage. Mais bon, il était inutile de le raisonner maintenant.

- Je t'ai déjà dit que tu es banni de la cuisine.

Il se renfrogne. Mais s'y attendait aussi. Lui-même ne s'y risque plus lorsque Finn s'y trouve. De toute façon, cet homme faisait réellement peur. Mais qu'importe, le chain y était résolu, et montra du mieux qu'il le put. Son contractant leva les yeux de son bouquin. Bien, au moins il avait capté son attention. Il ne savait pas combien de temps cela allait durer mais c'était une bonne chose de faite.

- Pourquoi ? Si le but est encore de mener des expériences bizarres sur la nourriture...

Le garçon se détourne alors subitement du regard de son ami et fourre ses mains dans ses manches. Eh bien, eh bien, il ne s'était pas attendu à pareille question. Mais bon, s'il y répond honnêtement, il risque de poser des questions, et Naaru n'est pas certain de pouvoir y répondre par la suite. C'est vrai quoi, ces humains ont toujours des interrogations bizarres. Quoique, avec Finn, Nana pouvait s'attendre à à peu près tout. Alors, le chain regarda le plafond. Décidément, il le voyait depuis ce matin, celui-là. En somme trop souvent. Il jaugea alors son contractant tandis qu'il avait finalement l'air de s'intéresser à sa proposition. Les yeux rivés sur le livre, Nana prit une grande inspiration et fusilla presque son pauvre vis-à-vis.

-C'est pour quelqu'un.

Il ne pouvait pas mentir. C'était ancré dans ses convictions depuis la nuit des temps. Il ne mentait pas. Et Finn le savait bien. Il soutint le regard bleu de son colocataire, comme si sa vie en dépendait. Résultat, il donnait l'air d'être sur la défensive. Et c'était le cas. Et Nana, quand il faisait ça, c'était parce qu'il ne se sentait pas trop dans son assiette ou parce que le sujet le dérangeait. La preuve lorsqu'il avait détourné les yeux. Bref, il était parti du principe que Finette avait accepté et se dirigea alors rapidement vers la cuisine. Et ce furent quelques pas à peine. L'appartement n'était pas aussi grand et la cuisine se trouvait dans la même salle que le salon. Planté devant comme un « i », Nana se trouva bien vite assaillit d'un doute. Et si par malheur il créait encore des choses étranges ? Il voulait éviter d'empoisonner Michiyo, si possible. Ma sa volonté ne flancha pas.

-Bon alors j'en déduis que c'est oui. Apprends-moi.

Et, se tournant face à la cuisine, donc dos au plus jeune, il termina assez fort et distinctement pour être certain d'être entendu.

-S'il. Te. Plaît.

Y'a du progrès, y'a pas à dire. Espérons simplement que le contractant n'en tombe pas dans les pommes après pareille déclaration.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   23rd Juillet 2013, 08:54

Oui en fait, Finn, en bon contractant, aurait dû s'inquiéter de l'absence totale de signe de vie de la part de son Chain. C'est à dire que. La bête s'absente des fois des journées entières sans prévenir et sans indiquer où elle va se terrer. Mais quand l'animal se trouve dans leur repère de mâles, en général, ne pas l'entendre pendant longtemps est quand même assez louche. C'est là qu'il faut se demander "mais qu'est-ce qu'il fabrique encore celui-là ?", puis s’immiscer dans sa chambre. Et constater l'ampleur des dégâts. Et puis ensuite peut-être pousser une gueulante. Mais c'est justement parce que Finn sait que les choses se dérouleraient précisément comme cela que, des fois comme aujourd'hui, il fait acte de faiblesse et ne va pas voir ce que fait son colocataire. Comme pour l'expérience du Chat de Schrödinger, tant qu'on n'ouvre pas la porte de la tanière du Chain, on ne sait pas ce qu'il fait dedans.
Bref. La tranquillité ne peut pas durer éternellement, et tôt ou tard, Nana refait parler de lui. C'est exactement ce qu'il se passe maintenant. En même temps Finn peut parler, mais quand lui-même sombre dans les gouffres sombres de l'ennui, l'une des premières personnes qu'il songe à aller déranger, c'est bien Nana. Passons. L'autre brun se tient donc planté là, bien droit, à fixer son contractant avec sa demande qui semble ne pas pouvoir souffrir un refus. Et le contractant en question qui cherche une raison alors qu'il n'y en a souvent pas avec le Nana. Peut-être qu'il s'ennuie juste terriblement ou qu'il s'est découvert une nouvelle lubie. Remarquez, dans ce dernier cas, il n'approchera pas de la cuisine. Dans aucun cas, en fait. Il n'existe pas de raison - du moins, aucune à laquelle Finn peut bien penser - qui puisse justifier qu'il se lève de son canapé pour aller tenter d'enseigner quelques rudiments de maniage de spatule à son Chain. Aucune. Raison. Valable.
Du moins il le pensait très sérieusement en posant sa question sur les motivations de l'autre homme. Mais c'est là que le Chain a commencé à devenir bizarre.
Bon ok, il l'est toujours.
Mais disons que ce n'est pas dans ses habitudes de fuir le regard de son contractant après une question aussi bête que pourquoi diable est-ce qu'il veut soudain apprendre à cuisiner. Si c'était une nouvelle lubie, Naaru aurait répondu très clairement une probable ineptie qui aurait fait eu vite fait d'exaspérer son très facilement exaspéré contractant. Sauf que non. Le brun aux yeux verts un peu plus foncés rentre ses mains dans ses manches et regarde ailleurs. Brusquement. Et après, il fusille même le pauvre livre de Finn du regard. Pauvre, pauvre livre.
Et... Est-ce que le Nana serait gêné, à tout hasard ? En tout cas ça ressemble fichtrement à une réaction de gêne de la part d'un humain, alors pourquoi pas de la part du Chain. Oh. Oh, les choses deviennent intéressantes. Et Finn tâche de masquer le sourire terriblement amusé qui lui grimpe aux lèvres. Nana gêné. Il y a moyen de bien rire. Et la réponse qui suit ne fait qu'appuyer les suppositions du Baskerville :

- C'est pour quelqu'un.

Alors ça ! Impossible de retenir le sourire qui lui grimpe aux lèvres cette fois, alors que Naaru soutient son regard. En plus il est sur la défensive, encore plus intéressant. Il faut comprendre qu'en plusieurs années de vie commune, le contractant n'a pratiquement jamais vu son Chain gêné ainsi. Et il ne l'a carrément jamais vu vouloir apprendre quelque chose pour à priori faire plaisir à quelqu'un.
Oui parce que bon, s'il voulait faire du mal à quelqu'un en cuisinant, il n'aurait pas besoin de l'aide de son contractant. Ce n'est pas méchant, mais véridique. Le Chain serait le premier à le reconnaître.
La situation amuse tellement le plus jeune des deux qu'il en oublie presque qu'il est question d'admettre Naaru dans la cuisine, dont il est réellement banni. Tellement bien banni que c'est peut-être bien l'une des seules choses sur lesquelles le Chain obéit réellement à son contractant sans qu'il n'y ait besoin de lui aboyer d'ordre à la figure. Il faut croire qu'il craint plus le Finn armé d'une spatule ou d'une cuillère en bois, que le Finn armé d'un sabre. Si c'est pas malheureux d'en arriver là. Qu'importe, la situation est trop unique pour la laisser passer pour quelque chose que le Baskerville aura tout le temps de méditer devant une bière, un jour de grande déprime. Venons en aux faits !
C'est qui ? Un ou une autre Chain - Finn est très ouvert d'esprit - ? Ou peut-être qu'il s'est pris d'affection pour un enfant. Ou... Un animal ? Naaan, quand même pas. Ou alors c'est une personne bien humaine. Ce qui serait tout aussi possible. Après tout, le Baskerville pense suffisamment connaître son Chain depuis le temps pour pouvoir affirmer que tout ce qui touche à l'Abysse n'est pas sa tasse de thé. Il ne serait pas surpris d'apprendre que le Chain a plus de connaissances parfaitement humaines que venant de l'Abysse. En fait il le soupçonne déjà, mais il faut avouer qu'il ne se préoccupe pas plus que ça des fréquentations du plus âgé. Tout comme ce dernier ne s'occupe pas spécialement de qui Finn fréquente. S'ils ont des connaissances en commun, c'est bien souvent parce que Naaru les a rencontrées en présence de son contractant. Comme Aiko par exemple, dont l'originaire de l'Abysse a bien dû se rendre compte qu'elle venait quand même bien plus souvent que n'importe qui d'autre. Et que son contractant en est quand même bien proche. Passons. Maintenant, Finn est terriblement curieux de savoir qui peut bien inspirer ce genre de réactions de la part du Chain. Qui ou quoi, mais quand même. Sûrement plus un qui qu'un quoi.
Sauf si c'est un Chain chelou avec des tentacules et... Non. Non, non, non. Le Chain de Finn Baskerville a forcément plus de goût que cela, allons. Même s'il doit probablement avoir des fantasmes bizarres - s'il a des fantasmes tout court, ou peut-être que cela ne correspond pas à la définition humaine du mot, allez savoir - de là à prendre une... Pieuvre, en affection.
Bon allez, haltes aux spéculations et aux images bizarres dans l'esprit trop fertile du jeune contractant.
Fichue imagination.

Pendant que Naaru bat en retraite en direction de la cuisine, alors que son contractant n'a toujours pas donné son accord, ce dernier referme tranquillement le livre qu'il a sur les genoux pour aller le poser sur la table. Il est bien décidé à lui tirer les vers du nez avant tout enseignement, bien sûr. La curiosité est un vilain défaut, mais bon sang. C'est un scoop. Il n'a même aucune idée de la nature de la relation qui peut lier le Chain à ce ou cette illustre inconnu(e) et la vérité ne sera peut-être pas aussi intéressante qu'il ne l'espère, mais en attendant, il va quand même pouvoir s'amuser un peu aux dépends de l'autre.

- Bon alors j'en déduis que c'est oui. Apprends-moi.

Et avant même que Finn ne puisse répliquer, un autre miracle s'oppère :

- S'il. Te. Plaît.

Et demain, il neigera dans le désert. Pour le coup, le Baskerville n'en revient pas.

- Wow. C'est sérieux ton truc en fait.

Il contourne le Chain et vient se planter entre lui et la cuisine pour l'étudier des pieds à la tête. Non, il a l'air normal. Enfin si ce n'est pour le... C'est bien du sang séché là, dans ses cheveux à la base de son front ? Finn serait tellement déçu d'apprendre qu'il s'est juste cogné la tête trop fort. Il passe une main vive sur haut du front du Chain, histoire que celui-ci ne se rétracte pas à l'autre bout de la pièce pour éviter le bras de son contractant. Et donc oui, du sang séché. Chose qui fait hausser un sourcil à l'homme :

- Tu t'es cogné trop fort ou...

Le sourire amusé revient et il termine :

- Tu as vraiment rencontré quelqu'un qui t'intéresse ?

Ou quelque chose, mais l'homme se garde bien d'en faire la remarque à voix haute. Et par intéresse, il ne veut pas forcément dire pour se mettre avec, parce qu'il n'oublie pas qu'il parle quand même à Naaru, un Chain, et que la relation peut très bien être de nature insoupçonnée. Même si à le voir tout gêné comme il l'est, ce serait étonnant qu'il ne soit question que d'une simple amitié. Il doit y avoir un truc en plus. Et c'est justement ce qui amuse tellement Finn. Il ne questionne même pas comment Nana a bien pu se retrouver avec du sang dans les cheveux. Allez savoir ce qu'il a pu fabriquer pendant la journée. Et puis ça ferait un changement de sujet et il est hors de question de laisser filer celui en cours. Surtout que si après il cède et l'autorise à entrer dans la cuisine, nul doute que le naturel reprendra le dessus et qu'ils finiront par se friter et que le contractant n'en aura plus rien à faire de savoir avec qui fricote son Chain, parce qu'il sera trop occupé à essayer de taper dessus avec un rouleau à pâtisserie ou un torchon - oui, comme pour les mouches.

- Alors, qui c'est ?

Ouais allez Nana, calme sa curiosité et s'il juge que ça en vaut la peine, alors peut-être que pour la première fois en plusieurs années, tu seras admis dans la cuisine sans avoir à y entrer par effraction et sans objet menaçant pointé dans ta direction.


[Hrp : Tentacuuuuuuules PARDON A MICHI POUR AVOIR OSE SUPPOSER ÇA. Mais c'était amusant ♥.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   25th Juillet 2013, 09:07

Le pauvre. Pauvre, pauvre Naaru. Être forcé d'admettre qu'une personne quelconque ait pu le faire autant évoluer. Franchement, ce n'était pas très gratifiant de son point de vue. Mais vous savez, d'un autre côté, puisqu'il se disait que c'était pour elle, ça changeait la donne. Alors là, soudainement, le chain se sentait pousser des ailes derrière le dos et dès lors plus rien ne pouvait l'arrêter. Plus rien, vraiment ? Ah si, il y avait bien ce facteur face à lui capable de tout changer. Là, ce brun assis sur son canapé dans une position ma fois plutôt avant-gardiste, qui lève le nez de son bouquin pour fixer le plus âgé. Qui détourne les yeux au même instant. Non, le garçon n'était décidément pas prêt à répondre à pareille question. Comment pouvait-il lui demander, lui sortir aussi facilement ce "pourquoi". Le "parce que" évident sonnait déjà dans l'esprit du chain, mais quelque part il était persuadé qu'avec une pareille réponse, il n'obtiendrait pas le droit de rentrer dans la tanière du démon. C'était une tanière de démon, pour sûr. Bien camouflée derrière l'odeur alléchante et l'apparence bien rangée -de toute façon, la maison elle-même était bien rangée-, il y avait des tiroirs, et ces tiroirs renfermaient nombre d'outils de torture. Et Nana servait souvent de cobaye à leur utilisation. Règle numéro un : ne jamais sous-estimer Finn avec une cuillère en bois dans la main.

Bref, pour ce qui était de la réponse... pour ce qui était de la réponse, eh bien notre Nana international a décidé de jouer franco histoire d'attirer l'appétit du démon sans corne. Et à voir la tête que ce dernier lui a tiré, visiblement il avait visé juste. Sans doute avait-il dès cet instant gagné quelques points supplémentaires. Mais pourquoi diable s'était-il subitement porté vers cette cuisine ? Il savait que, Michiyo ou non, il finirait par s'énerver sur son contractant parce qu'il était persuadé de mal s'en sortir. C'est sûr que, parti comme il l'était, il risquait forcément de rater son plat. Mais bon, peut-être qu'il s'ennuyait un peu aussi et qu'il avait envie de causer avec son copain sans que ce soit en pleine mission, qui sait.

Qu'importe, toujours est-il qu'en ayant soigneusement dévié son regard de Finn pendant cette radieuse phrase pleine de mystère, l'autre s'est fourré dans de beaux draps. Il le voyait là, en train de sourire bizarrement. Ah non, ça il n'aimait pas. Quoi, c'était si rare de le voir dévier le regard ? Ok, ça l'était. Mais bon, il n'allait pas s'avouer vaincu par cet énergumène. Sans se laisser faire, Naaru fonça alors vers la cuisine qui était à deux pas. Autant dire que son geste n'a pas eu grand effet, mais la volonté était là. Seulement, sans ce petit mot magique pour faire entrer le chain, ce dernier ne se risquerait pas à pénétrer dans l'antre. Ça lui faisait si peur que ça ? Oui, terriblement peur. Vous ne savez probablement pas tout ce qu'il a vécu pour en arriver à devenir phobique à ce point. Un démon, vous dis-je. Finn était un démon de la cuisine.

Il entendit du mouvement dans son dos. Ah, eh bien voilà, on dirait qu'il avait eu ce qu'il voulait. Nana se retourna lentement pour l'observer fermer son livre. Calmement. Il fallait dire que cet homme savait faire durer les choses parfois. À cette vision, le chain râla quelques paroles inintelligibles et préféra se concentrer sur l'intérieur de la cuisine. C'était toujours mieux que de fixer ce regard, dont il était certain, le regardait avec une certaine intensité. Oui, il était bizarre. Non, disons qu'il réagissait trop normalement pour être aussi bizarre que d'habitude. Et c'était justement ça, la chose étrange. Vous suivez ? Quoiqu'il en soit, Naaru finit par trouver le temps long. L'autre était certainement en train de penser à des choses pas nettes, et pour une fois il n'avait pas tort. C'est qu'il était plutôt clairvoyant aujourd'hui, le chain. Pressé d'en finir, ce même personnage acheva son acolyte en prononçant la phrase qu'il devait dire le 366e jour de l'année. Un superbe s'il te plait lent et bien placé. Cependant, au lieu d'avoir l'effet souhaité et de pouvoir s'attacher à son nouveau travail, Finn le contourna pour l'avoir face à lui et sortit un :

- Wow. C'est sérieux ton truc en fait.

Le brun lui jeta un regard mauvais. Quoi, il ne s'attendait certainement pas à un sourire. Il ne voulait pas parler de ça, ou tout du moins plus. C'était si dur que ça de le lui faire comprendre ? Visiblement... Le chain soupira alors et planta toujours aussi intensément son regard dans celui du plus jeune. Allons bon, c'était pour aujourd'hui ou pour demain ? En tout cas, il n'allait plus dévier ce regard-là. De cette manière, il pourrait enfin espérer avoir la paix, même s'il n'était pas tout à fait sûr de lui. Et s'il posait une question embarrassante ? Quelque chose que le chain serait incapable de répondre ? Le laisserait-il néanmoins rentrer dans la cuisine ? Ah, quel beau dilemme. Le garçon aimerait bien répliquer, mais dans l'instant il n'a pas grand chose à dire. Quoi, s'il s'attachait à cette réponse en toute honnêteté, ce qu'il faisait, il répondrait par un "oui" pur et dur. Et là, les questions n'en finiraient plus. Bon, peut-être que de toute façon, c'était déjà trop tard. C'était à prévoir. Quelle lubie. S'il s'était simplement contenté de dormir, ça ne serait jamais arrivé. Et pourtant.

Concentré sur ses propres pensées, le chain réagit assez tard aux mouvements du plus petit. Peu après, parce qu'il n'avait pas tout suivi, il mit instinctivement la main à son front, histoire de vérifier qu'il n'y avait rien. En fixant les mains de Finn, il remarqua qu'au contraire, on lui avait enlevé du sang séché. Ah, et lui qui croyait avoir tout enlevé. Bah, tant pis, Finette était habitué à ce genre de choses.

- Tu t'es cogné trop fort ou...

Et il haussa un sourcil avant de se remettre à sourire. Naaru aimerait juste se boucher les oreilles, maintenant. Sauf que l'autre ne lui en laisse pas trop le temps.

- Tu as vraiment rencontré quelqu'un qui t'intéresse ?

Les. Humains. Sont. Trop. Curieux. Voilà, comme ça c'est dit. Mais franchement, à quoi cela l'avancerai de savoir une chose pareille, vraiment ! À rien, si ce n'est à rire dans son dos. Et franchement, le chain s'en passerai volontiers. Alors, ce fut au chain de hausser un sourcil pour masquer tout le reste. Il sentait la question terrible arriver. Il la sentait à des kilomètres. Il allait falloir qu'il invente l'excuse du siècle, ou qu'enfin il se décide à mentir. Et bon, sans s'être au préalable entraîné, sa mise en scène risquait d'être des plus déplorable. Et c'est bien parce qu'il le savait qu'il cherchait dès maintenant un moyen de passer au travers du filet.Mais ça ne servait à rien. Alors, par quoi allait-il pouvoir commencer ? Par le plus dur ? Non il attendrait les questions. En attendant, celle-ci manquait de réponse et il ne tarda pas à y répondre.

-Tous les humains sont intéressants. Même les vieillards. Surtout les vieillards.

Pourquoi il se concentrait sur les vieux, maintenant ? Aucune idée. Mais le chain repensait simplement à ces nombreux jours où il passait du temps avec de vieilles personnes. En vérité, elles étaient vraiment plus intéressantes que les jeunes. Ils avaient du temps à perdre. Ils pouvaient rire et parler lentement. La plupart étaient plus amusant qu'au premier abord et... bref, résultat les pensées du chain avaient déviés sur son oral. Rien de plus. Mais bon, si ça pouvait détourner le plus jeune sur d'autres sentiers, ça l'arrangeait plus qu'assez. Bon, certes, à y repenser il avait un peu beaucoup donné d'indices. Tout du moins sur sa nature on ne peut plus humaine. Mais bon, ce n'était pas non plus la peine d'en faire tout un plat. Haha, un plat. Ha. Nul.

- Alors, qui c'est ?

Et le jackpot final, forcément. Il y avait deux réponses à ça. La mauvaise et la bonne. Le mensonge et la vérité. Ouais, Nana rêvait de pouvoir pencher vers la première solution. Malheureusement pour lui, sa phrase précédente risquait d'entrer en conflit avec ses idées préconçues. L'histoire du chat qu'il s'était inventé tombait à l'eau à partir du moment où, dans sa phrase précédente, il s'était attaché aux humains. Pourtant, il y avait bien ce chat tout noir chez Michiyo, avec lequel il avait joué. Visiblement, ils s'étaient bien entendus, même si depuis il ne l'avait plus revu. En même temps, il n'était pas retourné chez elle. Peut-être le ferait-il demain, si le cœur lui en disait. Il verrait. D'abord, il fallait répondre à la question du jeunot. Et Nana, dans toute sa splendeur, lâcha les paroles les unes après les autres, les bras croisés un air totalement détaché sur le visage.

-Bah, de toute façon, va bien falloir que je t'en parle. Mais crains les révélations. Et en fait t'es pas prêt à les entendre.

Et sur cette tirade ô combien éclairante, le chain posa un pied dans la cuisine. Voilà, il avait décidé que maintenant il pouvait rentrer. Comme si cette phrase qui ne voulait rien dire avait élucidé le mystère qui planait au-dessus de Naaru. Et pourtant. Le garçon fonça à l'intérieur la tête baissée et le regard on ne peut plus gêné. Ah ça non, il ne dirait rien. Il voulait faire peur à son contractant. À lui qui avait l'imagination fertile. Le chain pouvait certainement sortir vainqueur de cette bataille après tout. Et puis, dans un sens il n'avait pas tort. Comment réagirait son contractant s'il lui annonçait que c'était un membre de Pandora, et qui par-dessus tout s'est pointé chez lui il n'y avait pas deux jours de cela ? Qu'elle savait, de plus, qu'il était un chain de Baskerville ? Nana ne voulait même pas savoir et à vrai dire il craignait beaucoup sa réaction. On ne sait jamais.

-Maintenant, apprends-moi. Tout de suite.

Et puisqu'il était certain de ne pas s'en sortir de cette façon, le garçon joua à un jeu bien dangereux en annonçant les règles de ce dernier :

-Et comme tu vas pas me lâcher, on va faire comme ça : Je réponds à une question et tu m'apprends une recette. Voilà.

Avec un peu de chance, la question n'aurait même pas lieu d'être puisque Finn se prendrait bien rapidement la tête avec son chain. Voilà, c'était totalement inéquitable, mais c'était comme ça. Point à la ligne.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   26th Juillet 2013, 04:48

Il n'y a pas à dire, voir le Nana dans tous ses états ainsi est vraiment amusant. Bon ok, il n'est pas "dans tous ses états". Mais il est sur la défensive, gêné et il cache définitivement un truc à son contractant - et s'il voulait être discret, il s'y prend très mal. Et évidemment, cela suffit à ce que le contractant en question s'active pour tirer des réponses de son Chain. Qu'est-ce que cela lui apporterait au final ? Eh bien... Probablement pas grand chose il est vrai. Ce n'est limite pas tant la réponse que de pouvoir embêter Nana avec, qu'il veut. Enfin ça, c'est parce qu'il n'a absolument aucune idée de la réponse, pauvre de lui. Mais en fait, même quand il le saura, il pourra s'en servir pour taquiner le Chain. Naaru devrait savoir que tant qu'on ne l'embête pas et qu'on ne cherche pas de noises au Clan, Finn se fiche de la plupart des choses qui peuvent arriver autour de lui. Même du fait que son Chain traîne de près avec une membre de Pandora.
Mais passons, ils ne le savent pas encore et ne le découvriront peut-être pas aujourd'hui.
Non, pour l'instant, tout ce qui importe est de continuer à s'amuser aux dépends de ce pauvre Nana qui observe le Baskerville avec une telle intensité qu'on dirait presque qu'il veut percer un trou dans son crâne. Bah, il n'aurait plus de problème avec la cuisine dans ce cas, parce qu'il n'y aurait plus le propriétaire et que le Chain serait de toute façon renvoyé illico dans l'Abysse. Est-ce qu'un Chain peut tuer son contractant, de toute façon ? Ce serait étonnant. Dans tous les cas, ce n'est pas le sujet. Et il n'y a pas à dire, voir Nana ainsi ne fait que renforcer l'amusement du plus jeune. Oh. Il en vient presque à comprendre pourquoi Nana lui-même s'amuse quand son contractant s'énerve - non en fait, il l'avait déjà compris avant, la réalisation le frappe juste à chaque fois. Il n'empêche que pour une fois c'est Finn qui est amusé et Naaru qui s'énerve.
Hey, c'est lui qui a commencé, en plus. Il ne pensait quand même pas que le Baskerville dirait oui juste en le voyant ainsi, non ? Il faut une bonne raison pour être autorisé à passer le seuil de la cuisine quand on s'appelle Naaru Irwin. Une très bonne. Excellente même. Nana n'est pas traumatisé pour rien après tout. Le plus jeune a plus d'imagination qu'on ne pourrait le croire juste en le regardant. Si vous saviez tout ce qu'il est possible de faire avec une spatule.

Bref. Le brun aux cheveux plus courts est donc planté devant son Chain, décidé à en savoir plus. Et il en saura plus, Naaru n'est pas un pro du mensonge. Et encore moins face à son contractant. Remarquez que ça marche aussi dans l'autre sens, Finn ne ment pas à son colocataire.
Enfin sauf quand il s'agit de lui faire croire qu'il va devenir vert avec des points oranges s'il ne finit pas son bol de soupe qu'il a lui-même réclamé un peu plus tôt. Ou pour lui annoncer l'air grave qu'il y a du boudin sous son lit, afin qu'il en sorte tout ce qui s'y trouve pour éviter au Baskerville d'avoir à le faire lorsqu'il veut nettoyer. Chacun ses méthodes, hein. Nana participe au ménage sans même en avoir conscience, c'est beau. Et il ne faut pas le lui dire, sinon il arrêterait. Et ce serait moche.
Le fait que Nana lui jette des regards très méchants ne perturbe pas Finn outre mesure. Parce que malgré tout, le Chain semble déterminé à apprendre auprès de son contractant. Quelque part si, en fait, le Baskerville est quand même réellement curieux de savoir qui peut bien pousser cet animal à agir ainsi. De la curiosité pure, même si sa principale motivation reste de pouvoir s'amuser aux dépends de l'autre brun.

- Tous les humains sont intéressants. Même les vieillards. Surtout les vieillards.

Les... Vieillards. Les vieux. Les trucs croulants. Décrépits, ridés. Par la Volonté de l'Abysse, il ne s'est pas entiché d'une petite mamie qui allait faire son marché ou nourrir des pigeons dans la rue hein ? Nana est vieux mais on ne dirait pas, alors ça ferait de lui un... Un... Un pauvre hère tombé aux mains d'une vieille cougar. Ou d'un vieux pedobear.
Même les tentacules étaient mieux. Non mais... Un vieux. Genre. Genre comme la petite mamie qui vit au rez-de-chaussée de l'immeuble parce qu'elle est incapable de monter les étages et que Nana salue en général chaleureusement les rares fois où il la voit.
Et si c'était elle ? Mais... Elle a pratiquement plus de cheveux et. Ew. Nan. Nan, nan, nan. Le contractant secoue la tête un instant pour arrêter de penser des trucs stupides à toute vitesse. Bon sang, il préférerait même que le Chain lui annonce qu'il est zoophile et qu'il veut ramener dans l'appartement un STOP. Il suffit. Pas de vieux, mais pas de pauvre chaton errant non plus. Pauvres bêtes. Oui, les deux.
Par précaution, ils n'auront néanmoins jamais de chat. Par précaution. Les plantes, c'est très bien. Même si Naaru vient de dire que la cible est en réalité humaine.
AH MAIS BIEN SUR.

- Si c'est humain, c'est en dessous d'un certain âge. Au delà on appelle ça un cadavre en sursit. Surtout les vieux aigris qui passent leur journée à marmonner des trucs en regardant les gens.

Ça se trouve, ils font de la magie noire.

Voilà, le problème est résolu. C'est humain et jeune. Et si Nana ne partage pas la vision du plus jeune, il apprendra. Il n'empêche que Finn ajoute derrière sur un ton presque de reproche - parce qu'à l'intérieur il est encore tout traumatisé de ce qu'il est le seul à avoir vu :

- Ne ramène jamais, jamais de vieux ici. Ja-mais.

Pourquoi il ne peut pas juste lui annoncer qu'il a trouvé une jolie jeune femme. Ou la même chose au masculin, ça marche aussi. Ce qui est drôle, c'est que dans ces cas-là, le plus jeune ne s'imaginerait rien du tout. Son imagination ne semble fonctionner que sur les situations les plus étranges. Ou les différents moyens de torturer un Chain avec une cuillère en bois. Ce qui, en soi, reste étrange.
Malgré tout ça, le Baskerville ne lâchera pas l'affaire. Au pire Nana continuera à l'horrifier, mais il aura vite fait le tour. Il faut dire qu'à part les vieux, les bébés et les tentacules... Ah, et les endives aussi, il n'y a pas grand chose d'autre qui marche. Quant à ce que Finn a contre les vieux ? Eh bien mis à part qu'ils sont les premiers à lui râler dessus - à croire qu'il a un truc collé sur le front qui dit "Votre corps a dépassé la date de péremption ? Venez expier votre colère vis à vis de ce fait sur moi ! 24h/24 et 7j/7, gratuit parce que la retraite, ça paie mal". On a réussi à faire tenir l'alphabet sur un grain de riz, on peut bien faire tenir ça sur un post-it - et le fait qu'il vient de s'auto traumatiser à cause de Nana... Rien. Nan c'est vrai, ce sont juste des gens, qui n'ont pas grand chose à faire de leur vie certes, mais qui doivent en connaitre un rayon.
Dommage que le Baskerville soit un sale gosse et qu'il ne s'y intéresse absolument pas.

- Bah, de toute façon, va bien falloir que je t'en parle. Mais crains les révélations. Et en fait t'es pas prêt à les entendre.

Alors ça, c'est au contractant de décider, monsieur Chain. Et juste après cela, le Chain, toujours plus défiant, fait. Un. Pas. Dans. La. Cuisine. Sans permission.
Mais quelle audace ! Il la voit, la spatule là-bas, qui attend sagement dans son pot ?
Arrêtons-là, Finn n'en a cure en fait. Parce qu'il veut savoir. Et puisqu'il veut savoir, il suit le Nana dans la cuisine, ce qui revient en fait à faire deux pas pour lui passer devant et aller jeter un oeil dans le contenu d'un placard bas. Placard dont il tire un livre de recettes avant de se retourner, livre à la main, et de l'agiter sous le nez de Nana pour appuyer ses mots :

- J'en tremble de peur d'avance. J'vais bien potentiellement t'enseigner deux trois trucs alors que je suis persuadé que tu n'es pas prêt à savoir cuisiner. Alors balance.

Et toc, d'abord. Et potentiellement, juste parce qu'il veut faire chier et ne pas encore dire oui. Hey, il peut peut-être encore user un peu cette corde là avant de passer à la suivante. Il en a plusieurs à son métaphorique arc, tout à fait - haha, comme s'il pouvait en avoir un vrai.
Dans toute son insouciance - appelons un chat un chat -, le Finny ne se rend en fait pas compte que le Nana est assez sérieux sur sa dernière déclaration et qu'il y a effectivement des révélations à craindre. Qu'il devrait cesser un peu de s'amuser. Mais comme on dit, l'ignorant est heureux. Alors en attendant de savoir... Il n'a qu'à profiter !

- Maintenant, apprends-moi. Tout de suite.

Mais quelle impatience. Qui est le gosse entre les deux ?
Bon ok, les deux. Autant celui qui s'amuse de voir son ami dans cet état, que l'ami en question qui semble prêt à taper du pied sur le sol.

- Et comme tu vas pas me lâcher, on va faire comme ça : Je réponds à une question et tu m'apprends une recette. Voilà.

Haha, en plus il pose les règles. Il est mignon ce Chain. La cuisine du Baskerville, les règles du Baskerville*.
Et puis même si c'était pas sa cuisine, c'est lui le maître, d'abord. Et pour une fois, dans tous les sens du terme, puisque Nana veut qu'il lui apprenne à cuisiner.

Bref tout ça pour dire qu'il ne tombera pas dans cette arnaque monstrueuse et que Nana n'est pas prêt de pouvoir aller marchander son bout de viande dans les rues marchandes. Il se ferait pigeonner, avec un sens des affaires pareil.

- Inverse pas les rôles, je fixe les règles. Une question par ingrédient.

Et il est évident qu'il gagne au change dans ce cas là. Non mais, si le Chain croit que son contractant ne se doute pas qu'ils n'iront pas beaucoup plus loin qu'une, voire deux recettes s'ils sont chanceux, il se trompe. D'une manière ou d'une autre, ils finiront par se foutre sur la tronche, parce que c'est ainsi qu'est leur relation la plupart du temps. Il leur arrive d'être très calmes, mais en général cela inclue que l'un ou l'autre, voire les deux, soit crevé. Ou vraiment pas d'humeur. Nana peut être adorable quand il veut. Il a même fait un bisou sur la joue du Finny, une fois - qui a évidemment grogné, hein.

Sur ce, le plus jeune colle le bouquin entre les pattes du plus âgé. Parce qu'autant que Nana choisisse. Après tout, Finn n'a strictement aucune idée de ce que l'inconnu(e) aime, et si Nana finit par réussir à maîtriser quelques trucs, pour finalement ne pas pouvoir s'en servir parce que ce n'est pas au goût de la personne visée... Eh bien. Ce serait bête, non ? Par ailleurs, puisqu'il sait que Naaru a des papilles gustatives particulièrement douteuses et qu'il a tendance à trouver bon ce qui retournerait l'estomac de n'importe qui, il n'est pas question ici de passer des heures à tenter de corriger ce défaut. Non. Il est question de lui apprendre à lire et suivre rigoureusement une recette de cuisine. C'est à dire à ne faire que ce qui est écrit et à n'utiliser que la liste d'ingrédients fournie. Et combien même la salière la poivrière semblent vouloir plonger dans la pâte du gâteau au chocolat, Naaru devra apprendre à résister à leur appel. C'est là que réside le défi. Bon et peut-être aussi réussir à lui faire utiliser un fouet sans envoyer le contenu du saladier s'épandre généreusement sur les murs. La patience.
Oh bon sang. En ce bref instant d'extrême lucidité, le pauvre Baskerville entrevoit l'ampleur de la tâche qui s'étend devant eux. Reste à prier pour que Nana décide d'apprendre à faire un oeuf dur. Ou qu'ils se disputent assez vite. Sachant que la deuxième possibilité a plus de chances d'arriver.

Bref, avec tout cela, c'est un oui tacite que le contractant vient d'accorder à son Chain. Puisque la question "qui c'est ?" n'a pas l'air d'avoir marché, il faut en tenter d'autres. Il la ramènera sur le tapis si rien ne marche, mais à priori, poser des questions pointues jusqu'à avoir suffisamment d'éléments pour piéger le bestiaux devrait marcher. S'il ne finit pas par tout révéler de but en blanc sans prévenir parce qu'il en aurait marre de l'insistance du plus jeune. Ce qui peut aussi arriver.

- Choisis ce que tu veux apprendre. Choisis en plusieurs, parce que ce n'est pas dit qu'on ait ce qu'il faut. J'espère que tu connais les goûts de ton ami.

Ou de ton plus qu'ami. A l'oral, impossible de distinguer s'il est question d'un homme ou d'une femme. Tiens, ça ferait une bonne première question ça. Alors pendant que le Nana choisit, boude ou cherche peut-être une échappatoire - on est jamais très sûr de ce qu'il pense -, Finn demande :

- Alors. Homme ou femme ?

Mâle ou femelle ? Allez Nana, balance les infos.

- Et tant qu'on y est, qu'est-ce que tu caches, au delà de l'identité de cette personne ?

Et là, le contractant pâlit d'un seul coup. Réellement, cet enfant pense beaucoup trop vite pour son bien.

- Si tu m'annonces que tu as mis une femme enceinte...

Et qu'elle va venir ici. Avec le gamin dans le ventre, puis le gamin en dehors du ventre et oh Abysse, si Aiko - qui a cru qu'elle ne serait pas mentionnée du tout de tout ce passage ? - tombait dessus ? Pas moyen. Il vaut mieux s'arrêter de suite, ne pas penser qu'il ait pu se passer ça parce que quand même, le Chain est plus sage que son contractant, et ne pas non plus se remettre à penser à Aiko. Dramatique comment il finit invariablement par en revenir à la jolie rousse, dramatique. Elle le poursuit jusque dans sa cuisine sans même être présente. Comme si s'infiltrer dans les rêves ne suffisait pas.
Y'a plus qu'à espérer que l'homme soit aussi invasif de l'autre côté. Passons. Aiko n'est pas là pour le moment. Pas plus que Naaru n'a mis de femme enceinte.
Pas vrai ?

Le Baskerville a dit une question par ingrédient ? Bah. Il y a forcément au moins un ingrédient dans une recette. Et à moins que Nana ne choisisse en effet d'apprendre à faire les oeufs durs, il y en a probablement deux aussi.
Et puis mince. De toute façon, il a décidé qu'il déciderait, voilà. Naaru finira par cracher le morceau, foi de Baskerville.


[Hrp: *omg. J'AI TOUJOURS VOULU PLACER UNE PHRASE DE CE GENRE EN LA COLLANT A UN DE MES PERSOS MASCULINS, TOUJOURS /out/. ET SPECIAL DEDICASSE A EDWI ♥.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   30th Juillet 2013, 08:02

Visiblement, c'était devenu dans les habitudes du chain de regarder son contractant de travers. C'est vrai quoi, ce dernier était constamment en train de chercher la petite bête là où elle n'était pas, et prenait un malin plaisir à taquiner son cher collègue. Bon, il était tout aussi vrai que Naaru appréciait de même mettre son ami en rogne. Certes, certes. Il n'empêchait tout du moins que le chain n'appréciait pas trop ce retournement de situation. C'était lui qui devait rire, non l'inverse. Alors, pour marquer aussi profondément cette rage qui l'animait, le garçon ne trouvait rien d'autre à faire que de fixer méchamment son diable de contractant. Bon, ça n'avait pas l'air de marcher pour le mieux, mais au moins le plus âgé en avait l'impression. Et, au final c'est ce qui comptait.

Naaru cherchait aussi à changer de sujet, parce que bon, tout ceci n'était pas trop sa tasse de thé. Ah, la curiosité était décidément un très, très vilain défaut. Et puisque le plus jeune avait souvent l'intention d'énerver le plus vieux -les jeunes, de nos jours- c'était deux amusements pour le prix d'un. La connaissance et l'amusement. Non mais franchement, Nana commençait vraiment à se demander si c'eut été une bonne idée de vouloir s'attacher à la cuisine avec un prétexte aussi gros que celui-là. Il n'aurait pas pu trouver autre chose, non c'est vrai quoi. Parti comme il l'était, le chain était certain de commencer la cuisine à l'heure où le soleil déclinerai. Finn serait bien capable de le mettre sur une chaise et d'attendre les réponses avec son air amusé. Ah quelle torture. À cette idée, le chain grimaça. Vade retro.

Quelque part finalement, le brun se demanda s'il ne cherchait pas un peu trop à rentrer dans les détails. Il donnait des indices assez gros au contractant, sans être pour autant persuadé que ce dernier les comprendrait. Bon, ce n'était pas non plus de la grande énigme, il n'y avait qu'à filtrer les phrases. Et à vrai dire, en temps normal c'était déjà la chose à faire pour une bête aussi compliqué que ce chain. Qu'importe, toujours est-il qu'à la demande du plus jeune, Naaru a donc révélé quelques informations. Et en fait, à voir la tête que l'autre a tiré par la suite, ça valait vraiment le coup d'insister sur un fait. Le chain ne put d'ailleurs s'empêcher de pouffer. Vraiment, ce garçon avait décidément beaucoup trop d'imagination. L'espace d'un instant, il oublia même les questions posées pour se concentrer sur le plus petit. Allons bon, que pouvait-il bien imaginer, à présent ? Parce qu'il avait précédemment parlé de vieilles personnes, voilà qu'à présent son contractant ne semblait pas s'en remettre. Tellement pathétique.

- Si c'est humain, c'est en dessous d'un certain âge. Au delà on appelle ça un cadavre en sursit. Surtout les vieux aigris qui passent leur journée à marmonner des trucs en regardant les gens.

Le chain haussa un sourcil interrogateur. Les vieillards étaient beaucoup plus intéressants que ça à son goût. Et il marmonnait souvent, faute d'avoir quelqu'un à qui parler. Ils avaient tant de choses à faire partager, en vérité. Ils pouvaient passer toute une après midi à causer avec des pigeons. À raconter comment ils avaient rencontrés leur femme ou leur mari, à sourire d'un air nostalgique. Il y en avait des doux, d'autres un peu plus ronchons, des bornés et quelques uns insupportables. Mais ceux-là, Naaru les évitait et les flairait à des kilomètres. Cependant, il était vrai qu'il appréciait leur compagnie. Et bien souvent c'était réciproque. Pourtant, à entendre le jeune parler, c'était la pire des choses. Ah, le temps ferait probablement les choses. Peut-être cet homme-là gagnerait-il un peu plus en "maturité" et comprendrait ce que ces la compagnie des vieux peuvent offrir. Enfin, Rome ne s'était pas fait en un jour et, à vrai dire, ce n'était pas dans les habitudes du chain détraqué de penser de la sorte.

Il inspira profondément avant de se gratter nonchalamment les cheveux. Tout d'un coup, toute cette histoire lui paraissait bien loin. Oh, bien sûr, elle allait refaire surface plus vite qu'il ne l'eut cru, mais pour l'instant, la situation l'amusait juste. Et comme notre Nana vivait au temps présent, il se contentait purement et simplement d'apprécier les pensées que pouvait bien avoir son cher maître.

-T'es encore trop jeune pour comprendre ce que peuvent t'apporter ces "cadavres en sursit".

Et à cela, le garçon se mit à rire. Ah, sa bonne humeur taquine pouvait revenir d'un moment à l'autre. Pourtant, à voir l'expression sur le visage de son camarade, il n'avait pas fini de penser tout haut. Allons bon, que s'était-il encore imaginé. D'aussi petit qu'il soit, Finn avait une imagination débordante. C'était à se demander comment il pouvait bien faire pour stocker toutes ses idées. À moins qu'il ne fonctionnait comme son colocataire, c'est à dire qu'il finissait par tout oublier au moment opportun. À voir. Un jour, cette même discussion remonterai sur le tapis, et ce jour, Nana lui demanderai ce à quoi il peut bien penser. Après tout, c'était censé être lui, le mec aux pensées pas clairs, pas son contractant. Sauf si bien sûr il ait pu déteindre sur ce dernier. Ça promettait vraiment. Deux tarés dans une maison. Bon, même si Nana ne se considérait absolument pas comme un taré, ça en faisait tout de même un. Il ne s'en rendait juste pas compte. Mais diable, c'était un chain, non pas un humain ! Il avait le droit de réagir différemment !

- Ne ramène jamais, jamais de vieux ici. Ja-mais.

Haussement de sourcil. Naaru se pinça le haut de l'arête du nez en fermant les yeux, calmement. Il était temps que l'autre se calme.

-Et toi, arrête de faire marcher tes méninges, tu veux bien ?

Ça lui donnait presque le cafard et Naaru revint même sur ses précédentes convictions. Non, finalement, ça ne l'intéressait pas plus que ça de savoir ce qui pouvait bien se tramer dans l'esprit de son contractant. Il craignait presque de trouver des trucs pas clairs. Comme lui en somme. Pourtant, le chain était bel et bien en train de sonder l'esprit de son compagnon afin d'y déceler quelque folie. Mais non, l'autre avait l'air d'aller parfaitement bien. Tant mieux. Par la suite, Nana décida qu'il était temps... ou pas. Par des méthodes plus ou moins compliquées, le brun en est venu à annoncer ce qui se tramait derrière la réponse que son contractant désirait entendre. Ah, si seulement il avait su la peur qu'avait eu Naaru il y a quelques jours en amenant Michiyo chez lui, de peur d'y trouver le Baskerville. Finn se serait fichu de sa tête pendants plusieurs décennies. Mais qu'importe, pour le moment ils n'en étaient pas encore là, et plus ça allait, plus le chain trouvait que la situation tournait bien rapidement en faveur du plus jeune. Ce qui, à vrai dire, ne l'arrangeait vraiment pas plus que ça. Il fallait avouer que c'était vraiment facile de faire tourner la tête du pauvre bonhomme, mais en même temps, à force de donner de vagues indications, Nana finissait par mettre la puce à l'oreille du plus jeune, et à pousser sa curiosité au maximum. Et, à l'évidence, il s'en sortait vraiment bien. À tel point que sa véridique mise en garde finisse par passer presque totalement inaperçu. En même temps, Nana n'était que rarement sérieux. Et se baser sur l'expression de son visage n'était pas plus indicateur que cela.

- J'en tremble de peur d'avance. J'vais bien potentiellement t'enseigner deux trois trucs alors que je suis persuadé que tu n'es pas prêt à savoir cuisiner. Alors balance.

Oui, à voir l'expression sur Finn, il en tremblait même de tous ses membres. Le regard blasé que lui jetait Nana en parallèle ne semblait pas du tout l'effrayer. Quoi, pour une fois que le chain devenait sérieux, il se faisait littéralement exclure. Fronçant les sourcils pour la suite de la phrase, Nana trouva son contractant bien dur. C'est vrai, avec quelqu'un d'aussi talentueux que son maître, il n'avait strictement aucune raison de rater ses plats. Tout du moins s'en persuadait-il du mieux qu'il pouvait. Alors, que devait faire notre cher ami ? Déballer toutes les vérités au risque de ne plus voir se terminer cette discussion si cela tournait mal, ou bien se taire et foncer dans la cuisine ? En fait, à bien y réfléchir, la question ne se posait même pas. Il avait envie de cuisiner, et c'était probablement la première et la dernière fois qu'une envie pareille le tenaillait, alors il fallait en profiter maintenant.

Et puis, Naaru pose un pied dans la cuisine sans permission. Ok, il sent bien ce frisson parcourir toute son échine comme s'il s'était pris un coup d'électricité, mais pour le coup il essaye de l'oublier. C'est dingue de voir à quel point rentrer dans la cuisine faisait un tel effet au plus âgé. Il était véritablement traumatisé par les coups. Bon, peut-être qu'il s'en rajoutait volontairement, mais ce n'était qu'au bon plaisir de son contractant.

- Inverse pas les rôles, je fixe les règles. Une question par ingrédient.

Et l'autre vient se placer face à lui avant de fouiller dans les tiroirs sous le regard incrédule du chain. Il faisait mine d'avoir ignoré les paroles du plus petit brun et se concentrait surtout sur les gestes de ce dernier. Et puis, Finette est revenu et lui a posé un gros bouquin entre les pattes. Et Nana a continué à regarder son contractant comme s'il était un extraterrestre venu d'une autre planète. Ce qui, en vérité, était le cas du point de vue d'un chain. Qu'importe, toujours est-il qu'au bout d'un moment, Naaru en question finit par assimiler les précédentes paroles du plus jeune. Une question par ingrédient ? Non mais oh, avec un truc pareil, le brun aurait vite fait d'avoir fait le tour rapidement. Néanmoins, et parce qu'il n'avait pas trop le choix, le grand bonhomme ouvrit le livre de recette et oh. Il n'y compris rien du tout. Il y avait une à deux images par page et puis plein, plein d'écritures. Non pas que Nana ne sache pas lire, mais cette chose-là était assez différente de son dialecte. En fait, il ne comprenait pas certains mots, et puis il apprenait aussi sur le coup le nom de certains ingrédients. Parce que oui, à partir du moment où Nana ne s'intéressait pas à quelque chose, il le faisait jusqu'au bout. Autant dire que ses goûts alimentaires s'arrêtaient à "ce que me fait Finn" et "les concombres et les courgettes". Tâchons aussi de préciser qu'il avait en horreur les boudins depuis un certain temps pour une raison obscure, pas même connue par le principal concerné. Cet énergumène avait le chic de faire d'une fixation une phobie en un temps record.

Enfin, toujours est-il que son regard s'arrêtait sur plusieurs pages. Disons qu'il reconnaît simplement certains plats que Finn lui avait déjà cuisiné par le passé. Il était difficile de dire que Nana avait du goût en matière de cuisine. Et quelque part ça l'effrayait un peu. Bah, Finette jouerai le rôle de goûteur, il devait avoir l'estomac solide. Si ça passait avec lui, ça pourrait bien passer avec Michiyo. Le chain soupira de sa propre attitude désespérée. Un coup il avait confiance en lui, et puis après c'était la troisième guerre mondiale dans sa tête. Que penserait la demoiselle s'il lui préparait un plat presque empoisonné ? Qu'elle doive par la suite rester cloîtrée chez elle au lit ? Oh, ça avait certes quelques avantages. Il pourrait passer du temps avec elle, de cette manière. Mais bon, à l'origine ce n'était pas vraiment ce qu'il désirait. En réponse aux précédentes phrases de son contractant, Naaru se mit donc à râler bruyamment mais ne répondit rien.

- Choisis ce que tu veux apprendre. Choisis en plusieurs, parce que ce n'est pas dit qu'on ait ce qu'il faut. J'espère que tu connais les goûts de ton ami.

Pas besoin de le lui dire, Nana s'attachait à la recherche depuis quelques secondes déjà. Malheureusement, tant qu'il n'avait pas le plat sous les yeux et l'odeur sous le nez, Naaru était plutôt mitigé à l'idée de choisir sur un simple coup de gueule, à l'image surfaite des plats présentés. Et puis... Non, il n'avait strictement aucune idée des goûts de la demoiselle. La dernière fois qu'ils avaient mangé ensemble, ça s'était fini en salade. Enfin me direz-vous, il était préférable pour le chain de commencer avec des trucs simples sans utiliser ni gaz ni mélanges à bien doser.

MAIS. OUI.

Le grand brun leva alors les yeux vers son contractant, des étoiles dans les yeux. Ouais, vu comme ça, on aurait dit qu'un éclair de génie lui était passé devant les yeux. Et c'était le cas. Il posa alors brutalement le bouquin de cuisine, finalement assez lassé d'observer ces pages, et prit les mains de son contractant, décidé et heureux.

-Toi qui est un humain, tu n'as qu'à me dire ce qui lui ferait plaisir !

Pour ça, il fallait que le bonhomme réponde à quelques questions. Et pour cette unique raison, le chain se laissa persuader. Il pouvait bien donner quelques informations, non ? En tout cas, il trouvait sa nouvelle idée fort sympathique à son goût. Après tout, quoi de mieux qu'un humain pour satisfaire les besoins d'un autre humain ? Et puis, Finny était un cuisinier, il devait bien savoir ce qui pouvait faire plaisir à ses clients, à peu de choses près ? Cependant, dans l'esprit de Nana, ça ne concernait que les plats salés. Évidemment. Quoi de mieux que des plats salés pour plaire aux femmes ? Ah... Il avait beaucoup à apprendre, pour sûr.

- Alors. Homme ou femme ?
-Femme.

La réponse avait fusé. À croire qu'en fait ça l'amusait. Ce chain avait cette fâcheuse tendance à changer d'émotions à tout bout de champ. Il fallait suivre, mais on finissait par s'y habituer au final. Enfin bon, vu son air enjoué, il aurait presque pu remuer la queue comme un petit chien et aboyer. Bref, hors de nous cette idée. Il attendait les questions, et les comptait secrètement. Son contractant posait les règles, mais lui aimait bien aussi les rappeler. Il n'allait pas se faire avoir sur toute la ligne non plus.

- Et tant qu'on y est, qu'est-ce que tu caches, au delà de l'identité de cette personne ?

Et puis le chain se stoppe. Il baissa les yeux, toute joie disparue. Pourquoi avait-il aussi peur de lui dire cette phrase ? Après tout, tant qu'il ne donnait pas de détails physiques, Michiyo ne craignait rien. Et pourtant. Il était de son devoir de la protéger. Parce que oui, ça comptait... ou plutôt elle comptait énormément pour lui. Elle s'était presque imposée dans sa vie et voilà, depuis elle était là. C'était tellement simple et pourtant si compliqué de mettre des mots dessus. Alors oui, Nana avait peur de la réaction de son contractant. Mais il savait que s'il attendait trop avec cette réponse, Finn risquerait de le prendre encore plus mal lorsqu'il l'entendrait. Voilà, il fallait juste répondre. Mais avant, Naaru posa sérieusement ses mains sur les épaules du plus petit et le regarda d'un air vraiment trop sérieux pour être dans ses habitudes. Comme ça, il ressemblait à sa forme de chain.

- Si tu m'annonces que tu as mis une femme enceinte...

Le garçon cligna alors subitement des yeux, surpris par l'imagination du plus jeune. Mettre une femme enceinte ? Genre... Hmm... le chain retira ses mains et croisa ses bras en passant une main sous son menton. Mettre une femme enceinte. Cette phrase soulevait sa conscience. Mais genre vraiment. Ça n'avait, mais alors, aucun écho. Il comprenait le mot, ou plutôt la phrase, et pourtant, il n'en comprenait pas le sens. C'était difficile à expliquer. Voilà. En fait, nous dirons qu'il ignorait le mécanisme de la vie. Aussi cultivé qu'il soit, le garçon ne s'était jamais intéressé à ce genre de choses. Et pour cette raison, il oublia la précédente question et répondit, aussi inculte qu'il soit :

-Comment ça ?

Enfin bon. Avant que l'autre ne se fasse des idées – ce qui était parfaitement justifiable – Nana enchaîna par la réponse tant attendue. Il mit les mains dans ses manches et détourna à nouveau le regard avant de fixer, droit, le regard de son colocataire.

-C'est... une personne qui compte beaucoup pour moi. Je l'ai croisé dans les jardins de Pandora.

Voilà, c'était vraiment plus facile à comprendre. Il passait par des chemins sinueux, mais au final, c'était plutôt clair. Michiyo était un membre de Pandora et lui un chain de Baskerville. Et ils étaient indéniablement attirés l'un vers l'autre. Pour rien au monde, Nana ne laisserait quelqu'un s'interposer.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   1st Août 2013, 11:24

Qu'est-ce que l'étrange Nana a bien pu encore faire ? D'ailleurs, il parle en fait très rarement de ce qu'il fait à Finn. Le Chain disparaît la journée, revient le soir et son contractant n'a strictement aucune idée de ce qu'il a bien pu trafiquer. Pas qu'il aille le lui demander non plus, leur relation est somme toute assez étrange. En fait, Finn ne sait ce que Nana a fait que lorsqu'il rentre et voit l'appartement sans dessus dessous. Ou lorsqu'ils passent en fait la journée tous les deux, ce qui arrive quand même régulièrement. Mais sinon... Le Nana va et vient, il fait sa vie et ne s'intéresse au Baskerville que pour réclamer à manger.
En fait, Nana est un chat. Mystère résolu.

Cela dit, cela n'élucide pas l'autre mystère. Qui peut bien être au centre des attentions de l'énergumène ? Le rendre gêné ainsi ? Le rendre même courageux au point d'oser braver l'interdit de la cuisine. Si Finn était un peu moins le nez dans le guidon et avait un peu plus de recul, il pourrait en fait se reconnaître avec Aiko, dans cette histoire. Bon ok, il faudrait beaucoup de recul quand même, mais les similitudes sont là. Qui est au centre de ses attentions ? Qui arrive à le rendre gêné alors qu'il n'est pas censé connaître le sens du mot ? La réponse tient en quatre lettre. Et la réponse de Nana ?
Eh bien elle est toujours attendue.

- T'es encore trop jeune pour comprendre ce que peuvent t'apporter ces "cadavres en sursit".

Le plus jeune fait un gros effort pour ne pas pâlir à cette remarque en s'inventant n'importe quoi. Il suffit, c'est Nana qui déteint sur lui et voilà qu'il se met à penser à des inepties. Non pas qu'il soit le mec qui a le plus la tête sur les épaules au monde, mais quand même.
C'est juste cette fichue imagination... Une laisse et un collier qu'il lui faut à celle-là aussi. Comme au Nana pas sage. Nana pas sage qui se moque ouvertement de son contractant d'ailleurs, riant aux éclats suite à sa propre phrase. Vilain Nana. Il ne faut pas te moquer ainsi de ton contractant alors qu'il va sous peu avoir quelques uns de ses engins de torture dans les mains et que tu ne te trouveras pas loin. Qui sait s'il ne bluffe pas pour ensuite mieux frapper, hein ?
Oui ok il ne le fait pas. Mais Naaru pourrait s'imaginer des trucs. Ce qui serait marrant. Mais pas trop, parce qu'après il va foutre le bordel dans l'appart. Et ça, c'est une déclaration de guerre pure et simple. Probablement le meilleur moyen actuel d'énerver le Finny en un instant. Simple, rapide et terriblement efficace. Si en plus le Nana ajoute un sourire victorieux voire moqueur au tableau, la crise peut durer jusqu'au lendemain - le stade boudage, identifiable non pas parce qu'il a une expression boudeuse, mais parce qu'il devient méchant pour un rien, chacun ses méthodes.

- Et toi, arrête de faire marcher tes méninges, tu veux bien ?

Comme s'il le contrôlait !

- Le jour où tu cesseras d'avoir peur des boudins.

Han, il a dit le mot qu'il ne faut pas dire. Oulala.
Bref. Le duo a trop d'imagination et Nana est fou, tout va bien. Reprenons leur débat qui n'en n'est pas un. Finn a donné un livre de recettes au Nana, un livre qu'il n'ouvre d'ailleurs lui-même que rarement. Il faut dire que chez eux, il ne s'amuse pas tous les soirs à tenter un nouveau truc. Il ne faudrait pas oublier que l'animal Baskerville est flemmard au possible et qu'il va bien souvent au plus simple. Mais de temps en temps cela le prend et, plutôt que d'essayer le génie créatif culinaire qu'il ne possède pas, il ouvre le livre et teste un truc au hasard, pour peu qu'ils aient de quoi le faire. Tout ça pour dire qu'il ne sait pas tant tout ce qui peut bien se trouver dans ce livre, mais il y aura bien quelque chose dont la photo - il n'attend certainement pas du Chain qu'il se mette à lire les recettes - retiendra l'attention du plus âgé. Alors voilà. Il n'y a qu'à attendre que le Nana choisisse quelque chose et ensuite... Advienne que pourra. Avec un peu de chance, ils arriveront au bout.
Toujours est-il que le contractant a le dos tourné au Chain, pour fouiller dans les placards, et ne prête qu'une oreille distraite au bruit des pages qui se tournent dans son dos. Sauf que cela s'arrête bien vite et que l'arrêt du feuilletage de livre est suivit d'un bruyant soupir Chainien. Bah alors Nana, un coup de mou ? Le plus jeune referme le placard pour se tourner vers son Chain, curieux à l'idée de ce qui a pu déclencher un tel soupir. Au même moment, Naaru lève des yeux effrayants vers son jeune maître - il n'y a pas d'autre mot - qui, instinctivement, recule quand le Chain avance vers lui. Evidemment, il fait deux centimètres dans l'air, deux autres en s'enfonçant le rebord du plan de travail dans le dos et il ne va pas plus loin. Il ne peut donc pas éviter de se faire prendre les mains par un être de l'Abysse soudainement surexité. A croire qu'il vient d'avoir une révélation qui va changer son existance.

- Toi qui est un humain, tu n'as qu'à me dire ce qui lui ferait plaisir !

Pour toute réponse, Finn le pousse en arrière des deux mains avec un :

- Recules, tu envahis mon espace personnel.

Et après un coup d'oeil suspicieux à la bête, il ajoute :

- En plus tu m'fais peur.

N'approches plus, vade retro, en plus ça se trouve t'as des puces et c'est contagieux. Sauf que non, personne ne peut vivre dans l'appartement de Finn Baskerville et avoir des puces. C'est scientifiquement prouvé, par un type vivant du coup la découverte n'est pas encore célèbre.

Passons. Il est temps d'en revenir au vrai sujet principal. Des questions, et ensuite la cuisine. Non mais. Du coup, Finn jette un nouveau regard suspicieux à Nana avant de finalement se remettre sur les rails et de lancer sa première question. Ensuite on pourra potentiellement disserter sur le fait que Finn est un loser car s'il a une bonne idée de quoi faire pour un homme, en revanche pour une femme c'est une autre histoire. Tout va dépendre de la réponse de Naaru.

- Femme.

Et donc, Finn est un loser. Parce qu'à la question "quel plat préparer à une femme ?" il ne saurait répondre qu'un vague "quelque chose de sucré", cliché au possible.
Bon les goûts et les couleurs dépendent de chacun, mais il pourrait quand même faire plus élaboré.
Ensuite de ça : UNE FEMME. Même les Chains succombent à ces créatures démoniaques.
Et pour info, Aiko n'est pas démoniaque.
Même si tomber amoureux, ça relève un peu de la magie noire qu'on dirait, des fois. Mais juste un peu hein.
Bref donc, le Baskerville peut se rassurer, Naaru ne voit pas une pieuvre en cachette, pas plus qu'il ne fricote dans les jupes d'une vieille - ou d'un vieux qui se serait trompé - et il n'est visiblement pas non plus grand ami avec une horrible créature abyssale. Non, c'est juste une femme, tout va bien.
N'empêche que l'info vaut son pesant de cacahuètes. Du coup Finn enchaîne avec la seconde question, toujours plus amusé et sa curiosité pour le coup piquée au vif. En quoi voir une femme pourrait être dangereux à entendre pour le contractant ? Et pourtant, une fois relancé sur la question, le Nana détourne les yeux. Il y a réellement quelque chose qui le tracasse, en fait. Et puis sans prévenir, le Chain établit de nouveau un contact physique avec son colocataire, posant ses mains sur les épaules de celui-ci. Réflexe, Finn porte ses propres mains sur les avants-bras du Chain, qu'il s'apprête à écarter quand il blanchit d'un coup. Ce que cache Nana, ce n'est quand même pas qu'il a mis une femelle enceinte hein ? Vilain, vilain chat Nana, vilain ! Files tout de suite réparer ça.
Sauf que.

-Comment ça ?

Le plus jeune reprend des couleurs. Comment ça comment ça ? Il n'a pas compris la question ? Mais il sait ce que enceinte veut dire, pourtant. Sinon ça voudrait dire... Que Nana ne sait pas comment on fait les bébés. Une femme aurait trouvé ça mignon. Finn trouve ça aussi édifiant qu'effrayant. Alors il ouvre la bouche pour clarifier quand même au cas où, sauf qu'il est devancé :

- C'est... une personne qui compte beaucoup pour moi. Je l'ai croisé dans les jardins de Pandora.

Le Baskerville referme la bouche, le temps d'assimiler l'information. Oh là, ça fait trop d'informations d'un coup. D'abord il ne sait pas comment faire les bébés et ensuite, il fréquente de près une membre de Pandora ? Finn ne sait quel est le pire.
Mais si en fait, le pire est tout trouvé. Forcément. Il n'est pas Baskerville pour rien.

- ... Tu ne sais pas comment on fait les bébés ?

Ou peut-être que si, en fait, il n'est pas en mode Baskerville pour le moment. Le cerveau a dû court-circuiter quelque part. Il enlève, l'une après l'autre, les mains du Chain sur ses épaules, sans faire mine de s'énerver. En réalité, l'information sur la femme de Pandora est en train d'être traitée par tous ses neurones, encore sonnés d'apprendre qu'un homme de 25 ans, juste en face de lui, vienne de lui apprendre qu'il ne sait rien de la procréation. Qu'il ait essayé ou non n'est pas ce qui est le plus alarmant. C'est surtout qu'il ne sache pas, rien, nada sur le sujet.
Et s'il en avait mise une enceinte sans le savoir, hein ?! Le risque n'est pas écarté !
Et puis les rouages font clic dans la tête du Baskerville.

- Attends y'a plus important là. Toi - et il le pointe du doigt pour appuyer son mot - tu dragues une femme ? Et tu sais pas comment on fait les bébés.

Photo sinon fake !
Ahem. Et si Nana ne sait pas ce que signifie draguer ? Oh bon sang, toute une éducation à refaire. Bref, cela fait deux fois que le Baskerville ne place pas ses phrases là où on l'attend - et cette histoire de bébés le perturbe décidément beaucoup, il n'a même pas conscience d'avoir répété deux fois la même phrase à peu de choses près en peu de temps. Alors il continue :

- Et j'ai cru entendre mentionné Pandora, Naaru Irwin. L'ennemi des Baskerville et donc le tient aussi par extension aux dernières nouvelles.

Ouais enfin...

- Enfin ça c'est ce qu'ils disent, en vrai ils sont juste toujours dans nos pattes alors qu'on ne leur a rien demandé. Ils viennent chercher les ennuis, ils les trouvent et c'est tout. Du coup tant que ton amie ne vient pas chercher à toucher au clan en se servant de toi, il n'y aura pas de problème.

Il laisse une pointe d'amusement paraître en appuyant sur le "amie". Est-ce que c'est trahir ? En tout cas Finn ne pense pas. C'est vrai, Pandora ou pas Pandora, du moment qu'elle laisse ce titre à la porte quand elle est avec Naaru, qu'elle ne cherche pas, à tout hasard, à chopper un Baskerville puisqu'elle en tient le Chain, l'homme s'en contrefiche. Est-ce que les Baskerville s'en prennent aux civils lorsqu'ils ne leur ont rien fait ? Non, peu importe ce que raconte la version officielle de la Tragédie de Sablier. S'ils s'en prennent à des membres de Pandora, c'est parce que ces derniers s'en sont pris à eux en premier. En partant de ce principe, la femme qui occupe les pensées de Naaru n'est qu'une femme parmi d'autres aux yeux du contractant. Elle n'est pas estampillée "Pandora". Aussi longtemps qu'elle restera tranquille, du moins.
Bref. Est-ce que Naaru va faire confiance à son contractant sur ce coup ? Il n'y aurait pas de raison. Finn ne s'amuse jamais à lui mentir - sauf quand c'est pour le faire tourner en bourrique - et si le fait qu'il soit avec une fille de chez Pandora le dérangeait, il aurait piqué une gueulante et balancé des ordres directement. Chose qu'il n'a pas faite. Bon en revanche l'inconnue de Pandora risque de ne pas le croire pour autant mais Finn n'en n'a cure. C'est une inconnue, elle pense ce qu'elle veut. Comme tous les autres inconnus de la planète, il n'y a pas de raison que le traitement diffère.
Néanmoins il y a une chose sur laquelle il veut poser un ordre. Il va d'abord l’énoncer normalement, et y mettra les intentions derrière si Naaru ne comprend pas :

- Par contre. Quoi qu'il arrive, Naaru, je t'interdis de ne serait-ce que mentionner le fait qu'Aiko est aussi une Baskerville devant ton amie. Ne mentionne pas Aiko tout court de toute façon parce que tu n'as pas à le faire, mais on ne sait jamais, s'il advenait qu'on se croise ou un truc du genre.

Moins la membre de Pandora en sait, mieux c'est. Qui sait ce qu'ils ont là-bas chez eux. Finn ne se le pardonnerait jamais si quelque chose arrivait à Aiko de cette manière. Jamais.

- Elle compte pour moi au moins autant que cette femme de Pandora compte pour toi, tu dois comprendre.

Rougis pas, rougis pas, rougis pas eeet... Presque gagné. C'est très léger, parce qu'il a évité de penser trop fort qu'il est amoureux de la Baskerville.
Ceci était la conversation la plus sérieuse qu'ils aient jamais eue.
Bon ok c'est pas vrai. Mais maintenant que tout ça est dit, Finn ne prend pas note du fait que Nana traînait dans les jardins de Pandora alors qu'il n'a rien à y faire - Nana est un vilain chat, oui - et il est temps de revenir sur des choses plus légères. Comme... Oh. Pourquoi est-ce qu'il ne fait le lien que maintenant ? L'idée est brillante. Brillante. L'air amusé de tantôt s'en revient sur le visage du plus jeune. Parce qu'il vient de se souvenir de la question de Naaru, sur quoi faire, et qu'il vient d'additionner cela à la réponse qu'il comptait lui servir. Alors le contractant se détourne de son Chain pour se baisser et récupérer un paquet de sucre dans un placard bas. Il le dépose sur le comptoir et, avec un air beaucoup trop réjouit, se tourne vers le Chain. Sans oublier de mettre bien en évidence le fait qu'il y ait "Sucre" d'écrit sur le paquet.

- Pour en revenir à ton problème culinaire, les femmes aiment bien en général ce qui est sucré.

Le sourire du plus petit s'agrandit. Nana. Hait. Le. Sucre. De toutes ses forces. Alors lui en faire cuisiner ? C'est une vengeance magique pour toutes ces années à devoir ranger après lui. Magique. Du coup le jeune brun en rajoute une couche :

- Tu as plus de chances de viser juste ainsi. On va faire un truc simple. Du caramel, tiens. C'est juste du sucre.

Genre c'est encore plus du sucre que les bonbons à la fraise que le Chain déteste tant. Parce qu'il n'y a rien d'autre dans le caramel de base. Juste du sucre. Y'a qu'un seul ingrédient dans "juste du sucre" ? Haha. Hahaha. Chut. Finn trouvera une parade. En cuisine, Naaru est obligé de le croire de toute façon. Au pire, ils feront du caramel au chocolat. Ou un truc du genre. Est-ce qu'ils ont du chocolat de toute façon ? Bref.
Tandis qu'il sort une casserole pour la poser sur la gazinière, le Baskerville ne peut s'empêcher de demander :

- Tu sais vraiment pas comment on fait les bébés ?

Il n'en dormira pas ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   2nd Août 2013, 21:42

Pourquoi ? Les humains étaient tous trop curieux. Finn en faisait parti, et s'il fallait classer la proportion d'humanité à leur curiosité, on pourrait facilement dire que le contractant était humain depuis des lustres et des générations. Sauf que des fois, l'ignorance était préférable au savoir. On voyait les choses différemment après. Quelques part, la magie disparaissait et pouf, la réalité s'imposait à nous, démontrée et prouvée. C'était on ne peut plus triste. Et quelque part, Nana faisait aussi parti de cette part de magie. On ne savait pas comment étaient arrivés les chains, ni même leurs rôles dans les chaînes alimentaires. C'était une race à part, si tant est qu'on puisse la définir en tant que tel. Peut-être qu'ils étaient, après tout, les prédateurs de la race humaine ? Non. Et puis, le chain s'égarait dans ses pensées. Bah tiens, pour changer.

Finn était trop concentré sur les paroles du grand brun. Et quelque part, ça le mettait mal à l'aise. Pourquoi s'intéressait-il subitement à sa vie ? C'était si étrange que ça ? Il s'acharnait sur le pauvre chain, en l'attente de réponse. Dans le lot, c'était un peu le contractant l'élément perturbateur. Bon, certes, si on ignorait la cause principal ayant amené la curiosité du plus petit. Il n'empêche. Il fallait que la situation tourne rapidement en sa faveur. Alors, rapidement, le chain eut l'occasion de rire en voyant la tête que tirait le plus jeune à l'énonciation de sa phrase. Les petits vieux. Vraiment, il ne savait pas à côté de quoi il passait. Idiot. Son contractant était idiot. En plus, même s'il ne vieillirait pas, Finn deviendrait probablement aigri avec le temps. Ouais, il avait un caractère à devenir râleur avec le temps. Bon, il l'était déjà. Mais il y avait encore une chose à acquérir, et que seul le temps offrirait. Ce truc que seuls les vieux maîtrisaient à la perfection. C'était d'avoir le dernier mot. Mais le vrai dernier mot. L'incapacité totale à pouvoir démontrer le contraire de ce qu'ils pensent. Ah oui, c'est ce qu'on appelait être borné. Mais ça, Finn l'était déjà aussi. Fallait-il en déduire qu'il était un petit vieux ? À cette pensée, le chain ne put s'empêcher de rire de plus belle.

Il n'empêche que, rapidement, le silence revint et le plus grand tempéra bien vite les choses. Mine de rien, il voulait éviter à son collègue de finir au lit avec 39 de fièvre à force d'avoir fait travaillé son imagination à toute allure. On ne savait jamais, des fois les humains tombaient malades pour des causes étranges. Et puis, il y avait...

- Le jour où tu cesseras d'avoir peur des boudins.

Pause mentale.
Connexion en cours, veuillez patienter...
C'était quoi cet affront ? Oui, tout est synonyme d'affront lorsqu'on prononce ce mot. C'était... comment dire, la seule véritable façon de faire réagir le chain de façon certaine. Ça et les bonbons, mais au moins les boudins, ça avait une réaction un peu moins violente. Là, Nana avait envie de foncer jusqu'au frigo et d'envoyer un concombre - qui devait s'y trouver, à n'en pas douter – dans la tête du contractant. Juste comme ça. Mais il s'en retint de toute ses forces. Il ferma les yeux. Respira profondément. Pense à Michiyo. Voilà, respire. Est-ce que Finny a mis du boudin dans le réfrigérateur ? Il les sentirait presque. Et si son contractant voulait subitement acheter du boudin ? Et si Michiyo lui annonçait qu'elle aimait le boudin ? Non, ce n'était tout simplement pas possible. Qui aimait le boudin ? Personne. Ces trucs maléfiques ont été démasqués par le commun des mortels, et maintenant plus personne n'aime ça. Mais puisque les gens ont tendance à oublier cette histoire, certains ont tendance à en reprendre. Et LA c'est la catastrophe. Non, Finn n'avait tout simplement pas le droit d'acheter du boudin. Pour leur survie à deux. Et vla ti pas qu'en plus le boudin se subdivisait en deux couleurs. Le blanc et le noir. C'était pour mieux tromper. Le blanc personne n'en a vraiment l'habitude. Et PAF un jour ça se retrouve dans vos assiettes, et PAF vous voilà contaminé.

-J'en ai pas peur, je m'en méfie juste. Point. T'es nul. Y'en a pas j'espère. En fait j'veux pas savoir.

Non, c'était vraiment préférable de ne pas savoir. L'ignorance préférable au savoir. Nana l'illustrait à merveille. Il aurait tôt fait d'ouvrir le frigo par ses propres moyens pour préparer à manger. Enfin, s'il arrivait bien sûr à tenir jusque là. Le réfrigérateur était tout simplement une caverne d'Ali Baba. Enfin, ça c'était au début, avant de comprendre qu'en fait les plats n'arrivaient pas là-dedans par miracle, et qu'il devait parfois faire les courses. Voilà, encore une fois, la magie disparaissait et ça pourrissait la vie. Des exemples comme ça, il y en avait à foison dans l'appartement.

Bref. Toujours est-il que, finalement, le Nana fait un pas dans la cuisine et s'impose rapidement. Wow, c'est qu'en fait il est vraiment motivé. Michiyo lui fait faire de sacrés progrès. Reste à savoir si ça allait continuer encore longtemps. En feuilletant le bouquin de cuisine, en revanche, Naaru ne parvint pas à trouver quelque chose de satisfaisant. Il n'avait aucune idée des goûts de la demoiselle. S'il l'avait su, il lui aurait demandé. La veille encore, elle se trouvait ici. Oh tiens, ça d'ailleurs il allait bien falloir qu'il ne parle au contractant. Mais chaque chose en son temps. Déjà, il commencerai par le commencement, n'est-ce pas ? Tout à fait. Mais ce n'était pas encore le moment. Et puis l'autre avait commencé à fixer ses règles. Même si le chain ne manqua pas de râler à cette phrase, il accepta néanmoins et osa se prêter au jeu. Et puis, juste avant de débuter l'interrogatoire, le plus âgé fut prit d'un élan d'inspiration. Évidemment, pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Finn était très doué pour cuisiner, il devait forcément quoi faire pour Michiyo. Le fait d'être un Baskerville ne changeait pas grand chose. Disons que son avis serait forcément meilleur que celui du chain, et pour une fois, Nana n'en doutait pas un seul instant. C'était ainsi, parfois Naaru assumait pleinement le fait de ne pas savoir cuisiner et surtout d'avoir des goûts culinaires... particuliers. Mais pas souvent. Il voulait surtout éviter à Michiyo de finir pliée en deux avec un mal de ventre insoutenable. Ce serait vraiment pas sympa de sa part, et le chain s'en voudrait certainement.

Se dirigeant alors vivement vers le contractant , il le vit reculer alors que lui avançait. Allons bon, pour une fois qu'un élan de joie le traversait, c'était le contractant qui avait peur. Ces deux-là fonctionnaient vraiment bizarrement. Il prit alors joyeusement les mains de son vis-à-vis et lui fit part de sa découverte sensationnelle. Ce à quoi le garçon répondit en le repoussant.

- Recules, tu envahis mon espace personnel.

Nan, ça c'était pas une réponse satisfaisante. Mais le plus grand ne bougea pas d'un pouce, si ce n'est qu'il fut forcé de lâcher les mains du petit brun. C'est vrai que ces deux-là n'étaient pas trop tactiles entre eux. Et puis, Nana pouvait être assez effrayant. Il ressemblait en cet instant à une tornade, et qui pouvait emporter tout ce qu'il voulait. La tornade Naaru. Un jour, on nommerait un ouragan à son nom. Bref, le Nana n’était pas seulement une tornade. C'était aussi un être foncièrement contradictoire et borné. Et pour cette raison, il pointa son index sur le front du plus jeune et appuya dessus comme une petite pichenette, juste avant de faire demi-tour sans un mot.

- En plus tu m'fais peur.

Oh ça, c'est vraiment pas quelque chose à lui dire. Il se retourna d'un quart vers son contractant et lui sourit affectueusement. C'était vu comme un compliment pour le chain. Bon ça dépendait aussi de la personne qui prononçait ces mots. Si ç'avait été Michiyo, en fait il aurait tout fait pour corriger son attitude. Mais alors, avec Finn il était tout ce qu'il y avait de plus naturel.

Finn débuta donc après un bref silence son interrogatoire auquel le chain tâcha de répondre du mieux qu'il put. Ah oui, c'était une femme. À n'en pas douter. Enfin, morphologiquement parlant, puisque le brun ne s'était pas attelé aux détails pour le moment. Et puis, ça n'effleurait pas même son esprit de se trouver face à un homme. De toute façon, Michiyo était une femme. Point. C'était pas le moment d'instaurer le doute dans son esprit. Vraiment pas le moment. Se concentrant alors sur la suite des paroles du plus jeune, Naaru fut encore frappé par son imagination. Il avait de l'énergie à revendre le garnement, dis donc. Le débit de parole était incessant, avec lui. Heureusement que Nana était là pour tempérer un peu les choses. Qu'importe. Une chose avait tiqué dans son esprit. Faire les enfants ? Oui bon certes, il en voyait des enfants dans la rue. Il s'entendait d'ailleurs, pour la plupart, bien avec eux. Il savait qu'ils avaient des parents. Qu'ils possédaient une famille. Mais alors de là à se poser la question de la procréation, c'était une autre histoire. Et puisque le chain avait tendance à tout apprendre dans ses livres, à partir du moment où il ne daignait pas s'intéresser à un sujet, ça passait littéralement sa boîte crânienne sans jamais la percuter. Moralité, il ignorait absolument tout de ce genre de choses. Et visiblement, la vérité semblait vraiment choquante. Tellement choquante qu'en fait, la suite des paroles du grand brun passèrent totalement à côté. Naaru ne savait pas trop comment le prendre, en vérité.

- ... Tu ne sais pas comment on fait les bébés ?

Nana hocha la tête négativement. Allons bon, à quoi cela servait-il de le nier ? Ce qui l'inquiétait, c'était surtout d'avoir réussi à faire passer la phrase la plus importante de son existence à travers le décodeur Finn. C'était une première, et en fait, alors que Nana aurait dû finir agacé par cette question, ce fut presque une angoisse qui monta en lui. Non, non il ne savait pas. Et c'était visiblement une hérésie. Il lirait des trucs là-dessus après avoir cuisiné, puisque c'était apparemment aussi important. Enfin, ça devait l'être, pour que la tronche tirée par Finn soit aussi affligeante.

- Attends y'a plus important là. Toi tu dragues une femme ? Et tu sais pas comment on fait les bébés.
-On pointe pas les gens du doigt.

Voilà, Finn pouvait être fier de son éducation. Au moins une chose que le chain avait retenu de leurs longues discussions. C'était pas bien de pointer du doigt. Enfin, disons que Naaru préférait s'occuper sur autre chose pour le moment. Au delà du choc, c'était presque la crise cardiaque. Naaru avait l'impression de passer à côté d'une chose assez importante. Voir même très importante. Non, mais à force de lui poser la question, le chain finirait par lui poser la question. Et s'il ne répondait pas, eh bien il demanderait à Michiyo. Ça s'arrêtait là. En plus, Nana ne comprenait pas pourquoi draguer avait un quelconque rapport avec le fait de faire les bébés. À moins qu'en vérité, il y avait vraiment une similitude. Si ça se trouve, sans le savoir, il avait vraiment procréé sans le vouloir. Parce que bon, lui-même ne le niait pas. Il aimait voir les demoiselles rougir lorsqu'il leur faisait des compliments. Enfin ça, c'était avant de rencontrer Michiyo. Maintenant en fait, c'était plutôt elle qui le mettait dans tous ses états. Bref, rapidement, un doute s'installa dans sa tête. Et s'il avait fait des enfants avec Michiyo sans s'en rendre compte ? Ça le mettait vraiment mal à l'aise. Ça paraissait tellement choquant que Nana était prêt à croire que ça pouvait se faire en s'embrassant. Et bon là, il était pas dans la mouise, pour rester poli. Enfin, tel maître, tel chain, c'était à présent au tour du plus âgé de se faire des films. Il fallait aussi dire que l'autre était assez stressant sans le vouloir.

-Pourquoi ? Quand on drague une femme elle tombe enceinte ?

Le plus jeune en deviendrait presque moqueur. Mais avec tout ça, la discussion dérivait un peu trop au goût du plus vieux. Ce n'était pas à son déplaisir, et pourtant, il attendait la bombe à retardement. C'était un peu ça Finn parfois. Une bombe à retardement. Et ça explosait fort la plupart du temps, même si Naaru l'avait souvent bien cherché. Mais là, c'était pas vraiment de sa faute. D'accord, il s'était délibérément baladé dans les jardins de Pandora, mais il ne s'était pas du tout attendu à tomber sur pareille femme. À repenser à leur première rencontre, Nana s'en trouva tout bouleversé. C'était ce jour où il avait sorti son premier mensonge. Il lui avait caché sa nature de chain, et elle l'avait cru. Ça paraissait tellement lointain tout ça. Et pourtant ce n'était pas si vieux que ça.

- Et j'ai cru entendre mentionné Pandora, Naaru Irwin. L'ennemi des Baskerville et donc le tient aussi par extension aux dernières nouvelles.

Ah voilà, finalement, la phrase était enfin arrivée aux oreilles du contractant. Nana s'attendait à tout. Au pire plutôt qu'au meilleur d'ailleurs. Mais la voix, sans être douce, n'était pas particulièrement offensive. Le chain cligna des yeux. La bombe se déclenchait lentement à son goût. Ou peut-être était-ce encore son coup précédent qui n'était pas encore encaissé par le plus jeune ? Eh bien, s'il l'avait su, le chain se serait tut. Mais il avait parlé sans réfléchir. Comme à chaque fois qu'ils se parlaient en fait. Finn n'avait pas engueulé le chain à cause de sa fréquentation, et ça l'étonnait. Peut-être devait-il lui préciser qu'elle savait où il habitait à présent. Qu'elle était là hier encore. Peut-être qu'il voulait le voir en colère ? Mais alors, il n'aurait plus droit à sa leçon de cuisine. Il fallait attendre. Deux questions. Ça faisait deux questions. Enfin, si on ne considérait bien sûr pas toutes les suivantes qui ont poussés frénétiquement sur le sujet des bébés. BREF. Que pouvait-il bien répliquer pour le moment ? Pas grand chose, de toute évidence. Il devait attendre que son contractant ait terminé pour se justifier si besoin est. Quoique, si ça se trouve, la justification n'aurait pas lieu d'être, vu le peu d'engouement dont faisait preuve le jeune brun. Il l'avait connu plus réactif, pour sûr. Il n'empêche. S'il devait se justifier, il le ferait. Michiyo était quelqu'un de très gentille. Elle était douce et puis amusante. Elle changeait d'expression à tout va et le taquinait sans cesse. Il était hors de question qu'elle l'amène ici. En fait, si Finn pouvait ne jamais la voir, c'était tout aussi bien. Elle était du genre repérable à des kilomètres avec ses cheveux bleus. Et Naaru se maudirait si quoique ce soit lui arrivait un jour par sa faute. Voilà, c'était le Nana amoureux-et-qui-le-sait-pas.

- Enfin ça c'est ce qu'ils disent, en vrai ils sont juste toujours dans nos pattes alors qu'on ne leur a rien demandé. Ils viennent chercher les ennuis, ils les trouvent et c'est tout. Du coup tant que ton amie ne vient pas chercher à toucher au clan en se servant de toi, il n'y aura pas de problème.

Nana acquiesça silencieusement. Il était plus que d'accord. En fait, si le contractant le prenait comme ça, il n'y avait pas de problème. Et il appréciait franchement. Cependant, ce qui l'empêchait de sourire en cet instant, c'était la fin de phrase. Se servir de lui ? Ow, ça Naaru ne l'avait pas vu arriver. Il n'avait jamais ressenti ce genre de choses par le passé, et parce qu'il était un peu naïf, il était somme toute assez pur. Comme un enfant à qui on apprenait le sens du mot vivre. Il s'était bien posé quelques questions au départ. Mais rapidement ces doutes avaient été balayés et il avait appris à apprécier cette demoiselle. Et puis, sans vraiment l'avoir saisi, les relations se sont bien plus soudées et elle devenue indispensable. Si au final elle s'était servi de lui, alors Nana allait probablement mal, voir très mal le prendre. Il serait capable de la tuer sans aucune cérémonie. Le chain secoua alors vivement la tête et ne put retenir ce flot de sensations :

-Elle ne se sert pas de moi !

Et paf la réplique était sortie toute seule, comme en écho à ses propres sentiments. Ça lui faisait presque mal au cœur d'entendre son contractant l'induire en erreur. Il recula un peu, et posa son poing sur la table sans maîtriser sa force, les dents serrées. Résultat, la table prit un coup non négligeable et si elle ne cassa pas, en revanche elle marqua le poing sur sa surface. Ça le rendait presque fou de ressentir autant de choses différentes sans pouvoir les comprendre. Il avait besoin d'aide, quelque part. Ça faisait presque pitié. Naaru inspira brusquement sans relâcher le poing devenu blanc sous la pression qu'il exerçait sur ses doigts. Cependant, il sentit l'atmosphère se charger d'une nouvelle tension et fut forcé de relever les yeux vers son colocataire. L'air sérieux qu'il afficha alors lui fit subitement changer d'attitude. Il fronça les sourcils et s'apprêta à écouter les paroles de son contractant. Ce devait être important, pour qu'il ait changé d'expression aussi rapidement. C'en était presque un mini-Nana. Mini, parce qu'il ne serait jamais aussi grand que lui.

- Par contre. Quoi qu'il arrive, Naaru, je t'interdis de ne serait-ce que mentionner le fait qu'Aiko est aussi une Baskerville devant ton amie. Ne mentionne pas Aiko tout court de toute façon parce que tu n'as pas à le faire, mais on ne sait jamais, s'il advenait qu'on se croise ou un truc du genre.

Le chain s'étonna de toutes ces recommandations. Aiko ? Ah, n'était-ce pas cette jeune femme aux cheveux rouges ? Il en avait un vague souvenir, puisqu'il ne l'avait en fait que peu côtoyé. Elle était sympathique, mais ça s'arrêtait là. C'était une Baskerville, tout comme Finny. Ça oui. Mais bon, très honnêtement, il n'y avait aucune raison pour Nana d'en arriver à une pareille discussion. Michiyo n'avait même pas posé de questions sur son contractant, alors ça l'étonnait franchement qu'elle s'intéresse subitement au reste de la famille. Et puis, auquel cas, Nana n'avait de toute façon pas l'intention de mettre en danger les Baskerville. Enfin, disons qu'en divulguant des noms, ça avait des chances de retomber sur Michiyo. Et il en était tout à fait hors de question. Tout était lié dans ce monde. Absolument tout. Et c'est bien pour cette raison qu'il profita de cet instant sérieux pour émettre lui-même ses propres commandements. Haussant les épaules, il répondit donc :

-Je n'ai aucune raison d'en parler. Mais je veux avoir de mon côté la certitude que personne ne cherchera à s'en prendre à elle. Ne la mêlez pas à vos affaires sous prétexte qu'elle est de Pandora. Elle se fiche de tout ça, tout comme moi.

Même s'il ne l'avait que vaguement évoqué, Naaru avait en quelque sorte fait la promesse qu'il ne parlerait pas d'Aiko. À vrai dire, ça ne lui serait jamais venu à l'idée d'en parler. Mais au moins, maintenant Finn pouvait être certain qu'il n'aborderai jamais ça. Fixant son contractant d'un air honnête et droit, cela lui permit d'appuyer ses précédentes paroles. Si Finn était sérieux, c'était aussi le cas de Nana. Et croyez-le bien, c'était une nouveauté pour lui de vouloir tant protéger quelqu'un sur la longue durée. Oui, c'était surtout ça. La longue durée. Durant sa longue vie, Nana ne s'était intéressé qu'aux êtres éphémères. Terriblement éphémères. De cette manière il n'avait pas à s'attacher. Et là, Michiyo revenait tout le temps à la charge.

- Elle compte pour moi au moins autant que cette femme de Pandora compte pour toi, tu dois comprendre.

Et à Nana de froncer les sourcils encore plus fort. Non. NON JUSTEMENT il ne comprenait pas. Il tâchait d'assimiler cette protection comme une preuve de possession. Mais non, ce n'était pas encore ça. Il voulait son bien-être. Tant de choses auxquels il n'était pas habitué à songer. Et puis, le reste est venu tout seul.

Mais lui il comprend.

Évidemment. Finn, lui il savait. Il comprenait. En tout cas, c'est l'air qu'il donnait. Il avait tout du moins l'air de ressentir la même chose que lui pour elle. La protection. Elle était tellement similaire. Lui, il était parfaitement conscient de ce qu'il ressentait et l'acceptait, contrairement au chain. Ce n'était encore une fois pas dans ses habitudes, mais le chain ne se défila pas. Il ne changea pas de sujet parce que ça ne l'arrangeait pas. Il voulait savoir parce que ça commençait à lui bouffer son énergie.

-Alors explique-moi. Qu'est-ce que tu ressens pour Aiko ?

Un regard qui lançait des éclairs. C'était à Finn de s'en prendre un peu plein la figure. Il n'avait qu'à éviter ce sentier ô combien glissant. Ce qu'il ressentait pour Aiko. Peut-être qu'il comprendrait, en fin de compte. C'était à espérer. Tourmenté par ses peurs, parce qu'elles en étaient, le chain ne remarqua même pas le plus jeune se tourner et regarder dans ses tiroirs avant d'en sortir un paquet blanc. En fait, même en s'approchant du chain, ce dernier continuait de l'ignorer royalement. Ce n'est qu'au moment où Finn se décida à prendre la parole qu'il ne se décida enfin à baisser les yeux.

- Pour en revenir à ton problème culinaire, les femmes aiment bien en général ce qui est sucré.

Le sourire qui était venu se placer sur les lèvres des deux garçons se dégrada rapidement chez le plus âgé.

C'est.
UNE.
BLAGUE.

Du sucre. Un gros sachet de sucre. C'était planqué depuis tout ce temps dans les tiroirs et Nana n'avait rien senti. Et puis, sur le coup, le chain est déstabilisé. Et puisqu'il se trouve près des chaises évidemment il cherche à reculer et s'en paye une sur son chemin. Et tombe sur les fesses, la chaise suivant son élan. Cascadeur professionnel, Naaru fait une pirouette en arrière, écartant encore davantage l'écart entre leur deux personnes. Non, entre cette chose et lui.

-Approche encore une fois ce truc de moi et je te jure que je fais des tâches sur ton sol que tu ne pourras jamais récupérer.

Ow ow, on était face à un véritable duel de réplique. Et de menaces en tout genre. Ces menaces qui marchaient tout aussi bien sur l'un que sur l'autre. Le rangement pour Finette et le sucre pour Nana. Les deux véritables sujets à réflexion des deux bruns. En tout cas, pour le coup, le chain ne blaguait vraiment pas. Il était capable de faire des tâches ignobles sur le sol, et Finn devait s'en douter. Il était du genre à casser le carrelage si la tâche n'était pas assez voyante, alors oui, si Nana se décidait à démolir l'appartement il le ferait. Mais comme il appréciait son lit et les plats de Finny, il se retenait en se contentant simplement de mettre tout sans dessus dessous. C'était son lot de consolation hebdomadaire, si ce n'était journalier.

Sans se rapprocher un seul instant du paquet de sucre, Nana eut même tendance à se mettre derrière le canapé, prêt à bondir au moindre geste suspicieux de l'autre. Et il n'avait strictement aucune confiance. Mais pourquoi les femmes aimaient-elles les sucreries ? Pourquoi tout le monde affectionnait ces petites choses pleines de mauvaises choses ? En plus, le goût était ignoble. Infect. Ça sentait tellement fort. Ça irritait ses narines. Le mal. Avant les boudins il y avait le sucre. Et l'exemplaire premier du nom se trouvait là, face à lui, siégeant royalement dans les mains de son acolyte. Non, non, non, il ne cuisinerai jamais un truc pareil. C'était tout simplement hors de question. Michiyo ou pas, c'était un gros saut à passer. Saut qu'il n'était psychologiquement pas prêt à faire.

- Tu as plus de chances de viser juste ainsi. On va faire un truc simple. Du caramel, tiens. C'est juste du sucre.

Oh le démon. Oh le vil habitant des Enfers. Comment se permettait-il de sourire de cette façon ? Il le lui payerai cher. Non mais, il se fichait de sa tête. Dès lors que cet objet aurait disparu de ses mains, Naaru fondrait sur lui. Mais pas pour l'instant. D'abord. il. fallait. Qu'il.

-Lâche. ce. Paquet. de. Sucre. Et choisis autre chose. Je cuisinerai jamais ça.

Et il appuya bien sur le fait. Non, il s'approchera pas de ce truc. Il essayera même pas de voir à quoi ça ressemble. Hors de question. C'était tout à fait hors de question. Et pourtant, Naaru déserta sa position lointaine pour s'approcher de la cuisine et fixer le sucre sur le comptoir. Soit proche de tes amis, et encore plus de tes ennemis. Voilà. Il effectuait ce proverbe à merveille. Avec tout ça, les règles précédemment établies sur les questions lui étaient passées au-dessus de la tête. Seul ce sucre comptait. C'était une véritable guerre qui s'engageait entre lui et ce bestiau.

- Tu sais vraiment pas comment on fait les bébés ?

Il observa les agissements du mini démon. Qu'est-ce qu'il faisait ? Pourquoi il sortait une casserole ? Il n'allait pas faire cuire le sucre quand même ? Ah non. Non. Il se fichait bien des paroles de Finn. Là, sa survie passait avant. Il n'y avait pas besoin d'être Einstein pour deviner qu'à faire cuire quelque chose, ça allait sentir. À cette idée, le chain en eut des tournis. Oui, c'était une quasi phobie. Une phobie maladive. Il était hors de question de faire cuire du sucre. Il finirait malade pendant plusieurs jours. Il le lui promettait. En s'accrochant comme il put au rebord d'un mur, Naaru se sentit flancher. Il tomba sur les genoux, subitement faible. Au fur et à mesure de ses paroles, il baissait en intensité et en force, alors que le contractant n'avait même pas allumé le feu.

-Ouvre pas ce truc. Ça va puer dans toute la salle. Je vais tomber malade. Je me sens mal. Fiiiiiiiiinn.

Naaru était un professionnel de la comédie. Et le pire, c'est qu'il y croyait vraiment. C'était à se demander s'il était capable de devenir fiévreux par sa seule volonté. Ah... il méritait d'être embauché dans un théâtre. Il ferait certainement fureur.

[HRP=UNE SOIREE POWAA. J'ESPERE QUE T'ES FIERE DE TOI IL EST 01H DU MATIN ! Bref, je te laisse continuer sur la lancée, Finn va devoir allumer le gaz tout seul, Nana est psychologiquement pas en état.]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   4th Août 2013, 11:32

La tête de Naaru lorsque le boudin est mentionné vaut le détour. Très sérieusement, son problème avec cette chose dépasse l’entendement. Ok, le mot est étrange. Peut-être bien que le Chain n'aime pas ça non plus. Mais pourquoi diable faire une fixation dessus alors ? Sa fixation est tellement irrationnelle qu'il croit Finn quand ce dernier lui dit en avoir caché sous son lit par exemple. Et c'est irrationnel. Parce qu'on parle de Finn Baskerville, maniaque de son état. S'il y a une personne qui n'irait jamais rien mettre sous le lit de son Chain - de surcroît de la nourriture -, c'est bien lui. Mais Nana y croit à chaque fois. Si le Baskerville était susceptible, il pourrait presque être triste du fait que son Chain, après toutes ces années, ne semble pas le connaître mieux que cela. Mais voilà, Nana et le boudin, ça dépasse l’entendement, la compréhension humaine. Ça écrase la logique et ça semble impossible à arrêter. Jusqu'à ce qu'il trouve plus fort que le boudin. Qui vaincra le boudin ?

- J'en ai pas peur, je m'en méfie juste. Point. T'es nul. Y'en a pas j'espère. En fait j'veux pas savoir.

Finn résiste à l'envie de lui dire qu'il en a mis dans la peinture qui a servit à peindre les murs de la chambre de Nana - murs qui étaient en fait déjà peints à l'achat de l'appartement, il n'y a jamais touché. Parce que ça le rendrait dingue et, si ce serait en effet probablement hilarant les vingt premières minutes, à partir de la vingt-et-unième, celle où Nana aurait décidé qu'il devait, pour son bien-être, immigrer dans la chambre de son contractant jusqu'à nouvel ordre, ce serait beaucoup moins drôle. Du coup, du haut de ses vingt-et-un ans tous frais, le contractant lance une réplique bien sentie, mature et qui clouerait le bec à n'importe qui :

- C'toi qu'es nul.

Voilà. Leurs joutes verbales mériteraient d'être recueillies dans un livre relié puis vendues internationalement. On les enverrait sur scène pour jouer les moments forts et ils deviendraient riches et célèbres. Il faudra y penser à la réincarnation dans deux siècles - si les Baskerville n'ont pas à aller faire un tour dans l'Abysse pour encore un nouveau siècle voire plus d'ici là.Bref. Le Chain continue ses singeries par la suite, s'approche de trop près de son contractant qui ne manque évidemment pas de le repousser - ils ont déjà dormi ensemble ? Oui mais ça c'est de nuit et quand Finn est trop assommé pour tenter de repousser la bête - parce que la folie, c'est contagieux. Dans le cas de Nana, du moins. En plus cet animal sourit bizarrement quand son contractant lui annonce qu'il lui fait peur. Ce qui n'aurait pas dû être pris au sens fort du mot. Finn avoir peur de Nana ? Ha ! Jamais. Il peut lui faire danser la Macarena en pagne dans la rue quand il veut avec un ordre bien senti. Dommage qu'ils ne connaissent pas la Macarena à cette époque. De toute façon ils n'ont pas de pagne chez eux. Bref. Le Naaru est suspect.
Mais il éclate tous les records quand il avoue - quoi que ce n'est pas un aveux, le Chain semble trouver ça normal - qu'il ne sait pas comment on fait les bébés. Alors qu'à priori, il est équipé de ce qu'il faut - et ça, Finn aurait bien voulu ne jamais le découvrir. Il. Ne. Sait. Pas. Ils viennent d'où, les bébés, à son avis ? A la réflexion, son contractant ne veut pas savoir.

- On pointe pas les gens du doigt.

... Le doigt déplié revient plus vite que l'éclair se rétracter avec ses copains.

- ... J'te pointe pas du doigt.

Depuis quand Nana écoute en fait ce que dit son contractant, hein ? Il le fait exprès, il doit le faire exprès. Fichu Chain. Et il tente une diversion là ! Il ne sait pas faire les bébés. Et il drague une femme de Pandora, certes. Mais il ne sait pas... Oh. C'est trop choquant. Et en plus, le Chain semble vraiment attaché à cette femme de Pandora. Haha. Hahaha. Il va vite devoir apprendre celui-là. Mais ça, c'est carrément hors de question que Finn le lui annonce. L'animal va devenir hors de contrôle après. Ou pire. Il va demander une démonstration. Hors, il faut être deux pour ça. Et il n'y a que Finn qui ait le droit de poser ses yeux sur le corps d'Aiko. Et elle-même, forcément. Qui l'a décidé ? Le Baskerville lui-même. Propriété privée. BREF. Nana n'aura jamais de démonstration, qu'il se débrouille.
Mais bon sang, il ne sait pas comment ça marche. Et donc, il pense que le truc qu'il ne prend pas le soin de mettre dans un caleçon sert à quoi ?
Attendez, la réflexion va trop loin, stop. Ça suffit. Même s'il faudrait lui annoncer qu'il ferait bien de commencer à mettre des caleçons. Parce que le jour où il va apprendre en vrai et en live la technique pour faire des bébés avec lui dans le rôle principal masculin, le rôle principal féminin risque d'être surpris pendant l'effeuillage.

- Pourquoi ? Quand on drague une femme elle tombe enceinte ?

Cette fois, Finn a tout simplement l'air horrifié. La vision du monde du Chain, en plus d'être fausse, est effrayante. Le contractant serait à la tête d'une petite armée si ce que racontait Nana était vrai. Et Aiko aurait déjà eu des dizaines d'enfants juste de lui. Parce que oui, il drague sa propre copine. Un problème ? Bien.
L'air toujours terrifié, Finn assène :

- Heureusement que non !

Qui sait combien d'autres fausses vérités sur le monde ce Chain peut bien penser.
Et Finn ne veut pas le savoir.
Sur ce, il est temps de repasser, temporairement au moins, à des choses plus importantes. Comme cette histoire de Pandora. Finn n'est pas tellement inquiet car il fait confiance à son Chain. Si la fille cherche réellement à attraper des Baskerville et à l'utiliser, tôt ou tard elle demandera des informations de trop que Naaru, tout naïf qu'il puisse être, ne donnera pas. Genre la localisation de leur repère, à tout hasard. D'autant plus qu'il n'y a aucune raison de l'emmener là-bas, ce ne sont que des ruines. Il faut s’appeler Aiko et Finn Baskerville pour envisager d'en faire un lieu où... Eh bien, tenter de faire un bébé, justement.
On en revient toujours à ça, c'est dramatique.
Bref. Donc, Finn n'est pas très inquiet. Uniquement parce que, tout fou et ignorant des choses de la vie qu'il soit, son Chain n'est pas stupide. S'il y a bien une chose qu'il ne fera à priori pas, c'est de mettre en danger son contractant et le clan Baskerville. Il sait ce qui l'attend de toute façon, le jour où il fait quelque chose de stupide. Il pourra dire ce qu'il voudra sur son maniaque de contractant, tyrannique à ses heures, mais il reste un Chain chanceux. Ils n'ont pas tous l'opportunité d'aller et venir à leur guise, sans qu'on ne les embête de trop. Mais comme on dit, la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. Jusqu'ici, il n'y a jamais eu de problème. Si Naaru fait attention, il n'y en aura pas par la suite non plus. Après tout, cette femme de Pandora pense peut-être de manière similaire au Baskerville : ce statut, Pandora/Baskerville, n'a rien à faire au sein d'une relation où l'on souhaite s'investir. Si elle voit Naaru comme une personne à laquelle elle tient beaucoup, elle n'essaiera pas de lui nuire. Ni à lui, ni à son contractant derrière. Dans ce cas là, Finn peut prétendre n'avoir jamais appris qu'elle est de Pandora. S'ils se croisent un jour par hasard - après tout cela pourrait arriver vu que Nana et lui habitent au même endroit -, il a considérera comme une femme civile, comme toutes les autres. La boulangère pourra en attester, il n'a jamais eu de pulsion violente à l'encontre d'un parfait innocent de la vie de tous les jours. Du moins, tant qu'il n'est pas question de mission. Parce qu'il est vrai que s'il est question, par exemple, d'une infiltration dans un manoir, c'est une toute autre histoire. Enfin bon, les Baskerville ne s'amusent pas à infiltrer Pandora s'ils n'en n'ont pas besoin, ils ont d'autres chats à fouetter.
Il n'empêche que Naaru semble un poil surpris de la fin de la phrase de son contractant. Allons bon, après les bébés dont il ignore tout - traumatisme, traumatisme -, lui, grand tueur à ses heures, va faire croire à son contractant qu'il ignore aussi tout de la façon dont les humains peuvent être mesquins et manipulateurs entre eux ? Il a encore beaucoup à apprendre, pour quelqu'un qui passe soit disant son temps à observer les humains agir.

- Elle ne se sert pas de moi !

Il hausse la voix et son maître soupire. Et hey ! Il vient de faire un creux dans la table. Ça, par contre, fait froncer les sourcils du plus jeune. Qu'il ne commence pas à détruire le mobilier ou il va lui arriver des bricoles.

- Je n'ai jamais dit ça, je ne la connais pas, Naaru. Je ne l'ai jamais vue, comment est-ce que je pourrais savoir ?

Nouveau soupir, éviter de trop lorgner vers la table sinon il va s'énerver alors que la discussion est loin d'être terminée. Ce Chain... Il faut tout lui apprendre, tout. Les femmes sont peut-être bien les pire manipulatrices de toutes. Qui les soupçonnerait, lorsqu'elles prennent cet air doux, qu'elles usent des leurs mains, qu'elles font couler un flot de promesses d'entre leurs lèvres qui se laissent si facilement embrasser ? C'est tellement facile de se faire avoir par une femme. Et quand elles frappent, on ne s'en rend compte qu'après leur départ. Elles mentent et inhibent les sens pour le dissimuler comme personne. Les clichés sur le sexe faible sont une armure parfaite pour celles qui savent s'en revêtir. Après tout, qui a besoin de force quand il suffit d'une petite piqûre de poison pour tuer ? Mais loin de tout ça, si la femme qu'a rencontré Naaru était dangereuse à ce point, il s'en serait bien rendu compte. Ne serait-ce que parce qu'il est un Chain et ne sait, visiblement, rien de l'effet que peuvent avoir les femmes sur les hommes - mesdames et messieurs, c'est bien la première fois depuis sa révélation que ce "détail" est vu comme un atout. Si elle avait tenté ne serait-ce qu'un peu trop fort de l'embobiner, il s'en serait rendu compte. Nana est assez imprévisible, c'est marcher sur une corde que de tenter de le manipuler - pour tout dire, le mieux que Finn puisse faire inclut de lui faire croire qu'il a planqué du boudin quelque part. Une corde suspendue entre les deux paroie d'un canyon où le Soleil tape aussi fort qu'il le peut, tandis que le vent fait rage. Parce que le Nana est une tornade, quand il s'y met.
Bref. Néanmoins, malgré le fait qu'il sache qu'insister dans cette voie risque d'énerver l'animal, le contractant choisit de poursuivre sa déclaration précédente, pour mettre le Chain en garde. Parce qu'un Chain averti en vaux deux :

- Tu sais, depuis le temps, que les humains jouent beaucoup de la manipulation. Mais c'est une vérité générale, le cas par cas diffère assez souvent. C'est juste une mise en garde. De toute façon, vérifier est très simple, si elle te pose plus de questions sur les Baskerville que sur toi, c'est qu'il faut commencer à t'inquiéter.

Une pause, et il ajoute :

- Et laisse cette table tranquille, elle ne t'a rien fait.

D'ici à ce que le Baskerville envoie son Chain se débrouiller pour trouver une nouvelle table, on en n'est pas loin. Mais pas maintenant, non pas maintenant. Il y a la mise en garde vis à vis d'Aiko à faire, avant. Est-ce que le Baskerville va lui raconter, à elle, que son Chain se promène avec une membre de Pandora ? D'un côté, cela ne la concerne pas - et ne concerne Finn que parce qu'il est le contractant de Naaru, sinon il n'est pas concerné non plus -, mais d'un autre... Cela reste, malgré tout et malgré la confiance que le contractant a pour son Chain, un danger potentiel. Et pas des moindres, puisqu'il s'agit de Pandora. Finn sait qu'Aiko pensera comme lui. Tant que la mention Pandora est mise au placard quand il est question de trainer avec Naaru, tout ira bien. La jolie rousse n'ira certainement pas chercher à débusquer la femme inconnue chez elle. Alors peut-être que Finn le lui dira. S'il y pense, en premier lieu.
Et puis ne serait-ce que pour lui dire que Nana ne sait pas comment on fait les bébés et que c'est terrifiant comme nouvelle. Il en est encore tout retourné, ce pauvre jeune brun.

- Je n'ai aucune raison d'en parler. Mais je veux avoir de mon côté la certitude que personne ne cherchera à s'en prendre à elle. Ne la mêlez pas à vos affaires sous prétexte qu'elle est de Pandora. Elle se fiche de tout ça, tout comme moi.

Contrairement à ce que Finn pensait encore il y a quelques instants, non, Naaru ne l'écoute pas quand il parle. Il vient juste de lui dire que lui comme le clan n'en n'a rien à faire de Pandora tant qu'ils ne viennent pas tenter de leur mettre des bâtons dans les roues. C'est une manière de penser assez simple, mais il n'y a rien d'autre à en dire.

- Je viens de te dire que personne n'en avait rien à faire qu'elle soit de Pandora tant qu'elle ne vient pas mettre son nez là où elle ne devrait pas. En fait, Pandora ou autre, n'importe qui qui vient empêcher le clan de mener sa mission à bien est un ennemi. Ils ont juste un uniforme, chez Pandora. Donc oui, je te promets sans problème que personne ne s'en prendra à elle aussi longtemps qu'elle se tiendra tranquille. Vu ce que tu en dis, pour l'instant c'est le cas et c'est parti pour durer. Parfait.

Le principe est ultra-simple : fouttez-nous la paix et on fait pareil pour vous.
Ceci étant réglé, Finn ne peut s'empêcher d'ajouter une phrase en espérant que Nana comprenne pourquoi il tient tant à protéger Aiko et que ça, c'est semblable à pourquoi lui veut protéger cette membre de Pandora.
Sauf qu'il ne faut jamais sous-estimer l'étendue des non-connaissances du Chain. L'histoire des bébés aurait déjà dû bien avertir le contractant, mais il n'a pas été assez prévoyant. Quand il voit Naaru froncer les sourcils, il se demande ce qu'il a encore bien pu dire de travers. Il n'a fait qu'affirmer à voix haute devant son Chain qu'il tient énormément à sa copine, où est le problème ? A priori, c'est ce que Nana ressent envers la femme inconnue. Alors quoi, pourquoi il le regarde aussi mal ?

- Alors explique-moi. Qu'est-ce que tu ressens pour Aiko ?

Ce qu'il ressent pour Aiko. Cette fois rien à faire, le contractant pique un fard et détourne prestement le regard. C'te honte mondiale, il vient de rougir devant son Chain. Rougir. Quelque chose qu'il ne fait absolument jamais. Réellement jamais, c'est la première fois que Naaru le voit ainsi. Et jusqu'à maintenant, c'était surtout le privilège d'Aiko de le voir aussi rouge que ça. Quelle idée aussi de lui demander ce qu'il ressent pour elle, hein ! Il en est amoureux, voilà ce qu'il ressent. Il veut la protéger, qu'elle aille bien, qu'elle sourisse, qu'elle lui sourisse, qu'elle vive, qu'elle rit, qu'elle lui parle, qu'elle le câline, qu'elle se confie à lui, qu'elle le taquine, qu'elle l'obsède ; juste qu'elle l'aime aussi.
Pfeuh, il n'y a qu'elle pour le faire penser des trucs pareils. Le visage bien rouge, le contractant se détourne vers les placards en éludant volontairement la question de son Chain. Non pas qu'il est incapable d'y répondre, mais la question a fait surgir en avant une telle vague de sentiments qu'il a d'abord besoin de se calmer avant de pouvoir s'exprimer clairement. Autant changer le sujet, pendant qu'il y est. Bah oui, à la base, il était quand même question de cuisiner.
C'est là que le Baskerville a un éclair de génie. Du sucré, il faut cuisiner du sucré. A priori les femmes aiment ça, mais surtout, Nana a le sucre en horreur. Ok, c'est un peu moche ce que fait Finn, parce qu'il est censé aider son Chain. Mais bon, il n'a vraiment pas d'autre idée sur ce qui plairait aux femmes - il demandera à Aiko la prochaine fois - alors... Autant faire d'une pierre deux coups !
La réaction de Nana lorsqu'il voit apparaitre le sachet de sucre est mémorable. Et, lorsqu'en reculant il se paie les chaises, son contractant éclate de rire. Il se paie royalement sa tête, ne s'en cache pas et aime ça. Oh que oui. S'il n'était pas maniaque au possible, il aurait ouvert le sachet de sucre pour en lancer sur Nana. Effet garanti. Mais puisqu'il est maniaque, il se contente d'observer la retraite du Chain en détresse.

- Approche encore une fois ce truc de moi et je te jure que je fais des taches sur ton sol que tu ne pourras jamais récupérer.

Le rire se tait et son auteur fronce les sourcils. Il compte faire quoi cet animal ? Animal qui part se cacher derrière le canapé, sous le regard de son contractant, qui reste malgré tout décidé à utiliser ce paquet de sucre.

- T'as pas intérêt. J'ai un paquet de sucre et j'hésiterai pas à m'en servir.

Et même qu'il peut en trouver d'autres s'il le faut ! Même pas peur ! La phobie du sucre de ce Chain est trop amusante pour laisser passer ça. D'où est-ce qu'il tient ça, d'ailleurs ? Ça doit sérieusement remonter, puisque même pour le remettre d'aplomb une fois qu'il a complètement épuisé ses pouvoirs, il faut lui donner du sucre. Justement parce qu'il déteste tellement cela que ça lui donne l'énergie suffisante pour se relever. On fermera les yeux sur le paradoxe, ce Chain est un paradoxe sur pattes. Une incompréhension capable de parler. Un truc chelou, quoi. Un Nana. Ouais, c'est bien ça comme appellation. Un Nana.

- Lâche. ce. Paquet. de. Sucre. Et choisis autre chose. Je cuisinerai jamais ça.

Lâche le paquet ? Oh mais bien sûr. Le paquet est posé, Finn en retire sa main. Voilà, lâché. Il envoie un grand sourire à son Chain avec tout ça. Bon alors, c'est pour aujourd'hui ou pour demain, Nana ? Il est temps de lui faire miroiter un peu plus les innombrables avantages qu'il y a à cuisiner sucré. Autre que celui d'amuser son contractant à n'en plus finir.

- Tu m'as demandé mon avis non ? Je suis sûr que tu lui feras plaisir avec ça. C'est pas le but ? Tu peux bien faire ça pour cette femme, vu comme elle te met dans tous tes états.

Il n'avait qu'à choisir quand son gentil contractant lui en a laissé l'opportunité. Maintenant, le plus jeune se transforme en langue de vipère et a bien l'intention de pousser Nana à cuisiner sucré. Quitte à risquer quelques taches sur sa cuisine, oui. Il n'est pas prêt à faire des taches lui-même, mais il est prêt à laisser Nana en faire pendant qu'il cuisine du sucré. Parce que ce sera tellement drôle.
Tandis que le Chain semble revenir doucement vers la cuisine et, se sachant épié par cette créature, Finn se détourne vers la casserole qu'il vient de sortir pour y verser un fond d'eau. Il dose à vue, ça fera très bien l'affaire. Et puis il pose la casserole sur le feu et se tourne vers son Chain, juste à temps pour observer le spectacle que ce dernier offre :

- Ouvre pas ce truc. Ça va puer dans toute la salle. Je vais tomber malade. Je me sens mal. Fiiiiiiiiinn.

Brillante, cette idée de cuisiner sucré est brillante. Tellement qu'elle a dû aveugler le jeune contractant, avant, pour qu'il n'y pense pas plus tôt. Oh et Nana qui insiste sur le fait que cela va sentir ? Excellent. Le Baskerville espère maintenant qu'Aiko aime les gâteaux au chocolat, car il risque d'en faire plus souvent. Juste histoire d'embaumer tout l'étage - les voisins ne s'en plaindront pas - avec une délicieuse odeur sucrée de cacao. Et Aiko sera bien entendu son excuse officielle. "C'est pour la femme que j'aime", qui pourrait lui en vouloir ? Mis à part Nana, évidemment. Ce qui est le but.
Non mais regardez cet imbécile de Chain faire toute une comédie alors que pour l'instant, le paquet de sucre est fermé et le feu sous la casserole aussi. C'est aussi affligeant que hautement amusant. Il implore même son contractant qui, même s'il ne le laisse pas paraître entièrement - parce qu'il porte actuellement une expression amusée et un sourire malin - adore ça. Maître sadique ? Oh, peut-être bien. La vengeance est douce, en tout cas. Même s'il n'a pas apprécié les menaces envers son pauvre - et beau - sol qui n'a rien demandé - et qui est beau - et qui aime tellement être tout propre - et tout beau, on pourrait y dormir. Des tâches irrécupérables, cela le rendrait complètement fou. C'est une obsession, chez lui. Et oui, il pourrait passer des heures sur une tâche pour la récupérer. Juste pour que tout soit impeccable. Si la tâche ne partait pas, il pourrait potentiellement - à 100 %, en fait - péter une durite. Naaru est son antipode et voue un culte au désordre, qui ne vaut guère mieux que l'obsession de son contractant pour la propreté. Ils sont à deux extrêmes tous les deux.
Bref, il n'y en a pas un pour récupérer l'autre. Ils aiment autant l'un que l'autre voir le second hors de lui, par exemple. Plus il est en colère, mieux c'est. Mais pas n'importe quelle colère. Pas une induite par quelque chose de réellement grave, par exemple. Oui parce que, Finn peut faire six caisses d'une tâche sur la moquette - il y a eu une tâche de sang, une fois, dessus. Il a mis trois jours à l'enlever, mais il l'a fait - mais au fond, le problème est réellement sans importance réelle. Ça pique juste sur ses nerfs de maniaque. Il peut ne pas en dormir, il peut en devenir à moitié fou, mais il n'en souffre pas et garde le poil brillant. Pour Nana, c'est la même chose. Même si avec lui, un tout petit truc peut rapidement prendre des proportions de drame. Factice. Comme ici avec le sucre ou l'animal semble mourant, confronté à son ennemi mortel qu'il ne peut vaincre, qui a tué toute sa famille - dont ses vingt-cinq enfants qu'il a eus sans savoir comment on fait pour en avoir - et qui maintenant vient l'humilier une dernière fois avant de l'écraser sous sa semelle. Oui, on parle toujours d'un paquet de sucre. Son contractant n'est nullement impressionné par son speech, bien content de tenir là un véritable filon à exploiter pour ennuyer la bête. En plus, lui, il aime ce qui est sucré. Le Nana n'y échappera pas. Oh que non.
Et puis, le contractant parfaitement insensible aux malheurs de son Chain lui dit :

- Les Chains ne tombent pas malades.

Sauf quand ils mangent quelque chose préparé par Naaru, sans la supervision de son cuisinier de contractant, parce que les goûts culinaires de Nana sont une arme abyssale. Donc capable de blesser les Chains et même de tuer les Baskerville à haute dose.
Le Nana est une arme très dangereuse. Mais pas pour les bonnes raisons.
Après ces bonnes paroles, l'attention du contractant revient sur la casserole qui pour l'instant ne continent que de l'eau. Même s'il allumait le feu dessous, cela ne sentirait rien. Nana en fait beaucoup trop, comme d'habitude.
Mais c'est marrant.

- Et au pire, ça t'éviteras de foutre le bordel pour quelques jours.

Vient la réalisation à voix haute avec un air faussement rêveur juste pour faire enrager l'autre - parce que ça, c'est trop bien - :

- J'y gagne dans tous les cas en fait. Tu te tiens tranquille pendant plusieurs jours ou je t'observe cuisiner ton ennemi naturel en poussant des râles d'agonie. Tiens, tu devrais voir ça comme ça, tu vas faire plus de mal au paquet de sucre qu'à toi-même.

Il devait tenter de donner envie au Chain de vaincre sa phobie, mais le naturel est revenu au grand galop. De toute façon, ses intentions sont transparentes depuis le départ, il a l'intention de bien s'amuser aux dépens du Chain. Mais hey, savoir cuisiner des plats sucrés pourra effectivement aider l'animal. Et, au pire, ça va tellement le traumatiser que la prochaine fois qu'il verra la femme de Pandora, il lui demandera ce qu'elle aime manger. Comme ça, il saura quoi faire.
Ou plutôt, quoi menacer son contractant de faire, à moins que ce dernier ne veuille voir des trous dans leur sol - comme ça ils pourront observer Mamie Gertrude de l'étage du dessous pendant qu'elle prend sa douche et le film d'horreur qui s'en suivrait s'appellerait "les dangers des produits périmés".
Passons. Le plus jeune reporte son attention sur l'autre, là-bas par terre. Les yeux braqués sur le Chain, sourire démoniaque en place, il allume le feu sous la casserole le plus tranquillement du monde. Il ne lui manque que le rire de mégalomaniaque et on aurait un grand méchant de cinéma. Et puis, il soulève le Paquet de Sucre - à ce stade il mérite les majuscules - et le tend vers Nana.

- Viens apprendre. Il faut verser huit cuillères à soupe de sucre dans la casserole.

Le Nana se vengera très probablement mais... Mais tant pis ! Le plus jeune n'en a cure pour l'instant et se décale de devant la casserole pour aller chercher une cuillère à soupe dans l'un des tiroirs de la cuisine. Cuillère qu'il vient ensuite donner au Chain en détresse, la lui tendant pour qu'il la prenne - et ramasse son courage avec, tenez. C'est ce moment que la réponse à une question, laissée en suspens un peu plus tôt, choisit pour se faire entendre :

- Pour répondre à ta question sur Aiko, je suis amoureux d'elle.

Et pas qu'un peu. Le jeune Baskerville rougit mais ne détourne pas le regard cette fois. En partie parce que son rougissement est moins violent que le premier, vu qu'il s'y attendait cette fois. Cette fichue manie... Bref. Admettre qu'il nourrit de tels sentiments à l'égard de la jeune femme n'a pas été facile et, maintenant encore, il se pose des tas de questions, flippe beaucoup, mais aime tellement ce qu'ils vivent tous les deux qu'il passe outre. Et est-ce que Nana sait ce que signifie être amoureux ? Oui parce que bon, il sait déjà pas pour les bébés - vous pensiez que Finn avait oublié ? Perdu ! - alors pour ça... Remarquons que cette fois par contre le contractant n'aurait pas vraiment le droit de se payer sa tête. Parce qu'avant d'être amoureux lui-même, il connaissait le mot et ça s'arrêtait là. En soi, être amoureux, c'est surtout une multitude de choses, plus ou moins importantes, réunies sous une même bannière, sous un même nom.
Malgré tout, Finn tâche de reprendre un peu plus contenance en ajoutant :

- Et si tu comptes tomber amoureux toi aussi, t'as intérêt à apprendre deux ou trois trucs sur les relations de couple. Quand je pense que tu sais pas comment on fait les bébés...

Finn en pâtit presque plus que Nana, en fait. Et il devrait faire attention à ne pas trop lui mettre l'idée dans la tête. Qui sait ce que cet animal pourrait en faire. Enfin, ça fait quand même quatre fois qu'il répète la même phrase, la machine se rouille.


[Hrp : Nan, il ne lâchera jamais l'affaire. JAMAIS. Et 5061 mots, sois fière de toi ._.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   29th Août 2013, 02:04

Le boudin. Cet animal était l'être le plus détestable que Nana ai pu imaginer. Non, en vérité, il ne se serait jamais imaginé qu'un aliment pareil puisse exister. C'était la pire chose que le chain ai connu, après le sucre. Pour quelle raison ? Il l'ignorait. Mais le boudin ne le mettait pas en confiance. Sa forme ronde et longue, laissant apparaître à la cuisson son contenu n'était pas des plus ragoutants. Pour ainsi dire, le chain préférait manger un animal vivant plutôt que de goûter à ce plat. Sa frayeur pour cette chose était née du jour au lendemain et à présent il ne pouvait s'en détacher. Parler de boudin, c'était comme lui faire un lavage de cerveau. Alors, pour quitter cet état semi-conscient, le chain s'exprima par apostrophes, ajoutant sans cesse de minuscules phrases pour appuyer son dégoût. À ça le contractant se contenta d'un :

- C'toi qu'es nul.

Pour le moins épatant. Le chain lui montra alors sa moue boudeuse, même s'il préférait employer le terme frustré. À son goût, même ce mot avait trop de rapport avec le boudin. Les premières étaient totalement identiques. Le boudin était partout dans sa vie. Mine de rien, avec une attitude pareille, le garçon se mettait à bouder de moins en moins souvent. Qui aurait pu croire qu'un boudin était capable de corriger son caractère alors même que son contractant en était incapable ? Le psychisme du chain devait être décidément bien atteint.

Par la suite, ne pouvant poursuivre sur cette magnifique évidence, le chain se contenta d'écouter les paroles de Finn. Discussion qui amena rapidement Nana à devoir se confesser sur quelques points. Non, il ne savait pas comment faire les bébés. Dans l'Abysse, ce n'était pas la chose la plus importante, et il n'avait pas tenté d'expérimentation. Il avait vaguement lu dans les livres que les personnes avaient en général des affinités entre eux pour faire un enfant, et à vrai dire entre chain ce n'était pas vraiment ce genre de liaisons qui s'installait. En fait c'était même l'inverse. Croiser un chain, c'était un peu voir son pire ennemi. La seule envie qui se propage dans les corps à ce moment-là n'est qu'une pure excitation pour tuer. On se supprime, on ne se multiplie pas. En tout cas, cette vérité parut choquer le contractant, qui en perdit et son vocabulaire, et ses manières. Et si Naaru n'en notifia pas les excès de paroles en revanche, il ne manqua pas de faire remarquer la gestuelle. À cela le colocataire se ravisa en niant simplement ses faits.

- ... J'te pointe pas du doigt.

Bah voyons. Et Nana était le roi des chains. Accablé par tant de mauvaise foi, le brun posa une main sur son front en soupirant d'un air déprimé. Depuis quand Finny n'exécutait-il même plus les enseignements qu'il se permettait de donner au chain ? Nana se le demandait. Ou bien était-ce vraiment si choquant ? Quoi, après tout, il était en droit de ne pas savoir faire les enfants. C'était un humain physiquement certes. Mais du point de vue moral, il n'était pas plus âgé qu'un gosse de six ans. Est-ce que les parents parlaient de comment faire les enfants à leur môme de six ans ? Naaru en doutait. Peut-être même que l'enfant n'y comprendrait rien, qui sait. En tout cas, cette révélation avait vraiment choqué son contractant. Il se retint de ne pas lui mettre une pichenette pour le réveiller un peu. Quelque part, ça le blessait. Alors, il questionna son ami qui pour lors c'était adressé à lui d'une bien drôle de manière. Comment faire les enfants ? Il n'en savait rien, mais ça n'avait pas l'air de le gêner. Ça ne comptait pas pour lui. Alors, lorsqu'il lui demanda honnêtement si le fait de draguer une femme la rendait enceinte, il se mit à rire. Pas pour sa phrase, mais juste pour la tête tirée par l'autre. Vraiment épique. Il se fichait pas mal de la réponse, mais il était curieux du nombre d'expressions qu'il était capable de faire sortir de Finette. C'était drôlement amusant.

- Heureusement que non !

Dit-il de son air toujours aussi effrayé. Ah, au moins ça rassurait un peu le chain. Après tout, le chain en avait beaucoup dragué, des dames. Avec Michiyo c'était pourtant différent. Il préférait simplement la taquiner encore et encore. Chaque nouvelle expression était une grande joie pour lui. Qu'elle vienne d'elle ou de lui. Il se sentait très bien, trop bien peut-être. Mais depuis ce qu'il s'était passé, Nana ne savait plus trop comment réagir avec elle. Il inspira, le rire passé, et tâcha de se concentrer sur les paroles du plus jeune.

On en vint alors à parler de choses plus sérieuses. Nana s'était alors exprimé sur la demoiselle. Il était honnête. Lui avait avoué qu'elle était de Pandora, mais qu'elle n'en avait rien à faire des Baskerville. C'était le cas, et Nana en était persuadé. Elle n'était avec lui que parce que c'était lui, et espérait ne jamais se tromper. Alors, lorsque Finny s'était exprimé sur la perfidie des femmes, le chain n'avait pas su se maîtriser et paf, c'en était fini de la table. Une belle petite marque de poing. Non, Michiyo ne se servait pas de lui pour atteindre les Baskerville. Auquel cas, ces derniers n'auraient pas besoin de chercher bien loin pour trouver quelqu'un capable de mettre fin aux jours de l'espion. Naaru se serait alors fait un plaisir de tuer Michiyo. Nana était vraiment trop honnête dans sa tête. Il ne supportait pas du tout la trahison, et en arrivait à des extrêmes bien rapidement. D'autant plus qu'il y avait plusieurs niveaux de trahison. Et ce genre-là était des plus haut.

- Je n'ai jamais dit ça, je ne la connais pas, Naaru. Je ne l'ai jamais vue, comment est-ce que je pourrais savoir ?

Le chain serrait les dents. Non, c'est vrai il ne la connaissait pas. Mais Pandora restait Pandora. Et il était un Baskerville. Même s'il n'en avait rien à faire, il y avait toujours ce détail qui faisait pencher la balance dans le négatif. Dans la méfiance. Peut-être n'auraient-ils jamais dû se rencontrer, Finn et lui. Nana serait resté dans l'Abysse pendant encore de nombreuses années sans s'en soucier. Il ne serait pas devenu cet être qui commence à réfléchir à autre chose qu'à la manière de tuer. Il n'aurait rencontré personne. Peut-être serait-il mort. Bref, toute ceci ne se serait jamais déroulé. Néanmoins, à travers les paroles du plus jeune, Nana en comprit une demande. Même si ce n'était pas le cas, le brun jugea qu'il était peut-être une bonne chose de faire se rencontrer les deux personnes. Et puis, d'un autre, il voulait que Michiyo reste en dehors de ça. Il avait sans doute conscience qu'elle ne parlerai pas d'eux à son boulot, mais après tout, moins elle rentrait dans son monde, mieux c'était. D'un côté comme de l'autre, Nana et Michiyo ne pouvait pas se connaître entièrement. Et rien qu'à y penser, ça révulsait notre grand brun.

-Eh bien crois-moi, tout simplement.

C'est tout ce qu'il avait trouvé à dire. Croire en quelqu'un, c'était lui faire confiance. Et Nana avait confiance en Finny. Terriblement confiance. Même pour raconter les pires abominations sur le boudin, les concombres ou le sucre. Nana croyait tout ce qui sortait de sa bouche, à partir du moment où cela avait un écho dans son esprit. Il était un être naïf qui prenait tout au premier degré. Et c'est justement ça qui parfois le rendait dangereux. S'il s'était trouvé aussi inoffensif qu'un poussin, sans doute cela n'aurait-il rien changé. En revanche, avec une force comme la sienne, qui sait de quoi le garçon était réellement capable. En tout cas, par ces mots, il voulait simplement rassurer Finn et se rassurer lui-même. Non, elle ne le trahirait pas. Ce n'était pas prêt d'arriver.

- Tu sais, depuis le temps, que les humains jouent beaucoup de la manipulation. Mais c'est une vérité générale, le cas par cas diffère assez souvent. C'est juste une mise en garde. De toute façon, vérifier est très simple, si elle te pose plus de questions sur les Baskerville que sur toi, c'est qu'il faut commencer à t'inquiéter.

Le chain se mit à réfléchir. Poser des questions sur les Baskerville ? En fait, elle n'était au courant de cela que depuis hier. Et elle ne lui en avait pas parlé. Il s'était même pris un violent coup dans la figure pour le lui avoir caché. Mais après, elle s'était enquit de lui, sans jamais aborder le sujet des baskerville. Alors ? Alors cela rassura Nana. Non, ce n'était pas de la manipulation. Elle l'aimait, et elle le lui avait dit à l'oral. Si tout cela n'était que mensonges, le chain ne le supporterai pas. C'était trop dur. Trop dur de tourner une page aussi facilement, comme une feuille qui tombe. Il ne pouvait pas se résigner à penser que tout pouvait tomber du jour au lendemain parce qu'elle en avait décidé. Ces choses-là, on y réfléchissait à plusieurs.

Finn avait ajouté de laisser la table tranquille. Alors, Naaru obéit, tranquillement. Il releva la main, desserra son poing et s'éloigna très légèrement de la table, prêt à s'asseoir sur une chaise si la discussion prenait trop de temps. Après tout, le sujet avait dérivé, comme toujours. Non pas que le chain s'en trouva frustré, mais il témoignait aussi l'envie de cuisiner, même si cette envie n'était probablement que de courte durée. Il soupira alors, peu amène à poursuivre encore. Il ne doutait pas de Michiyo, mais ne souhaitait pas non plus y passer des heures. Comme Finn l'avait si bien dit, il ne l'avait jamais vu. Tut ce qu'il pouvait penser d'elle, c'était au travers d'un Nana transi. Ce qui était totalement subjectif, d'autant plus qu'il n'avait pas la même façon de réagir qu'un humain lambda.

Pourtant, on en vint à continuer cet échange interminable. Non, Nana n'avait finalement pas dit son dernier mot. Il se répétait, mais il avait peur. Ça ne se lisait pas sur son visage, mais il le pensait très fort mentalement. Il avait peur des réactions humaines. Elles étaient capable de tout. Parfois même de remettre en question d'anciennes promesses. Il ne voulait pas que cela arrive. Alors il se répétait, tâchait de faire comprendre au petit brun qu'il ne laisserai personne s'en prendre à elle, sous n'importe quel prétexte. Il était prêt à défendre sa cause bec et ongles s'il le fallait.

- Je viens de te dire que personne n'en avait rien à faire qu'elle soit de Pandora tant qu'elle ne vient pas mettre son nez là où elle ne devrait pas. En fait, Pandora ou autre, n'importe qui qui vient empêcher le clan de mener sa mission à bien est un ennemi. Ils ont juste un uniforme, chez Pandora. Donc oui, je te promets sans problème que personne ne s'en prendra à elle aussi longtemps qu'elle se tiendra tranquille. Vu ce que tu en dis, pour l'instant c'est le cas et c'est parti pour durer. Parfait.

Nana acquiesça à ses paroles. Bon, au moins, il avait sa parole. Peut-être que ça ne valait pas grand chose et que Finn ne s'était pas exprimé honorablement, mais au moins quelque chose en était sorti, et il était parvenu à faire ressortir de Michiyo quelqu'un de correct et de responsable. C'est tout ce qu'il pouvait souhaiter. Se détournant alors du regard de Finn, Nana décida alors de poser la question qui le tracassait. Comment en était-on arrivé là ? La situation s'était brusquement retournée contre le contractant, et à présent, c'était au tour de Naaru de poser les questions. Il inspira puis s'exprima. Il vouait savoir ce que Finn pensait de Aiko. Parce que tout ce qu'il avait raconté jusqu'à présent ressemblait beaucoup à ce que lui pensait de Michiyo. Malheureusement, il n'arrivait pas à mettre de mots là-dessus. En repensant à ce qu'il s'était passé la veille au même endroit, le chain manqua de rougir. Il se sentait pathétique. Il n'avait pas su sortir cette phrase et depuis il était totalement bloqué sur le sujet. Il avait toujours su utiliser les mots à sa façon, et ne s'était jamais trouvé face à un tel dilemme. Aimait-il Michiyo ? Oui, pour sûr. Il n'avait jamais éprouvé pareil sentiment pour quelqu'un. Pour autant, était-ce vraiment de l'amour ? Il ne connaissait pas ce sentiment, alors il lui était tout simplement impossible de mettre les mots dessus.

Pourtant, lorsqu'il aperçu le visage de Finn, il fut frappé par une violente vérité. Il rougissait. Grand Dieu, son contractant rougissait. Nana cligna des yeux plusieurs fois, mais ce qu'il voyait le surprenait encore et encore. Sans aucune moquerie, il ouvrit de grands yeux surpris avant de lâcher, subitement curieux :

-Ouah, c'est vraiment quelque chose ce truc. Tu me fais presque peur à rougir comme ça.

Et ceci dit, il lui sourit de toutes ses dents, finalement amusé par son expression. Si Nana eut été une fille, il serait sans conteste tombé sous son charme naturel. Il était terriblement mignon. Pourtant rapidement lassé par cette expression, le chain se détourna de cette scène, concentrant son regard sur le plafond. Pourquoi le plafond ? Il n'avait rien de bien particulier. En fait, il était même on ne peut plus propre. À croire que Finn s'amusait parfois l'astiquer. De tout l'appartement, c'était bien ce plafond particulier qui gardait cet aspect clair et nettoyé. En même temps, sans se plonger dans de trop nombreuses réflexions, cette raison pouvait s'expliquer par la simple présence du chain. Après tout, il n'y avait que cet endroit qui lui était interdit. Alors forcément, cet endroit était un Eden pour les ustensiles et objets en tout genres. Malheureusement, le maître des lieux n'autorise pas n'importe quel objet à pénétrer dans cet arche de Noé, et au final, la plupart des objets passent forcément dans les mains du chain. Sauf ici.

Toutes ces histoires passaient dans la tête du grand brun, tandis qu'ils fixait toujours ce plafond blanc. Il serait bien resté comme ça encore quelques minutes, ou même quelques heures, mais l'odeur du sachet de sucre l'a brusquement réveillé. N'en doutez pas, le sachet de sucre avait bel et bien une odeur. Une odeur particulière décelable par toute la génération de Nana représenté par son unique membre, Naaru Irwin. Il était un comble à lui tout seul. Un drôle de personnage. Quoiqu'il en soit, surpris par l'apparition de son plus grand ennemi, le chain n'eut guère le temps d'employer une tactique et choisit le repli pur et simple. Se mangeant une chaise par la même occasion. Faisant comme rien ne s'était passé, en fixant ce paquet de sucre une fois s'être remis sur ses pieds tout en reculant, persuadé d'un mouvement du sachet s'il le quittait des yeux. Il était sérieusement atteint. En même temps, la bête était dans les mains de l'autre démon.

Il inspira profondément en proférant d'ignobles injures à la direction du sucre, et prévenant son contractant s'il osait un mouvement désordonné de sa position. Le chain ne s'approcherait pas tant que ce truc serait rangé dans ces paquets noirs appelés poubelles.

- T'as pas intérêt. J'ai un paquet de sucre et j'hésiterai pas à m'en servir.

Le chain lui tira alors une tronche à ne jamais oublier. L'air accusateur, mais le regard plein d'effroi, il fixa tour à tour le sachet de sucre et son dangereux acolyte, la main posée dessus. S'en servir ? Oh, Nana n'osait pas même songer à ce qu'il se passerai si on lui en mettait dessus. Le sucre en poudre, à contrario des sucreries pour le moins voyantes et colorées, avait cette faculté de s'immiscer partout. Absolument partout. C'était un fait indiscutable, et si Nana se roulait là-dedans, il en aurait encore pour une bonne semaine pour extirper jusqu'au dernier grain de sucre dans ses cheveux. Et à vrai dire, il aurait tendance à en trouver même quand il n'y en aurait plus.

Par la suite, il ordonna à son ami de lâcher le sac de sucre, parce que mine de rien, il s'en trouvait effrayé. S'il ne montrait pas les dents, en revanche ses membres étaient parcourus d'un long frisson dès qu'un geste de l'autre rentrait dans son champ de vision. Il ajouta qu'il ne cuisinerai jamais ce genre de plat, parce que c'était au-delà de ses compétences, et mêmes de ses capacités mentales. Qui sait ce que le chain était capable de faire s'il approchait de trop près ce truc ? Nana ne voulait même pas y songer. Et c'est alors que le contractant lui répondit.

- Tu m'as demandé mon avis non ? Je suis sûr que tu lui feras plaisir avec ça. C'est pas le but ? Tu peux bien faire ça pour cette femme, vu comme elle te met dans tous tes états.

S'ensuivit un long murmure qui rendait le chain tiraillé entre deux extrêmes. Pourquoi diable fallait-il que les huamins adorent le sucre ? Il n'y avait pas autre chose ? S'il l'avait su, Nana aurait demandé son avis sur la question à la demoiselle la veille. Mais c’était trop tard, et maintenant il en était réduit à devoir jouer avec son plus grand ennemi. Il secoua la tête. Non, non, il n'allait en aucun cas s'approcher de cette bête. Elle ne bougeait pas dans son paquet, mais après, ce n'était pas la même chose. Il y en aurait vite partout. Bref, ce dont parlait Finn mit la puce à l'oreille du plus âgé. Faire plaisir à Michiyo. S'il le souhaitait ? Plus que tout. Mais ça, c'était juste trop. C'était une torture. Après un truc pareil, la demoiselle devrait lui donner le plus gros baiser de son existence, voir même plus. Qu'importe, ne nous emballons pas. Il répondit presque du tac au tac, caché derrière le canapé.

-Je tiens le su... s... CETTE CHOSE en ennemi depuis des lustres ! On n'efface pas les blessures du passé !

C'est que Nana était drôlement doué pour faire d'une chose insignifiante la plus grande attraction mondiale. Mais bon, pour le coup, il n'avait pas totalement tort. Il savait que cette haine face au sucre ne datait pas d'hier, mais quand à savoir où cela avait commencé, c'était une autre histoire. Tout cela, c'était une très très longue histoire, et peut-être qu'un jour en s'en rappelant, il parviendrait à passer par dessus. Enfin bon, il avait déjà failli recracher un morceau de tarte aux pommes sous prétexte que c'était trop sucré, alors c'était à se demander si c'était vraiment possible de refaire l'éducation du plus âgé. Et la réponse s'affichait automatiquement dans sa tête : NON.

Dès lors, les effluves de sucre imaginaire chatouillèrent son nez et le rendirent aussitôt malade. Il se plaint alors aussitôt à l'auteur de cette machinerie, à deux doigts de tourner de l'oeil. Il était un très bon comédien. Il méritait franchement d'entrer dans une troupe, étant donné ses bonnes capacités physiques et acrobatiques, qui plus est. Il ferait un malheur. En attendant, il se plaisait ici, malgré l'attitude sadique de son contractant. Tout pouvait bien se retourner contre lui à tout moment. Il lui fallait juste attendre son tour. Il ne le raterai pas. En attendant, actuellement, son regard ne déviait pas un seul instant du paquet de sucre posé sur la table. Il regarda Finn mettre de l'eau dans une casserole par la suite, sans pourtant se concentrer dessus. Tout ce qui comptait, c'était ce sucre. Tant qu'il ne disparaissait pas miraculeusement, tout irai pour le mieux. Et pour cela, il était absolument nécessaire de ne pas quitter trop longtemps ce sachet de vue.

- Les Chains ne tombent pas malades.

Cause toujours. Le chain en question n'accorda aucune importance à cette phrase. Ils ne tombaient pas malades ? Certes, il n'avait pas tort. Nana n'était pas capable d'être cloué au lit pour une fièvre. Et même ouvert en deux par un coup d'épée, ce garçon tiendrait toujours debout. Il était beaucoup plus résistant qu'un humain. Néanmoins, le sucre le rendait réellement nauséeux. Purement psychologique bien sûr, mais la psychologie était parfois plus puissante que tout. On pouvait guérir tout comme tomber malade. Le pire de tout. Naaru soupira derrière son canapé, peu amène à s'exprimer davantage et porta alors son regard sur le contractant.

- Et au pire, ça t'éviteras de foutre le bordel pour quelques jours.

Un grognement du fond du canapé survint alors. Le chain se sentit soudainement revigoré. Il avait encore une fois raison. Comme s'il allait tomber malade et regarder l'appartement se ranger sans rien dire ? C'était inconcevable. Alors, le chain s'extirpa de sa cachette et épousseta ses vêtements – geste inutile compte tenu de la propreté des lieux – tandis que l'autre s'expliqua encore davantage, un grand sourire aux lèvres. Et la réponse ? Un chain qui l'ignora totalement. Il n'y avait pas de cela. Il ne voulait pas approcher ce truc, même si sa survie en dépend. Enfin, c'est ce qu'il pensait. En vérité, il se dirigeait plus ou moins vers son ennemi de toujours, presque tremblant. Qui aurait pu croire qu'un simple grain de sucre était en capacité de défaire un chain de toute assurance ?

Et puis, Naaru entendit alors le gaz se mettre en marche. Il se décala pour voir la chose en mouvement et sursauta lorsque le petit animal se tourna vers lui pour lui tendre le paquet de sucre. C'est quoi ? Une invitation à pactiser avec l'ennemi ? Jamais !

- Viens apprendre. Il faut verser huit cuillères à soupe de sucre dans la casserole.

Et sur ces mots, Finn vint donner une cuillère dans les mains du Nana en détresse. Il s'en saisit, tout en fixant son contractant d'un air mauvais. Ah, il devait bien s'amuser, lui. Alors, que devait-il faire, au final ? Risquer de rencontrer son ennemi dans une confrontation sanglante, ou bien ?... Il ne parvenait à se décider. Huit cuillères. Ce pouvait être long. Pourquoi ne pas tout verser directement ? Le risque était d'en mettre partout. Il s'approcha alors de la casserole tout en restant à un mètre de cette dernière. À cette distance, il pouvait tout observer. Son contractant, le gaz, la casserole, l'eau et le sucre. C'était une bonne distance.

- Pour répondre à ta question sur Aiko, je suis amoureux d'elle.

Nana se tourna subitement vers l'auteur de ces mots, clignant des yeux frénétiquement. Ça faisait trop d'émotions d'un seul coup. Il tendit la cuillère vers Finn en l'agitant dans tous les sens, à court de mots. Que fallait-il en déduire ? Qu'il était lui aussi amoureux de Michiyo ? Après tout, cette dernière lui avait dit qu'on éprouvait pas l'amour de la même façon. Mais si ce n'était pas ça, alors qu'était-ce ? Il n'en avait aucune idée. Il repensa aux paroles de Michiyo, puis celles, actuelles, de Finn. Alors c'était ça. Au lieu de détourner les yeux, il continua d'agiter sa cuillère comme si sa vie en dépendait, jusqu'à ce que l'autre ajoute.

- Et si tu comptes tomber amoureux toi aussi, t'as intérêt à apprendre deux ou trois trucs sur les relations de couple. Quand je pense que tu sais pas comment on fait les bébés...
-Je suis pas amoureux !

Dit-il en fusillant son ami du regard, le regard inondé d'une douce chaleur. C'était à son tour de rougir. Sauf que contrairement à Finny, lui, il préférait tout nier en bloc plutôt que de l'avouer, même si ses expressions laissaient à désirer. Et sur ces bonnes paroles, il se dirigea avec empressement vers la casserole, se stoppant devant le paquet de sucre. Il ne l'a pas ouvert, ce démon. La tête toujours aussi rouge par les récents événements, il ouvrit alors le paquet avec le bout des doigts. Il inspira profondément et visualisa l'intérieur du paquet, en se retenant de respirer. À n'en pas douter, c'était du sucre. Blanc. Il plongea alors la cuillère dans le sucre et la déposa avec hâte dans la casserole. Grand Dieu, s'il se mettait à respirer maintenant, c'en serait fini de sa vie. Il en mit une première, une deuxième, une troisième et fit un bon en arrière lorsqu'un grain effleura sa peau. Il se dirigea alors, faute de pouvoir pleurer, vers son contractant et lui tint les vêtements, l'air horrifié. Il s'exprima bien vite.

-Il m'a mordu. CE TRUC M'A MORDU ! Éloigne-le de moi !

Et sur ce, il se posa sur une chaise et regarda la chose de loin. Il ne s'approcherait pas. JAMAIS. En plus, même s'il ne respirait pas il arrivait presque à sentir le sucre en train de cuire. Non, il n'approcherai plus.

[HRP=Bon, je suis désolé c'pas terrible]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Best way to get rid of kitchen odors: Eat out.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Réveil :: ♠ Habitations :: ♠ Appartement de Finn Baskerville-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit