AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   20th Avril 2013, 05:08

Tout était noir, des cris retentaient dans ses oreilles provenant de tous les côtés. Des débris, des flammes puis plus rien. Était-ce la mort qui venait de le prendre ? Il ne savait rien, sa jeune tête était encore beaucoup trop confuse. Rapidement, Kira sentit de l’eau entourant son corps. Le liquide était froid, trop froid ce qui réveilla l’enfant encore perdu dans la douleur. Se frottant doucement la tête, sa vision mit quelques minutes à redevenir normale. Ses pupilles rouges commencèrent à  scruter les horizons ce qui n’était guère facile pour un enfant dans cette obscurité si profonde. Est-ce que c’était ça l’enfer ? On disait dans les contes, que l’endroit était entouré de feu, la chaleur devait être bien présente. Tout était le contraire maintenant et l’enfant n’était pas destiné à aller au paradis avec des petites ailes blanches. Ah ah, la bonne blague des ailes et une auréole ! Mais qu’était-ce cet endroit sérieusement ? L’idée d’être tombé dans l’Abysse ne lui traversa pas le moins du monde l’esprit.

Alors que le brun était en train de se relever tremblant un petit peu à cause de la fraicheur de l’endroit, ses yeux se posèrent sur une petite forme se trouvant non loin de sa position. Se frottant encore un peu les yeux, la surprise s’empara de loin quand le môme reconnu son demi-frère. N’attendant pas une seule seconde, Kira se dépêcha d’aller à ses côtés pour voir si la vie était encore en ce lieu. Une fois que sa main fut posée sur son cou, un énième soupir sortit de sa bouche, mais de soulagement cette fois-ci. Pour ne pas trainer trop longtemps, le gosse commença à secouer le plus jeune pour le faire retrouver ses esprits. Ce dernier se réveilla avec un drôle de sourire niais sur le visage. Une expression qu’Alowin ne perdrait certainement jamais. Qu’il pouvait être naïf ce gamin… le petit noiraud fut tout aussi perdu que son ainé de se trouver dans ce dit endroit. Comment allaient-ils sortir d’ici sérieusement ?

« Rah, cet endroit commence à me faire chier ! Où est la sortie ?
- Calme-toi… Nous finirons bien par trouver, j’en suis certain ! »

Voilà maintenant une bonne demi-heure que les enfants marchaient dans les profondeurs de l’Abysse sans trouver le moindre mouvement de vie. L’endroit faisait froid dans le dos ! Des boites énormes ayant la forme de paquet cadeau complètement détruit. Des poupées volaient de tous les côtés comme si l’apesanteur ne faisait pas bien son travail. Quelque fois, même des murs de maison de poupée de trouvait sur leur route. Kira commençait vraiment à perdre patience se demandant même si le moins de se mettre quelque chose sous la dent était possible ! L’eau ne manquait pas ça c’était certain. Si l’épuisement ne s’emparait pas des gosses, ça serait sans aucun doute le manque de nourriture… Peut-être chercher quelque chose dans ces sortes d’armoire ? Cela ne devait pas être très récent, mais qui ne tente rien, n’a rien ! Heureusement que le plus jeune était là pour mettre un peu de bonne humeur dans cette atmosphère si froide. Connaissant Kira, il aurait déjà pété un câble depuis longtemps !

Après un bon moment de solitude, les enfants finirent par voir une ombre et une forme qui semblaient quelque peu humaine non loin de leur position. Les enfants se regardèrent n’étant pas très sûrs d’eux, mais décidèrent que c’était peut-être le seul moyen de sortir de cette drôle de zone. Maintenant, était-ce leur jour de chance où allaient-ils tomber sur la personne qui allait essayer de les détruire ? Tout allait doucement se jouer en ce lieu.


Dernière édition par Alowin K. Madnesshearts le 22nd Février 2014, 07:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   22nd Avril 2013, 05:32

Il y avait un début à tout. À absolument tout. Il y avait une fin aussi, mais cette fin tardait à pointer le bout de son nez. À une époque pas si éloignée, Nana ne possédait pas encore cette appellation. Il n'était qu'un chain parmi tant d'autres, coincé dans les méandres de cet endroit maudit. Depuis combien de temps ? Pourquoi ? Le seul souvenir qu'il possédait de lui-même était la précipitation dans ce monde. Un monde sombre, sans aucun bruit. L'air lui-même semblait avoir déserté cet endroit. La gravité n'existait pas. D'un point de vue, on pouvait rattacher cet endroit à la Lune. Sauf qu'il n'y avait pas un magnifique point de vue sur le Soleil et la Terre. Non, rien de tout ça. Un sol où l'eau ne mouille pas. Une surface nacrée couleur ébène, lisse. Pas un seul rayon. Mais après tout, avait-il déjà vu la lumière du Soleil, et qu'était-ce, ce fameux Soleil ? Naaru se l'imaginait parfois, en nettoyant son katana. Aucun reflet, car le reflet signalait aussi la lumière. Et il n'y avait pas de lumière. On y voyait sans voir, on ressentait sans sentir. C'était un drôle d'endroit.

Le chain marchait. Il continuait de marcher, sans savoir où il allait, sans savoir ce qu'il y trouverait. Il marchait parce qu'il ne fatiguait pas. Parce que respirer n'était plus une habitude depuis longtemps. Il ne comptait pas les jours, de toute façon le chain n'avait plus la notion du temps. Naaru ne comptait pas les secondes, c'était inutile. Et ça ne l'amusait pas plus que ça. Le jeune homme ignorait où il était tombé, mais il y était et le présent seul comptait. Il entortilla son index autour d'une de ses mèches. Ses yeux furent immédiatement attirés par ce mouvement et il s'arrêta.il prit cette mèche et la passa près de ses yeux. Blancs, ces cheveux étaient aussi blancs que la seule personne qu'il avait rencontré ici. Pourtant, il n'était pas vieux. Tout du moins, il le pensait. Un paquet de biscuit flotta au-dessus de sa tête. Le chain s'en empara en sautant un peu et fixa longuement la boîte. S'il la lâchait, tomberait-elle... ou non ? Naaru mit sa main dans le paquet et en sortit la friandise carrée. Il la mit dans sa bouche, et jeta le paquet un peu plus loin. Non, ce n'était pas non plus une obligation de manger. Mais ça lui permettait de penser à autre chose, ou de penser tout simplement.

Il n'y avait pas de déprime dans son esprit. Il était juste un peu vide. Aucune motivation. Quelle motivation pouvait-on bien avoir, en même temps ? Ses dents se refermèrent sur le biscuit, qui émit un léger bruit avant de se casser. Cette dimension l'était aussi. Fracturée de toute part, c'était une poubelle constante. Parfois, des objets apparaissaient devant ses yeux. D'affreuses personnes parfois aussi. C'était néanmoins plus rare. Il inspira profondément, avala une partie du biscuit et prit le reste dans sa bouche. Puis, aussi rapidement que possible, il se décala brusquement sur le côté et dégaina son katana. Rien. Il n'y avait rien. Pas de poussière, pas de signe de vie. Rien qui puisse trahir une quelconque attaque. Pourtant, il avait senti cette présence derrière lui. Cette présence pesante. Un autre chain. Peut-être que le combat était sa seule raison de vivre. De toute façon, il était résigné à devoir rester ici toute son existence durant. Quelle malédiction.

Le chain leva les yeux. Personne non plus. Il avait sans doute rêvé. On devenait vite paranoïaque ici. Doucement, il se retourna. Cette présence se faisait plus forte, plus insistante. Deux yeux apparurent dans l'obscurité. Naaru savait qu'il le fixait lui. Il se baissa subitement. Le mur près duquel il était fut coupé en deux, instantanément. L'autre se décidait enfin à se montrer. C'était une sorte d'araignée. Une sorte, il n'en était pas sûr. Elle ne ressemblait à rien pour rester honnête. Doucement, il se releva, le katana toujours en main. L'araignée pivota sa tête. Lui sourit. Enfin un peu d'amusement. Sans attendre, ses pas foncèrent droit sur le chain ennemi. Bien souvent, ce genre de personnages n'étaient pas d'une intelligence incroyable. Bien au contraire, et lui le savait bien. Il s'occupa de la bête en peu de temps. Lui coupant toutes ses pattes, il se mit à rire devant les cris d'agonie du chain. Ses yeux se plissèrent d'un air plus que terrifiant et Naaru planta son épée droit sur les yeux de son compatriote. Quelques gouttes de sang giclèrent sur son visage et ses habits, mais il ne s'en formalisa pas et poursuivit son chemin.

Il soupira. Se stoppa une nouvelle fois. Sentit une nouvelle chose approcher. Pour une fois, il ne voulait pas trop jouer au chat et à la souris. C'est pourquoi il se dirigea directement vers l'endroit en question. Quelle ne fut pas sa surprise d'apercevoir deux jeunes enfants. Quel âge avaient-ils ? Dix ou douze ans ? Dans ces eaux-là en tout cas. Il les fixa sans émotion. Quelle émotion devait-il avoir de toute manière ? Aucune, et c'est ce qu'il faisait. Finalement, il rangea son épée, conscient qu'ils n'avaient pas l'air d'être une grande menace pour lui. Par la suite, il dit alors de sa voix de ténor :

-Qu'est-ce que vous foutez ici, les gosses ?

Naaru n'avait pas conscience de son langage. La politesse n'était pas son fort et de toute manière ça ne lui servirait strictement à rien ici. Ces enfants n'avaient pas non plus beaucoup de chance de survivre. Devait-il les protéger ? Non, pourquoi ? Ça ne lui servirait à rien.

[HRP= Omg c'est épique d'écrire du Nana en mode j'connais personne... Il est moins intéressant aussi par contre T_T]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   26th Avril 2013, 06:03

Le vide, ce néant et cet endroit n’était pas spécialement bon pour le moral. Marcher encore et encore sans pour autant voir une once de vie qui logeait en ces lieux. Les enfants eurent la chance de ne pas tomber sur un Chain essayant de les manger car la possibilité d’y échapper, n’était quasiment pas présente pour des garçons de leur âge. S’ils savaient les problèmes qui allaient les posséder par la suite, les frères se seraient arrêter et n’aurait plus essayé de chercher cette sortie. Il était préférable de ne pas faire les curieux quand il ne le fallait pas. Mes enfants, profitez de votre corps pendant que vous avez encore tout pouvoir dessus. Qui c’est ce que l’avenir vous donnera, malheureusement le chemin n’allait pas être si simple pour eux. Mais pour le moment, nous ne sommes pas encore à cette partie de leur histoire, la volonté de l’Abysse préférait les espionner un petit peu plus, c’était certainement plus amusant et plus excitant pour elle ! Des petits jouets perdus qui n’allaient pas être si simple à capturer. Ah, mes enfants, votre vie déjà bien sombre n’allait pas pour autant s’arranger, mais continuez à sourire ! L’histoire continue de s’écrire.

Revenons à nos moutons ! Après avoir marché des heures et des heures qui n’étaient en fait que des minutes, nos petits commencèrent à entrevoir une forme qui semblait plus ou moins humaine de loin. Le problème, c’était que dans cet endroit, personne ne pouvait savoir qui était gentil ou qui ne l’était pas. L’ombre devint plus imposante montrant que la personne commençait à s’approcher d’eux. Par réflexe, Kira ne perdit pas une seconde pour mettre son cadet derrière lui et ainsi le protéger en cas de danger. Bien que les chances étaient infimes en combat n’ayant même pas un petit couteau pour planter l’étrange. Par chance, celui-ci ne semblait pas être quelqu’un de bien méchant sauf dans ses paroles qui étaient aussi directe de celle de notre plus grand gamin. Voyant que le danger n’était pas au près d’eux, Kira perdit sa garde avant de prendre la parole.

« Ce qu’on fiche ici ? C’est une très bonne question. On ne sait même pas où nous sommes. Et toi ? Qu’est-ce que tu fabriques ici ? »

La question venait d’être retournée dans l’espoir d’avoir quelque réponse sur l’endroit où ils se trouvaient maintenant. L’ainé essayait désespérément de ne pas se dire que l’Abysse les avait engloutis, mais une pensée lui disait de ne pas se voiler la face non plus. Pendant ce temps, le plus jeune commença à tourner autour de l’étranger d’une manière curieuse et intriguée. C’était la première fois qu’Alowin voyait un humain habillé de cette manière ! C’était très original et cela le fit rapidement sourire.

« J’aime bien tes habits, ils sont amusant ! Moi je m’appelle Alowin et mon frère c’est Kira ! C’est quoi ton prénom à toi ? »

Comment bien faire la différence entre les deux petits enfants. Il y avait celui plus sérieux qui désirait protéger son cadet alors que le deuxième préférait être curieux et parler avec les inconnus. On se demande lequel tiendrait le plus longtemps dans ce genre d’endroit ! En parlant de cette boite à jouet cassé, des meubles commencèrent à voler autour d’eux et un grand fracas fit trembler l’endroit. Ce n’était pas le premier, mais le plus violent depuis que les enfants étaient arrivés en ce lieu.

Attendant une réponse de la part de l’étranger, un grand beuglement sortit de nulle part comme si quelque chose ou quelqu’un était en train de s’approcher d’eux. Kira essaya de trouver la source de ce grand bruit avant de voir venir une espèce dimension bestiole bien bizarre. Cela ressemblait à une araignée, mais avec un corps de guêpe qui devait bien faire deux mètres de haut. Un monstre qui pouvait facilement faire froid dans le dos !

« C’est quoi ce bordel sérieux ? Il ne faut pas rester ici ! »

He oui, le mot Chain n’était pas spécialement connu du langage de nos deux enfants qui pensaient plutôt à fuir que de se faire prendre en brochette au bout des pattes de cette horreur ! Regardant l’étranger, ils attendirent de voir s’il allait les suivre ou simplement servir d’appât pour que les plus jeunes puissent s’échapper plus facilement. Franchement, ils étaient tombés dans quel genre d’endroit-là ? A croire que l’enfer était devenu encore pire que dans les livres de contes pour enfant…

( J'aime bien papa comme ça aussi moi ! e.e J'ai mis de l'action yeah ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   16th Mai 2013, 00:12

La tension semblait s'être abaissée. Le chain, son katana rangé dans son fourreau, fixait les deux inconnus d'un air assez terrifiant. Ses yeux brillaient d'une intensité meurtrière qui ne l'avait pas quitté depuis sa présence dans l'Abysse. Il était l'un des leurs. L'un de ces nombreux chains tueurs. Pour vivre, il fallait tuer, et s'habituer à tuer devenait un plaisir. On perdait la tête, on perdait le sens même du temps. Ce n'était qu'une obscurité constante qui trônait au-dessus de sa tête et tout autour de lui. Simplement. Naaru Irwin était son identité, mais cette dernière avait tendance à disparaître, à être obstruée par sa qualité de chain. Le temps était disloqué. Juste disloqué.

Lentement mais sûrement, Naaru demanda la raison de la présence des deux jeunes enfants. Très honnêtement, il ne leur donnait pas plus de vingt minutes, si tout allait bien jusque là. Il ne songeait pas à s'enfuir de cet endroit, contrairement à la majorité des autres chains. Sans doute ce temps viendrait-il un jour. Mais comment pouvait-il désirer endroit qu'il n'a jamais ou très peu connu ? Ah, une bonne question. Pour connaître l'obscurité, il faut avoir connu son antipode, la lumière. Pour qu'il y ait du noir, il faut voir du blanc. C'était aussi simple que ça. Et les souvenirs d'antan de Nana étaient profondément enseveli sous une couche épaisse. Il refusait de s'y soustraire. Ramené assez brutalement à sa réalité, le chain remarqua qu'un des deux jeunes enfants s'était un peu plus approché de lui. Baissant à peine le regard, il l'écouta prononcer ces paroles :

« Ce qu’on fiche ici ? C’est une très bonne question. On ne sait même pas où nous sommes. Et toi ? Qu’est-ce que tu fabriques ici ? »

Un sourire carnassier étira les lèvres du brun. Ce qu'il faisait là ? Il était en train de lui demander ce qu'il faisait là ? Parce qu'il y avait une justification à donner maintenant ? C'était la faute de ses pas et de son air détaché de tout. C'était la faute au hasard. Comment pouvait-il comprendre que "cet" endroit n'était pas leur emplacement, mais la dimension même ? Impossible, c'était au-delà de ses moyens. Au delà de ses espérances. Pour cette raison, il ne comprit pas totalement la réponse d'un des deux garçons. Ils ignoraient où ils étaient. Quelle drôle de façon de parler. Le chain ne s'était plus posé la question depuis plusieurs... un certain temps. Où était-il ? Quelque part. Trois pas à gauche et deux pas à droite, vingt mètres plus loin que sa position précédente, en face d'un mur, en-dessous d'une boîte à biscuit volante. Comment pouvait-on se demander où l'on était alors qu'il n'y avait aucune logique dans ce monde ? L'Abysse. Le seul et unique mot qui caractérisait cet endroit. Il l'avait entendu prononcé par une fille aux cheveux longs et blancs, un jour. Était-ce cette réponse que recherchait l'un des enfants ? De toute manière, il n'était pas en mesure de lui proposer autre chose. Alors, en délaissant ce sourire terrifiant, Naaru répondit d'un ton presque monotone, les sourcils froncés.

-Vous êtes dans l'Abysse. Où voulez-vous être, sérieusement ?

Il n'avait volontairement pas répondu à sa deuxième question. Parce qu'il n'avait pas de réponse valable à donner. Le chain était tombé ici et depuis il se battait constamment pour survivre. Non. Il se battait parce que là était la seule façon de passer le temps, de se divertir. Ça l'amusait. Compter les cris de chains. Sentir ce liquide visqueux s'échapper par toutes les pores de la peau après le passage de son épée. Écouter les craquements d'os.
Pure folie à visage humain.

« J’aime bien tes habits, ils sont amusant ! Moi je m’appelle Alowin et mon frère c’est Kira ! C’est quoi ton prénom à toi ? »

Rappelé par les paroles de l'autre garçonnet, Naaru remarqua que ce dernier lui tournait autour. Ça l'agaçait. Il n'était pas familiarisé avec le contact amical. Non. Il n'y était plus familier. Pour cette raison, le brun s'écarta de ce flot de nouveaux venus, la main sur son katana, prêt à dégainer s'il continuait à trop s'approcher. Des techniques vicieuses comme ça, le chain en connaissait des tonnes. Il y en avait qui savaient prendre l'apparence de petites choses mignonnes. C'était toujours trop beau. Ces deux-là, Kira et Alowin, semblaient peu semblable aux illusions, et c'est ce qui avait fait descendre la méfiance de Naaru. En revanche, il était quasiment impossible pour lui de relâcher sa garde trop longtemps. Néanmoins, le chain décida de répondre à la question du dénommé Alowin.

-Naa...

Sans avoir le temps de finir sa phrase, un grand cri retentit de nulle part. En un dixième de seconde, le brun avait son épée à la main, prêt à se battre. Défendre ces deux-là ? Que nenni. Tout n'était qu'amusement. Si les enfants ne pouvaient pas se défendre eux-mêmes, alors tout au plus en les sauvant leur permettrait-il de vivre dix minutes de plus. Inutile. Que les faibles meurent. Voilà la loi qu'il s'était lui-même écrit. La loi du plus fort. Pour être sûr d'avoir le chain en premier, Naaru passa devant les deux enfants en voyant arriver l'immense bête. Une grosse araignée, encore. Peu importe à quoi elle ressemblait, le chain n'avait pas de stratégie. Foncer dans le tas, tuer ou être tué. Voilà tout.

« C’est quoi ce bordel sérieux ? Il ne faut pas rester ici ! »

Ne pas rester ici ? Et puis quoi encore. Qu'ils filent deux mètres plus loin, et ils verront bien ce qui arrive. Il n'y a pas d'échappatoire. Se battre, fuir ou mourir. Quoique la deuxième option n'est que rarement faisable. L'immense bête n'attendit pas pour attaquer. Oh quel bon repas elle pourrait se faire avec trois pareils gaillards, n'est-ce pas ?
Pathétique.
Inspirant profondément, le jeune chain ferma les yeux et matérialisa un gros bouclier avec son épée tandis que d'innombrables épines fonçaient sur les trois personnes. Encore une chance que les deux enfants se soient trouvés derrière lui. Il supprima cette défense dès la fin d'attaque de son opposant et son épée se reforma instantanément. Avant de se diriger vers le gros chain, Naaru se tourna vers le plus râleur des deux et lui lança d'un air machiavélique.

-T'es nouveau hein ? Bouge d'ici et tu crèveras encore plus vite. Bats-toi.

La fin de cette phrase n'avait pas sonné comme un ordre. C'était un conseil avisé, un conseil lourd de sens et d'expérience. Quelque part, il les trouvait bien jeune. Se battre. C'était sans doute assez difficile avec des petits bras pareils. Pas capable de tenir une arme. Des coups pas assez puissants. Rien. Un dernier regard pour les deux jeunes gens avant de courir vers l'opposant. Une dernière pensée avant la bataille. Un sourire désabusé.
Ils n'ont aucune chance.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire


Dernière édition par Naaru Irwin le 10th Septembre 2013, 09:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   5th Juin 2013, 03:29

De l’eau, du noir et encore du noir pour finir avec de l’eau. C’était un peu tout ce qu’avaient retenu les deux enfants de l’endroit d’où ils se trouvaient. Quelque fois, des boites à jouet immense venaient faire leur apparition devant leur chemin ou encore d’autre boite que les petits ne savaient plus comment nommé. Oui, pour détendre l’atmosphère, le plus jeune s’amusait à donner des surnoms débiles aux paquets cadeaux ce qui agaçait le plus vieux sans pour autant dire un seul mot pensant que cette manière était une sorte de moyen pour qu’Alowin ait moins peur de cet endroit si sombre et humide. Enfin, on peut dire que le petit train-train quotidien de la promenade fut interrompu par la rencontre d’un jeune homme qui semblait être de la même nature qu’eux, au premier coup d’œil bien entendu. Plus le temps passait, plus le jeune homme semblait un peu bizarre. Était-ce à cause de l’influence de cet endroit ? Les enfants ne pouvaient pas le savoir. Cela ne faisait pas si longtemps qu’ils avaient atterris sur cette eau et ignorait tout de cette dimension. Ils étaient peut-être même sur une autre planète attendez !

Avec le temps, les réponses vinrent petit à petit comprenant enfin la situation où ils étaient tombés. Enfin, le plus grand comprenait alors que le petit croyait simplement être tombé dans un livre de conte pour les enfants de son âge. Il faut dire que le petit n’avait pas été beaucoup éduqué sur les malheurs du monde extérieur se disant souvent que tous étaient bien roses, les habitants s’embrassaient tout le temps et personne ne se faisait la guerre ! Imaginez le choc du petit quand son père avait essayé de le tuer et que sa mère était morte il ne savait pas top comment. C’était le bon moment pour voir la vérité en face et arrêter de vivre dans une bulle douillette et bien trop confortable pour la vie qu’ils allaient bientôt commencer à devoir endurer. L’homme ne semblait pas beaucoup aimer le contact voyant comme il était en train de reculer alors qu’Alowin lui tournait autour. D’ailleurs, celui-ci lâcha une remarque complètement débile qui donnait envie à Kira de se taper la tête contre la première boite qui passait !

« J’aime bien votre sourire monsieur. Il est amusant à regarder ! »

Un sourire sadique était donc amusant ? Franchement, celui-là allait vraiment le faire partir en totale dépression de connerie ! Mais la discussion ne put malheureusement pas continuer bien longtemps à cause d’une attaque d’un monstre complètement hideux ! Une espèce de tête de bébé posé sur un corps d’araignée. Kira n’avait pas forcément peur de ces bêtes et préférait les écraser, mais vu la taille de cette dernière, c’était plus lui qui allait se faire gober rapidement. Chopant la manche de son petit frère, l’ainé s’apprêtait à courir pour essayer de survivre en disant la même chose à l’homme qu’ils venaient de rencontrer. Celui-ci ne semblait pas du tout du même avis se mettant devant eux avant de créer un drôle de bouclier. L’ainé ne put retenir une tête un peu ébahit en voyant si facilement une protection arrivé devant eux. Comment venait-il de faire ça ? C’était un pouvoir que l’endroit lui avait donné ? C’était tout de même bien pratique ! Ne sachant pas vraiment quoi faire, Kira demanda à son petit frère d’aller se protéger derrière un paquet pas très loin d’eux et surtout, ne plus bouger d’un centimètre pour être le plus discret possible ! Le petit n’avait pas beaucoup de chance vu sa taille, mais n’était pas le genre à se laisser faire non plus.

Ecoutant les paroles de la personne en train de se battre, il chercha donc autour de lui, mais bonne chance pour trouver une arme autour d’eux ! Le monde était complètement vide et un objet qui pouvait les aider n’était pas bien facile à se mettre sous la main ! Quoi que même avec une arme, l’enfant n’avait pas beaucoup de chance face à la créature se trouvant devant ses yeux.

« Facile à dire, mais pas à trouver ! Bordel ! »

La bête semblait très rapide, bien trop rapide même. Kira avait une grande difficulté à suivre le déroulement du combat. A droite, puis à gauche tout en reculant rapidement. Un rien pouvait l’attaquer en quelque secondes sans qu’il ne s’y attende. Ah non, il n’avait pas réglé le compte de son père pour finir dans un endroit aussi con ! Hors de question que l’Abysse ait raison de lui et un moyen allait surement être trouvé. Ou pas finalement… Le monstre était en train de se diriger vers l’endroit où se trouvait Alowin. Une seule chose lui vint à l’esprit, c’est de protéger son petit frère. Se dirigeant sans réfléchir vers lui, l’ainé fut donc pris pour cible avant de se manger un violent coup de patte en plein dans le ventre se faisant manger méchamment la boite qui n’était pas fait de simple carton. Voilà, son dos était maintenant complètement en compote super ! Se relevant difficilement, il fallait absolument qu’il trouve un moyen pour aider ce type et ne pas servir simplement d’appât ou de ballon qu’on aime shooter. Mais sérieusement, que pouvait-il faire ? Se rappelant d’une chose, il sortit un petit couteau de sa poche. Ouwa, quelle arme terrible et efficace ! Tu vas sauver le monde de cette manière ! Bref, ne trouvant qu’une seule idée, il se mit à avancer vers le monstre pour qu’il s’approche de lui et essaye de le bouffer, à ce moment, Kira ne se retint pas pour lui crever un œil à l’aide de son arme se prenant une deuxième fois le murs méchamment dans le dos… Là, il commençait à avoir de la peine à bouger… Espérons que cet acte aide l’autre à l’achever, il ne pouvait pas faire plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   1st Juillet 2013, 02:55

Les deux enfants étaient décidément de bien drôles personnages. Il inspira profondément, résistant difficilement à l'envie de les laisser en plan. En même temps, l'idée de croiser des « amis » ne se referait certainement pas avant longtemps. Ami... le terme était bien trop mélioratif pour Naaru. Non, ils n'étaient simplement pas encore considéré comme des ennemis. Et pour lui, ennemi signifiait « à abattre ». Voilà la définition. Ces deux garnements égayaient, ou faisaient simplement sortir le chain de son ordinaire si... déprimant. Oh, il avait appris à l'apprécier. À goûter au sang comme s'il s'agissait d'une promenade de santé. À se méfier du moindre objet mouvant, qu'il soit sous forme de boite ou de bête.

En tout cas, les enfants le mettaient mal à l'aise. L'un d'eux s'agitait constamment autour de lui, monté sur ressort. Il semblait totalement détaché de la situation, ce qui subjuguait le chain à son plus grand mal être. Il lui envoya d'ailleurs dans la figure une remarque pour le moins étonnant. Son sourire ? Il aimait son sourire ? Naaru n'avait même plus le souvenir d'en avoir fait l'usage. Ses expressions naissaient et disparaissaient au fil de l'eau, en simple passant. Il avait continuellement l'impression d'afficher un visage neutre, bien que cela ne soit pas le cas. Réflexe dont il n'avait pas même conscience. Puisqu'aucune réponse ne lui vint en tête, le chain décida de virer cette remarque de sa tête et n'eut de toute façon pas beaucoup plus de temps pour s'en préoccuper. À peine eut-il commencé à se présenter qu'une immense bête vint troubler leurs joyeux échanges. Il soupira sans s'en formaliser mais se plaça rapidement devant les jeunes gens. Les violents coups du chain adverses n'eurent donc aucune répercussion sur les enfants, même si le but principal de Naaru n'était pas de les protéger. Il ne voulait pas les avoir constamment avec lui, par la suite. Alors plus vite ils se débrouilleraient seuls, mieux ce serait.

Son geste héroïque fut cependant apprécié des plus jeunes. Mais lui n'attendit pas une seule seconde de plus pour se diriger vigoureusement vers le monstre abominable. Tuer, ou être tué. Bien souvent, le combat ne durait qu'une vingtaine de secondes, guère plus. Il fallait être le plus rapide, le plus agile, le plus réactif. Filant à une vitesse ahurissante, Naaru rencontra bien assez tôt les pattes du chain face à son épée. Ces dernières étaient apparemment plus solides qu'il ne l'avait pensé au premier abord. Et le gros chain était aussi plus rapide. Néanmoins, Naaru était on ne peu plus décidé à rivaliser avec cette puissance. Il n'hésitait pas un seul instant. Ses mouvements étaient cadrés, on aurait presque dit qu'il dansait sur un air macabre. Bien vite, à force de coups acharnés, Naaru parvint à entailler une des pattes, se ramassant une belle coupure sur le bras droit. L'estafilade de sang descendit bientôt jusqu'à ses mains, et il craint l'espace d'un instant que cela vienne diminuer son accroche sur l'épée. Raison de plus pour en finir rapidement.

Pourtant, quelle ne fut pas sa surprise d'apercevoir un des deux enfants se précipiter sur le monstre. Il voulait l'aider ? Si tel était le cas, Naaru allait sensiblement mal le prendre. Aider, il ne connaissait plus ce mot depuis des lustres. Le chain se sentait puissant, et se faire aider était on ne peut plus dégradant pour lui. Bref, afin de ne pas se vexer, il considéra cette acte comme un suicide simple. Et effectivement, c'en fut un. Le garçon se retrouva projeté quelques mètres plus loin, ensanglanté. Naaru eut un maigre regard pour lui et se recentra sur le chain ennemi. Un de moins. Où était l'autre d'ailleurs ? Des deux, c'était peut-être le survivant qui l'effrayait le plus, avec ses remarques désordonnées et étranges. Il devait être sérieusement atteint du cerveau.

Soupirant en plein combat, Naaru fut une fois de plus étonné par la volonté du plus bagarreur. Alors comme ça, il n'était pas mort ? Le chain ennemi se dirigea alors vers l'autre garnement et Naaru ne put se retenir de rire aux éclats lorsqu'il aperçu l'enfant sortir un couteau de poche. Totalement décalé de la situation, il observa alors ce dont était capable l'enfant. Et il fut forcé d'être impressionné. Ayant crevé un œil à leur adversaire, l'enfant fut bien vite à court d'idée. Ce fut au tour de Naaru de hausser un sourcil interrogatif. Allons bon, c'était déjà fini ? Visiblement. Il vit le chain lever sa patte pour lancer un coup aux jeunes enfants. C'était le moment. Se servant de son pouvoir, Naaru matérialisa la lame du petit couteau de poche afin qu'elle vienne se planter dans la tête de l'animal. Ce n'était pas suffisant pour le tuer, mais suffisamment pour l'occuper et le faire reculer. Et cela eut l'effet escompté. Il attendit une ou deux secondes, puis Naaru prit appui sur ses jambes pour se propulser sur la tête de l'animal et y plonger son épée déjà bien ensanglantée. Le chain cria, hurla puis disparut, faisant retomber notre Naaru quelques mètres plus bas. Il se réceptionna sans mal et relâcha son pouvoir. La lame du couteau réinvestit alors aussitôt le petit couteau dans les mains d'un des jeunes garçons. D'un geste sec, Naaru tendit son arme pour évacuer le sang dessus et le rangea dans son fourreau. Sans plus de cérémonie, il dirigea son regard vers les enfants et fit demi-tour, leur tournant le dos. Les présentations avaient été faites, à présent il fallait se séparer, parce qu'il était fort à parier que la prochaine fois qu'ils se verraient, ils puissent être ennemis.
Si tout du moins ils parvenaient à survivre d'ici là.

[HRP=Je t'invite fortement à le poursuivre. Si tu n'as pas d'idée, on peut en discuter par mp =)]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   19th Juillet 2013, 05:10

Que pouvait bien être cet endroit que les enfants cherchaient à connaitre sans grand succès ? Ce nom donné qu’était l’Abysse sonnait bizarrement et les descriptions ressemblaient plus ou moins à ceux des livres, mais d’une version plus enfantine. Celle des livres ? Non. Celle où les deux petits venaient de tomber. Des boites à jouet cassés, des marionnettes qui essayaient de les attaquer… Alors que les bouquins disaient clairement tomber dans une prison. Quand on pense à prison, la vision d’une petite pièce en pierre avec des barreaux assez larges vous viennent en tête n’est-ce pas ? A croire que personne n’avait réussi à s’en sortir pour raconter toute la vérité. Enfin, surement la peur de se faire décapiter si la vérité était dites ou simplement la peur du peuple en pensant qu’un  monstre pouvait en sortir. Ah, franchement tout devenait trop compliqué pour des enfants n’ayant même pas l’âge de passer une cérémonie de maturité. Les voilà maintenant en train de se battre contre un monstre essayant de les manger en compagnie d’un drôle de personnage ne semblant pas aussi humain qu’eux. Le plus important était d’essayer de survive et ne pas avoir une perte dans leur rang… On était toujours plus fort à plusieurs que tout seul !

C’était un peu le cas en ce moment même. Le plus grand avait essayé de protéger son petit frère en crevant un œil à ce drôle de monstre qui venait de les attaquer. Malheureusement, cette petite attaque n’avait pas eu grand succès et sa petite taille eut relativement rapidement raison de lui. Son petit couteau resté planté dans l’orbite de la bête et son corps s’écraser contre un mur non loin de lui. Criant sur Alowin pour qu’il ne supporte pas de sa cachette, le bambin se remit sur ses pattes en s’essuyant un filet de sang coulant le long de sa bouche. Que pouvait-il faire de plus sérieusement… Fuir ? Non ce n’était pas une option envisageable à cause de la tête de ce monstre. Il devait être bien plus rapide qu’eux ! Sans grand espoir et n’aimant pas cette pensée, leur vie était un peu entre les mains du jeune homme qu’ils avaient rencontré. Et vous savez quoi ? Celui-ci semblait avoir quelque pouvoir caché. Le brun fit une espèce de manœuvre avec son arme et le métal qui firent bouger son couteau précédemment planté et tout un tas de chose que son cerveau essayait de comprendre. Le plus important arriva quand même à son cerveau ! Le monstre venait d’être tué d’un grand coup d’épée et disparut comme il était apparu ! C’était quoi ce truc sérieux… ? Faisant un soupir de soulagement et reprenant son arme, Kira vit la personne s’éloigner. Huh… ?

Le plus jeune ne semblait pas du même avis et une fois le danger complètement écarté, il se dirigea vers le combattant des étoiles plein les yeux. Comme si quelque chose d’extraordinaire venait d’apparaitre ou encore un bambin devant un super-héros ! Marchant à ses côtés, Alowin ne s’arrêta pas de le fixer.

«  Vous êtes très fort Monsieur ! Vous avez fait quoi avec votre épée avant ? Vous avez l’habitude de combattre ce genre de monstre hein ? D’ailleurs, c’est quoi le nom de ces choses ? »

Bon, bonne chance mon vieux ! Quand un enfant est curieux, c’est très difficile de le faire taire et arrêter de lui faire poser des questions. Surtout quand le petit garçon s’appelait en plus Alowin. Voyons son frère arriver à ses côtés, celui-ci ne pouvait pas cacher que les questions dites par son frère l’intriguaient tout autant. C’était la première fois que Kira avait l’occasion de voir un humain avec des pouvoirs et battre aussi facilement un monstre qu’il n’avait jamais vu.

« Je dois avouer que je suis aussi curieux de savoir. »

On pouvait tout de même dire que la façon d’approuver de Kira était bien plus calme et silencieuse que son petit frère. Enfin, c’était de nature après tout et l’enfant avait toujours été bien plus discret et moins bavard que l’autre. Maintenant, est-ce que les réponses allaient venir aussi facilement ? Ou allaient-ils se faire complètement envoyer sur les roses ? Ah, tout dépendait du bonhomme en face !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   2nd Août 2013, 03:26

L'Abysse. Cet endroit était une vraie prison. C'était une terre de désolation, sans barrière mais aussi sans vie. C'était une zone sombre à laquelle personne ne sortirait jamais. Jamais ? Si, il y avait une façon de sortir de cet enfer. Parfois, Naaru s'était surpris à observer cette faille offrant un éclair de lumière sur ce monde si froid. Mais puisqu'il n'y avait rien d'autre que l'Abysse pour notre albinos, cet endroit si chaleusreux ne lui inspirait pas confiance. Tout ceux qu'il avait vu y pénétré n'en étaient jamais revenu. Et malgré ce que le monde pouvait penser, Naaru préférait survivre plutôt que de mettre sa vie en jeu sur une simple curiosité. Au final, le chain restait simplement éloigné du vrai monde, et ce, sans s'en rendre compte. Ce ne serait que quelques mois ou années plus tard qu'il ne tenterait finalement de percer cette faille et découvrirai ce qu'il aurait pu faire plus tôt. Et puis, bien plus tard, il deviendrait le Nana amusant et un peu naïf. Mais ce n'était pas encore le cas.

Pour cette unique raison, Naaru, dès la fin de la bataille, décida de laisser les jeunes en plan. Ils pouvaient tout aussi bien se débrouiller seuls. À deux, ils avaient plus de chances de survivre. Cependant, en aucun cas le chain ne mettrait la main à la pâte pour leur tendre la main. Il avait bien assez à faire pour assurer sa propre survie. Et puis, ces deux garnements n'avaient rien à leur proposer en l'échange de son aide. Ce n'était donc pas discutable. Et Naaru était on ne peut plus solitaire par ces temps-ci. Il appliquait d'ailleurs à merveille le « mieux vaut être seul que mal entouré ».

Quoiqu'il en soit, bientôt, l'un des deux jeunes enfants revint à la charge à ses côtés. Instinctivement, il mit la main à son épée et fusilla l'enfant du regard en s'éloignant à moitié du garnement. Et pourtant, c'était vraiment étrange. Il ne l'avait pas senti au premier coup d'oeil, mais maintenant, c'était comme si la vérité le prenait de plein fouet. Pas un seul instant il ne s'était demandé la nature de ces enfants. Et pourtant. Ils ne sentaient pas l'Abysse. Enfin... disons qu'ils avaient une autre odeur. Une odeur qu'il avait parfois senti au loin sans vouloir s'en approcher. L'odeur de la différence, de l'autre pays, de la fissure qui survenait parfois. Alors il y avait autre chose ?

«  Vous êtes très fort Monsieur ! Vous avez fait quoi avec votre épée avant ? Vous avez l’habitude de combattre ce genre de monstre hein ? D’ailleurs, c’est quoi le nom de ces choses ? »

Naaru fronça les sourcils. Il avait l'impression de passer à côté d'un très gros détail. Il ne comprenait pas la raison de toutes ces interrogations. Non pas parce qu'il ignorait les réponses, mais plutôt du fait du manque de logique. Il n'y avait parfois pas de réponses. Pourquoi, comment son pouvoir se formait ? Il n'en savait rien. Dans son esprit, Naaru était né avec. C'était un prolongement de sa main, quelque chose qui ne l'avait jamais déserté. Comment était-ce apparu ? Avec lui. Ses yeux vermillons fixèrent le plus jeune, encore une fois terriblement excité. La situation lui échappait. Et dans ces cas-là, le garçon avait tendance à se refermer dans une carapace. C'était... dangereux. Dans ce genre de situation, s'il se sentait trop menacé, il était capable de tout et n'importe quoi. Lui, il tuait et ne se posait pas de questions. Or, cet enfant soulevait des interrogations terrées au fond de son être. Et c'était dérangeant. Naaru grinça des dents, désappointé, s'apprêtant à tirer l'épée à tout moment. Que faisaient ces deux étranges bonhommes ici ? Ils lui ressemblaient beaucoup. Ils avaient l'air quoi ? Humains oui, mais pour Naaru ce mot n'existait pas. Ou tout du moins ne s'en souvenait-il pas. Et ça soulevait une dizaine de questions dans son esprit. Pourtant, il ne voulait pas s'ouvrir. Il refusait qu'ils croient qu'il était prêt à devenir amis. Non. Il n'y avait pas de place pour la compassion ici, et encore moins de la solidarité.

Une autre remarque du plus calme ramena l'albinos à la réalité. Lui aussi, il était curieux ? Mais pourquoi s'acharnaient-ils sur lui ? Pourquoi ? Naaru se retourna afin de leur faire pleinement face. Il avait pour habitude de fixer ses opposants, et pour lui, c'était un peu de cette façon qu'il traduisait leur tranquille discussion. Il n'avait même pas notifié le compliment fait à sa personne. Oui, il était fort. Il n'en avait, mais alors, jamais douté. Mais c'est aussi ce qui lui permettait de survivre à chaque jour qu'il lui était permis. Il inspira, tenta de se calmer. Le chain savait pertinemment... ou plutôt il pensait fortement que les deux jeunes garçons n'avaient aucuns pouvoirs. En fait, ils ne savaient presque pas où ils se trouvaient. Et ça, ça voulait dire qu'il y avait, quelque part, cet « autre » endroit. Et c'était intriguant. D'un air presque plaintif, Naaru montra de premiers signes de faiblesse et supplia :

-Mais d'où venez-vous donc ? Qui êtes-vous ?

Pour montrer sa bonne foi et entraîner les garçons à lui répondre, il relâcha sa prise sur le pommeau de son épée et décida d'y aller franco. Il tendit les bras de chaque côté de son corps, comme s'il voulait englober tout l'endroit dans ses mains. D'un air neutre et peut-être finalement assez silencieux, Naaru décida de leur expliquer clairement la situation.

-Vous êtes dans l'Abysse. Ce « monstre » est un chain. - il rabattit une main sur sa poitrine avant d'enchaîner – Tout comme j'en suis moi-même un.

Il ne le niait pas. Il était tout autant dangereux que cet énorme bête volante. Si ce n'est plus, par la confiance qu'on pouvait rapidement lui accorder. Peut-être que, quelque part, il cherchait à leur faire peur pour les faire fuir, afin qu'il puisse s'exiler quelque part et ne plus penser à rien. L'ignorance était tellement plus tranquille que le savoir, il n'y avait pas à dire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire


Dernière édition par Naaru Irwin le 10th Septembre 2013, 09:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   21st Août 2013, 09:51

Vous savez, un enfant est toujours plus curieux qu’un adulte voulant apprendre de nouvelles choses sur la vie et découvrir le monde à travers ses propres yeux. Il n’est pas rare qu’un bambin possède rapidement une envie de voyager et toucher l’autre bout du monde en pensant marché la tête à l’envers ! Ah, que c’était beau cet âge d’innocence où presque rien ne pouvait vous toucher. L’imagination n’ait jamais aussi développée qu’à cet âge-là voyez-vous ? Voilà pourquoi Alowin ne se retenait pas pour poser tout un tas de question à notre grand bonhomme de brun. C’est vrai que le cadet pouvait se montrer un peu collant, mais son envie d’apprendre grandissait de jour en jour surtout dans un endroit aussi étrange qu’est l’Abysse. Bon, il est vrai que ces créatures ne l’attiraient pas du tout par contre… Préférant le calme que de voir son frère se faire manger ou blesser. Heureusement, tout le monde allait bien mise à part un grand mal de dos pour notre Kira. Bah oui, un mur ça fait mal quoi !
Continuant de le suivre, notre petit tourna quelque fois la tête pour regarder son grand-frère qui se contenait d’observer les alentours comme s’il avait peur de voir un autre monstre leur sauter dessus sans qu’ils ne s’y attendent. Cela serait franchement embêter… Pourquoi ? Car Alowin voulait des réponses à ses questions voyons ! Bon bien sûr, le noiraud n’allait pas insister s’il ne répondait pas… Mais ferait certainement un peu la moue.

Finalement, la marche sans fin, prit justement fin ! Le grand bonhomme s’arrêta se retournant et fixant les enfants dans les yeux. Oh ? Il n’était pas content… ? Alowin pencha la tête sur le côté en essayant de comprendre ce qu’il se passait. Pourquoi est-ce que le monsieur ouvrait les bras de cette façon ? Peut-être qu’il voulait un gros câlin ! Bonjour, je suis dans l’Abysse, mais je pense comme un gros nounours ! Espèce de boulet va. Ne voulant pas paraitre malpoli, les deux enfants ne répondirent pas tout de suite aux questions de l’homme histoire de ne pas lui coup la parole. Donc, ils étaient dans un endroit qu’on appelait l’Abysse et ces créatures s’appelaient des Chains ? Le monsieur était lui-même un Chain ? Attendez, non ce n’était pas possible ! Lui ne faisait pas peur du tout. Faisant une drôle de mine, Alowin regarda le bonhomme sous toutes les coutures avant de lâcher innocemment.

«  Tu es aussi un Chain ? Pourtant, tu ne fais pas peur toi ! Puis tu n’es pas méchant aussi... Monsieur... euh… Monsieur le Chain ! »

C’est vrai que les enfants ne connaissaient toujours pas son prénom et ils ne pouvaient donc pas l’appeler… Voilà pourquoi notre petit benjamin préféra lui donner un surnom avant de savoir son véritable prénom ! Quand je vous disais que les enfants avait beaucoup trop d’imagination voir un peu sans gêne, on ne pouvait le cacher.  Avançant un peu plus, se fut Kira qui reprit l’attention en répondant enfin aux questions que le jeune homme leur avait posé. Après tout, c’était un échange plutôt équivalent comme ça n’est-ce pas ?

« Je n’ai pas très bien saisi ta question, mais nous sommes des humains et nous venons dans ville nommé Sablier. Tu as toujours vécu ici pour ne pas connaitre des personnes comme nous ? »

Bon d’accord, cette remarque pouvait être un peu prise du mauvais côté, mais cela intriguait vraiment notre ainé aux yeux rouges. Il ne savait pas vraiment qu’une personne ne pouvait pas connaitre la race humaine. Surtout que…

«  Pourtant, tu nous ressembles beaucoup. J’aurais juré que tu étais un humain toi aussi. »

On ne pouvait pas dire que Kira n’était pas clair dans ses paroles et surtout, on ne pouvait pas nier cette ressemblance n’est-ce pas ? En tout cas, un petit détail qui attisait la curiosité du plus grand et sûrement du plus petit aussi. Si tel était le cas, un moyen de sortir ne devait pas être bien facile à trouver… Car l’envie d’habiter dans cet endroit n’était pas vraiment là. Surtout que la faim allait vit s’emparer de nos deux êtres bien que la soif n’était pas une question vu la quantité trouvée dans l’Abysse ! Enfin, si l’eau était éventuellement consommable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   10th Septembre 2013, 09:33

Les questions des enfants soulevaient pour lors une série d'interrogations chez le plus âgé. Qui était-il ? Depuis quand cherchait-on à savoir ce qu'il était ? Qui s'en était un jour soucié ? Pour lui, la question n'avait pas lieu d'être. Il était un chain parmi tant d'autres, un être habillé par la Volonté, et répondant à sa seule demande. Il n'était rien de plus qu'un jouet prêt à se battre pour sa survie, mais qui ne valait absolument rien. Car au final, c'était ça, sa vie ne valait rien. À ses yeux elle pouvait être le plus grand trésor, mais il savait pertinemment qu'elle pouvait se terminer d'un claquement de doigts. Et puis, qui serait là pour pleurer sa mort ? Personne. Il était né dans l'anonymat et terminerai aussi inconnu qu'il soit. Et le pire dans tout ça ? Il l'acceptait aussi simplement qu'il respirait.

Pourtant, dans le regard de ces enfants il y avait quelque chose. Ce quelque chose qui malgré leur petite taille semblait bien plus grands. Ils avaient de l'importance l'un pour l'autre, et c'était la première fois que le chain assistait à pareille scène. L'un prenait soin de l'autre, sans idée derrière la tête. Mais il n'y avait pas que ça. Il y avait d'autres personnes qui visiblement prenait soin d'eux deux. Ils n'étaient pas présents, mais la lumière qui éclairait leurs petits yeux étaient plus que révélateurs. Naaru ne comprenait rien. Rien du tout. La situation en devenait effrayante tellement elle le dépassait. Que voulaient-ils dire par qui il était. Il était ce qu'il était.

«  Tu es aussi un Chain ? Pourtant, tu ne fais pas peur toi ! Puis tu n’es pas méchant aussi... Monsieur... euh… Monsieur le Chain ! »
-Naaru.

Simple et clair, le chain avait eu la bienséance d'achever finalement son nom. Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée. Ces deux curieux personnages lui faisait peur, mais quelque part il y avait quelque chose qu'il devait savoir. Tant que l'un d'eux ne lui tournait pas trop autour, tout irait pour le mieux. Alors comme ça il ne faisait pas peur. Il voulait bien le croire pour le coup. Il n'avait pas le physique de ses semblables. En vérité, il était même rare de trouver un specimen pareil au sien. De toute son errance passée, le chain n'en avait jamais rencontré. Ces deux-là étaient les premiers. Et malgré tout, il ne s'était jamais posé la question du "pourquoi ils me ressemblent ?" Non, pour lui ils étaient déjà d'office des personnages étranges. De par leur langage - par le simple fait de s'exprimer autrement que par des cris - mais aussi leur façon de penser et d'organiser l'esprit. Naaru n'en doutait pas, d'un point de vue objectif, il leur était semblable. Mais ça le tuait d'être comparé à ces petits êtres faibles et sans défense. D'autant que la différence de taille était notable. Bref, il y avait tant de similitudes et pourtant d'opposés qu'il ne savait plus vraiment où se placer.

Un léger sourire s'afficha sur son visage lorsque le chain repensa aux paroles du plus coquin. Il n'était pas méchant. Ah ça. C'était encore à démontrer. Il les avait sauvé, mais s'ils lui demandaient de les tuer, Naaru le ferait sans une once d'hésitation. Pour l'instant, les deux garnements n'en étaient qu'au stade de découverte, d'où la volonté d'en connaître plus sur eux. Pourtant, d'un côté il craignait d'obtenir une réponse un peu trop satisfaisante.

« Je n’ai pas très bien saisi ta question, mais nous sommes des humains et nous venons dans ville nommé Sablier. Tu as toujours vécu ici pour ne pas connaitre des personnes comme nous ? »

Un léger mal de tête fit poser instinctivement sa tête sur son crâne. Rapidement, aussi rapidement qu'une piqûre. Il y avait un écho. Dans cette longue phrase, il n'y avait qu'une parole que le chain retenait. Sablier. Sablier. Ça lui rappelait des souvenirs. Mais quels souvenirs ? Depuis quand en avait-il ? Il tenta de chercher un peu plus profondément et se heurta à un mur de plusieurs milliers de mètres de hauteur, bien bâti dans son esprit. Pourtant, s'il le voulait, il pouvait tout faire tomber d'un claquement de doigt. Mais c'était une prévention. Une simple prévention que son esprit avait érigé pour le protéger. Mais de quoi ? Que pouvait-il se cacher derrière ce mur ? Était-il, comme l'enfant venait de dire, "un humain" ? Non, c'était tout bonnement impossible.

Pourtant, la curiosité le poussa à en apprendre davantage. Ce haut mur pouvait être détruit tout aussi bien pierre par pierre. Alors, Naaru ôta l'une d'entre elle et fut aussitôt parcourut d'un immense frisson. Une très, très mauvaise nouvelle l'attendait ici. Néanmoins certain d'y trouver un certain réconfort et surtout des questions, le chain entreprit d'enlever une deuxième brique. Cette fois-ci, une forte douleur lui lancina le bras, si bien qu'il dut se retenir de ne pas hurler. C'en était trop. Le chain recouvra l'usage de ses membres et fut ramené à la réalité par l'un des enfants.

«  Pourtant, tu nous ressembles beaucoup. J’aurais juré que tu étais un humain toi aussi. »

Humain. S'il avait été humain, alors que s'était-il passé pour qu'il puisse devenir chain ? Ce n'était pourtant pas la même espèce. Comment pouvait-on devenir un chain, si on avait autrefois été humain ? Est-ce que c'était seulement possible ? Naaru avala sa salive. Il inspira profondément, comme pour chasser ces anciennes sensations. Il avait besoin d'autres réponses, plus précises et moins violentes. Il ignorait si ces enfants étaient en mesure de lui répondre mais il décida d'y aller. Il se tourna franchement vers les enfants et s'accroupit à moitié pour être à leur taille.

-Dites, si je ne suis ni totalement humain ni totalement chain. Alors qu'est-ce que je suis censé être ? Et d'où je viens ?

Ces questions nécessitaient vraiment des réponses, mais Naaru n'était vraiment pas certain de les trouver un jour.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   25th Septembre 2013, 04:09

On peut dire que la situation et la journée étaient loin d’être ordinaire pour nos deux petits enfants qui ne comprenaient pas le pourquoi du comment. Tout était assez  flou dans leur tête et comment ils étaient arrivés ici, c’était une bonne question ! Dans ses lointains souvenirs, leur maison était en forme et rien ne s’était passé. D’un coup, tout était devenu noir et les enfants tombaient dans un trou sans rien y comprendre. Maintenant, les gamins étaient bloqués dans un endroit totalement inconnu livré à eux-mêmes dans ce lieu qui semblait plutôt dangereux. En effet, on ne trouvait pas partout ce genre de monstre qui semblait être appelé un Chain. Vu leur corpulence, c’était bien dur de lutter contre quelque chose qui vous est totalement inconnu et qui surtout, fait bien deux à trois fois votre taille ! Ah, si seulement ils avaient le moyen de grandir plus rapidement… De plus, un autre petit problème allait rapidement se poser devant nos deux bambins. Comment allaient-ils pouvoir trouver quelque chose à se mettre sous la dent ? L’eau ne semblait pas être un problème, bien qu’elle ne devait pas être très potable, mais les petits n’allaient pas garder leur force des jours et des jours si la nourriture n’était pas trouvée sous les prochaines heures. Tiens, ça serait une question à poser au jeune homme en face d’eux ça… Il devait bien se nourrir pour survire non ? En espérant que celui-ci serait d’accord de partager bien sûr…
Revenons à notre situation initiale voulez-vous ?

Je vous laisse imaginer le sourire qui apparut sur le visage de notre cadet quand le brun décida enfin de lui avouer son prénom ! C’est vrai que de l’appeler Monsieur Chain avait comme une sonorité étrange. Un surnom qu’Alowin n’avait pas beaucoup aimé, bien que cela montre son pouvoir, préférant appeler les personnes directement par leur prénom ! C’était donc dans un grand sourire que notre bambin hocha positivement la tête comme pour le remercier de le lui avoir dit ! Malheureusement, le moment de faire connaissance n’était pas encore venu. Les questions que l’ainé des deux frères venaient de poser semblait perturbé un peu le jeune homme se trouvant s’appeler Naaru. Dans la tête de Kira, c’était juste de la curiosité, mais avait-il touché un point plutôt sensible ? Aucune idée. Il faut dire que le bonhomme ne connaissait absolument rien de ce type et ne pouvait donc pas spécialement savoir les questions qui ne devaient pas être posées !
Soudainement, le grand homme se mit à genou comme pour être à leur taille. Kira ne bougea pas d’un pouce le regardant simplement faire alors que le plus jeune pris ce geste tout autrement. Imaginez un petit bambin arriver vers vous et d’un coup vous faire un câlin. C’était un peu ce qu’Alowin venait de faire ! Ah, que c’était beau la jeunesse et surtout l’insouciance ! Bien que cela pouvait parfois devenir plus dangereux que ce qu’il ne le pensait à la base.

Naaru venait de poser une question plutôt étrange… Pour dire la vérité, Alowin ne comprit rien du tout comme si s’était une autre langue pour lui alors que le plus grand, se posa tout de même la question. C’était un peu compliqué comme situation surtout ne sachant rien du tout sur ces personnes qu’on appelaient Chain. Pour dire la vérité, Kira sortit un peu ce qui lui passait par la tête.

« Je t’avoue que je n’en sais rien. Je ne connaissais pas les Chains avant de te rencontrer. Mais il doit y avoir un lien, car tu ne ressembles pas aux autres créatures rencontrées. C’est peut-être ton précédent corps.. ? il n’eut pas le temps de continuer.
- Moi je sais ! Je suis sûr que ton papa était un Chain et ta maman une humaine. Puis tu es devenu un mélange ! Huh… On fait comment des bébés Chains et humains ? »

C’était ce retournement de situation complètement débile ? Ce n’était pas du tout le moment ! Ce qui fit désespérer le noiraud qui avait juste envie de se frapper la tête contre un mur. Bon, ce n’était pas le moment de perdre son temps à faire une réflexion sur la remarque de son demi-frère. Se grattant un peu la tête, Kira reprit la parole pour citer ce qu’il avait pensé précédemment.

« Sinon, je pense que tu as besoin de te nourrir non ? Tu sais où on peut trouver de la nourriture ? »

Maintenant, il fallait prier pour que le jeune homme soit d’accord de coopérer. Bien que notre ainé commençait à avoir mal à la tête… Comme s’il entendait une vois venir de plus loin. Quelqu’un l’appelait ? En tout cas, Kira se retourna par réflexe pour n’y voir personne. Était-ce encore un rêve ? un rêve… dans un autre rêve ! Cela devenait quand même compliqué à la fin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   29th Septembre 2013, 06:25

Naaru ne connaissait rien à la curiosité humaine. Pourtant, il y faisait face en ce moment même. Il se serait volontiers écarté de leur chemin s'ils n'avaient pas soulevé quelques drôles de questions. En fait, le chain aurait mieux fait de les quitter il y a quelques minutes, les abandonnant à un triste sort. À présent, il était confronté à toutes sortes d'interrogations pour le moins étranges. Où étaient-ils, que faisaient-ils, comment étaient-ils tombés ici ? Comment diable pouvait-il le savoir ? Il était un chain comme un autre, avait le pouvoir de la parole mais n'en restait pas moins aussi démuni qu'un autre. Il n'avait ni la science infuse, ni même un fragment de vérité. Tout ce qu'il disait n'était que pure supposition. Et pourtant, ces deux garnements l'écoutaient attentivement dérouler sa vie.

Ce qu'il était ? Un chain. Un chain comme un autre, vivant pour survivre, survivant pour vivre. Un jouet qui n'a plus d'usage et qui tente de se faire une place parmi les autres. Une simple coquille vide cherchant l'âme qui lui manque. Au final, Naaru n'avait pas la moitié des réponses qu'attendaient les enfants. Pire, lui-même ne s'étai jamais posé la question auparavant. Pourquoi ? Comment avait-il pu passer par delà des questions aussi logiques sans s'interrompre ? L'ignorance. La réponse était la simple ignorance d'un autre monde. Soudainement, tout lui semblait plus noir, plus sombre. Pourquoi avait-il fallu qu'il pourrisse ici alors que d'autres pouvaient vivre une vie apparemment plus heureuse là-haut, dans cet endroit à peine dicté mais qui semblait infiniment plus clair que le sien ? Le monde était injuste.

Alors, Naaru s'était accroupi. Accroupi pour demander des conseils aux enfants, aussi petits qu'ils soient et aussi intéressants qu'ils aient l'air. Mais alors, l'un des enfants - le plus turbulent - s'était brusquement approché de lui et avant de laisser une seule seconde de répis au chain, lui tomba littéralement dessus en l'encerclant de ses bras. S'il n'était pas assez fort pour le faire tomber, en revanche ce fut à Naaru de tomber sur les fesses en tâchant d'écarter ce bonhomme. Ses yeux s'ouvrirent comme deux grosses boule de billard, alors qu'il tentait d'articuler quelques mots à peine audibles.

Néanmoins, une fois débarrassé du jeune enfant, le chain se releva et marqua un espace encore plus grand entre eux et lui, tout en écoutant les paroles du plus posé. Il n'en savait rien. Ils n'avaient jamais rencontré de chains auparavant. Mais où vivaient-ils donc pour n'avoir jamais eu affaire à quelqu'un de sa race ? C'était incroyable, et la curiosité du brun était poussé à bout. Son précédent corps ? Comment ça, son précédent corps ? Il sous-entendait que Naaru avait effectué une sorte de... renaissance ? Comment était-ce seulement possible de songer à ça à son âge ? Et puis, était-il un de ces humains avant ? Que s'était-il donc passé pour qu'il ai subitement changé ? En se posant ces innombrables questions, il sentait que quelque chose était en ébullition au fond de lui. Ne pas s'enfoncer trop profondément. Ne pas chercher la petite bête qui puisse être bien plus grande qu'on ai imaginé.

Les paroles du turbulent le fit divaguer sur une autre voie. Papa, maman ? Il s'en voulait de penser ainsi mais... qu'était-ce ? Des bébés ? C'était comme ça qu'ils naissaient, dans leur monde ? Naaru ne se souvenait que vaguement de ce passage. Très vaguement. Mais à chaque fois, il était assailli d'une mauvaise impression et ne poussait pas les recherches plus loin que cela. Ça lui faisait mal d'être dans l'ignorance, mais il préférait cela à une vérité trop difficile à supporter. Il était peureux, c'est vrai. Mais s'il s'était volontairement imbriqué un mur dans son esprit, ce n'était sans doute pas par hasard. Décidé à se changer les idées, Naaru demanda alors :

-Vous n'avez jamais vu de chain. Mais... à quoi donc ressemble votre monde ?

Quelques secondes à peine plus tard, Kira poursuivit son interrogatoire en s'adressant au chain. Besoin de se nourrir ? Il voulait parler de nourriture ? Ils avaient faim ? Le chain avait dû mal à se figurer l'impression que cela pouvait provoquer dans leurs corps. En fait, si, il s'en souvenait. Lorsqu'il s'était retrouvé ici peu après sa sorte de "renaissance" si l'on croyait les propos de Kira, Naaru avait eu faim. Terriblement faim. Et puis, tout s'était tari. Il mangeait parfois lorsque l'envie lui prenait, mais cela s'arrêtait là. Rien de plus qu'un jeu. Le brun détourna alors ses yeux des enfants et releva le regard. Des biscuits, ce n'est pas ce qui manquait ici. Il n'était pas spécialement rare d'en trouver, même si cela courait tout de même moins les rues que ces ruines de bâtiments. Naaru soupira et leur tourna le dos en ajoutant :

-Suivez-moi, je crois que vous pourrez trouver quelque chose... Mais j'avoue que ce ne sera bientôt plus votre préoccupation première.

Et ceci dit, Naaru se dirigea vers un endroit où il croyait avoir aperçu des boites par ici. Il ignorait si elles étaient vides ou non, mais pouvait tout du moins essayer. Il s'approcha alors d'une sorte de mur porteur et observa le sol. À ses pieds trônait ce qu'il avait effectivement vu quelques heures plus tôt. Une grosse boite de biscuits à peine entamée. Se retournant, il la lança aux deux enfants avec une moue lassée. Non, bientôt ils n'auraient vraiment plus à penser à cela.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   6th Octobre 2013, 04:50

Eh bien, on pouvait dire que ce petit tour dans l’Abysse était un événement haut en émotion que cela soit pour nos deux enfants qui ne connaissaient rien du tout à ce monde que ce jeune homme qui ne connaissait rien du tout à l’univers d’où venaient nos deux bambins. A croire que les trois personnes pouvaient s’apprendre des choses en retour. On pourrait presque classer ça dans un échange équivalent n’est-ce pas ?  Mais comment ne pouvait-on pas connaitre le monde des humains ? Le brun devait sûrement se dire exactement la même chose en ce qui concernait les enfants au sujet des Chains. Mais non, c’était bien la première fois qu’une telle créature arrivait devant leurs yeux ! Peut-être à cause de leur jeune âge ? Ca, personne ne pouvait vraiment leur donner de réponse. Mais revenons au moment présent voulez-vous ?
Alors que la discussion poursuivait calmement son cours, Alowin ne put se retenir de faire un câlin à l’homme qui venait de se mettre à leur hauteur. Pourquoi avait-il donc fait ça ? Une simple habitude quand l’enfant commençait à apprécie quelqu’un ! Bien que ce geste fit complètement soupir de désespoir Kira qui ne comprendra jamais ce genre de comportement préférant être sur ses gardes jusqu’au bout ! Bien que cela allait lui apporter un peu trop de tort dans le futur. Surtout voyant l’expression de Naaru qui ne semblait pas du tout à l’aise. Il recula même un peu plus quand l’étreinte fut terminée. Alowin ? Bah lui, il fallait un grand sourire sur le visage et était content de son geste… Bref, continuons dans les conversations plus intéressantes hein ?

Après que les questions furent posées, le brun commença à leur demander à quoi pouvait bien ressembler leur monde et cela était étonnant qu’ils n’aient jamais rencontré de Chain. Surtout vu la façon dont il venait de le dire en fait… Réfléchissant un petit peu, Kira regarda autour de lui comme pour essayer de trouver un moyen de lui expliquer. Ce n’était pas facile de prendre exemple sur les monuments autours d’eux car rien ne ressemblait à un bâtiment du monde des humains. Les boites ressemblaient plus à des jouets qu’il avait connu étant un bambin. Finalement, l’ainé prit la parole en tentant tant bien que mal d’essayer de lui expliquer le plus clairement possible.

«  Eh bien pour commencer, les boites que nous voyons là sont des jouets pour nous. On habite dans des maisons fait de brique et il y fait déjà beaucoup plus lumineux. Toute cette eau n’est pas présente et le soleil illumine notre endroit. Y a de la verdure et des animaux qui ne ressemblent pas aux Chains aussi. »

Se massant un peu la tempe, on pouvait voir que le jeune garçon avait tout de même de la peine à expliquer le pourquoi du comment et surtout que le monde n’était pas fait d’eau. Enfin, était-ce vraiment de l’eau au final ? Tout semblait tellement étrange ici que cela pouvait bien être autre chose…
Pour continuer dans le même chemin, Naaru les emmena dans un coin où ils pourraient se mettre quelque chose sous la dent. Cela ne serait plus notre préoccupation première ? Le Chain devait sûrement faire allusion aux monstres qui attaquaient sans qu’ils ne s’y attendent non ? Enfin, pour le moment il fallait se nourrir si les deux enfants ne voulaient pas perdre toutes leurs forces.

L’endroit ne tarda pas à montrer le bout de leur nez et une boite de biscuit leur fut lancée. Des biscuits ? Tiens, c’était étonnant dans trouver dans un tel endroit vous ne trouvez pas ? On aurait sûrement pensé trouver quelque chose de moins… Appétissant allons-nous dire. En fait non, ils ne savaient absolument pas ce qu’ils auraient pu trouver dans un tel endroit se disant même que c’était un miracle qu’il y ait de quoi se nourrir. Remerciant tout de même Naaru, le plus petit prix la boite en commençant à croquer dans un biscuit. Comme d’habitude, Alowin ne retint pas quelque question qui lui passait par la tête ! Quoi que ces dernières fussent un peu stupide bien que comportait quelque chose de logique à l’intérieur.

« Dis Naaru ? Ce n’est pas du de vivre ici ? Tu ne te sens pas seul ? Puis… Tu fais comment pour tes habits. Tu en trouves qui apparaissaient comme la boite de biscuit ? Ça doit être dur pour toi de changer de sous-vêtement tous les jours ! Ma maman me disait que fallait le faire sinon, on puait des fesses ! »

Comment dire, la conversation pouvait aller très loin dans ce domaine non ? Soupirant un petit coup, Kira ne préféra rien répliquer tellement la naïveté de son frère lui donnait envie de se tirer une balle dans la tête. Il faut dire que l’ainé était un peu plus intrigué par le son qu’il était en train d’entendre. Se concentrant dans l’horizon, d’où cette voix pouvait-elle bien venir ? Une consonance féminine s’il ne se trompait pas.

«  Vous n’entendez pas comme une fois ? » finit-il par lâcher en continuant de manger un deuxième biscuit.

( Défi RP placéééééé 8D. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   22nd Octobre 2013, 01:55

La discussion l'intéressait fortement. Mais depuis quand ? Depuis quand Naaru se passionnait d'une quelconque manière pour la parole ? Il se battait sans cesse, sans chercher à espérer que demain serait un jour meilleur. Non, il n'espérait rien, alors pourquoi écoutait-il avec une telle attention les paroles du plus jeune. Après tout, sans doute ne fallait-il pas l'écouter. L'ignorance était la meilleure chose, et il le savait pertinemment. Malgré tout, il souhaitait croire qu'un autre monde existait, moins hostile. L'imagination des enfants était telle qu'ils auraient très bien pu mentir. Mais ils devaient fichtrement bien jouer la comédie pour paraître aussi déboussolé dans cet endroit. Résultat, le chain en était arrivé à cette conclusion : il existait bel et bien un autre monde.

C'est pourquoi, à force de se poser des questions qui ne possédaient pas encore de réponses, il se décida à faire part de quelques unes. D'abord, à quoi cet endroit ressemblait. C'était un début. Grâce à ça, il pouvait au moins s'en faire une idée claire et précise. Enfin, c'est ce qu'il avait espéré. L'explication le laissa penaud. Il inspira profondément, puis soupira avec la même lenteur. Soit. Il était entouré de jouets. Pour lui, c'était des bâtiments. Bien. Il allait falloir qu'il refasse toute son éducation s'il devait un jour remonter vers cet autre monde. Des maisons en brique. Ça, il connaissait. Vaguement, mais c'était déjà ça. Plus lumineux. Plus lumineux ? Comment pouvait-on faire plus lumineux ? Le soleil ? Son cerveau tourna à cent à l'heure. Le soleil. Le nom lui était familier, pourtant, il ne parvenait pas à s'en faire une image claire. Et le jeune enfant ne s'arrêta pas ici. Plus d'eau. Comment ça, plus d'eau. Sur quoi marchaient-ils, s'il n'y avait plus d'eau ? Volaient-ils ? Et de la verdure. Qu'est-ce que c'était ? Des animaux qui ne ressemblent pas aux chains.

Mais pourquoi diable avait-il demandé des explications ? À présent, il voulait savoir la définition de chacun des termes. Il était persuadé de les avoir déjà entendu, mais sa vision était troublée. Les questions s'étaient multipliées dans son esprit et il ne parvenait plus à les faire taire à présent. Il apposa une nouvelle fois sa main sur son crâne et farfouilla dans ses cheveux, à moitié gêné. Ça ne le mènera à rien de penser.

-Ah, c'est inutile. Je ne comprends pas un mot de ce que tu me racontes.

Et sur cette conclusion, il entreprit d'amener les enfants vers un endroit où manger. Ce n'était pas dur de trouver des biscuits. En marchant, elles pouvaient vous tomber sous le nez sans problème. Mais bon, Naaru en avait aperçu, quelques minutes plus tôt, avant de croiser les garnements. Lorsqu'il repéra le paquet, il le leur envoya et les observa manger. Ils avaient faim, visiblement. En fermant les yeux un petit instant, il se dit qu'ils n'étaient probablement pas de la même espèce en fin de compte. Ils se ressemblaient sans doute, mais ne possédaient pas du tout les mêmes besoins. Le chain ne se nourrissait pas. Parfois même, il ne respirait pas. C'était une machine à tuer, tout le reste était inutile. Son arme était le prolongement de son bras, et tout métal lui servait à se défendre. Ainsi en était-il de lui. Il ne se plaignait pas, il ne connaissait pas autre chose. Ou tout du moins se voilait-il la face pour ne pas reconnaître cet autre chose.

En reprenant un rythme respiratoire plus tranquille, il tâcha de se reconcentrer sur les paroles de Kira. De la verdure. Du vert. Il le savait, c'était vert. De l'eau verte, mais qui n'est pas de l'eau. Autre chose que de l'eau pour poser ses pieds. Il pensa alors à ces fameuses briques et les posa mentalement sur le sol, les peignant en vert. Ce n'était pas encore ça. Les yeux toujours clos, il tenta de savoir ce que cela provoquait sous les pieds, mais cet essai fut réduit à néant. Il soupira et tapota le pommeau de son katana pour se rassurer. Alors qu'il recommençait l'exercice, Naaru ouvrit subitement les yeux en écoutant les paroles d'Alowin. Qu'est-ce que c'était que ces paroles ? Il cligna successivement des paupières, sans comprendre. Des habits... des sous-vêtements. Des sous-vêtements ? Devait-on vraiment parler de ce qu'il se passerait pour des yeux mineurs si Naaru retirait son pantalon ? Souhaitez-vous vraiment le savoir ? Non, certainement pas. Alors, il était dans son devoir de ne pas ébruiter ces faits. Aussi notre chain, dans toute sa splendeur, esquiva la question de la manière la plus banale qui soit : en se taisant.

Cependant, en ce qui concernait le début de phrase, Naaru fut en droit de lui répondre :

-Je ne connais pas vraiment autre chose alors j'y suis habitué. Et... pourquoi devrais-je me sentir seul ?

Après tout, le chain n'avait pas de vie sociale particulière. Il n'avait pas d'amis, pas même de connaissance. Ces deux enfants étaient les premiers qu'il ne tuait pas. Mais le manque n'était pas là. Parfois, il se recroquevillait sur lui-même, dans un endroit isolé, et puis il fermait les yeux pour quelques longues heures. Là, il pouvait voir autre chose que le noir de l'Abysse. Il se reposait, il dormait. Et puis, à n'importe quel moment, lorsqu'il trouvait la force de repartir, il se réveillait et repartait à l'aventure. Voilà. C'était aussi simple que ça.

Par la suite, ce fut à l'autre enfant de déclarer qu'il avait entendu une voix. Ou qu'il était encore en train de l'entendre. Pourtant, même en tendant l'oreille, Naaru ne percevait strictement rien. Il fit alors un signe négatif de la tête. Une voix. Il n'en connaissait pas des masses. En fait, la seule qui lui revenait vaguement en mémoire, c'était celle d'une femme. C'était à partir d'elle qu'il était aujourd'hui comme ça. Il ne savait pas s'il devait la haïr ou l'aimer. Alors, il l'ignorait. Cependant, cette soi-disante voix pouvait tout aussi bien être une voix de chain visant à amener les enfants vers elle.

-Je n'entends rien. Mais évitez d'y aller, je ne suis pas responsable de vos vies si vous vous faites attaquer.

Naaru était toujours aussi froid dans ses démarches, pourtant il ne pouvait s'empêcher de se lier d'affection à ces deux petits êtres. S'ils devaient partir, il aimerait les accompagner. Parce que ça faisait naître quelque chose, tout au fond de lui. C'était agréable et doux, bien loin de son cœur de pierre. Ça lui faisait un bien fou.

[HRP=Si j'ai pas assez développé, dis-moi, mais comme je sais pas si tu as prévu quelque chose après, j'ai préféré ne pas m'étendre]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   18th Novembre 2013, 05:45

Ce n’était vraiment pas facile d’essayer de survivre dans un endroit qui vous était complètement inconnu. Vos repaires se trouvent être complétement effacé comme si votre vie devait recommencer à son point de départ sans pour autant passer par la case naissance, il en va de soi. – se plaint la maman sinon, ça doit faire vraiment très mal.- Le soleil était remplacé par une pénombre sans fin. Le sol n’était même plus visible à cause d’une étendue d’eau qui semblait infinie et qu’on ne pouvait même pas consommer. Comment pouvait-on vivre dans un endroit pareil sérieusement ? C’est ce que l’ainé n’arrêtait pas de se demander.
Naaru semblait être une personne très spéciale ne connaissant pas le moindre mot que nos enfants prononçaient pour décrire le monde d’où ils venaient. Attendez, c’était possible de ne pas savoir ce qu’était le soleil ou encore une brindille d’herbe ? Quelque chose d’impensable pour  Kira qui commençait à se demander s’il était vraiment né ici. D’ailleurs, je vous laisse imaginer que cette question lui brulait tellement les lèvres que celle-ci n’allait sûrement pas tarder à sortir sous la forme d’une question un peu trop curieuse. Bah oui, le brun était certes le plus grand des frères, mais pas un adulte non plus ! Ca curiosité restait comme celle d’un enfant bien qu’un peu plus naturelle ou réfléchit que celle de son cadet qui disait tout ce qui lui passait par la tête. Comme cette histoire de sous vêtement où Kira avait juste eu envie de se taper la tête contre le mur le plus proche ! Oh d’ailleurs, cet endroit comportait finalement des sortes de murs. Vraiment trop compliqué pour sa petite tête de bambin…

Continuant de se remplir l’estomac, le plus jeune ne pouvait que fixer le grand homme en train de réfléchir et ne comprenant pas qu’il ne puisse pas connaitre le soleil ou encore de l’herbe. Commençant à regarder autour de lui comme cherchant un objet précis, à croire que l’Abysse avait tout dans ses tiroirs (c’est cool l’abysse en fait) et l’enfant sortit une boite de craie de couleur et commençant à dessiner sur le mur d’une espèce de maison de poupée complètement cassée. Dessinant un soleil, de l’herbe avec un arbre dessus aussi ! Un petit oiseau et un chat pourquoi pas ! Bon, je n’ai pas besoin de préciser que le tout était dans un style complètement enfantin et il fallait tout de même faire marcher son imagination pour comprendre la forme du gribouillis. Pour finir, il fit même un autre paysage avec une lune et quelque étoile dans celle-ci.

« Voilà ! Tu peux voir ce qu’on voit le jour et la nuit maintenant. C’est comme ça chez  nous ! Y a bien plus de lumière qu’ici. » Confirma le petit en pointant les deux dessins quand il parlait de l’un et de l’autre.

Ah vraiment, quand ce petit bonhomme était partit dans ses explications, on pouvait voir que son cœur y était pleinement ! D’ailleurs, Alowin tira une petite mine triste quand les paroles du Chain arrivèrent à ses oreilles. Pourquoi devait-il se sentir seul ? Bah, la compagnie était toujours quelque chose qui pouvait réchauffer le cœur et surtout, permettait de rire ainsi que de sourire ! Les amis sont quelque chose d’important et surtout précieux dans la vie de tous les jours.

« Parce que cet endroit est vraiment vide. Tu n’as pas envie d’avoir quelqu’un pour jouer avec toi ? Des amis quoi ! Si tu n’en as pas, alors je serais ton premier amis et Kira le deuxième ! » Un sourire innocent apparut sur son visage en le fixant.

Préférant ne rien répondre, Kira resta dans son coin à écouter la discussion des deux personnes en face de lui. Pour l’ainé, avoir des amis n’était pas spécialement quelque chose de crucial n’en ayant jamais vraiment eu pendant son enfance à cause de son père pour être plus précis. Voilà, pourquoi l’enfant ne préférait pas participer à la conversation pour le moment et écouter simplement cette voix au loin. Entendant la réponse de Naaru à sa question, il soupira doucement. Kira était donc le seul à écouter cette voix plutôt féminin ? A croire que cet endroit commençait petit à petit à lui monter au cerveau ! Secouant vivement la tête comme pour essayer de faire partir ce bruit, il se tint la tête en reprenant la parole.

« Je pense que c’est le mieux oui. On ne connait rien de cet endroit, nous n’allons pas suivre le moindre bruit que nous entendons. »

Enfin, heureusement que c’était le plus résonné des deux qui parlaient car Alowin serait le premier à faire le curieux et se jeter dans la gueule du loup. Bien que cette voix semblait de plus en plus proche ce que Kira n’aimait absolument pas ! Rester sur ses gardes étaient la meilleure solution et peut-être que cette voix, allait simplement passer son chemin et était le pouvoir d’un Chain et c’est tout… ? Après tout, les enfants ne connaissaient absolument pas ce monde et ce qui les entouraient…

[ Nup c'est bon ! Ils doivent juste tomber chez Alyss à la fin du rp >w<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   23rd Janvier 2014, 07:24

Et voilà, à présent, le chain était entouré de ces deux petits bouts de personnages. Il les avait amenés près de ce qu'il pensait être mangeable. Visiblement, à les voir se diriger vers la nourriture, il en déduit que cela devait encore être comestible. Pourtant, resté là en retrait à les scruter sans ouvrir la bouche, il devint subitement perplexe. Bon sang, mais que faisait-il ? Il ne pouvait être d'aucun recours, mais ces mômes s'accrochaient désespérément à lui. Peut-être qu'à la prochaine rencontre, ils s'attaqueraient à lui. La meilleure chose était de les tuer ici même, pendant qu'ils ne représentaient pas de menace réelle. Il avait rapidement compris qu'un des deux enfants était un peu plus mûr que l'autre. Mais ils restaient jeunes. Qui sait ce qu'ils pourraient devenir, dans le futur.

En croisant les bras, le chain soupira et s'approcha, subitement intéressé par le mouvement d'Alowin. Il se pencha pour ramasser une craie et commença à gribouiller quelque chose sur un mur. Se décalant encore un peu pour observer l'étendu du talent graphique du jeune, Naaru apporta un grand intérêt à ce qui se profilait. D'abord, il fit un gros rond en hauteur et l'entoura de tirets. Qu'était-ce donc ? S'enchaîna alors une série de symboles géométriques qui échappèrent à la logique du plus vieux. Il devina quelques formes vagues. Des choses qui ressemblaient à des chains, mais en visiblement beaucoup plus petit. Et puis, il passa sur un autre mur et dessina un croissant de lune avec des petits points autour. Et un autre paysage. Le brun attendait des explications et tentait de regarder le décor sous toutes ses formes. Il plissa les yeux pour tâcher de s'en faire une idée plus claire. Mais rien. Ça ne ressemblait pas à cet endroit, pour sûr. Les formes n'étaient habituelles, et le chain crut un instant que l'imagination de ces enfants était trop important.

Finalement, le plus jeune se tourna vers lui et indiqua que c'était la nuit et le jour. Que le jour était lumineux, beaucoup plus qu'ici. Naaru éprouvait déjà quelques difficultés à séparer les journées en deux parties bien distinctes. À noter les jours passer déjà. Ses méninges tournaient vraiment à cent à l'heure. Il regarda un peu plus l'astre solaire, plissa encore davantage les yeux. Il voulut s'imaginer ce qu'il pouvait ressentir en le fixant ainsi, dans ce monde qu'il pensait imaginaire. Quelque chose de lumineux. Qu'est-ce qui était lumineux ici ? Les yeux de certains chains. Les siens aussi. Mais ça ne lui suffisait pas. Il n'y avait rien ici qui permettait de projeter la lumière autour de soi. Tout juste cela scintillait juste. Pourtant, il constata que son imagination marchait finalement bien. Il ferma les yeux. À travers ses paupières, le dessin apparaissait encore tant il l'avait fixé. Il inspira doucement.  Un frisson parcourut son corps. C'était chaud. Il ressentait une chaleur lointaine. Et malgré l'obscurité, il pouvait percevoir une lumière très haute. Très haute et qui pourtant illuminait tout. Un faible sourire apparut sur ses lèvres et il rouvrit les yeux à l'instant même où l'un des deux enfants lui demanda s'il ne se sentait pas seul. Ce à quoi il renvoya la question. À ce moment, Alowin lui répondit que cet endroit était totalement vide à son avis. Il lui parla d'amis. Mais à quoi servait les amis ? Il ne sentait pas l'envie d'en avoir. Était-il bizarre pour autant ? Non, pas pour lui. Il n'était pas permis de se faire des amis par ici. Pas lorsqu'on craignait de se faire tuer la seconde suivante. Certes, cela pouvait permettre de paraître plus fort, mais la tristesse devait apparaître, ensuite. Ça ne servait rien. Il ne fallait pas s'encombrer de sentiments inutiles. D'un ton beaucoup plus dur, Naaru fronça les sourcils d'un air qui ne valait rien de bon et répondit.

-Je n'ai pas besoin d'amis, et vous feriez bien de le comprendre, vous deux. Vous ne pourrez pas sortir d'ici et si vous voulez survivre, il va falloir vous débrouiller par vous-même.

Naaru n'était pas optimiste sur ce dernier fait. Il voulait bien aider les deux enfants, mais il sentait que plus jamais leur chemin ne se rencontrerai de nouveau. Il mit ça sur le compte de la mort. Soupirant, il éprouva le subit besoin de s'en aller. Afin qu'enfin ce rêve n'appartienne plus qu'au passé. Et voilà, à présent il doutait de tout, de sa nature même. Mais pourquoi avait-il suivit ces enfants. La curiosité était un vilain défaut, et il l'avait appris à ses dépens. La connaissance n'amenait rien de bon. Maintenant, il voulait voir le jour et la nuit, toucher l'herbe avec ses pieds -l'énigme du chain Nana sans chaussure est résolu, j'en suis la première étonnée- et sentir le soleil sur sa peau. Ça lui rappelait quelques lointains souvenirs. Tellement loin qu'ils donnaient davantage l'impression d'être des rêves. Tout comme cette rencontre avec les enfants. Lentement il oublierai tout.

Puis, Kira leva un point important. Il entendait une voix. Oh, il allait falloir qu'ils s'y fassent. Ne pas répondre à ce genre de voix. Ce pouvait être tout et n'importe quoi. Le pire étant bien sûr les voix de connaissances. Heureusement pour le chain, il ne connaissait personne pour qui il attachait une importance relationnelle. À ses recommandations, le jeune acquiesça. Naaru, quant à lui, se gratta l'arrière du crâne et bâilla faiblement. Il jugea bon de prévenir les enfants après quelques minutes de silence pesant.

-Écoutez, ici vous êtes dans un endroit dangereux, où chaque mur peut cacher une affreuse chain. C'est assez déstabilisant, mais on s'y fait rapidement. Le plus embêtant est votre manque total de pouvoir. Sur ce, je ne vous suis plus d'aucune utilité. Je reprends mon chemin et c'est un adieu, chers enfants.

Sur ces mots, le chain fit un signe de tête et tourna les talons rapidement. Cependant, il se stoppa un peu et ajouta :

-Si vous ne voulez pas vous battre, lancez-lui quelque chose sur les yeux et partez vous cacher. Peut-être que comme ça, vous parviendrez à lui échapper. Qui sait.  - Il murmura ces dernières paroles.

Il ne comprenait pas tant pourquoi il voulait les aider, leur permettre de vivre un peu plus longtemps. Peut-être était-ce du fait de leur jeunesse ou de leur innocence. Ou juste parce qu'ils l'avaient sortis de son train train habituel. À voir. En tout cas, le chain était décidé et poursuivit alors son chemin dans l'obscurité, sans un dernier regard pour les enfants.

[HRP= J'suis pas inspirée pour la fin désolée. À toi de voir si tu veux conclure ou si tu le poursuis xD]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Masculin Messages : 206
Age : 25
Personnages préférés : Vous le savez déjà ~


MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   22nd Février 2014, 07:48

Eh bien, on pouvait dire que cet endroit devenait de plus en plus spécial à chaque pas que faisaient nos deux gamins. Ce qui était clair, toute cette eau ne leur donnait absolument pas soif avant un bon moment, c’était plus l’estomac qui gargouillait et heureusement, plus depuis que leur nouvel ami avait trouvé une boite de biscuit bien remplie ! Alowin avait été le premier à se jeter dessus préférant nettement plus le sucre que son grand-frère ! Ce n’était pas tout, le plus jeune s’amusait à dessiner le moindre dessin sur un mur histoire de montrer leur monde à Naaru d’une manière bien enfantine bien sûr. Oui, ce n’était pas à cet âge qu’un gamin allait pouvoir devenir le prochain artiste hyper reconnu ! Quoi que peut-être s’ils restaient dans l’Abysse… Est-ce qu’un autre Chain savait dessiner ou pas du tout ? Ah, non ne partons pas dans ce genre de débat complètement inutile ! Surtout que l’ainé était vraiment perturbé par une voix qui semblait les appeler, mais seulement dans sa tête. C’était étrange, aucune voix ne se faisait entendre en par les deux autres… Il devait faire attention, vraiment très attention… Essayant de ne pas faire attention à ce bruit, Kira se concentra sur les paroles que l’adulte venait de dire à son jeune demi-frère. Il n’avait pas besoin d’ami ? C’était un peu ce que pensait le plus vieux aussi. Kira n’avait jamais été le genre de gamin à se coller à quelqu’un d’autre préférant vivre pour lui-même et surtout se débrouiller tout seul ! Tout le contraire d’Alowin qui n’allait pas se gêner pour le lui dire.

« C’est triste comme façon de penser… Pour moi, tu es devenu notre ami ! » Dit Alowin avec son éternel sourire enfantin.

Soupirant simplement aux paroles de son frère, l’ainé n’aimait pas vraiment qu’il prenne son avis en compte n’ayant absolument rien dit, mais bon… Ce n’était pas un détail très important pour le moment et ce n’était pas l’endroit pour se prendre la tête. Pour continuer dans les paroles du Chain, celui-ci fit bien comprendre que l’endroit était dangereux et qu’un ennemi pouvait se cacher derrière chaque mur, le moindre recoin suspect pouvait être dangereux. Continuant de se concentrer sur les voix autres que celle dans sa tête, ce ne fut sans surprise qu’il entendit le brun dire que leur route allait se séparer ici. Mettant simplement les mains dans ses poches en tenant le petit couteau dans sa main, le plus jeune ne se retint pas pour faire une mine triste et boudiner un petit peu. Bah oui, laisser un ami partir, ce n’était jamais la joie non ? Surtout quand on venait de se le faire ! Néanmoins, le Chain leur donna un conseil comme quoi, lancer quelque chose dans les yeux de l’ennemi pouvait le faire ralentir… Ce n’était pas bête ! Mais alors qu’Alowin allait courir après son nouvel ami, le plus grand mit un bras devant lui pour le retenir. Ils ne pouvaient pas indéfiniment rester à ses côtés et l’emmerder. Surtout pour un esprit comme celui de Kira. Soupirant un coup, le plus grand se mit à marcher du sens inverse alors que le petit regardait Naaru s’éloigner. Pour lui, il était sûr qu’ils allaient se revoir !

« On va où maintenant Kira ?
- Trouver un moyen de quitter cet endroit…
»

C’était comment dire, plus facile à dire qu’à faire. Même le Chain qu’ils avaient rencontré ne semblait pas savoir comment quitter cet endroit étant là depuis bien plus longtemps que nos deux enfants. Soupirant encore un coup, la voix ne quittait pas sa tête, mais un problème bien plus grand apparut… Une espèce de porte violette apparut non loin d’eux et la curiosité du plus jeune allait les perdre… Fixant l’endroit de son petit doigt en se disant que la sortie devait être ici, il sourit avant de foncer tête la première dedans et attirant son frère avec lui par la même occasion. Aucun des deux ne savaient que cet endroit allait effectivement être une sortie, mais en même temps une perte qu’ils n’allaient pas pouvoir combler avant un moment. Voir même jamais de la vie…

(On aurait tourné en rond ! XD On peut faire une suite avec maintenant non ? =o )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Car il faut un commencement à tout. Même aux Chain ( PV Naaru Irwin )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ L'Abysse :: ♠ Boîte à Jouets Cassée-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit