AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   1st Avril 2013, 07:51

Une soirée mondaine, très franchement qui pouvait donc avoir l'idée farfelu d'organiser quelque chose comme cela. Des fous, sans nul doute, aimant côtoyer du monde et discuter de choses futiles avec leur entourage, très certainement aussi. Des choses que Rufus Barma ne pouvait aucunement comprendre, même grâce à son intelligence et toute la bonne volonté du monde. Il ne fallait pas trop lui en demander n'est-ce pas, il ne pouvait pas être une véritable bibliothèque ambulante tout en étant un homme sociable et aimable, en tout cas, il ne souhaitait nullement être cette deuxième chose, non merci. Être l'associable et misanthrope duc Barma lui convenait tout à fait, inutile de chercher à prendre le rôle de l'idiot de service prêt à être gentil avec tout le monde, il devait bien y en avoir un autre pour prendre cette fonction à merveille. Mais pour l'instant présent, être un peu plus à l'aise en société ne lui ferait peut-être pas de mal, car allez savoir pour quelle raison grotesque, on avait réussi à le trainer parmi d'autres nobles. Oui, vous entendez bien, ce cher Rufus avait mis les pieds hors de son manoir et pas pour se rendre directement à Pandora cette fois-ci. Quelque part dans Réveil, l'endroit importait peu finalement, se tenait une réception en petit comité de la noblesse - bien que ce ne soit toujours pas assez "petit" pour le rouquin - où à son plus grand désarroi, Rufus se trouvait.

Pour remettre les choses dans leur contexte, il faut tout d'abord savoir que le duc cherchait à obtenir une série de livres très rares qui appartenait à un noble venant du même pays que lui depuis... Quelques bons mois maintenant ? Quelque chose dans ce style oui. Mais rien à faire, cet idiot ne souhaitait pas lui céder, qu'importe ce que pouvait bien lui dire le Barma ou la somme qu'il pouvait lui offrir. Liam avait alors conseillé au duc de chercher ce qui pourrait bien le faire changer d'avis et ce contre quoi il serait prêt à échanger ces livres en essayant de s'en faire un a... Un ami ? Non mais il n'était pas bien ce Liam des fois, à croire qu'il ne connaissait pas bien son maître depuis le temps. Bien sûr, il lui avait ensuite expliqué que ce n'était qu'une approche subtil pour obtenir ce qu'il désirait, un jeu de manipulation et caetera et caetera... Rien à faire, le roux n'aimait pas cela, mais il se retrouvait tout de même ici ce soir, c'est dire s'il y tenait à ces vieux bouquins poussiéreux. Le Barma s'ennuyait à mourir, très certainement aussi parce qu'il avait envoyé son illusion favorite parmi les convives plutôt que de jouer les bons invités lui aussi, il se trouvait donc dans une pièce à l'écart, confortablement installé dans un grand canapé. A travers la grande porte fenêtre à sa portée, il pouvait voir Réveil, ses rues désertes à cette heure quelque peu tardive et pas grand-chose d'autre, il faut bien l'avouer, compte tenu du peu de lumière qu'il pouvait y avoir. Le duc ne pouvant en plus pas se vanter d'avoir une vue perçante, cela ne l'aidait aucunement.

Quoi qu'il en soit, notre ermite avait la désagréable impression d'être sorti de sa tanière pour rien et il commençait donc à chercher un autre moyen d'obtenir ce qu'il désirait... Un vol, peut-être ? Oh, cela n'était pas digne d'un duc, même si cela l'aurait bien arrangé... Il mit tout de même son idée dans un coin de sa tête, on ne savait jamais. Mais alors qu'il était plongé dans ses pensées, Rufus entendit le bruit d'une porte qui s'ouvrait et se renfermer, accompagné de légers bruits de pas. Son valet ? Non, même pas, il n'avait pas autant de chance. C'est une dame qui fit son apparition dans la pièce, visiblement surprise d'y trouver quelqu'un d'autre. Celle-ci n'en perdit tout de même pas ses bonnes manières et lui fit une révérence gracieuse avant de s'approcher de lui pour venir lui parler... O' Joie, comme s'il avait besoin de cela en prime, une commère pour lui tenir compagnie, pile ce dont il avait toujours rêvé... Ne cherchez pas l'ironie, elle crevait les yeux, la seule chose dont pouvait rêver le duc en voyant une parfaite inconnue venir lui parler, c'était d'une corde pour se pendre. Non pas qu'il ait l'envie idiote d'en finir, mais ce genre de choses lui faisaient si peu plaisir comprenez-vous... La mine de Rufus exprimait à cet instant un profond ennui, ce qui n'arrêta pourtant pas la femme, qui lui demanda ce qu'il faisait ici seul... N'était-ce donc pas évident qu'il évitait les gens comme elle avec des questions tout aussi stupides que les siennes ? A croire que personne ne comprenait les solitaires, c'était d'une tristesse franchement que de ne pas pouvoir ruminer seul dans son coin sans être interrompu par des gens bienveillants qui cherche à vous remonter le moral.

Notre homme observa d'un oeil suspect la dame. Elle devait avoir son âge... Enfin, lorsqu'il avait cessé de vieillir bien entendu, portait une robe d'un violet outrancier qui agressa ses yeux fatigués et avait des cheveux d'un châtain assez foncé. Des manières avenantes, un sourire délicat, bref une femme de la haute société, pénible et ennuyeuse à souhait, de quoi donner au Barma l'envie de fuir à toute jambe. Pourtant, il réussit à se retenir, de courir s'entend, car d'un air extrêmement las, il se leva de sa place pour prendre congé de la dame sans un mot. Toujours aussi aimable ou galant notre cher duc, n'allez pas chercher bien loin pour comprendre la raison de son célibat prolongé. Cette soirée était déjà bien assez pénible comme cela, si en plus il devait faire la conversation, cela n'irait plus du tout. Il était temps pour lui de s'éclipser, encore plus discrètement qu'il était venu. Une fuite digne d'un enfant de six ans, soucieux de ne pas avoir à faire à sa grande tante tireuse de joues professionnel, c'était tout à fait cela, mais il assumait très bien. Ouvrant les portes discrètement, prenant soin de choisir celles qui conduisaient aux pièces les moins fréquentées par les nobles, il croisa bien quelques serviteurs qui voulurent le remettre dans la bonne direction selon eux, mais il les ignora également. Inutile d'y songer, il ne retournerait pas là-bas. Une fois dehors, le duc inspira une grande bouffé d'air frais, non pas qu'il aimait cet air là, mais il était tellement satisfait d'avoir échappé à cet endroit trop peuplé à son goût, que cela sonnait comme une libération.

Bien évidemment, sa voiture n'était pas en vue puisqu'il n'avait pas prévenue de son départ et on ne l'avait donc pas fait préparer à son intention. Mais, ne souhaitant pas qu'on se rende compte de son départ précipité si tôt, le Barma continua sur sa lancé de décision de gamin en décidant d'aller se trouver lui-même un fiacre pour le ramener chez lui. Cela devait bien se trouver facilement, non ? Comment faisait les gens sinon... Il suffisait d'interpeler un cocher et de lui payer sa course, rien de plus simple. Au moins, personne ne viendrait ennuyer le duc puisque personne ne connaissait son visage. Seulement, cela était plus facile à dire qu'à faire, il s'en rendit bien compte, surtout de nuit en fait. Autant dans la journée, beaucoup de cocher attendait le client, mais là, à cette heure, il fallait vraiment tomber dessus et Rufus n'eut pas cette chance. Le Barma se mit donc à marcher dans les rues sombres, prêt à arrêter le premier fiacre qu'il croiserait, n'étant pas un grand fanatique de l'exercice physique, comme on pouvait le penser en le voyant. C'était évident lorsqu'on le regardait que ce n'était qu'un rat de bibliothèque maigrichon, non ? En tout cas, il était bien pâle, l'éclat de la pleine lune sur sa peau lui allait franchement bien... Si on était adepte de littérature vampirique bien entendu. - N'avait-il pas un petit quelque chose de Dracula ? -

En tout cas, le pauvre duc marcha et marcha encore, sans croiser âme qui vive ou même l'ombre d'une calèche, à croire que cette ville avait été désertée sans que personne n'ait jugé bon de l'en informer, lui, la personne la mieux informée de ce pays... Un véritable comble n'est-il pas ? Par intermittence dans l'ombre ou à la lumière d'un réverbère, le rouquin continuer d'avancer en commençant à désespérer de trouver un véhicule pour rentrer chez lui, songeant à présent à faire demi-tour pour faire se bouger ses valets, quitte à être pris en pleine fuite. Mais c'est alors qu'au bout d'une ruelle sombre, il aperçut un fiacre qui passait. Ni une, ni deux, il se précipita dans la petite rue dans l'espoir de le rattraper à temps, mais il fut arrêté au beau milieu de cette dite ruelle... Un obstacle ? Une crampe ? Une flemme subite de courir ? Rien de tout cela, mais une scène qui vint si bien frapper sa vu qu'il s'arrêta automatiquement, sans même sans rendre compte pour mieux observer, être sûr de ne pas avoir une hallucination. A à peine plus d'un mètre de lui, le dos collé au mur, une femme se tenait là, immobile telle une statue, le regardant fixement sans le voir. Une belle femme sans nul doute, quoi que ce n'était nullement ce qui frappait chez elle à l'instant présent, malgré le peu de lumière qui filtrait dans la ruelle déserte, Rufus pouvait voir la pique de métal qui lui transperçait la poitrine, la maintenant collé au mur malgré sa mort évidente. Il faisait un peu sombre pour en distinguer la couleur, mais Rufus était certain qu'un liquide rougeâtre jonchait le sol et le mur.

Pas besoin de le voir après tout, l'odeur du sang était assez tenace comme cela pour être reconnaissable, même par un homme comme Rufus qui n'avait pas souvent ce genre de scène sous les yeux. Envie de fuir ou de crier au meurtre ? Non, pensez-vous, notre rouquin n'était pas un froussard tout de même, il pouvait observer cela sans être dégouté, bien qu'il n'ait par ailleurs aucun côté morbide ou franchement sadique. Faisant un pas vers la pauvre femme, il tendit sa main droite pour lui fermer les yeux délicatement, trouvant son regard vide de toute vie sur lui plus stressant qu'autre chose, il tâcha au passage son gant blanc de rouge, mais peu importe, au moins elle avait l'air... Plus paisible ? Quelque chose comme cela. Au-delà de plaindre cette pauvre femme, des questions venaient à l'esprit du duc, alors, meurtre passionnel ? Agression ayant mal tourné ? Ou pire, l'oeuvre d'un psychopathe ayant choisi Réveil comme terrain de jeu ? Quoi que cela puisse être, compte tenu de la tiédeur du corps, cela s'était passé il n'y a pas si longtemps que cela. Le meurtrier était-il toujours dans le coin ? Pire, avait-il donc fuit en entendant le Barma se précipiter dans la rue ? Toutes ces questions faisaient peur non ? Pourtant, le duc gardait un sang-froid admirable, étudiant méticuleusement la scène de son regard neutre.

Il ne fut interrompu dans ses réflexions que par des bruits de pas qui se rapprochaient. Alors, le coupable revenait-il toujours sur le lieu de son crime, ou n'était-ce, comme lui, qu'une personne ayant l'habileté de tomber au mauvais endroit au mauvais moment ?

[Il ne fallait pas me parler de scène de crime....xD]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 51
Age : 29
Personnages préférés : Vincent
Double comptes : Alexiel, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Monte Cristo Peter
Nom du Chain : Charon dit le Passeur ou le Veilleur
Groupes: Contractants illégaux, Noblesse


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   2nd Avril 2013, 10:12

La mort, ce sentiment de ne plus sentir que du vide, cette impression de tomber en poussière, Willow l'avait tant de fois vue, mais jamais une seule ne lui offrait la piste qu'il convoitait. Quand reverrait-il enfin sa soeur...? Etait-elle seulement en vie ? C'était dans cet état d'esprit qu'il s'échinait, traquait, tuait parfois en cas de nécessité ceux qui croisaient sa route. Un assassin s'amusait à sévir dans les parages, son chain était vif, alerte. Toute cette activité ne présageait rien de bon. Cela faisait un long moment qu'il suivait une série de meurtres grâce au flair de Charon. Il y avait deux nuits, il était tombé sur ce qu'il appelle un corbeau, c'est-à-dire une personne qui n'est pas l'auteur du crime, mais reste devant pour vider les poches du mort. Bon somme toute, cela ne le regardait pas, cette personne y voyait son compte, parfait. Non, mais l'ennui c'était que cette personne lui avait foncé dessus ! Et oui sans crier gare, il avait été pris par surprise, mais avait eu l'intelligence d'esquiver le coup et de l'occire, non mais oh ! Il n'allait pas ourir en traquant la mort, sinon là ce serait un bien mauvais humour. Charon était là à ses côtés en train de flairer une nouvelle piste décidément la pêche était bonne. Okay, c'était une pêche que peu recherchaient, mais pourquoi avoir peur de la mort. D'accord, on ne ressemblait pas à un mannequin, on avait souvent une tête peu raffraichie mais et alors ? Certains au réveil en avaient une bien plus effrayante. Willow se maudissait, il aurait dû faire croque mort et non diplomate pour toutes ces familles qui n'en avaient rien à secouer de s'entendre.... Parfois, il était de méchante humeur et ouais il les aurait bien envoyé promener au lieu de tenter de faire du lien, car cela ne lui apportait rien, mais vraiment rien. Il s'arrêta un instant.

"Est-ce que tout ça vaut la peine sérieusement...?"

Son chain interrompit sa piste tout en tournant sa tête plusieurs fois vers une ruelle pour lui indiquer qu'il n'était plus très loin, juste à quelques cinquante de mètres la mort avait frappé. Son odeur lui montait aux narines, l'appelaient comme un dies irae profond et cinglant. Willow lui sourit en lui caressant le poil, puis passa devant lui. Il ne pensait pas vraiment arrêter, il n'arrêterait jamais, mais il lui disait à lui son chain pour se rappeler pourquoi il ne renonçait pas. Ce serait si simple de baisser les bras juste parce que le monde n'est pas comme on le souhaite. Ses doigts passèrent et repassèrent dans la fourrure de Charon, il aurait continué sa progression s'il ne s'était pas fait interpellé par un mendiant un peu farfelu qui lui donna une casquette écossaise et une pipe. Voilà pourquoi il ne voulait dépendre de personne, certains individus étaient trop imprévisibles pour s'y fier. Au moins cette intervention le rendit à nouveau un peu fier de sa personne et gonflé à bloc pour cette nouvelle piste. Il se saisit donc de ces objets avec une perplexité très palpable, se demandant ce qu'il en ferait...

Alors qu'il vit le corps, il aperçut non loin de là une chevelure rousse de dos. Encore un corbeau, ils en avaient pas marre de tout prendre ainsi. Cette fois, il le devancerait !Il plaça sur sa tête la casquette et regarda tout juste son visage en lui mettant la fameuse pipe dans la bouche pour qu'il ne parle pas. Qu'en aurait-il fait ? Il n'était pas fumeur ! Tous ces cadeaux, je vous jure ! Bien alors qu'est ce que c'était aujourd'hui ? Une femme avec un pieu dans la poitrine. tait-ce un crime passionnel? Pourquoi à cet endroit précis? Willow se tapotait le menton décidément que de choses étranges ! Il ignorait où tout cela le mènerait. Ses pensées l'inondaient. Charon tant qu'à lui tournait autour de Rufus en aboyant comme un forcené. Le sang sur le gant de Reus puait et attirait l'odorat du chain qui sentait un sang frais. Peut-être venait-elle d'être tuée quand cet homme l'avait trouvé ? Toujours est-il que Willow se retourna ENFIN vers Rufus.

" Duc Barma... est-ce vous? Que faites vous ici ?C'est votre femme?

Cet homme aurait une femme ! Depuis quand ? Willow ne le savait mêle pas, il en était très intrigué... et en oubliait presque l'état de la femme derrière lui. C'était très inconvenant, mais ce soir il n'était pas diplomate, il voulait juste résoudre cette enquête et savoir si pour la enième fois il s'était déplacé pour rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   8th Avril 2013, 09:16

Fuir une réception pour errer dans les rues et finir par tomber en plein sur une scène de crime... Pouvait-on réellement dire que le duc Barma avait la poisse rien qu'avec ces éléments ? D'après lui en tout cas, c'était évident, le Karma cherchait à se venger de quelque chose pour lui mettre autant de galère sur le dos d'un seul coup. Mais qu'avait-il donc fait pour mériter cela ? Franchement, il ne faisait de mal à personne... Enfin, si, mais c'était tout à fait son droit en tant qu'emmerdeur en chef de Pandora - à moins qu'il ne s'agisse de son statut de duc qui lui donnait ce pouvoir - Quoi qu'il en soit, il ne lui semblait pas avoir mérité de tomber dans de telles galères comme cela d'un seul coup. Le pire dans cette histoire... C'est qu'il n'arrivait pas à déterminer si c'était la réception ou cette découverte macabre qui était le pire... Comment cela, un homme sans coeur ? Non du tout, disons simplement que devoir supporter tous ces nobles bavards l'avait plus touché que la mort de cette parfaite inconnue. Ce n'était tout de même pas comme s'il la connaissait, il n'avait d'ailleurs rien à voir dans sa mort, il avait juste été le malheureux qui était tombé sur elle en premier. Cela aurait bien pu être n'importe qui dans cette ville, même si l'heure tardive réduisait tout de même les possibilités, mais il avait fallu que cela tombe sur lui... Pourquoi ? Allons bon, inutile de chercher une explication à tout, c'était comme cela, voilà tout.

N'allez pas dire au duc qu'on lui avait mis ce cadavre sous les yeux pour lui envoyer un signe, pour lui faire comprendre quelque chose ou tout simplement pour qu'il cherche son meurtrier et la sauve. Et puis quoi encore ? Il allait se transformer en vengeur masqué parcourant les rues sombres de Réveil la nuit pour protéger la veuve et l'orphelin aussi ? Qui donc pouvait avoir un passe-temps aussi débile ! Franchement, il ferait beau voir que le duc se mette à crapahuter dans tous les recoins de la ville pour trouver un assassin dont il n'avait strictement rien à faire tient. Pensez donc à son image !... Ou même tout simplement à son ennui devant une telle tâche, qui n'était nullement destiné à un rat de bibliothèque comme lui. Avait-il donc l'air d'un chevalier sans peur et sans reproche, fort et prêt à braver tous les dangers dans son armure rutilante dans le seul but de servir la justice ?... Si vous avez imaginé cette scène, peut-être devriez-vous songer à faire un petit tour dans un asile d'aliéné, juste histoire de soigner cette folie passagère. Ceux qui avaient pu voir Rufus sous sa véritable forme au moins une fois, savaient qu'il était mince et pâlot, sans compter bien entendu sur sa vieillesse qui n'allait certainement pas s'arranger au fil du temps. Non, Rufus Barma n'avait rien d'un héros ! Il était un sage, dispersant son savoir - ou pas - parmi les moins intellectuels pour les éclairer dans leurs quêtes et leur donner la bonne marche à suivre.

Bref, si le duc avait eu la bonté d'âme de fermer les yeux de cette pauvre femme, il ne comptait pas non plus trop s'attarder ici, même s'il fallait avouer que ce meurtre tracassait un peu son intellect. Des meurtres, il y en avait tous les jours, il le savait bien, mais pourquoi avec cette arme si peu commune ? Pourquoi ici ? Pourquoi elle ? Oui bon, cela il s'en fichait un peu puisque rappelons-le, il ne la connaissait pas. Mais il ne put s'empêcher tout de même d'observer en détails cette scène de crime et donc par conséquent, le cadavre de la femme également. D'après ses vêtements, c'était une femme de... Basse naissance ? Ou, sans nul doute, mais surtout de basse vertu d'après ce que pouvait voir le duc, non pas qu'il s'y connaissait en femme de ce style, mais bon... Enfin c'était une... Vous voyez très bien ! En tout cas, cela suffisait amplement à justifier sa présence ici-bas, inutile de chercher bien loin là pour savoir comment le meurtrier l'avait attiré jusqu'ici. Après, pourquoi l'avait-il tué ? Cela restait un mystère total pour le duc Barma. Un seul coup semblait avoir achevé la victime, ce qui était normal compte tenu de la nature de celui-ci, un pieu enfoncé dans la poitrine, cela ne pardonnait pas en général. Rufus allait s'approcher un peu plus du corps pour voir s'il y avait eu lutte également - curiosité morbide, quand tu nous tiens - mais il fut arrêté par l'arrivée soudaine d'un jeune homme qui lui enfonça sans prévenir une casquette sur la tête ! Un deerstalker d'après ce que put voir le rouquin en levant les yeux. Mais que.... Quoi ?

A quoi jouait-il ce type ? Il était malade ou quoi ? Bon, d'accord, il valait mieux qu'il lui enfonce une casquette sur la tête qu'une dague dans le dos, mais le duc n'en voyait toujours pas la raison pour autant. Mais alors qu'il ouvrit la bouche pour manifester son mécontentement, le jeune homme continua sur sa lancée et lui colla ce coup-ci une pipe dans le bec pour le faire taire. C'était tout oui ? Il comptait le fournir en accessoires de pied en cape aussi pendant qu'il y était ? Comme si le duc avait besoin d'être rhabillé n'importe comment par un parfait inconnu en prime. S'il avait besoin de quelque chose, il demandait à son valet, pas à... Qui était ce type d'abord ? Aucune idée, mais il avait déjà réussi à faire naitre une mine outré sur le visage du Barma qui avait était forcé de fermer la bouche. Après lui avoir fait ces... Présents ? Le jeune homme lui tourna le dos pour regarder à son tour le cadavre de la femme qui pendait au mur devant eux. Allez, le duc aurait bien parié n'importe quoi à l'instant présent que ce drôle de garçon allait se mettre à l'accuser du meurtre de cette péripatéticienne, c'était bien sa veine tiens ! Tandis que le jeune homme observait la scène, une drôle de bestiole s'était mise à tourner autour du duc en aboyant. Un chien ? Non, un chain d'après les connaissances de Rufus, par contre, il n'avait aucune idée de pourquoi il s'en prenait à lui en particulier. Parce qu'il était la seule personne - en vie - présente en dehors de son contractant certainement ? Le rouquin regarda la bestiole d'un oeil mauvais avant de vouloir saisir la pipe entre ses doigts pour pouvoir parler, mais il se rendit alors compte que son gant blanc était taché de rouge, le sang de la femme bien évidemment.

Se débarrassant de son gant souillé en l'ôtant et en le balançant plus loin, le duc pu enfin saisir l'objet qu'on lui avait collé dans la bouche pour parler de nouveau. Comme si ses sourcils arqué et son regard perçant n'en demandaient pas assez long comme cela tout seul, il jugea bon de demander une explication mais fut coupé dans son élan par le jeune homme qui le reconnu tout à coup ! Ah ben tient, il savait qui il était lui... En même temps, un noble aux cheveux aussi rouge, il n'était pas exclu de penser au duc Barma lorsqu'on avait un minimum de jugeote. Mais n'allez pas croire que l'égalité n'était pas respectée, puisque le duc identifia à son tour le jeune homme comme étant une sorte... D'intermédiaire entre les familles nobles ? Un diplomate en somme, dont le duc n'avait pas encore usé des services, mais il se devait bien de se tenir informé de ce qui se passait chez les autres nobles après tout. Mais qu'importe qui était ce jeune homme pour le moment, ce qui choqua le plus le duc, ce furent ses paroles... Comment cela SA femme ? Il voulait plaisanter non ? Il ne croyait tout de même pas qu'un duc pouvait être marié à une femme comme celle-ci ! Encore moins le duc Barma qui, disons le franchement, était le moins susceptible de tous d'avoir une épouse ! Ce n'était pas qu'il n'aimait pas les femmes, mais... Si, il n'aimait pas les femmes, il aimait une femme et elle ne voulait pas de lui, ce qui lui destinait le titre de vieux garçon jusqu'à la fin de ses jours.

Donc, croire qu'il était marié à cette femme et surtout, qu'il pouvait l'avoir tué, c'était un petit peu fort pour le Barma d'un seul coup. L'air franchement outré, le duc se mit donc à se défendre comme un enfant pris en faute, comptant bien faire entendre raison à ce drôle de garçon.

" Bien évidemment que c'est moi ! Mais, elle, cette... Femme-là, ce n'est pas la mienne, non ! Je n'ai pas de femme, mettez-vous cela en tête. " Il fit une pause comme pour juger si la prochaine accusation serait celle de meurtre avant d'ajouter. " Et n'allez pas m'accuser d'un crime que je n'ai pas commis, je vous vois venir mon garçon. "

D'un geste vif, le Barma tendit la main qui tenait encore la pipe pour désigner le jeune homme - s'étonnant lui-même qu'il s'agisse d'une pipe et non de son éventail - avant de reprendre la parole de son ton le plus impérieux. Il aurait fait beau voir qu'on l'accuse de tuer des femmes dans la rue en plus...

" Quant à savoir ce que je fais ici, je pourrais vous retourner la question, comte Monte Cristo... "

Retrouvant un peu son calme, mais gardant tout de même son air renfrogné des mauvais jours, le duc interrogea le nouveau venu du regard, oubliant pour le coup la scène macabre en arrière-plan. Sans même trop s'en rendre compte, il remit de lui-même le bout de la pipe dans sa bouche, comme si être fumeur était dans sa nature profonde. Lui faisant tout à coup ressembler à un certain détective...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 51
Age : 29
Personnages préférés : Vincent
Double comptes : Alexiel, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Monte Cristo Peter
Nom du Chain : Charon dit le Passeur ou le Veilleur
Groupes: Contractants illégaux, Noblesse


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   14th Avril 2013, 10:35

Willow n’avait jamais son pareil pour toujours mettre les deux pieds dans le plat, il avait toujours le don pour provoquer les gens. C’était à peine croyable qu’il arrive à tenir en tant que diplomate. Son petit regard distant arrivait peut-être à intriguer certains. Ainsi on sentait peut-être que sa discrétion et justement cette pointe d’ironie qu’il était recherché, lui, l’homme au passé mystérieux. Sa chevelure lui faisait toujours paraître d’un temps ancien, ce qui lui donnait une pointe de sagesse, ah la crédulité des gens se basant sur l’apparence, bref continuons. Ces mêmes cheveux lui étaient venus devant les yeux cachant un peu cette longue chevelure rousse si propre au duc Barma au point qu’il ne découvre son identité qu’ensuite. Il ne rougit pas de ses actes bien que le regard de Refus était des plus cordiaux. On aurait dit qu’il le prenait pour cible et qu’il allait tirer sa flèche entre ses deux yeux pour une mort immédiate. Il ne lui avait cependant rien redonné, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soi. Qu’aurait-il fait de ces objets ? Il crut que Rufus allait s’étouffer avec sa pipe tant ses propos n’étaient pas en adéquation à la réalité. Vu la façon dont était vêtue la femme, ce n’était pas une femme de haute naissance. Elle avait cette peau hâlée par endroits et sentait une odeur trop relevée pour être celui d’un unique parfum.

Le chien-loup de Willow, Charon, était lui aussi de la partie et dès que le gant fut jeté, il se mit à grogner dessus et à japper davantage. Ce gant portait la même marque que le corps, ce sang était celui de ce corps. Charon en était surexcité comme lors de chaque décès comme mû par une forme inconnue de folie. Etait-il fou ou bien était-ce autre chose ? La nature ne lui ayant pas donné la parole, il était difficile de déterminer la cause exacte de son agitation bien que le sujet semble évident sur un point : les affaires de meurtres affûtaient ses sens. Le duc lui répondit d’un ton outré que c’était effectivement lui et que ce n’était pas sa femme. Willow porta sa main contre son menton pour réfléchir à cette affirmation. Comme si Rufus avait prédit ses pensées, il ajouta qu’il n’avait pas non plus fait le meurtre. Il n’en attendait pas moins du célèbre Rufus Barma. Il reprenait de la contenance le bougre, il ne lui avait pas fallu longtemps. Ainsi donc c’était lui l’oncle de son protégé, il était assez original dans sa façon de se comporter. Il le désigna non pas d’un doigt accusateur, mais grâce à cette fameuse pipe dangereusement pointée vers lui. Cela avait vraiment un aspect plus comique que dramatique.
Willow n’avait rencontré Rufus que lors de quelques soirées ou missions, où il avait discrètement fait son rôle sans que sa présence se fasse sentir de façon prononcée alors il n’y avait pas l’ombre d’une chance qu’il puisse avoir des renseignements sur lui. Lorsqu’il fut apte à lui sortir son véritable nom, il blanchit un peu. En effet, il était surpris, mais alors que penser de cet aveu ? S’agissait-il d’un simple coup du sort… ?

« C’est très adroit de renvoyer la balle à celui qui vous l’a lancé, je me nomme Willow Cristo… «

Le jeune homme aux cheveux blancs insista sur ce nom pour lui montrer qu’il n’avait pas bien saisi cette allusion, qu’il fallait qu’il soit sûr de e qu’il pouvait avancer. Son attitude affichait une curiosité tout en gardant cet aura de mystère si attachée à sa personne.

« Baissez cette pipe, elle ne m’effraie gère, voyons », se moqua t-il.
Bien qu'il tente d'afficher une certaines distance avec les propos de Rufus en faisant de sa remarque une plaisanterie, il n'en gardait pas moins une vigilance. Willow connaissait les forts lieux de passages de cette ville. Cette rue rejoignait un couloir de forte affluence, ce qui permettait de se tenir à l'écart, puis de se mêler à une foule rapidement et ainsi effacer ses traces...

"Je suis ici pour ce meurtre.", fit-il en désignant le cadavre de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   17th Avril 2013, 11:26

Un meurtre pour le moins sanglant, auquel notre duc n'était censé rien avoir à faire et une rencontre impromptue dans une ruelle sombre avec un jeune jouant en général les diplomates pour les familles nobles... Rien à faire, le monde tournait mal ce soir, très mal même, à croire que celui qui tirait les ficelles de cette macabre comédie s'ennuyait ferme et avait décidé de mettre un peu d'ambiance dans son petit jeu. Si le but était de déstabiliser le rouquin, cela avait été fait et brillament en plus, car on pouvait retourner le problème dans tous les sens, jamais il ne se serait attendu à ce qu'on lui colle une pipe en bois dans la bouche et une casquette à carreaux sur la tête. Qu'on l'accuse du meurtre, qu'on lui demande ce qu'il fichait là et ce genre de choses, d'accord, mais certainement pas cette attaque sur son style vestimentaire. A croire que le danger ne venait pas toujours de là où on l'attendait. En même temps, le duc n'avait pas tellement à se plaindre, comparé à la véritable victime, il s'en tirait bien tout de même, même s'il ne voyait pas tellement l'intérêt de lui fournir un couvre-chef et une pipe... Depuis quand diable fumait-il hein ? Bon, d'accord, il n'y avait pas de tabac dans la pipe, on ne l'incitait donc pas vraiment à se mettre à fumer, mais d'un autre côté, c'était encore plus frustrant, puisqu'il se retrouvait avec cet instrument encombrant sans pouvoir lui trouver d'utilité immédiate. En même temps, ce poser des questions sur une pipe alors que quelqu'un venait d'être assassiné, c'était un peu dérisoire, non ?

Enfin, ce n'était pas non plus comme si le Barma connaissait la victime, il n'avait fait que tomber dessus en premier, ce qui relevait surtout du hasard ou de la malchance. Qu'est-ce qu'il en avait à faire à la fin de cette pauvre femme ? Trois fois rien, si ce n'est qu'un meurtre pareil éveillait son attention, c'est pour dire s'il avait passé la soirée à s'ennuyer ce cher Rufus pour en arriver là. Il ne devait vraiment rien avoir de mieux à faire pour s'attarder de la sorte dans le coin... Enfin si, une montagne de livre l'attendait, ainsi que le journal de son illustre ancêtre qu'il avait relu mainte et mainte fois, autant dire que la nuit risquait d'être passionnante. Oh, il ne s'en plaignait pas bien sûr, mais puisque que l'occasion se présentait de passer le temps autrement, il n'allait tout de même pas délaisser cette dire occasion, si ? Surtout qu'il n'avait pas encore trouvé de voiture pour rentrer chez lui et qu'il n'était pas très partant pour une si longue marche nocturne, ce n'était plus de son âge comprenez-vous. Que faire donc ? Eh bien, il y avait une scène de crime, un jeune noble débarqué de nulle part qui semblait s'intéresser de près au problème et son chain à forme de loup qui semblait particulièrement excité par l'odeur du sang. Il devait bien y avoir quelque chose d'intéressant à faire avec tout cela, surtout pour un Barma en manque de divertissement... Comment cela il avait de drôle d'occupation ? Oh, c'était bien son droit en tant que duc et surtout en tant que vieil homme, personne n'avait à critiquer sa manière de faire.

Mais avant de penser à comment occuper sa soirée, Rufus avait un autre problème... Si l'on pouvait qualifier cela de problème bien entendu. Il devait surtout répondre aux accusations hâtives de ce jeune homme qui ne se gêna pas pour dire... Qu'il avait une femme ! Oui, cela pouvait paraître très banal, mais pour le duc Barma, c'était tout simplement aberrant. A soixante-sept ans passés, il n'avait pas de femme et ne comptait pas en prendre, car les femmes étaient encombrantes, bruyantes, pénibles, autoritaires, dépensières et surtout... Sheryl ne voulait toujours pas de lui, même ridée et impotente dans son fauteuil roulant. Autant dire que s'il n'avait pas ses chances là, il ne les aurait jamais le pauvre duc, autant qu'il se fasse une raison à rester vieux garçon, à ne pas avoir d'enfant et... A léguer le duché à Kurana son neveu... Oulà, doucement ! Non non et non, il ne voulait pas que ce blondinet profane et sans aucun gout pour le savoir ou la lecture prenne sa place, il faudrait donc bien qu'il se démène pour avoir un héritier un peu plus... Comme lui, oui voilà, quelqu'un comme lui pour lui succéder, cela lui irait très bien, même si cela risquait d'être compliqué à obtenir. Enfin bref, pour le moment, cela ne changeait rien au fait qu'il n'avait pas d'épouse et que le simple fait que le jeune homme lui en invente une le choqua profondément. Surtout pas une femme comme cela, encore il lui aurait trouvé un lien avec une quelconque duchesse, comtesse ou une femme de la haute société en tout cas, cela aurait pu passer, mais là, c'était loin d'être le cas. Rufus Barma n'irait certainement pas salir son sang noble avec la première péripatéticienne venue.

Voilà pourquoi il s'était si ardemment défendu d'avoir une femme, surtout celle-ci, ce qui semblait avoir rendu le jeune Willow songeur, comme s'il doutait de la parole du Barma. Il ne manquerait plus que cela tient, le duc était certes radin quand il s'agissait d'information, mais lorsqu'il en donnait, celle-ci était toujours d'une grande exactitude, sauf bien sûr s'il avait un intérêt particulier à mentir et à envoyer quelqu'un sur une mauvaise piste. Là, ce n'était pas le cas, bien heureusement pour le plus jeune, il pourrait donc profiter d'un duc plus ou moins honnête. - Car, n'allons pas mentir, il n'était pas non plus un modèle de droiture notre Barma. - Une fois le choc passé, le rouquin ne tarda pas à retrouver toute sa contenance, rappelant ainsi que, même après une belle crise de nerfs, il pouvait redevenir l'homme le plus calme qui soit. Voulant retourner la situation à son avantage, la situation d'accusé ne lui convenant que très moyennement, il ne tarda pas à faire savoir que lui aussi pouvait se mettre à poser des questions, nommant ainsi le diplomate par son nom. Ce qu'il cherchait à faire ? Déstabiliser son adversaire, lui faire comprendre que c'était lui qui avait les informations et qu'il aimait bien mener la danse. Il n'avait pas volé son titre de duc le mieux informé tout de même, il fallait bien qu'il y fasse honneur. En entendant son nom, qu'il n'avait certainement pas l'habitude d'entendre car très peu ou pas utilisé, les couleurs semblèrent abandonner le visage de Willow, même s'il faut avouer qu'il était assez difficile d'en juger à la pâle lueur qu'offrait les lampadaires. Rien à faire, ce n'était vraiment pas le terrain de jeu idéal.

Probablement soucieux de garder la face, le jeune homme souligna qu'il était très habile de sa part de lui renvoyer la balle au lieu de répondre tout simplement à ses questions, mais il insista pour dire qu'il s'appelait Willow Cristo et non compte Monte Cristo. D'accord pour le Cristo, après tout, c'était bien plus court, mais le prénom fit doucement sourire le duc, presque mesquinement, il faut bien l'avouer. Mieux valait ne pas jouer à ce genre de jeu avec un Barma, les chances de perdre étaient bien trop grandes comparé à ce qu'il y avait à y gagner. C'est donc très sûr de lui et avec son air quelque peu vantard de monsieur je sais tout, que Rufus ne tarda pas à lui répondre.

" Politesse oblige, c'est aux aînés de poser les questions en premier, que voulez-vous... Willow, Peter... Faites-vous donc appeler comme cela vous chante, personnellement cela m'est parfaitement égal. "

C'était vrai après tout, qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire le nom qu'il utilisait ce jeune homme ? Absolument rien, il s'en fichait comme de le dire, mais il tenait simplement à ce que ce garçon ne se méprenne pas sur le genre d'homme qu'il avait en face de lui, à savoir, quelqu'un de difficile à berner et très bien informé. Mais Willow - puisqu'il semblait vouloir être appelé comme cela - ne tarda pas à changer de sujet pour se moquer en lui disant que cette pipe tendue vers lui ne l'effrayait guère... Effectivement, cela avait moins d'effet que son éventail, il en convenait bien, bien qu'il ne sache pas vraiment dire pour quoi. Question d'assurance sans nul doute, le duc lui-même ne sachant pas très bien ce qu'il faisait avec cette chose, il n'arrivait pas à s'en servir comme il voulait, même si l'idée de départ était la même, avoir l'ai accusateur ! Accuser ce jeune homme ? Mais de quoi ? Il était arrivé sur les lieux du crime bien après le duc lui-même et il ne semblait pas avoir de sang sur les mains lui, ni sur ses vêtements. D'accord, on disait souvent que le coupable revenait toujours sur le lieu du crime, mais si tôt, cela semblait tout de même un peu tiré par les cheveux, le véritable meurtrier devait déjà être loin de l'avis de Rufus. Quelque peu vexé d'avoir vu son effet dramatique tomber à l'eau, le duc baissa son bras et donc la pipe par la même occasion avec un air un peu déçu et borné de véritable gamin qui n'arrive pas à faire ce qu'il souhaite. Il avait donc remis le bout de la pipe au coin de ses lèvres, presque par reflex.

Mais que l'effet est marché ou non, le jeune homme finit tout de même par répondre au duc qu'il était venu ici à cause de ce meurtre. Comment ? Il était au courant dès le départ qu'un meurtre avait eu lieu ici ? Eh bien, il semblait savoir s'informer aussi le diplomate, même si l'utilité de s'occuper d'un tel crime pouvait passablement échapper à Rufus. En entendant ces paroles, le Barma leva donc un sourcil curieux, signe qu'il attendait d'en entendre plus. Mais n'ayant pas trouvé le jeune homme très bavard jusqu'à présent, il s'approcha tout d'abord du cadavre en l'observant un instant de son oeil critique, comme s'il cherchait les indices qui mèneraient à la conclusion de cette enquête. Après un instant à regarder cette jeune femme morte, sans qu'une trace de compassion n'est transparut à aucun moment sur son visage, le duc se retourna ensuite vers sa nouvelle connaissance, sans se départir une seconde de cet air confiant qui lui allait tellement bien.

" Et puis-je vous demander ce qui vous intéresse dans ce meurtre ? "

Sans tarder, le Barma fit quelques pas pour s'éloigner du même coup du cadavre et de Willow, prenant l'air le moins modeste de sa collection, accompagné d'un sourire narquois et quelque peu agaçant, il regarda en coin le diplomate.

" Pour ma part, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir, mais vous regarder essayer de résoudre ce crime pourrait être... Divertissant. "

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 51
Age : 29
Personnages préférés : Vincent
Double comptes : Alexiel, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Monte Cristo Peter
Nom du Chain : Charon dit le Passeur ou le Veilleur
Groupes: Contractants illégaux, Noblesse


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   4th Mai 2013, 14:20

Alors là il l'avait bien coincé, l'espace d'un instant Willow oscillait entre l’explosion et le silence. Entendre à nouveau ce nom lui écorchait les oreilles comme si mille tambours avaient résonné en coeur en cet instant, c'était insupportable... Ce prénom qu'il avait tant caché, comment se faisait-il que le duc soit au courant ? Les rumeurs étaient donc vraies, il n'y avait rien qu'il ignore... Non ce n'était pas possible. L'espace d'un instant , il avait perdu deson attitude goguenarde des suites de cette surprise, mais après tout il l'avait bien cherchée se disait-il. Il ne pensait néanmoins pas recevoir une telle réponse. Sur le coup même son chain fut touché par cette révélation et cessa de se comporter comme un vulgaire animal, non il fixait le duc Barma comme intrigué de ce qui pouvait bien se dérouler. Ses yeux vairons ne pouvait se détacher de ce regard qu'il leur jetait à tous les deux, qu'importe qui les jugeait de très haut pour Charon. Ce nom c'était comme la porte vers un passé secret et qui disait passé secret disait celui de Charon par la même occasion, celui encore plus dissimulé que celui de Willow. Le chain s'asseya aux côtés de Rufus, la tête tournée vers lui. Willow quant à lui n'appréciait que modérément qu'on lui fasse sentir qu'il pouvait à ce point être fait comme un rat. Il tapota sa veste à la recherche d'une réponse à apporter.

"Si cela vous est égal, alors taisez ce nom mon cher Rufus, et appelez moi Willy... ", suggéra t-il en tentant de ne pas le dire trop brutalement.

Il est des choses que l'on ne peut changer. Même s'il ne souhaitait là que se protéger, il n'avait pas l'habitude de se modérer. Sa surprise l'avait quelque ébranlé... Il s'était appelé Peter, oui ... sa soeur, son frère, sa mère et son père... C'était un nom que lui avait donné son père d'après les dires de sa mère. C'était un prénom fort de signification : un prénom de commandant, de chef, de personne fiable à qui on pourrait confier ses vaches, sa ferme et ses économies sans risquer que tout ne crame. Willow ne savait si cela renvoyait exactement à ce qu'il était... il voulait juste être ce qu'il était : un être de vengeance tourmenté dans un univers macabre. Cela ne faisait peut-être pas rêver, mais c'était la seule façon qu'il avait de retrouver les siens...

" Les meurtres sont toujours au coeur d'affaires beaucoup plus grandes...et 'est cela que je recherche...", répondit-il évasivement.

L'air narquois du duc fit encore plus remonter l'énergie de notre jeune aristocrate qui ne put en plus s'empêcher de voir que le duc avait pris goût à cette pipe.

"Cette pipe vous va si bien, je vois qu'elle a trouvé bon acquéreur... S'il n'y a plus de mystères qu'est ce qui vous fait avancer monsieur le duc", fit-il mystérieusement en faisant des pas de côté pour se rapprocher de lui.

Son cerveau travaillait déjà à l'élaboration d'une hypothèse. Vu l'heure et la condition de vie de cette femme, elle devait sortir des bas fonds, elle avait peut-être eu un client, avait appris quelque chose qui l'avait emporté dans la mort ou alors le client dans une pulsion morbide lui avait ôté la vie. Willow passa sa main gantelée sur ce pieu enfoncé dans cette victime et sans la moindre forme de dégoût commença à le dévisser comme si l'eut fait sur une machine. Il attendait que le duc lui réponde dans le même temps, mais les cadavres perdent des informations dans le temps, il lui fallait donc enquêter sur l'instant. Bien sûr il pouvait le faire tout en parlant, cela ne le dérangeait pas des moindres, d'autant que s'il savait réellement tout et à cette pensée il se retourna presque avec une lueur de défi; il lui serait très utile.

"Pieu d'un calibre de 6 cm, visiblement..."

Willow tira dessus comme un forcené forçant le corps devenu lourd par le voile mortuaire de s'échouer au sol comme une marionette à qui on aurait couper les fils. D'un geste expert, il l'ôta en persistant dans cete ablation peu ragoûtante. L'extrémité était annelée de fort joli manière, il pourrait donc s'agir d'un meurtree prémédité sauf si le tueur était un maniaque, qui se promenait avec toujours de bons ustensils. Toutes ces données s'alignaient comme autant de chiffres dans une recette sans qu'il ait pour le moment le moindre indice quant au résultat final. Il avait laissé derrière lui son interlocuteur à la Sherlock. Lorsqu'il passa son doigt sur le pieu, le sang était sec, il n'aait plus cette odeur ferreuse, mais une espèce de mélange d'odeur qui atteignait vite le coeur... Il aurait le temps de dormir entte deux pour ne plus être marqué par cette odeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   4th Juin 2013, 10:12

Un duc borné et un jeune aristocrate en quête de sujet macabre à étudier, comme quoi, les rencontres les plus extravagantes se faisaient réellement par pur hasard. Après tout, Rufus aurait pu rencontrer ce jeune homme n'importe où, puisque celui-ci jouait les diplomates entre famille de la noblesse, c'était même étrange que personne ne lui est déjà envoyé pour le convaincre de révéler une quelconque information tient. Pourtant, c'était bien sans l'avoir cherché et dans des conditions assez peu orthodoxe que cette rencontre c'était faite. Un cadavre, du sang, une pipe et une casquette, que d'éléments bien singuliers dans ces rues sombres, que le duc n'arrivait pas encore à tout recoller… Enfin, les deux premier avec les deux dernier si, mais c'était une autre histoire. Quoi qu'il en soit, notre pauvre duc c'était donc retrouvé témoin d'une scène de crime, propriétaire d'objets insolites et accusé d'avoir une épouse… Et de l'avoir tué accessoirement, ce qui n'était pas le plus choquant, croyez le bien. Enfin, ce n'était pas parce que la situation semblait échapper à toute logique, que ce cher Rufus était perdu, il ne fallait pas croire cela. Ayant reconnu le jeune noble, le rouquin ne s'était pas gêné pour lui étaler son savoir à la face, histoire de le déstabiliser et de voir sa réaction sans nul doute, en lui annonçant d'entré son nom… Pas celui qu'il utilisait bien entendu, mais celui qu'il cachait. Il n'était pas la personne la mieux informée du pays pour rien après tout.

Ayant ainsi fait d'une pierre, deux coups, le Barma semblait avoir pris au dépourvu le contractant, ainsi que son chain, qui avait enfin cessé de lui tourner autour comme s'il encerclait une proie, pour s'assoir et le regarder de ces drôles d'yeux vairons. Tient, il irait bien avec ce loir de Vincent Nightray celui-là… Enfin, peu importe, c'était déjà un peu plus rassurant que de lui voir lui tourner autour, on ne savait jamais les idées que pouvait avoir une sorte de loup venu de l'Abyss. Semblant peu à l'aise avec ce prenons de Peter, qui n'avait rien de bien exceptionnel pour le duc, le jeune homme se tâter un peu avant de trouver une réponse appropriée, cherchant certainement à faire comprendre au roux qu'il ne voulait plus entendre ce prénom. Pourquoi pas, pour le peu que cela pouvait lui faire à notre homme, tous ce qui lui avait importé, c'était d'établir directement la relation ainsi, c’est-à-dire, dominant dans le domaine du savoir… Que voulez-vous, être reconnu du premier coup d'œil ne lui avait pas tellement plus aussi et le pauvre Barma se sentait oppressé lorsqu'il n'avait pas le dernier mot. C'était monsieur mot de la fin dirons-nous, s'il le fallait, il survivrait à dieu juste pour avoir le dernier mot ! (Non, je ne pars pas en délire…Ahem…) Tête de mule notre noble ? Oh que oui et pas qu'un peu, mais au moins, il se sentait parfaitement à l'aise dans cette situation et n'avait pas de raison de s'énerver, la preuve, même cette pipe collé de force dans sa bouche de ne l'avait pas agacé tant que cela. (Sans mauvais jeux de mot, aucun…)

Soit, monsieur Cristo ne voulait plus être appelé Peter ? Le duc ne sortirait plus ce nom, sauf s'il y trouvait un intérêt pratique, bien entendu, il était comme cela notre Barma. Après… L'appeler Willy ? Le roux n'était pas aussi familier en temps normal, il avait plutôt l'habitude de désigner hautainement les gens par les noms de leur chain respectif, ou un autre surnom, pas toujours très gentil d'ailleurs. Et puis, depuis quand l'appelait-on " mon cher Rufus" ? Ils se connaissaient de longue date ? Ils étaient… Amis ? Rufus avait loupé un épisode là, c'était un peu à son tour d'être dérouté pour le coup. Ce n'était pas qu'il n'avait pas l'habitude d'avoir des amis mais… Si, c'était tout à fait cela, il y avait toujours une distance entre lui et les gens, distance ardemment voulu d'ailleurs, mais qui empêchait ce genre de contact à bâton rompu. On pouvait donc dire que le Barma était un peu déstabilisé pour le coup, l'arroseur arrosé en somme, c'était un juste retour des choses. Un point partout, la balle au centre. Haussant donc les épaules en gardant tout de même de la consistance, le duc approuva donc ses paroles… A sa manière.

" On ne peut plus égal oui, c'est votre affaire, je peux comprendre qu'on cache une identité. " Dit-il avant de sembler réfléchir, pour continuer enfin moins sûr de lui. " Willow suffira… "

Moins familier que "Willy", mais toujours moins formel qu'un "monsieur Cristo", il coupait la poire en deux en somme, ce n'était déjà pas si mal non ? Il fallait faire avec de toute façon, pas sûr que ce cher Willow puisse obtenir mieux de sa part… Déjà, le fait qu'il l'appelle par son prénom prouvait qu'il était bien disposé ce soir, presque… De bonne humeur ? Oh, peut-être, allez savoir, en tout cas, observait cette scène de crime et en déduire ce qu'il s'était passé avait au moins le mérite de faire fonctionner son cerveau, ce qui ne pouvait que le mettre en forme. Cela dit, plus intrigué par la présence du jeune homme sur les lieux que par le crime en question, le Barma avait tout de même demandé ce qui avait attiré sa nouvelle connaissance près de ce meurtre. Celui-ci avait fini par lui répondre, lui disant que les meurtres conduisaient à de plus grandes affaires… Il se prévoyait une grande carrière dans les forces de l'ordre ? Il fallait croire… En tout cas, Rufus ne put s'empêcher de faire une remarque et on aurait presque dit qu'il y avait une mise en garde ou de la sagesse dans sa voix lorsqu'il reprit la parole.

" Prenez garde à ne pas vous perdre vous-même dans vos recherches. Certains deviennent fous à ne pas trouver la vérité qu'ils espèrent avec ardeur… "

…. Bon, ok, apparemment, Rufus savait verser dans le mode grand maitre plein de sagesse et cela entre deux piques, c'était beau. Mais après tout, la recherche de quelque chose, le duc connaissait bien. N'avait-il pas passé toute sa vie à chercher la vérité sur ce qu'il s'était passé il y a cent ans ? Oh que si et comme cela avait été bon de voir ses efforts récompensés lorsqu'il avait enfin décodé le journal d'Arthur Barma, son ancêtre. D'accord, ce n'était pas encore terminé, mais quel pas en avant tout de même. Enfin, l'heure n'était pas à penser à cela, mais plutôt à ce meurtre encore irrésolu… Du moins, il suffisait de bien observer la scène pour avoir des réponses logique, mais il restait encore la confirmation à établir, qui ne tarderait pas selon Rufus. Sûr de lui et surtout pour se remettre à frimer, il avait avancé qu'il savait déjà tous, mais qu'il voulait voir Willow chercher, ce qui pourrait être assez drôle après tout. En tout cas, cette réflexion sembla réveiller un peu le plus jeune, qui ne tarda pas à faire une remarque sur la nouvelle acquisition du duc et cette histoire de mystère avant de se remettre à étudier le cadavre encore frais. Ah, il était joueur… Patience, Rufus lui dévoilerait tout, ce n'était pas drôle sinon, mais en attendant, il voulait le voir chercher, connaitre avec exactitude son aptitude à la déduction. C'était toujours utile de mesurer l'intelligence de quelqu'un, non ? Remettant la pipe bien en place, regrettant presque de ne pas avoir de tabac pour tester cela, le duc fit un sourire en coin avant de répondre.

" Il faut croire oui, vous avez dû avoir un éclair de géni pour me la céder. " Plaisanta-t-il. " Et je dirais que c'est… L'attente de la confirmation. C'est toujours gratifiant dans s'entendre dire qu'on a raison, même quand on le sait déjà. "

Prétentieux ? Mais non, à peine… Enfin, si beaucoup, mais il n'allait pas changer à son âge. Mais que pouvait-il donc voir pour être aussi sûr de ce qu'il avancé d'ailleurs ? Eh puis, quelle était sa théorie après tout ? Il n'en avait avancé aucune, ce qui pouvait semblait étrange… Mais il comptait le faire, ne vous inquiétait donc pas. Suivons tout simplement son raisonnement pour commencer. Une femme, de basse condition, qui se trouvait dans cette rue… Eh bien, parce que c'était son travail d'attendre le client là, que voulait vous, passé un certain âge, l'obscurité est votre ami mesdames. Bref, la raison de sa présence ici n'était pas intéressante, puisque tout à fait normal. Ce qui l'était moins, c'était ce pieu planté dans sa poitrine… Drôle d'arme pour un crime improvisé non ? Pourquoi pas un couteau, une arme à feux, ou tout simplement des coups, cela suffisait pour certains hommes assez forts, surtout que la victime ne semblait pas bien robuste. Lui exploser la tête contre le mur aurait suffi non ? Mais ce n'était pas le cas, l'arme du crime avait été apporté exprès, c'était un objet travaillé méticuleusement, l'arme d'un maniaque en somme. Mais pourquoi préméditer le meurtre d'une prostituer ? Victime choisit au hasard ? Pas sûr… Rufus avait sa propre théorie de ce côté-ci. Rapportant son attention sur sa nouvelle connaissance qui était en train d'extirper le pieu du corps de la pauvresse sans aucune manière, prouvant bien qu'il avait l'habitude de ce genre de chose, le duc ne montra pas plus d'émotion tandis qu'il regardait la dame s'effondrait misérablement sur le sol. En homme pragmatique, le rouquin était trop concentré sur la résolution du problème pour s'occuper de sentiment, mais il fut tout de même satisfait de la remarque du plus jeune.

" Effectivement, il s'agit là du premier indice et du plus flagrant bien entendu. "Dit-il en homme qui sait tout. " Puisque vous me semblez être un expert et fin observateur, vous pouvez bien sûr me dire le second ? "

Ponctuant sa phrase par un sourire qui ne faisait que s'élargir, le Barma, regarda de nouveau le sol comme s'il voulait guider le plus jeune vers quelque chose… Eh bien, il le laissait faire tout seul ou il le formait à la déduction en lui faisant suivre sa logique ? On pouvait se le demander, mais comme la ruelle n'était pas bien chaude à cette heure et que le duc était plutôt du genre frileux, disons qu'il lui tardait tout de même de voir cette affaire se résoudre, surtout qu'ils n'avaient plus beaucoup de temps avant que les choses ne se compliques selon lui… Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir sur le sol par tous les diables ? Tout simplement des traces de boue… Marquant des empreinte, certaines grandes, appartenant visiblement à un homme et d'autres plus petite, appartenant logiquement à une femme. Et puis ? Rien d'exceptionnelle direz-vous… Seulement voilà, il n'y avait pas de boue sur les chaussures de la victime ici présente. C'était cela le deuxième indice, les chaussures. Visiblement de bonne humeur ce soir, le Barma ne manqua de faire part à Willow de sa théorie, enfin dirons-nous, n'hésitant pas à présenter cela comme s'il lui faisait une fleur.

" Voici une certitude, cette femme n'était pas la cible, mais elle se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. On l'a donc fait taire… Ce qui laisse donc une autre victime potentiel dans la nature. "

Le coupable va pour assassiner sa victime, mais est surpris par cette femme… Il la tue pour qu'elle ne donne pas l'alerte, puis part à la poursuite de sa victime de base. Seulement, dans la panique, il laisse son arme planté dans la prostituer… Hum, en sachant que le crime était encore frais, combien y avait-il de chance pour que le meurtrier revienne chercher son arme ? Au moins, c'était Willow qui l'avait dans les mains…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 51
Age : 29
Personnages préférés : Vincent
Double comptes : Alexiel, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Monte Cristo Peter
Nom du Chain : Charon dit le Passeur ou le Veilleur
Groupes: Contractants illégaux, Noblesse


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   23rd Juin 2013, 10:59

Ils étaient sur un bien drôle échiquier tous les deux, bien étrange. On pouvait avoir l'impression qu'ils ne partageaient pas les même pièces et que donc leurs objectifs divergeaient mais il n'en était rien. Rufus comme Willow étaient gonflés d'une chose : ce besoin d'informations et de savoir même si cet homme à la chevelure rousse devait le devancer sur bien des plans dans ce secteur. Willow était content d'une chose, apparemment notre cher duc pouvait être surpris, oui car lui qui semblait avoir le verbiage si aisé avait marqué un temps de pause de quoi oh pas très longtemps, mais il semblait avoir mis une certaine réflexion. En fait, il le comprenait un peu... la recherche de vérités conduit souvent à avoir un contact avec les gens particulier.. s'il était dans la même dynamique que lui cela ne le rendait que plus intéressant à ses yeux. Voualit-il  profiter de cela ? Peut-être ... Willow voulait peut-être juste voir comment cela se faisait-il qu'il soit resté à ses côtés et qu'il semble être au courant de tant de choses? peut-être recherchait-il un appui pour une fois de façon plus ou moins déguisée...

Tant de questions pour un seul personnage ne le rendait que plus intriguant. Willow était lui-même un être qui n'aimait pas tellement se frotter aux gens autrement que part son travail de diplomate... Un corps mort ne dit rien, un corps mort peut vous apporter des réponses et c'était tellement plus discret que d'interroger un vivant. Enfin après le désavantage net était que l'on ne pouvait l'interroger... c'est vrai !Willow ne désirait pas non plus voir des morts partout, mais il préférait pour sa recherche avoir des preuves immobiles, des objets qu'il pourrait étudier tranquillement et aussi froidement qu'il le désirait... s'il acceptait de le nommer Willow et qu'il comprenait qu'il veuille conserver un certain anonymat tant mieux, il n'en deanderait pas plus à ce "cher" Barma.

Ensuite le duc évoqua un fait bien connu qu'il avait déjà balayé de nombreuses fois... le fait de devenir fou.. Willow lui sourit comme pour lui signifier que rien d'autre ne comptait pour lui, son regard était aussi déterminé qu'une flamme rougeoyante dans une âtre. Ses poings s'étaient serrés tandis qu'il oscillait son regard entre Rufus et le corps. C'était très rare qu'il ait ne serait-ce qu'un tant soit peu d'intérêt, il n'avait pas vraiment d'ami et n'en recherchait pas vraiment. Toute ses implications en plein jour lorsqu'il intervenait au sein de conflits comme en soirée quand clandestinement il traitait des vols et des meurtres n'offraient pas un environnement sain pour lier contact avec quiconque... Enfin qu'y avait-il d'autre sur cette terre à part le savoir ? Il avait assez appris à ses dépends qu'ignorer un problème ne l'arrange pas bien au contraire. Il rangea ses mains dans ses poches pour les réchauffer un peu comme s'il avait conscience de toute cette atmosphère lourde et pesante qu'il pouvait dégager. Son esprit était en ébullition, il ne pensait plus qu'à résoudre ce fait comme si le moindre mutisme sur cette enquête serait fatal... Passant un coup de langue discret sur ses lèvres, il se remit à se concentrer pour dégager ne serait-ce qu'une piste si mince fût elle !

Ce duc était décidément plaisant, en fait il avait une certaine forme d'ironie, mais il semblait la pensée ce qui rendait ses propos un peu orgueilleux, mais cela ne ternissait pas son image auprès de Willow qui lui fit un petit sourire moqueur. Son sourire ne s'arrangea pas lorsqu'il le vit remettre sa pipe droite comme un attribut de noblesse. Décidément, il était surprenant comme homme rien à dire et cela lui plaisait bien !

" Recherche une vérité que l'on connaît déjà, n'est ce pas ennuyeux ? S'y livrer corps et âme n'est ce pas plus poignant ?" lui demanda t-il en tapotant le sang présent sur la victime.

Ses doigts tapotaient comme s'il cherchait sur ce corps quelque chose qu'il n'aurait pas remarqué. Il s'attarda beaucoup sur le pieu. L'arme n’était pas plantée profondément, on aurait dit que le criminel l'avait fait précipitamment tout en sachant que cela lui occasionnerait la mort. Il ne voulait pas se rater... D'autres choses lui plurent dans l'attitude du duc, il en témoigna par une posture détendue mais malgré tout droite, prête à relever ce défi qu'il lui faisait ouvertement. Qu'il sache ou non la réponse sur cette affaire lui importait peu pour le moment, sans doute vers la fin il souhaiterait sans doute un aiguillage éventuel. Il travaillait souvent seul aussi il appréciait également faire son propre chemin. Sa tête se courbait légèrement ce qui fit glisser ses cheveux devant ses yeux et dans une voix presque méditative, il lui retranscrit toutes ces observations.

" La victime est une femme d'âge moyen, de faible carrure mais visiblement", fit-il en bougeant une de ses jambes encore non piégé par la rigidité cadavérique. " Elle était assez sportive et si on en croit son mollet tendu, il y aurait peut-être de la peur mais je crois surtout... qu'il a été sollicité. La victime a été clouté à ce mur par un pieu, ce qui nécessite soit une force surhumaine, soit un outil approprié si le tueur avait cet outil... soit il entrait dans son métier soit c'était un acte prémédité. Mais il y a bien autre chose qui surprennent comme ces traces de boue au sol. D'où viennent -elles ? " fit-il avant de faire une pause tout en fixant ce corps flasque au sol... il ne pouvait le comparer qu'à une déchéance criante si cette femme s'était dépêchée et avait échappé à cette poursuite qui selon tous ces indices s'était déroulée, elle serait en vie.

Qu'avaient donc vu ces yeux clos par simple pudeur... ? Qui donc les avait clos ? Willow ignorait que Rufus l'avait fait au préalable... Encore une fois Willow acquiesçait les dires de ce duc, il était sur la même longueur d'onde, enfin il l'espérait.

"Oui, le criminel est dans la nature car ces empreintes boueuses ne peuvent conduire qu'à trois solutions soit un jardin, mais il n'a pas suffisamment plu ce jour, soit à un passage dans notre campagne environnante soit et là je vous attends au tournant sur ma dernière hypothèse..."

Tout en disant ces mots, Le jeune homme aux cheveux cendrés sortit son épée d'un air distant, ce ne serait pas la première fois qu'il en aurait l'usage à vrai dire. Il lui faudrait un nouvel indice, mais en sachant le criminel dans les environs ce serait... risqué. Il allait user des pouvoirs de son chain, l'heure arrivait et puis ce serait toujours un plus pour son enquête.

" Dites moi monsieur Barma, aimez vous les surprises ? Charon, il est minuit."

Le chain tourna sa tête vers cet astre froid et mystérieux qui brillait dans le ciel devenu bien sombre. Ses yeux devinrent plus lumineux, plus inquiétant. Un air frais passa sur le sol comme si le vent se levait en cet instant précis pour former une aura noire autour de la victime. On comprenait alors pourquoi Willow tenait le pieu caché derrière son dos. Certaines victimes paniquaient lorsqu'elles revoyaient l'arme ou l'objet de leur trépas et n'étaient du coup pas vraiment coopérative... La femme se mit à bouger son cou de façon saccadée, elle tressauta brusquement non pas comme une personne revenant à elle, mais plutôt comme une marionnette dont on aurait réparé ses fils rompus. Willow se préparait au pire même d'une attaque du criminel, car certains aimaient rester non loin de leurs victimes comme pour s'assurer qu'ils ne craindraient rien... enfin c'était une possibilité parmi tant d'autres ou alors s'était-il sauvé mais si on regardait les empreintes... elles n'allaient pas bien loin... Dans ce cas en qualité de diplomate et de justicier, il combattrait pour défendre le duc. IL se tenait prêt à absolument tout voilà pourquoi son regard balayait les environs.

" Pouvez vous l'interroger duc Barma, je vais m'assurer que nous sommes en sécurité..."

Oui, il lui laissait la partie la plus intéressante et il espérait qu'il saisirait cette chance; c'était primordial pour lui... Willow n'allait pas laisser un criminel leur ravir la vie alors qu'il touchait au but voilà ce qui le conduisit à faire quelques pas aux alentours... tandis que dans l'ombre un homme suivait ses faits et gestes. Il revint quelques instants ne voualnt pas trop s'éloigner. Charon se concentrait toujours afin de maintenir la victime dans le monde des vivants. Willow s'avança alors en lui demandant :

" Votre assassin était-il une de vos connaissance ..? Un client ? "

" ... Connu mais pas client".

Ce fut la seule question qu'il put lui poser avant que son corps ne se relâche à nouveau et que Charon s'évanouisse au sol. L'exercice lui demandait beaucoup d'énergie. Il s'était maintenu afin que Willow puisse au moins poser une question. A présent, il attendait l'enquête faite par Rufus... Son chain ne pourrait pas combattre, mais c'était un sacrifice à faire pour obtenir des pistes... Si combat il y avait, il n'aurait plus de chain pour l'épauler...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   31st Juillet 2013, 06:55

Pour une fois, notre duc un peu ermite sur les bords s'était mis dans une drôle de situation… Dans la peau d'un enquêteur, voilà comment pourrait s'intituler cet épisode de sa vie. Non pas que celui-ci soit vraiment marquant ou influant sur celle-ci, mais il restait tout de même à noter, compte tenu de sa rareté, cela serait dommage de l'oublier. Sans compter que cela marquer aussi le jour de sa rencontre avec ce jeune homme… Peter ? Non, Willow, jeune homme assez étrange, mais qui ne déplaisait pas au duc, il fallait bien l'avouer. Pourquoi donc, alors que celui-ci était réputé ne supporter personne ? Eh bien, l'esprit vif du damoiseau (j'avais envie de caser ça quelque part, c'est tombé sur toi…) ne devait pas y être pour rien. Soyons francs, il ne semblait pas bête du tout ce garçon, sans compter qu'il semblait supporter le petit air " je sais tout sur tout " du Barma sans trop sourciller, comme s'il cherchait même à en apprendre d'avantage auprès de ce drôle de personnage roux. Et puis… Il lui avait fait un cadeau, c'était appréciable cela aussi !... Comment cela ce chapeau était ridicule sur la tête de Rufus ? Oh… Eh bien, au moins, il cachait son épi rebelle, comme quoi, ce n'était pas une si mauvaise idée que cela. Quant à la pipe… Bon, Rufus n'était pas fumeur, cela serait sans doute très mauvais pour ses vieux poumons, mais cela lui donnait un style non ? En tout cas, cet objet remplaçait son éventail pour le moment, ce qui n'était pas si mal. N'empêche, le duc avait tout de même l'impression que sa soirée était mieux employé à cet endroit qu'à une réception à jouer les personnes sociables… Il pouvait donc remercier le jeune homme de lui passer le temps à vouloir résoudre ce mystère avec lui.

Mystère qui ne tarderait certainement pas à être éclaircie, d'une manière ou d'une autre, puisque selon Rufus, le meurtrier risquait fort de revenir, histoire de cacher le corps sans nul doute. Il avait dû partir précipitamment, mais le corps n'était pas encore totalement rigide, ce qui prouvait que cela était récent… Peut-être avait-il espéré qu'à cette heure, personne ne tomberait sur cette scène ? Pas de chance, ils étaient deux et pas des plus bêtes de Réveil, autant dire que ce n'était pas le jour de chance du meurtrier. Sans compter que le plus jeune semblait avoir un penchant étrange vers la découverte de la vérité… Une obsession ? Rufus n'avait actuellement pas assez d'information pour en juger, mais il pouvait toujours supposer. En tout cas, sa phrase sur la découverte d'une nouvelle vérité le fit sourire en coin. Oh que oui, découvrir une nouvelle chose, qu'on est en plus le seul à savoir, c'était bien la meilleur des choses, le duc ne pouvait contredire ce point, lui qui avait consacré toute sa vie à la recherche d'information. Et si ce jeune homme avait la même passion que lui ?... Hum… Il serait peut-être bon de l'avoir de son côté, histoire d'avoir quelqu'un d'un peu plus malin que la moyenne sur le terrain. Un diplomate comme informateur, cela pouvait être une bonne idée non ? Il fallait juste trouver un moyen pour le convaincre d'accepter, mais Rufus verrait cela plus tard.

" C'est indéniable en effet, vouer sa vie au savoir et à la vérité est une chose fascinante… Que peu de personne comprennent. Vous êtes un jeune homme étrange Willow. "

… Bizarrement, dans sa bouche actuellement, sa dernière phrase sonnait comme un compliment… Et s'en était un d'ailleurs. Par étrange, comprenait donc différent de ces jeunes idiots qui ne cherche pas plus loin que le bout de leur nez. Bon, d'accord, Willow ne devait pas être si jeune pour être classé dans la catégorie des insouciant non plus, mais par rapport à Rufus… Beaucoup de monde paraissaient jeune, il fallait le rappeler. Après cela, le jeune homme repartit dans un examen poussé de la victime, tel un véritable expert du crime… A croire qu'il avait été meurtrier dans une autre vie… Ou dans celle-ci d'ailleurs, ce qui ne faisait en fait ni chaud ni froid au rouquin, il analysait juste ce qui pouvait conduire Willow à s'y connaitre, mais comme il l'avait avoué lui-même, il était un habitué  de ce genre de scène. En tout cas, le deuxième indice dont avait parlé Rufus ne tarda pas à lui sauter également aux yeux à lui aussi. Les traces de boues, ou plutôt de terre puisqu'elles commençaient à sécher… Eh eh, ils allaient pouvoir avancer comme cela. Alors comme cela, il y avait trois explications possibles ? Bon, déjà, il éliminait lui-même la première solution et quant à la deuxième… La campagne était un peu loin pour que la boue persiste ainsi, non ? En tout cas, le duc préférait mettre ces hypothèses de côté pour se concentrer sur la troisième, qu'il devait trouver lui-même… Ah, ce garçon ne lui simplifiait vraiment pas la tâche, mais bon, c'était lui qui avait commencé ce petit jeu après tout. Prenant l'air de la réflexion, le Barma sembla tenter de se rappeler de quelque chose avant de reprendre la parole.

" Je n'ai pas le plan de cette ville en tête à vrai dire, mais n'y aurait-il pas un cimetière dans les environs ? Pour se débarrasser d'un cadavre, c'est l'endroit idéal. Par contre, la terre s'accroche aux chaussures, surtout avec ce temps pluvieux. "

C'était une théorie comme une autre non ? Au pire, si ce n'était pas cela, Willow se ferais certainement un plaisir de lui signaler. Il pouvait donc tenter le coup, quant à l'emplacement de ce cimetière… Franchement, est-ce que Rufus avait une tête de guide touristique ? Pas du tout, il s'en moquait bien de la disposition de cette ville, après tout, il avait un cocher pour le conduire où il le désirait… Sauf ce soir bien entendu, mais il s'agissait de circonstance exceptionnelles. Enfin, plus le temps de s'attarder là-dessus à présent, car apparemment, le jeune homme avait d'autre projets… Lequel ? C'était une surprise, comme il l'indiqua à son interlocuteur d'ailleurs… Si Rufus aimait cela ? Il fallait voir… Lorsqu'elles étaient bonnes pour lui, oui, mais dans le cas contraire, c'était beaucoup moins sûr. A quoi jouait-il donc celui-là ? Aucune idée, mais cela avait un rapport avec son chain et avec l'heure… Car une église non loin sonnait à présent minuit. Minuit, l'heure du crime comme on dit… Quoi que là, le coupable avait un peu d'avance pour le coup.

" Je suppose que je n'ai pas le choix, donc admettons que oui… " Lâcha-t-il l'air suspicieux.

Ce qu'il fabriquait avec son chain ? Excellente question, disons simplement qu'il faisait appel à son pouvoir, qui était jusque-là inconnu du duc. Au moins, il savait maintenant que cela avait un rapport avec l'heure…. Mais celui-ci paraissait tout de même bien sombre. Pour être utilisable à minuit en même temps, il ne fallait pas s'attendre à quelque chose de bien joyeux, ce n'était pas l'heure du thé tout de même. Inquiétant, les yeux brillant d'une lueur étrange, le molosse n'avait rien de rassurant, sans compter l'aura noire qui entoura la pauvre victime un instant après… Mais le pire était à venir, puisque la jeune femme, pourtant bien morte, finit par s'animer de façon désarticulé, comme une marionnette, plus que comme une humaine. Un chain nécromancien… Il ne manquait plus que cela tient, cette soirée serait définitivement à marquer dans la catégorie " glauque ", mais au moins… On ne s'ennuyait pas hein. Apparemment, cette femme ne faisait pas qu'avoir retrouvé certains mouvements, puisque Willow proposa ensuite au rouquin de l'interroger, pendant que lui-même surveillait qu'ils étaient bien seule, ce qui expliquait pourquoi il avait sorti son épée. Acquiesçant d'un signe de tête et conscient que ce genre de chose ne pouvait pas durer bien longtemps, le Barma ne perdit pas de temps pour s'approcher de la victime pour lui parler.

" Madame, me confirmez-vous qu'il y avait une autre femme présente ici ? "

" Oui, mais elle s'est enfuit… "

Comme quoi, tout le monde n'était pas égaux face à la chance… Ou à un meurtrier. Mais comme le temps était compté, le Barma ne releva pas et passa directement à la suite.

" Poursuivis par l'homme qui voulait la tuer lorsque vous l'avez interrompu ? Reportant alors sa colère sur vous, pour vous empêcher de parler ? "

" Oui… "

" Je vois… Avait-il des traces de terres sur ses vêtements ? "

Un instant de réflexion fut alors nécessaire, comme quoi on ne pouvait pas faire attention à tous les détails lorsqu'on se faisait assassiner…

"… Il me semble oui… "

Une affirmation peu convaincante, mais dont il faudrait se contenter. En tout cas, Willow de son côté revenez de sa ronde et s'approcha alors pour demander à la femme si elle connaissait son assassin. La réponse leur confirma au moins qu'elle n'avait pas été tuée par un client, ce qui aurait tout de même foutu leurs belles théories élaborées jusqu'à présent en l'air. Enfin, le meurtrier était tout de même toujours à la recherche de sa victime et l'avait peut-être même déjà trouvé à l'heure qu'il était. Pourquoi donc cette question sur la terre de ses vêtements alors ? Tout simplement parce que cela pouvait confirmer ou démentir la thèse du cimetière. Avouez qu'une tombe, pour cacher un corps, c'est bien l'idéal non ? Alors le meurtrier creuse, tue non loin du cimetière pour pouvoir transporter sa victime et l'enterre là. Ce n'était pas si compliqué en fin de compte, il suffisait de mettre deux enquêteurs de choc sur le coup et le tour était joué. Lançant un regard au plus jeune avant de s'attarder un peu sur son épée, le Barma laissa apparaitre un sourire étrange avant de reprendre la parole.

" Vous avez l'air près à l'action mon garçon. Si nous nous dirigions vers le cimetière non loin, je suis presque sûr que nous pourrions tomber sur notre homme revenu sur ses pas pour faire disparaitre le corps…. Partant ? "

Car oui, c'était bien beau de mener l'enquête et de réfléchir devant un cadavre encore tiède, mais un peu d'action, cela ne pouvait pas faire de mal non ? Voyons si ce Willow était un homme de terrain…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 51
Age : 29
Personnages préférés : Vincent
Double comptes : Alexiel, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Monte Cristo Peter
Nom du Chain : Charon dit le Passeur ou le Veilleur
Groupes: Contractants illégaux, Noblesse


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   18th Octobre 2013, 11:21

C'était étrange, mais Willow appréciait la compagnie de cet homme qui ne l'envahissait pas de questions bien qu'il semblait connaître de nombreux de détails sur sa vie. C'était assez déroutant, peut-être trouvait-il en cet homme comme un égal, lui qui n'avait jamais cherché à en avoir un. C'était presque apaisant. Sans vouloir, il se sentait comme s'ils formaient une petite équipe juste à eux deux. C'est alors comme s'en doutait Willow que son allié lui fit part de sa déduction qui le fit sourire jusqu'aux oreilles. La soif de connaissances lui donnait un air presque enthousiaste comme s'il défaisait une lettre soigneusement cachetée qui lui était adressée.

Willow l'avait attendu sur la réponse du cimetière un peu comme on attendait un train, il avait balancé son bras d'un air joueur. Il lui avait posé une énigme, mais il avait su lui répondre avec brio, il n'en attendait pas moins vraiment. Et puis cet air qu'il avait avec cette pipe et ce chapeau, il semblait même s'être accommodé de cette pipe, lui qui l'espace de quelques instants en avait été offusqué, presque à la limite de l'apoplexie. Même s'il faisait son tour de ronde, il n'avait pas perdu une miette de la réaction du duc face à Charon. Il acceptait les nouveaux faits et s'adaptait de façon incroyable; il en fallait beaucoup pour épater Willow, mais là il était très admiratif. Charon fit son travail le mieux qu'il put en lui laissant une question comme pour ne pas garder tout l'honneur à cet inconnu que son maître semblait plutôt bien accueillir. Les efforts avaient eu raison néanmoins de la vitalité de l'animal qui pouvait tout juste marcher. Il ne désirait plus qu'une chose dormir. Willow espérait que lors de l'interrogatoire Rufus n'avait pas chômer e qu'il saurait l’aiguillier pour la suite des événements. Quand Rufus lui demanda s'il était partant pour une promenade au cimetière, c'était avec joie. D'autres auraient eu envie de prendre la poudre d'escampette ainsi qu'une assurance-vie, mais non pas ce duc là. Il lui tapota l'épaule de façon non pas condescendante mais un peu fraternelle. Le jeune aristocrate passa devant en suivant les traces de pas que Rufus lui avait indiquées. Il se retournait parfois pour vérifier que son associé était toujours là, après tout il pouvait bien prendre le fil de l'air...

"Pour vous répondre, oui peu de gens en effet... Et je remarque que vous me comprenez, monsieur Barma".

Il l'appela presque sur un ton distingué comme pour avouer sans dire qu'il appréciait sa présence. Willow était tout de même un homme froid, il ne fallait pas lui demander plus. Les grilles du cimetières étaient toujours aussi anciennes. La rouille avait rongé le fer autour de chaque barreau. Willow ouvrit le portail pour ne pas que le duc ne se salisse les mains tout en gardant à l'esprit que tout comme Rufus le soulignait... Ils auraient dû rencontrer cet homme en venant, or ce n'était pas le cas. Que faisait-il ? Etait-il dans les parages ? Willow n'était absolument pas tranquille et il fallait surtout qu'il s'avise de quelque chose.

" Savez-vous vous battre Rufus...? Par simple précaution que je sache... je ne suis pas bien fort à l'épée, je n'aime pas les attaques latérales... "

De cette façon en disant cette phrase de façon naturelle, il espérait bien que le meurtrier l'attaquerait de côté et fixa Rufus en balayant le regard. Cet homme était perspicace, peut-être comprendrait-il ce qu'il tentait de faire lorsqu'il se plaça sur la droite de Rufus. Etant gaucher, son épée était ceint sur son côté où il était le plus à l'aise. Il voulait créer un environnement favorable pour le criminel. Encore fallait-il qu'il se montre ! Une petite angoisse monta le long de son dos... Qu'allait-il se passer? Peut-être que leur homme avait planqué le corprs de la première fill quelque part...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   14th Novembre 2013, 05:45

Une petite marche vers un cimetière, comme c'était charmant… En tout cas, Rufus Barma ne se serait certainement pas attendu à cela en début de soirée. Comme quoi, même à lui il pouvait arriver des choses intéressantes !... Enfin, des choses qui sortent de l'ordinaire en tout cas, car franchement, trouver un cadavre et enquêter sur son sort n'était pas le passe-temps habituel de notre noble. Mais ce n'était pas si mal ? Il était en assez bonne compagnie en tout cas et s'amusait bien à élaborer des théories, faire des déductions et aider ce jeune homme qui semblait bien plus friand de mystère que lui. En fait, ce jeune homme lui était assez sympathique tout compte fait, pas bête, amusant à taquiner et assez polie pour respecter le statut du Duc. Ce n'était pas bien compliqué de trouver quelqu'un avec qui il pouvait s'entendre finalement ! Bon, le contexte était loin d'être ordinaire, mais même dans un lieu plus propice aux rencontres, le Barma devrait être capable de le supporter à l'avenir… Oui, c'était déjà beaucoup, qu'il ne se plaigne pas, beaucoup d'autre n'avaient pas cette chance et devait supporter son humeur atroce lorsqu'il n'aimait pas quelqu'un. On pouvait donc dire que Peter… Ahem, Willow avait le droit à un traitement de faveur ? En tout cas, du moment qu'il ne cassait pas les pieds du Duc, Rufus n'avait pas l'impression de devoir lui mener la vie dur pour se venger de quoi que ce soit. Du coup, il pouvait bien être plus sympathique qu'à l'accoutumé… Cela n'allait pas le tuer apparemment, ne vous montrez pas surpris.

En tout cas, le noble était partant à présent pour accompagner le jeune homme jusqu'au cimetière, où ils comptaient bien tomber sur un meurtrier figure-vous… Eh bien quoi ? C'était une activité tout à fait banale pour occuper une soirée entre… Amis ? Rufus avait un ami ? En voilà de drôles d'idées, il avait tout simplement… Quelqu'un à qui exposer son savoir ? Quelque chose comme cela oui, vous ne lui ferait certainement pas avouer qu'il appréciait la compagnie de ce garçon, c'était un peu trop lui demander hein. Bon, cela ne l'empêchait pas de jouer au parfait petit détective en sa compagnie, c'était bien non ? Arrivé devant le portail du cimetière, le noble laissa le plus jeune ouvrir lui-même la grille, jugeant certainement qu'il valait mieux qu'il se salisse lui… Eh bien quoi ? Les gants blancs du Barma n'aimaient pas tellement la rouille figurez-vous, il n'y pouvait vraiment rien là et puis en plus, ce n'était pas comme s'il avait lui-même ordonné au plus jeune d'ouvrir… Cela tombait sous le sens de toute manière, il s'agissait là d'une simple politesse envers un ainé. Car n'oublions pas que Rufus approchait tout de même des 70 ans… Autant dire qu'il avait ouvert bien assez de portes dans sa vie pour qu'on le fasse pour lui à présent.

Une fois entré dans le cimetière en question, le Barma du bien se rendre à l'évidence ; il n'y avait personne ici. Ne devaient-ils pas croiser un dangereux meurtrier par hasard ? En tout cas, les déductions qu'ils avaient tiré les conduisaient à cela et c'était donc assez décevant de ne pas voir l'action se profiler tout de suite. Mais il fallait attendre ? Certainement, voilà pourquoi les deux hommes continuèrent d'avancer dans le cimetière mal éclairé comme s'ils attendaient que quelque chose leur tombe sur le coin du nez. L'attention du Barma finit tout de même par être attiré par le plus jeune qui lui posait une drôle de question… Savait-il se battre ? Eh bien… Ce n'était pas tellement ce pourquoi on venait le chercher en général, son rôle se limitait surtout au savoir et non à l'action en général, mais en fin de compte, le Barma était un noble tout de même et comme tous les nobles, on lui avait appris à tenir une épée et à se défendre. Cela faisait partie de l'éducation normale pour un duc, après, avec l'âge et le manque de pratique, on ne pouvait pas vraiment dire que Rufus était un combattant hors pair. En même temps, s'il le fallait vraiment, il n'était pas une calamité totale non plus et pouvait donc affronter un criminel de bas étage. Par contre, il n'avait pas d'épée comme son jeune ami le pauvre, mais il possédait tout de même son éventail, bien à l'abri dans l'une des poches de son vêtement. Peut-être était-ce le moment de le tirer de là non ? Ce n'était pas une si mauvaise idée. Cela dit, le rouquin avait bien remarqué que quelque chose clochait dans la phrase de Willow. Il ne savait pas bien se servir de son épée lui ?... Alors pourquoi en porter une au lieu d'un pistolet et surtout, pourquoi courir après les meurtriers lorsqu'on est pas capable de les arrêter ? Cela ne sonnait pas bien aux oreilles de Rufus qui voyait plutôt là une sorte de bluff, voilà pourquoi il répondit ainsi au jeune homme en sortant son éventail de sa poche.

" Moi, me battre ? N'y comptait pas non, je crains bien qu'aucun de nous ne soit bien utile en cas de combat. " Mentit-il avec le talent qu'on lui connaissait pour cela.

Comme c'était vilain de dire des mensonges, mais en même temps, s'ils s'étaient tous les deux mis à se vanter de leur performance au combat, un adversaire potentiel aurait sans doute préféré fuir non ? Agitant tranquillement son éventail devant son visage en continuant à marcher, le Barma pris garde aux moindres bruits qui auraient lui indiquer la présence de quelqu'un d'autre autour d'eux. Là, si rien ne se passait, ils auraient bien l'air débile tous les deux, mais au moins… Ils auraient pris l'air ? Maigre consolation oui, mais c'était peut-être mieux que d'avoir affaire à un taré qui découpait les femmes en morceau non ? Bon, qui les empalait contre les murs plutôt, mais ne jouons pas sur les mots. Le Barma sembla presque dépité et lâcha même un soupire en s'arrêtant de marcher, comme s'il en avait visiblement marre de se promener pour rien. Et c'est justement ce moment précis qui fut choisi par une femme pour foncer sur lui comme si le diable lui-même était à ses trousses. Essoufflée, salit de terre et la robe taché de sang, celle-ci ne faisait pas fière allure et ne manqua pas de partager son côté dépravé avec Rufus en s'accrochant à lui… Bon, tant pis pour sa belle tenue bien propre hein. Mais le pire était à venir puisque l'homme à la poursuite de la femme se jeta alors sur Willow, comme s'il jugeait que s'était lui la menace la plus pressante à éliminer. En même temps, c'était lui le plus jeune et lui qui avait une arme, car oui, l'éventail de Rufus ne pouvait pas être considéré comme une arme par un regard extérieur. Ne restait plus qu'à voir comment allait s'en tirer le jeune homme tient… Car non, si cela n'était pas nécessaire, le Barma n'était pas obligé de l'aider hein.    

" Eh bien, fort à l'épée ou pas, il est temps de montrer ce que vous savez faire mon garçon. "

Voilà ce que lâcha le rouquin avec un sourire en coin tandis qu'il essayait de se débarrasser de la bonne femme un peu trop collante qui devait voir en lui… Un protecteur ? Et puis quoi encore…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 51
Age : 29
Personnages préférés : Vincent
Double comptes : Alexiel, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Monte Cristo Peter
Nom du Chain : Charon dit le Passeur ou le Veilleur
Groupes: Contractants illégaux, Noblesse


MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   28th Mars 2014, 14:11

Willow n'avait pas deviné l'aversion de Rufus pour la rouille, il en aurait sûrement trouvé une petite vanne à ce sujet quoi que quelque part il ressentait un certain respect mesuré.. Cette balade n'était en rien reposante, même si le lieu s'y appropriait quoi de mieux pour les âmes agitées que de vaquer dans toutes ces allées emplies d'histoires, de regrets et de bonheurs vécus. D'ordinaire, Willow aurait plutot trouvé cela normal mais làils poursuivaient un assassin sans son chain du coup l'enjeu était de taille pour vous dire. Personne ne viendrait le secourir ce qu'attesta en toute allégresse le duc, pour le duc il ne sut s'il s'agissait de bluff ou d'autre chose. Disons que dire à la cantonade "attaquez nous" cela semblait suspect, enfin il verrait bien. Le duc Barma semblait peu enjoué à l'idée de marcher dans la boue, en tant que noble on lui avait lui aussi proscrit ces lieux étant donné que beaucoup d'habits étaient salissants. A présent il s'en fichait... Comment avait-il pu perdre à ce point ce qu'il était, il n'en savait rien. Alors qu'ils avançaient une femme se jeta sur Rufus et s'accrocha à lui de façon tenace, enfin il n'eut pas le temps de placer une mise en garde que tout lui arriva dessus. Imaginez un peu le scénario. Il se retournait à peine qu'un homme se jeta sur lui sans même le laissait en placer une, forcé de sortir son épée , il eut tout juste le temps de bloquer pour entendre un " faites vos preuves mon garçon" ou quelque chose du genre... Il n'avait pas besoin de cette phrase pour lutter pour se maintenir en vie, mais ce qui l'inquiétait c'était plus le duc derrière qui risquait gros à garder près de lui la femme. Si le criminel avait des complices, il pouvait payer cher et comme il ignorait si ses facultés de combat étaient réelles ou fictives, c'était une option à prendre en compte. Ses bras tentaient de ne pas trembler alors que son assaillant forcer sur son attaque. Willow sentit que ses pieds glisser sur ce sol en effet glissant. Les traces de boue venaient bien de ce lieu, mais à présent il ne fallait pas rejoindre toutes ces âmes qui les entouraient. Inutile de gaspiller sa salive à donner des informations qui pouvaient être utilisées contre eux, il fallait vite agir pourtant son assaillant ne lui offrait pas beaucoup d'ouverture. Il n'utilisait pas de techniques connues, mais certaines saugrenues.. Il ne fallait pas enchaîner des attaques en oblique parce que vous deveniez une proie facile à force de réaliser le même enchaînement, mais il bougeait tellement que cela rendait cette technique redoutable. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour repousser Willow. Ce dernier eut le mérite de n'avoir aucune blessure, mais il ne le laissa pas se jeter vers les deux autres et voulut se précipiter vers lui en faisant des petits pas chassés pour lui planter son épée dans les flancs et atteindre de cette manière plutôt abjecte des points vitaux. L'autre comprit son manège et lui fit de nouveau front, loà ce fut un peu terrible....


Willow se souvenait de ce que ressentaient les personnes ayant perdu leur maison et plus encore et dont les restes se consumaient dans le vent. On leur disait que rien ne s'obtenait sans parfois faire des sacrifices, phrase que Willow comprenait sans problème. Il aurait pu reculer et éviter l'assaut de cet homme même un bleu aurait pu le faire. L'ennui s'était qu'il présentait un point sensible juste à cet instant où il se sentait puissant, où il était sur que l'autre fléchirait. A la guerre comme au combat toutes les techniques sont viables pourvues qu'elles vous conduisent au succès, hé bien c'était cette mentalité. Willow n'avait pas peur de la souffrance et cela le faisait bien rire que l'on cherche à l'intimider à ce sujet, lui qui la cottoyait assez souvent pour s'en faire presque une compagne de voyage. Certains hommes se croyaient surpuissants en jouant sur cette corde, mais ils ne se rendent pas compte que ça les rendait prévisible. Willow n'attendait que cela pouvoir anticiper son adversaire qui pendant toutes ces minutes l'avait fait réaliser des cercles et des blocages sans interruption. Il lui planta l'épée dans le ventre ce qui lui donnerait deux heures pour lui répondre. On pouvait par la suite le sauver cette ordure sans problème. De son côté, il sentit aussi une lame lui passer devant le visage. Il se recula pour ne pas qu'elle vise ses yeux mais se prit le coup le long du corps. Comme il ne comptait pas avoir fait ça pour rien, quand il se sentit perdre pied, il força sur sa cheville pour tomber sur son adversaire pour le bloquer de son corps. Son assaillant avait encore fait une attaque oblique ce qui faisait qu'il n'avait rien bloqué et ne pouvait rien faire contre lui à présent qu'il lui avait plaqué la main au sol.


Willow sentit que sa blessure le piquait et que la lame l'avait tout de même frôlé. Au niveau de sa joue, il sentait qu'un liquide coulait le long de sa joue. Ce criminel était à sa merci, sa vie ne lui appartenait plus. Plus il faisait cela, plus il trouvait ça grisant de pouvoir juger la vie d'un homme... C'était comme une nouvelle prise de contrôle sur sa vie dont il cherchait à exhumer certains souvenirs pour atteindre une vérité...



"Toi, es-tu lié au massacre des Cristos...? Tu n'as plus que quelques minutes à vivre, dépêche toi tu n'as plus de temps."

Son prisonnier secoua la tête en poussant un grognement de douleur. Willow lui aurait bien dit " tais toi moi aussi j'ai mal, mais là on en était pas à établir une comparaison... Le visage du noble se redressa vers Rufus pour lui signifier qu'il attendait comme une note de jury pour poursuivre. C'était curieux qui lui accorde une telle importance après tout ce n'était qu'un duc qu'il connaissait tout juste, mais il avait accepté de l'escorter et ça quelque part, il en était toujours bluffé...

"Que fait-on de lui...? La justice d'ici ne le jugera pas assez sévèrement... "

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Élémentaire mon cher Willow ! [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Réveil :: ♠ Rues sombres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com