AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Faut-il réellement lui donner un titre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 165
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert, Break, Elliot & Oscar :)
Double comptes : Neoh Pawenton

Feuille de personnage
Nom & prénom: Neoh Pawenton
Nom du Chain : Konshu
Groupes:


MessageSujet: Faut-il réellement lui donner un titre ?   28th Janvier 2013, 11:43

C'est l'hiver. Je déteste l'hiver. Puis je suis enrhumée et j'ai écouté de la musique classique toute la soirée. Pardonnez-moi pour cette chose que je poste, j'ai juste besoin de l'évacuer quelque part.
Je ne demande à personne de le lire et encore moins de répondre quelque chose. Si l'envie vous prend de dire un mot, vous êtes libres de faire ce que bon vous semble.

(je me rends compte que je suis une personne super accueillante et chaleureuse en fait - ironie quand tu nous tiens - hum hum)

_______________________________________

J’ai froid. J’ai peur.

Ces mots retentissaient dans tout son être. Ils se déplaçaient rapidement, sournoisement, faisaient trembler la moindre parcelle de son corps, couvrant sa peau de sueur froide. Elle les entendait rire d’elle à mesure qu’ils avançaient. Ils se moquaient d’elle et de son incapacité à se battre. Ils la narguaient. Elle sentait qu’elle allait défaillir. Elle avait honte d’être aussi faible et ils remuaient le couteau dans la plaie. Inlassablement. Chaque frisson de peur, chaque larme, chaque gémissement leur arrachaient un gloussement narquois.

Elle voulait crier. Hurler de toutes ses forces pour les chasser mais elle en était incapable. Sa bouche restait muette. Tout son corps était immobile, tétanisé. Comme enserré par des liens invisibles. Son esprit était prisonnier de sa propre enveloppe charnelle. Sa panique s’intensifia. Elle sentait son coeur battre comme il ne l’avait jamais fait avant : c’était anarchique, douloureux. Il lui arrivait même de rater des battements, lui coupant le souffle. Elle avait mal. Ses poumons brûlaient. Ils recevaient trop peu d’air trop vite. Les larmes lui montaient aux yeux et coulaient abondamment sur ses joues. Elle ne contrôlait plus rien.

Pathétique. Tu es pathétique. Une autre vague de froid l’envahit, plus profondément que la précédente. Les mots la gelaient de l’intérieur. Ils sifflaient sur leur passage. Le froid circulait dans ses veines, toute forme de chaleur la quittait peu à peu. Il fallait qu’elle ouvre les yeux. Il fallait qu’elle voit, qu’elle comprenne. Elle devait se forcer, elle devait lutter, être plus forte que les mots qui l’entravaient. Ses paupières résistaient à sa volonté. Elles semblaient être collées, prises au piège par le givre. Elle essaya plus fort. Quand elles s’ouvrirent enfin, ce fut le choc. Comme si une lame était venue la frapper sans aucune pitié.

Il faisait noir. Pas une seule raie de lumière n'était visible. Elle avait beau regarder à droite, à gauche, tout n'était que ténèbres. Seulement un brouillard épais, étouffant. Elle frissonna de plus belle. Que se passait-il ? Où se trouvait-elle ? Elle ne se souvenait de rien. Rien, à part cette horrible sensation de froid, ce souffle glacé qui continuait de gagner du chemin. Elle ferma les yeux puis les rouvrit. Du noir. Il n'y avait toujours que du noir. Une obscurité oppressante. Où était passée la lumière ? Elle ne savait même plus à quoi pouvait ressembler la lumière. Tout comme le froid, le noir s'immisçait dans chacune de ses cellules. Les larmes gelaient sur ses joues et son esprit s'embuait.

Il fallait abandonner. C'était trop tard. Trop tard pour se battre. Elle était à bout de force. Elle n'avait plus envie d'essayer. Elle baissait les bras. Ils avaient raison, elle était pathétique. Mais elle était fatiguée. Il n'y avait plus rien à faire. Chaque tentative était désespérée. Ils étaient plus forts. Elle sentait son coeur ralentir, sa respiration faiblir. Il était temps que tout ça s'arrête. Elle partait. Loin. Le blizzard et les ténèbres l'accompagnaient.

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Elle entendait ces mots au loin. Une plainte étouffée. Un murmure dans ses oreilles. Elle l'ignora. Elle ne voulait plus se poser de questions. Le son diminuait, comme s'il s'éloignait de plus en plus d'elle. Puis il n'y eut plus rien. Seulement le silence, l'obscurité et le froid qui la berçaient.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Faut-il réellement lui donner un titre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Floodland. ♣ :: ♣ Bibliothèque de Rufus :: ♣ Autres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit