AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 221
Age : 22
Personnages préférés : Glen ~ Jack ~ Leo ~ Vincent ~ Gilbert ~ Break ~ Alyss

Feuille de personnage
Nom & prénom: Heather Taylor Crown
Nom du Chain : Akamae
Groupes: Contractants Illégaux


MessageSujet: Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]   7th Janvier 2013, 08:48

Cette fois, elle s'était complètement relâchée. C'était comme ci toute la pression, le stress et l'inquiétude qu'elle avait accumulée ces dernières années venaient d'exploser en elle afin de l'achever définitivement. Son corps et son esprit semblaient estimer qu'ils avaient le droit de se reposer un peu maintenant. Jamais elle n'aurait cru le savoir en vie aussi vite. Après tout, cela ne faisait que quelques jours qu'elle s'était installée à Reveil. Qu'est ce qu'elle allait faire maintenant ? Déjà, il faudra prévenir Sebastian. Elle se demandait bien comment il allait réagir. Après tout, malgré tout le soutient qu'il pouvait porter à Heather dans ses recherches, elle se doutait bien qu'il n'y croyait pas une seconde, au fait que Silver est pu survivre après l'incendie. Ah ! Elle était tellement heureuse. Il va falloir revenir souvent à l'orphelinat, au cas où. Et puis peut-être penser à déménager ici, à Sablier ! Tant pis pour son bel appartement à la capital, son jumeau passait avant tout ! Ensuite, il faudra trouver un moyen de remercier dignement le Nightray. Tient, où est ce qu'il était celui là d'ailleurs ? Et elle ? Complètement perdue, elle ne savait ni où elle se trouvait, ni quelle heure il pouvait bien être. Son esprit embué s'éveillait petit à petit, sans comprendre vraiment ce qu'il lui arrivait. La dernière chose dont elle se souvenait, c'était d'avoir fondue en larme, puis plus rien. Qu'est ce qu'elle avait encore fait...? Elle tentait tant bien que mal de replacer les évènements dans l'ordre. Elle revoyait le visage de la servante, puis celui du blond. La nuit aussi. Elle ne se souvient plus comment ni pourquoi, mais elle avait fini par sortir de l'orphelinat. Le film qui défilait dans sa tête -et qui avait pour rôle de l'aider à se souvenir de ce qu'il s'était passé après qu'elle est craquée- était flou. A la limite, à par les visages qu'elle connaissait déjà, elle ne voyait que des formes sombres, des courbes et des couleurs saturées, ce qui était franchement agaçant. Raah ! Foutue mémoire défaillante ! C'était toujours comme ça de toute façon, elle avait un certain mal à se rappeler des choses importantes dans les moments les vitaux. En fait, elle était peut-être morte. Elle avait froid et ne sentait définitivement plus la douleur qui l'avait maintenue éveillée jusque là.

Elle se rendit finalement compte qu'elle était toujours de ce monde. Elle commençait à retrouver des sensations telles que l'ouie déjà, puis le toucher. Dans sa tête raisonnait un bruit agaçant, entêtant. Elle avait beau se concentrer pour le faire disparaître, un "clataclop" qui semblait se répéter à l'infini emplissait son espace. Puis le cri d'Akamae était venu recouvrir le tout. C'était une espèce d'insulte mélangé à une expression bizarre puis tout un tas de surnom d'animaux plus ou moins méchants. Il lui promettait de la réduire en miette si elle ne se levait pas immédiatement, de lui arracher minutieusement les membres un à un et de donner ses yeux à manger aux corbeaux. L'évocation de cette bestiole la fit frémir. Elle n'aimait pas les corbeaux. Elle ne les supportait pas. D'ailleurs, lorsqu'elle en voit, Akamae a pour ordre de le faire disparaître sur le champ. Très sérieusement, c'était une phobie qu'elle ne savait contrôler et dont elle avait oublié l'origine. Alors, de peur que sa Chain mette à exécution son plan effrayant -bien qu'il ne pourrait plus rien faire si Heather mourrait, c'était un fait- elle ouvrit doucement les yeux. Tout était aussi flou que dans ses souvenirs. Son regard bleu endormi voyagea de ci, de là, analysant l'espace où elle se trouvait et ce qu'elle pourrait éventuellement bien y faire. Elle était dans une espèce de boîte étroite qui ne cessait de bouger, agitant par à coup sa tête qu'elle ne retenait pas. Puis, sa rétine réussi finalement à s'accommoder, lui permettant enfin de reconnaitre un visage familier : celui du noble assit en face d'elle.

Il regardait par la fenêtre. Peut-être était-il intéressé par le paysage, par la lune, par on ne sait trop quoi. De toute façon, on ne sait jamais ce qu'il lui passe par la tête à celui là. Tient... Pourquoi est-ce qu'il était encore avec elle, au fait ? Il ne l'avait pas abandonné sur le pas de la porte, finalement.

« Oy... Qu'est ce... N'est où...? », bredouilla t-elle en frottant frénétiquement son oeil qui pleurait de fatigue.

Qu'il ne lui réponde pas ''dans une calèche'', parce qu'elle serait bien capable de lui balancer une chaussure en pleine face maintenant qu'elle était moins affaiblie. Certes, elle dormait encore à moitié, mais une Heather en colère... Ca n'existait pas...Pas du tout même. Comment croyez-vous qu'elle arrive à supporter la boule de nerf ambulante qu'était sa Chain ? Et puis comment aurez pu t-elle se retenir de baffer l'espèce de blondinet qui avait passé une grande partie de la soirée à la torturer ? Franchement. Se redressant difficilement sur ses bras fatigués, elle s'enfonça dans son siège, observant plus en détail l'intérieur du véhicule. Ce n'était pas comme ci c'était la première fois qu'elle montait dans ce genre d'engin, mais il faut dire que la différence entre celles qu'on pouvait trouver dans les fins fonds de Reveil et celles que les nobles avaient les moyens de se procurer, il y avait une sacré marge. Combien de temps avait-elle dormi ici ? Et où est-ce qu'on l'emmenait encore ? C'est vrai qu'elle était du genre à adorer voyager à gauche, à droite et à bouger tout le temps pour un rien, mais là, tout ce qu'elle voulait, c'était retrouver son lit, s'y fourrer dedans et ne plus déplacer ne serait-ce que son petit orteil !

« Dis moi, tu m'enlèves où comme ça, monsieur le Nightray ? »

Ca lui faisait drôle de l'appeler comme ça. Elle a quand même eu la politesse de dire ''monsieur'' en plus. C'était officiel, quoi qu'il arrive, elle ne changerait pas ce surnom. C'était comme ça qu'il était répertorié dans son esprit maintenant. Bien fait pour lui si cela ne lui plaisait pas. En soupirant, elle tourna la tête vers la vitre, regardant patiemment défiler les arbres. Une chose était sûre : elle ne connaissait pas du tout cet endroit. Peut-être qu'il avait décidé de la donner à Pandora pour qu'on l'exécute en bonne et due forme. Ce serait traître de faire ça. Mais compréhensible. Il avait une mission à effectuer d'après ce qu'elle avait pu comprendre quand il était venu à sa rencontre. Elle savait que les contractants faisaient pas mal de bêtises, alors c'était normal que quelqu'un soit la pour les arrêter. Elle haussa les épaule, elle avait un frère en vie, c'était tout ce qui l'intéressait.


{Bin disons ce soir alors xD Cette réponse n'est pas parfaite mais bon. J'ai fini par posté ! owo Glouare à mwah !}

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Past ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 402
Age : 21
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]   17th Février 2013, 10:05

Vincent n’était pas particulièrement familier avec le « feu de l’action ». Non, il était plutôt de ceux qui réfléchissent longuement avant de ne bouger ne serait-ce que le petit doigt, à toutes les conséquences qu’entraînerait un seul de leur mouvement. Le moindre geste qu’on croirait spontané venant de sa part a en réalité été soigneusement planifié au préalable, et n’est exécuté uniquement parce que notre cher Nightray a estimé qu’il servirait bien ses intérêts. L’idée n’étant pas de donner du crédit aux mauvaises langues qui l’accusaient d’être fourbe, manipulateur et ainsi de suite. Il ne leur en voulait pas, ceci dit : Tous ceux qui lui crachaient dans le dos avaient été victimes de ses petites manigances, et Vincent se délectait de la haine qu’ils lui vouaient désormais. Enfin bref, reconnaître son côté stratégique ne signifiait pas qu’il abondait dans leur sens : Cela prouvait simplement que les évènements de la soirée étaient tout sauf ordinaire. Depuis quand était-il devenu impulsif –et imprudent- au point de ramener d’illustres inconnues, accessoirement contractantes illégales, non seulement dans un orphelinat censé être « top-secret », et maintenant dans au manoir d’une des quatre grandes familles ducales ? Ca faisait un bon moment qu’il ne s’était pas laissé guidé par ses émotions, la dernière fois remontant au jour de la mort de Fred et Ernest. Il esquissa un sourire en y repensant. Il avait l’impression qu’il s’agissait d’une autre vie.

Bref. Ses réactions étaient exagérées, et ça l’intriguait autant que ce que ça l’ennuyait. Si le prétexte du « je m’identifie à la pauvre orpheline à la recherche de son frère » pouvait, à la rigueur, excuser qu’il ait eu pitié d’elle, le reste était difficilement explicable. Le regard de Vincent s’égara sous le paysage qui défilait, chaque silhouette se fondant dans la nuit les rapprochant un peu plus du manoir. « Les ». A trop de poser des questions sur ce qui n’allait pas chez lui, il en avait presque oublié la fille. Non, Heather. Quitte à la ramener chez lui, autant l’appeler par son prénom, hm ? La gamine dormait toujours paisiblement, allongée sur la banquette en face de lui. A en juger par l’expression sereine de son visage, il pouvait dire deux choses : les effets de son petit numéro lors de leur course-poursuite s’étaient un peu estompés, et son mensonge avait eu l’effet escompté. A bien y réfléchir, pas de quoi être fier : même s’il l’avait faite soignée, c’était quand même lui qui lui avait cassé la jambe à la base, et elle avait beau être soulagée, son bonheur reposait sur une histoire montée de toutes pièces. Tant que rien ne venait contrecarrer son petit mensonge, aucun problème, il pouvait toujours se conforter dans l’idée qu’il la rendait heureuse. Mais s’il s’avérait que le gamin était mort et qu’elle l’apprenait ? Tout comme le bonheur d’Heather aurait été son fait, il lui faudrait assumer son erreur, et sans doute la colère de la jeune fille avec. Et, bizarrement, il n’avait pas envie de se la mettre à dos. « Tu me plais bien, comme gamine », qu’il lui avait dit. Au contraire de la présence de son frère à l’orphelinat, cette phrase là n’avait rien d’un mensonge.

- Oy... Qu'est ce... N'est où...? marmonna une petite voix, le tirant soudainement de ses réflexions.
- Quand on parle du loup, dit-il davantage pour lui-même que pour elle. On a fait de beaux rêves ? ajouta-t-il un peu plus haut, un sourire narquois aux lèvres.

L’air endormi d’Heather, qui se pelotonnait sur son siège, l’amusait et lui arracha un sourire attendri. Il pensa à la tête qu’il devait avoir, avec son sourire niais, et il arrêta de sourire. Venant de lui, ça devait paraître bizarre, cet élan de sympathie.

- Dis moi, reprit Heather, tu m'enlèves où comme ça, monsieur le Nightray ?

Vincent éclata de rire. « Monsieur le Nightray ». Il se demanda pourquoi elle persistait dans la politesse alors qu’il avait manqué de la tuer, qu’il lui avait brisé la jambe en morceaux, qu’il l’avait faite soigner et qu’il ne faisait pas le même effort puisqu’il s’obstinait à l’appeler « gamine », puis il se souvint qu’il ne lui avait toujours pas donné son prénom. Précaution honorable tant qu’ils se trouvaient dans les bas-fonds de Sablier, mais était-ce bien nécessaire de persister dans le mystère alors qu’il s’apprêtait à l’amener au manoir ? Pas franchement, pensa-t-il.

- Monsieur le Nightray t’autorise à l’appeler Vincent, lui lança-t-il. Et, poursuivit-il en montrant la forme d’un bâtiment qui se dessinait au loin, tu vois ça ? C’est le manoir des Nightray. Et c’est là qu’on va.

Vincent se demanda pourquoi il continuait de l’aider, ou même d’être aimable. Il avait eu l’occasion d’apprendre, par le passé, que construire une relation sur la base d’un mensonge était voué à l’échec. Il n’y avait qu’à voir où ils en étaient avec Gil pour vérifier cette théorie. Pourtant, en dépit de cette histoire de frère, il avait l’impression qu’il pouvait peut-être s’entendre avec la gamine. Elle n’avait pas l’air de le craindre spécialement, malgré fait qu’il soit un Nightray, et pas le plus sympathique qui soit au premier abord. Or, les gens qui osaient encore le regarder dans les yeux et lui dire clairement ce qu’ils pensaient de lui étaient rares. Et de ce fait, précieux.

Il reporta son regard sur Heather. Il avait cessé de se demander à quoi elle pouvait bien passer, la réponse la plus évidente étant à son petit frère qu’elle croyait vivant. En revanche cette fois-ci, il s’attarda sur son apparence physique. Elle était mince, à la limite de la maigreur, ce qui pouvait se comprendre quand on voyait les conditions de vie des habitants de Sablier. Non pas qu’il y soit familier, mais il pouvait facilement imaginer le genre d’existence que menait une orpheline dans une ancienne capitale aussi mal famée que la leur. Mis à part ça, et en dépit de sa blessure à la jambe, elle n’avait pas spécialement l’air d’une pauvresse. Ses cheveux n’avaient besoin que d’un coup de peigne pour devenir présentables, et si on faisait abstraction de ses vêtements éprouvés par sa chute dans les décombres, elle n’avait pas plus l’air de sortir des bas-fonds que lui. Il esquissa un sourire : il avait une petite idée.

La calèche cessa de remuer, et les arbres de défiler par la fenêtre : ils étaient arrivés. Avant que le cocher n’arrive pour leur ouvrir la porte, Vincent lança son manteau sur la banquette, à côté de la jeune fille. La nuit n’était pas spécialement froide, personne ne s’étonnerait donc s’il ne portait qu’une chemise. De toute façon, songea-t-il en lançant un regard sa montre à gousset, le nombre de domestique réveillés pour les accueillir à deux heures du matin devait être relativement réduit.
Tout sourire, il se tourna donc vers Heather, laquelle ne devait pas franchement comprendre à quoi il jouait –pour changer un peu- .

- Tu m’accorderas que ta tenue ferait un peu tâche ici, lui dit-il. Enfile mon manteau, ça passera mieux.

Le cocher s’approcha pour leur tenir la portière : Vincent descendit du marchepied et jeta un regard vers l’entrée. Deux servantes les y attendaient déjà de pied ferme, à en juger par les deux lueurs qu’il apercevait. Il haussa les épaules ; c’était jouable. Et puis, qui ne tente rien n’a rien. Le plan était simple : s’ils donnaient assez bien le change, il ne serait pas difficile de faire passer la jeune fille pour une amie un tant soit peu fortunée. D’où son inquiétude quand à son apparence tout à l’heure.
Se retournant vers la calèche, il tendit la main à Heather, laquelle était toujours à l’intérieur.

- Que diriez-vous de jouer les princesses ce soir, mademoiselle ? lui demanda-t-il, le regard plein de malice.


[... Je peux désormais mourir de honte de t'avoir fait attendre autant pour un post aussi naze. Désolée désolée désolée, j'espère que ça te convient quand même ;^; ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
avatar


Féminin Messages : 221
Age : 22
Personnages préférés : Glen ~ Jack ~ Leo ~ Vincent ~ Gilbert ~ Break ~ Alyss

Feuille de personnage
Nom & prénom: Heather Taylor Crown
Nom du Chain : Akamae
Groupes: Contractants Illégaux


MessageSujet: Re: Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]   18th Février 2013, 04:25

Sans prendre la peine de rester discrète, Heather bailla ouvertement, étirant ses bras dans son dos en faisant craquer deux ou trois articulations de sa nuque d'un mouvement souple de la tête. Elle ne venait pas vraiment de passer la nuit la plus agréable de sa vie. Bien que le danger de mort soit potentiellement éloigné et que la douleur qui tiraillait sa jambe s'était doucement transformée en picotement, absolument aucuns des évènements qui étaient entrain de s'enchaîner annonçaient que sa nuit prendrait bientôt fin. Le blond avait l'air bien décidé à l'emmener on ne sait encore où. Elle était flattée de l’intérêt qu'il semblait lui porter -et surtout contente qu'il soit venu fourrer son nez dans son aventure à la recherche de Silver-, mais elle craignait malgré tout que les intentions du Nightray soient toutes autres que "faisons ami-amie, mon amie". Il l'avait clairement stipulé plus tôt, tout ce dont il avait besoin pour être tranquille, c'était d'un contractant illégal, et peu lui importait que ce soit Heather où un autre. Elle priait intérieurement pour que la destination qu'il ait choisit ne soit pas celle de Pandora. Non pas qu'elle n'avait pas confiance en lui, après tout, Heather fait partie de ceux qui donne facilement leur confiance, mais le noble était du genre lunatique à première vue. Ce dont elle était sûre, ce que la route empruntée ne menait pas à Réveil, là où l'attendait son petit nid douillet. Elle aurait bien fait appel à sa Chain pour partir en éclaireur quelques minutes, mais elle avait peur que le Nightray prenne ça pour une marque d’hostilité de sa part, ou bien qu'il tombe nez à nez avec des agents de Pandora au bout de la route. En gros, l'adolescente était coincée ici, alors tout ce qu'elle pouvait faire, c'était de demander directement au principal intéressé l'endroit où leur palpitante rencontre allait continuer. Et bien que celui-ci se mit, une fois de plus ce soir, à rire face à sa question, il ne tarda pas à lui répondre le plus naturellement du monde.

« Monsieur le Nightray t’autorise à l’appeler Vincent. Et, tu vois ça ? C’est le manoir des Nightray. Et c’est là qu’on va. »

Première information qui était arrivé à l'organe endormi qui lui servait accessoirement de cerveau : "t'autorise à l'appeler Vincent". Si elle n'était pas à deux doigts de crier victoire, elle s'était tout de même contenté d'un large sourire fier et de quelques rougeurs sur les joues. Elle l'avait attendu, ce moment où il comprendrait enfin qu'il n'avait rien à craindre de donner son prénom à quelqu'un comme Heather. Déjà parce qu'elle avait la sale manie d'oublier les prénoms des gens. Ce fut surtout dur avec Akamae qui n'avait pas un nom à consonance du pays, elle l'a donc appelée Le Loup pendant plusieurs jours avant que celui ci ne lui "grave" définitivement son prénom dans la tête. Et deuxièmement parce qu'elle ne voyait absolument pas en quoi c'était dangereux pour la santé de donner son nom, voire même son surnom, ou même un qui soit complètement fictif -juste au cas où- C'était normal de se présenter juste après une rencontre ! Bien que la leur ne fût pas des plus conventionnelles, il faut l'admettre. D'ailleurs, rien ne lui prouvait que Vincent s'appelait réellement Vincent. Mais ça, elle s'en moquait. Elle avait enfin de quoi définir cet homme par autre chose que Monsieur le Nightray. Certes, c'était plus drôle de l'appeler comme ça, mais elle était trop heureuse pour garder ce surnom atypique.

Deuxième information qui arriva : "manoir Nightray, c'est là qu'on va". Quand elle eut finit d'analyser cette affirmation, elle fut encline à un certain ralentissement cérébral qui lui fit froncer les sourcils. Elle avait beau tourner cette phrase dans tous les sens, elle n'y avait trouvé ni mensonge, ni blague de mauvais goût visant à lui faire peur. Non, décidément, les agissements du Nightray était de plus en plus troublant. Qu'elle idée avait bien plus lui passer par la tête pour qu'il décide, de but en blanc, de l'enlever jusqu'à l'un des manoirs ducaux, autrement dit, l'un des lieux les plus protégés, les plus surveillés du pays. Un endroit entouré de personnes qui seraient près à vous ficher une balle entre les deux yeux si vous aviez le malheur d'entrer sans le mot de passe ! Heather avait ce genre de vision là envers les lieux riches et chics, elle qui ne se souvenait pas du tout de l'époque où elle avait elle même vécu dans un manoir. Elle était juste certaine que si quelqu'un, dans ce manoir, la repérait comme contractante illégale, son espérance de vie n'était plus que de 2,47 secondes. Elle rigolait nerveusement en se massant la tempe droite, se demandant tout simplement à quel point Vincent serait encore capable de la faire tourner en bourrique comma ça. Puis elle croisa son regard dans la vitre de la calèche ; elle s'était griffée sur la joue droite et l'une de ses tresses s'était détachée. Elle se souvint également qu'elle avait perdue sa chaussure à Sablier ainsi que son manteau marron. Comment voulez-vous pénétrer avec cette allure dans un manoir ducal sans attirer l'attention ?

Elle essaya de se calmer en suivant du regard le fameux bâtiment vers lequel ils se rendaient. Réfléchissons un peu. Bien que blond, un duc ne se permettrait jamais d'amener une invitée aussi singulière qu'elle -de plus, elle n'était pas officiellement noble-. Il avait donc forcément une idée derrière la tête pour pouvoir la faire entrer sans encombre. Peut-être une sorte de passage secret ou bien par une porte cachée entre les buissons, comme dans les livres. Mais qu'est ce qu'il lui prenait ? Elle ne peut pas aller là ! Elle ne peut tout simplement pas ! Tiraillée par ses songes, elle craqua méticuleusement chacune des articulations de ses doigts pour se calmer. Il n'y avait aucunes raisons de s'en faire. Ce n'était pas comme ci il allait profiter d'un moment d'inattention de sa part pour lui couper la tête dans un recoin de son manoir après tout. Mais si ce n'était pas pour la tuer, alors pour quoi était-ce ?

Alors qu'elle comprenait qu'ils étaient arrivés à destination, un "plof" à côté d'elle lui fit tourner la tête. Elle posa les yeux sur une veste noire que Vincent venait de lancer. Elle ne comprit pas tout de suite ce que ce vêtement venait faire là, pensant bêtement qu'il voulait qu'elle prenne comme ci elle était sa servante -ce qu'elle prit mal, sur le coup-

« Tu m’accorderas que ta tenue ferait un peu tâche ici. Enfile mon manteau, ça passera mieux », expliqua t-il tout souriant.

Oui, maintenant qu'il le disait, ça paraissait beaucoup plus logique. Pas moyen. Il comptait réellement la faire rentrer chez lui. S'il voulait la torturer, il aurait pu faire ça plus simplement, bon sang. Akamae avait repointé le bout de son nez, lui expliquant qu'il savait très bien qu'elle était du genre débile qui aime aller se fourrer dans la merde à chaque fois qu'elle sort et qui était suicidaire -il avait l'habitude de toute manière- mais que si n'importe qui dans ce manoir avait l'intention de toucher à l'un de ses cheveux, il ne demanderait plus son avis pour découper le blondinet en rondelle. Il était mignon quand il était inquiet celui là. Elle soupira en enfilant le manteau, déjà plus sereine grâce au petit speech de sa Chain. Si quelque chose tournait mal, il était là pour la défendre. La porte du véhicule s'ouvrit. Le noble s'empressa de descendre, jetant un rapide coup d'oeil vers l'entrée. Il se reconcentra sur Heather, qui semblait ne pas pouvoir se lever de son siège, lui tendant une main grande ouverte.

« Que diriez-vous de jouer les princesses ce soir, mademoiselle ? »

Elle sourit timidement en saisissant une seconde fois cette main qu'il lui présentait ; la première fois qu'elle l'avait prise, elle avait finit par retrouver une trace de son frère, alors pourquoi pas cette fois ci ? C'était une mauvaise idée. Une très très mauvaise idée, mais elle aime prendre des risque après tout, c'était ça, sa manière de vivre. Elle posa son pied invalide à terre, serrant cette main qu'elle tenait de peur de tomber. Elle se doutait bien que la guérison ne serait pas immédiate, mais elle se sentait incapable de marcher normalement sans avoir quelque chose auquel se tenir. Pourquoi fallait-il qu'elle soit aussi... encombrante ? La porte derrière elle claqua et la calèche poursuivit son chemin, emportant avec elle l'espoir d'Heather de retourner chez elle ce soir. Elle joua avec la bague en émeraude qu'elle portait à l'annuaire droit, ce qui avait principalement pour but de la déstresser encore un peu -vu qu'elle n'avait plus de doigts à craquer-

« Savez vous, mon cher Nightray, que vous avez vraiment de drôles d'idées parfois...? »

Quoi ? Si elle devait jouer les riches héritières pour passer inaperçue, autant qu'elle en profite aussi pour se moquer du blond ! Sans lâcher son bras, ils s'avancèrent jusqu'à la porte du manoir, où deux jeunes femmes avaient attendu l'arrivée de leur maître. Machinalement, elle avait plantée ses ongles dans l'avant-bras de son accompagnateur, tentant de paraître normale face à l'imposante bâtisse dans laquelle elle s’apprêtait à rentrer. Les deux servantes l'étudièrent du regard, la mettant encore plus mal à l'aise qu'elle ne l'était déjà, et elle priait pour que Vincent ne trouve une phrase choc dont il avait le pouvoir enfin qu'elles ne se posent pas plus de questions quant à la provenance d'Heather, ou même le pourquoi du comment des blessures diverses et variées qui parcouraient ses jambes, hélas pas assez couvertes par le manteau qu'on lui avait prêté. En fait, celles ci étaient restée plutôt discrète, se contentant de saluer le noble -messire Vincent, qu'elles disaient- et de demander à la jeune fille si elle voulait se débarrasser de son manteau. Elle resta fermement accroché à celui ci, refusant sans émettre le moindre son que l'on lui prenne cet habit qui recouvrait la plus grande partie de ses vêtements sales et abîmés. Alors, pour la première fois depuis un long moment, elle s'introduisit dans la demeure de personnes hauts placés, qui avaient le pouvoir de la mettre en prison si elles découvraient son rang de contractante : oui, elle était quand même légèrement inquiète.


{Pardon pour cette réponse ci rapide, mais j'étais trop inspirée xD Ne t’inquiète pas, je t'en veux pas pour le temps que tu mets à répondre oy ! (j'ai bien mis 2 mois à poster moi... Et tes réponses sont toujours bien ! Q.Q) Mais comme je suis en vacances, j'ai carrément rien à faire de mes journées donc... xD}

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Past ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 402
Age : 21
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]   23rd Février 2013, 23:15

Vincent ne pouvait s’empêcher d’esquisser un sourire quasi victorieux. Victorieux, non pas parce qu’il allait se retourner d’un coup et surprise ! Finalement je t’amène à Pandora ! Victorieux parce que ça faisait longtemps qu’il ne s’était pas autant amusé, et que maintenant la porte du manoir franchie, ce n’était pas prêt de s’arrêter. Bien sur, à l’instar d’Heather, qui en menait beaucoup moins large à ses côtés, il ressentait lui aussi un peu d’appréhension. Mais n’était-ce pas justement ce qui rendait le tout excitant ? S’il n’y avait aucun risque à ramener des contractants illégaux au manoir d’une famille ducale à deux heures du matin, ça deviendrait vraiment difficile de s’amuser. Loin d’être un de ces nobles las de mener une vie de plaisirs et d’excès, Vincent devait tout de même accorder à ces derniers que la vie d’aristocrate avait ses défauts, et l’ennui en était le principal.
C’était cliché. On retrouvait le stéréotype du prince blasé dans n’importe quel roman contemporain. Ledit prince menait une vie facile, avait toujours été gâté et était l’héritier de son royaume. Ses sujets le craignaient et l’enviaient, mais lui rêvait d’aventure et s’ennuyait ferme à la Cour. Un soir, au terme d’une nuit de débauche, il rencontrait une pauvresse du royaume alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui. Là, c’était le coup de foudre. Instantanément. Alors, le prince plaquait trône et couronne, renonçait à sa vie ennuyeuse et bien rangée, et s’en allait vivre de trépidantes et dangereuses aventures avec sa bien-aimée. Ils vécurent heureux à défaut d’avoir beaucoup d’enfants, et l’histoire s’arrêtait là. Bref. Tout ça pour dire que Vincent n’était pas de ceux-là. Il n’avait pas grandi dans les couloirs d’un somptueux château, avait connu la rue, la misère, toutes les difficultés qu’elle engendrait, et sans vouloir dramatiser, sa vie tendait davantage vers la tragédie classique que vers les romans à l’eau de rose. S’il reconnaissait que sa vie actuelle avait quelques inconvénients parfois, pour rien au monde il ne renoncerait au confort qu’il avait acquis. Excepté pour le bonheur de Gil, même s’il doutait sincèrement que son frère retrouve le sourire s’il redevenait un mendiant. Bref. Vincent était conscient de sa chance, chance que n’auraient jamais la plupart des gens qui, comme lui, étaient partis de rien. Il avait du faire de nombreux sacrifices pour en arriver là, mais ne niait pas tout ce que son adoption par Jack, puis plus tard par les Nightray, lui avait apporté, à lui et à Gil. Un toit, un semblant de famille –un frère adoptif, plus précisément-. Une stabilité, une sécurité qu’ils n’avaient jamais eu auparavant. Autant de choses qu’il chérissait plus que tout, et qu’il n’irait pas troquer contre une existence burlesque à en faire pâlir un héros de roman. Même si ces choses-là s’accompagnaient, comme tout le reste, de leur lot de problème. Tout ça pour dire qu’il n’était pas las de la vie qu’il menait, et en était même plutôt satisfait, sur certains points du moins. Mais, comme tout être humain normalement constitué, il arrivait parfois qu’il s’ennuie et ait envie de mettre un bon coup de pied dans les fondations de son petit quotidien stable et assuré. C’était précisément ce qu’il pensait un peu plus tôt dans la soirée, lorsqu’il avait débarqué à Réveil pour accomplir une énième mission confiée par Pandora. Et maintenant qu’il était là, dans le hall du manoir des Nightray, une contractante illégale agrippée à son bras et un sourire éclatant aux lèvres, il ne put s’empêcher de penser qu’un peu d’imprévu, ça faisait un bien fou. Souvenez-vous, enfant, des sentiments contradictoires qui vous envahissaient lorsque vous étiez sur le point de désobéir à une quelconque autorité parentale : tout d’abord, la peur, légitime, de l’inconnu. Une pointe de culpabilité au moment de franchir la limité fixée, parce qu’on vous a toujours appris à respecter les règles et que vous vous apprêtez à y déroger. Mais surtout, l’excitation d’expérimenter quelque chose de nouveau, d’interdit. Désobéir, c’était grisant. A l’âge d’un enfant comme à celui de Vincent.

- Savez-vous, mon cher Nightray, lui dit soudain Heather, coupant court à ses réflexions, que vous avez vraiment de drôles d'idées parfois...?

Il éclata de rire. C’était stupide, voir puéril, mais il se sentait … vivant. Rien à voir avec le faux enthousiasme qu’il arborait lors des salons mondains auquel on ne manquait pas de le traîner. Il s’amusait vraiment, et qu’importe s’il finissait par se faire attraper et réprimander comme un gosse par la suite. Il avait traversé tellement de choses peu agréables ces derniers temps, qu’il avait désespérément besoin de respirer un peu. Et Heather, ma foi, c’était un peu la bouffée d’air frais qu’il attendait. Et puis pour la poésie, on repassera.

- Je croyais, lança-t-il, que toutes les petites filles rêvaient de jouer les princesses ?

Enfin, les gamines auxquelles il faisait références rêvaient sans doute davantage de robes à crinoline et de bijoux étincelants plutôt que de la compagnie d’un noble lunatique à une heure avancée de la nuit dans le hall d’un manoir où elles étaient tout sauf les bienvenues. Mais qu’importe, c’était une image. En plus, maintenant qu’il y pensait, il avait beau ignorer son âge, Heather était vraisemblablement trop grande pour croire encore aux contes de fées. Quoique. Lorsque lui avait perdu Gil, ne s’était-il pas surpris à croire de nouveau aux lendemains meilleurs et aux happy-end ? Bref. Il ne lui en voudrait pas si elle se prenait pour Cendrillon. Vincent reporta son regard sur Heather qui, pour l’heure, avait l’air plus angoissée que particulièrement aux anges. Il se rappela qu’elle errait dans Sablier à la recherche de son petit frère disparu il y avait quelques heures à peine, et qu’elle avait entre temps appris qu’il était encore en vie, pour finir kidnappée par un illustre inconnu dont elle ne connaissait le nom que depuis dix minutes. Oui, il pouvait très bien comprendre son trouble, en fin de compte.

Elle avait appris qu’il était encore en vie, hein ? Imperceptiblement, Vincent grimaça. Il savait pourtant que mentir n’apportait rien de bon, si ce n’est qu’une tranquillité passagère avant que la vérité n’éclate. Un mensonge, c’était une bombe à retardement. Ca impliquait un compte à rebours, une marche lente mais implacable vers la vérité, si douloureuse fut-elle. En somme, construire une relation sur un mensonge, ça signifiait qu’elle était vouée à l’échec avant même de commencer. Et c’était exactement ce qu’il avait fait avec Heather. Il ne lui restait plus qu’à accepter que leur temps était compté avant que la jeune femme ne découvre de quoi il en retournait vraiment et ne se mette à le haïr, comme tous les autres. Vincent se demandait comment elle réagirait. Peut-être qu’elle pleurerait. Qu’elle hurlerait, lui cracherait tout son ressentiment au visage. Ou peut-être qu’elle se contenterait de tourner les talons sans lui décrocher ne serait-ce qu’un regard. Peut-être qu’elle serait en colère. Triste. Choquée, déçue. Qu’importe. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il n’en ressortirait rien de bon. Et s’il n’avait pensé qu’à Heather lorsqu’il avait ordonné à la servante de lui dire que Silver était en vie, il pensait maintenant à lui et s’en mordait les doigts. Ca l’emmerdait, mais il appréciait bien la gamine. Plus que la plupart des gens qui l’entouraient –ce qui, au vu du peu d’estime qu’il leur portait, n’était pas un exploit en soi- . Au début, il éprouvait seulement de la compassion à son égard : ayant perdu son frère lui aussi, il ne pouvait que la comprendre. Rien de bien méchant, en somme. Mais maintenant, c’était elle qu’il appréciait, et pas seulement son passé ou le fantôme de son frère.
Il haussa les épaules. Qu’est-ce qu’il foutait ? S’attacher aux gens de la sorte n’était pas dans ses habitudes. Autour de lui, les gens allaient et venaient sans vraiment s’attarder, de toute façon. Il ne pouvait pas la garder indéfiniment au manoir, et il ne faisait aucun doute qu’elle se lancerait à la recherche de son frère sitôt qu’elle le quitterait. Après, ma foi, il ne la reverrait sans doute plus. Il le savait. Ils n’étaient pas les héros d’un drame romantique, et dans le monde réel, une amitié entre un noble et une contractante illégale, ça ne s’était jamais vu. Ils appartenaient tous deux à deux mondes différents qui ne faisaient que se côtoyer momentanément, et se sépareraient à nouveau par la suite. Il le savait. Alors pourquoi est-ce que ça l’angoissait autant ?

- Faites nous porter une collation, lança-t-il aux deux servantes qui se trouvaient toujours derrière eux. Nous serons dans ma chambre, à l’étage.

Un salon aurait sans doute été plus indiqué pour recevoir une invitée, mais il se voyait mal demander à ce qu’on leur dresse une table au beau milieu de la nuit. Il haussa les épaules. De toute façon, il ne cherchait pas à impressionner je ne sais quelle jeune fille fortunée. Heather se ficherait sans doute pas mal de boire le thé dans un salon d’hiver ou dans une chambre d’aristocrate. Une fois l’ordre donné, il se retourna vers elle et lui adressa un sourire bienveillant, puis l’entraîna à sa suite. Ce ne fut qu’une fois arrivé en bas des escaliers du manoir qu’il percuta qu’ils allaient sûrement avoir un problème. Les soins prodigués à la maison de Fianna avaient beau être irréprochables, il ne s’agissait que de quelques compresses et non pas d’un quelconque sortilège qui réparerait les os brisés. Vincent secoua la tête. Quitte à donner dans le cliché, autant le faire jusqu’au bout. Sans préavis, il passa un bras autour des épaules de la jeune fille, l’autre autour de ses genoux, et la souleva doucement du sol. Puis il entreprit de gravir les marches, veillant à ne pas trop appuyer sur sa jambe blessée. Il n’osa pas se retourner pour voir la tête que tiraient les deux domestiques, mais ça aurait surement valu le détour.

- Tu sais, dit-il d’un ton amusé, les petits garçons ne le disent jamais, mais au fond, ils rêvent aussi de jouer les princes charmants.

Puis, une fois arrivé en haut, il déposa délicatement Heather au sol. Il se rappela de sa réaction lorsqu’il avait approché de trop près son visage du sien pour la menacer à l’orphelinat, et songea qu’elle devait être au bord de l’apoplexie en ce moment-même. Ou alors, elle s’était habituée à sa nature imprévisible et voyait ça comme une nouvelle bizarrerie de sa part. Dans tous les cas, il passait pour un dingue. Il étouffa un petit rire et décida de pousser le ridicule jusqu’au bout en esquissant une petite révérence et en lui indiquant l’entrée de sa chambre d’un geste de la main, à la façon d’un majordome.

- Après vous, mademoiselle, lui lança-t-il en souriant.

{Par que oui, Blondie avait envie de se prendre pour un prince charmant. /out Bon, il est une heure du matin au moment où j’écris ça, faut me pardonner. XD Et désolée, je viens de me rendre compte qu’en deux pages et quelques j’ai pas fait avancer grand-chose du rp. °^°}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
avatar


Féminin Messages : 221
Age : 22
Personnages préférés : Glen ~ Jack ~ Leo ~ Vincent ~ Gilbert ~ Break ~ Alyss

Feuille de personnage
Nom & prénom: Heather Taylor Crown
Nom du Chain : Akamae
Groupes: Contractants Illégaux


MessageSujet: Re: Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]   17th Juillet 2013, 11:29

Heather était calme. Mal-en-point, blessée, accompagnée par un noble détraquée, mais calme. Après l'incident de Sablier, elle croyait vraiment qu'elle ne reverrait jamais plus le soleil se lever, et Dieu savait qu'elle trouvait ça beau, un lever de soleil. Mais malgré la joie d'être toujours de ce monde, l'inquiétude avait réussi à se faire un petit place quand même. Outre le fait qu'elle soit en ce moment même au sein du manoir des Nightray, elle commençait sincèrement à se demander ce que Vincent lui voulait. Il aurait très bien pu la raccompagner chez elle plutôt que de prendre la peine -et le risque- de la ramener chez lui. C'est vrai qu'Heather pouvait être de bonne compagnie, mais il y avait forcément une raison pour qu'il l'ait amener ici, et contrairement à il y a quelques temps, elle n'est pas prête du tout à mourir. Si on l'avait vraiment amener ici pour la tuer, elle avait clairement demander à Akamae de la défendre et d'achever n'importe qui qui s'approcherait d'elle. Oui, se retournement de veste était soudain et peu habituelle chez Heather, mais elle n'avait plus autre choix que de partir définitivement à la recherche de son frère. Malgré le fait que la servante lui avait affirmée qu'il était passé par Fianna un jour ou l'autre, quelque chose, au plus profond de son âme, la mettait mal à l'aise par rapport à ça. Peut-être qu'elle sentait qu'un danger était proche de lui -ou bien d'elle- si bien qu'elle avait du mal à garder le sourire pour l'instant. Elle pensait trop. Elle se faisait du mal pour rien. Qu'elle profite un peu du moment présent bon sang ! Elle était encore en vie, non ? Elle était en sécurité, non ? Alors pourquoi se mettre dans un état pareil. Elle soupira en tournant la tête vers son Nightray. Elle aurait souhaité mille fois aborder le sujet, mais pourquoi venir ici ?

« Je croyais que toutes les petites filles rêvaient de jouer les princesses ? » lança t-il avec un sourire moqueur.

Ce serait donc ça la raison de sa présence ici ? Pour jouer à la princesse. Heather étouffa un rire nerveux. L'un comme l'autre savait bien qu'elle n'avait ni l'apparence d'une princesse ni la mentalité de celles-ci. Allons bon. Heather était une aventurière, pas une incapable qui voulait porter du rose à longueur de journée et qui connaissait par cœur le recueil des bonnes manières. Ce genre de vie ne l'intéressait pas, et elle se demandait vraiment comment les nobles de son âge faisait pour supporter cet univers d'hypocrisie recouvert par des paillettes. Elle visita son environnement d'un coup d'oeil rapide. Le hall était sobre mais élégant, comme ses habitants en fait. Elle fut interrompu dans ses observations par une énième servant qu'il avait fait appeler pour leur apporter des "collations". Il ne pourrait pas dire à boire, comme tout le monde celui là ?

« Nous serons dans ma chambre, à l'étage. »

Elle se stoppa net. Hey, oh ! C'était vrai qu'elle aimait bien le danger et l'aventure, mais là, c'était un peu trop. Non pas qu'elle avait peur de se retrouver seule dans une pièce avec lui, mais même si elle avait comprit que ce n'était pas quelqu'un de foncièrement méchant, il restait tout de même dangereux et bien plus puissant qu'elle. Peut-être qu'il allait mettre du poison dans son verre pour l'assassiner sans avoir à se salir les mains. Elle afficha une moue déçue ; depuis quand elle se permettait de juger les gens comme ça ? Son Chain avait-il réussi à corrompre son caractère naïf et doux ? Elle s'en voulait vraiment de mette en doute la parole et l'innocence de l'homme. Elle se mit à rougir de honte. Peut-être tout simplement qu'elle se méfiait parce que tout allait bien. Aucun risque, aucune fuite, rien. Juste rien. Elle avait le temps de savourer sa tranquillité, et c'était sans doute cela qui la perturbait autant. Et puis, alors qu'elle ne fait plus attention à ce qu'il l'entourait, elle se rappela qu'ils devraient se rendre à l'étage quand elle croisa l'escalier face à elle. Elle haussa les épaules ; ce n'était pas comme ci c'était un obstacle insurmontable de toute manière. Elle se reposera juste un peu plus sur son nouvel ami. Nouvel ami qui, visiblement, ne le voyait pas de cet oeil là et s'empressa de soulever Heather du sol pour la porter dans ces bras. Il ne fallu pas 2 secondes pour que son visage entier prenne une couleur rouge sous des yeux tout écarquillés de surprise. Comment, Ô grand comment pouvait-on être aussi bizarre alors qu'on vivait dans un endroit aussi puant de normalité.

« Tu sais les petits garçons ne le disent jamais, mais au fond, ils rêvent aussi de jouer les princes charmants. »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Past ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vaut mieux pas sortir de chez soi, parfois. [PV Vince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Manoir Nightray :: ♠ Hall & Couloirs-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit