AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Rappel toi encore une fois de moi [ Pv Arsène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Féminin Messages : 403
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Rappel toi encore une fois de moi [ Pv Arsène]    11th Novembre 2012, 13:48

Tôt. Vraiment trop tôt. Toujours trop tôt. Pourquoi, fallait-il toujours qu’elle soit obligée de se réveiller aussi tôt ? Les matins pour elle, cela arrivait toujours trop vite. Elle se souvenait encore parfaitement, de la sensation de bien être qu’elle avait ressenti lorsque son lit l’avait attiré. Lorsque Morphée avait bien voulu d’elle dans ses bras. Puis, pour une fois, elle n’avait pas fait de rêve trop tumultueux. Cela faisait de toute façon, plus d’une semaine qu’elle n’avait pas fait de mauvais rêves. Après, tout c’était aussi la durée, pour le fait qu’elle n’ait pas encore eu de mission bien intéressante. Trier des papiers c’était bien, mais elle n’était pas non plus une secrétaire. Ni, seulement faire des rapports. En même temps, le malheur avait pris l’habitude de s’infiltrer dans son corps pendant ses missions sur le terrain. Surtout celles, avec des contractants illégaux. Généralement, elle finissait avec une blessure plus ou moins profonde. La dernière en date, était une large coupure dans la cuisse. Un jour, elle aurait des cicatrices partout. Un œil en moins, et avec de la chance, seulement un bras. Elle attirait les rires de son Chain qui lui attaquait toujours à distance. Il était vrai, qu’elle n’était pas vraiment chanceuse depuis qu’elle avait voulu provoquer le destin. Mais ça, c’était une autre histoire.
Ce qui était plus ou moins intéressant, était le fait qu’elle avait parié intérieur, pour savoir qui allait la réveiller. John Doe , cette petite boule de poil qui semblait comprendre que jamais rien n’allait pouvoir lui arriver de la part de la demoiselle aux yeux bleus. Puis, de l’autre côté, il y avait son Chain, son compagnon de combat, qui allait se prendre deux ou trois insultes bien placées pour un simple réveil. Oui, dans l’appartement de la demoiselle, il y avait des préférences. Mais de grosses préférences. A croire qu’il est rapide de choisir entre un Chain sentant l’Abysse à plein nez, et un chaton remplis d’affection. En attendant, elle avait pris sa douche, et avait longuement hésité entre mettre son uniforme ou une tenue de ville normale. Choix difficile en somme. Puisqu’elle ne voulait pas se faire remarquer en traversant toute la ville par les Chains. Mais aussi, parce qu’elle devait interroger un imbécile, qui c’était fait prendre avec un contractant illégal. Le souci, c’était qu’apparemment, le contractant n’avait pas survécue très longtemps. Seul son acolyte avait l’air d’encore être en vie. Bien évidemment, la seule personne que l’on avait trouvée à engager pour faire le travail, était Michiyo. Après tout, c’était la chose la plus intéressante qu’elle pouvait faire. Elle ne devait surtout pas se plaindre. Non et non. Sinon, elle risquait de se prendre une balle perdue quelque part. Autant ne pas trop forcer le destin.

Finalement, elle avait réussi à choisir. Ce serait tenue normal. Que les membres supérieurs soient d’accord ou non. Après tout, c’était bien plus confortable. Ayant choisie une paires de bottines noires avec un pantalon blanc et un pull en maille noir assez long. Ses cheveux étaient détachés et l’une des mèches cachait l’œil droit de la demoiselle. Devant cette vision, elle ne put se retenir de sourire. Cela lui rappelait quelqu’un. Attrapant une veste noire, elle sortit rapidement de son appartement. Fit quelque signe à sa propriétaire pour lui souhaiter une bonne journée, tout en ayant quand même, cachée ses clefs sous le pot de fleurs. Elle était certaine de les perdre sinon. N’ayant même pas pris la peine de prendre un petit déjeuné. Elle avait, comme toujours trop prit de temps pour se préparer et n’avait pas vu l’heure. Ce qui voulait dire qu’elle était en retard. Non pas que c’était un problème habituellement. Mais juste, qu’elle devait vraiment interroger ce suspect et qu’elle n’avait pas le choix. Alors, elle se mit à courir. Le seul souci était l’épée qu’elle portait à la ceinture. Quelle bonne idée avait-elle encore eu de s’acheter cette arme. C’était pratique au combat certes. Mais pas dans une course contre la montre. Elle tombait, encore et toujours. Cinq minutes de retard. Assez essoufflée mais elle était enfin arrivée. Dit dont, Pandora ce n’était pas la porte à côté.

Soupirant une première fois, elle entra dans le grand bâtiment tout en remettant tout en ordre sur elle. Peut-être qu’avec de la chance, ce n’était qu’une erreur, que cet homme, ni était pour rien, et qu’elle pourrait terminer tranquillement la journée, en dépensant l’argent que lui donnait Pandora. Passant se chercher un verre d’eau, elle se dirigea tranquillement vers les salles d’interrogations. Ce qui était apparemment certain, c’était que le jeune homme ne faisait pas parti des Baskerville, sinon, quelqu’un autre s’en serait occupé. Et aussi, que les membres n’avaient pas bien faire leur travail. Puisqu’elle n’était même pas au courant de son nom, prénom, âge. Ils voulaient vraiment faire autre chose apparemment. Autant laisser le travail à Michiyo et son mauvais caractère. Avalant la moitié de son verre elle s’arrêta devant une porte. Deuxième soupire. Elle n’était pas accompagnée de son Chain, mais d’après les dire, l’homme n’avait pas l’air très dangereux. Donc, il n’y aurait peut-être aucuns problèmes. Poussant la porte doucement, elle entra d’un pas déterminé, avant de s’asseoir sur la chaise en face du « coupable » tout en posant son verre sur la table. Sans lever la tête du dossier qu’on lui avait confié. Elle laissa les mots franchir doucement la barrière de ses lèvres.

« Bon écoute, plus vite tu répondras aux questions sans mentir. Plus vite tu seras relâché. Alors, par pitié, fait ça correctement, que l’on puisse être tranquilles tous les deux. »

Pour le moment, elle était la gentille, mais en fonction des réponses que pouvaient lui donner son vis-à-vis. Son caractère pouvait très vite changer. Après tout, elle n’aimait pas le mensonge, et ne trouvait pas l’intérêt. Tout, comme la tromperie. Autant jouer carte sur table. Plus vite il répondrait, plus vite elle pourrait faire autre chose. Alors, elle leva la tête de ses papiers et ses yeux se posèrent sur le jeune homme. Plus jeune qu’elle à première vue. Des cheveux verts surtout. Genre verts comme l’herbe apparemment. Elle tenta de garder son visage calme, mais quelque chose avait l’air de la chagriner. Elle connaissait ce regard. Ces yeux et surtout ses cheveux. Ainsi que cette silhouette. Pourtant, elle ne prononça pas un seul mot là-dessus. La seule raison, étant le fait qu’elle ne savait jamais, si ses impressions de connaissances étaient fondées sur ses propres souvenirs, ou sur les souvenirs d’anciens contractants morts au combat. Jamais, elle ne pouvait être certaine. C’était pour cela qu’elle notait tout ce qui se passait, les actions, les sentiments et surtout les rencontres dans plusieurs petits livres. Pour pouvoir faire le tri sélectif dans ses souvenirs. En attendant, ce jeune homme lui disait bien quelque chose. Fallait-il seulement, qu’elle arrive à faire le tri à l’intérieur de sa mémoire et de sa tête, pour savoir si oui ou non. Il était une de ses connaissances, ou simplement un souvenir volé bien inutile de plus.


[Voilà, ce n'est pas très bien comme premier poste... J'espère que ca ira Smile]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com

Invité



MessageSujet: Re: Rappel toi encore une fois de moi [ Pv Arsène]    13th Novembre 2012, 02:56

Il s'était fait avoir cette fois... Et bien c'était vraiment le genre du voleur n'est-ce pas ? FAUX, il ne s'était jamais fait prendre et cette fois n'était pas encore la bonne. Il avait été prit à tord comme à chaque fois … Mais bon, personne ne le croyait, comme de juste... Mais bon. A chaque fois c'était la même chose. Une personne normale n'aurait rien eut, stop à la discrimination. Et alors il était différent, et ça tout le monde était craintif de ses cheveux, de pauvres cheveux verts comme l'herbe. S'il avait été blond personne ne lui aurait demandé ce qu'il faisait là et pourquoi enfin …

Arsène n'était pas le genre de personne qui fait peur en vérité. Charmeur, près à tendre la main à la première âme qui avait besoin d'aide la journée. Seulement, la nuit était bien plus triste pour les autres gens. Il devenait tout autre, un double, un autre. Arsène, mon beau … Il devenait Arsène Lupin, le cambrioleur, le voleur … Grave ? Peut-être ? Mais pas pour lui, il se formait sa retraite. L'année prochaine sûrement, il aurait de quoi finir sa vie sans jamais rien voler. Mais le vol, c'était sa vie, une sorte de passion. Alors pourquoi vouloir lui enlever … Vraiment c'était inutile … C'était comme retiré son hochet à un bébé, pourquoi vouloir le faire pleurer inutilement. Arsène n'était plus un môme c'est vrai mai bon … Il ne pourrait pas vivre sans le vol c'était comme ça. Il avait tant fait pour arriver au niveau qu'il avait aujourd'hui …

▬ FLASH BACK •


Dans son mode, en train de rêvasser comme un enfant, Arsène tenait sa tête avec la paume de sa main, griffonnant le plan du rez-de-chaussée d’une maison qu’il devait voler ce soir… Avec un petit plan de sortie et d’entrée, comment il allait sortir les meubles, les tableaux et toutes autres choses ? Souvent quand son voisin de table regardait ce qu’il faisait, il demandait à Arsène ce qu’il faisait, ce dernier répondait qu’il faisait un plan pour le scénario de son roman. C’était une réponse basique qui passait à chaque fois.

Puis, une sonnerie au son fortement aigüe vint agresser les délicates oreilles du jeune homme à la chevelure vert clair… Elle sonnait la fin du cours, la fin de la journée, le début de ses affaires en tant qu’Arsène Lupin et non en tant que Aaron D’Andrésy. S’en était fini de jouer l’aristocrate. Laissant plusieurs personnes sortir de la classe avant lui pour ne pas paraître suspect, il rangea doucement ses affaires, mais garde son plan qu’il plia en plusieurs bouts avant de le glisser dans la poche de son uniforme. Il n’était pas vraiment prêt, mais bon… Une mèche de cheveux semblât lui tomber devant les yeux en la remettant en place, il repensant à comment ses cheveux bond était devenu vert… Une expérience de son cousin Louis qui avait tout bonnement changé sa couleur de cheveux… Il devait avoir deux ans et c’était quand il pouvait dire qu’il s’appelait Arsène Lupin sans craindre de se faire arrêter… Mais aujourd’hui c’était bien différent, il devait garder on prénom secret… Au cas où une personne connaîtrait sa réputation… Mais aujourd’hui qui ne connaissait pas sa réputation, tous les journaux en parlaient, c’est d’ailleurs en milieu de cours qu’il avait parlé avec son camarade de lui, il avait sorti un journal qui parlait de son larcin d’il y a deux jours… C’était intéressant de savoir les répercussions de ses vols. Il était pourtant prévenant en ne casant rien du tout et laissant même un mot pour dire ce qu’il avait volé… C’était admirable de la part d’un voleur tout de même… Il était à la fois honnête et gentil homme une qualité ne ce pas ?

C'est plus tard dans la soirée qu'il s'était rendue sur les lieux de son prochain vol. Réussit comme toujours. Il était si merveilleux. La maison était grande, il avait pourtant décidé de rentrer plutôt, plutôt que de rester avec Ulrick et ses pairs pour fêter ce bon vol sans aucune interruption ou autre. Il marchait dans une rue sombre de la capital comme toujours … Quand des grands bruits, de grands fracas résonnaient de loin. Premièrement, il n'avait pas eu envie de s'approcher, après il voulu en savoir plus. Ensuite il couru vers l'endroit d'où venait ses bruits. Manque de chance au tournant d'une ruelle, il se fit immobilisé par un agent de Pandora, une clé de bras, quoi de mieux. On lui demanda ce qu'il faisait ici, il avait refuser de répondre, on l'avait trouvé suspect … On l'avait envoyer au trou … Recommence encore Arsène.

• FLASH BACK ▬


Et maintenant ? Il était là comme un con à attendre un autre agent pour un interrogatoire. C'était le comble, vraiment … Faire attendre le roi des voleurs ? Il en ria un peu avant que la porte ne s'ouvre. Visiblement de mauvaise humeur, l'agent était bien de mauvaise humeur. Mais c’était une femme il serait agréable. Pourtant en la regardant il eu un déclique.

Des cheveux bleus comme le firmament … Les eaux aussi clairs que l'eau pures des sources. Elle lui ressemblait en tout point, c'était forcément elle non ? En tout cas, elle avait étrangement changer, c'était heureux de voir qu'une gamine qui était pauvre avait pu évoluer pour devenir un belle femme et un agent de Pandora. Enfin, elle s'assit :

« Bon écoute, plus vite tu répondras aux questions sans mentir. Plus vite tu seras relâché. Alors, par pitié, fait ça correctement, que l’on puisse être tranquilles tous les deux. »

Il soupira alors qu'elle commença à le fixé. Fixant son regard émeraude dans le sien, Arsène ne se décida pas à prendre la parole... Il n'avait pas peur, mais elle voulait qu'elle fasse le premier pas mais il était trop brusque … Oh pi merde … Calant son menton dans la paume de sa main, il déclara ennuyé …

« - C'est comme cela que tu parles à l'ami qui t'as accompagné durant un an et demi environ ? »

Il sourit un peu … Non pas gêné mais heureux en faite. Ils avaient changé tout les deux.


Spoiler:
 

edit staff: Pas de blockquote.
Revenir en haut Aller en bas


Féminin Messages : 403
Age : 22
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Rappel toi encore une fois de moi [ Pv Arsène]    16th Novembre 2012, 08:48

Parfois, on se posait des questions. Plus ou moins idiote selon le degré de pertinence. Le problème lorsque l’on parle du degré de pertinence, c’est que l’on ne sait pas à quel niveau il peut se trouver en fonction de la personne avec qui l’on converse. Effectivement, celui ayant la mauvaise habitude de varier comme le cours de la bourse en fonction des moments, de la personne, de ses sentiments, ses points de vues, son caractère et tellement d’autres facteurs, qu’il deviendrait impossible d’être capable de tous les prendre en compte. Pourtant, certaines questions pourraient mériter d’avoir une considération supérieure à d’autre. Comme le fait de se demander comment serait-il possible de réduire de moitié la faim dans le monde voire même la pauvreté. De savoir comment il serait possible de donner un logement à tout être vivant. Tout être normalement constitué aurait du se poser au moins une fois la question. Histoire de savoir, si oui ou non, notre petite personne serait capable de trouver des raisonnements légèrement logiques à ce genre de questionnements. Il semblait évidant que s’intéressait à la faim dans le monde serait le « sujet » de conversation voire même la question existentielle pour réussir à capter son entourage lors de ces soirées mondaines pour nouveaux riches capitalistes et ainsi attirer leurs faveurs. Sans compter sur le fait de pouvoir obtenir quelques compliments, flattant indéniablement l’égo surdimensionné de certaines personnes. Après tout, qui ne s’est pas senti bien, après un compliment sur sa tenue, son intelligence, sa beauté et peut-être d’autres dons cachés dans la même soirée ? Le seul fait, étant que nous parlons de Michiyo. Michiyo cette jeune femme qui met à point d’honneur à ce que l’on puisse la remarquer même à travers une foule, mais aussi, à ne pas tomber dans la normalité. Certes, elle trouvait cela bien malheureux que tout le monde ne puisse manger à sa faim. Dormir dans un bon lit. Mais pour la demoiselle, la question existentielle était ce qu’elle allait manger le soir. Ou dans quel état allait-elle retrouver sa chambre en rentrant, parce qu’elle avait osé laisser les clefs à Michael. Tant de question qui divergeaient de la véritable utilité du mot « existentiel ». La question, qui marquait un certain degré de pertinence dans l’esprit de la demoiselle sur le moment, était de savoir comment ce gamin, tout maigre et qui ne devait pas manquer de rapidité, a pu se faire attraper par ce fameux membre de Pandora, qui n’était même pas capable de courir. Soit, il n’était pas vraiment intelligent et débrouillard, soit il lui était tombé dessus comme une fleur, et n’avait plus qu’à l’attraper. Franchement, lorsque l’on connaissait un tant soit peu ce fameux membre, on pouvait en rire pendant des heures. Sauf que Michi, ne riait pas. Non, loin de là. Elle dévisageait le jeune homme sans retenu en cherchant à savoir, comment elle le connaissait. Ce qu’elle allait bien pouvoir faire de lui et comment il allait s’en sortir.

Parce que oui, se trouver face à Michiyo, se pouvait être une chance, ou de la malchance. Chance dans le sens où elle pouvait être pressée de repartir et de faire autre chose, donc elle prendrait son témoignage. Le laisserait partir. Puis, rendrait le dossier aux archives. Dans ces cas là, un autre membre viendrait à comprendre que quelque chose peut clocher et un membre sur le terrain irait le cueillir une nouvelle fois. Dans le cas contraire, cela pouvait être une question de malchance, parce qu’elle ne ferait pas preuve de patience. Lui enverrai toute son impatience au visage pour qu’il se dépêche de tout avouer. Ne lâcherai pas le morceau aussi facilement. Michiyo était le ying et le yang en même temps. Parfois, son propre Chain, ne comprenait pas comment un être humain comme elle, pouvait avoir des réactions différents, dans une situation pourtant semblable en tout plan. Et là, c’était le cas. La jeune femme aux yeux bleus ne savait toujours pas quelle position elle allait adopter. Vouloir le laisser partir, parce qu’elle n’avait rien d’autre à faire ? Ou alors le tenir jusqu’à ce qu’il décide enfin à parler. Cela pouvait durer bien des heures. S’il venait à résister à son caractère ou à ses sourires enjôleurs, elle reprendrait un lien avec son Chain, pour que celui-ci vienne farfouiller un peu dans son esprit. Voilà, c’était soit il parlait de grès, soit de force. Mais le silence ne semblait pas vraiment permis. Puis, elle s’était assise. Son clan avait été choisi. Aujourd’hui, elle allait le relâcher vite et laisser le boulot aux membres qui étaient de terrain cette semaine. De toute façon, elle ne pouvait pas courir. Alors, autant le laisser gambada comme un petit lapin dans la nature. Dans le pire des cas, où lui-même serait contractant, il se retrouverait très rapidement dans l’Abysse. La chose semblerait alors régler.

Ce fut à ce moment précis qu’il se permit de répondre. Après avoir soupiré en plus. La jeune femme arqua un sourcil. Pour qui se prenait-il ? De une, ce n’était qu’un gamin. De deux, il n’était pas en position de force. De trois, elle était de très mauvaise humeur et donc pouvait appeler d’autres membres pour qu’il se fasse emmener dans des pièces beaucoup moins amusantes qu’une salle d’interrogatoires. Pourtant elle écouta ses paroles. Déclarant qu’apparemment, ils se connaissaient et qu’ils avaient partagé un an et demi de sa vie. Le visage de Michiyo devint d’un coup beaucoup plus perplexe. Seulement parce qu’elle n’avait qu’un vague souvenir de cette personne. Donc, qu’elle ne savait pas si ce souvenir venait d’elle ou d’un autre individu. Mais aussi, parce qu’elle n’avait pas de petit ami en date avec les cheveux verts. Juste une forme étrange dans son esprit. Jouant alors la carte de la sûreté, elle se décida à ne rien dire du tout sur ce sujet. En attendant, elle prit un air un peu plus détaché en finissant son verre d’eau.

« Ecoute petit, tu dois te tromper de personne. Contente-toi de répondre à mes questions. Invoquer un passé qui n’a peut-être jamais existé, ne t’apportera rien de bien. »

C’était la Michiyo habituelle. Celle qui ne se montre pas vraiment sous son vrai jour. Ses yeux ne voulaient trahir aucun sentiment. Son ton était plutôt distant. Elle ne souriait pas beaucoup, voire pas du tout surtout. Mais écoutait et observait les attitudes des autres. Histoire d’en retirer le maximum d’informations. Elle ne montrait pas vraiment qu’elle avait des doutes sur sa connaissance avec ce jeune homme. Mais sur le moment, elle voulait avoir les informations qu’elle allait demander. Jouer la carte de l’inconnu ne semblait pas mauvais. Puis, au moment où elle voulu une nouvelle fois parler, la porte s’ouvrit et l’intrus entra. Le regard bleu de Michiyo se déplaça vers la personne, pendant que celle-ci venait déposer un dossier, non deux, juste devant la jeune femme en lui accordant un sourire. Elle avait complètement oublié qu’elle était passée demander plus d’informations sur l’altercation et sur le contractant illégal qui avait amené le jeune homme à se retrouver en face d’elle.

« Voici les dossiers que tu m’avais demandé Michiyo. On a réussi à trouver des informations sur le contractant, mais rien sur le bonhomme que tu tentes d’interroger.
-Merci, je te revaudrai ça un jour Paul ».

Puis dans un dernier sourire envers la demoiselle, il quitta la pièce. Baissant les yeux pour feuilleter les maigres dossiers qu’elle avait. Laissant le silence planer légèrement. Elle devait connaître toutes les informations pour ne pas disposer ses cartes trop vite. Pour ne pas se laisser avoir par l’enfant qui se trouvait devant elle. Soupirant une première fois, ou peut-être une deuxième, elle passa la mèche qui cachait son œil droit derrière son oreille afin de bien observer l’enfant. Oui enfant ou adolescent, car ce n’était pas parce qu’elle avait l’air d’une jeune adulte, qu’elle en avait l’âge. Apparemment, pour elle, toute personne étant plus jeune qu’elle, était un enfant. Léchant légèrement ses lèvres pour les humidifier, elle laissa sa voix plutôt dure se faire entendre dans la toute petite salle dans un léger sourire.

« Bon jeune homme, si tu ne veux pas finir dans l’Abysse comme ton ami le contractant ou tout simplement six pieds sous terre, je te conseille une dernière fois de me répondre. On va commencer tout simplement d’accord. Quels sont ton nom et ton prénom ? Pas trop difficile j’espère ? »

Il se trouvait qu’il y avait deux Michiyo. La Michiyo avec un peu de remords se trouvant sur le terrain, et la Michi un peu plus froide se trouvant dans une salle d’interrogation. Pas de chance pour lui, elle voulait des réponses et de bonnes réponses soit dit en passant. S’il avait eu la chance de la connaitre auparavant, donc certainement avant son pacte avec Michael, là où elle n’avait pas encore forgé son caractère actuel, il allait malheureusement pour lui se heurter à un mur. Un mur solide de mauvais caractère. Pas de chance, il allait devoir s’adapter.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rappel toi encore une fois de moi [ Pv Arsène]    Aujourd'hui à 14:07

Revenir en haut Aller en bas
 

Rappel toi encore une fois de moi [ Pv Arsène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ QG de Pandora :: ♠ Bureaux & Autres Salles-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit