AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 La clef des songes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 352
Age : 23
Personnages préférés : Leo Baskerville, Elliot Nightray, Oz Bezarius, Xerxes Break
Double comptes : Edwina Phantom

Feuille de personnage
Nom & prénom: Barma Kurna
Nom du Chain : Spyt !
Groupes:


MessageSujet: La clef des songes    7th Septembre 2012, 08:00

« J’entends le murmure des secrets cachés de l’homme et même du monde »

Une drôle de parole, comment peut on entendre les secret que l’homme cache en lui sans le connaitre ? Mais aussi comment peut-on connaitre ceux d’un monde, alors que la conscience qui sait n’existe pas chez lui. Pourtant ce don existe, sur sept milliards de personnes en tout, une personne le peu. Une chance qui sait, donnée par dieu ? Une malchance donnée par le diable aussi, car l’avidité de l’homme fait qu’un don pareil peu le rendre fou. Beaucoup souhaite avoir ce don particulier pour lui seul, être le seul à savoir tout les secrets et atteindre le rend de presque dieu. C’est le rêve de tout homme, être en haut de l’échelle loin des problèmes, et vivre sa vie éternellement. Peu importe les moyens, peu importe les pertes, l’homme n’est que sans cœur, n’est qu’un monstre qui se croit supérieur. Ce don si particulier c’est retrouvé dans le corps d’une jeune fille, sans permission de celle-ci. Sans même le savoir cette fille si discrète, si peu connu, aller devenir le centre d’intérêt de tous, juste car le hasard en a décidé. Notre histoire commence par un jour de pluie, dans un orphelinat comme les autres perdu dans une ville trop bruyante et si peu accueillante.



Le crépuscule commence à prendre place sur cette ville, engloutissant la lumière du jour. Des enfants joues tranquillement dans les chambres offertes par cet endroit qui doit leurs donner de l’amour de parents qui n’ont peut être jamais existé. Alors que des enfants jouent tranquillement, une jeune fille avance avec une panière remplis de linge. Ses mains tremblent sur le poids de ce panier bien lourd, puis il finit par tomber. La jeune fille ramasse sa bêtise sur le sol rapidement avant de se faire attraper, ce qui est bien sûr trop tard.

-Tu n’es pas possible ! Tu as encore fait tomber le linge repassé ! Tu es une véritable empotée quand tu t’y mets !
-Désolé madame la directrice, le panier m’a glissé des mains.
-Pour la énième fois…
-Oui mais pas grave, je le repli ! Au fait j’ai ouvert le chauffage car vous disiez avoir froid ! dit elle avec un grand sourire
-Je n’ai jamais dit que j’avais froid. Dit-elle avec de gros yeux.
-Pourtant j’ai le souvenir que vous l’aviez dit.
-Pas grave, tu as bien fait j’avais vraiment froid…

La jeune fille termine le pliage et va ranger sa bêtise après avoir offert un autre sourire à la femme qui d’après le nombre de rides à bien vu le temps défiler. Beaucoup de murmures ce font sur cette fille au sourire presque ineffaçable, comme quoi elle devine tout ce qu’une personne cache. On la considère comme une bizarrerie, un être différent de tous un peu dans son monde. Elle n’a jamais quittée l’orphelinat alors qu’elle en a l’âge. Mais cela n’a pas de raison de quitter un lieu où on ce sent bien non ? Pourtant il le faudra bien un jour…

« Quand tu auras fini de ranger le linge. Pourras-tu aller acheter le pain avant que les boutiques ferment » Dit une femme forte vêtue d’un tablier.

La demoiselle hoche la tête et se dépêche de tout ranger avec du mal et ferme l’armoire. Elle regarde par la fenêtre et voit que la pluie commence à tomber. Cela ne lui plait guère, mais bon elle doit aller chercher ce pain pour le diner. La demoiselle enfile un manteau saisit un parapluie et sort sous cette pluie qui se voit grossir de plus en plus. Le temps n’est pas à la bonne humeur, mais bon, il ne faut pas déprimer et donc la jeune fille avance en quête d’une boulangerie encore ouverte malgré la nuit et le froid qui plane. Par chance l’une est encore ouverte, enfin prête à fermer donc la demoiselle court et rentre vite en perdant presque l’équilibre.

« Bonsoir ! Il vous reste du pain ? »Dit elle avec beaucoup d’espoir.

Le boulanger un peu gêné en regardant toute les panières de pain vide, se gratte le haut de la tête. Il ne veut pas la vexer, mais lui mentir serait un peu gros.

« Ce n’est pas grave, je vous en veux pas ! Bonne soirée ! » dit elle en s’en allant

Le boulanger n’a rien pourtant cette jeune fille a pertinemment devinée, encore ce sois disant don qu’elle possède ? Bref la jeune fille court sous cette pluie qui tombe à grosses gouttes et cherche ce pain tant convoité. Après une bonne demi-heure de course, elle trouve le pain, mais qu’elle a du payer hors de prix, ces marchands profitent vraiment trop quand on est désespéré. Mais pas grave la demoiselle garde son sourire imparable et avance en protégeant le pain de cette pluie battante. La marche continue, la jeune fille regarde un peu partout curieuse de voir ce qui se cache dans les rues à cette heure là. Mais, une odeur particulière vient lui chatouiller le nez et lui stop sa recherche. Une odeur de brulé qui pique beaucoup le nez. Elle regarde partout et voit de la fumée vers un endroit qu’elle connait bien que peu. Elle court le plus vite qu’elle peut et voit sa maison de fortune, enfin le lieu où elle habitée prendre feu peu à peu. La demoiselle voit de l’agitation dans le bâtiment, il est plein, paniquée par cette situation elle regarde partout et essai en premier d’ouvrir la porte pour les sortir, mais elle semble fermée de l’intérieur. Désespérer, elle essai d’enfoncer la porte du mieux qu’elle peu. Elle force, elle ne faibli pas, elle fait tout ce qu’elle peut. Après s’être pris plus de coup avec cette porte que l’avoir enfoncée, elle essai d’ouvrir les volets, mais étrangement un cadenas est dessus.

« Que.. ? »

Elle ne comprend pas pourquoi il y a des cadenas sur les volets, elle essai de tirer dessus, le tortille presque en larme entendant les cries qui sort du bâtiment. Par chance les pompiers arrivent enfin, elle sait bien que les voisins aller appeler pour le feu. L’un d’eux la saisit et la recule du bâtiment, malgré le fait qu’elle se débat toujours sur ce volet qu’elle frappe pour l’ouvrir et où les écharpes du bois ce sont plantées dans ses mains. Les vieux volets eux même ne veulent pas qu’elle rentre, le pompier lui retire les écharpes et soigne ses blessures et la couvre, car la pluie n’a toujours pas cessée. Le regarde vide la jeune fille fixe le bâtiment qui s’éteint peu à peu. Celle-ci se lève et avance après quelques minutes que les pompiers ont pu pénétrer les lieux et aborde l’un d’eux qui est sortie.

« Est-ce…est-ce qu’il y a….des vivant ? » dit elle d’une petite voix faible.

Le pompier la regarde et lui fait signe de reculer et de retourner vers son lieu de repos le temps que cela ce calme. La jeune fille le fixe presque en larme, puis d’un coup une parole étrange résonne dans sa tête, une voix qui ne semble n’être qu’entendu par une personne qu’est la jeune fille.

« Tu veux savoir l’a vérité, voir ces secrets dans l’ombre ? Laisse moi te la montrer mon maitre. »
« Maitre ? » dit-elle surprise en regardant partout.

D’un coup la jeune fille ressent comme une chaleur dans le dos, une ombre apparait devant elle comme si une lumière dans son dos c’est allumée. D’un coup la jeune fille ne bouge plus et fixe l’homme qui fait son travail quoi que surpris par cette lumière passagère. La demoiselle ne voit plus ce qui a devant elle normalement. C’est une scène, une sorte de cinématique fragmentée, elle se voit à la place de l’homme qui découvre des corps calcinés, d’autre qui semble aussi inerte que ses voisins. Alors qu’elle voit la scène morbide que cache ce lieu, la jeune fille pose ses mains sur sa tête et pousse un hurlement de frayeur face à tout cela.

« Arrêtez ! Je ne veux pas en voir plus stop ! »

Le pompier recule surpris de son comportement soudain. Il la voit après tomber en arrière et la saisit avant. Il lui demande si tout va bien et fait le protocole pour voir si son état de santé va bien. L’homme accuse le temps et de ce qui c’est passé, elle est en état de choc pense t-il. La demoiselle ne comprend rien de ce qui c’est passé, elle semble retrouver ses esprits, mais pendant un moment elle a vu ce que cet homme à vu dans le bâtiment. La jeune fille se fait après emmener dans une ambulance pour faire plus d’examen pour vérifier si elle est apte de rester seule. Alors qu’on la monte dans l’ambulance et qu’elle voit le bâtiment qui la vu grandir s’éloigner peu à peu, elle remarque qu’une voiture noire les suit. Peut être des gens qui rentrent chez eux ? Peut être des curieux ? Des journalistes ? La demoiselle veut bien le savoir et réentend cette voix presque susurrée. Encore ce mot maitre ? D’un coup elle se voit à la place à l’arrière de cette voiture, il semble être trois, il parle de l’ambulance semble t-il. D’un coup l’un à l’avant sortie une sorte de long bâton, non… Ce n’est pas un bâton c’est :

« Une arme ! » dit-elle en faisant de gros yeux.

La jeune fille retrouve ses esprits encore, est-ce le fruit de son imagination ? La fille panique dans l’ambulance et se lève un peu et regarde par la fenêtre derrière. Elle voit encore la voiture mais cette fois, l’homme qu’elle a vu sort de la fenêtre de ce véhicule et pointe ce qu’elle a bien vu. La demoiselle se baisse par réflexe et ce met en boule. L’instant qui suit elle entend des coups de feu être tirés. De nombreux coup de feu peu à peu qui troue toute l’ambulance. Bien sûr les ambulanciers fur touchés et l’ambulance touche un mur vu qu’il n’y a plus de conducteur. La demoiselle fut secouée au choc du véhicule au mur. Celle-ci décide de sortir sans réfléchir et tombe sur trois personne armées et qui la fixe. Elle recule avec de gros yeux qui se dessinent sur son visage voyant ses hommes vêtues de noir et lunette noires pour masquer leurs yeux. L’un d’eux saisit la chevelure de la demoiselle avec un sourire.

« La chevelure du démon et le regarde pure du ciel, une peau blanche donné par les anges, telle sera l’apôtre des secrets. L’innocence du paradis et la curiosité des enfers on crée cette être qui vivra en cette apôtre »

C’est parole dit doucement à la jeune fille apeurée, ne comprenant rien de ce qui ce passe. Apôtre de quoi ? Qui ? Quoi ? C’est tout ce qui vient en tête à la jeune fille, elle ne comprend rien de ce qui arrive. L’homme lui tire les cheveux pour la faire monter dans ce véhicule. Mais par chance l’ambulance avec leurs équipement dedans, une explosion arrive et surprit quelque peu l’homme qui la tient. La demoiselle en profite alors qu’il a lâché un peu prise pendant ce moment pour fuir. L’homme énervé ordonne aux deux autres de la poursuivre. Paniquée ne comprenant rien la jeune fille court, c’est tout ce qu’elle peut faire. Mais d’un coup alors qu’elle se pose beaucoup de question son dos s’illumine se qui la surprend beaucoup et ce qui n’est pas discret dans une fuite. Elle entend des voitures, des pas lui courir après, la pluie qui la trempe complètement. La demoiselle glisse sur le sol froid à moitié en pleure, tremblante, perdu dans toutes ces histoires. Mais il ne fallait pas rester fixe, elle voit un bâtiment peu commode, mais bon c’est ce qui reste pour se cacher. Elle avance et rentre dedans et se cache dans une pièce et se recroqueville sur elle-même. La jeune fille réfléchit difficilement, car la panique de ce faire prendre ne l’aide pas du tout.

Le temps passe, la demoiselle ne sait pas combien de temps c’est passé. Elle est gelée, elle tremble, elle ne comprend toujours rien.

« Qu’est ce qui se passe ? C’est quoi ces histoires ? »

D’un coup la lumière revient dans son dos et cette voix revient, toujours susurré, toujours ce mot maitre qui revient sans cesse.

« Sa suffit ! » hurla t-elle

La voix disparait et la lumière aussi. Elle pousse un soupir de soulagement, enfin ce n’est qu’un bref moment de soulagement. Elle se lève difficilement et avance dans ce bâtiment qui semble désert. La demoiselle regarde partout mais pas grand-chose, tant mieux on va dire s’il n’y a rien. La perdue essai de ce réchauffer un peu malgré sa tenue trempée. D’un coup elle eu comme un pressentiment d’être suivi et accélère un peu la marche, mais glisse et tombe la tête la première. Elle se frotte le front qui est douloureux. Mais d’un coup, elle sent une main se poser sur sa bouche et qu’on lui saisit le bras.

« Des cheveux orange, des yeux bleu, une peau pâle, tu dois être la personne que tout le monde cherche. »

Les yeux de la rouquine se grossissent qui se dit que c’est la fin. Elle essai de se débattre quand même, mais la personne lui tient bien le bras et lui serre très fort. La jeune fille pousse un crie de douleur devant la force de l’homme qui la soulève et l’emmène. Il la descend dans le sou sol.

« Vous voulez quoi ? S’il vous plait lâchez-moi, laissez moi ! » Dit-elle en pleure

L’homme sourit et lui lâche le bras. Celle-ci recule effrayée, elle regarde l’homme à la chemise bleu qui porte aussi des lunettes noires et une veste noires. Il ressemble à ces types qui la poursuivent aussi, que va-t-elle lui arriver ? L’homme l’approche gardant un sourire narquois sur le visage. Il lui saisit le col de son vêtement, celle-ci panique encore plus et essai de le faire lâcher mais d’un coup l’homme lui déchire son haut. Le visage de la fille se teint de rouge comme elle n’a plus rien sur le haut de son corps. L’homme jette les déchets du haut et lui prend le bras pour l’allonger sur le ventre de force sur une table. La fille se débat mais rien à faire elle n’a pas de force pour lui résister. Tout les scénarios possible lui passe en tête, le meurtre, le viol, le trafic. Elle a les larmes aux yeux, le brun lui attache les bras pour être sûre qu’elle ne fuit pas. La demoiselle panique plus que tout, depuis le début de la soirée rien ne va, tout devient étrange. D’un coup elle sent une lame froide sur son dos qui la fait frissonner à cause du froid.

« Ton dos, plus précisément dans ta colonne vertébrale, si je te la retire j’aurais le fruit de toute les désirs. »

La demoiselle fait de gros yeux, on va lui retirer sa colonne juste pour quelque chose ? C’est injuste, la jeune fille en larme tremble.

-S’il vous plait ne faite pas ça, pitié ?
-Tais toi ! J’ai besoin de concentration !
-Arrêtez !

Elle sent la lame du couteau qui commence à se planter, dans son dos. L’homme ne fléchit pas du tout.

-Arrêtez ! Je vous en supplie !
-Mais tu va te la fermer !
-Je ne veux pas ! pitié je ferais tout ce que vous voulez !
-Tout ce que je veux c’est ce que t’a point !

La lame tremble un peu avec l’énervement de cette personne inconnue. La jeune fille essai de réfléchir toute tremblante dans cette situation. Aucune situation ne semble bonne pour survivre, elle sent la lame se planter doucement et hurle en serrant la table.

-Je…si vous voulez je…cette chose que vous voulez…
-Tu va te taire bon sang !
-Je veux bien vous la donnez.
-Je n’ai pas besoin de ta permission.
-Si... Si vous voulez vous le laissez là et je ne vous quitte plus…
-Tu échange ton corps contre ta vie qu’elle fille étrange.

Le silence ce fait, la jeune fille panique et ne sait plus quoi dire. Sa mort c’est tout ce qu’elle voit, en ce moment. D’un coup elle sent une odeur de tabac lui titiller le nez.

« Tu es drôle toi, donner ton corps à un homme je pourrais en profiter. »

La jeune fille ne dit rien, elle n’a plus rien à dire, elle sait pertinemment que cela ne sert plus à rien. Cette soirée sera donc sa dernière. Mais elle accepte son sort et ferme les yeux attendant l’heure de son trépas. Mort sur une table le dos ouvert qu’elle superbe mort non ? Elle aurait mieux voulut, et peut être souillé en prime, l’homme est vraiment cruel non ? D’un coup la demoiselle sent comme une chaleur sur son dos et ouvre les yeux, il fait noir. Il y a toujours cette odeur de tabac, elle peut bouger les mains et les posent sur son dos par réflexe, elle sent du tissu et le soulève. C’est la veste de cet homme qui la fixe en fumant. Elle essai de comprendre ce retournement de situation là. L’homme saisit son vêtement et lui remet mieux. Certes il ne se gêne pas et la met assise pour lui mettre alors que celle-ci n’a rien en haut ce qui la fait un peu rougir. Après qu’il lui a remit mieux il retourne contre son mur fumer.

« ….Pourquoi ? »

Cette question est certes la meilleure pour cette situation, quoi que un peu dérisoire quand même. Mais dans l’état actuel des choses, vaut mieux dire quelque chose que de faire le silence. L’homme souffle sa fumée vers elle qui tousse.

« Te le retirer serait facile, mais tu m’amuse. Faire un sacrifice pareil juste pour vivre, tu ne te rends même pas compte à qu’elle point tu es stupide. Mais bon j’ai toujours voulut un chien, bon ça change un peu plus, mais je vais faire avec »

Il pouffe de rire et retourne à sa cigarette. La jeune fille serre la veste un peu effrayé par cet homme effrayant. Elle ouvre la bouche pour parler, mais il lui coupe net la parole

- Tu veux savoir ce qui ce passe non ? Tu es un apôtre.
-Apôtre ?
-Dans la bible on dit que les apôtres sont ceux qui accompagnent Dieu, mais on a détourné le mot. Tu es porteuse d’un don particulier, à chaque question que tu te pose tu peux le voir directement dans l’esprit de la personne où alors tu peux l’entendre par m"égard. Tu es la porteuse du Secret obscure.
-Je ne crois pas en la magie !
-Ce n’est pas de la magie. Dit il en écrasant sa cigarette et s’approche d’elle en lui soulevant son visage d’une main et la fixe droit dans le regard. C’est un don que Dieu et Satan t’ont offert !

La jeune fille fait de gros yeux sur les dires de l’homme, essayant de comprendre tout ce qu’il dit.

« Ton pouvoir est simple à la moindre de tes questions, tu auras une réponse, le moindre soupçon ne sera plus. Même les murmures perdus des secrets te viendront à tes oreilles. Tu te rends compte que ton pouvoir pourrait servir à découvrir où ce trouve les armes puissantes, ou ce cache la cité d’Atlantide, où est la pierre philosophale. Tant de mythe sans réponse que toi seule peut résoudre. N’est ce pas excitant? »

A chaque mot de l’homme, la fille ce perd de plus en plus. Cela est-il vraiment réel ? Fait-elle un rêve ? Un cauchemar ? Va-t-elle se réveiller ?

- Tu ne te rends pas compte que tu es convoitée par beaucoup…Non ce que tu as dans ta colonne est convoité, ton pouvoir se trouve dans ta colonne, tel Atlas punis par dieu, tu porte toi le savoir sur ton dos.
-Mais je ne veux…pas !
-Tu n’as pas le choix, tu es née avec cela, tu mourras pour cela, telle sera ta destinée ma chère peut importe ton choix ton destin te suivra.
-Mais je…comment… ?
-Comment ça marche ? Tu as du remarquer d’étrange moment non ?
-J’ai…oui le pompier…..l’homme dans la voiture j’étais dans leurs tête…les murmures des gens.
-Tu ne sais pas le contrôler ce don et donc dés que tu es en détresse et que tu veux savoir où tu te situes.
-C’était qui ?
-Une sorte de mafia, mais y en a qui agis en solo, d’autre qui sont payés pour te ramener, bref toute une sorte de population te veulent tu dois te sentir aimée.

Elle baisse la tête, les enfants de l’orphelinat sont morts par sa faute, les ambulanciers aussi. Toutes ces personnes mortes, le sont par sa propre faute. Alors que la petite prend conscience de sa faute, elle sent un mouvement dans ses cheveux. L’homme lui fait des couettes avec des rubans aux ornements dorés.

-Que faites-vous?
-Je m’assure que ton don soit calmé sinon tu va tout le temps voir dans la tête des gens et te fatiguer pour rien. De plus je m’assure à que tu n’aille pas dans la mienne.
-Ce ne sont que des rubans normaux…
-Tu te trompe ils ont été fabriqués avec des fils d’or qui on était fait avec l’anneau des Nibelungen, il a été fondu et on en a fait des fils d’or.
-Ah….
-Il maudit les pouvoir, donc si tu les garde ton pouvoir ce calmera.

L’homme termine de faire ses couettes avec cette chevelure orange bien longue à la jeune fille qui essai de tout comprendre. C’est donc une affaire qui touche le monde entier, et même la religion comme aux légendes, cette jeune fille serait donc la clef tant convoitée par des personnes, la clef des réponses à toute question, la clef des merveilles.

-Même si vous faites tout pour que je ne sache rien de vous puis-je…savoir votre prénom ?
-…..Juste Neal
-D’accord Neal.

Cet homme au nom de Neal possède avec lui la clef de tout les secrets, que va-t-il en faire de ce pouvoir si convoité ?

-Je m’appel….Lyria,

Neal la regarde puis prend ses affaires qui trainent dans cette salle. Il ouvre une porte en regardant si aucun regard indiscret ne les voit. Il lui fait signe d’avancer et de le suivre, ce que Lyria fait, elle descend de cette table qui aurait pus être le témoin de sa mort et le suit comme un chien suivant son maitre.

« Écoute moi bien, notre chemin sera semé d’embûche, sûrement de mort, de tristesse, mais cela n’arrêtera pas ma quête. Alors prépare toi, car cette soirée n’a été que l’incipit de ta nouvelle vie Lyria…non Ma chère Clef des songes. »

Un nouveau chapitre s’ouvre sur notre monde, la quête d’un homme plein de mystère et sa clef des songes et c’est en quittant ce lieu que le sort de monde en est maintenant jeté.



Voilà voilà après je sais pas si je vais la continuer ou pas c'est à voir avec vos réactions on va dire....

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Ex Leo-sama♥

Barma un jour ! Barma toujours...hélas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
avatar


Féminin Messages : 109
Age : 29
Personnages préférés : Gilbert et Vincent
Double comptes : Willow P. Cristo et Elliot Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Baskerville Meadow Alexiel
Nom du Chain : ~~
Groupes:


MessageSujet: Re: La clef des songes    7th Septembre 2012, 09:29

Ah tiens la petite Lyria s'envole pour des aventures on dirait ! C'est une belle envolée ! Cela donne envie de connaître la suite. N'hésite pas à étoffer certains passages, si tu le souhaites je pourrais te montrer certains passages où j'aurais bien voulu un peu plus de détails après cela restera purement subjectif. J'ai beaucoup aimé la scène de la mission "trouver du pain" (XDD) c'est qu'elle en a de l'énergie la petite, et puis j'ai bien frissonné dans cette histoire de colonne vertébrale. C'est bien pensé pour la localisation de son dos. Un lien vertical rappelant le lien terre et ciel, enfer et paradis donc Dieu et Satan. Ton texte a des références bien amenées. Ton introduction met ton histoire sous le voile même d'une légende comme s'il s'agissait d'une grande légende regroupant plusieurs légendes. Etant une amoureuse de légendes, j'ai adoré bien sûr l'idée. Et puis les Nibelungen quoi !!! Comment ne pas aimer cette référence ! Bon courage et merci pour ce partage Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 144
Age : 23
Personnages préférés : Leo , Elliot, Oz, Gilbert, Vincent, Xerxes
Double comptes : Kurana Barma

Feuille de personnage
Nom & prénom: Edwina Phatom
Nom du Chain : Neal Unlight
Groupes:


MessageSujet: Re: La clef des songes    8th Septembre 2012, 07:51

Merci beaucoup Alexiel ça me touche beaucoup ;w; "sort les mouchoirs"
Ca me donne presque envie de continuer >w<
Merci merci merci merci ♥

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceci est le nom de mes gamins oublié "pan" Pour toi Nana aussi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La clef des songes    

Revenir en haut Aller en bas
 

La clef des songes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Floodland. ♣ :: ♣ Bibliothèque de Rufus :: ♣ Autres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit