AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

  ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   17th Août 2012, 12:41

[Suite du rp précédent]

Il ricane suite à son histoire de repas. Bien sûr. Pour les chains. C'est pour ça que la dernière fois - qui était aussi la première - qu'il a cuisné quelque chose - la cuisine de Finn en est encore toute traumatisée - et qu'il l'a mangé, il a ensuite disparu dans l'Abysse pendant trois jours. Pour partager avec ses amies chains.
Oui Nana. Bien sûr Nana. Ils savent tout les deux que quand c'est mort, c'est mort. Et ici, c'est même enterré. Profond, très profond. Probablement à quelques mètres au dessus d'une nape de pétrole.

Après ça l'autre propose une représentation théâtrale. Eh bien... Finn lui a bel et bien demandé son avis, non ? En réponse il hausse les épaules et marmonne un "pourquoi pas après tout". Ce n'est pas comme si il y allait souvent et puis... Si Nana n'y a jamais été...
Bien qu'il n'avouera pas que c'est la raison majeure qui le pousse à accepter. Il peut être un vilain maître égoiste quand on joue trop avec ses nerfs, mais il peut aussi être le contraire. Bien qu'il soit moins ouvert à ce propos. Hey, sinon il se baladerai dans un costume d'ours rose géant, pas avec une cape rouge sur le dos. Même si actuellement la cape rouge en question est sur un autre dos que le sien.



Les clés produisent un son métallique en étant tirées de la poche de leur porteur. Ce dernier patauge un peu pour rentrer la bonne clé dans la serrure, car ses mains tremblent légèrement. Après deux essais et deux rattages, il fonce les sourcils et passe en soupirant sa main libre sur son visage. Encore cinq minutes comme ça, et il s'écroulera par terre d'épuisement.
En se penchant en avant, il pose son front contre la porte en bois et regrade méchamment vers les bas ses clés, toujours dans sa main. Finalement, cette même main est levée à nouveau pour une troisième tentative qui, cette fois, s'avère être fructueuse.

* Hourra !*

Il ouvre alors la porte qui grince légèrement, mais il est trop fatigué pour s'en soucier, et trébuche à l'intérieur de l'appartement. A ce moment là, le lit dans la pièce d'en face dont la porte est grande ouverte lui semble briller. Sa première pensée est bien évidemment d'aller s'y écrouler, mais le premier pas qu'il prend lui rappelle qu'il est dans un état lamentable, et qu'il n'y a pas moyen qu'il aille au lit couvert de sang, de terre, et d'autres choses pas vraiment identifiées, ni identifiables.
Et franchement, quand on a ouvert des gens joyeusement avec un sabre quelques heures plus tôt, on ne veut pas savoir ce qui a bien pu nous atterrir dessus.
Toutes les vérités ne sont pas bonnes à savoir. Encore un des proverbes que Finny aime bien appliquer de temps à autres, maintenant faisant partie de ces autres.

Non loin de lui, pour ne pas dire à côté vu la taille exponentielle de l'appartement - c'est plutôt un logarithme en fait quoi - , une masse s'est écroulée par terre. Il aurait bien fait pareil. Si il était sûr de pouvoir se relever après coup. Il observe la chose d'un oeil critique. L'animal n'est pas beaucoup plus propre que lui, et est donc en train de salir son tapis. Ce même tapis que le contractant évite actuellement soigneusement d'écraser avec ses chaussures pleines de terre.
Il en faut si peu pour faire repartir en flèche son tempéramment...
Il menace à l'intention de son compagnon d'infortune:

- Tu vas nettoyer toute tâche que tu auras faite sur ce tapis.

Avec ça il enlève maladroitement et en trébuchant une fois sur place chaque botte sur le parquet, avec une grimace en voyant les inévitables bouts de terre se détacher des chaussures malmenées. Maintenant que les deux bouts de cuir menaçant son tapis ne lui sont plus rattachés au corps, il traverse promptement l'innocente moquette, laissant tomber sa cape rouge - qu'il a récupérée de sa chain depuis quelques temps - quelque part sur sa ligne droite entre la porte d'entrée et la salle de bain.
Salle de bain dans laquelle il s'enferme sans plus de cérémonie, sans un regard vers le tas sur le tapis.

L'homme réemerge de la salle dix minutes plus tard, habillé proprement, et une serviette sur la tête. La checklist pour vérifier que tout était en place et un inventaire sommaire des dégâts occasionnés sur sa personne ont été effectués, maintenant la seconde chose qui a la priorité dans la tête de Finn est d'avaler un truc. N'importe quoi de commestible, si possible rapidement préparé, et ensuite il pourra enfin goûter à la joie de pouvoir s'écraser dans un matelas. Il en frissonerait presque d’appréhension. Rapport de mission ? Plus tard, plus tard.

Il traîne donc des pieds jusqu'à la cuisine, en lançant à sa chain qui se trouve Dieu seul sait où - en fait l'autre châtain n'a peut être même pas bougé - dans l'appartement:

- La salle de bain est libre.

Le ton suggère fortement qu'il a intérêt à l'utiliser, et préférablement pas que pour laver ses mains avant le repas. Il est hors de question qu'il le laisse s'assoir à table plein de boue et de sang, dans son appartement.
Fichu maniaque ? Naaru serait probablement d'accord.
En attendant Finny prend possession de son domaine qu'est la cuisine - il a beau l'avoir fait clairement comprendre à l'autre, cela ne semble pas vouloir être retenu dans l'espace vide entre ses deux oreilles - et en ouvre le frigo en commençant à bailler.
Pour se figer au milieu du baillement et refermer la porte du frigo immédiatement.
Il a oublié qu'il avait oublié de faire les courses quand il devait les faire. Evidemment. Et pour le coup, il ne peut s'en prendre qu'à lui même. Et comme il pense si joliment actuellement: "c'est la dèche".

Cinq minutes plus tard, après une intense partie de chasse au trésor dans les placards de la petite cuisine - autant dire qu'il n'y en a pas beaucoup et que deux des cinq minutes utilisées ont été passées à se lamenter sur la cruauté du Destin et sur "pourquoi toujours moi" - à chercher des choses comestibles, et après avoir sorti les trois seuls oeufs rescapés du frigo, Finn contemple ce qu'il leur reste.
C'est à dire pas grand chose.
Trois oeufs, un restant de salade qui a vu des jours meilleurs, de la viande séchée qui tire visiblement la tête, de la farine, une demi bouteille de lait, un morceau de fromage qui a survécu à l'armageddon et du pain.
Dur. Bien sûr. Tout ça pour deux affamés, parce que les missions ça creuse. Et encore, il a des doutes sur le lait.
Voilà pour sa flemme. Et pour son estomac.

Avec un soupir il se met à découper le pain en plusieurs tranches qu'il met de côté. Il s'affaire ensuite à casser les oeufs dans un saladier, puis à ouvrir la bouteille de lait, la renifler avec suspicion, pour finalement en vider pratiquement la moitié du contenu dans le saladier en haussant les épaules, jugeant que ça ne les tuerai pas.
Et comme on dit, ce qui ne tue pas rend plus fort.
De toute façon Finny n'a encore jamais empoisonné personne avec sa nourriture. Contrairement à d'autre dans cet appartement. Aucun nom ne sera cité. Le jeune contractant s'attèle alors à battre le contenu du saladier proprement, et l'auteure vous épargne la suite de la recette du pain perdu parce que c'est pas très passionant quand même.

Pendant le temps de cuisson des choses citées au dessus, Finny tente de redonner une seconde jeunesse à la salade via la chirurgie esthétique un habille effeuillage de ce qui est franchement trop abimé. En étant large sur le sens de "trop abimé" parce que sinon il n'en resterait pas. Et comme c'est la crise, il faut baisser les standarts sur la présentation. Il place la salade survivante dans un plat, dans lequel il coupe ensuite la viande séchée. Pour faire croire qu'ils auront un repas complet avec des protéines et tout. Il fait aussi cuire le reste du mélange oeuf/lait qui n'a pas fini dans le pain dans une omelette improvisée.
A défaut de quantité, ils auront la diversité ce soir !


Dernière édition par Finn Baskerville le 16th Septembre 2012, 02:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   19th Août 2012, 03:13

Parfois l'on songe que le temps est long. Ou trop court, paradoxalement. Dans tous les cas, au final, on a tort, parce que le temps il avance toujours de la même façon. Tout est une question d'ennui après tout. Et Naaru était particulièrement ennuyé, et par-là même ennuyeux. Il trouvait le temps long, et plus sa personne s'estimait proche de la bâtisse de Réveil, plus son ennui plongeait dans les tumultes de son esprit. Son cerveau se transformait en gelée. Le truc tout gluant et tout vert. Et ça n'allait à vrai dire pas en s'arrangeant.

Finalement, les deux êtres parvinrent sur leurs deux pattes arrière jusqu'à la porte. Naaru ne voyait déjà plus très bien devant lui. Ils n'avaient croisés personne dans la rue, par un heureux phénomène appelé hasard. Après ça, mine de rien, ils avaient l'air de deux gros glandus achevés devant une porte qui semblait résister un peu trop aux coups répétitifs d'un clé mal orientée. Ce qui eu le don pour Naaru de se sentir soudainement plein d'énergie pour défoncer le bois qui obstruait l'entrée de leur appartement. Au final, la porte ne résista pas à la troisième clé. Reste à savoir si elle avait eu peur du coup furieux que Naaru avait l'intention de lui lancer ou bien si elle avait cédée sous le coup d'une simple coïncidence. Dans tous les cas, les jeunes gens parvinrent jusqu'au palier. Et comme le Chain se l'était secrètement promis, il s'éclata face contre terre. Comme une carpette. Il y eut un magnifique bruit dissonant, puis Naaru eut tout le loisir d'étudier la surface légèrement rugueuse de la moquette au sol.

- Tu vas nettoyer toute tâche que tu auras faite sur ce tapis.

Pas bien longtemps apparemment. L'animal non identifié au sol râla légèrement en direction de son contractant. Il savait pertinemment qu'il n'aurait pas le choix. Que dans tous les cas, il ferait ce que le militaire au fond lui avait ordonné. Mais c'était plus fort que lui. Dans ses tripes, dans son cerveau devenu chantilly, il y avait une lumière qui clignotait toute seule sur une sonnerie de pompier. La chambre, enfin l'appartement était trop bien rangé. TROP. Naaru affectionnait particulièrement le bordel, surtout quand c'était lui qui s'en chargeait. En vérité, l'honnête homme redoutait presque d'entrer dans sa propre chambre minuscule de peur d'y croiser le néant. Nana et Finette ne s'entendaient visiblement pas sur le sens du terme rangé. Et même si la définition s'approchait de l'idéal de Finny, Naaru refusait qu'on se charge de ses affaires. Et c'était le principal problème puisqu'il empiétait dangereusement sur les affaires du juste bénéficiaire de l'appartement, Finn Baskerville.

Il entendit l'eau qui coulait. Doucement, il se mit sur ses deux échasses de pieds, après un juste arrêt en position assise. Il observa le sol, parce que mine de rien, il redoutait d'effacer les tâches de sang. Et il savait que les tâches de sang c'était difficile à enlever. Mais finalement, à sa plus grande stupeur bien dissimulée, le jeune Chain ne vit que quelques morceaux de terre. Rien de bien grave. Il fila bien vite dans sa chambre, en prenant soin de retirer ses sandales à l'entrée. Il était très sale, très fatigué et il mourait d'envie de s'écrouler sur son lit. Mais il redoutait le regard meurtrier de son colocataire. C'est pourquoi, à la place de se mettre sur son lit, il s'étala sur le sol du petit salon, les bras et les pieds en étoiles. Ses yeux se fermèrent doucement, tandis qu'il pensait profondément qu'il se sentait bien, maintenant tout de suite.

Quelques minutes passèrent dans le silence le plus absolu, uniquement troublé par cette satané douche qui commençait à insupporter les pauvres oreilles du Chain. Il inspira profondément, jusqu'à sentir brusquement son contractant ouvrir la porte de la salle de bain. Même s'il ne le fixait pas, Naaru comprit bien vite qu'il rivait son regard meurtrier sur la chose étendue à terre. L'énergumène s'assit en tailleur, ses mains fermement agrippées à ses chevilles. Il cloua son regard sur l'individu dorénavant propre pour attirer son regard.

- La salle de bain est libre.

Son ton laissait entreprendre que Naaru devait y passer. Mais le but premier de Naaru n'était pas de s'en prendre plein la figure, mais bel et bien d'attirer le regard. Lorsqu'il fut certain que Finette ai les yeux rivés sur sa grande personne, Nana finit par lâcher quelques larmes. Comme il étai fatigué, il jouait mieux que quiconque, et ses larmes de crocodiles finirent bientôt par inonder ses yeux. En fait... on aurait pu l'assimiler à un chien battu. Et c'était probablement l'effet escompté. Il tâcha de garder ainsi ses yeux sur ceux de son contractant, puis finit par lâcher totalement au hasard :

-Pourquoi est-ce que tu ranges tout le temps la maison ? Pooourquoi ?

Le ton se voulait mélodramatique. Il savait que Finn savait qu'il jouait la comédie, mais malgré tout, Naaru ne put s'empêcher de s'amuser de cette manière puérile. Il attendit deux bonnes minutes, puis détacha son regard et se leva tranquillement, comme si tout ceci n'était qu'un lointain rêve. Il alla dans sa chambre, en sortit -au moyen de cinq bonnes minutes de recherche- un simple kimono blanc très long et partit dans la salle de bain.

Quelques longues minutes plus tard à laisser couler la douche alors qu'il n'était pas vraiment dessous, Naaru s'habilla de son kimono, attacha la ceinture et sortit doucement. Il prit la serviette qui traînait un peu sur le porte-serviette et la posa nonchalamment sur sa tête. Au moins il aurait l'excuse d'être en train de se sécher s'il laisse des gouttes d'eau sur le sol.

*Et puis, l'eau de toute façon, ça sèche.*

Parfaitement, n'empêche qu'il acheva sa course près de la cuisine. Son pied eut un net recul. Ses yeux lui indiquèrent avec brio qu'il y avait là le maître de maison. Et qu'il semblait bien concentré. Mais le Chain avait faim, et voulait dormir. Surtout dormir. Ça amplifiait fois mille son ennui déjà avancé. Il jaugea la largeur du couloir avec suspicion et fut chargé d'une idée farfelue.
En moins d'une minute, le Chain était monté à l'aide de ses mains et de ses pieds tout en haut du mur. Le plafond était très proche de sa tête. Très très proche. Naaru en profita pour faire des étirements, en lévitation forcée à quelques mètres du sol. Finalement, il redescendit l'instant d'après pour se diriger de nouveau vers la cuisine. Son retour à la terre ferme fit un gros, très gros bruit, et les voisins durent forcément penser que la troisième guerre mondiale se produisait à l'étage. Mais les gens du dessous étaient habitués à ce qu'un homme bizarre face des choses étranges dans un appartement même pas à son nom.

À l'instant où Nana avait posé son orteil sur la surface lisse de la cuisine, il avait su que Finn l'avait détecté. À croire qu'il fallait passer par des infrarouges lasers. Le curieux s'avança encore, les mains dans ses manches et passa sa tête au dessus de l'épaule de Finn. Aussitôt, il observa les faits et gestes du compagnon. Il se demandait comment son contractant faisait pour se débrouiller avec ce qu'il trouvait dans le frigo. D'ailleurs, aux derniers souvenirs de Naaru, le frigo était vide. Il se souvenait même de la mini dispute qui s'était engagée à la suite car il refusait d'aller aider son contractant.

-Qu'est-ce que tu fais ? J'aime pas la salade.

Naaru se fichait totalement de ce que Finny préparait. Ce n'était pas une question pour apprendre à cuisiner, mais uniquement pour forcer son contractant à accélérer la préparation du repas. Il avait faim, et il aimait embêter Finette. Même sur un territoire qu'il savait ô combien dangereux. Alors voilà, c'est ce qu'il faisait actuellement. Et ça allait toujours trop lentement. Toujours. Et il avait de plus en plus faim. Absolument.
Alors.... alors....
Alors il tenta pour la 123e fois de choper quelque chose du plat que Finn était en train de préparer.
À tes risques et périls.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   19th Août 2012, 10:08

Contrairement aux apparences, il est plutôt calme. Bien que Naaru ait cette terrible capacité à le faire démarrer au quart de tour. Si ce n'est au dixième. Du coup, son calme n'est qu'en sursis, sauf si il parvient à se contrôler. Ce qui sera peut être le cas, parce qu'après tout il est assez fatigué. Si Naaru en décide autrement, par contre... Même avec toute la bonne volonté du monde, il risque d'avoir du mal.

- Pourquoi est-ce que tu ranges tout le temps la maison ? Pooourquoi ?

Son contractant lui coule un regard en coin. Il a pratiquement l'impression de voir des panneaux lumineux autour de Nana qui incitent à la violence envers sa personne. C'est quoi son problème avec le rangement, d'abord ?
Ok Finny tend peut être vers le maniaque compulsif au sein de son propre territoire, mais Naaru en est l'antipode. Bordélique en puissance. L'antre du Chat de Cheshire doit être mieux rangée que sa chambre. Très sérieusement, Finn ne comprend pas son obssession à venir méticuleusement déranger tout ce qu'il prend soin de remettre en place. Ce qui donne souvent lieu à des disputes, évidemment. Très souvent, exaspéré, il va se contenter de ranger tout l'appartement sauf la chambre du monstre. Et un jour, sans crier gare, il descend faire un raid dans la tannière du chain, de préférence en son absence. Et il ne manque jamais, quand il est là, de l'accueillir à son retour avec un sourire satisfait.
Honnêtement, qui aurait cru qu'il soit possible de mettre autant de bordel avec si peu de possessions ?

- Parce que sinon t'aurais plus rien à déranger, et moi plus aucune raison de te crier dessus quotidiennement. La vie serait triste, non ?

*Patate.*


Il y a du sarcasme dans sa voix, un peu, pas trop. En plus, l'un comme l'autre savent que même sans ça, ils auraient quand même vingt-cinq mille raison par jour de se foutre sur la tronche. Mais ils s'aiment bien quand même. C'est vrai, des fois l'un entraîne l'autre dans ses bêtises quand il s'ennuie. Ou bien, oui ça leur arrive, d'avoir des discussions sérieuses jusqu'au bout. Et sur le champ de bataille ? Ils se lancent peut être des piques, mais Finny avancerait les yeux bandés guidé par Nana en pleine confiance sans problèmes. Bien qu'il n'irait pas le lui avouer.
Et, entre nous, c'est encore Nana qui le connaît le mieux.
Enfin l'énergumène finit par décamper dans la salle de bain. Et il a au moins le bon sens de faire couler l'eau de la douche. De toute façon Finny n'est pas dupe, si l'autre ressort toujours aussi couvert de boue et de sang, ça se verra. Alors bon. Il peut profiter de ce qu'il n'est pas en vue pour faire sa cuisine tranquillement. Le tout en adressant des prières à tous les Dieux qu'il connait pour que la chain ne décide pas de venir mettre son nez dans la cuisine en sortant de la salle de bain.

C'est bien entendu trop espérer. Lorsque la porte de la salle de bain s'ouvre, il entend ensuite des pas se rapprocher. Mais il refuse de se retourner, espérant que les souvenirs de ses précédents échecs lors d'excursions dans la cuisine en sa présence soient suffisant pour le tenir au loin.
Il entend avec suspicion les pas s'arrêter, et son radard-à-intrus ne s'est pas encore mis en marche. Qu'est-ce que l'autre fabrique ? Toutefois, il continue à obstinément à ne pas vouloir regarder derrière lui. Il entend bien des bruits un peu étranges, et malheureusement pas ceux de quelqu'un qui s'éloigne, mais impossible de savoir ce que fabrique l'autre. Et il va finir par rater ce qu'il fabrique lui même à force de se concentrer sur l'énergumène.

Du coup, le grand BAM le fait presque sursauter. Et immédiatement, il sait que ça y'est, l'ennemi a pénétré dans ses lignes de défense. Respire Finny, respire. Il devrait peut être prendre des cours de Yoga. Il paraît que c'est à la mode en ce moment en plus. Et ça l'aiderait peut être à contenir ce tempéremment que la chain ramène sur le devant de la scène à chaque fois. Des fois, il a plus l'impression d'héberger un curieux spéciment d'une espèce quelconque qu'un hum...
Ah mais. Le fait qu'il soit une chain explique celà. C'est facile, avec son apparence - bien qu'il s'obstine à porter des kimonos et à garder ses mains dans ses manches 95% du temps, les cinq pourcents restant étant pour tenir sa fourchette, un bout de métal tranchant quelconque, malmener physiquement de quelque manière que ce soit son contractant et dormir - et certaines de ses habitudes somme toute très humaines de s'y méprendre.
C'est quand même la misère d'avoir pour ami cher une chain, non ?

Finn sent ensuite plus qu'il ne voit la menace planer au dessus de son épaule. Il jurerait avoir entendu sa salade pousser un cri de pure terreur. De son côté, il sent son sourcil gauche être pris d'un mouvement compulsif.

- Qu'est-ce que tu fais ? J'aime pas la salade.

Inspiration. Expiration.

- Ça en fera plus pour moi.

Il s'empare de diverses épices qu'il dose à l'oeil dans la salade, et emploie ensuite une cuillère en bois pour mélanger le tout.
Et là, c'est le drame.
Comme s'ils étaient surentraînés, ses yeux repèrent immédiatement l'appendice ennemie au coin de son champ de vision à pratiquement 180°. La cible est verrouillée sur le champ, tandis que la main droite, armée de la cuillère en bois, se lève dans les airs. Oui Jean-pierre, c'est bel et bien la main rattachée au bras dominant de cet homme qui manie le sabre, on va avoir droit à un choc douloureux ! Le coup part avec vitesse et précision, et et et et... C'est le buuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut !! En plein dans la lucarne ! Euh, la main chapardeuse, pardon.
La petite frappe est arrêtée, et la nourriture est saine et sauve une fois de plus. Super-cuistot a une nouvelle fois rétabli la situation. Chippeur le renard la chain vient d'enchaîner sa 124e défaite, 0 victoire. Et encore, les scores sont remis à zéro en même temps que le changement d'heure.
La salade voudrait adresser tous ses remerciement à son sauveur.
Sauveur qui actuellement se tourne finalement vers Naaru, dirigeant vers lui un regard à faire pleurer les bébés de peur, en brandissant son arme d'une manière menaçante dans sa direction.

- Vade retro sac à puces ! Bas. Les. Pattes. Et je t'ai déjà dit mille fois de ne pas mettre les pieds dans ma cuisine, tu la traumatise.

Et tu me traumatise, qu'il aurait envie d'ajouter. Parce que ses réflexes armé d'une cuillère en bois l'effraient un peu, quand même. C'en est à la limite de la reconversion avec le sabre.
Il attrape sans ménagement sa chain par le bras et le tire hors de la cuisine, avant de s'en retourner vers son four, s'armer d'un torchon, et sortir ce qu'il avait mis à cuire pour le déposer prudemment sur la table-multifonction-de-l'appartement-puisque-c'est-la-seule. Mission accomplie, et presque sans dommages collatéraux. Mais hey, c'est le lapin qui s'est jeté sous les roues du camion délibéremment.
Tandis qu'il s'emploie ensuite à rapidement mettre la table - à force d'habitude - tout en gardant un oeil sur le jeune chiot fougueux de l'appartement, il lui lance:

- N'oublie pas que la vaisselle est pour toi.

En fait bien qu'il pose la question, il en craint la réponse et préfère ne pas l'avoir.
Une fois que tout est installé, seulement à ce moment là, il cesse de jeter des regards menançant à la chain et s'assoit.

- Qu'est-ce que tu as fait pour tomber, au fait ?

Un jour les voisins viendront se plaindre et... Non en fait c'est déjà fait, et c'est même assez régulier. Si un jour il a les moyens de changer d'appartement, il le choisira avant tout en fonction de l'épaisseur de ses murs.
Saif si il n'a pas craqué et mis Nana à la porte avant, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   20th Août 2012, 05:58

Le visage de son contractant lui faisait décidément toujours autant rire. Finn savait pertinemment que son chain jouait la comédie. Et c'est cette relation de franche camaraderie qu'appréciait Nana. Des expressions moqueuses mais qui au final sont chargées d'amitié. Bien qu'il ne l'avouerai jamais, Naaru paierai le prix fort pour ne jamais avoir à perdre ces moments en compagnie de son contractant. Parfois, il aurait bien aimé savoir ce qu'en pensait le concerné. Savoir s'il n'était pas le seul à apprécier son partenaire, autant dans les moments de difficultés que ceux de joie. Oh, il se plaignait souvent, mais c'était son caractère, et le contractant semblait l'avoir accepté. À la joie du plus grand.

Les yeux rivés sur ceux de son collègue de travail, Naaru faisait la moue. Superbe acteur, il avait pour seul spectateur son fidèle camarade. Nana voulait aller au théâtre pour voir à quoi cela ressemblait, mais c'était aussi probablement pour attraper quelques techniques par-ci par-là. Ainsi, bientôt, on ne parviendrait plus à distinguer le vrai du faux. Le Chain, qui n'avait pas détourné son regard de l'homme sortit de la douche, finit bientôt par en attirer l'attention. Son sourire bien caché s'agrandit encore en voyant qu'il avait du succès et attendit la moue de réaction du contractant. Il fut bien aise d'entendre la réponse de Finn en plus de son regard meurtrier. Ah, quand il s'ennuyait, Naaru pouvait trouver du réconfort auprès de Finette.

- Parce que sinon t'aurais plus rien à déranger, et moi plus aucune raison de te crier dessus quotidiennement. La vie serait triste, non ?

Naaru sourit d'un air naïf. Il n'avait pas tort. La réponse était claire, nette, précise et sans bavures. Il essuya les larmes qui étaient coulées sur ses joues et se releva aisément, dans une fine pirouette agile. Sa chambre avait encore été rangée en son absence, ce qui signifiait par introspection que son contractant n'avait pas envie de le croiser pendant qu'il s'occupait de sa chambre. Naaru aurait volontiers répondu à la phrase de Finn par un « et si je foutais le bordel maintenant tout de suite ? », mais au final il n'aurait rien fait. Il avait faim, il souhaitait dormir par-dessus tout, alors le déménagement compulsif allait attendre le lendemain ou même plus tard. En rentrant du théâtre même. En tout cas, le chain ne put s'empêcher de fermer les yeux d'un hautain et de lâcher quelques instants plus tard, au moment où Finn quitta la salle pour se diriger vers la cuisine.

-De toute façon, toi et moi, on a pas la même définition du mot ranger. Laisse au moins ma chambre en paix.

La dernière phrase fut murmurée, mais si Finn avait voulu tendre l'oreille, il l'aurait entendu sans problème. Son passage à la douche fut rapide, et il fut heureux d'apercevoir que toutes ses blessures étaient guéries. Toutes, sans aucunes exceptions. Il attacha ses cheveux en queue de cheval pour une fois. C'était lorsqu'il avait la flemme de faire cette coupe étrange qui maintenait ses cheveux en relatif équilibre. Il prit un long fil blanc sur lesquelles pendaient de chaque côté deux boules avec de minuscules décorations et s'en servit en guise de chouchou qu'il attacha en faisant un minuscule flot. Les deux bouts tombaient un peu de chaque côté, mais ce devait être l'effet escompté.

Naaru inspira légèrement et sortit de la salle de bain pour s'amuser à jouer le singe et tester les lois de la gravité dans un superbe vacarme. À la fin, lassé par ses propres occupations, il décida de retourner voir celui qui l'occuperai le plus, à savoir son copain de jeu, qui actuellement s'entraînait à cuisiner. Enfin, qui cuisinait...

*Je suis sûr qu'il attend que je vienne quand il cuisine. Sinon, il va croire que je déprime.*

Peut-être. En tout cas, le chain avait vraiment faim, et si ça ne tenait qu'à lui, il aurait avalé la viande crue et les œufs sans les faire cuire. Il aimait beaucoup ce que lui préparait son partenaire, mais... il pouvait parfois s'avérer être d'une barbarie affolante. Si Finn ne préparait rien pour lui, il en serait réduit à manger n'importe quoi sans le faire cuire. La dernière fois, il s'était brûlé, alors maintenant il ne touchait plus à ces trucs. Il contempla les gestes de son contractant sans en comprendre la moindre chose. Sans y accorder le moindre intérêt aussi, il faut dire. Comme il s'ennuyait, il râla quelques paroles auxquelles répondit Finn par la même voix.

- Ça en fera plus pour moi.

Ok, là si ça continuait, Naaru allait vraiment finir par retourner l'appartement. Ce n'était jamais une bonne chose pour lui de s'ennuyer, mais si Finn n'y mettait pas du sien alors qu'il le taquinait, Nana finirait par tenter le diable. Et c'est ce qu'il fit en approchant sa main du bord de la table. Le diable est sorti de sa tanière et en moins d'une seconde chrono, Naaru reçut le coup fatal. Sa main gardait le souvenir amer de toutes les fois précédentes, et il faut croire qu'elle résistait bien mieux à présent. Le chain retira tout de même vivement sa main en se lamentant après un cri d'une absurde violence. Jour après jour, le chain espérait sans retenir la leçon, échec après échec. Finn se tourna vers lui, tandis que le jeune homme se tenait la main en soufflant dessus. Oh, il en rajoutait. Toujours. Il était honnête quand il parlait, mais il compensait ce fait par ses mimiques toujours plus extravagantes et pourtant parfois naturelles. Quelquefois...

- Vade retro sac à puces ! Bas. Les. Pattes. Et je t'ai déjà dit mille fois de ne pas mettre les pieds dans ma cuisine, tu la traumatise.

Sac à puces ? Il l'avait appelé sac à puces ? Naaru émit un léger grognement de désaccord sur la fin de la phrase. On ne traumatise pas la cuisine. Personne ne l'a jamais traumatisé. Et lui, tout ce qu'il voulait c'était la manger, cette cuisine. Il baragouina quelques paroles inintelligibles en revenant dans la salle à manger, juste à côté. Il fit grincer la chaise pour signaler sa position et faire grincer les dents de Finn. Il s'assit brutalement dessus, si bien qu'on eut pu entendre le soupir plaintif de la chaise. Ses pieds furent rabattus sur la chaise en tailleur. Il prenait toujours cette pose pour manger. Vu comme ça, il pouvait faire penser à un enfant en bas âge qui n'y fait qu'à sa tête. Qui possède plein de caprices. Et à y bien songer, vous n'êtes pas si loin de la vérité. Sauf que tout ceci n'était qu'un style qu'il se donnait, comme pour s'affirmer parmi tous ces humains. Il avait du caractère, ça oui. Il vit le regard de Finn posé sur lui, comme pour le surveiller. Mais là, Naaru avait faim, et le fit bien comprendre en mettant la table. Oui, ce jeune homme avait bien mis la table, chose qui n'arrivait que peu de fois en un an.

- N'oublie pas que la vaisselle est pour toi.

Le chain se sentit frissonner. Vaisselle... ce mot se répéta en boucle dans son esprit. Il serra les dents, comme si le jugement dernier était pour après le repas. Il n'irait pas jusqu'à supplier son contractant de l'aider -car il n'y couperai pas de toute façon-, et il s'affirma d'un ton monocorde sur cet unique mot, témoignant avec fougue de toute sa force.

-Non.

Comme pour souligner cet affront qu'on lui faisait ouvertement, le jeune Chain croisa les bras sur son torse en fermant les yeux. Il n'était pas résigné, ça non. Loin de là. Finn se posa face à lui pour manger et il entama aussitôt son repas dès qu'il fut servi. En cours de route, son camarade fut poussé d'une curiosité étonnante.

- Qu'est-ce que tu as fait pour tomber, au fait ?

Naaru souleva un sourcil, son regard puis son visage tout entier. Il répondit du tac au tac.

-Je testais les lois de la gravité, la largeur de ton couloir, mon poids et la hauteur de ton plafond.

Ça méritait d'être clair, bien que... finalement compliqué. Son repas fut fini quelques instants plus tard et il rejeta l'assiette qui l'avait vu manger, comme pour l'éloigner encore un peu plus de la lourde besogne qui allait suivre. Il fixa Finn d'un air buté et souligna encore une fois sa non-coopération.

-Non.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   21st Août 2012, 08:54

Laisser sa chambre en paix ? Oui mais non. C'est son appartement et... Stop. Ils ont déjà eu cette conversation plus de fois qu'il n'y a de cheveux sur sa tête, il ne répondra pas à la provocation. Non mais. Vilain Nana. Au lit et sans manger.
Enfin non. Mais un jour...
Un jour...
Bref.

Le contractant fait une micro grimace d'exaspération en remarquant la position prise à table par la chain. La créature s'assoit en tailleur sur des chaises qui n'en laissent pas vraiment la place. Comment il fait pour trouver cela confortable est au delà de la compréhension de Finny. Il a bien essayé au début de lui expliquer - et même gentiment ! - que ce n'était pas exactement la conduite à adopter dans le monde des humains.
Rien. A. Faire. Vraiment rien. C'est comme cette manie de s'écraser n'importe où n'importe quand, et de même réussir à s'y endormir sur le coup. Honnêtement, Finn le soupçonne de s'endormir pendant la chute et de zapper toutes les phases du sommeil pour passer en sommeil profond immédiat. Parce que quand même, il y a de ces endroits où selon lui, il est impossible de s'endormir. Alors que Nana y parvient.
Autant de petits détails sur cette étrange créature que Finny a découvers. Il en découvre encore régulièrement, mais il a depuis longtemps abandonné l'idée de tenter de les corriger. Au mieux, quand il en trouve une complètement aberrante, il va expliquer à Naaru qu'il n'a plutôt pas intérêt à faire ça en publique. Mais ça s'arrête là.
Et puis, à force et en y pensant bien, ce ne serait plus vraiment Nana, non ? Cela fait de lui un spécimen très intéressant à observer en cas d'ennui. Lui donner un objet étrange qu'il n'a jamais vu fait par exemple partie des passes temps de Finn. C'est fou ce que la chain est un être inventif.
Vraiment.
L'aspect "étrange animal" est donc une autre des visions de Finny sur la chain. Qu'on se rassure, Nana doit en penser tout autant de lui sous le nom "étrange humain". Ou quelque chose du genre.

L'étrange animal d'ailleurs n'est pas très coopératif ce soir. Enfin, comme si il l'avait jamais été quand il est question de vaisselle.

- Non.

* Oooh que si Nana. La faute à qui, cette chute dans les buissons ? Et la chanson. Et en plus j'ai fait le repas. Et bref, t'y échapperas pas.*

Finn ne dit rien à voix haute, adresse à peine un regard à Nana et hausse une épaule tout en baissant la tête vers son assiette pour cacher le début de sourire en coin naissant. Ce ne sera ni la première ni la dernière fois qu'ils seront en désaccord sur la vaisselle.
Mais avant de se battre, il crève de faim. Dans la liste des priorités, celle là écrase toutes les autres. La bataille est reportée.

- Je testais les lois de la gravité, la largeur de ton couloir, mon poids et la hauteur de ton plafond.

Le plus jeune l'observe un instant pour essayer de déterminer si l'autre blague ou non. Et en fait, il a l'air très sérieux dans son explication ni n'a d'explication que le nom.

- Et quelles conclusions en as-tu tirées ?

A ce stade il ne voyait pas quoi répliquer d'autre.
En plein milieu du repas, Finny se lève pour aller chercher du papier et un crayon, et s'en sert ensuite pour noter sa liste de courses du lendemain. Ou du surlendemain si il ne se lève pas. Il est convaincu que si il ne la fait pas maintenant, il va oublier après, et ils seront bons pour une surprise tous les deux en ouvrant le frigo. Une fois de plus.
Il tourne la feuille et la fait glisser, ainsi que le stylo, vers son camarade en face de lui.

- Tiens, notes donc ce que tu veux dessus. Pas de trucs bizarres, hein.

Parce que, comme dit précédemment, l'imagination de la chain est débordante.
Le reste du repas se déroule tranquillement, et rapidement vu ce qu'il y avait. Et évidemment, cela veut dire retour au sujet épineux de la vaisselle. Nana y pense aussi, puisqu'il repousse son assiette comme si elle l'avait mordu. Il fixe ensuite son contractant, et bien sûr vient le:

- Non.

Attendu.

- Si.

Tout aussi attendu.
Finn se lève, et comme pour appuyer ses paroles, ramasse les deux assiettes qu'il met dans le lavabo, et se tourne ensuite pour fixer Naaru en croisant les bras.

- Et plus vite tu commenceras, plus vite tu auras terminé.

Le regard appuyé qu'il jette à la chain en dit long. Il n'a absolument PAS l'intention de l'aider. Vengeance pour plus tôt. Ça et il a décidé d'être têtu.
Il aime bien Nana. Mais il aime beaucoup l'embêter aussi. Juste pour voir ses réactions, tout en sachant que d'une manière ou d'une autre, la chain trouvera aussi un moyen de l'énerver. Mais hey, ça fait partie du jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   22nd Août 2012, 10:58

Il était peu habituel, voir très rare de voir Nana réellement soucieux. Pour sa propre personne, mais qu'importe. Il observait avec turbulence l'assiette qui n'avait pas d'yeux. Précisons-le, car Naaru pouvait avec assurance affirmer que cette assiette blanche plus très blanche la fixait avec délectation. Comme si elle allait le manger. Et puis quoi encore.

*Oui, et puis quoi encore !*

Il empoigna sa fourchette d'une main et s'obstina à manger. Enfin... s'obstina est un bien grand mot. Il était décidé à manger. Et il s'arrangeait subitement à rester sur un coin de l'assiette. Il se cassait la tête comme un gosse, persuadé intérieurement qu'il nettoierai quand même la partie intégrale de l'assiette. Du verre aussi. Des couverts. Et toute la portion de l'animal bipède face à lui. Il le jaugea du coin de l’œil, vérifiant s'il prenait un malin plaisir à tout dégueulasser ou pas. Visiblement non, mais Naaru était devenu tellement paranoïaque qu'il aurait pu penser que si.

Quoiqu'il en soit, durant la courte période du repas sans dessert, la discussion prit un état de semi-normalité, si on exclut bien sûr le sujet de la discussion. Nana s'occupait comme il pouvait, et tenait compte de tout son entourage, sans omettre un seul point. Sa volonté s'était tournée vers le plafond et la largeur des murs aujourd'hui, demain, il se posterai peut-être devant un tiroir et s’amuserait à l'ouvrir et le fermer pour voir... qu'est-ce que j'en sais moi ?

- Et quelles conclusions en as-tu tirées ?

Naaru sourit d'un seul coup, comme fier de sa future réplique.

-Que peu importe le boucan que je fais, quand t'es dans ta cuisine, t'as du persil dans les oreilles.

La blague était vraiment pourrie et pas vraiment de bon goût, mais Finn devait s'y être attendu. Poser une question dénuée d'intérêt à Naaru, c'est comme s'attendre à une réponse qui n'a rien à voir. Bon, il était resté dans la limite de la normalité, mais qu'importe. Et puis, c'était une manière de dire à Finette qu'il était très concentré quand il cuisinait. Mine de rien, le chain se détendit un peu pendant le repas. Oh, il y eut une légère tension quand son contractant se leva mais un tour vers son assiette témoigna qu'il n'avait pas terminé. Le sursit était encore présent. Toujours assis en tailleur, Naaru observa -il n'avait rien d'autre à faire- Finny écrire des trucs sur un papier. Il se demanda s'il avait la flemme de lui parler. Si l’Alzheimer gagnait son contractant. S'il voulait dessiner à table. S'il souhaitait lui faire un tour de magie. Et la tête du chain n'en finissait pas de se poser des questions de plus en plus saugrenues jusqu'à ce qu'enfin il soit débarrasser de tout ça. Finny tendit le morceau de papier et le stylo vers lui. De nouveau, des tonnes d'idées fleurirent dans son esprit. Mais son contractant coupa clairement :

- Tiens, notes donc ce que tu veux dessus. Pas de trucs bizarres, hein.

Ouais, la dernière fois, c'était des croquettes pour chien. Finette les avaient même pas achetés, croyant qu'il se fichait encore de lui. Mais il était sérieux. Y'avait des gens qui avaient goûtés les croquettes et qui trouvaient ça bon. Il aurait bien voulu tester mais non, le destin s'était acharné contre lui. Naaru passa un instant le stylo dans ses cheveux, l'air de réfléchir en fixant le morceau de papier. Pendant ce temps, Finette continuait son repas. L'écriture très arrondie de Finn tranchait clairement avec les longues lettres effilées de Naaru, pourtant si serrées qu'on parvenait parfois difficilement à comprendre ce qui était écrit. En tout cas, Nana n'avait pas d'idée. Tellement pas d'idée que la seule chose qui lui vint à l'esprit, il marqua en auto-dérision pour lui-même. Il sourit, écrit encore quelque chose et le tendit à son contractant. Voici, littéralement, ce qui y était écrit.
« Banana » et en-dessous « place pour le théâtre » surligné et souligné. Nana voulait vraiment y aller, et Finn passerait probablement devant le théâtre pour aller faire les courses. Peut-être même qu'ils vendraient des places au supermarché. Qu'importe.

Naaru sentit que sa tranquillité touchait à sa fin. On pouvait presque sentir son échine frémir. Ah, il détestait vraiment ça. On ne savait pas pourquoi, mais c'était un fait inéluctable, profondément encré dans ses principes. Principes inutiles qui lui pourrissaient la vie plus qu'autre chose, soit dit en passant. Il n'eut pas besoin de se faire prier pour faire comprendre à son compagnon la signification du « non » prononcé quelques secondes plus tôt. Suivit majestueusement du :

-Si.

*Ah, le démon, le vil démon. Vous ne voyez pas ses cornes ? C'est à cause de ses cheveux mais elles sont bien là !*

Finn se leva. Naaru eut un semblant de grognement. Il lui suffisait de se lever à son tour pour que Finn l'emmène de force dans la cuisine. Il savait qu'il n'avait pas le choix. Son regard était rivé sur celui de son partenaire. On pouvait voir dans ses yeux la répugnance quand au travail qui l'attendait. Pourtant...
Il n'y couperai pas.

-Je vais mettre le bordel dans ta chambre.

Voilà que l'autre prenait déjà les assiettes pour les emmener dans le lavabo. Nana se poussa volontairement dans son siège, comme pour prendre un appui sur sa position déjà scabreuse. Il fronça les sourcils, pensant à ce qui l'attendait. Il croisa les bras, l'air déjà boudeur. Il détestait faire la vaisselle, mais il détestait encore plus quand l'AUTRE l'observait faire. C'était la pire des humiliations pour lui, et il haïssait profondément lorsqu'on s'amusait avec ça. Il examina la position du contractant, faisant mine d'accorder une attention particulière à quoique ce soit d'autre. Or, en ce temps de gros problèmes, Naaru savait se concentrer sur quelque chose d'utile.
Il n'y couperai pas

-Je cuisinerai la prochaine fois.

Nana se plaignait. Il continuait sans cesse. Il voulait faire regretter ses paroles à Finn. Mais rien n'y fit.
Il n'y couperai pas.

Il se leva d'un bond, ses mains dans ses manches et se dirigea avec force et rage dans la cuisine. Son ami avait l'air décidé à le regarder. Lui avait l'air décidé à s'exiler. Mais il souhaitait dormir dans son lit. Moralité, ce n'était pas une bonne idée. D'où sa subite envie d'en terminer au plus vite. Il lança avec toute la fougue dont il était capable le torchon à sa droite, remit les mains dans ses manches, les sortit l'instant d'après et ouvrit l'eau tellement fort qu'il en sursauta lui-même. Il enchaîna le lavage en quelques minutes, bien que le débit d'eau soit plutôt injustifié. Puis, il prit le torchon et se stoppa net. Comme pétrifié sur place. Le torchon était roulé en boule autour de sa main, prêt à l'usage. Il leva la main pour demander à Finn de se taire, parce que de toute façon il ne l'écoutait plus et parce qu'il entendait quelque chose d'autre. Un truc en particulier qu'il n'affectionnait pas. Du. Tout.

-Y'en a un.

Un quoi ? Nana était un être rempli de mystère. Il était à présent silencieux, sans bouger, dans une position assez étrange avec un bras tendus et deux pieds bien encrés au sol. Il inspira profondément. Ferma les yeux. Se concentra sur le bruit qui passait près de ses oreilles. Qui passait derrière lui. Qui tournait un peu, mais qui était encore trop rapide. Il se concentra encore davantage. Pris inconsciemment une fourchette pour la nettoyer, toujours dans cet état absolument incroyable et pas normal du tout. Il prit une subite inspiration et se retourna brusquement, face à Finn. Il lança d'un seul coup la fourchette qui visiblement s'était retrouvée dans sa main. En cours de route elle se métamorphosa en une espèce de pique très, très fin qui passa à environ cinq centimètres des cheveux de Finn avant de se planter dans le mur du fond. Les cheveux et les yeux de Nana avaient légèrement repris leur teinte de chain, mais il ne put tenir bien longtemps et la fourchette redevint fourchette, une petite mouche planté à l'une des pointes.

Comme s'il avait sué, Nana passa une main sur son front et continua la vaisselle sans rien dire. C'est qu'il était parfois TRÈS flippant comme gosse.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   23rd Août 2012, 00:46

Il faudrait filmer Nana pendant une journée, et vendre ça comme film documentaire. Ça ferait un malheur.
Si les caméras existaient, bien entendu.
En attendant il faut se contenter d'observer le spécimen en vrai, et accepter de ne pas trouver de raison à ses agissements farfelus. Même s'il doit y en avoir une. En fait, Finny ne serait absolument pas surpris que Naaru ait une raison - à valeur discutable cela va de soit - pour chacun de ses agissements. Franchement, Banana devrait un jour songer à écrire un livre sur sa perception de la vie.
Et à la publier sous un nom d'auteur anonyme si il ne veut pas qu'on le retrouve et l'envoie en asile, mais c'est un détail.

- Que peu importe le boucan que je fais, quand t'es dans ta cuisine, t'as du persil dans les oreilles.

A cela le contractant ne peut que lui renvoyer un regard plat, oscillant entre le "on appelle ça de la concentration" et "j'ai plus aucun espoir pour toi". Et il a l'air fier en plus.
En fait ce pauvre Nana est discriminé. Si il avait été plus jeune, ce serait sûrement mieux passé. Malheureusement pour lui il est adulte. Enfin, aux dernières nouvelles. Des fois Finn a des doutes. Enfin des fois Finn ne fait pas son âge non plus, surtout quand il s'ennuie et décide d'aller embêter le quartier, avec la chain derrière. En faisant passer le tout pour une expérience, pour que l'autre suive. Oui, Finny a développé des techniques exprès pour traiter avec Nana. Le pire ? C'est que ça marche.
Et puis il jette un regard curieux a ce que Naaru a ajouté sur la liste. Un sourire lui échappe au "Banana", en extérieur il a l'air amusé.
Au fond, il pense très sérieusement qu'il va les avoir, ses bananes. Oh que oui. La dernière fois c'étaient des croquettes pour chien, mais il ne les a pas eues. Finn a eu trop peur d'en retrouver partout, et s'est même dit que, quand même, Nana ne pouvait pas sérieusement vouloir cela.
En fait si. Le bougre.
Et puis il y a la place de théâtre, entourée, soulignée, si il avait pu il y aurait mis des panneaux clignotants. Ce qui tire un petit rire au contractant. Il y tient à son théâtre. Mais Finny a promis, et il tiendra la promesse. Reste juste à voir ce qui se joue en ville. Enfin comme ses connaissances en théâtre sont très - comprendre : extrêmement - limitées, peu importe ce qui se joue il prendra.

La fin du repas arrive et avec elle la fin de la récréation. Enfin, pour Nana. Pour Finny, elle continue. Il dissimule son amusement à voir son compagnon se renfrogner, refusant de faire la vaisselle. Comme si il allait y couper.

- Je vais mettre le bordel dans ta chambre.

Si le contractant devait lui aussi écrire un livre sur Nana - parce que c'est une source d'inspiration et un sujet intarissable semble t-il -, il écrirait un guide. Mode d'emploi du Naaru Irwin.
Règle numéro un : restez ferme. Campez sur vos positions.

- Comme si tu avais besoin d'une excuse. J'ai rangé la tienne au fait, tu as vu ?

Il finit sa phrase avec un grand sourire satisfait, très content de lui même. Règle numéro deux : Le Naaru est une espèce bordélique qui maîtrise à la perfection l'imitation de la tornade sur un territoire délimité comme sa chambre, ou un appartement entier si il s'ennuie vraiment - c'est la technique secrète de la tempête tropicale hors saison -. C'est à vous qu'il incombe la tâche de ranger. Mais faites le sans broncher et avec le sourire, vous serez récompensés quand vous le lui annoncerez.

- Je cuisinerai la prochaine fois.

Le contractant se met à rire ouvertement. Règle numéro trois : Le Naaru ne sait pas cuisiner, quand bien même cela lui sauverait la vie. En fait, il considère lui même ses créations culinaires avec septicisme. Ne le laissez pas approcher de la cuisine si vous tenez à la vie.

- Nana, tu te rappelles la dernière fois que tu as tenté ? Même toi l'a reconnu. Pour notre survie à tous les deux, et le bien de mon porte-monnaie, tu ne cuisines pas.

En plus il ne ferait à l'arrivée que produire plus de vaisselle. Et gâcher des provisions.
Finalement la créature finit par se lever l'air énervé, et piétine jusqu'à la cuisine. Règle numéro quatre : Quand on veut, on peut. N'oubliez pas de profiter du spectacle quand vous agacez le Naaru, c'est souvent très drôle.
Et évidemment, cette fois encore, ça l'est. L'autre s'est lancé avec ardeur dans la vaisselle, probablement pressé d'en finir, tandis que son contractant veille avec un air satisfait. Enfin, il le garde aussi à l'oeil pour s'assurer qu'il aille au bout, et ne tente pas de tout cacher dans un recoin obscur, ou d'inventer il ne sait quel stratagème pour éviter d'avoir à laver le tout. Bon le débit d'eau est abusif et fait froncer le nez de Finny de mécontentement, mais il laisse faire.

Soudain, la créature se fige, intimant le silence d'une main. Règle numéro cinq : le Naaru est une créature des Abysses imprévisible. Il est inutile de tenter de sonder son cerveau, il débarquera toujours avec un nouveau tour.
Le plus jeune l'observe avec suspicions. Quoi encore ?

- Y'en a un.

Il hausse un sourcil. Un quoi ? Il le regarde faire dans sa position étrange. Et quand il prend une fourchette, son regard fait un zoom dessus. Mauvaise idée de laisser le Naaru avec un objet potentiellement dangereux dans les mains quand il commence à partir dans un autre monde. Finn décroise les bras, avançant la main dans l'idée de bloquer le bras de la chain. Des fois que cette fourchette lui échappe malencontreusement, qu'il la lan-

Zoum

ce.

... Okay.

Ok. Ok ok ok. Ok. Ok. Ouais ok. Parfaitement normal comme réaction. Ok. C'est pas comme si il venait de se rendre compte - une fois de plus - qu'il

abrite un dangereux spécimen animal avec des pouvoirs que l'Abysse aurait dû mettre entre d'autres mains. Ok.
Règle numéro six : Soyez toujours sur vos gardes. Surtout quand il fait la vaisselle.
Le contractant reprend contenance, ses yeux s'étant légèrement écarquillés sous le coup de la surprise grise avec un turbo passée près, trop près de sa tête. Evidemment, Naaru a repris sa vaisselle comme si de rien n'était. Pendant ce temps, le contractant risque lentement un regard en arrière vers le mur. Bien entendu, plantée dans ce dernier trône une fourchette dans toute sa gloire, une mouche empallée dessus.
Finny aurait presque pitié de la mouche.
Note annexe : inutile d'investir dans ces mixtures tues mouche. Ne pas acheter de service à vaisselle dans un métal cher.

Les immeubles de ce quartier ont réellement des murs en mousse.
Le contractant déloge la fourchette du mur, mouche avec, et la tend presque perplexe à la chain.

- T'as oublié une tâche là.

Il va peut-être dormir plus longtemps que prévu. Le rapport de mission attendra. En mémoire de la mouche qui a eu une fin particulièrement traumatisante.
Finalement l'humain sort de son état de semi-hébètement en se passant une main sur le visage, puis en s'étirant. Il commence alors à faire route vers sa chambre. La chain a pratiquement fini de toute façon. En étouffant un baillement, il lance par dessus son épaule :

- Rappelles-moi pourquoi on est amis déjà ?

Bonne question. Finn entre en traînant à moitié des pieds dans sa chambre, le poids de la fatigue soudain revenu puissance mille sur ses épaules. Il n'a le courage de tirer ses rideaux uniquement que parce qu'il sait que sinon, le Soleil ne le laissera pas dormir le lendemain. Et puis il s'écroule comme une masse sur son lit, tête la première dans le coussin tandis qu'il écoute ce que fait la chain. Pourquoi ils sont amis, hein ?
Règle numéro sept : Le Naaru est attachant, bien qu'on ne sache pas encore pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   27th Août 2012, 10:29

La vaisselle avait toujours lorgné Naaru du regard. Sans doute était-ce pour ça qu'il détestait cette tâche quotidienne. Enfin, il faudrait véridiquement dire que toutes les tâches ménagères l'ennuyaient au plus haut point. Le chain avait vécu dans l'Abysse pendant un certain moment. Il tombait souvent en dépression à cette époque-là. On le voyait assis sur une chaise flottant dans l'air. Parfois, il s'étalait sur le sol mouillé de l'Abysse, fermait les yeux et espérait avoir une tranquillité le temps de dormir un peu. Il était souvent attaqué par d'autres chains. Pour lui, le bordel de l'Abysse était devenu son habitude, et il ne se retrouvait jamais au même endroit le matin et le soir, si la notion du temps avait bien sûr sa présence en ces lieux. Pour en revenir à ces tâches, Nana ne voyait tout simplement pas l'intérêt. Quand il avait faim, il mangeait. Si l'idée lui venait de nettoyer l'Abysse, il pourrait abandonner son contrat avec Finn, car même dans cent cinquante ans, il n'aurait pas terminé. Nana n'éprouvait pas le besoin de manger dans l'Abysse. Mais venu ici, il a bien compris que c'était nécessaire.

- Comme si tu avais besoin d'une excuse. J'ai rangé la tienne au fait, tu as vu ?

Ah, ils parlaient de la chambre, oui. Le sourire fier de Finette laissa échapper un grognement de la part du chain. Oui, il avait vu, non, il n'avait pas apprécié. Rien que pour ça, ses doigts le démangeaient rien qu'à l'idée de tout renverses dans la chambre de son contractant. Et puis, ce serait à lui de lui sourire sournoisement. Il garda ses pieds en tailleur, et enserra ses chevilles de ses mains, en détournant la tête d'un air boudeur. Il détestait quand son contractant jouait avec lui de cette manière. C'était totalement déloyal. Il leva le menton d'un air égal et poursuivit sur sa lancée. Oh oui, cuisiner lui posait un sérieux soucis. Jamais il n'avait préparé quoi que ce soit. Même éplucher des concombres. Il serait bien capable de les couper en trop fines lamelles, si bien qu'elles termineraient en soupe. En tant que chain, il avait acquis des capacités particulières légèrement inhabituelles pour des humains, et il avait encore du mal à identifier ces fameuses différences.

- Nana, tu te rappelles la dernière fois que tu as tenté ? Même toi l'a reconnu. Pour notre survie à tous les deux, et le bien de mon porte-monnaie, tu ne cuisines pas.

Et l'autre se marrait. Ah, il pouvait rire, s'égosiller sur des paroles de Nana. Oui, il ne savait pas cuisiner. Oui, il avait terminé dans l'Abysse à régurgiter ce que son organisme n'était pas capable de supporter. Et puis, il n'était pas d'accord. Il n'avait pas reconnu officiellement avoir mal cuisiné. C'est son ventre qui a parlé pour lui. Aucun son ne fut sorti de sa bouche ce jour-là. Alors non, il avait tort. Tout d'abord boudeur, Nana finit bientôt par serrer les dents pour croiser les bras. Il n'aimait guère qu'on lui fasse part de ses légers dysfonctionnements culinaires, et encore moins qu'on s'en moque. Il l'avait cherché certes, et sa phrase était servie sur un plateau, mais il n'apprécia pas. Se levant finalement, il ronchonna d'une voix terriblement frustrée avant de se diriger en trombe vers la salle de bain, prêt à égorger la vaisselle qui lui tombait dans les mains.

-Le jour où, pour te défendre dans l'Abysse, tu utiliseras un concombre, tu m’appelleras... !

Ah franchement, personne ne lui avait appris à cuisiner -et de toute façon en vérité ça ne l'intéressait pas-, en conclusion il ne pouvait pas savoir. Pour lui, c'était une sorte d'alchimie étrange. Comme sa capacité à forger le métal en modifiant la structure des molécules formant le fer par exemple. Il aurait pu débattre longtemps sur cette façon de faire, et Finn n'y comprendrait rien. Peut-être même qu'il n'y accorderait aucun intérêt lui aussi. Enfin, sait-on jamais, avec les humains... Naaru avait appris à vivre comme un guerrier, point. La nourriture dans l'Abysse était un passe-temps. En revanche, il avait tué de nombreuses fois. Peut-être était-ce vraiment ça la différence qui le séparait des humains normaux. Ce train de vie qu'il n'a peut-être jamais eu avant d'avoir passé son contrat.

S'attelant à son exercice de vaisselle, Naaru passa les deux assiettes. S'il avait vécu plusieurs années plus tard, il aurait connu le lave-vaisselle et toute sa torture aurait été annihilée en un rien de temps. En attendant, il vivait sous le joug de son maître, forcé aux travaux ménagers jusqu'à ce que mort s'ensuive. Il ne méritait pas ce mode de vie. C'était un chain, pas une boniche de dernière zone, prête à tout pour obéir... jusqu'à un certain point tout de même. Il ronchonna un temps comme ça, sans se rendre véritablement compte de la facture d'eau et des ustensiles qui passaient entre ses mains. Oh si, un peu quand même. Il eut un léger frisson lorsque sa main parcourra le bois d'une cuillère. Il la connaissait bien, cette camarade de guerre. Il l'aurait bien cassé, mais étant donné l'animal derrière lui, il risquait de se faire taper sur les doigts encore plus que lorsque l'ours était dans sa tanière. Il râla donc, à défaut de mouvements.

La mouche passa dans son champ de vision ultra performant, assuré 180°. Ne restait plus que le projectile à lancer. La fourchette en main, il arma légèrement le bras tandis que son contractant semblait s'approcher, visiblement pas rassuré. Nana prit ça pour une demande d'aide, et s'il n'avait pas été gêné par cet insecte volant, il aurait donné le torchon à la main si gentiment tendue. Doucement, il se retourna pour reprendre cependant la vaisselle, une fois la fourchette plantée dans le mur. Il devait terminer cette vaisselle au plus vite.

- T'as oublié une tâche là.

Naaru se tourna vers la source du bruit. Il vit le visage de Finn perplexe, et ne put s'empêcher de lui-même ignorer la raison de cette étonnement si prononcé. La mouche l'avait énervé, il l'avait tué, point à la ligne. Il n'attentait pas à la vie de son maître, bien au contraire. Il lui assurait un sommeil serein sans l'ombre d'un bruit terriblement gênant. Voilà tout. Il prit la fourchette dans ses doigts fins et délogea la mouche qui était venu s'y planter. Elle n'avait qu'à pas se trouver dans le périmètre de sécurité du chain. C'est ainsi. Une fois dans sa main, il lança un regard heureux et souriant à son camarade et lança un :

-Merci !

Terrifiant par son honnêteté et sa joie. Faisant volte-face, Nana fit légèrement couler l'eau, envoya la mouche faire un tour dehors en la lançant par la fenêtre, et nettoya une seconde fois la fourchette. Il avait réellement épuisé ses ressources de chain, et était à présent aussi inoffensif qu'un humain -tout du moins on l'espère-. Il allait lui falloir un long temps de repos qui pourrait durer d'une journée à deux entières. D'autant plus qu'il avait le sommeil lourd. Très lourd. Il observa du coin de l’œil son colocataire se passer une main sur le front et s'étirer. À cette vue, il ne put s'empêcher de rire doucement, amusé par sa réaction qu'il trouvait totalement injustifiée. Nana inspira tranquillement puis reçu de plein fouet une parole qu'il n'aurait jamais cru pouvoir entendre.

- Rappelles-moi pourquoi on est amis déjà ?

Ce fut à Nana de cligner des yeux cinq bonnes secondes. Amis ? Ce n'était pas première fois qu'il lui lançait ce mot-là à la figure, et ça n'avait de toute façon pas grand écho chez Nana, mais là il était soufflé qu'il lui en parle aussi naturellement. En général, c'était plutôt pour l'embêter qu'il lui racontait ça, mais là c’était honnête. Nana ne désirait pas répondre. C'est pourquoi il secoua vivement la tête avant de lâcher un léger « tss » témoignant de son accusé de réception. Intérieurement, il souriait, et cela ne tarda pas à se répercuter sur son visage, mine réjouie.

Une fois la vaisselle terminée, Nana laissa tout sur le plan de travail. De toute évidence, il savait où ranger, mais là, il n'avait pas la volonté de tout mettre en bordel. Et puis, laissé à l'abandon comme ça, ça lui plaisait bien. Il mit le torchon près du reste de la vaisselle propre et prit le couloir pour rentrer dans sa chambre. C'était la dernière porte, et juste avant, il y avait la porte de Finn. Il entendit qu'on tirait les rideaux. Puis, simultanément, il jugea qu'il était préférable de casser son contractant encore plus qu'il ne l'était plutôt que de s'évertuer à mettre un peu d'ordre dans sa chambre avant de dormir. Et puis, il avait encore en tête cette chambre rangée qu'il voulait mettre en bordel. Doucement, il ouvrit la porte à moitié fermée et s'infiltra dans un début d'obscurité pourtant bien avancé vers le lit de Finette. Il entendit, silencieux, l'humain s'écrouler sur son lit, comme une ancre qu'on jette à la mer. Une fois tout près, il décida d'imiter son coéquipier et s'écroula à son tour sur la masse informe sur le lit, d'une manière nettement plus théâtrale et exagérée. Il était persuadé d'être tout près de l'oreille de Finn, c'est pourquoi il lui chuchota l'air de rien :

-Dis, j'peux dormir avec toi ?

Autant dire que Finn voulait dormir par terre, avec un pelleteuse pareille à ses côtés. Oui, car Nana était un gros ronfleur désordonné quand il dormait, surtout quand il était bien fatigué.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   28th Août 2012, 05:15

Le contractant étouffe un baillement. Il est temps d'aller au lit, et promptement. Avant qu'il ne se mette à imiter Nana et ne s'écroule n'importe où.
Sérieusement, sa capacité à dormir sur le sol quand son lit est à trois pas dépasse complètement le contractant. Une fois il l'a retrouvé en train de piquer un roupillon sur le tapis du salon, un air de parfait contentement sur la figure. La scène l'avait tellement déconcerté qu'il avait levé les bras au ciel, et laissé là la masse sur le sol, décidé à l'ignorer. Pourtant au tout début de leur relation, il était attentionné et tentait de réveiller la chain à chaque fois qu'il s'endormait n'importe où dans l'appartement pour qu'il aille se placer au moins sur le canapé, mettant ça sur le compte de l'Abysse qui fait des trucs étranges au cerveau. Quand il a vu que l'autre n'en avait cure - pire, il l'avait même soupçonné à l'époque de faire ça exprès pour l'énerver - il avait abandonné.
Du coup l'animal continue encore de nos jours, sous les yeux impuissants de son contractant. Tenter d'inculquer quelque manière que ce soit à Nana est cause perdue, surtout que ça amuse plus la chain qu'autre chose. Du coup Finny ferme les yeux la plupart du temps, sauf quand l'autre tente délibérément de l'énerver ce qui en général marche. Après on dit que c'est lui méchant, hein...

- Le jour où, pour te défendre dans l'Abysse, tu utiliseras un concombre, tu m’appelleras... !

Il lève les yeux au ciel. Cet argument... Il ne sait même pas si il y a des concombres dans l'Abysse. Il y a des concombres dans l'Abysse ? Et puis pourquoi est-ce qu'il voudrait se défendre avec un concombre alors qu'il a des pouvoirs et ... Prise de tête, il devient comme Nana. A se poser des questions qui n'ont pas lieu d'être.
Fichue chain.

- Laisses les concombres en paix c'est une espèce pacifique. Et je suis assez certain que tu peux tuer quelqu'un en l'écrasant sous une tonne de concombre.

Avec une logique pareille, petit Finn ira loin dans la vie. Jusqu'à ce qu'il finisse lui aussi écrasé sous une tonne de concombre. Vu les chances que cela arrive, il a encore de belles années devant lui.
Cela étant si il ne se fait pas tuer par une fourchette volante à géométrie variable avant.

- Merci !

Vu le spécimen terrifiant - oui, c'est le mot - qui vit sous son toit, le doute est permis.
Honnêtement, une joie pareille après avoir tué une mouche en l'empallant sur une fourchette ? Pas normale. Pas normale du tout et même dérangeante. En fait, c'est sûrement le signal pour aller dormir. Oui, ça doit être ça. S'éloigner de l'autre un moment. Plonger dans le lit. Et avoir la paix.
Evidemment, comme il est maudit, la chain en a décidé autrement. Deux secondes, c'est le répis qui lui a été accordé sur son matelas avant que la catastrophe suivante ne lui tombe dessus. Au sens propre.
Le contractant sursaute et s'apprête à relâcher l'enfer sur la créature pêcheresse qui vient troubler son repos, quelque soit sa nature.
C'est sans compter sur :

- Dis, j'peux dormir avec toi ?

Un ange passe. Finny considère un instant l'idée d'abandonner, de rendre les armes, de reconnaître que l'autre est plus tenace que lui, de lui dire oui, et de s'endormir pour faire passer tout ça plus vite.
Ou d'attendre qu'il s'endorme pour ensuite l'étouffer avec la couette mais après il faudrait se débarasser du corps, et il n'y a pas assez de place pour l'enterrer dans le pot de fleurs sur le balcon. Parce que oui il y a un pot de fleurs. Des fleurs résistantes d'ailleurs vu le peu d'attention qui leur est accordé.

* Pourquoi ? Hein, pourquoi ? J'avais fait quoi de mal ce jour là quand je suis tombé sur cette brèche pour qu'il y est ce monstre au milieu. Je comprends que l'Abysse ait fini par le recracher. Je comprends parfaitement. MAIS POURQUOI SUR MOI ?*

Lamentations intérieures mises à part, il ne peut en fait pas rendre les armes. Sa fierté le lui interdit.
Il se retourne d'un coup d'épaule tout en envoyant l'autre par terre sans ménagement. Le tout sans prévenir, histoire de ne pas y passer aussi. Manquerait plus qu'il tombe de son lit avec. Non mais.

- Non.

Simple, court, net et précis. Il lui dirait bien de rentrer dans sa niche aussi, mais ce serait sujet à débat. Ou à représailles de la part de l'autre, et il veut dormir. Le chiot fou attendra le lendemain pour exprimer son mal-être. En plus Finny est sûr qu'il fait ça uniquement pour l'embêter. Comme 80% de ses actions quand le contractant est dans le coin.
En fait, même quand il n'est pas dans le coin. Comme toutes ces fois où il est rentré pour trouver son pauvre appartement retourné une fois de plus. Pauvre, pauvre appartement.

Fidèle à lui même, Finn décide de grogner une menace en plus, pour faire bonne mesure :

- Sinon demain tu fais aussi la lessive.

Il n'avouera bien sûr pas qu'il a déjà prévu de lui déléguer une partie de la corvée, parce que les kimonos de la chain comptent trop de pièces pour que ce soit raisonnable et qu'il trouve ça trop fatiguant à laver. Et d'abord pourquoi est-ce à lui de le faire, hein ?
Après ça, plus vite que Nana ne pourrait se rappeler de son prénom, il attrape sa couette et s'enroule dedans comme une chenille dans sa chrysalide. Histoire de bien faire comprendre que c'est du une place, ici. Ou en tout cas, qu'il a décidé que c'en est. Il enfonce même sa tête dans son oreiller et marmonne d'une voix étouffée:

- En plus tu ronfles comme un ours.

Un cataclysme sur pattes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   29th Août 2012, 12:12

Ha... haaaaa, le contractant se mit à bâiller. Ça, c'était à ce moment que la machine Naaru se mettait en marche. Plus Finette était fatigué, plus sa patience était limitée, comme la majorité des humains en vérité. Nana émit comme un espèce de sourire sadique, qui ne tarda pas à devenir innocent lorsque son camarade posa au hasard ses yeux sur lui. Nana était un vrai squatteur, avouons-le, sauf qu'en plus de squatter tout ce qui avait l'air d'être immatériel, il prenait un malin plaisir à torturer la personne matérielle à ses côtés, qui, malgré tout, subissait ses assauts répétés en bronchant. D'ailleurs, si Finny n'avait pas pris cette habitude de ronchonner ou de s'énerver contre son chain, Naaru serait probablement tombé dans une dépression dont même le plus résistant habitant de l'Abysse ne pourrait se sortir. Nana était le piment très fort de Finn, et réciproquement. Au final, ils s'aimaient bien, hein ?

La vaisselle était enfin en phase terminale. Les couverts étaient soigneusement lavés -même celui qui avait embroché une pauvre mouche- puis essuyés. Nana avait beau se plaindre de mille tortures sans qu'on l'ai touché, il était avant tout méticuleux dans tout ce qu'il faisait -même sans s'en rendre compte, ce qui était visiblement le cas ici-, que cela passe du bouquin laissé en plein milieu du salon ou bien de l'observation de l'unique plante trônant sur son meuble. D'ailleurs, à y bien observer, on pouvait se demander comment cette plante pouvait tenir le choc face à la tornade qu'était mister Naaru. À chaque fois qu'il voulait déranger un endroit, ça commençait par sa propre chambre. Or cette plante semblait toujours résister aux assauts continus de son drôle de colocataire, et ce sans broncher -sans doute pour cette raison que Nana n'y fit pas attention-. En tout cas, le chain avait déjà passé de longues heures à observer cet étrange phénomène grandir pour rapetisser l'instant d'après. La plante, si on pouvait l'appeler comme ça, était moins haute que le pot -en plastique brun pur imiter la poterie qui, sachons-le, est cassante- qui la maintenait en terre. Elle semblait faire la gueule tous les jours, mais avec des volets continuellement fermés ou rarement ouverts pour quelques rares exceptions, la plante n'avait autre lumière que le faible rayon du soleil émit et réverbéré par le faible interstice d'une porte entrouverte. Nana ne s'en occupait, pour ainsi dire, pas. Tout ce que Naaru savait, c'est qu'elle survivait par sa seule feuille produisant ce que l'on appelle le procédé de photosynthèse.

- Laisses les concombres en paix c'est une espèce pacifique. Et je suis assez certain que tu peux tuer quelqu'un en l'écrasant sous une tonne de concombre.

Tout comme les concombres produisait aussi la photosynthèse... mais non ! Ce sont des fruits ça. Enfin, des légumes, mais les fruits de la plante qu'était le... concombrier ? Naaru se prit la tête dessus pendant un certain moment, sans penser un instant qu'il était bien loin du sujet principal qu'il avait abordé sans plus de transition. Et c'est avec cette même non transition qu'il lança un regard très sérieux à son contractant pour finalement poser la question qui s'éloignait vraiment du sujet.

-À ce propos, le concombre, c'est un cucurbitacée ou non ?

Après avoir gentiment remercié son contractant de lui rendre la mouche et le couvert qu'il ne tarda pas à rapidement nettoyer, il sentit son camarade quitter les lieux sans plus de représailles. Quoi ? Il n'allait pas le suivre à la trace pour être persuadé qu'il range tel ou telle chose au bon endroit. Lorsqu'il fut parti, Naaru émit un léger sifflement pour marquer son étonnement. Eh ben, s'il avait su que son contractant était aussi fatigué, il se serait amusé plus tôt. Quoiqu'il l'avait déjà fait. Et même s'il ne le montrait pas, dès lors qu'il se serait couché dans son lit, il dormirait et Finny serait débarrassé de lui pendant deux bonnes journées. Ce qui veut aussi dire qu'il n'aura pas de bouche à nourrir pendant ce temps. Voilà pourquoi Nana voulait en profiter un maximum pendant qu'il en était encore temps.

L'espace d'un instant, il reconsidéra la phrase de Finny prononcé précédemment, et compris enfin ce dont il était question. Une tonne de concombres.... mais qui aurait l'idée d'aller chercher une tonne de concombres pour assommer un chain avec ? Quoiqu'il était vrai que dans l'Abysse, on pouvait trouver n'importe quoi, que ce soit de la nourriture ou des morceaux de murs. Une vrai déchetterie. Un jour, Nana irait chercher un concombre dans l'Abysse, et le ramènerai à Finn. Il ne saurait pas combien de temps ce truc difforme aurait vécu là-bas, mais après tout, l'Abysse était en quelque sorte hors du temps, alors il pouvait toujours rêver.

Une fois la vaisselle étalée de tout son long sur les trois tables de travail logées côte à côte, Nana ne pu s'empêcher de lorgner la chambre de Finn. Il s'était écraser comme une masse, et lui-même l'avait vu le faire. Et c'est d'ailleurs pour cette raison que le chain voulut faire de même et si possible embêter son contractant, parce que, avouons-le, c'était tellement plus marrant. Il lui demanda alors si c'était possible qu'il dorme avec lui. Il savait pertinemment qu'il refuserai, mais il tentait sa chance.

- Non.

Le chain grogna tout en se sentant partir sur le côté. Il s'écrasa comme une crêpe s'écrase sur le sol après qu'on l'ai faite sauter sur une poêle. Sauf qu'il était à l'origine sur un lit, et que la poêle, il aurait préféré ne pas la laver. Mais qu'importe, le chain grognait, et son grognement passa par-dessus la couverture légèrement dépassante du lit. Son nouveau jeu à présent était d'empêcher Finny de dormir. Ça avait l'air de plutôt bien marcher pour le moment. Mais le pire était à prévoir. Il entendu son contractant ronchonner quelques menaces auxquelles Nana ne tint pas compte sur le coup. Il vivait au jour le jour, et il se trouvait que malheureusement demain, il serait indisponible pour cause de déconnexion partielle -il faut qu'il respire quand même- du cerveau.

- Sinon demain tu fais aussi la lessive.

Et le Finny animal prit sa couette pour s'en enrouler comme une carapace. Une idée lui vint alors. Ça n'allait pas être facile, étant donné que le lit de Finn était collé au mur d'un côté mais il se résolut à le faire quand même, car rien n'arrêtait un chain résolu, surtout celui-. Comme pour répondre à la méchante réplique de Finn, Nana se plaça en tête de lit, prêt de la tête du jeune homme justement, et lui lança en tâchant de paraître le plus sérieux possible.

-Tu veux que je te fasse un massage ?

Le chain était relevé, et il sautillait de partout, comme pour réveiller son contractant qui parvenait difficilement à dormir à côté d'une furie pareille. S'il avait fait jour, Nana aurait même ouvert les rideaux. Mais non. Il faisait nuit. Et il avait la flemme d'allumer une bougie ou autre pour fêter la fatigue graduelle de Finette. Il souriait à en frustrer ses mâchoires. Et ça contribuait à le maintenir sur place aussi. S'il s'écroulait maintenant, il dormait. Alors il sautillait, comme pour s'éloigner un maximum du sol tentant. Mais moins tentant que son lit, lui même moins tentant que le lit de Finn. Moralité, il voulait dormir dans le lit de Finny.

- En plus tu ronfles comme un ours.

Nana se stoppa. Il fronça les sourcils. Les ours ronflaient-ils ? Un jour, il irait vérifier de lui-même. Mais pas pour le moment, il avait d'autres chats à fouetter, semblait-il. Il sauta une nouvelle fois sur ses pieds, après un faible instant de reprise de souffle. Nana n'avait actuellement pas la force d'un chain, mais celui d'un humain normal, de sa taille tout du moins, et de celui d'un homme qui combat souvent. Bon, d'accord, il devait être légèrement au-dessus de la moyenne, mais rien de plus. Finalement, il passa du côté où le lit touchait le mur et aussi rapidement qu'il le put, il poussa de toute ses forces la chrysalide emmaillotée dans ses couvertures. Le petit Finn ne risquait pas de se faire mal, avec sa dose de protections. Il y eut un « pouf », signe du choc visiblement agréable puis un autre « pouf » qui signalait plutôt un Naaru qui s'écrasait sur un lit qui ne lui appartenait pas. Il avait délogé son propriétaire. Mais il lui manquait la couverture, alors il tira de toutes ses forces sur la couverture refermé sur Finette. Il ne voulait plus parler, et s'amusait comme un petit fou.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   30th Août 2012, 07:24

Banana est tout compte fait un excellent suplément au surnom initial de Naaru. Parce que des fois, et sans mauvais jeu de mot, c'est réellement une banane. Et même une armée de bananes à lui tout seul. Ainsi, quand il lui demande si le concombre est un cucurbitacé, Finny n'a qu'une envie : aller se terrer dans un coin pour ne plus jamais en ressortir. Il est trop fatigué pour se demander si le concombre est un cucurbitacé. De toute façon cucurbitacé est un mot complètement étrange, aux consonnances bizarres, et qui fait facilement fourcher la langue. En somme, un mot qu'on évite à l'oral. Normalement. Sauf quand on s'appelle Nana et qu'on est une banane.
Pour info, oui le concombre est un cucurbitacé - du latin Cucurbitaceae -. De la famille du melon, qui du coup en est un lui aussi. Ils forment la sous famille des Cucumis. Passionnant n'est-ce pas ? Wikipedia n'a rien à voir là dedans, bien sûr.

Cette histoire de concombre risque de revenir dans la tête de Finny au moment où il s'y attendra le moins si il ne fait pas un plat à base de concombre rapidemenent dans la semaine. Et si Nana n'aime pas ça, il ne pourra s'en prendre qu'à lui même. Un jour pour l'occuper, le contractant devrait penser à lui demander une liste de ce qu'il aime et n'aime pas manger. Tranquille pendant plusieurs heures, oh que oui. Le problème c'est que cela ne marcherait qu'une fois. Un jour il tombera à court d'expériences et d'activités à lui fournir. Parce que quand il aura fait le tour... Enfin, peut-être pas. Après tout cela fait plus d'un an qu'il voit des oiseaux dehors et ça continue à le distraire comme un chat.
Il devrait peut-être en capturer un et l'adopter... Ou un poisson... Mais pauvre bête. C'est comme la plante dans la chambre de la chain. Le fait qu'elle soit toujours en vie tient du miracle. Finn s'en occuper quand il va faire un raid armé d'un chiffon et d'un sac dans la chambre de Nana, mais sinon... Il devrait lui demander, un jour, par quel miracle il tient la pratiquante de photosynthèse en vie. Ça se trouve, il n'en sait rien lui non plus.

Enfin pour l'instant, il est trop bien installé et trop occupé à ignorer Nana pour justement lui poser la moindre question. Il a parfaitement conscience de la présence de l'autre derrière lui et s'enfonce un peu plus dans sa couverture, avec l'espoir vain qu'il abandonne la chasse si il ne voit plus sa proie. Connaissant le prédateur et sa tenacité, c'est peine perdue.
Evidemment, la suite se doit de lui donner raison.

- Tu veux que je te fasse un massage ?

Ben tiens. Pour toute réponse, Finn disparaît complètement dans son bouclier de fortune, lançant de toutes ses forces des vagues mentales pour repousser l'envahisseur. Il va bien finir par se lasser de tenir le siège, non ? Sauf si, bien entendu, il passe à l'attaque. Pour l'instant il entend la créature sautiller sur place derrière lui, ce qui a le don de faire repartir en flèche son tempérament. Encore un peu et il va surgir lui même de la couette pour se jeter à la gorge de la chain comme une bête sauvage.
Ou juste le traîner lui même jusqu'à sa chambre, et l'y enfermer pour de bon. Bref, s'assurer qu'il ait la paix pour la nuit.

Le silence soudain du côté de la chain l'inquiète. Oh il rêve de silence actuellement, oui oui. Sauf qu'un silence quand Nana est présent et décidé à en faire voir de toutes les couleurs à son contractant, c'est inquiétant. C'est même malsain en fait. Du coup Finny se risque à décaler un pan de son cocon pour pouvoir observer son environnement. Juste à temps pour voir une masse malfaisante se jeter entre lui et le mur. La seconde qui suit, il est poussé sans ménagement par terre. La surprise couplée au choc inattendu le laissent un instant dans un blanc mental. Jusqu'à ce qu'il sente sa couverture tenter de remonter sur le lit comme prise d'une volonté propre. Et tout le monde sait que les couvertures ne bougent pas d'elles mêmes.
Une de ses mains surgit donc des profondeurs duveuteuses où elle était bien au chaud pour s'emparer du bout de couette fugitif et lui aussi se met à tirer sur la couette, par réflexe.
Réaction ô combien intelligente, mais sur le coup c'était soit ça, soit il attrapait n'importe quoi de raccroché au corps de Nana sur le lit et tirait dessus tout aussi fort. Une rapide évaluation de la situation lui a bien dit qu'il avait plus de chance d'attraper la couverture que la chain. Avec ça il en a presque oublié d'exprimer son ressentiment.

- Il va t'arriver des ennuis Naaru Irwin.

Oh le nom de famille. D'ailleurs pourquoi une chain a un nom de famille le dépasse un peu. Il existe des familles de chains ? Enfin ce n'est pas le moment de se poser de telles questions. Non, le moment est plutôt à voir que tirer n'ammènera rien de bon et qu'il faut opter pour une aute approche. Le Nana est rusé, mais le Finny aussi.
Parfois.
En fait souvent il est juste impulsif. Comme là. Parce qu'il faut avouer que se redresser en écartant le cocon, un bout dans chaque main, puis se jeter sur le lit pour attraper la chain et ensuite ramener tout le monde par terre, c'est pas très malin. Il a de la ressource pour quelqu'un de fatigué. Enfin, Nana aussi. Le problème c'est que Nana en a plus. Il va donc falloir gagner la guerre de manière sournoise, parce qu'à l'endurance il va perdre.
Enfin, maintenant qu'il a attrapé la chain, les ennuis mentionnés plus tôt frappent à la porte. Les ennuis en question ont l'apparence de deux mains dont le propriétaire connaît certaines techniques déloyales. Une en particulier qui marche très bien.
Les chatouilles.
Sur les côtes s'il vous plaît, sinon ça ne marche pas. Et encore, il y a un périmètre délimité assez précis. Sur lequel Finn est un jour tombé par hasard et non, vous ne voulez pas savoir comment il est tombé dessus.

- Meurs.

Malgré le mot, un sourire menace de percer sur son visage qu'il tente de garder renforgné. Il faut dire que c'est difficile de tirer la tronche et de chatouiller en même temps.
Après plusieurs secondes de torture, il tend un de ses bras pour attraper un oreiller sur son lit - l'autre ne lâchant pas sa proie -, qu'il écrase ensuite prestement sur la face de l'autre homme. Satisfait de son travail, il retourne sur son lit, converture sur le dos. Et cette fois, il prend bien garde de se coller au mur. Petite créature menaçante dans le noir. Mais il a retrouvé son territoire, victoire !

- T'as un lit, et même une chambre j'te signale.

Oui il précise qu'il a une chambre, parce que des fois que la chain ait l'idée saugrenue de ramener son lit dans la pièce juste pour coller aux dires du contractant qui se retrouverait alors à fulminer tout seul dans son coin... On ne sait jamais avec Nana.

- En plus je me suis donné tellement de mal pour la ranger...

Il ne résiste pas à l'envie d'ajouter une petite remarque mesquine sur le rangement prononcée sur un ton faussement plaintif. Bien qu'il espère qu'avec ça, Nana filera dans sa tanière, ne serait-ce que pour la bordéliser un bon coup.
Si l'envie d'user son contractant jusqu'à l'os est plus forte, en revenche... Il est mal. Mais la chain est fatiguée, non ? ... Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   30th Août 2012, 11:35

Son passe-temps favori. Il n'y avait pas à dire, Nana prenait un malin plaisir à embêter Finette, son jeune contractant. Finn jouait le gros dur, mais le chain n'y croyait pas une seconde. Et c'était souvent un problème, surtout quand son camarade voulait lui faire passer une nouvelle très importante sur un ton sérieux. En temps normal, avec des inconnus tout du moins, Nana était quelqu'un d'ouvert, mais sans plus, souvent plongé dans ses pensées et s'éloignant du monde. Pourtant, là, il avait une chose en tête, comme un post-it qui ne voulait pas se détacher de son front. Et ce post-it clignotait par un quelconque effet spécial avec des lettrines dorées en son centre représentant le nom « Finn ». Voilà. Nana était un vrai buté de la vie et un suiveur de première. Après tout, un chain devait être aux petits soins pour son maître -ou pas d'ailleurs- et Nana exécutait avec brio cette pensée -encore une fois ou pas-.

Naaru s'était mis en tête, maintenant qu'il était sur le lit, de se saisir de la couette pour enfin compléter la maille qui manquait à un sommeil en douceur. Bon, il n'avait pas vraiment besoin du sommier. Un simple matelas, une couverture et un oreiller lui suffisait. Et puis, il était habitué à devoir dormir dehors quelques fois. En général, perché du haut d'un arbre ou caché dans les fourrés, c'est à ce moment qu'il se rendait compte qu'il aurait bien voulu ramener le matelas. Non pas se remettre en cause sur la raison pour laquelle il était dehors. Non pas non plus parce qu'il n'aimait pas l'endroit. Non. Il voulait simplement ramener son matelas. Et avouez qu'un matelas dans un arbre, c'est du plus grand effet, surtout quand la couleur d'origine est blanche.

- Il va t'arriver des ennuis Naaru Irwin.

Nana siffla avec un air impressionné. Non pas qu'il était impressionné. C'était même l'inverse. Et si possible il aurait même appuyé ça d'un « Oh, mais qu'le ton monte », mais il trouva que le simple effet du sifflement était suffisant. Il se moquait ouvertement de ses paroles. Par contre, il n'eut pas vraiment le temps de comprendre ce qu'il se passait et fut brutalement bousculé pour tomber à terre. Il trouva la surface lisse légèrement molletonnée accueillante. C'est qu'elle lui avait fait du grain quelques secondes plus tôt, avec son air enjôleur « viiiiieeeeeens dormir ». Et donc bref, Nana observa son contractant pour qui la tronche restait bornée à n'afficher aucun sourire. Lui, ça lui donnait envie de rire, de manière à savoir combien de temps il tiendrait ainsi.

En revanche, ce que Naaru n'avait pas du tout prévu, c'était la vile technique de son contractant pour le rendre tout à fait inoffensif. Le fameux guili affectueux mais visiblement pas si affectueux que ça. Nan ne put résister bien longtemps, et il pouffa pour finir sur un rire toujours aussi cristallin qui donnait le sourire à de nombreuses personnes. Mais il fallait croire que Finn avait pris sa dose d'anti Nana et qu'il était à présent totalement immunisé contre lui.

- Meurs.

Le chain continua à rire encore longtemps, aussi longtemps que les chatouilles durait. Il ne pensait pas son contractant si fatigué pour utiliser cette technique qu'il avait trouvé il ne sait comment. En attendant, il se tordait sans rien pouvoir faire, hurlant pour ses amis les voisins qu'il n'en pouvait plus. Et c'était vrai pour le coup. Finalement, les chatouilles cessèrent et Nana s'essuyer du revers de la main les quelques larmes ayant coulées de ses yeux. Quand il riait, il ne faisait vraiment pas semblant. Sauf s'il voulait faire semblant et en général, ça se remarquait bien assez vite, puisqu'il prenait naturellement une voix plus grave. Ça en avait surpris plus d'un d'entendre son vrai rire. On aurait dit un gosse. Qu'il était encore très certainement. Et puis... de toute façon, Nana plongeait souvent dans les voix de ténor ou même parfois de contreténor quand il parlait normalement.

Aussi vite qu'il put, son contractant remonta sur le lit et reprit sa couverture, après avoir donné un gros coup d'oreiller à son chain, ceci dit en passant, histoire de l'achever. Nana étendit ses bras lorsqu'il sentit Finny sur son lit. Il soupira et ferma les yeux un instant. Curieusement, il se sentit fatigué -après un coup d'oreiller pareil, n'importe qui aurait pu tomber dans les pommes-, et il se releva lentement, prêt à retrouver son lit chéri pour le squatter. Mais Fin lui donna une nouvelle opportunité de continuer à l'embêter. Quelle dommage, s'il était resté silencieux un peu plus longtemps, Nana serait retourné dans son lit. Mais non. Une autre fois peut-être.

- T'as un lit, et même une chambre j'te signale.

Un rictus naquit sur le visage de Nana, aussitôt évaporé par la suite de sa phrase. Oui, rangé. Il avait vu qu'elle était rangée cette chambre. Trop bien. Il n'aimait pas la perfection. Et ce mini diablotin face à lui était ce qu'il redoutait, surtout quand il était armé d'un balais et d'un sac plastique. LE sac plastique par excellence. En plus le fourbe n'osait pas faire le ménage en présence de Nana. Ah ! Ça lui donnait une idée, même si elle n'avait aucun rapport avec ce qu'il pensait actuellement. Il sortit lentement de la chambre sans rien ajouter. Dans le couloir qui n'était pas plus large que deux personnes côte à coté, il déboula l'instant d'après dans sa chambre, histoire que l'autre ne pense pas à fermer sa porte à clé. Il tira de toutes ses maigres forces son matelas, qui céda dans un gros « pouf » en tombant au sol. L'agrippant à pleine main, il l'emporta jusque dans la chambre de Finn. Posté devant sa porte, il la rouvrit et lâcha le matelas qui vint se poser dans l'encoignure de la porte, à moitié chez lui, à moitié dans le couloir. La porte de Nana était encore ouverte et il en profita pour aller chercher la plante en lançant dans le couloir.

-Ouais, mais tu m'ordonnes pas d'y aller.

Il avait lu quelque part que c'était pas bon de déplacer une plante. Mais elle ne devait rêver que de ça. Il empoigna sa grosse couverture ainsi que son oreiller et les posa brutalement sur le matelas, pour finalement s'écraser dessus. Comme il avait aussi sa plante dans la main, il y eut un peu de terre ET sur le matelas ET sur le sol de la chambre de Finn. Il plaça la plante face à lui, sur le matelas, de manière à ce qu s'il bouge n'importe comment elle puisse -et ai de très grandes chances- de tomber. Il se coucha et passa sa couverture sur lui avant de lancer, très sérieux :

-Attention, la plante photosynthétique te regarde.

Et Nana ferma les yeux.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   3rd Septembre 2012, 10:35

Naaru se fiche de sa tronche méchant. Enfin, comme d'habitude en fait. Et après c'est lui le méchant ? Tss. Il ne prend même pas la peine de répliquer, parce que "dormir" est maintenant en top priorité sur sa liste des choses à faire. Dormir. Pas encore à tout prix, mais bientôt comme pour le plan vigipirate le but passera en code écarlate. Et là, une armée de Nana pourrait débarquer des enfers de l'Abysse, rien à faire. Il dormira. Et l'armée attendra le lendemain.
Honnêtement, si Nana venait à se dupliquer un jour par quelque moyen que ce soit, Finny risquerait de faire une attaque. Un seul, ça suffit. Merci bien. En plus où est-ce qu'il les mettrait ? Il rentre dans le placard Nana ? Il devrait essayer un jour pour voir... En plus, il doit avoir la clé du placard en question quelque part. Juste pour voir combien de temps un chain peut survivre enfermé dans un placard. Il peut bien faire ses propres expériences aussi, hein.
Pour l'instant il a juste assis sa supériorité - assez littéralement par ailleurs - sur la chain. Avec une méthode fourbe et déloyale mais hey. C'est lui qui est venu contester le territoire en premier lieu. Et puis vu comme il en rigole, c'est que la technique ne doit pas lui faire trop mal. Au contraire même. Finny est un si gentil maître.
Ou pas.

Quand après l'assault final - traduction : le coup d'oreiller dans la face - il n'entend plus Nana, il pense avoir gagné son repos. Bien mérité d'ailleurs. Du coup, très content, il se tourne pour faire dos au mur - toujours enroulé dans la couette - et ferme les yeux.
Pour les rouvrir cinq secondes après, quand un "pouf" tout à fait louche parvient à ses oreilles. Le "pouf" en soit n'est pas ce qui est louche. Mais couplé à sa provenance, il en devient une sacrée menace. Mais Finn est trop flemmard pour se lever. Même si voir que sa porte est restée ouverte lui chatouille les nerfs et qu'il meurt d'envie qu'elle se referme toute seule. Il y a des trucs comme ça, comme une porte de placard ouverte, qui vienne vous titiller jusqu'à ce que vous remédiez au problème. Vous le savez, la porte le sait, mais la flemme est plus forte. Jusqu'à ce que la balance s'inverse. Mais de toute façon, cette fois, il n'aura pas l'occasion de débattre dessus.

Depuis son poste d'observation, bien que caché du monde, Finn voit tout. Tout. Et il insiste impuissant à l'invasion de son territoire privé par l'envahisseur bipède, plaqué au lit par ce grand ennemi de l'homme: la flemme. Le débarquement se fait à l'aide d'un matelas qui provient sans l'ombre d'un doute du lit de l'attaquant. Comment l'idée a même pu lui effleurer le cerveau en premier lieu est à des années lumières de la compréhension du plus jeune. Si Finny avait été quelqu'un d'autre, il aurait couiné quelque chose à mis chemin entre la peur et le désespoir. Mais Finny étant Finny, il ne couine pas et regarde juste la scène sans piper mot, l'incrédulité l'ayant rendu muet.
Honnêtement. Pourquoi ? Pourquoi l'autre ne peut-il pas rentrer sagement dans son lit ? Pourquoi ?

- Mais pourquoiii tu te donnes tout ce mal ?

En fait si, Finn vient de retrouver sa voix pour lâcher une longue plainte sur une voix aux accents un chouilla désespérés. Et il se roule en boule sur lui même comme un animal qui voudrait se protéger d'une agression extérieure. Le tout en gardant un oeil sur l'animal, bien sûr.

- Ouais, mais tu m'ordonnes pas d'y aller.

Le contractant grince des dents. En plus ce vilain chain sait que, bien qu'il pourrait le faire pour avoir la paix, en fait Finn ne lui donne que rarement des ordres. De vrais ordres. De ceux que leur lien particulier forcerait Nana à leur obéir.
Bref. Il grince des dents parce que l'autre se paie sa tête. Mais vu l'heure et son état de fatigue, son énergie va plutôt à élaborer un plan pour avoir la paix. Il se vengera plus tard d'une manière ou d'une autre de toute façon. En plus, cela fait un petit moment qu'il n'a pas rendu visite à la fleuriste... Peut-être qu'il devrait aller lui acheter un bouquet de ces fleurs qui font fuir Nana comme si il avait une armée de ces concombres abyssaux à ses trousses. Oui, courir comme dans ses pires cauchemars où il se retrouve poursuivit par des bonbons à la fraise à pattes géants. Et des bonbons exhibitionnistes. Sans leur papier. Oui Jean-Charles. Complètement traumatisant comme cauchemars que de se faire poursuivre par des bonbons nus. En tout cas, Nana avait l'air complètement traumatisé le jour où il l'a raconté à Finn. M'enfin, le fait qu'il ait, le jour d'avant, joué quelques tours à Nana incluant ces bonbons n'était peut-être pas complètement étranger à l'affaire.
Bon ok. Des fois Finny a ses moments de gloire sur Naaru. Aujourd'hui, c'est l'inverse. La bête au poil soyeux prend ses aises. Et pas qu'un peu. L'a même ramené une invitée surprise avec elle.

Il fait peut-être sombre mais le super radar-maniaque à la pointe de la technologie du contractant détecte avec une précision inouie que de la terre vient de quitter le pot pour atterrir sur SON sol. La phrase précédente est hyperbolisée - et celle-ci doublement hapaxisée - pour les besoins de la narration, merci de votre attention.
Finn se rapproche du bord de son lit. En se tortillant dans sa couette qu'il refuse de lâcher. Sans lâcher la plante en pot des yeux.

- Attention, la plante photosynthétique te regarde.
*Oh mais moi aussi je la regarde.*

Sur ce Nana semble s'être étalé - et installé - pour la nuit.
Et Finny pendant ce temps est en plein duel de regard avec la plante verte. C'est difficile de faire une bataille de regard avec quelque chose dont on cherche le regard en fait. Après une vingtaine de secondes, le silence est troublé par un froissement. Finn vient, via une technique ninja mystérieuse, de s'assoir sur le bord de son lit. Sans sortir de la couverture. On applaudit l'exploit. On applaudit encore plus fort quand il se lève, et commence à avancer en faisant des pas de moucheron, car il n'a pas la place d'écarter les jambes - et merci de ne pas regarder cette phrase avec ces yeux là -. Arrivé à hauteur de la plante, le rouleau de printemps géant se baisse, attrape la plante en pot avec précautions entre deux... Membres inconnus cachés sous la couette mais probablement ses mains et/ou ses bras, et, avec le même type de pas que précedemment, avance jusqu'à sa commode où il pose la chlorophylienne.
L'instant suivant, il semble rayonner de la satisfaction du travail bien fait. Et ses yeux se braquent aussitôt sur son lit. Puis sur celui - ou tu du moins le morceau - de Nana. Son lit. Celui de Nana. Son lit. Le matelas de Nana.
Il a une mauvaise appréciations des distances. Mais même lui peut constater que son lit est plus éloigné que le matelas de la bête par terre. Et...
Il a la flemme de faire le chemin inverse jusqu'à son lit.

Alors il piétine jusqu'au bord du matelas de l'envahisseur, saute dessus sans - on ne sait trop comment - se casser la figure, va jusqu'au bout, s'assoit d'un coup - sûrement que le choc de sa chute va faire faire un bond à Nana - et termine sa manoeuvre en s'allongeant.
Le tout sans jamais sortir de sa couverture. Il adresse quand même un dernier regard à sa chain.

- Mon lit est trop loin.

Et avec ça il ferme les yeux, bien décidé à s'endormir en moins de cinq secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   4th Septembre 2012, 08:49

Le chasser de Finn était devenu un sport mondiale pour la planète Naaru. Espérant ou pas qu'elle existe, le premier représentant de son espèce, Naaru Irwin, semblait doté d'un appareil mesurant l'énervement de son spécimen favori. Il fallait dire que le plus amusant, c'était de voir où s'arrêter pour ne pas franchir la limite de l'ordre. Car lorsque l'ordre parvenait, le Nana n'avait plus trop le choix, et le contrat qui liait les deux zigotos obligeait le plus âgé à se calmer. Heureusement, Finette était quelqu'un de râleur et de masochiste qui aimait bien qu'on le maltraite. Ce fut donc pour cette raison que Finn utilisait rarement ce don qu'il avait de renvoyer Nana dans son panier. Et le chain en profitait pleinement.

Et le voilà qui ramena son matelas dans l'encoignure de la porte, afin d'empêcher qu'elle ne se ferme. Ajoutez à cela la présence de la plante photosynthétique qui voyait tout. Ses yeux, c'était les multiples nervures qui composaient ses quelques feuilles encore présentes. Plus il la fixait, plus Naaru songeait que la plante avait une sacré envie de vivre. Ou tout du moins survivre.

- Mais pourquoiii tu te donnes tout ce mal ?

Le chain sourit de toute ses dents, en se cachant toutefois du visage fixateur de son contractant. Et voilà, l'attitude désespérée commençait à faire surface. Bientôt, Nana pourrait aller dormir sans demander son reste. Plus que quelques minutes et il disparaîtrait. Ou pas d'ailleurs car il avait jugé que cet endroit était plutôt accueillant pour dormir, et son lit était trop loin. En plus, il avait tout ce dont il avait envie et surtout besoin. Et la plante non carnivore montait la garde face au bonhomme. Bonhomme qui ne tarda pas à... à... faire quoi au juste ? Naaru se retint. Oui, il se retint d'exploser de rire. Au lieu de ça, il se cacha de la vue de Finn en se tournant sur son lit pour lui faire dos. Se recroquevillant par habitude, il posa sa main sur sa bouche pour étouffer la crise de rire qui venait.

-Parce que c'est toujours marrant de voir ce que tu vas faire après.

Oui, car il trouva les humains très inventifs sur l'instant. On aurait dit un saucisson saucissonné dans sa couverture. Ou bien un paquet. Finalement au bord des larmes, le chain ne put s'empêcher de fixer de nouveau son contractant qui faisait preuve d'une agilité hors norme pour tenir la plante afin de la reposer sur la commode, à côté d'une seconde. Les deux seules plantes verte de la maison, à vrai dire. Il fallait dire que Nana était très doué pour déranger la maison, et mettre de la terre par terre, c'était tellement amusant. Doucement mais sûrement, Naaru se calma et observa son contractant le fixer de toute sa hauteur. L'espace d'un instant, il crut qu'il allait faire demi-tour, lassé de tout ça. Mais finalement non. Nana eut à peine le temps d'esquiver le semblant de coup. Il se retrouva pendant un dixième de seconde projeté un l'air, bien que Finette ne soit pas très lourd. Et en fin de compte, ce dernier élu domicile sur son matelas. Le chain était fatigué, probablement aussi fatigué que son contractant. C'est pourquoi il n'insista pas.

- Mon lit est trop loin.

Ben voyons. Mais il ne le prit pas mal. Ce fut même l'inverse qui se produit. Nana se tourna du côté du saucisson blanc. Hm, à mieux y voir, il aurait plutôt pensé à du boudin blanc. Il paraît que ça existe. Bref. Le chain se tourna vers son contractant et fit usage de ses mains et de ses pieds pour entourer la chaude carcasse duveteuse. Ce ne fut pas bien compliqué, car Finette n'était pas bien grand ni gros. Il inspira tranquillement et ferma les yeux. Mais comme ça ne lui suffisait pas, il se mit sur son coude pour se relever légèrement et chercha du regard le visage de son contractant. Lorsqu'il l'aperçut, il prit sa main libre pour dégager sa mèche de cheveux qui tombait et fit un bisou sur la joue à son ami contractant. Par la suite, il se laissa tomber en arrière et reprit possession de ses anciennes marques.

-Bonne nuit...

Qu'il lança naturellement alors qu'il serrait toujours dans ses bras dans un majestueux câlin la couverture de Finn, la sienne étant délaissée sur le bord du matelas. Les yeux clos, ce dernier les rouvrit dans un éclat de malice et lança, amusé :

-... boudin blanc.

Sur ce, il alla à s'endormir. Après tout, il enlèverai bien vite l'étau qu'il avait formé en dormant. Puisqu'après tout, il était désormais bien parti pour le faire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   7th Septembre 2012, 11:57

Il est maintenant clair que, passé un certain pallier de fatigue, le cerveau de Finn s'éteint. Oui parce que sinon, il aurait eu l'intelligence de dire à la flemme d'aller se faire mettre, et de ne pas s'étaler sur le matelas de Naaru. Parce que franchement, niveau stratégie, il faudra repasser. Quelle idée. Pourtant il ne demande qu'à dormir, et la chain aussi est crevée. Alors pourquoi ? Se questionner n'amènera rien. Rien du tout. Il faut juste se résigner. Ce soir, le Nana a gagné. Demain est un autre jour, et le Nana va morfler. Mais pour l'instant le Nana peut dormir sur ses deux oreilles, parce que le Finny a fait griller son cerveau et une bonne partie de ses capacités motrices et cognitives avec. Limite si il a encore l'énergie nécessaire pour pousser une gueulante. Même pas besoin de compter les moutons, de toute façon il se prendrait le premier dans la figure.
Nana devrait léguer son cerveau à la science quand il mourra. Ils pourraient y trouver des choses intéressantes. D'ailleurs c'est étrange de se dire que Naaru survivra probablement bien après Finny, si il ne se fait pas tuer au combat entre temps. Coincé dans un corps qui ne veillit et ne vieillira pas. Mais en même temps... Naaru n'est pas humain, c'est une chain. Alors, est-ce qu'il s'en soucie vraiment ? Ce serait normal qu'il ne s'en préoccupe pas. Il faut être un peu ouvert d'esprit quand on traite avec une chain, il pense différemment, et il n'y a pas à le forcer à suivre la vision des humains. Ce que Finn avait fini par comprendre passé les premières semaines. Maintenant si il râle, ce n'est pas parce qu'il voit les choses comme un humain, mais parce qu'il voit les choses comme lui même et que Nana, peu importe son espèce, a un don prodigieux pour lui taper sur le système. Il le sait et en abuse. Finny le sait et ça l'énerve encore plus. C'est un cercle vicieux. Pauvre chou.

- Parce que c'est toujours marrant de voir ce que tu vas faire après.

Beh tiens. En fait Finn doit être une sorte d'animal étrange que Nana prend plaisir à observer, c'est ça. On se demande qui regarde qui, en fait. Le contractant ne fait que grogner en réponse. Le cerveau éteint, aucun trait d'esprit ne lui vient, il ne reste que les fonctions primaires dont le grognement fait partie. Qu'on le laisse pioncer en paix. Nana paiera. Mais Nana paiera demain. La maison lui fait crédit, et il y aura bien entendu comme dans tout crédit des intérêts. Merci d'avoir ouvert un compte chez Finn Baskerville Bank.
Il verra ce qu'il va faire après. Mais... Après, justement.

Ou peut-être plus tôt qu'après, en fait. Il se tend d'un coup quand il sent une masse envahir son espace personnel.

*Quoi. Encore.*

Décidemment le Nana ne tient pas en place une seconde dès qu'on approche le Finny de lui. Finny qui se tortille un peu dans son cocon pour lui jeter un regard meurtrier - enfin, autant qu'il peut, crevé comme il est - par dessus son épaule. Evidemment le Nana n'en a cure. Le Nana a un geste affectueux pour le Finny. Le Nana en a même un deuxième qui transforme le regard meutrier en étonnement plein et évident sur le visage du contractant.
Est-ce qu'il vient juste de lui faire un bisou ? Les chains font des bisous ? Où est-ce qu'il a encore appris ça ?

- Bonne nuit...

Pourquoi il le lâche pas ? Il a pas l'intention de s'endormir comme ça hein ? Hey Nana...

- ... boudin blanc.

... Crevure.
La surprise se mue immédiatement en froncement de sourcil menaçant. C'est qui le boudin blanc d'abord hein ? Quelle idée d'avoir eu la flemme de retourner sur son lit là où il n'y a pas de Nana pour envahir son territoire et...
C'est crevant toutes ces pensées. Franchement. Il caresse du neuronne un instant l'idée - pour la n-ième fois - de baisser les bras et de juste dormir. Mais non, il fallait qu'on le crée têtu. Du coup il se tourne complètement, presque nez à nez avec Nana puisqu'il est toujours tenu par ce dernier.

- Nana. Tu m'as fait un bisou.

Oh, pauvre Finny n'a pas l'air de s'en remettre. En fait en temps normal il aurait probablement balayé le fait, peut-être poussé une petite gueulante si il était d'humeur, mais comme il est complètement crevé, son cerveau n'arrive pas à passer outre l'obstacle. Du coup il en est encore au traitement de cette information là. Vraiment Nana, il fallait le laisser s'endormir en temps et en heure. Maintenant c'est un peu plus délicat.

- En plus tu me tiens toujours.

Et là encore, en temps normal il l'aurait secoué en ajoutant un petit "vire" bien placé. Parce qu'en temps normal, dans la situation acutelle, il serait particulièrement irité. Mais oui, il sait être autre chose que grognon quand Nana est dans le coin. Si si, des fois il lui fait même des câlins de lui même. Parce qu'il l'aime bien quand même. Un petit peu. Même si il ne le dit pas souvent.

- Et c'toi l'boudin. D'abord.

Il serait presque mignon. Avec tout ça il n'a pas bougé. Pas qu'il ait l'intention de le faire parce que c'est trop fatiguant, et que ses yeux luttent un peu pour rester ouvert. Et puis aussi, il ne l'avouera pas, mais c'est pas si mal comme place. Enfin, on pourrait le torturer pendant un an qu'il n'en piperait mot. Il ne faut pas pousser mémé dans les orties non plus. Si Na' ne bouge pas ? Beh il ne bougera pas. La surprise au réveil n'en sera que plus intéressante. Ah cette traîtrise que de profiter des instants de faiblesse.

Il étouffe un baillement avec une main déplacée des tréfonds de la couverture spécialement pour l'occasion. Mince alors, encore un tout petit peu et ce serait le crash. En fait, crash imminent. Ce qui signifie victoire de la chain. Mince alors. Bon bah tant qu'à faire... Il met de côté toute once de fierté qu'il lui reste pour se caler plus confortablement contre la chain. De toute façon il sera horrifié au réveil de la même manière, et puis Nana lâchera sa proie pendant la nuit. Suspense sur qui sera par terre demain.
Au fond, face à Nana et à son âge, il n'est qu'un enfant quand toutes ses barrières tombent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 305
Age : 24
Personnages préférés : Break, Glen, Lily.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Irwin Naaru
Nom du Chain :
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   8th Septembre 2012, 06:56

La dernière chose dont Nana se souvenait remontait à quelque chose de lointain. Oui, c'était une lointaine impression d'avoir serré son partenaire amusant dans un immense câlin. Et puis, il pensait au boudin blanc. Dès lors que le chain avait fermé les yeux, il s'était retrouvé face à un boudin blanc. Non pas que ce fut la vérité, mais Naaru avait simplement plongé dans l'autre partie du monde. Pas celui de l'Abysse qu'il détestait, mais plutôt la partie inconsciente, les rêves.

C'était un drôle de décor. Comme dans la majorité de ses rêves. Les hommes n'étaient pas capable de rêver en couleur, contrairement aux femmes. Mais Nana n'était pas humain, par définition il ne rentrait pas dans ces critères. Lui voyait parfaitement bien en couleur. Trop de fois ces rêves ressemblaient à l'Abysse. Mais pas cette fois. C'était même l'entier opposé. Son entourage était blanc. Aussi blanc que la neige qu'il n'avait que rarement vu. C'était aussi cette neige qui l'avait vu la dernière fois humain. Mais lui ne s'en souvenait plus. Plongée dans cet environnement immaculé, le jeune chain n'était rien d'autre qu'un... qu'une chose indéfinissable. De près, ça ressemblait à une boule de poil. Et il fallait s'y faire, c'en était une. Une boule ronde de couleur beige, tranchant dans l'immobilité de son rêve. Le sol était une surface lisse, parcourue de monts et de bosses, qui commencèrent à s'animer au débordement d'énergie dont faisait preuve la boule de poil. Ça ressemblait petit à petit à de l'eau. Mais toujours trop lisse pour être réellement de l'eau en mouvement. Et la chose beige sautillait dans tous les sens.

Nana s'agitait dans son sommeil, à demi-conscient. Son rêve semblait se muer en cauchemar. Il n'aurait su dire pourquoi, mais la bestiole qu'il était lui faisait peur. Il y eut du remue-ménage. En effet, Finette se retourna pour faire face à son chain, qui, d'ors et déjà, dormait. Il y avait dans cette bestiole quelque chose d'étrange. Une façon de bouger, peut-être, ou tout simplement sa présence dans cet environnement hostile de par son uniformité. La bougeotte dont faisait preuve la petite bestiole beige commençait à taper sur les nerfs du rêveur, qui grogna à travers celui-ci. Il n'avait pas conscience de rêver, tout comme il ignorait être encore conscient, alerté aux moindres faits et gestes. Le ciel de cette immensité blanche se détacha soudainement du décor, virant tout à coup au rouge écarlate. Ce fut aussi le cas de la bête poilue.

- Nana. Tu m'as fait un bisou.

Un grognement s'échappa de sa gorge, malgré lui. Le ciel avait parlé. D'abord de très loin, puis plus perceptiblement, et enfin ce furent des mots distincts qui s'échappèrent du ciel ensanglanté. Il lui avait fait un bisou. Qui ? Nana. La boule se stoppa, au plus grand plaisir des yeux du chain, qui put enfin river son regard sur quelque chose d'autre qu'elle. Le sol s'écarta brusquement des pieds inexistants de la boule, qui fut envoyé plus près du ciel grâce à un arbre qui avait poussé là. D'un seul coup. La boule faillit tomber. Naaru s'agrippa fermement à la seule chose qu'il tenait. Avec une force magistrale, il serra plus fort la couverture de Finn, et avec elle le bonhomme à l'intérieur. Malgré toute la force dont faisait preuve la boule pour s'accrocher, elle continuait de tomber. Tomber de trop haut. Puis, il y eut un trou dans l'arbre soudain trop foncé. Plus elle tombait, plus elle avait froid. La boule en profita pour s'y agripper et se retint de tomber en rentrant à l'intérieur. De l'extérieur, Nana avait saisi une partie de la couverture de Finn et s'en servait à présent pour recouvrir son corps, se logeant en boule un peu plus près de son contractant. Sa propre couverture était trop loin. Dans un râle très significatif, il marmonna.

-... recommence pas.

En effet, la boule était de nouveau en train de sautiller dans son endroit sombre. Il semblait à présent bien plus gros que le fin interstice qu'il avait vu dans l'arbre. S'avançant encore un peu plus dans l'ombre, la boule de poil continua de sautiller. Et soudainement, il y eut un trou. Un premier auquel la boule échappa de justesse. Et puis, il y en eu un deuxième, puis un troisième. Le sol devint jaune. La boule se retrouva alors sur du gruyère, tombant au dernier trou. Il serra un peu plus la couverture et prit le bras du contractant par la même occasion. La chaleur certaine qui s'en échappa fit tressauter le chain. Le fromage fondit. Fondit, commença à sentir, et une chaleur certaine envahit toute la place. Naaru fronça les sourcils. Voilà, maintenant c'était de la cuisine. La boule se retrouva sur une surface noire, très chaude, et dut sauter de morceau de fromage en fromage pour ne pas mourir dans d'atroces souffrances.

- En plus tu me tiens toujours.

La poêle avait parlé, cette chose sombre qu'était le présent sol. Il le tenait ? Qui ? La boule s'échoua sur le bord de la casserole plate, monta jusqu'au manche et observa du trou de cette dernière ce que le prochain plongeon lui offrirai. La boule s'accrocha au rebord du manche et émit un petit cri en fixant le sol qu'elle ne voyait pas. Il y eut un bruit, un très gros bruit, qui fit sursauter la boule. Pour une fois, ce saut non-désiré la fit sauter du haut du manche, comme un plongeon. Le fromage fondu la rattrapa. Toujours plus fort, Nana garda la couverture comme s'il s'agissait du fromage fond qui lui avait tendu une corde bien odorante.

-... me lâche pas...

Mais le fromage le lâcha, et la boule tomba une nouvelle fois, dans un cri déchirant. On ne sut dire si c'était le cri du fromage déchiré en deux ou celui de la boule, ou bien les deux mêlés.

- Et c'toi l'boudin. D'abord.

boudin ?... il y avait du boudin. Tout comme une ribambelle d'autres aliments. Naaru avait repris sa forme originelle. Ou tout moins celle de chain, car ses yeux et ses cheveux avaient repris leur teinte d'albinos. Il était là, présent à une réunion de légumes en tout genres. Il observa autour de lui, et remarqua qu'il était dans son frigo. Enfin, celui de Finn. En face de lui trônait le roi de la soirée, le boudin blanc. Nana ignorait s'ils avaient du boudin dans le frigo. Les yeux de Nana papillonnèrent longtemps, rêvant d'une ouverture. En général, ça signifiait que le chain voulait se réveiller... rapidement. Parce que ça arrivait quelque fois, même si ça marchait rarement. Finette s'approcha de Nana, prêt à dormir. Le boudin blanc s'approcha rapidement et paru, de toute sa grandeur, près de Nana. D'un Nana qui avait un peu peur de la suite. Le boudin lui dit de toute sa légitimité qu'il le faisait boudin blanc. Et Nana fut transformé en boudin blanc. Le chain se réveilla d'un seul coup. Il ne bougeait pas d'un poil, mais ses yeux, grands ouverts, se fixaient sur la personne en face de lui. Finn en somme. D'un regard très sérieux, presque horrifié, il lança :

-Achète pas de boudin blanc. C'est dangereux.

Cette phrase dite, ses yeux papillonnèrent de nouveau, mais pour signifier l'inverse de leur rôle précédent. Dans la couverture, Nana relâcha subitement sa prise sur le bras de Finn et resta très rapproché de son contractant avant de s'endormir.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Prisonnier du temps:
 
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteryorphanage.com
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 24
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   16th Septembre 2012, 02:17

Nana semble être déjà parti au pays des songes comme un bienheureux. Bon ok, à en juger par les expressions - inutile de préciser que Finn les trouve hautement amusantes en plus d'être assez intrigantes - qu'affiche Nana, le songe qui lui est rentré dedans n'est peut-être pas des meilleurs. Mais encore une fois, connaissant l'énergumène, c'est tout à fait possible que ce soit quelque chose de très étrange, incluant divers trucs qui se mangent - du moins selon Nana- , des machins plus ou moins vivant, et un bordel plus impressionant que sa chambre quand il est de bonne humeur. Le contractant en est convaincu.

Prions pour que ça ne dure pas trop. Sinon il faudra se détâcher de la prise de fer, et retourner dans le lit à l'aute bout de la pièce. Qui semble siii loin. Vraiment. A condition déjà de se libérer de la prise de fer. On tourne en rond.
Et puis Nana commence à tenter de lui tirer sa couette. Oui mais non. Chacun la sienne non mais oh. Chain invasive jusqu'au bout. En plus il marmonne des trucs sans queue ni tête. Seulement Finn n'a pas la force de se débattre, juste celle d'observre impuissant cette force de l'Abysse avoir raison de lui une fois de plus. Raah, pour une fois qu'il était gentil et mignon hein. Tss.

Tout aussi impuissant, il se fait maintenant kidnapper un bras. D'ici à ce que Naaru le prenne pour la couverture, on est plus très loin. C'est qu'il serre fort en plus le bougre. Et allons-y qu'il lui dise de ne pas le lâcher, quand c'est lui qui le tient. A quoi est-ce qu'il peut bien penser, hein ? Ah, si Finny savait. Savait quel cas psychologique lui tient actuellement le bras. Beh peut-être qu'il serait effrayé.
Ou peut-être pas. Savez, l'immunité est un truc qui marche avec le temps, il y a les LB mémoire et... Bref. En plus ce n'est valable que pour les virus et les diverses bactéries. Faut des cellules et des capacités spéciales qu'on ne trouve pas dans le code génétique pour résister à Nana.
Conclusion : Finny est un mutant.

Honnêtement, vu comme le plus grand est agité, il doute de dormir toute la journée comme initialement planifié par lui même - travail vous dites ? Rooh, mais le patron l'aime bien. Et surtout sait qu'il fait des trucs bizarres de son temps libre, mais ne sais pas quoi -. Fichue Flemme qui l'empêche encore maintenant d'écouter la voix de la raison, qui ne crie pas assez fort à priori. Ou qui s'est déjà endormie, la coquine. Diantre. Ceci expliquerait cela. De toute façon, il est trop bien installé. Du moins, il l'était jusqu'à ce que Na' vienne lui broyer le bras comme si sa vie en dépendait. C'est qu'il a des bleus là lui en plus.
Mais encore, il en a partout de toute manière. Devrait être content de ne rien avoir de cassé, cet ingrât. Et pratiquement rien sur le visage. Le nombre de fois où il a fallu expliquer le pourquoi du comment de cet hématome ci, ou de cette balafre là... Maintenant ils pensent tous qu'il fait partie d'un gang ou d'un truc du genre et que c'est un petit bagareur. Alors qu'il a première vue l'air tout gentil tout mignon.
C'est ça, craignez-le, mortels.
Un tout petit peu.

Les yeux de Naaru papillonnent dangereusement. Oui, dangereusement. Qui sait, il va peut-être se réveiller d'un coup sec, se croire attaqué, et Finn subira le même sort que la mouche plus tôt. Triste, très triste fin. Non franchement ça ne le tente pas. Y'a plus glorieux comme fin, quand même. Du coup il observe avec suspicions, sur ses gardes, les faits et gestes de la chain. Des fois que...
Chain qui s'éveille d'un coup, complètement tétanisé. Et qui fixe Finn avec un espèce d'air de possédé qui, assez honnêtement, est en train de le faire flipper tout ses ancêtres. Et Dieu sait qu'il en a, vu son arbre généalogique.

-Achète pas de boudin blanc. C'est dangereux.

Il se rendort promptement. En fait, il a presque l'air de s'évanouir, ce qui en soit est inquiétant, mais bref.
Le contractant le regarde sans bouger. Une seconde. Deux secondes. Trois, quatre, cinq... Pour être sûr qu'il ne va pas se réveiller d'un coup comme ces shamans en pleine divination. Parce que oui, il serait capable de crier sous la surprise, et les voisins vont pas aimer. Surtout la voisine bisexuelle. Et vous ne voulez pas savoir comment Finn a obtenu cette information là.
Il finit par soupirer lourdement, se calant un peu mieux là où il est, maintenant que la voie semble sans danger.

- Un jour t'auras ma mort sur la conscience.

Et il espère bien que ça le hantera toute sa vie de chain, tiens. Vengeance au centuple. Il verra. Oh que oui, il verra.

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”   

Revenir en haut Aller en bas
 

”Nothing sucks more than that moment during an argument when you realize you’re wrong”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Réveil :: ♠ Habitations :: ♠ Appartement de Finn Baskerville-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com