AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 02. Labyrinthe ensorcelé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Masculin Messages : 339
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: 02. Labyrinthe ensorcelé   26th Juillet 2012, 10:59

Venez... Venez vous perdre dans ce dédale sans fin ! Allons n'ayez pas peur, il n'y a pas que des mauvais esprits qui rodent en ce lieux étrange. Vous vous sentirez seul et parfois traqué ? Mais qu'est-ce qui se cache vraiment derrière ces murs fait d’arbustes ? Seul vous pouvez le savoir. Sachez juste que vous n'êtes jamais seul. Gardez votre sang-froid ! Peut-être en sortirez vous en un seul morceau... Je parle bien sûr physiquement et moralement ♥.

Divers objets et meubles incongru peuvent être trouvés en ces longs couloirs silencieux. Que renferme-t-il ? Cela peut tant vous aider que vous causer d'avantage de soucis ! Une chose est sûr, quelque chose rôde dans ce labyrinthe et viendra à votre rencontre. Sera-t-elle à votre avantage ? Oh oh qui sait ? On n'est sûr de rien. Ici vos ennemis ne seront peut-être plus ceux que vous croyez, du moins, tant que vous êtes coincé ici. Ne faites pas cette tête voyons ! Ce n'est tout de même pas comme si vous étiez tombé dans l'Abyss ! ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 18
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   27th Juillet 2012, 07:43

Déambulant dans les rues peu peuplées de Réveil, une jeune fille écoutait ce qui se racontait et qui ne cessait de se répéter et de se répandre à une vitesse folle dans toute la ville. L’apparition de trous blancs qui vous aspirent. Un homme en est revenu et a prétendu avoir échappé à la folie. Cette même adolescente qui n’est autre que Fuyu n’y croyait pas trop. C’était stupide et irrationnel. Déjà que la légende sur cette prison qu’était l’Abysse avait à peine sa place dans son esprit, mais des trucs bizarres qui sortent d’on ne sait où pour vous aspirer dans un autre monde, c’était simplement inconcevable. S’étant réveillée de bonne heure, elle avait prit l’initiative de se balader un peu avant d’aller à la bibliothèque et d’emprunter quelques livres. Elle avait effectué un petit détour par les rues marchandes pour acheter de quoi se nourrir et n’avait pas manqué de prêter attention à la naïveté des gens qui avaient peur de ne plus revoir leurs enfants. C’était donc sur un pur coup de tête qu’elle décida d’aller voir d’elle-même ce qui se tramait. Suivant les instructions de quelques personnes qui lui indiquaient, étrangement, des lieux différents et qui ne manquaient pas de la traiter de folle au passage, elle finit par arriver dans un coin reculé et isolé de la ville.

Petite, on lui avait dit de partir du principe que tout le monde mentait. Après, il faut effectuer un tri et bêtement dénicher la vérité dans ce tas de mensonges. Ce qu’elle en avait déduit, c’était qu’il fallait se donner la peine de se déplacer pour avoir une preuve irréfutable, quitte à ne pas être acceptée par d’autres personnes qui ne vous croiraient probablement pas. Avec l’âge, quand elle commença à témoigner d’un certain intérêt pour les chiffres et les mathématiques, elle apprit à tout expliquer par la science et la logique. Nullement par des il-a-dit et des son-frère-a-vu. Mais peut-être qu’au fond, ouvrir son esprit n’est pas si mal. Avoir un peu plus confiance en les gens non plus.

Elle s’arrêta devant plusieurs bâtisses en ruines et, en plissant les yeux et en s’approchant d’avantage de quelques buissons, elle perçu un trou blanc. Se disant que ça devait être une farce, elle osa faire un nouveau pas. A ce moment, c’est comme si elle avait reçu une barre de fer en pleine tête. Sa vue se brouilla instantanément, le sol sous ses pieds se déroba et ses membres ne lui répondaient plus, si ce n’est son cerveau qui cherchait désespérément une explication crédible au lieu de trouver un moyen de remettre le contact avec les jambes et les bras. La dernière chose qu’elle aperçu fut du blanc. Un blanc immaculé qui recouvrait tout. Absolument tout. Après, plus rien. Le néant. Le chaos. Le vide. Mais ce n’était pas la sensation que ressentaient les héros des livres en tombant dans l’inconscience. Presque. Juste qu’au lieu d’une étendue de noir, c’était du blanc. Et elle avait beau s’être préparée au pire, elle ne s’attendait pas à cela. Pas à ce qu’elle se soit trompée à ce point là. Dans la confusion, elle crut entendre une voix. Son père. Elle savait que c’était dû au choc, ou du moins, tentait de s’en persuader. Comment en être sûre maintenant que tout devenait irréel et immatériel autour d’elle ? Il lui demandait d’ouvrir les yeux, de se réveiller. Mais elle l’entendait à peine. Ce ne fut que quand une voix plus aigue résonna dans sa tête qu’elle fut intéressée par ses dires. Le ton était goguenard et ce quelqu’un qui lui parlait réprimait un rire sarcastique. Les mots s’écoulaient, fluides et compréhensibles.
Ne sombre pas trop vite dans la folie !

Ses yeux s’ouvrirent sur un ciel dégagé et d’un bleu à la fois étincelant et profond ; mystérieux. Un peu rassurée par ce paysage familier, elle se releva en s’appuyant sur ses deux coudes. Ses pupilles se dilatèrent et elle étouffa un hoquet de surprise. Se mettant debout, elle tint d’une main sa tête qui lui lançait des éclairs et de l’autre, elle dégageait les quelques mèches de sa chevelure qui lui barraient la vue. Des rires commencèrent à émaner de partout, des ricanements, des mots incompréhensibles. Puis des cris de douleur, des pleurs et enfin, le silence. A peine la jeune Fuyu commença-t-elle à disposer ses pieds l’un devant l’autre, entamant une démarche lente, qu’elle constata se trouver à la porte d’une sorte de labyrinthe. Un portail de couleur or. Elle se retourna, pensant pouvoir revenir au point de départ qui n’était pas à plus d’un mètre, et s’étonna de ne voir plus rien. C’était flou et, l’espace d’un instant, elle se dit que sa vue avait brusquement chutée. Mais elle comprit que le problème ne venait pas d’elle. Non. C’était ce monde. Cet endroit. Ces voix. Tout ce qu’elle pensait n’être que sottises et qui abattaient sur elle toutes leurs cartes. Folle. Voilà comment elle finira, si du moins, elle ne l’était pas déjà. Sans perdre de temps, elle commença à courir droit devant elle, empruntant des passages au hasard quand elle rencontrait des croisements. Les murs étaient en pierre, recouverts d’herbes diverses ou même de mousse. Elle s’arrêta, une main posée sur le mur à sa gauche, penchée vers l’avant, l’autre main sur sa poitrine, haletante. Elle tentait de respirer et de remplir ses poumons d’oxygène, mais elle avait du mal ne serait-ce qu’à garder la bouche ouverte. Elle aurait voulu crier et marteler ces murs de ses poings, mais savait que ce serait leur donner ce qu’ils veulent. Parce qu’ils la surveillaient forcément. Quand elle releva les yeux, elle aperçu une chaise au pied cassé et un bureau à moitié encastré dans le mur. Elle s’approcha de celui-ci et tira sur les poignées des tiroirs à la volée, mais ils restèrent bloqués. Elle eut beau essayer, ça ne faisait que la fatiguer d’avantage. Elle grimpa dessus, se disant que de haut, elle aurait une vue imprenable sur ce labyrinthe. Mais quand ses deux pieds furent posés sur le bois, elle tomba à la renverse comme si quelqu’un – ou plutôt quelque chose – l’avait tirée en arrière.

En fermant les yeux, elle se rappela les nombreuses promesses qu’elle s’était faite. Devenir plus forte. Ne plus jamais être à la merci de qui que ce soit. Ne plus subir les moqueries d’autrui, quitte à en devenir méchante et agressive. Se défendre et ne plus se contenter de se dire qu’elle ferait de son mieux. Elle s’était tant de fois obligée à atteindre ce mieux et à le dépasser. A se fixer des limites et à aller au-delà. A voir un point au loin et y courir, puis en prendre un autre plus loin et tenter de l’atteindre le plus rapidement possible. Mais tout cela n’avait plus de sens, plus de valeur, si elle se retrouvait dans un autre monde. Dans un monde où la peur nous abritait constamment. Où le silence lui-même causait un vacarme dans l’esprit des gens. Y avait-il seulement des gens ? Ou était-elle seule ? La seule humaine ? Était-ce seulement possible ?

S’essuyant la bouche couverte de terre du revers de la main, elle se releva et épousseta sa jupe noire ainsi que son débardeur gris avant de marcher, abandonnant l’idée de courir. Elle sentit un vent glacial dans son dos, mais ne se retourna pas. Elle ne voulait pas savoir ce que c’était. Elle ne volait pas savoir ce qui était derrière elle. Elle voulait juste rentrer ses elle. Et vite. Ses yeux la piquaient et sa gorge lui causait des irritations. Serrant le poing, elle frappa aussi fort qu’elle le pouvait dans le mur de droite.
Folle ! Folle ! Le jeu était-il déjà fini ? Folle !
Inspectant ses phalanges en sang, elle finit par se demander si ce n’était pas son imagination qui lui faisait entendre des voix. Les rires s’accentuèrent pour lui ôter cette idée de la tête, tandis qu’elle resserra une deuxième fois le poing. Bien que cette fois-ci, elle n’y parvint pas, étouffant cri de douleur. Sa poitrine se soulevait et se rabaissait suivant le rythme de sa respiration qui se fit de plus en plus vite.

Il suffisait de prendre cela comme un jeu. Une simple partie d’échecs. Le premier qui met en échec et mat le roi a gagné. Le premier qui se débarrasse de la reine l’emporte. Le plus intelligent gagnera. Le plus nourri par sa volonté réussira. Le vainqueur se ravitaillera en usant de la défaite de son adversaire. Le perdant, quant à lui, perdra justement tout. A commencer par sa raison.

– Est-ce que quelqu’un m’entend ?

Ce sont ces mêmes mots qui furent hurlés par la prisonnière qui craint de se rompre les cordes vocales. Chaque syllabe contenait un soupçon d'espoir. L'espoir de trouver quelqu'un aussi désavantagé par les circonstances qu'elle. Elle eut un sourire qui étira imperceptiblement ses lèvres. Ils avaient raison. Elle perdait sa lucidité. Dans cet étrange monde, dans ce monde de fantaisies et de rire, on pouvait avoir la vie facile. Il suffisait de céder et de se laisser contaminer. Ici, c’est simple. La Folie est contagieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 147
Age : 20
Personnages préférés : Echo, Alyss, Lacie et Vince!

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   7th Août 2012, 00:36

Echo avait une nouvelle fois était envoyée en mission par Vincent-sama. Le Nightray avait une tâche assez ingrate à effectuer, et quoi de mieux qu'envoyer sa servante pour ne pas avoir à se salir les mains ? Il serait en effet dommage que ces dernières se retrouvent toutes tachées du sang de ses victimes... Mais parlons plutôt de cette énième mission. Il semblerait que d'étranges trous blancs fassent disparaître les habitants de la ville au hasard, et Vincent avait vu là un intérêt certain pour résoudre quelques-unes de ses petites affaires. Comme d'habitude, en fait. Echo devait bien avouer que son maître avait un don certain pour profiter de toute occasion se présentant à lui. Dans le cas présent, quel bonheur si cet incompétent ayant oublié de prévenir le Maître des agissements de Pandora, l'empêchant ainsi de prévoir une protection rapprochée pour Gilbert s'étant fait embarquer dans une mission dangereuse, se retrouvait accidentellement aspiré par ces tourbillons ! Le Nightray avait donc chargé la jeune fille de localiser les endroits où disparaissaient le plus les gens, puis d'y balancer discrètement l'imbécile.

« Echo, localise donc l'un de ces utiles trous blancs pour moi », qu'il avait dit.

Mais bon, il était bien gentil, le maître, mais comment allait-elle faire ? Elle ne savait pas où trouver ces choses, ni à quoi cela ressemblait. Echo avait donc fini par se promener en ville et accoster les gens pour leur demander s'ils avaient des indices sur l'endroit où se produisaient ces phénomènes. Elle eut un peu de mal, car les gens s'enfuyaient en la voyant. Au bout d'un moment, comme elle n'arrivait à rien, elle finit par ranger ses armes et accosta poliment les commerçants. Et effectivement, cette technique marchait mieux. Et ça avait l'air de la surprendre.
Enfin. Elle avait récolté assez de données pour déterminer que l'endroit où il y avait eu le plus de disparition se trouvait à l'Est de la ville, dans un quartier populaire. Mais avant d'annoncer cela à son maître, elle décida d'aller vérifier que l'endroit était bien risqué. Elle ne savait pas ce qui se passait quand on se faisait aspirer par un trou blanc, ou même à quoi ces derniers ressemblaient, mais elle était persuadée qu'elle saurait instantanément si l'endroit était dangereux ou non. Il ne faut pas oublier qu'il arrive à Echo d'être un peu naïve. Voire beaucoup.

La voilà donc partie vérifier les dires des habitants, toujours aussi calme que d'habitude. Son visage se réveillait peu à peu, au fur et à mesure qu'elle avançait, s'éloignant de l'emprise de la Chain de son maître. Elle bailla, et constata avec un peu d'étonnement que Zwei ne s'était toujours pas manifestée aujourd'hui. Généralement, elle lui pourrissait ses journées avec ses commentaires mesquins et ses sautillements incessants dans sa tête, lui donnant parfois mal au crâne. Mais depuis ce matin, rien. Tant mieux. Perdue dans ses pensées, Echo ne se rendit pas tout de suite compte des ombres qui se faufilaient derrière elle. Une fois arrivée à l'endroit désigné par les commerçants, la jeune fille jeta un œil autour d'elle. Ce fut à ce moment-là que les ombres l'engloutirent, blanchissant au fur et à mesure que son corps disparaissait. Instinctivement, elle sortit ses dagues et commença à trancher méthodiquement l'ombre qui l’avalait, mais rien n'y fit. Dans un dernier éclat blanchâtre, elle de retrouva engloutie par le sol.
Cet endroit était donc bien un endroit à risque.

La petite Echo se retrouva allongée sur un sol dur, dur comme du béton. Prenant appuis sur des deux mains, elle se releva et fit quelques pas, chancelante. Quand elle retomba la seconde fois, ce fut sur un tas de mousse blanchâtre. Sa tête la lançait, elle avait l'impression qu'on donnait des coups de marteau dans son crâne.

* « Je vais aller vérifier que cet endroit est bien risqué avant d'aller exécuter ma mission »... Mais il t'arrive vraiment d'être cruche, par moment ! Ça ne t’est pas venu à l'esprit que ces trous blancs risquaient de t'aspirer ?! *, glapit Zwei dans son crâne.

Echo se prit la tête entre les mains. Elle était de retour. Tentant d'ignorer cette garce qui fulminait et le marteau qui lui trouai le crâne, Echo s'appuya sur un mur en pierre recouvert de lierre. Sa main passa soudainement à travers et elle se retrouva à genoux derrière. La jeune fille regarda autour d'un air éberlué, puis reposa sa main sur le mur qu'elle avait traversé. Il était dur, un mur normal recouvert d'une belle plante grimpante, comme on peut voir sur certaines bâtisses à Réveil. Devenait-elle folle ? Le mur s'était pourtant bien désagrégé sous sa main, mais maintenant, plus rien.
La tête toujours en compote, Echo examina plus en détail l'endroit où elle avait été envoyée. Elle était au milieu d'un couloir. L'un de ses côtés était bouché, un cul-de-sac au fond duquel se trouvait une montagne de peluche en plus ou moins bon état. Encastrés les murs qui l'entouraient se trouvaient des meubles de bureau anciens, dont les nombreux tiroirs étaient fermés. Echo s'avança prudemment, lames sorties, et donna un grand coup sur le premier meuble qu'elle ait vu. Lequel se brisa en deux et tomba sur le sol... Avant d'être aspiré par ce dernier.
La jeune fille fit un bond de deux mètres de haut. Puis éclata d'un rire strident et stressé. Avant de s'arrêter net. Mais qu'est-ce qui lui prenait ?! Jamais, jamais elle n'avait ri comme ça. Elle n'avait même jamais ri avant ce jour. Était-ce Zwei qui profitait de la peur d'Echo qui pointait le bout de son nez pour récupérer son corps, où était-ce juste cet endroit étrange qui lui faisait perdre le contrôle d'elle-même ? Elle ne savait pas, mais était persuadée que la Folie commençait à la gagner. Une folie qui flottait dans l'air, elle en sentait l'odeur âcre mais sucrée à la fois, une odeur semblable à celle de Zwei. Cette dernière d'ailleurs, bondissait dans sa tête.

*Je sais que tu es terrifiée, laisse-moi donc ta place ! Ce lieu est intéressant... Tout à l'heure, il y avait des peluches... Peut-être qu'on pourrait en ramener une pour mon Vincent ?! Allez, retourne en chercher ! *

Echo se boucha les oreilles, comme si cela pouvait faire taire l'agaçante petite voix dans sa tête. Comme si elle allait ramener une peluche à son maître ! Il la détruirait elle aussi, à coup sûr ! Echo pensa à son pauvre ours en peluche, laissé dans la pièce qui lui servait de chambre. Si jamais Vincent tombait dessus, il le découperait sans hésiter !
Enfin. Le temps n'était pas aux badinages et aux inquiétudes inutiles. Elle devait trouver un moyen de sortir d'ici. Se détournant du cul-de-sac qui s'offrait à elle, elle commença à marcher, toutes lames sorties, prête à trancher quiconque se mettrait en travers de son chemin.
Elle avançait rapidement mais prudemment à travers ce qui était bel et bien un labyrinthe, prenant à gauche ou à droite en fonction de ses envies, restant concentrée comme à son habitude. Cela devait bien faire dix minutes qu'elle courait, mais le paysage ne semblait pas changer. Toujours des couloirs, toujours des meubles encastrés dans les murs et les plantes, et pas de sortie. Elle commençait à se décourager quand l'écho d'une voix lui parvint.

"Est-ce que quelqu'un m'entend ?"

La jeune fille ouvrit de grands yeux. Se pourrait-il que quelqu'un - autre que Zwei bien sûr - se trouve ici aussi ? Sans hésiter, Echo se dirigea instinctivement vers la voix. Celle-ci résonnait dans sa tête, s'ajoutant aux glapissements de Noise qui lui hurlait de s'arrêter, arguant que c'était probablement un piège, et qu'elle ne voulait pas voir son corps déchiqueté ou transpercé par des branches d'arbres. Mais Echo, cédant à la peur qui avait peu à peu pris place dans son esprit, continuait de s'enfoncer dans le labyrinthe à la recherche de cette voix qui pourrait peut-être l'aider. Les couloirs défilaient à la vitesse de l'éclair, et Echo, atteinte par la folie ambiante, se rendait à peine compte des chemins qu'elle empruntait. Comme percevant sa panique, le labyrinthe s'anima, des ombres dansèrent autour d'elle, et des voix cruellement stridentes résonnaient dans ses oreilles.

"Elle a sombré, elle a sombré !" répétaient les petites poupées brisées sortant des murs, à qui appartenaient les voix.

Echo hurla, prise de panique, prise de peur. Elle aurait voulu s'enfuir, et tenta même d'abandonner le contrôle du corps à celle qu'elle haïssait le plus. Mais impossible. Comme si un film élastique la retenait prisonnière, follement consciente de la folie qui l'habitait.
Courant de plus en plus vite, Echo finit par se retrouver face à un portail doré. La fin du labyrinthe ? Le début ? Un peu d'espoir pointa le bout de son nez, et elle s'avança timidement vers ce qu'elle pensait être son salut. Au moment où elle toucha du bout des doigts la surface brillante du portail délicatement ouvragé, il s'évapora, laissant la place à une haie de deux mètres de haut, semblables à celles qui composaient le labyrinthe. Echo perdit le peu de lucidité qui lui restait et recommença à hurler comme une folle.
Décidément, elle était mal partie pour trouver la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 151
Age : 20
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   13th Octobre 2012, 02:26

Heiden était sceptique. La mission qu'on lui avait confié, à lui et aux autres membres, était pour le moins étrange. Des gens se seraient fait aspirés par des trous blancs et ne pourraient pas revenir dans notre monde ? Il y avait de quoi avoir des doutes. Heiden n'y avait pas cru, du moins jusqu'au témoignage de la seule personne revenue, là, il avait compris que ce n'était pas une simple farce mais une affaire très sérieuse.
Il sortit du quartier général de Pandora, tournant dans tout les sens la même question : "Comment faire pour porter secoure à des personnes dont on ignorait la localisation ?" Le plus simple était de se faire aspirer lui aussi, mais encore une fois : "Comment ?" Il n'avait pas d'autres choix que de compter sur le hasard. Il arpentait donc les rues de Réveil, se repassant les informations qu'il avait reçu, déterminant l'endroit où il aurait le plus de chance de se faire "aspirer".
Au bout d'une demi-heure de marche, arrivé dans un des quartiers calmes de la capitale, il se stoppa et regarda autour de lui. Si les rumeurs était juste, plusieurs personnes avaient disparu ici. Il avança à pas lent, regardant les moindres détails, attentif au moindre bruit. Cependant, il ne repéra pas l'ombre qui approchait silencieusement derrière lui. L'albinos eu soudainement un mauvais pressentiment, il s’arrêta, se retourna calmement, persuadé qu'il s'agissait d'une simple impression. Il eu juste le temps d'apercevoir un éclat blanc avant de basculer en arrière, évanouit.

Heiden quitta à regrets les bras de Morphée. Pas totalement éveillé, il ne réagissait pas. Jusqu'au moment où il sentit quelque chose se poser sur sa joue. Se redressant en sursaut, il repoussa brusquement la feuille qui s'était posé sur son visage. Il la regarda voler jusqu'à une haie. Mmh... deux minutes... Que faisait cette haie en plein milieu de Réveil ? Surpris, il se leva et regarda autour de lui. Tout lui revint en mémoire, la recherche, la mauvaise impression, l'éclair blanc et... cet endroit. Il avait donc réussit à se rendre dans ce "nouveau monde". L'endroit dans lequel il se trouvait était étrange, il n'aurait su dire pourquoi, mais l'atmosphère qui se dégageait de ce lieu avait quelque chose d'inquiétant, de menaçant. Heiden contempla les deux rangées d’arbustes infranchissables, il fit quelques pas, tourna à un virage et vit plusieurs choix de direction s'offrir à lui.
Il était dans un labyrinthe.
Un bruit de verre brisé le fit sursauter. Il pris le chemin d'où semblait venir le bruit, dix mètres plus loin se trouvait une cruche de cristal posé à même le sol, intacte. Il fit plusieurs tours sur lui même, cherchant une personne, n'importe qui, qui aurait pu lui expliquer se qui se passait. Mais rien, il régnait dans le labyrinthe un silence de mort. Il continua de marcher, ressentant l'envie instinctive de courir mais n'y céda pas, il devait garder la tête froide. Surtout, restez détendu. Mais cela semblait impossible en ce lieu. Cette horrible impression d'être traqué le rongeait, sans s'en rendre compte, il regardait constamment derrière lui, persuadé d'entendre des pas. Il cru percevoir un ricanement, s'immobilisant complètement, il colla son dos au mur d'arbustes. Sa respiration était courte, pourtant, il n'avait pas courut. Il regardait à droite et à gauche. L'albinos laissa échapper un petit rire stressé. Le son de sa voix le réveilla. Il prit une profonde inspiration, honteux de se laisser aller ainsi. Il reprit sa marche, tripotant nerveusement le manche de son sabre.

"Est-ce que quelqu'un m'entend ?"

Le cri était lointain, mais il s'y raccrocha, refusant de croire que cet appel était sortit tout droit de son esprit. Il se tourna dans la direction d'où semblait venir le cri, se retrouvant face à un mur. Tremblant, il posa ces mains à plats contre la haie.
Je te tient... souffla une petite voix.
Il posa son front contre le mur d’arbuste, restant immobile pendant plusieurs minutes. Il ne se laisserait pas battre aussi facilement. Ce n’était qu'une pensée parmi tant d'autres.

"Tu ne m'auras pas..."

Sa voix se brisa, la petite voix ricanait. Dit à haute voix, cette simple phrase le rassura légèrement, mais ça ne suffisait pas. Ses souvenirs se mélangeaient au réel. Croyait apercevoir l'image de Lucia sur sa gauche, il s'écarta brusquement du mur et se précipita dans sa direction. La fine silhouette avait tourné à l'angle, il franchit le virage à son tour. L'allée qui lui faisait face semblait s'étendre à l'infini. Il fit quelques pas et se retrouva face à un mur d'arbustes. Il s'accroupit, pris sa tête entre ces mains et poussa un hurlement de rage. Un hurlement de panique et de folie lui répondit. Il n'avait pas encore perdu toute sa lucidité et le peu qu'il lui restait lui soufflait qu'il n'était pas seul.
Il se releva d'un coup et se mit à courir prenant des directions aux hasards. Il lui sembla apercevoir quelqu'un au loin, une vague forme humaine.

*Ce n'est pas un mirage, ce n'est pas un mirage !*

Hi hi hi...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 512
Age : 21
Personnages préférés : Vincent, Leo, Jack, Gilbert et Elliot ♥
Double comptes : Grey & Reita

Feuille de personnage
Nom & prénom: Revis Baskerville
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Baskerville ♪


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   13th Octobre 2012, 12:44

Comment une journée banale peut devenir tout à fait anormale ? Telle une problématique que l'on pourrait avoir dans un commentaire de français, nous allons y répondre en prenant, comme exemple, ce jour bien particulier.

La ville était en éveil, ce jour-là, ce qui allait plutôt bien avec son nom, Réveil. Maintenant la question était : pourquoi un tel remue-ménage ?
Depuis la fenêtre de son appartement, Revis avait pu voir de nombreuses personnes venues au marché s'attrouper pour discuter avec précipitation. Ensuite, beaucoup partaient pour rentrer chez eux au plus vite. Les parents attrapant leurs enfants par la main pour les mettre à l'abri. À l'abri de quoi ? Qu'est-ce qui les effrayait autant ?

Frustré de ne pas savoir ce qu'il se passait. Il était partis dans la ville pour collecter des informations. Ce qui ne c'était pas révélé bien compliqué étant donné que tout le monde en parlait. Il s'était même fait regarder de travers par quelques passants, comme s'ils se demandait d'où il sortait pour ne pas être courant des derniers évènements. Apparemment, de nombreuses personnes avaient disparu, elles auraient été "aspirés" par des sortes de trous blancs se trouvant un peu partout dans les environs. Lui n'avait pourtant aperçu de trous blancs mais, d'après ce qu'on lui avait dit, ceux-ci étaient apparus dans la nuit. Étrange. Il n'y avait pas d'autres mots. C'était la première fois qu'on telles choses arrivait. Pourtant, cela ne le surprenait pas plus que ça. Après tout et contrairement à ceux qui lui en avaient parlés, lui, connaissait l'existence de l'Abysse. Par conséquent, des trous blancs aspirant des passants, ce n'était pas plus étrange. Et même, ils avaient suscité la curiosité du Baskerville.

Il s'était mis à la recherche de ces zones. Elles devaient se trouver un peu partout, il suffisait de chercher un peu. Pourquoi les cherchait-il ? Alors, que tous en avaient peur au point de s'enfermer dans leur maison. Lui pensait que peut-être il y trouverait quelque chose d'intéressant. Peut-être des informations dont il pourrait se servir par la suite, tout comme celles qu'il recherchait sur l'Abysse.
La recherche ne prit guère longtemps. Une lumière blanche se trouvait en plein milieu d'une rue assez peu fréquentée. C'était d'ailleurs surement parce que cette lumière se trouvait là qu'elle était peu fréquentée.
C'est sans hésitation qu'il s'y dirigea, se demandant comment sa "disparition" allez se produire. Est-ce qu'il devait faire quelque chose en particulier ? Il eut sa réponse. Une fois suffisamment proche, il reçut comme un choc et s'évanouit sous le coup.

En s'éveillant, tout était clair. Un ciel bleuté surplombait le ciel et des haies d'un vert resplendissant l'entouraient. Une chose est sûre, il ne se trouvait plus dans la ville. Voilà donc l'endroit où s'étaient retrouvés tous les disparus. Il semblait que cela soit un labyrinthe, c'est ce que laissaient supposer ces grands remparts de verdure.
L'ancien Glen se leva et épousseta ses vêtements. Si c'était un labyrinthe alors il devrait, logiquement, y avoir une entrée et une sortie. "Logiquement", car y avait-il seulement une logique là-dedans ? Il en doutait fortement. Et pourtant il ne paniquait nullement, à quoi cela servirait-il ?
Les voix dans sa tête ne l'effrayaient pas, elle non plus. Ce n'était pas la première fois qu'il en entendait, c'était fréquent quand ils s'y trouvaient. Quand je dis "ils", je parle des Glen présent avant lui. Bien sûr, eux, n'avaient jamais répété "Fou, fou, tu vas devenir fou !".

Il fit quelques pas. Les buissons remuèrent autour de lui malgré l'absence de vent. Une boîte apparut devant lui, mais lorsqu'il la prit pour l'ouvrir, elle disparut. Revis haussa un sourcil, ce qui ne passa pas inaperçu du côté des voix. "Alors, on commence à avoir peur ?" lui demandait-elle. Un sourire traversa son visage. Elles voulaient qu'il ait peur ? C'était peine perdue, pour le moment en tout cas.

"Est-ce que quelqu'un m'entend ?"

Il se retourna rapidement. Cette voix-là ne venait pas de sa tête, c'était donc une autre personne qui avait été entraînée ici. Se dirigeant vers l'appel, il se retrouva devant un cul-de-sac. Pourtant, la voie était libre quelques secondes plus tôt, c'était à ne rien y comprendre.

"Ce labyrinthe se moque de moi."

À sa remarque, des rires se firent entendre. Venait-ils de l'extérieur ou de l'intérieur de sa tête, il ne saurait le dire, ils semblaient venir de partout.
Tant pis, il n'allait pas les satisfaire aussi facilement. Il changea donc de direction, les autres chemins finiraient bien par le mener quelque part. À ce moment, ce sont des cris qui retentirent. Un de rage, d'autres de panique. Ils étaient donc plusieurs dans les parages, il allait forcément tomber par quelqu'un au bout d'un moment !

"Pourquoi es-tu aussi lucide ?"

Pourquoi demander à quelqu'un pour qu'elle raison il est ce qu'il est ? C'était ce qu'il allait répondre lorsqu'il se demanda à son tour comment il faisait pour garder son calme. C'était naturel chez lui. Peut-être aussi était-ce parce qu'il ne voulait pas les satisfaire. Et après tout, c'était lui qui avait souhaité venir dans cet endroit, il n'allait donc pas s'en plaindre. Bien qu'il soit vrai que ce lieu n'avait rien de rassurant, il y avait comme une folie ambiante. Mais peut-être était-il déjà fou ? Ce qui expliquerait pourquoi il ne le devenait pas. Et puis, s'interroger sur sa propre folie n'était-il pas déjà un pas vers la fin de sa lucidité?

Ça y est, il se sombrait à son tour. Pas de la même façon que les autres. Lui ne criait pas, il ne s'affolait pas non plus. Mais il n'était pas vraiment dans son état normal, il le sentait. La peur prenait doucement place dans son cœur.
Allait-il se perdre lui-même ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Vava et signa by Ayu ♥


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   23rd Octobre 2012, 02:47

Hi hi hi hi ~
La folie est présente dans ce lieu, la folie prend possession de votre esprit. Rien ne peut venir vous sauver, rien ne peut venir vous libérés ! Votre esprit restera ici, votre âme ne s’envolera jamais de cet endroit ? Vous ne croyez pas ? Il faut croire ! Vous perdez espoir ? Vous allez donc sombrer ! L’espérance est la seule chose qui vous appartient encore de ce lieu de folie, de sang et de cri. Quoi ? Vous n’entendez pas ce désespoir entourant cet endroit fait d’arbuste et de feuillages ? Ils doivent être quatre pour le moment ! Deux filles ainsi que deux garçons. Sont-ils encore assez lucide ? Vont-ils comprendre quelque chose à nos petits tours ? Owi, owi ! Jouons avec eux ! Faisons leur perdre la tête ! Nous y arriverons ! Nous y arriverons ! Mais il ne faut pas… Mais s’il le faut !

Hi hi hi hi ~
Deux garçons aux cheveux noirs entrèrent dans le labyrinthe se tenant la main. Un sourire sadique se retrouva sur le visage de l’un alors que l’autre en possédait un plus doux. Allaient-ils faire la différence entre ces deux jeunes jumeaux ? N’allaient-ils pas perdre la tête face à eux ? Les petits ressemblaient pourtant à des enfants… Mais les enfants peuvent être parfois pires qu’un adulte. Se regardant une dernière fois, celui avec le sourire doux et des yeux tirants plus sur l’orange se dépêcha d’aller sur la droite. Deux cris venaient de là ! Deux victimes étaient dans les parages. Le jeu allait commencer, le jeu ne faisait que commencer. Le jeune garçon arriva vers une jeune femme aux courts cheveux blancs. Celle-ci n’arrêtait pas de crier d’un état paniqué. Celle-ci avait de la chance, le côté positif venait d’arriver à elle. Sautillant vers celle-ci, notre jeune bambin fit le tour de sa victime. Lui, il ne tuait pas. Sa préférence allait au mental. Lui prenant la main, l’enfant la tira vers elle en commençant un petit récit.

« Il ne faut pas crié ! Les murs ont des oreilles vous savez… Alors, chut chut ! Suivez-moi. Je vais vous aider… Sinon, vous vous ferez manger ! Oui, oui. Ils y a des monstres ici ! »

Et non, l’enfant n’était pas d’accord pour qu’on refuse son petit jeu et à peine eut-il fini sa phrase qu’il tira l’inconnue dans les buissons pour lui faire peur. Ce dernier se mit à bouger, se mit à les engloutir. Qu’allait-il donc se passer ? Allaient-ils mourir ? Et non, et non ! Seulement deux petites minutes passèrent dans un endroit sombre, un endroit bruyant plein de rire effrayant avant d’arriver à une nouvelle partie du labyrinthe. C’était son but, il devait les réunir. C’était plus amusant à plusieurs ! Plus de victime à torturé. N’ayant pas lâché la main de la demoiselle ne voulant pas la perdre dans l’endroit noir de terreur, ils se retrouvèrent maintenant à côté d’un grand homme aux courts cheveux blancs. Ils allaient bien ensemble ! Ils se ressemblaient, ils allaient perdre les deux la tête ! Lâchant enfin la demoiselle, l’enfant se mit devant le grand homme.

« Monsieur, monsieur ! Vous aussi vous êtes perdu ici ? La folie vous prendra-t-elle aussi ? Tout est fou ! Tout vous prendra ! Ah… Je m’appelle Dee ! »

Le début était dit avec un ton de frayeur… La peur devait prendre possession d’eux mais le plus terrifiant… C’était l’aisance du jeune Dee à changer de comportement en se présentant. La folie avait pris possession de lui depuis longtemps, tellement longtemps !

Hi hi hi ! N’oubliez pas qu’il n’est pas tout seul ! ~
Vous vous rappelez l’autre petit taré ? Hé bien lui aussi s’est trouvé un petit jouet. Seuls ses yeux virant sur le rouge et ses cheveux plus courts le différenciaient de son frère. Cette ressemblance allait être amusante, ils allaient perdre la tête, le sang allait couler ! C’est beau le rouge hein ? Un monsieur aux longs cheveux blancs était devant lui. Son premier jouet, sa première victime ! Il allait s’amuser ! Il allait jouer ! Tirant sur ses habits, il ne lui laissa aucun répit. Il devait trouver la quatrième personne au plus vite !

« Le vieux, le vieux ! Vous aimez cet endroit ? Il vous fera perdre la tête ! Vous explosera la cervelle ! Vous ne voulez pas mourir hein ? Alors, suivez-moi ! Sinon, je ne donnerai pas cher de votre intestin ! »

Non, le droit de refuser ne lui était pas accorder. Continuant de le tirer par les vêtements, il lui chopa la manche pour l’entrainer dans le même endroit noir que son frère. Le même ? Pas tout à fait. Celui-ci était rempli de cri de douleur au lieu de frayeur. Des tâches de sang se trouvaient partout… L’odeur y était présente ! Ça sent bon n’est-ce pas ? Encore une fois, deux petites minutes passèrent et l’enfant arriva à côté d’une jeune femme avec son bagage. Était-il terrifié ? La peur prenait-elle possession de son esprit ? L’espoir, l’espoir que c’était le cas ! Peut-être que la madame aussi avait peur ? Laissant simplement tomber l’homme, il s’approcha d’elle.

« Madame, madame ! Vous aimez cet endroit ? Le labyrinthe de la folie est vraiment magnifique n’est-ce pas ? C’est quoi votre nom ? Que je connaisse les futures victimes ! Moi, c’est Dum. Oh… Une grenouille !
»

Voyant la petite bête passer à ses côtés, le jeune garçon fit quelques pas sur le côté pour la prendre dans sa main, la contempler et l’écraser violemment dans sa main en lâchant un dégoutant. Sautillant vers la jeune femme. Il la lui tendit et la poser dans ses mains.

« Voilà, cadeau pour vous ! »

La folie était présente. Les enfants étaient vous. Leur petit jeu venait juste de commencer. Avez-vous peur de sombrer dans la folie ?

( Voilà ! Bien sur, je répète que le topic et toujours ouvert aux nouveaux venus ! ~)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 147
Age : 20
Personnages préférés : Echo, Alyss, Lacie et Vince!

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   24th Octobre 2012, 00:53

Echo ne savait combien de temps s’était écoulé depuis son arrivée dans le labyrinthe. Elle se souvenait avoir crié, pleuré, tremblé comme un feuille, mais sans savoir où elle se trouvait. Elle se souvenait avoir perdu sa lucidité, et maintenant qu’elle s’était un peu calmée, quelques bribes de bon sens remontaient à la surface. Autour d’elle, un garçonnet sautillait. Comment était-il arrivé ici ? Elle ne le savait. Qui il était ? Elle ne le savait pas non plus. Elle n’avait même pas le souvenir de l’avoir vu arriver. Quand elle avait commencé à reprendre ses esprits, il était déjà là.

Une mince lueur d’espoir fleurit dans l’esprit de la jeune fille. Le garçon ne semblait pas méchant, ses courts cheveux balayaient son visage enfantin. Ce n’était qu’un enfant ! Il devait pouvoir l’aider, il ne lui ferait pas de mal ! De toute façon, Echo pouvait se défendre face à un gamin. Elle n’avait rien à craindre, n’est-ce pas ? Allait-il vraiment pouvoir l’aider ? Savait-il comment sortir de ce labyrinthe ? Elle se fichait de connaître son identité et sa provenance tant qu’elle pouvait retourner dans son tranquille monde.
Alors elle se laissa faire quand le bambin l’attrapa par la main. Elle priait pour qu’il le quitte, s’accrochant au mince espoir que sa venue la sauve. Obligeamment, elle marcha sur les traces du garçonnet, qui la tira dans des buissons. Un cri échappa à Echo, mais elle se força à garder son calme. Si elle se laissait de nouveau envahir par la folie, elle perdrait de nouveau la raison, en moins de temps qu’il ne fallait pour dire « Zwei ». Des rires effrayants emplirent l’espace durant les quelques minutes qu’ils passèrent dans le noir des buissons. Il faisait noir là-dedans, comme une pièce sans aucune lumière, mais Echo crut voir briller dans l’obscurité des sourires cruels, des yeux sadiques, et entendit clairement les rires moqueurs des poupées qui l’avaient traumatisée à son arrivée dans ce drôle d’endroit.

Puis quand ils ressortirent, le paysage n’avait changé en rien. Toujours des grands buissons, des meubles brisés, mais… Un homme en plus. Grand, cheveux courts et blancs. Echo ne se souvenait pas l’avoir déjà vu. Probablement arrivé là par hasard lui aussi. Avalé par ces étranges trous blancs, rendus fous par le rire des poupées brisées. Le petit garçon lâcha la main d’Echo et s’avança au-devant de l’homme.

« Monsieur, monsieur ! Vous aussi vous êtes perdu ici ? La folie vous prendra-t-elle aussi ? Tout est fou ! Tout vous prendra ! Ah… Je m’appelle Dee ! »

Ce gamin… Faisait-il lui aussi partit du labyrinthe ? Avait-il sombré dans la folie de ce lieu ? Son ton, son comportement commençait à faire frémir Echo de peur. Comme s’il était un être dangereux… Une étrange aura de peur semblait l’entourer, et touchait la jeune fille au plus profond d’elle. Elle voulait bouger mais était comme clouée au sol.
Autour d’elle, elle crut voir les branches s’agiter, des cris inhumains se répercuter… L’adolescente se prit la tête entre les mains. Ce bambin lui faisait peur. Loin du bonheur qu’avait exercé son arrivée sur Echo, sa présence la faisait désormais frissonner de terreur. Et y avait pas que ça. L’homme aussi avait un air peu amène. Il semblait un peu paumé lui aussi, bien qu’elle ne pouvait en être sûr, mais il se dégageait de lui une aura bizarre. Mais c’était peut-être sans importance. Cependant, maintenant que le petit lui faisait une aussi terrifiante impression, elle craignait que le nouvel arrivant ne soit aussi fou que le labyrinthe.
Elle priait en silence pour que ce soit un ordinaire citoyen, voire même quelqu’un de son côté. Du genre, un servant Nightray, ou encore un membre de Pandora. Ils sont gentils les membres de Pandora ! Ou encore un Baskerville. Elle serait même ravie si elle voyait débarquer un Baskerville, même un nouveau. Elle était habituée aux Baskerville, maintenant, à cause – ou grâce – à Zwei et Vincent. Elle espérait que cette personne puisse l’aider. Elle l’espérait de tout son cœur. Elle voulait même entendre Noisy parler de nouveau. Cette folle, cette dingue Baskerville. Finalement, entendre sa voix dans son esprit était assez rassurant. Elle savait qu’elle n’était jamais seule, ainsi. Mais son alter ego ne semblait pas décidé à faire sa réapparition. Ou alors ne le pouvait juste pas.
Pourquoi n’était-elle jamais là quand on a besoin d’elle ?!
Echo soupira de nouveau et fut tentée de se recroqueviller par terre en se bouchant les oreilles. Mais elle ne devait pas sombrer de nouveau, non, elle ne devait pas. Elle devait rester lucide, pour espérer s’enfuir de ce monde terrifiant. Elle devait rester lucide.
L’adolescente jeta un œil à l’homme :

« Dites-moi que vous aussi vous êtes arrivés ici à cause d’un de ces trous blancs dont on parle en ville. Par pitié. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Avatar by Fuyu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 18
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   26th Octobre 2012, 07:44

La folie. Vous savez, c’est contagieux. En plus, c’est dangereux. Quand ça vous attrape, ça ne vous lâche plus. Et ça vous attrape facilement. Très facilement. Trop facilement. Vous pouvez tous réagir de différentes façons. Effectivement, vous pouvez pleurer, ce qui est plutôt courant. Mais surtout très inutile. D’autres crient. Et croyez-moi, c’est tout aussi inutile que de pleurer. Mais après tout, c’est sur le coup d’un étonnement mêlé à de la peur, donc nous allons dire que c’est plus ou moins habituel. Anodin. Humain. Mais c’est déjà mieux que ceux qui s’immobilisent. Vous imaginez ? Ils peuvent rester plantés là un bon bout de temps, sans bouger. N’est-ce pas une sorte d’abandon ? Je pense que si. Comme s’ils jetaient les armes à peine les avaient-ils eues en mains. D’autres rient. Eh bien, pourquoi pas après tout ? Nous n’avons pas blâmé ceux qui pleurent, ceux qui crient, ni ceux qui s’immobilisent, alors nous n’allons pas non plus rabaisser les hystériques. Après, si vous voulez mon avis, les meilleurs restent ceux qui ne paniquent pas. Car oui, la folie vient en grande partie à cause de la personne atteinte, car elle abandonne mentalement, ce qui, logiquement, l’entraîne à suivre le chemin le plus facile et à sombrer. Fuyu, malheureusement, faisait partie d’une toute autre catégorie. Elle ne pleurait pas, ne hurlait pas, bougeait pour s’occuper, mais se torturait mentalement et physiquement, allant jusqu’à laisser son sang couler pour penser à autre chose qu’à sa bêtise. Elle a voulu jouer la maligne, et voilà à quoi ça l’a mené. Se retrouver dans un labyrinthe pareil était la dernière chose qu’elle aurait souhaitée. Mais passée la première peur, elle commença enfin à se poser les bonnes questions, refoulant celles exigeant de savoir si elle était devenue folle dans un coin sombre de son esprit.

Après qu’elle ait demandé si quelqu’un d’autre était là – car après tout, tant a sombré, autant s’accrocher au proverbe disant que plus on est de fous, plus on s’amuse – elle n’eut qu’à attendre quelques instants avant d’entendre une réponse. Mais ce n’étaient pas des mots. Juste un cri. Au moins, elle était certaine d’une chose, c’est que ce n’étaient pas les petites voix qui glapissaient dans sa tête – et aussi à l’extérieur – qui venaient de pousser pareil hurlement. Non, c’était un humain. Une humaine, plus précisément. Le timbre de la voix lui parut familier, mais ne la reconnaissant pas d’emblée, elle sût que ce serait vain de tenter de se remémorer, d’autant plus qu’il était fort probable qu’elle ne connaissait pas cette personne. Elle abandonna cette idée en même temps que celle de retrouver la demoiselle venant de pousser un cri si hystérique. Elle semblait lointaine, et vu les remparts l’entourant, elle douta de sa capacité à passer par-dessus. Combien même elle réussirait, rien ne lui garantissait que l’autre côté serait plus vivable et plus supportable qu’ici. Elle lança un regard à sa main droite, en sang, et poussa un soupire. Elle avait agit impulsivement. Beaucoup trop. Il fallait qu’elle se calme maintenant. Impérativement.

N’avons-nous pas dit qu’elle commençait tout juste à se poser les bonnes questions ? Effectivement, elle commença à se demander si elle ne rêvait pas. Car après tout, n’avait-elle pas senti une vive douleur sur sa tête avant de tomber dans ce monde ? Peut-être. Mais pourquoi ne réussissait-elle pas à se réveiller ? Ça ne devait pas être ça. Surtout que quelqu’un d’autre était là, et elle n’allait pas rêver de personnes qu’elle ne connaissait pas tout même. Quoique. Enfin bref, ce n’était pas le genre de rêve qu’elle avait l’habitude de faire. Cet endroit n’avait rien de logique. Rien de rationnel pour son esprit justement trop rationnel. Un monde parallèle ? Elle avait, au cours de cette dernière année, appris l’existence des Baskserville. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de se renseigner sur la tragédie, mais elle ne doutait plus de l’existence de pareil évènement. Déjà que petite, elle y croyait partiellement. Mais maintenant, elle en était certaine. Alors, l’Abyss n’était pas à exclure. N’était-ce pas un monde pareil à celui-ci, si ce n’est qu’au lieu du blanc ayant étouffé et ramolli son cerveau lors de son arrivée ici, c’était du noir ? C’est ce que Monsieur tout le monde disait. Elle n’avait pourtant jamais eu l’occasion d’y aller. Heureusement ? D’après ce qu’on disait, oui. Malheureusement ? Une expérience qu’elle aurait tout de même voulu faire. Enfin bon, disons que ce monde de Merveilles était parallèle au monde Réel et aussi à l’Abyss. Pour l’instant, Fuyu ne pouvait que se raccrocher à cela. Elle se demanda après comment sortir de là. N’y avait-il pas d’autres trous blancs ? Ce serait trop facile. Il semblerait qu’elle doive attendre. Et tenir le coup.

Finalement, elle se remit à marcher, lentement cette fois-ci. Nul besoin de se presser. Les voix étaient toujours présentes, mais elle les ignora. De toute façon, c’était le mieux à faire. Et puis, elle calma sa respiration, bien que son pouls soit toujours aussi irrégulier. Céder ne servira à rien. Ce serait leur donner ce qu’ils veulent et en plus faire atteinte à sa propre ferté. Qui plus est, peut-être que quand elle reviendra chez elle – elle y comptait bien – elle gardera cette peur ancrée en elle. Et ce n’est pas comme à qu’elle allait retrouver l’homme qui lui avait volé son adolescence – son enfance.

Elle s’était mentalement préparée à tout. Elle pensait s’être mentalement préparée à tout. Mais il semblerait que non. Lorsqu’un petit garçon surgit devant elle, la demoiselle étouffa un hoquet de surprise en reculant d’un pas. Elle déglutit, son regard possédant la couleur d’une tempête se perdant dans le rouge sanglant de ses yeux. Elle savait que la teinte de ses propres yeux était étrange, hésitante entre le gris et bleu, avec en plus de reflets violets, mais elle ne s’attendait pas à trouver plus bizarre. Rouge. D’après les livres qu’elle avait lus quand elle était plus jeune, cela caractérisait un enfant maudit. Elle en était déjà arrivée à cette déduction toute seule de toute façon. Dans le genre d’histoires fantastiques que son père lui lisait quand elle plus jeune, ces enfants étaient toujours rejetés. Logique qu’ils soient maudits. Mais plus tard, elle réussit à lire – et aussi à entendre – ces mots clairement. Et puis, quand elle réussit à détacher ses yeux de ceux du petit, elle inspecta brièvement ses traits ainsi que les cheveux de jais, contrastant avec le rouge flambant de ses iris. Enfin, elle remarqua qu’il n’était pas seul. Elle aurait dû remarquer l’adulte l’accompagnant avant de faire attention à l’être pourvu d’une petite taille. Une nouvelle fois, elle recula, fronçant les sourcils. De toute les personnes qu’elle aurait pu croiser, c’était sur [i]lui[/quoi] qu’elle tomba. Et n’allez pas croire qu’elle se plaignait. C’est juste qu’elle ait plutôt pensé tomber sur des inconnus. Mais non. Enfin, il restait tout de même inconnu aux yeux de l’adolescent. Elle ne l’avait vu qu’une seule fois. Mais c’était déjà ça. Finalement, elle approcha de lui, le dépassa et pivota sur elle-même pour lui faire face, réussissant à ouvrir la bouche, ignorant totalement les mots de l’enfant auquel elle présentait son dos.

– R-Revis...

De tout ce qu’avait dit le gosse – y compris la question qu’il lui posa et qui demeurera sans réponse – elle accorda surtout de l’importance à son prénom. Dum. Elle ne voulait juste pas lui répondre. Parce qu’elle n’avait rien à dire. Et surtout parce qu’elle craignait que sa voix ne laisse filtrer un semblant de peur. Pourtant, elle avait bien prononcé le prénom de Revis. Elle pensait qu’elle réussirait à se contrôler si elle ne disait qu’un mot, mais elle ne réussit pas à s’empêcher de s’exprimer d’une voix chevrotante – en plus, elle bégaya. Elle se demanda de quoi il parla, lorsqu’il fît allusion à la grenouille, mais quand elle se tourna vers lui, elle remarque qu’il l’avait prise en main. À peine ses yeux se posèrent sur le petit qu’il se mit en action, écrasant la bête. Pas la pauvre bête, parce que Fuyu n’en avait que faire de cette grenouille. Ça ne l’effrayait pas, mais la vue du sang lui rappelait de mauvais – trop mauvais – souvenirs. Mais c’était étrange, parce que tout à l’heure, quand elle explosa son poing contre un mur, elle ne pensa à rien d’autre qu’à sa douleur. Ce qui était le but. Comme si le petit avait lu dans ses pensées, comme s’il avait réussi à voir l’étendue de son dégoût, il déposa l’animal dans les mains de Fuyu. Cette-dernière retira brusquement sa main gauche, mais laissa la droite, tétanisée. Elle commença à agiter ses doigts libres nerveusement, jusqu’à trouver ceux de Revis .Elle les entremêla alors, se rendant à peine compte de la forte étreinte qu’elle y appliquait. Se concentrant uniquement sur la chaleur qui s’émanait de l’homme, elle secoua brutalement sa main gauche pour laisser tomber la grenouille. Comme lorsqu’elle se blessa volontairement pour remplacer sa douleur mentale par une autre physique, qu’elle savait, pourrait d’avantage supporter. En tenant la main de l’homme, elle voulait contraindre son cerveau à ne pas penser à son autre main, celle tenant la grenouille écrabouillée. Elle porta sur l’enfant un regard empli de mépris. Alors, elle lui parla. Pour la première fois, elle daigna le calculer et s’adresser à lui. Mais contrairement à son regard, sa voix était douce.

– Dum... Jouons, veux-tu ?

Quand on invite quelqu’un à jouer, on ne parle pas d’une voix dure. Elle s’étonna elle-même de ce qu’elle venait de lui dire, mais elle ne retirera rien, car au fond, ce n’était pas une mauvaise idée. Elle savait que Revis aimait jouer, lui aussi, alors il n’allait sûrement pas refuser. D’autant plus qu’elle ne lui laissait pas le choix. Mais que voulait-elle dire ? Eh bien, simplement qu’elle désirait jouer. Parce que dans les jeux, il y a un gagnant et un perdant. Si Revis et elle gagnaient, le petit aurait tout intérêt à les faire sortir de là. Ou du moins à les aider – parce que les faire sortir de là serait trop demandé, et qu’il semblait être plus sadique encore qu’elle ne l’était elle-même. Si c’était lui qui gagnait, alors... Elle ne voulait même pas y réfléchir. Elle devra se plier à ses volontés, et elle entraînera Revis avec elle. Mais en parlant, elle n’avait pas envisagé la défaite. Oups ?

Elle desserra quelques peu l’étreinte sur la main de l’homme légèrement en retrait derrière elle, sans pour autant la lâcher. Et puis, elle laissa son regard trainer sur sa propre main, là où se mêlait sang humain – le sien – et sans animal – celui de la grenouille. Elle serra le poing, tressaillant de dégoût, avant se tourner vers Revis. Elle plongea sans attendre dans son regard glacé, et fût étonnée de ne pas y trouver la crainte qu’elle tentait de repousser mais qui était bel et bien présente en elle. Alors, se mordant la lèvre inférieure – éternel signe d’anxiété, quand ce n’est pas du désir – elle étira ses lèvres en un léger sourire. Un sourire qui se voulu gentil et aimable, mais qui ne réussit qu’à dévoiler un peu plus sa peur. Maintenant face à lui, elle réduit un peu plus la distance entre eux. Comme ça, elle pouvait sentir son souffle s’abattre contre son visage. C’était bien la première fois qu’elle exprimait ainsi son besoin d’être secondée. En fait, c’était la première fois qu’elle témoignait de son envie d’être protégée. Par lui. Par Revis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 151
Age : 20
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   28th Octobre 2012, 10:31

C'est plutôt délicat à dire, et assez honteux pour Heiden... Mais voilà... Alors qu'il courait après une ombre, persuadé que c'était un humain, l'albinos s'était prit un mur. Un mur sortit de nul part. Il l'avait vu, mais trop tard. Un Heiden lancé à pleine vitesse, ça met un certain temps à s’arrêter. C'était franchement ridicule, le front d'Heiden allait s'en remettre mais pour son amour-propre, là, ça allait être plus délicat. C'est ainsi qu'Heiden s'était évanouit, pour la seconde fois dans la journée.

Ce n'est qu'au bout d'une bonne demi-heure qu'il se réveilla avec un horrible mal de tête. Allongé au sol, il se passa une main sur le front, il sentit la légère entaille qu'il s'était faite. Rien de bien grave, le sang avait séché. Il se releva. Sentant qu'il recommençait à trembler, il inspira profondément. Le choc lui avait été bénéfique, il avait réussi à retrouver un peu de son calme. Il se focalisa sur sa respiration, ignorant du mieux qu'il pouvait ses horribles ricanements.
Mais elles ne pouvaient pas se taire ces horribles voix ?!?!!!
De rage, Heiden se mordit la langue. La douleur le fit légèrement grimacer. Le goût du sang dans sa bouche, la sensation de la goutte écarlate qui dégoulinait de sa lèvre jusqu'à son menton, eu cependant un mauvais impact sur son esprit sadique et tordu. Réveillant la bête qui se cachait sous l'apparence de l'homme. Si il n'avait pas cédé jusque là, par devoir envers Pandora, il se laissait désormais gagner par sa propre folie. Il n'avait pas besoin d'un labyrinthe pour devenir fou, car fou, il l'était depuis longtemps. Et comme tout dingue complètement sadique qui se respecte, il se mit à ricaner doucement. Il était au pays de la folie ? Fort bien, il allait pouvoir laisser libre court à ces instincts.

- En temps que membre de Pandora, votre devoir est d'aller aider les habitants de Réveil tombé dans les trous.

Heiden, ou du moins ce qu'il en restait, leva la tête telle une bête traquée, attentif au moindre bruit. D'où venait cette voix ? C'était son... Son supérieur. Oui.. Oui, c'était ça. Il devait... agir en temps que membre de Pandora... On le lui avait dit tout à l'heure. Il ne devait pas... il ne devait pas...
Un rire glauque lui échappa :

- Ha... ha ha.. ha... ha ha ha...

C'était tellement plus simple d'abandonner. Tellement plus agréable.
L'albinos ferma les yeux, s'essuyant les lèvres et le menton du sang qui s'y trouvait d'un revers de main. Il ne savait plus qui de la bête ou de l'homme contrôlait son corps. Il resta longtemps immobile, parfois ricanant de façon démoniaque, parfois le visage crispé de rage, parfois le visage calme. Il oscillait entre ses deux parties de lui-même. Le monstre et le membre de Pandora.

- Monsieur, monsieur ! Vous aussi vous êtes perdu ici ? La folie vous prendra-t-elle aussi ? Tout est fou ! Tout vous prendra ! Ah… Je m’appelle Dee !

Heiden baissa les yeux. Un petit garçon au yeux orangé. Il ressemblait à cet endroit.
*Tue-le... Vas-y... Tu en meurs d'envie... Tu ne veux pas voir son sang se rependre autour de lui, tremper tes doigts dans le liquide écarlate, entendre ses cris de douleurs lorsque tu lui arracheras les yeux ? Doucement, tout doucement ?*
Heiden sourit lentement.
*Ne fait pas ça... tu dois l'aider à sortir de là... C'est ton devoir, ton devoir ! Que ferais-tu sans ta loyauté ? C'est elle qui te permet de rester dans son monde, près de Lucia...*
Heiden ne souriais plus, continuant à se battre contre lui-même, pour la première fois depuis longtemps. Il cédait habituellement, mais ce n'était ni le moment ni l'endroit pour ça.

- Dites-moi que vous aussi vous êtes arrivés ici à cause d’un de ces trous blancs dont on parle en ville. Par pitié.

Encore une voix. Féminin cette fois. Elle réveilla Heiden qui jeta un coup d'oeil autour de lui. Une jeune fille au cheveux blancs se tenait près de lui, elle semblait terrifiée. Le membre de Pandora parvint à gagner un peu de place dans l'esprit de l'albinos. Pour combien de temps ? Très peu, certainement.
Essayant de maîtriser sa voix, pour éviter que transperce sa folie. Il articula :

- Oui... Je viens de...

Comment s’appelait la ville déjà ?

- Réveil.

Son regard s’arrêta sur le coup de la demoiselle, une simple petite entaille et le sang jaillirait. Ce serait beau, oh oui, se serait beau ! Il allait... STOP ! Il était là pour aider les gens perdus dans cet endroit. Il devait aider cette jeune fille.

- Je suis ici pour... aider les habitants. Avez-vous vu d'autres personnes ?

Si son ton et son expression était calme, à l'intérieur, c'était la confusion la plus totale. Il se tourna vers le petit garçon. Il ressemblait à cet endroit. Peut-être qu'il savait quelque chose ? Comment sortir d'ici ? Peut-être que c'était juste un gamin rendu fou par le labyrinthe ? Peut-être... La bête pris le contrôle. Heiden lança au garçon un regard fou et sadique. Sa voix était sifflante de haine et de folie :

- Que sais-tu de cet endroit ?!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 512
Age : 21
Personnages préférés : Vincent, Leo, Jack, Gilbert et Elliot ♥
Double comptes : Grey & Reita

Feuille de personnage
Nom & prénom: Revis Baskerville
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Baskerville ♪


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   5th Novembre 2012, 13:29

À quoi bon lutter ? En regardant autour de lui, l'ancien Glen avait le sentiment que ce labyrinthe était comparable à des sables mouvants ; plus on luttait et plus l'on s'y enfonçait. L'ennui avec ces pièges du désert c'est que, même si l'on ne gigote pas, ils finissent par nous emporter si personne ne nous aide à en sortir. Selon lui, il fallait rester soi-même et ne pas chercher à s'échapper de cette folie ambiante, c'était la meilleure façon de pouvoir rester lucide jusqu'à trouver une sortie.
Lucidité ? Il venait de se souvenir pourquoi il se trouvait ici, il voulait voir s'il y trouvait des choses intéressantes. Il pouvait déjà en dire beaucoup sur ce lieu mais, il n'y avait rien trouvé qui lui était d'une quelconque utilité -pour le moment du moins.

Reprenant ses esprits, il se remit en quête de celle qui avait crié plus tôt. Seulement, maintenant, il entendait d'autres personnes crier et n'avait plus aucune idée d'où était venu le premier son. Les voix dans sa tête ne l'arrangeaient nullement, s'amusant même à lui donner de fausses indications.

- Ça venait de la droite, non ? Disait une première.
- Bien sûr que non, il doit aller à gauche ! Lui répondait une deuxième.

Il se retrouva devant une énième intersection, avec trois voies différentes cette fois-ci. Il prit tout droit, sans écouter les voix qui continuaient de lui donner des directions au-hasard. Il en avait même entendu une lui proposer d'escalader les haies -l'idée était tentante mais paraissait irréalisable. Sans avoir le temps d'y penser plus, un jeune garçon aux cheveux noirs apparut devant lui. Qui était-il et d'où venait-il ? Revis savait qu'il n'était pas seul dans ce labyrinthe, ce n'était donc pas étonnant de voir quelqu'un mais, il semblait tellement à l'aise. Après tout, il y avait des créatures de l'Abysse alors, pourquoi pas des créatures de ce monde ? L'enfant était peut-être ici depuis si longtemps qu'il avait fini par faire partit de l'endroit. Il n'eut pas le temps de faire le tour de la question qu'il sentit une pression de faire sur ses vêtements et le plus jeune l'entraina avec lui. Alors comme ça il devait l’accompagner s'il ne voulait pas mourir ? Soit. Il n'avait ni l'envie, ni le choix, de ne pas le suivre alors, autant le laisser l'emporter où il le voulait.
Il avait eu le temps de voir la couleur de ses yeux avant d’être emporté, rouge. Comme ceux que l’on appelait « enfant du malheur » il y a cent ans. Le genre d’enfant que les Glen devaient envoyer dans l’abysse. Il soupira. Tout ceci ne le concernait plus depuis longtemps pourtant, il ne pouvait pas s’empêcher de penser encore de cette façon. Il allait vite penser à autre chose. Le plus petit venait d’entrer et de le faire entrer dans un buisson, Revis n’avait pas pensé à cette possibilité. Aurait-il pu le faire, au moins, ou était-ce réservé aux étranges personnes habitant le lieu ? Il y avait de nouveau des cris mais, ce n’était plus des cris de frayeur. C’était des cris de douleur, comme si l’on était en train d'égorger quelqu'un. C’était peut-être le cas. L’odeur du sang régnait, envahissant ses narines et le faisant légèrement grimacer. Ce petit voyage semblait durer une éternité, des buissons ne pouvaient pas être aussi longs, si ? Soudain, une grande lumière vint éblouir les yeux de l’albinos et il rendit alors compte qu’il se trouvait à nouveau à l’air libre.

Il se retourna pour regarder la haie qu’ils venaient de traverser. Aucun trou n’y apparaissait, comme si les branches et les feuilles s’étaient remise en place, toute seules, une fois qu’ils en étaient sortis. Comme si personne n’était jamais passé par là. Soudain, il entendit le môme parler à quelqu’un, le mot « victime » fut dit, c’était donc une civil s’étant elle aussi perdu dans ce labyrinthe. Au moment où il se retournait pour voir qui était là, son prénom fut prononcé. Une voix féminine, une voix qu’il connaissait. Il n’aurait jamais cru qu’il pourrait croiser ici une de ses connaissances.

- Fuyu ?

La jeune fille avait bégayé, avait-elle peur ? Revis restait concentré sur son visage, si bien qu’il ne vit pas Dum –car c’est sous ce prénom qu’il venait de se présenter- prendre la grenouille qui se balader sur le chemin de terre. Ce fut le bruit qu’elle fit lorsqu’il l’écrasa qui attira son attention et il eut juste le temps de le voir déposer le cadavre de l’animal dans la main de Fuyu. Celle-ci semblait d’autant plus perturbée et celle qui ne tenait pas la bête vint prendre la sienne, entrelaçant ses doigts avec les siens. La pression était forte mais il ne chercha nullement à s’en débarrasser, au contraire, il serrât à son tour la main. De cette façon il voulait lui montrer qu’il était à ses côtés, qu’il était là pour elle. Son regard se tourna alors vers l'enfant, pile au moment où l'adolescente lui proposait de jouer. Un jeu ? S'ils gagnaient il leur montrerait la sortie, c'est à cela qu'elle pensait ? Revis eut un sourire. S'ils devaient jouer alors ils allaient jouer, le plus jeune n'allait pas être déçu.

Il voyait bien que son acolyte était différent de d'habitude. Il le voyait dans son sourire et aussi cette peur toujours présente sur son visage. Il l'aidait à réduire la distance qui les séparait, gardant la totalité de son calme et lui montrant qu'il était serein. Il savait qu'elle avait confiance en lui et il comptait bien l'aider dans cette épreuve, ce serait eux deux contre le labyrinthe. Du moment que le combat se déroulait de façon psychologique, il n'avait pas d'hésitation à affirmer qu'ils gagneraient. C'est si le combat devenait physique que la situation se compliquait. Mais, ils n'étaient plus seuls maintenant et c'est ce qui importait le plus, pour le moment.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Vava et signa by Ayu ♥


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 147
Age : 20
Personnages préférés : Echo, Alyss, Lacie et Vince!

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   21st Novembre 2012, 10:05

« Oui... Je viens de... Réveil » , marmonna l’inconnu en face d’Echo.

La jeune fille reprit du poil de la bête. Réveil ! Il venait de la même ville qu’elle !

« Je suis ici pour... aider les habitants. Avez-vous vu d'autres personnes ? »

Là, c’était le bonheur total. Bien qu’ayant l’esprit encore embrouillé, Echo sentait que cette personne pouvait l’aider. Il avait dit avoir pour devoir d’aider les habitants. Donc, sans aucun doute était-ce un membre de Pandora. C’était encore mieux. La jeune fille se remémora le temps passé dans cet étrange labyrinthe. A part les poupées, le meubles brisées, et l’étrange petit garçon, elle ne se souvenait pas d’avoir vu quelqu’un. Elle avait juste entendu une voix, lointaine, mais n’en avait pas retrouvé la source.
« Non, je n’ai croisé personne. Mais j’ai cru entendre une voix, sans jamais pouvoir trouver à qui elle appartenait. »
La jeune fille fixa l’inconnu. Tout à coup, il semblait s’être refroidi. Son regard s’était durci et embrouillé, comme si la folie présente en ce lieu l’atteignait de nouveau. Puis, comme perdant le contrôle de lui-même, l’homme se tourna vers le garçonnet :
« Que sais-tu de cet endroit ?! »
Sa voix était pleine de haine contenue, de rage et de mépris. Echo sursauta, surprise par le changement soudain de comportement de l’homme. Puis elle se tourna elle aussi vers le garçon, tout en gardant l’homme à l’œil. Effectivement, ce garçonnet sorti de nulle part semblait faire corps avec le labyrinthe, et l’inconnu avait peut-être raison de lui demander ce qu’il savait de cet endroit. Mais son ton l’effrayait, elle craignait qu’il ne se retourne contre elle et l’attaque. Certes, l’adolescente avait peu à peu repris ses esprits, et elle serait sans aucun doute capable de se défendre. Mais s’il l’attaquait, pourrait-elle pour autant tuer cet homme qui représentait une aide non négligeable ? Difficile à dire. Il était clair qu’elle n’hésiterait pas à se battre pour se protéger, mais de là à condamner une de ses portes de sortie…
Le jeune fille soupira et se tourna vers le bambin, reprenant son expression un peu endormi et amorphe.
« Cet homme a raison, peux-tu nous dire quoi que ce soit à propos de cet endroit ? »
Elle avait décidé de la jouer gentille. De ne pas être méchante, ni de presser le bambin. Elle ne connaissait pas l’homme qui était debout non loin d’elle, et il se pouvait qu’une seule contrariété le fasse exploser. Et ce gamin étant probablement lié au labyrinthe, le menacer reviendrait à menacer le labyrinthe. Labyrinthe qui pourrait décider de les rendre encore plus fou. Entraînant ainsi une grosse colère de l’albinos qui semblait déjà avoir un peu perdu les pédales.
M’enfin, tout cela n’était qu’une illusion. Tout de même, la gamine préférait ne pas tenter le diable et être gentille. Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas calmer l’autre dégénéré ? Mouais, bonne idée. Se tournant vers l’inconnu, elle sourit légèrement.
« Calmez-vous, s’il vous plaît. Si vous lui parlez ainsi, il ne nous aidera peut-être pas. »
Maintenant, restait juste à espérer qu’il reprenne ses esprits et ne lui saute pas dessus pour lui arracher la gorge.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Avatar by Fuyu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   10th Décembre 2012, 04:58

C’était amusant cet endroit et ces nouvelles personnes qui arrivaient petit à petit. Allez, venez encore sombrer dans la folie avec nos deux petits enfants ! Je vous promets qu’ils seront gentils et ne feront presque pas couler de sang ! Commença, on ne veut pas les croire ? Mais voyons, ils ne sont que des bambins n’est-ce pas ? Comment pourraient-ils faire du mal à quelqu’un ! Mais à Wonderland, les apparences peuvent être trompeuses. Les gentils peuvent être les méchants et les méchants peuvent être les gentils ! Un visage souriant peut cacher une envie de sang. Un rire fou peut cacher un malheur déconcertant. Saurez-vous faire la différence entre ces deux enfants ? Le pays vous souhaite bonne chance !

Le cadet était tombé sur une femme et un homme aux cheveux blancs. La petite femme semblait avoir vraiment peur de cet endroit ce qui fit rire Dee n’ayant crainte de ce labyrinthe. C’était amusant de jouer ici n’est-ce pas ? On pouvait se perdre ou encore tricher et rendre folle les personnes. Son sourire enfantin ne quittait pas son visage qui passait de la petite au grand sadique. Penchant la tête sur le côté, il écouta chaque petite parole. Soudain, l’homme lui lança un regard des plus sadiques qui le fit frissonner par intérêt. Mettant ses mains vers son visage, des larmes arrivèrent d’un coup et l’enfant ne se retint pas de jouer sur ces petites folles qui étaient plus que fausses mais tellement bien dissimulée. Après tout, ce n’était qu’un gosse n’est-ce pas ?

« Madame que je connais pas… Le monsieur il est méchant avec moi… Et je ne connais même pas vos prénoms ! »

Se cachant derrière la jeune femme, il regarda l’homme d’un air apeuré s’amusant avec sa petite comédie. Le jeu allait bientôt pouvoir pleinement commencer ! Mais avant, il fallait que son frère mette tout en place de son côté. Alors, Dee attendait simplement le signale en restant cacher derrière la demoiselle qui semblait bien plus calme que cet enragé !

De l’autre côté, son frère s’amusait comme un petit fou à rendre la demoiselle le plus mal à l’aise possible. Est-ce qu’elle n’aimait pas les animaux ? Le sang lui faisait peut-être peur ? Que des informations que Dum trouvait que trop intéressante. De plus, les deux personnes semblaient se connaitre et alors pas besoin de demander une identité. Jouant un peu avec ses doigts, il gratta le sol de son pied et son désir fut exaucer ! Fuyu avait envie de faire un petit jeu ? Elle allait être servie ! Sortant un morceau de papier de sa poche ainsi qu’un crayon écrivant d’un drôle de rouge ressemblant à du sang, il regarda les deux amis.

« J’écris donc les participants ! Fuyu et Revis c’est ça ? J’attends le prénom des deux autres ! »

Bien sûr, il fallait comprendre qu’ils étaient du côté de son jeune frère mais il n’allait pas le préciser bien sûr ! Rangeant le morceau de papier dans son veston, le noiraud s’approcha d’eux en faisant un sourire dès plus mignons.

« Voilà les règles ! Vous devez me retrouver mon frère et moi. Mais, vous ne devez pas nous confondre ! Si vous vous trompez, vous avez perdu. Je suis lui comme il est moi mais sans pour autant l’être. Il me ressemble comme il ne me ressemble pas. Nous sommes qu’un comme nous sommes que deux. Au fait, il s’appelle Dee ! Mais attention, ce labyrinthe est vivant. »

Le jeune garçon ne dit rien de plus et commença à s’éloigner en courant. Après tout, tout révélez ne serait pas amusant n’est-ce pas ? Les buissons se fermèrent derrière lui et des racines entourèrent rapidement les jambes de l’homme prouvant que cet endroit et vraiment doté de vie.
Du côté de son frère cadet, ses larmes s’étaient calmées. Dee allait aussi lancer son petit jeu mais avant ça, il avait besoin de savoir l’identité des deux inconnus à ses côtés. Il pouvait s’introduire dans leur tête mais pour le moment, il fallait rester discret.

« Vous voulez jouer à un jeu avec moi ? Si vous gagnez. Je vous dirais tout ! »

Le jeu était sur le point de débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 151
Age : 20
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   9th Janvier 2013, 06:45

La réaction violente d'Heiden eu pour effet de faire pleurer le gamin. Loin de l'attendrir ou de lui faire regretter ses paroles, les larmes ne l’énervèrent que d'avantage. Il ne pouvait pas arrêter de couiner ?!! L'albinos sentait son sang cogner contre sa tempe. Il ne supportait pas les enfants, et en ce moment, il n'avait pas de temps à perdre avec un gosse pleurnichard.
La jeune fille aux cheveux blancs parla à son tour à l'étrange gamin, avec une voix calme. Elle lui demanda la même chose qu'Heiden mais son air plus aimable et endormi sembla mettre l'enfant en confiance. Elle se tourna ensuite vers l'albinos, lui conseillant de se calmer. L'idée était bonne, c'était sûr qu'ils avaient plus de chance d'obtenir quelque chose par la méthode douce. Mais allez expliquer ça à Heiden... Son expression ne laissait aucun doute sur la folie qu'y l'habitait, son regard rouge était fixé sur l'enfant en pleurs. Ce dernier prit un air apeuré et ce cacha derrière la jeune fille, faisant remarquer à haute voix qu'Heiden était "méchant". Moui... On pouvait dire ça...

Pour l'instant, la présence calme et légèrement endormi de la demoiselle permettait à Heiden de rester "le membre de Pandora", et non pas "le monstre psychopathe". Elle lui avait sourit, quoique faiblement, et bien que fou, la présence de l'albinos semblait la rassurer. Il gardait néanmoins des yeux haineux et enragés rivés sur l'enfant, avec une atroce envie de lui faire ravaler ses larmes. Larmes qui ne tardèrent pas à cesser.

" Vous voulez jouer à un jeu avec moi ? Si vous gagnez. Je vous dirais tout ! "

- Tu crois que c'est le moment de jouet ?!!!

Heiden du faire un terrible effort pour se contrôler. Il inspira profondément, se répétant inlassablement les mêmes mots "une mission, tu es en mission". Quelques gloussements sadiques lui échappaient parfois, mais il parvenait à garder la tête à peu près froide.
Le petit lui proposait un marché, et il semblait sûr de lui. Si il disait la vérité, les informations que l'albinos recueillerait seraient sans doute très importantes pour Pandora. Cet enfant étant pour l'instant la seule piste qu'il avait, il n'avait pas vraiment le choix. Heiden aimait bien jouer, mais ses jeux n'étaient pas ceux d'un enfant de 8 ans, ils étaient bien plus sanguinaires. Pour le coup, le jeune homme ne savait vraiment pas à quoi s'attendre avec ce gamin. Et puis, que ce passerait-il si ils perdaient ?
Tenterait-il ? Tenterait-il pas ?
Heiden se baissa à la hauteur de l'enfant, le regard avec un air menaçant.

"C'est bon, j'accepte de jouer. Mais tu auras intérêt à respecter ta part du contrat..."

Sans le quitter des yeux, il attendait la suite des évènements.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 147
Age : 20
Personnages préférés : Echo, Alyss, Lacie et Vince!

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   11th Janvier 2013, 10:42

Un cinglé. Voilà ce qu’était le gars en face d’Echo. S’il semblait s’être calmé, il n’en restait pas moins que l’étrange petit garçon était terrorisé. Et l’adolescente allait finir par l’être également, si l’autre albinos timbré ne cessait pas immédiatement ces impromptus gloussements lui échappant parfois.

« Madame que je connais pas… Le monsieur il est méchant avec moi… Et je ne connais même pas vos prénoms ! »
Echo hésita un instant à révéler son prénom. Après tout, ce p’tit bonhomme était apparu de nulle part et elle ne pouvait pas totalement lui faire confiance. Cependant, l’homme en face connaissait peut-être sa réelle identité. Mieux valait révéler son prénom, il n’y avait sans doute aucun risque.

« Mon nom est Echo. Et le gentil monsieur en face va aussi te dire son nom. N’est-ce pas ? » Dit Echo en lançant une regard insistant en direction de l’homme, histoire de bien lui faire comprendre qu’il devait se calmer s’il ne voulait pas qu’elle l’assome.

Visiblement, le gamin avait repris du poil de la bête car il proposa aux deux de faire un jeu. Ce qui eut pour effet de déclencher une nouvelle mini-crise de colère de la part de l’inconnu. Crise qui, heureusement, ne dura pas longtemps. Heureusement pour lui, bien sûr, car Echo se sentait déjà mieux et était prête à dégainer ses lames sans plus tarder.
L’homme, à la grande surprise de l’adolescente, accepta le jeu, en criant au bonhomme de ne pas trahir sa promesse s’il gagnait. D’un signe de la tête, Echo signifia à son tour qu’elle était prête à jouer avec lui s’il leur donnait le moyen de sortir d’ici. Etait-ce vraiment prudent de se fier à ce gamin ? Peut-être pas. Avait-elle un autre choix ? Sans doute que non. Refuser de jouer et partir se promener seule dans le labyrinthe lui amènerait sans doute plus d’ennuis que rester avec ce fou furieux et cet étrange enfant. Ou peut-être pas. Bon, au moins, elle n’était plus seule, et devait se concentrer sur ça, pas sur le fait que l’autre semblait prêt à égorger le gamin, leur porte de sortie.
Egorger le gamin. Que devrait-elle faire s’il l’attaquait ? Le tuer ? Le neutraliser gentiment ? Le laisser faire ?
Echo chassa ces pensées de sa tête. Elle devait se concentrer sur le fait qu’elle avait des compagnons pour l’aider et qu’elle sortirait bientôt d’ici. Elle était même prête à se traîner aux pieds de Vincent juste pour s’échapper de cet endroit glauque. Ce qui était, vous devez le concevoir, un énorme sacrifice pour elle. Cependant, l’image de Vince découpant ses poupées, Vince se jetant sur Gilbert, Vince grommelant contre Oz parce qu’il accaparait trop Gil, tout cela, ça la réconfortait. Elle ressentait une sorte de nostalgie. Il était vrai que ça avait été la seule maison qu’elle ait jamais connue.

Ouhla, je m’égare. Reprenons plutôt le récit de ce petit labyrinthe. Le jeu allait débuter.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Avatar by Fuyu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 18
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   5th Février 2013, 07:51

Fuyu était une adolescente. Et Fuyu n’aimait pas les gosses. Enfin, habituellement, elle n’en avait que trop peu faire. Mais si elle devait demeurer en leur compagnie, mieux valait pour eux qu’ils soient sages et qu’ils se fassent tout petits. Sinon quoi ? Eh bien, aussi capricieux qu’ils puissent être, ils demeuraient des enfants. Et aussi frêle puisse être la jeune fille, cela n’empêche qu’elle avait un bon nombre d’années de plus qu’eux. Vous avez fait le lien ? Pas encore ? Eh bien, elle les ferait taire pour de bon. Les gifles, c’est utile. Après, il y a les bâillons. À essayer, d’ailleurs.
Elle avait été une enfant. Sauf qu’elle était extrêmement sage – voyez où elle en est maintenant. Et pour dire vrai, jamais elle ne pensa à pervertir son esprit d’une pincée de rébellion. En même temps, à cette époque, elle avait un père attentionné mais terriblement anxieux ainsi qu’une mère prostituée qui ne savait plus quoi inventer pour se traîner, chaque jour un peu plus, dans la boue ; les milles et unes basses de sa misérable vie. Fuyu ne désirait pas décevoir son paternel. Il l’était déjà bien assez par sa femme. Vraiment, si la fillette avait été une enfant turbulente, je pense que son père serait devenu fou à lier. Et la seule personne qu’elle respectait en ces temps se serait transformée en un misérable parmi tant d’autres. Elle qui, bien trop jeune déjà, fit face à bien des horreurs. Et désormais, elle était ce qu’elle ne fut jamais, ce qu’elle ne désira jamais être. Une personne effroyable, méchante, sadique, froide et tout bonnement insupportable. Une sale gosse, pour résumer en quelques mots.
Lorsque Dum fit irruption devant elle et Revis, elle n’avait qu’une envie et s’était le coller à je ne sais quel mur derrière lui et l’étrangler jusqu’à ce qu’elle voulait entendre sorte de sa bouche. Mais non. Elle s’était contenue. Enfin, non, elle avait agi normalement. Parce qu’elle n’était plus la même. Parce qu’elle était contaminée, de toute façon. Parce qu’elle était folle. Et surtout parce qu’elle demeurait, elle aussi, une grande enfant ; avant tout, elle désirait jouer et se complaire à cette divine activité. Si, au passage, ce petit Dum évitait de tuer des grenouilles sous ses yeux, ce serait parfait. Je vous l’ai déjà dis, ce n’est pas tant le fait de tuer une bête qui la dérangeait, seulement que la vue du sang ne lui plaisait pas. Ne lui plaisait pas du tout.
Tu te rappelles, Fuyu ? Lorsqu’il t’a coupé la joue, lorsqu’il t’a marquée à vue ? Il a fait couler ton sang… Tu te souviens, hein ? Bien sûr. Tu n’as jamais oublié. Tu n’as jamais oublié son visage. Son sourire. Ses yeux sombres, son teint clair, ses magnifiques boucles couleur suie... Mais dis-moi Fuyu, es-tu folle au point d’imaginer cet homme qui t’a agressée et de l’illustrer en tant que dieu ? Atteinte. Tu es complètement atteinte.

Revis était là, maintenant. Revis était là et resterait là. Pas spécialement pour elle, car il n’était sûrement pas là pour elle. Mais en revanche, alors qu’elle entremêla ses doigts aux siens et qu’elle ressentit la réponse à son étreinte, elle eut l’impression que pour l’espace de quelques secondes, il était là pour elle. Uniquement pour elle. Bien sûr, rapidement, elle chassa toutes ces pensées de sa tête. Pourquoi était-il là, d’ailleurs ? Enfin une question lucide lui traversant l’esprit embrumé. Il était tombé là par hasard ? Venant de lui, ce serait étonnant. Fuyu ne l’avait vu qu’une seule fois – et croyez-moi, elle s’en souviendra – mais cela n’empêchait qu’elle avait l’impression qu’il avait quand même cherché à tomber dans l’un de ses trous. Ne serait-ce que pour se distraire. Elle lui poserait sûrement la question une fois qu’ils seront sortis de là. Enfin, s’ils allaient pouvoir s’en sortir. Peut-être rêvait-elle. Peut-être, oui. Mais peut-être que tout cela était réel aussi. Et tant que le peut-être subsisterait, tant qu’il y aurait ne serait-ce qu’une chance que cela soit vrai, alors Fuyu vivrait le présent à fond. Pareille aventure ne doit sûrement pas se présenter plus d’une fois dans une vie.
Il y avait un conte. Son père le lui a raconté. Une fois. Peut-être deux. Elle ne savait pas trop. Elle ne s’en souvenait pas trop non plus. Mais c’était une histoire de tragédie. Qui remontait à un siècle d’après ses souvenirs. Avec des Baskerville. C’était cela, non ? Les faucheurs pourpres, d’après la légende. Elle n’y croyait qu’à moitié. Mais Finn avait affirmé faire partie de ce clan. Et son grand-frère ne lui avait pas menti. Mais... Mais n’y avait-il pas autre chose ? Qu’avaient fait les Baskerville ? Envoyer je ne sais quoi dans je ne sais quoi encore ? Une prison. Sombre. Effrayante. Le nom lui échappait encore. Mais elle finirait bien par le retrouver.
Une prison. Claire. Effrayante. Là où elle se trouvait devait ressembler à l’autre endroit. À une différence près. Juste que le blanc et la clarté remplaçaient le noir et l’obscurité. Revis devait rester. Ce n’était plus sa lucidité qui était en jeu, plus son esprit clair, loin de là. C’était sa propre personne. Elle tout entière. Elle ne résisterait jamais. Elle était... effrayée. Fuyu était effrayée.

Qu’est-ce qu’il racontait, ce sale mioche ? Il sortit une feuille et un crayon de sa poche alors que la jeune fille serrait la mâchoire face au geste agaçant qu’il effectuait et qui consistait à gratter le sol de son pied. Il gribouilla je ne sais quoi et l’adolescente ne laissa qu’un vague regard passer sur la surface blanche. Enfin, une surface qui était censée être blanche et qui serait un peu parsemé d’un gris propre au plomb des crayons. Mais non. C’était du rouge. Et quel rouge ! Du rouge sang. Ce garçon était bizarre. Trop bizarre. Elle leva les yeux au ciel, prête à réellement s’irriter. Il rangea sa feuille et décocha aux deux jeunes gens un sourire « mignon ». Mignon ? Cet adjectif ne pourrait jamais qualifier le petit. Pas moyen. Plus qu’un contraste, ce serait tout bonnement deux choses opposés ; le diable ne peut être qualifié d’angélique. Plus qu’un oxymore, une immense erreur de syntaxe ! Enfin, vous avez compris où je voulais en venir.

De nouveau, il s’exclama. Alors que les mots couraient, Fuyu se retourna vers Revis et planta son regard dans le sien. Un regard qui, au début, était vide, vitreux. Et puis, ce fut l’inquiétude qui zébra ses pupilles. Pourtant, rapidement, ce fut autre chose encore qui teinta son regard aux différentes couleurs mêlées. L’amusement. C’était plutôt ironique, car la première et seule fois où ils se virent, ils jouèrent. Un jeu qui devait tout de même être plus de l’âge de Revis que de Fuyu, mais cela n’étant pas notre sujet, nul besoin de s’étaler là-dessus. Elle relâcha la main de l’homme et se tourna de nouveau vers le petit. Son frère ? Un dénommé Dee. Fuyu nota ces quelques détails dans un coin de son esprit avant de laisser sa tête basculer sur le coté. Ils se ressemblaient ? Des jumeaux, dans ce cas. Eh bien, il semblerait que l’Akeno retrouve ses facultés à réfléchir. Alors qu’il prononçait les derniers mots, Fuyu l’observa de la tête aux pieds, notant le moindre détail qui pourrait les aider, Revis et elle, un peu plus tard, à différencier ce diable de son reflet. Cheveux courts et noirs, yeux penchant vers le rouge. Un enfant maudit. C’est comme ça qu’on appelait les enfants aux yeux rouges. Dans son monde. Pas dans celui-ci. Très bien. Mais pourquoi revenait-il sur ses mots ? Pourquoi disait-il ressembler à l’autre tantôt et ne pas lui ressembler tantôt ? À part les petites différences physiques, que pourrait-il y avoir d’autres ? Fuyu finirait bien par le découvrir. Forcément.
Le labyrinthe est vivant. Non, jure ? Comme si elle ne l’avait pas remarqué, sérieusement ! Il s’en alla en courant, traversant les buissons qui s’écartèrent pour le laisser passer et qui revinrent rapidement à leur place. Si elle essayait, le feuillage allait-il lui obéir ? Pourquoi avait-elle la désagréable impression que non ?

Une nouvelle fois, elle se tourna vers Revis. Oui, ils n’avaient pas une minute à perdre – quoique – mais cela n’empêche que l’homme passait avant le sale gosse. Et son frère. Elle porta sa main récemment libérée à sa joue et fit danser ses doigts sur cette peau qu’elle avait caressée et embrassée la dernière fois, un léger sourire accroché aux lèvres. Que pourrait-il arriver ? Il y avait de la vie, dans ce labyrinthe. Et s’il y a de la vie, alors il y a de la mort. Serait-il possible que nulle issue favorable aux deux humains – Fuyu avait décidé que les deux plus jeunes n’étaient pas humains, voilà – n’existe ? Tiens, Dum n’avait-il pas parlé d’autres personnes ? C’est vrai que maintenant qu’elle y pensait, dès son arrivée dans ce labyrinthe, elle avait cru sentir une présence Et peut-être entendre du bruit. Elle ne savait pas. Ne savait plus. Cela pourrait être parfaitement erronée comme donnée. Doucement, elle approcha son visage de celui de l’homme et lui captura les lèvres entre les siennes, les scellant dans un bref baiser. Elle ne s’éloigna que très peu, s’exclamant avec un peu plus d’assurance que la dernière fois.

– Même si on fait équipe, Revis, j’ai bien l’intention de te montrer que je suis meilleure que toi à ce petit jeu.

Pure provocation. Certainement pour détendre l’atmosphère. En fait, jusque là, Fuyu n’avait pas réfléchi à tout ce qui venait de se passer concrètement ne serait-ce qu’une seule seconde. Elle ne faisait qu’encaisser les nouvelles, les accepter plus ou moins et se préparer à recevoir une nouvelle information qui pourrait s’avérer intéressante. Mais tout cela était réellement étrange. Surnaturel. Et comment demander à une fille si rationnelle de croire à tout cela ? Commencer lui demander de croire aux légendes narrées par son père ? Elle ne pouvait pas même faire confiance à son esprit, alors quoi ? Que lui restait-il ? Compter sur Revis ? Peut-être. Mais cela n’empêche, Fuyu détestait dépendre de quelqu’un d’autre, de ses décisions. Elle allait devoir agir. Quitte à réfléchir à tout ce qui était en train de se passer en ce moment même plus tard. Oui, plus tard. Si plus tard il y aura, tout de même.

Elle commença à marcher de quelques pas, plutôt hésitante. Prendre la même direction que Dum avait emprunté ? À quoi bon ? Vraiment, que pourraient-ils bien faire ? Alors que la jeune fille essayait de réfléchir, de trouver un endroit qu’elle pourrait exploiter et qui, peut-être, s’ouvrira sur un autre chemin de ce maudit labyrinthe, les voix revinrent la déranger. Elle les avait complètement oubliées celles-là. Elle se massa les tempes un instant avant de simplement poser une main sur le mur à sa gauche. Froid. Glacial. Mort. Sûrement pas vivant. Elle se tourna vers Revis, haussa les épaules et commença à marcher droit devant. Autant marcher hein, vu qu’il n’y avait rien à faire de mieux. Sauf si Revis avait une meilleure idée ? Fuyu demeurait toute ouïe. Les murs allaient se diviser, des trucs allaient en sortir. Elle se surprenait à l’espérer. Plus
Plus elle progressait sur le chemin devenant sinueux, plus il faisait froid. Mais ce n’était pas tout. Il y avait ces poupées. Ces marionnettes.
Puppets, puppets ! Like you. Like him. Like us !
Des marionnettes brisées qui jonchaient au sol ; une décoration de bien mauvais goût tout de même. Mais Fuyu appréciait cela. Elle se pencha d’ailleurs pour en saisir une. Enfin, une tête seulement, le reste du corps ne devait pas être dans les parages. Elle ne le chercha de toute façon pas, se contentant de serrer la tête en bois dans ses mains. Décapitée. Cette poupée était décapitée. Amusant. Les yeux de la chose la fixaient. C’était perturbant. Et elle n’avait pas besoin de ça pour avoir peur. Impulsivement – chose qui ne lui ressemblait nullement, elle envoya le morceau de vois contre le mur pour qu’il se fracasse et poussa un profond soupire – un grognement plutôt.

– Mais où est ce satané gosse, bor-...

Elle se mordit la langue et arrêta de marcher. Elle sa fatiguait pour rien là. Elle cogna son poing droit à son front en fermant les yeux. Bon et maintenant ?
Hey, Dum, Dee, vous savez, juste une petite remarque hein, mais dans un jeu, il faut les adversaires ! Vous avez fixé les règles, Fuyu a sous-entendu l’enjeu, mais là, vous manquez à l’appel. Et puis, elle n’avait pas fini avec toi, petit diable de Dum ! Si Revis et elle gagnaient, ils s’en iraient. Mais si c’était toi et ton frère qui remportaient la partie, hein ? Elle envisageait toutes les possibilités – même celles qui ne lui plaisaient pas – alors il y avait encore des vides à remplir, des lacunes dans ce jeu de fous. Ce jeu de la vie. Ce jeu de la mort. Ce jeu du temps. Si vous gagnez, allez-vous vous contenter de vous nourrir de l’esprit perturbé de Fuyu ? Parce que Revis, lui, semblait parfaitement serein. Ce qu’elle aimerait être aussi confiante que lui.
Fuyu rouvrit les yeux et lança à l’homme un regard interrogatif. Que faire désormais ? Pas question de lui reprendre la main, de témoigner à nouveau de sa peur, de sa faiblesse. Pour le moment, tout ce qui pressait, c’était de savoir si tous les pions étaient réellement en place pour que le jeu commence.


Dernière édition par Fuyu Akeno le 28th Février 2013, 06:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 512
Age : 21
Personnages préférés : Vincent, Leo, Jack, Gilbert et Elliot ♥
Double comptes : Grey & Reita

Feuille de personnage
Nom & prénom: Revis Baskerville
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Baskerville ♪


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   27th Février 2013, 15:24

Les deux autres participants. Il y avait donc bel et bien d’autres personnes qui, comme eux, étaient prisonniers dans cet endroit ô combien étrange. Ce n’était l’Abysse, il en avait la certitude, cela n’y ressemblait pas. Le mystère était donc encore complet lorsqu’il s’agissait du lieu en lui-même. Autre chose dont il n’était pas sûr, c’était que le môme soit normalement constitué, qu’il vienne du monde réel. À moins qu’il soit l’exemple même de ce que l’on devenait à trop tarder dans ce labyrinthe. Effrayant, c’était le mot qui correspondait le mieux à cette situation, pourtant il ne l’était nullement. Perdu plutôt. Perdu, mais lucide, pour le moment du moins. Il se refusait à perdre le contrôle de lui-même. Le contact de la main de Fuyu dans la sienne l’aidait à garder les pieds sur terre, bien que ce ne soit pas dans ses habitudes de se reposer sur quelqu’un, mais après tout, rien n’était normal ici, alors cela n’avait aucune importance.

Les règles du jeu étaient simples. Savoir différencier les deux mômes du labyrinthe. Des jumeaux, manquait plus que ça. Bon, ça pouvait être amusant. Ce qui était moins drôle, c’était la possibilité de perdre, si cela venait à arriver auraient-ils une deuxième chance ou étaient-ils définitivement condamnés à rester ici ? Ils n’avaient pas eu plus d’informations là-dessus et la deuxième solution n’avait rien de tentante. Cependant, c’était la victoire qui était importante et il ne servait à rien de penser au pire, il devait se concentrer sur la victoire et rien d’autre. Ce n’était tout de même pas si dur de différencier deux enfants. Pendant que Revis avait encore Dum sous les yeux, il en profitait pour essayer de mémoriser tous ses détails. Ce, malgré les voix, toujours présentes dans sa tête, qui semblaient vouloir le déconcentrer de sa tâche.
"Et si tout était un rêve !" Un rêve ? "Tu ne t’es pas posé la question, hihi ! " En effet, il ne se l’était pas posé. De toute façon, rêve ou non, cela ne changeait rien. Que l’on le veuille ou non, lorsque l’on est dans un rêve, on ne choisit pas -ou difficilement- ce qu’il va se produire, quand c’est le cas alors on est proche du réveil. Or, là, il ne se réveillait pas. Du moment que le doute subsistait, il ferait ce qu’il avait à faire.

Il y avait une certaine ironie dans la situation. Déjà lors de sa premier et seule rencontre avec Fuyu, ils avaient jouaient. Ce n’était pas le même jeu, loin de là, une toute autre catégorie, mais un jeu restait un jeu. Celui était plus important, c’était leur échappatoire qu’ils pouvaient gagner. Cessons de nous concentrer là-dessus, trop de réflexions pouvaient amener à la défaite.
Un regard vint se planter dans le sien et des lèvres se coller aux siennes. Fuyu. Était-elle plus ou moins lucide que lui ? L’était-elle seulement ? Sa phrase répondit à cette question. Elle devait bien être un minimum lucide pour lui lancer un de ses habituel défi, c’était tout elle. Un sourire illumina le visage du Baskerville ; la suite promettait d’être amusante. Eh oui, il ne lui suffisait pas de grand-chose à notre Revis ! Mieux valait rire que de pleurer sur la situation, non ?

-J’espère bien que tu seras à la hauteur, enfin, n’imagine pas pouvoir me battre à ce jeu, il se trouve dans mon domaine.

Son domaine, hein ? La manipulation bien sûr. Observer, retenir et manipuler pour obtenir ce que l’on souhaite. Ce n’était que des enfants, les enfants son naïfs, imprudents. Ils devraient commettre des erreurs, faire de faux-pas, cela ne passera pas à travers son filet. Peut-être même pourrait-il gagner en les poussant à se dévoiler, en toute discrétion. Une question ou une remarque à laquelle seul un des deux répondrait. Seulement Dum connaissait leur identité, s’ils venaient à croiser Dee il pourrait espérer jouer là-dessus. À moins que le premier cité rapporte tout ce qu’il sait à son jumeau. Dans ce cas, il devrait faire en sorte de deviner si l’enfant lui ment ou non. Bref, il avait de nombreuses possibilités. Et puis, dans tous les jeux, il y avait possibilité de tricher… suffisait de trouver la parade.

Des poupées. Rien d’étonnant vu l’endroit où ils se trouvaient, il y avait de tout. Des poupées, dont quelques-unes de décapitées, ce n’étaient absolument rien. Que l’adolescente en prenne une pour la jeter contre un mur était autre chose. Enfin, c’était une manière comme une autre de se défouler. Quelqu’un aurait aussi bien pu la découper que cela n’aurait rien changé.
L’albinos se tourna vers elle, d’ailleurs elle le regarder. Elle avait un air d’interrogation sur le visage.

-On ne peut rien faire tant que l’on n’aura pas retrouvé un des deux enfants. Si l’on croisait d’autres personnes, peut-être pourrions-nous obtenir de plus amples informations. Dans tous les cas, nous devons trouver quelqu’un.

Un léger soupire passa ses lèvres. Il s’ennuyait pour le coup. C’était beaucoup moins drôle d’avoir à chercher des personnes au beau milieu de ses allées partant dans tous les sens.

-Ce serait dommage que l’on se perde de vu, aussi.

Sitôt dit, il reprit sa main. Simple prévoyance, il n’avait pas confiance en le lieu et avait le sentiment que l’on pouvait y perdre quiconque même en l’ayant près de soi. Entre les buissons qui forment des passages, des culs-de-sac qui se forment soudainement et toutes autres sortes de choses qui se produisaient. Mieux valait être prudent, donc.
Maintenant, restait à trouver quelqu’un, n’importe qui ferait l’affaire, à condition que ce soit humains et un minimum inoffensif. Pas la peine de se rajouter d’autres ennuis par-dessus ceux qu’ils avaient déjà.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Vava et signa by Ayu ♥


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   11th Mars 2013, 04:15

Il ne faut rien oublier, oui rien oublier quand on est dans un tel endroit ! Chaque petit élément compte, chaque parole ainsi que chaque geste. Cet endroit vous rendra fou, il le fera et ne vous laissera aucun moment pour respirer ! Les racines qui entourèrent les pieds du dit Revis précédemment devinrent plus grande comme il ne s’en était occupé et grimpèrent jusqu’à son bas torse. Il faut les coupes, il faut s’en sortir. Sinon, tu étoufferas simplement hihi ! He oui, aucun élément ne devait échapper à l’attention des participants. C’était simple ! Vous perdez à ce petit jeu, vous perdez simplement la vie. Une des poupées que la demoiselle Fuyu venait d’écraser commença à ricaner et chouiner. Ses amies se levèrent rapidement comme attirée par la détresse de leur amie. La tête se penche à droite puis à gauche. Des rires vinrent de tous les côtés avant que les petites ne se jettent sur elle appelant une plus grande de la taille de l’homme. Attention, ces mignonnes petites poupées aiment la viande ! Elles ne tardent pas à essayer et mordre la demoiselle qui avait l’air si appétissante ! Des petites filles en mangeant une grande. N’est-ce pas excitant à voir ? Le sang allait couler, l’odeur allait s’éparpiller dans le labyrinthe ! La folie prenait possession de ce lieu. Non… Il était déjà complètement taré ! Le jeu de la survie venait à peine de débuter.

De l’autre côté, notre petit Dee continuait de s’amuser à faire l’enfant innocent qui voulait simplement jouer à un petit jeu. Vous allez tomber dans le panneau, je vous aurais, vous ne pouvez rien faire ! A croire que la chance était de son côté car l’homme ne voulant participer, finit par céder en lui qu’il avait intérêt à ne pas mentir. Quel drôle de coïncidence, ça allait être amusant ! L’enfant recula un peu comme s’il avait peur de l’albinos, mais un sourire apparut soudainement sur son visage d’enfant.

« Je ne sais pas mentir, comme je sais le faire. Mon frère aime mentir comme il n’aime pas le faire. Il faut savoir qui dit la vérité et qui ne le dit pas ! Mais, ne nous confondez pas. Echo. Heiden. Bienvenue dans notre jeu ! »

Vous avez compris la petite touche personnelle ? Oui, L’enfant venait d’appeler l’homme par son prénom. Le labyrinthe le lui avait murmuré et ainsi son petit plan avait commencé. L’enfant sauta dans un buisson ainsi disparaissant à la vue de tous. Des objets volant apparurent derrière lui comme pour faire obstacle. Une tasse de thé ainsi que tout le service qui allait avec ! Des fourchettes et des couteaux foncèrent contre Heiden comme pour le défier. Attention, il fallait éviter ! La mort se trouvant à chaque recoin de cet endroit maudit. Des dizaines de petites araignées sortirent des murs et tombèrent sur la petite Echo. Attention, elles étaient empoisonnées ! Si elle vous mordait, il fallait sortir au plus vite du labyrinthe pour seul remède. ~

Les deux enfants se rencontrent, ils se touchent simplement la main avant que leur apparence ne change pour l’autre. Un détail ? Simplement les yeux qui étaient rouge chez le plus sadique et orange chez le plus gentil. Le seul petit détail qui les différenciait, venait d’être inversé ! He bien, il ne fallait pas que le concours soit trop facile ! Cela ne serait pas amusant. Les deux enfants s’assirent sur un arbre attendant leur victime. Les murs de l’endroit n’arrêtèrent pas de changer de place et ainsi les perdre pour qu’ils n’atteignent pas leur objectif. Encore beaucoup d’obstacle allaient être présent. Un seul indice était déjà présent du côté d’Heiden et Echo, un fil de fer coupant ils devaient suivre. La condition ? Le tenir en main sinon, il allait s’échapper ! Bonne chance, car ce dernier était aussi tranchant qu’un rasoir. Qui avait dit que le jeu serait sans douleur ? Le même arriva rapidement du côté de Revis et de la petite Fuyu. Même dilemme. Est-ce qu’un doigt allait tomber ? Que cela serait amusant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 147
Age : 20
Personnages préférés : Echo, Alyss, Lacie et Vince!

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   23rd Mars 2013, 06:51

« Je ne sais pas mentir, comme je sais le faire. Mon frère aime mentir comme il n’aime pas le faire. Il faut savoir qui dit la vérité et qui ne le dit pas ! Mais, ne nous confondez pas. Echo. Heiden. Bienvenue dans notre jeu ! »

Heiden. Echo ne se souvenait pas que l’homme à ses côtés ait déjà prononcé son nom. Comment le connaissait-il, ce gamin ? Non, vraiment, il y avait quelque chose qui ne collait pas. Ce petit…. Dee, c’est ça ? Dee n’était pas normal. Vraiment pas normal. Enfin, elle aurait du s’en rendre vraiment compte plus tôt, non ? Mais bon. Au moins, maintenant, elle mesurait vraiment à quel point il pouvait être étrange. Et par ailleurs, elle pouvait maintenant dire qu’il se fondait parfaitement dans le paysage. Comme s’il appartenait au labyrinthe. C’était peut-être le cas, d’ailleurs. Enfin.
Echo n’eut pas vraiment le temps de réfléchir plus longtemps à cela, car soudainement, le gamin disparut dans un buisson. Au même moment, des fourchettes et couteau volèrent vers le dénommé Heiden. Wow, c’était pas logique, ça ! Echo résista à l’envie de laisser la panique s’emparer d’elle une nouvelle fois : pas question qu’elle sombre dans la folie ambiante ! Aussi, quand à leurs tours des petites araignées tombèrent sur la jeune fille, elle s’esquiva prestement et dégaina ses lames. Malheureusement, les bestioles étaient trop petites pour qu’elle parvienne à les trancher nettement et proprement, aussi se contenta-t-elle de les écraser simplement une fois qu’elles eurent rejoint le sol.
Et puis les murs se mirent à bouger. Des branches en sortaient, des grincements sinistres se faisaient entendre, et Echo ne put s’empêcher de frissonner. Allaient-ils vraiment sortir de cet endroit terrifiant ? La jeune fille se posait encore des questions quand un fil métallique apparut devant eux. Ce fil… était-ce un fil d’Ariane ? Devaient-ils le suivre pour arriver au bout du labyrinthe ? Sans doute. Sinon, il ne serait pas apparu. Alors elle avança la main pour l’attraper, mais une voix stridente l’interrompit.

* Ne le touche pas, idiote ! *

… Allons bon. Elle était de retour, elle ?!

*Zwei ?! Mais… Tu…*
*Ne le touche pas, point. Hors de question de voir MON corps esquinté parce qu’une pauvre cruche à attraper un fil de fer à pleine main !*

Echo tressaillit. Même si ce n’était pas précisément pour elle, Zwei l’avait sauvé. Il était vrai qu’en observant de plus près le fil gris, on pouvait voir qu’il luisait doucement, et en l’effleurant, la servant du Nightray ne fut donc pas surprise de voir une goutte de sang apparaître au bout de son doigt. Elle tenta de nouveau de parler à Noisy, mais de nouveau celle-ci avait disparu. Probablement pas de son propre gré. Seul avantage de ce lieu : elle avait le corps pour elle toute seule ! Quoi que. Ça ne lui serait pas vraiment utile si elle mourrait ici.
La jeune fille envisagea alors de suivre le fil sans le toucher… Cependant, le fil commençait à disparaître. Immédiatement, Echo l’effleura de nouveau, s’égratignant encore une fois la main, et le fil réapparut. Alors comme ça, il fallait le toucher pour qu’il ne s’échappe pas ? Cela signifiait douleur en perspective. Echo jeta un coup d’œil à Heiden, l’interrogeant du regard. Et maintenant, ils faisaient quoi ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Avatar by Fuyu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 151
Age : 20
Personnages préférés : Ma petite Echo, Elliot, Lottie et Reim

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lydie A. Rainsworth
Nom du Chain : /
Groupes: /


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   23rd Mars 2013, 22:47

Heiden. Le petit garçon l'avait appelé par son prénom. Prénom que le jeune homme ne lui avait pas donné. Mais était-ce vraiment important ? Cette bizarrerie valait-elle la peine d'être cité ? Ce lieu était étrange, ce gamin semblait fou, Heiden l'était assurément, alors on n'était plus à une anomalie prêt.
Notre jeune psychopathe s'était relevé, le doux parfum de la folie l'enivrait, il avait la délicieuse envie de tuer le petit garçon, mais il se retenait. Il savait au fond de lui que ce gamin pouvait être utile, alors il ne devait pas en faire sa poupée à charcuter, pas pour l'instant.
Le garçon, Dee, car c'était son prénom, disparu alors, engloutit par les buissons du labyrinthe ! L'albinos aurait bien tenter de le rattraper si l'argenterie sortie d'on-ne-sais-où ne s'était pas mis en tête de le transformer en passoire. Par ici les couverts ! Couteaux et fourchettes foncèrent sur Heiden. Voilà qu'il se faisait attaquer par de la vaisselle volante maintenant ! Le membre de Pandora les évita du mieux qu'il pu, mais pas assez rapidement : son bras gauche était tailladé à plusieurs endroits. Rien de bien grave, mais ça n'était pas agréable. Enfin, c'était toujours mieux que de finir entièrement troué et de se retrouver avec une tombe sur laquelle il y aurait écrit : "Ci-gît Heiden Hartmann, tué par une armée de fourchettes", avec une telle honte, son âme n'aurait jamais trouver le repos éternel. Bref, les couverts vinrent percuter un mur de pierre du labyrinthe, quelques mètres plus loin. Heiden crut percevoir un gémissant lorsque, contre toute attente, les couteaux et les fourchettes se plantèrent dans la pierre comme si il s'agissait de beurre... Non, ça devait être son imagination.

Heiden avait finalement éviter la terrible attaque de l'argenterie (ce serait quoi la prochaine fois ? Des petites cuillères tenteraient de lui creuser le crâne ?) et jeta un coup d’œil à la jeune fille qui l'accompagnait. Elle était aux prises avec des araignées. Elle avait sorti deux lames et semblaient plutôt bien les maitriser. Ok, même si elle n'en à pas l'air, la petite sait se défendre, c'est noté. Elle décida finalement de faire de la bouillie d'araignée, ce que l’albinos considéra comme une bonne idée.

Le membre de Pandora essayait de cerner ce que le petit garçon leur avait dit : "Je ne sais pas mentir, comme je sais le faire. Mon frère aime mentir comme il n’aime pas le faire. Il faut savoir qui dit la vérité et qui ne le dit pas ! Mais, ne nous confondez pas." Niveau logique, ce n'était pas ce qu'on faisait de mieux. Le garçon semblait vouloir qu'Heiden et Echo le retrouvent et surtout ils ne devaient pas le confondre avec son frère. Les indices étaient sans queue ni tête, cette histoire de mensonges embrouillait l'albinos. Bon, réfléchissons de façon rationnel, avant de les différencier, il fallait d'abord les trouver, on verrait le reste plus tard.

Et comment les trouver ? La réponse, il ne la connaissait pas. Cependant, un autre indice montra le bout de son nez : un fil apparu. Echo posa son doigt dessus pendant qu'Heiden se rapprochait. Il arriva à sa hauteur, du sang perlait sur le doigt de la demoiselle. Quelle magnifique couleur que le rouge, on ne le répéterait jamais assez...
Le fil s’effaçait doucement et réapparu lorsque la jeune fille le toucha de nouveau. Ainsi donc, pour le suivre, il fallait garder sa main posée dessus. Amusant...

Echo leva un regard interrogateur vers lui. Elle ignorait quoi faire. Qu'elle se rassure, notre psychopathe avait une petite idée. Tout joyeux à la pensée de mettre son plan en pratique, il lui renvoya en réponse un sourire doux, mais un sourire qu'on pouvait aussi qualifier de fou car c'était d'Heiden dont nous parlions.

- Je crois que j'ai une petite idée...

La jeune fille avait beau savoir manier les couteaux, elle n'en restait pas moins une adolescente, avec le gabarie qui allait avec. Il ne faisait aucun doute qu'Heiden était bien plus fort qu'elle physiquement. C'est sûr de sa supériorité que l'albinos lui tordit violemment le bras gauche dans le dos et lui saisit la main droite qu'il posa sur le fil de fer. Il la tenait fermement, la main droite de la jeune Echo était appuyé sur le fil coupant et il commença à pousser l'adolescente vers l'avant. Pourvu qu'elle se mette à pleurer ou gémir, ce serait bien plus amusant !
La petite avait intérêt à avancer, sinon Heiden l’assommerait et lui couperait la main pour pouvoir toucher le fil, hors de question qu'il le face lui-même. L'albinos était sadique, pas masochiste.

[HRP : Si je n'ai pas le droit de faire ça, vous m'envoyez un mp, je changerais ^^]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci Sunshine pour ce superbe kit o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 512
Age : 21
Personnages préférés : Vincent, Leo, Jack, Gilbert et Elliot ♥
Double comptes : Grey & Reita

Feuille de personnage
Nom & prénom: Revis Baskerville
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Baskerville ♪


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   23rd Avril 2013, 10:35

Sûr de lui c'était bien ce qui qualifiait le mieux Revis en ce moment même. Sauf qu'il allait surement regretter une telle confiance si le labyrinthe lui jouait de mauvais tours et il n'allait pas tarder à s'en rendre compte. Faire attention aux paroles et aux gestes, ça allait, c'était de son domaine. Peut-être c'était-il trop focalisé sur ceux de Fuyu sans faire plus attention que cela à la végétation et les autres éléments qui l'entouraient. Bon, qui se serait méfier de ce qui ce trouve à nos pieds et de poupées jonchant le sol. Les poupées avaient déjà quelque chose de plus louche que le reste et ça, le Baskerville s'en était un minimum méfié bien qu'elles soient à une certaine distance de lui. Maintenant, il allait apprendre à ce méfier du lieu en lui-même puisqu'il semblait autant empli de folie que ses habitants. Peu commun comme labyrinthe, on l'aura compris. Pas le genre d'endroit où l'on viendrait passer ses vacances à moins d'être bon pour l'asile ou que l'on était fan d'étranges aventures un peu sordides. Un lieu pour lui en fait, non ? C'était quand même lui qui, de sa propre volonté, s'était jeté dans le trou blanc qui l'avait conduit jusqu'ici. Bon, il ne savait pas vraiment à ce qui l'attendait alors ce n'était pas pareil, mais quand même, ce n'était pas une excuse. Bref, alors qu'il faisait attention à ce qu'il y avait autour de lui, c'est à ses pieds qu'il ne remarqua pas les racines qui venaient de s'y agripper. Sauf que le problème était bien là : elles grandirent et l'entourèrent jusqu'au bas de son torse, l'emprisonnant de cette façon et coupant peu à peu sa respiration. Pendant ce temps c'était les poupées qui s'en prenaient à Fuyu.

-Qu'un lieu puisse être plus fourbe que moi est assez intéressant... mais pas vraiment plaisant, dit-il pour lui-même.

Maintenant il devait trouver un moyen de se débarrasser de ses satanés liens. Le plus simple serait de les couper et ce, avant qu'elles ne l'étouffent, mais comment ? Alors son regard se porte sur une figurine en verre un peu plus loin. Il tendit le bras en espérant que l'objet soit à porter de sa main et arrive finalement à le saisir avec difficulté. Sous cette forme il n'allait pas lui servir à grand chose -quoi que, ça pourrait rajouter une petite touche original s'il mourrait ici étouffé par des racines, bien que la mort en elle même soit plutôt originale en fait-, mais en le cassant il pourrait se servir du verre brisé pour couper ce qui l’enserrait, chose qu'il mit donc rapidement en œuvre. La deuxième partie du plan était plus facile à dire qu'à faire mais après un moment de forcing il était parvenu à se libérer. C'était vraiment une saleté de piège que celui dont il venait d'échapper. Si en plus il fallait faire attention aux plantes, ils n'étaient pas sortit de l'auberge -enfin, du labyrinthe plutôt ! Il se tourna ensuite vers la jeune fille qui l'accompagnait pour vérifier si elle avait elle aussi réussit à se débarrasser de son problème ou si elle avait besoin d'aide.
L'escapade allait être moins agréable que ce qu'il avait imaginé en tout cas, ça il en était plus que sûr à présent.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Vava et signa by Ayu ♥


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 147
Age : 20
Personnages préférés : Echo, Alyss, Lacie et Vince!

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   26th Avril 2013, 09:29

- Je crois que j'ai une petite idée...

Echo le regarda d’un air curieux. Ce bonhomme avait vraiment une idée ? Tant mieux ! Peut-être que c’était une personne très intelligente qui allait les sortir de ce bourbier ! … Quoi que c’était peut-être aussi un abruti complet qui allait lui sortir la plus grosse connerie de l’univers.
Mais en fait, sa réponse n’était pas si idiote que ça. C’était même tout à fait logique, après avoir vu que le sang semblait provoquer l’apparition du fil, qu’il attrapa la jeune fille et pose de force sa main sur le fil coupant. Echo jeta un œil à son sang qui tâchait le fil. Mouais. C’était pas forcément agréable, d’avoir la main perpétuellement coupée. C’était assez douloureux, mais bon, elle n’allait pas non plus se mettre à crier ou pleurer juste à cause de ça. Elle avait subi bien plus douloureux.
Mais bon, d’un autre côté, s’il ne la lâchait pas immédiatement, le corps qu’elle partageait avec cette agaçante Zwei allait être vraiment abîmée. Et non seulement cette agaçante fille, mais également Vincent-sama allait l’engueuler voir carrément la frapper. Ce qui, si on y pense, serait tout de même un peu idiot : pas besoin d’abîmer encore plus son corps.
Le fait que l’autre timbré de bonhomme se mette à la faire avancer pour suivre le fil la fit sortir de ses pensées un peu confuse, et elle tourna une tête tout à fait neutre vers le dénommé Heiden.

- Vous pourriez me lâcher ? Si vous abîmez encore plus ce corps, Vincent-sama va me gronder.

Elle commença à réfléchir à comment se dégager de cette prise. Sans doute qu’Heiden pensait que sa petite taille et sa force apparemment plus petite que la sienne serait un désavantage pour elle. Mais ce n’était pas tout à fait le cas. Il lui restait tout de même ses lames, et mêmes avec le poignet immobilisé, il ne suffisait que d’une légère torsion pour la faire sortir.
Elle bascula alors son poignet droit vers l’intérieur, faisant jallir la petite épée planquée dans ses longues manches. Elle put sentir son « adversaire » faire un très léger et presque imperceptible mouvement en arrière, et en profita pour lui écraser le pied et lui exploser le tibia en lui balançant sa jambe dedans. Elle termina en relevant sa main droite – débarassée de la pression exercée par Heiden – du fil, et lui barbouilla le visage de sang.
Bon, cette dernière chose n’était peut-être pas la plus intelligente à faire. D’après ce qu’elle avait vu, cet gars était un véritable psychopathe, et il y avait des chances pour que ce masque de beauté imprévu réveille ses instincts meurtiers. Echo soupira et ignora totalement le bonhomme qui lui faisait face. Repérant un petit animal à apparence étrange derrière lui, elle le dépassa sans un mot et attrapa la bestiole, qui ressemblait à une grenouille avec des plumes sur le dos.

- Oh… Ca ressemble à un mélange de crapeau et d’oiseau… Un crapoiseau ? Etrange, comme bêbête… Je n’aime pas trop les grenouilles. Mais bon, on va faire avec.

Echo avait deux choix : où elle choissisait de régler elle-même son compte au pauvre crapoiseau qui la regardait d’un air totalement placide, où elle filait la bestiole à l’autre cinglé pour qu’il le fasse lui-même.

Mouais. C’était mieux de s’en occuper seule. D’après ce qu’elle avait pu voir de sa personnalité, il serait capable de boire le sang de la bestiole au lieu de l’amener à son destin… A savoir la poser sur le fil pour s’en servir comme d’un substitut au sang d’Echo.
Lançant un regard sans sentiments à la pauvre bestiole, elle la tint par le dos et posa son ventre sur le fil. Le sang coula lentement, et le fil continuait à rester visible. Elle jeta un regard à Heiden, mais n’arriva pas à déterminer s’il s’était calmé ou non. Alors, se détournant de lui à nouveau, elle avança encore.
Un mur apparut soudain devant elle, mais le fil passait à travers. Alors sans hésitation, elle avança à son tour… Et se prit les briques en pleine tronche.

- Aïe…

Bon. Il allait falloir trouver un moyen de passer.
Mais à peine eut-elle fait un nouveau pas que déjà, le passage se rouvrit durant uniquement quinze secondes. Il se referma, avant de se rouvrir un peu plus tard. Il fallait donc passer durant cet intervalle. Elle ne s’en priva pas, fonçant à travers le mur… et se prenant de nouveau la surface solide dans la tête. Elle n’était pas assez rapide ou quoi ?! En plus, elle devait garder la grenouille sur le fil… C’était assez galère de courir et de la maintenir en même temps. En plus, la bestiole se vidait de son sang, alors son effet allait bientôt se stopper. Et pour finir, elle devait également vérifier qu’Heiden la suivait.
Bon, autant lui enlever quelques tâches, sinon elle n’y arriverait jamais. Alors Echo lâcha le grenoiseau exangue et cessa de surveiller son camarade d’infortune. Le fil disparut aussi rapidement qu’il était apparut, et elle put cesser de se tracasser pour ça. Elle passa rapidement entre les deux murs, manquant d’être écrasée et transformée en pancake de Nigthray au passage. En face d’elle, quelques murs mobiles plus loin, elle crut apercevoir le garçon de tout à l’heure, accompagné d’un autre qui lui ressemblait étrangement, probablement son jumeau. Seulement, pour cela, il fallait qu’Echo et Heiden passent à travers des murs qui se refermaient plus rapidement qu’ils ne s’ouvraient. Bon, heureusement, le fil de fer n’était plus nécessaire. Il avait d’ailleurs bel et bien disparu. Echo fonça à travers les murs. Une paroi surgit soudain à sa droite, l’envoya valdinguer à gauche,où elle rebondit sur un autre mur, qui la reprojeta vers la droite, etc, etc. Totalement sonnée, elle tituba comme une bourrée à travers les murs et parvint miraculeusement près du grand arbre où se trouvaient les deux jumeaux… et s’écrasa lamentablement sur le sol, dans les vapes.

- Beuheuheu.

Lamentablement... et pathétiquement, avouons-le !


[HRP : Bon, j'ai écris ça un peu au pifomètre en regardant Hayate no Gotoku, alors j'espère qu'il y a pas d'incohérences dans le texte XD
Sinon, prévenez moi si je me suis trop avancée, je modifierais ^^]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Avatar by Fuyu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 18
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   15th Mai 2013, 05:47

Se méfier. Maintenant, Fuyu allait se méfier de tout. Vraiment de tout. Cet endroit ne lui plaisait décidément pas et ça commençait à sacrément bien faire. Jouer, d’accord, mais sur un territoire qu’elle ne connaissait pas, ça n’allait vraiment pas être une partie de plaisir.
En plus, tout semblait vivant ici. Et c’est bien connu, tout ce qui est vivant est fou, est fourbe. Et la fourberie, bien que la demoiselle aime ça en temps normal, commençait à lui foutre la trousse. Elle se savait auprès de Revis, alors déjà, elle se sentait un peu plus en sécurité. Elle ne savait pas réellement s’il serait en mesure de la protéger de l’inconnu, s’il serait en mesure de la protéger tout court – que ce soit parce qu’il serait occupé à se tirer d’affaire lui-même ou simplement parce qu’il n’en avait pas envie, car après tout, ils se connaissant à peine et encore, c’est trop dire – mais elle avait réussit à se persuader qu’avec lui, elle risquait déjà moins de choses.
Trop occupée qu’elle était à essayer de se remettre les idées en place, à essayer de trouver un moyen plus efficace de sortir de cet endroit, mais en ne cessant pas de marche, elle ne fit pas attention qu’elle se retrouvait seule. Elle se retourna et nota la présence de Revis, légèrement plus loin, occupé à se débattre avec des… Des racines ? Non, sérieux ? Fuyu poussa un soupire d’agacement en s’approchant de lui, faisant attention où elle mettait les doigts. Et une fois à sa hauteur, elle allait faire quoi au juste pour l’aider ? D’accord, elle avait quand même une certaine force, mais tout de même ; elle avait vraiment l’impression que ses végétations dotées de vies étaient aussi habitées d’une force plus grande que la sienne. Pourtant, cela ne l’empêcha pas de penser à l’aider. Elle avait fait attention aux plantes, certes, mais elle ne s’était pas doutée une seule seconde que les poupées aussi allaient l’attaquer. D’accord, elle était quand même sacrément bizarres et flippantes, mais tout de même.
Incapable d’aider l’homme, elle commençait à s’en vouloir. Commençait juste, parce qu’au fond, son instinct de survie reprenant le dessus, elle craignait surtout de ne pas pouvoir se débarrasser de ces trucs accrochées à elle. Et si nous détaillions d’avantage ?

Les poupées étaient en bois, toutes de sexe féminin à priori et désormais, elles sautaient en chœur sur Fuyu. Un instant, elle se rappela une histoire que lui avait racontée son père, étant jeune. Un endroit tout noir, une sorte de prisons avec des sortes de poupées aussi… L’Abysse ? Elle ne s’en souvenait pas vraiment. Mais elle ne doutait plus de son existence, étant donné que Finn était Baskerville.
L’une des diablesses tirait les cheveux de la jeune fille tandis qu’une autre enfonçait je ne sais quoi dans sa cuisse, soutirant à la demoiselle un cri de douleur alors qu’elle tombait à genoux, attrapant la poupée et retirant l’objet pointu e en verre planté dans sa chair. Elle le planta dans l’œil de ladite poupée, l’immobilisant au sol alors qu’elle secoua sa chevelure pour faire tomber celle qui commençait à lui faire vraiment mal. Elle la saisit des deux mains et lui arracha la tête, la laissant tomber pour tenter de se remettre debout.
Mais de nouveau, elle chuta, étouffant un gémissement.
La tête qu’elle venait de jeter s’était accrochée à sa jupe et venait de al morte – oui oui, la mordre – sur la cuisse, là où elle était blessée. Cette fois-ci, Fuyu l’écrasa violemment contre le mur en face d’elle, haletante. Je ne sais quoi – sans doute une sorte de plante – sortit de ce même mur pour se nouer autour du bras de la jeune fille et l’attirer violemment dessus. Son front rencontrant la pierre froide, elle crut réellement à sa fin. Mais elle ne perdit même pas conscience. Et sérieusement, elle se demandait si s’évanouir n’aurait pas été plus simple. Elle retira l’objet pointu de tout à l’heure de l’œil de l’une des poupées et coupa l’herbe, s’entaillant au passage le bras. Ce n’était cependant rien par rapport à la blessure béante sur sa cuisse. Elle recula vivement, toujours à terre avant de croiser ses deux avant-bras devant son visage pour ne pas avoir à subit les morsures d’une nouvelle poupée. Après réflexion, ce n’était pas une nouvelle poupée mais simplement la poupée qui n’était plus immobilisée au sol. Fuyu glissa ses doigts entre es dents et écarta la mâchoire jusqu’à briser la poupée. Reculant assez à son avis, elle tourna la tête vers Revis en notant qu’il s’en était sorti. Avec ou sans mal, ça, elle n’en savait rien. Elle lui tendit la main pour qu’il l’aide à se relever et s’appuya sur sa jambe valide avant de pousser un profond soupire en pressant sa main sur sa cuisse. Elle resta un instant comme ça, puis finalement, elle déchira un pan de son débardeur et le noua autour de sa cuisse. Elle glissa sa main enduite de sang dans sa chevelure et ne notant aucune blessure, soupira de soulagement. Quant à son bras, eh bien, elle survivrait.
Elle e tourna vers Revis avec un sourire mauvais sur les lèvres.

– Quand j’étais petite, mon père m’acheta une poupée. Je la trouvais ennuyeuse alors je l’ai jetée. Tout compte fait, je la préfère elle… À ces sales garces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   23rd Mai 2013, 04:59

Les humains s’étaient amusant, les êtres vivants s’étaient rigolos ! Les groupes ne semblaient pas vraiment à l’aise avec ce fil de fer acéré qui pouvait faire très mal à la main ! Un des deux groupes avait trouvés une ingénieuse petite stratégie en prenant une grenouille qui avait fini en petit morceau ainsi que ses organes qui coulaient de tous les côtés. Cet événement fit rire un des enfants qui aimaient voir ce liquide rouge couler de cette façon alors que le deuxième se contenta de faire le cochon pendu en les attendant. Son doigt dessinait dans le ciel faisant danser les murs qui séparaient ce lieu du labyrinthe. Malheureusement, un seul groupe avait avancé considérablement alors que le deuxième semblait rester sur place. De toute façon, il n’y avait pas d’autre moyen de sortir. Il fallait utiliser ce morceau de fer sinon, jamais la sortie allait venir à eux ! Trouvant se spectacle amusant, les enfants décidèrent d’avancer le pas ! La mort rapide ou lente ? On se demandait quelle était la meilleure dans leur petite tête. Un mur en pic commençaient à arriver derrière ce Revis et cette Fuyu. Si les deux ne touchaient pas le fil, ils allaient être écrasé contre le mur d’en face ! Une bonne petite brochette, cela vous donne envie n’est-ce pas ? Non ? Vous êtes bien bizarre. La viande est pourtant un plat tellement délicieux. Qui pouvait donc y résister ? Peut-être que les boyaux étaient plus dans l’envie des humains. A quoi bon continuer avec ces deux-là. La suite allait dépendre d’eux !

Le petit pendu se remit à l’endroit quand les premiers vinrent devant le grand arbre se trouvant au milieu de ce labyrinthe. Les jambes se balançant, les enfants se regardèrent en riant légèrement. En même temps, leurs yeux se posèrent sur les albinos qui venaient de passer la première épreuve de leur périple. S’amusant à marcher sur les différentes branches de la nature, les paroles reprirent soudainement.

« Bravo, vous êtes les plus fort ! L’autre groupe à un gag. S’ils perdent, vous aurez à manger ! Cela sera votre seconde épreuve ! Il faut les attendre, cela ne va pas durer ! »

Descendant de l’arbre toujours dans des gestes similaire, des paroles dites en même temps. Bonne chance pour les différencier ! Ils étaient pareil telle une ombre et son propriétaire. Tournant autour d’Echo, les enfants firent comme une ronde en criant « cent-deux ! » en voyant le cadavre de la petite grenouille. Une idée vint donc à leurs esprits. La prochaine épreuve sera de toute façon alimentaire !

« Si vous ne voulez pas manger ceux qui arrivent, vous pouvez manger un cadavre d’une grenouille ! Oui, c’est soit l’un soit l’autre ! S’ils arrivent vivant, vous avez le droit de les tuer. C’est comme vous voulez ! Pour une fois, vous avez le choix ! »

Aussitôt les enfants finirent de parler, qu’une petite troupe de grenouille assez grande arrivèrent et les regardèrent comme si elles les suppliaient de ne pas les manger. Allaient-ils devenir cannibale ou se contenter d’une petite grenouille crue ? C’était amusant, on allait rigoler ! Les visages horribles pouvaient maintenant commencer. Sautillant, les deux gamins montèrent dans l’arbre pour observer le spectacle et aussi par sécurité. Si une bataille allait débuter, cela ne serait que plus plaisant à regarder. Le choix était plutôt facile pour nos deux petits, mais savaient que ce dernier était dégoutant, ah. C’était plaisant de voir la détresse et le dégouter sur le visage de ces petits jouets finalement plus amusant qu’ils ne le pensaient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 18
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   14th Juillet 2013, 13:47

Fuyu n'avait jusqu'alors réellement pas remarqué le fil près d'eux. D'autant plus qu'ainsi positionné, il n'était pas des plus visibles. Cela dit, lorsque l'adolescente se mit à compter silencieusement et qu'elle nota que plusieurs minutes s'écoulèrent sans que leur progression, à Revis et elle, ne soit considérable, elle se mit à scruter les alentours avec une once d'intérêt.
Les murs bougeaient et des racines en sortaient, des branches ainsi que des épines. Fuyu posa enfin les yeux sur ce fil brillant.
Petite idiote. Sale imbécile.
Elle posa l'index sur le fil dressé devant elle, paraissant parfois invisible lorsque les reflets du soleil ne le mettaient pas à son avantage. Elle appuya doucement dans l'intention de savoir de quelle matière il était fait. Hâtivement, elle retira sa main en reculant d'un pas.
Notons les dégâts.
Son doigt était profondément entaillé et le sang coulait bien entendu. Elle amena son index à sa bouche en donnant de petits coups de langue, les yeux plissés. Son dos rencontra quant à lui un pic qui n'eut pas le temps de s'enfoncer vu qu'elle eut le réflexe de faire un pas en avant. Elle s'accroupit en écrasant au passage une tête de poupée avant de se saisir d'une poupée de chiffon. Elle lui arracha brutalement la tête - histoire d'évacuer sa frustration et d'être certaine que cette créature ne l'attaquera pas - et se tourna par la suite vers Revis, une grimace de douleur sur le visage - parce que oui, son doigt lui faisait toujours mal.

_ On suit ce fil de fer. Vite.

Elle enroula la poupée sur sa main valide et attrapa le fil. Elle se mit à le longer en évitant les quelques obstacles. Cela dit, ses jambes nues furent meurtries par les ronces. Elle poussa un cri de douleur lorsqu'une épine s'enfonça sérieusement dans son mollet,  tombant à genoux.
Elle se détestait. Détestait ces affreux moments de faiblesse. Détestait cette situation. Haïssait le fait qu'on soit plus malin qu'elle.

Inconsciemment et sans lâcher le fil, elle tendit sa main vers Revis pour qu'il se déplace légèrement vers l'avant et l'aide à se relever. Le sang coulait encore de son doigt et les blessures causées avec du fil de fer font particulièrement mal mais elle se contentait de grimacer.
Une fois sur pieds, elle hocha doucement la tête avant de déchirer sa jupe et de se servir du tissu comme bandage provisoire pour éviter une sérieuse hémorragie. Boitant légèrement, elle se remit dès lors en route, tentant de penser à tout sauf à sa nouvelle douleur - ou à son ancienne d'ailleurs.

Les voilà donc au bout de ce petit périple. Étrangement, cette poupée avait la constitution d'un corps humain ; elle saignait et ses organes étaient visibles. Chose qui dégouta au plus haut point la demoiselle. D'autant plus qu'elle remarqua tout juste ce sang sur ses mains n'étant pas sien, ayant cru tout à l'heure que c'était son imagination. Bon, sans mentir, la petite avait trop peur pour regarder en avant maintenant.
Ce ne fut qu'après que ces yeux nuancés se posèrent sur  les autres. Autres constituant un homme, les deux gosses et...

_ Echo.

Fuyu fronça les sourcils en allant nouer ses doigts à ceux de Revis, se désintéressant entièrement de la jeune fille sans même prendre la peine de la saluer dignement. Elle virevolta vers lui et entoura son cou de son autre bras en se hissant sur la pointe de ses pieds avant de coller des lèvres à la chaire dudit cou. Sa respiration se fit plus lente et elle sembla se calmer.
Echo avait toujours ce regard si éteint. Cette petite schizophrène que l'adolescente tenait entre ses mains.
Les deux enfants se ressemblaient plus que tout à l'heure aux yeux de l'Akeno. Que fallait-il faire ? Elle n'osait pas le demander - n'en avait pas plus le courage que l'envie de toute façon.
Et puis cet homme. Sérieusement, il donnait des frissons à Fuyu. Et c'était la seconde raison pour laquelle elle étreignit de la sorte Revis. Justement pour lui murmurer quelques mots

_Revis, cet homme me fait un peu peur... Si ça tournait au combat, tu crois qu'on pourrait s'en sortir ?

Que ce soit contre les gosses ou l'autre couple.
Fuyu envisageait de se confronter à Echo s'il le fallait. Sans se douter de ses capacités. Elle s'en fichait pas mal ; elle espérait que tout se passerait bien.
Adolescente de quinze ans connaissant l'existence des Baskerville, elle savait se débrouiller mais ne savait pas pour autant se battre. De ce fait, elle s'en reposait actuellement et naturellement sur Revis. Pouvait-elle compter sur lui ? Oui. Normalement.
Hein qu'elle pouvait compter sur lui ? Elle espérait.
Tout comme elle espérait que cette réalité ne soit qu'un cauchemar.

[Hrp ; c'court. C'moche. Maiq ça avance et j'ai fais ça sur phone... Love ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 512
Age : 21
Personnages préférés : Vincent, Leo, Jack, Gilbert et Elliot ♥
Double comptes : Grey & Reita

Feuille de personnage
Nom & prénom: Revis Baskerville
Nom du Chain : Aucun
Groupes: Baskerville ♪


MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   19th Juillet 2013, 10:33

Leur avancé ne se faisait que lente depuis qu'ils s'étaient débarrassés des "quelques" -ils avaient tout de même étaient important- pièges auxquels ils avaient été confronté. Le labyrinthe devait les mettre au défi une fois de plus, cependant Revis n'avait rien remarqué d'anormal pour le moment, il se demandait donc ce que le lieu leur réservait de si discret. A moins que le but ne soit tout simplement de les laisser systématiquement errer et tourner en rond jusqu'à ce qu'ils soient emplis de la folie ambiante. Étrange tout de même.
En fait, c'est le geste de Fuyu qui porta enfin son attention sur l'étrange fil mutilateur et peu visible qui semblait suivre un chemin particulier. Malgré la blessure, à moins que ce ne soit justement parce qu'il était blessant, ils comprirent que le but était de le suivre, ce laissant ainsi mener vers l'endroit où il les mènerait. Autre détail qui était simple à comprendre, c'est qu'il valait mieux éviter de poser sa main dessus si l'on ne voulait pas s'y charcuter les doigts tout comme l'avait fait l'adolescente. C'est elle qui trouva une solution dans l'immédiat en prenant possession d'une tête de poupée dont elle se servi pour toucher le barbelé. Quant au Baskerville, il décela tout d'abord une grimage de douleur sur le visage de sa compère et opina ensuite son ordre de suivre le fil.

Il la suivi le long du chemin, observant de temps à autres les alentours au cas où une nouvelle mauvaise surprise les attendrait. Tout était calme pour le moment, mais on ne pouvait savoir à l'avance ce qui était peut-être tapis dans l'ombre. S'il n'y avait rien de ce genre, les ronces étaient bien là elles, venant empirer peu à peu l'état de leur vêtements et même faire tomber Fuyu. Il ne se fit pas prier pour l'aider à se relever. C'était peut-être malheureux mais douleur ou non ils se devaient d'avancer jusqu'au bout s'ils espéraient pouvoir sortir un jour de cet endroit. Lui-même ne pouvait pas dire que les précédentes blessures et les nouvelles avaient le don de se faire sentir -comme toute douleur, bien entendu. L'albinos se demanda si la poupée souffrait elle aussi, il la voyait depuis quelque temps perdre du sang sur le fil de fer. N'importe qui aurait certainement trouvé cela étrange, seulement les choses bizarres étaient plus que présente ici, alors elles en devenaient presque normal bien que peu ragoutante dans le cas présent.

Ils arrivèrent finalement à destination. Destination où les attendaient deux mômes, des jumeaux, dont l'un des deux -il ne saurait dire lequel- était celui qui les avait vu un peu plus tôt. Avec eux se trouvaient un homme adulte et une adolescente. Un couple fort semblable au leur finalement. Et des cheveux aussi blancs que les leur, à croire que ce labyrinthe était une tanière pour albinos. La jeune qui se trouvait en face, il la connaissait pour l'avoir déjà rencontré dans une rue étroite de Réveil ; comme quoi il ne la voyait que dans des endroits étranges. Par contre, il ne s'attendait pas au nom que prononça Fuyu en la voyant, mais ne broncha pas pour autant. Il se doutait qu'elle lui avait menti en lui affirmant s'appeler Amy. Il n'en avait pas la certitude à l'époque  et n'avait pas insisté bien sûr ; maintenant au moins il en était sûr, voilà qui se révélait plutôt intéressant.

- Echo, n'est-ce pas ? dit-il simplement, sans rien ajouter de plus.

Revis laissa un de ses bras se perdre dans la chevelure de la jeune fille contre lui pour l'étreindre, y ajoutant une petite pression de façon à lui faire comprendre qu'il agréer à ce qu'elle disait à propos de l'autre homme. Ce dernier n'avait rien de rassurant dans son regard. Soit c'était à cause de la folie de l'endroit, soit c'était inné chez lui. En tout cas, ce trouver confronter à lui ne serait surement pas bon pour eux.

- Attendons de voir comment vont se dérouler les choses, souffla-t-il à son oreille.

Il y avait effectivement une possibilité qu'ils aient à combattre l'autre duo. Tout comme ils pouvaient avoir à faire autre chose, c'est ce qu'ils verraient avec les enfants. S'ils pouvaient leur donner rapidement un moyen de partir ce serait pas mal, peut-être juste un peu utopique.

[Un jour, on reverra ta définition de court, Fuyu. *baff* Au passage, je me suis permis de corriger les fautes de frappe que tu as fais sur le portable. ♥

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Vava et signa by Ayu ♥


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 02. Labyrinthe ensorcelé   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. Labyrinthe ensorcelé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Évènements Spéciaux :: ♠ Welcome in Wonderland-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit