AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 04. Table du Chapelier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Masculin Messages : 339
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: 04. Table du Chapelier    26th Juillet 2012, 10:51

Oh oh.~ Vous avez été attiré par l'odeur du thé et des petits gâteaux non ? Servez-vous voyons ! C'est là pour ça ! Oh, c'est vrai, toutes ces bonnes choses ne sont pas abandonnés ainsi en pleine nature voyons. Le Chapelier rode dans le coin et il sait très bien faire perdre la raison aux gens ! Ne prêtez pas à attention à ce qu'il dit, cela n'a aucun sens. Du moins normalement ? ♫

Endroit plutôt agréable ! Vous ne devriez pas vous sentir mal à l'aise en ce lieux, du moins sauf si la folie est dérangeante pour vous. Une table bien trop large pour seulement quelques personnes, voici donc pleins de siège pour prendre place devant une bonne tasse de thé ! Besoin de se remettre de ses émotions peut-être ? Le Chapelier sera peut-être gentil avec vous et ne vous fera pas trop tourner en bourrique. Ce n'est pas un mauvais bougre voyons ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    4th Août 2012, 12:13

Il était environs quatorze heure trente, lorsque les premiers bruits de fracas firent leur apparition. En effet, c’était dans une pièce confinée qu’un vase d’une valeur inconnue aux yeux de Michiyo Konoe venait d’être brisé par ses soins. La raison d’un tel meurtre avec préméditation ?
Voyons, vous n’avez même pas une petite idée ? Donc, qu’est ce qui pourrait créer une telle inadéquation pour que la jeune femme vienne à briser un objet,- délibérément –, qui de plus, n’étant pas sa propriété personnelle ?

La réponse était des plus évidentes, le fait, que, Michael – son Chain, pour ceux qui n’auraient pas suivis- se trouve dans la même pièce, plus de trente cinq secondes !
Car, celui-ci , était encore une fois arrivé à ses fins, autrement dit, il avait réussi à l’énervé en prenant ses affaires, en passant de ses sous vêtements jusqu’à ses livres ou armes et les éparpillant dans la ville de Reveil, aux yeux des individus qui voudraient bien les voir, les ramasser, et les garder comme des trophées de guerre.
Le résultat avait quasiment était le plus rapide au monde, Michiyo, avait attrapé un vase quelconque à ses yeux et l’avait lancé avec toute la violence possible dans la tête de cet idiot congénital, tout en priant pour qu’il en souffre !

Se fut donc, après avoir ramassé tous les débris d’une ancienne décoration, que la jeune demoiselle aux yeux bleus, décida, d’aller rechercher toutes ses affaires dans une ville qu’elle ne connaissait qu’à moitié de surcroit. Tout en étant forcer de trimbaler avec elle, ce fichu animal volant, puisqu’ils étaient avant toute chose, relié l’un à l’autre malgré leurs différences et différents par la chaine invisible de leur destin commun.

« Tu es vraiment idiot comme tes pieds ! Je suis sur que si je souffle dans ton oreille droite, je sentirais l’air ressortir de ton oreille gauche !
-C’est bien impolie de dire de si mauvaises choses, lorsque celles-ci viennent de l’esprit d’une demoiselle »

La dite demoiselle, ne prit même pas la peine de penser à quelque chose d’autre, elle savait que c’était peine perdue. Après tout, on aurait beau s’énerver sur lui, cela ne servirait à rien, puisqu’il serait trop idiot pour comprendre quelque chose. Ce fut donc dans un silence qui voulait en dire long sur sa sympathie du moment, qu’elle repris son périple à travers Reveil , à la recherche de ses petites culottes perdues .

Cette fois ci, elle avait devait sortir, même si ce n’était pas pour une mission officielle, affublée de la tenue des membres de Pandora, comme la plupart de ses camarades, puisqu’ils devaient, tous, plus ou moins enquêter sur une affaire de disparition à travers des trous ou des flash blancs. Au début, pour tout avouer, Michiyo avait pris cela pour une blague. Comme ci, il n’y avait pas plus important pour une organisation telle que Pandora, que d’aller interroger ou plutôt rechercher des clochards, vagabonds ou autre personnes atteintes mentalement qui avaient disparus d’une minutes à l’autre – sur les dires de personnes, beaucoup moins seines d’esprits qu’un vagabond- dans une lumière blanche. Non, mais ! Cela devenait de plus en plus aberrant, où était donc passer le temps de la chasse au Chain ?

Le premier soupir de la journée, vint alors à ce moment là, ou plutôt au moment où Michi trouva sa chemise noire préférée tâchée d’une substance qu’elle ne chercha pas à définir. Lançant alors à regard plein de sous entendu à son Chain, elle continua sa petite balade de santé. Les sous entendus étaient bien évidemment, le fait qu’elle allait lui faire passer le pire quart d’heure de sa vie lorsqu’elle aurait retrouvé tous ses vêtements, ( si bien sûr, il était possible de tous les retrouver désormais) .

Se dirigeant vers le centre ville, elle ne put s’empêcher de regarder les vitrines des magasins de luxes (où, elle retrouva, soit dite en passant, une de ses dagues). Elle savait pertinemment, qu’avait le salaire de misère qu’elle obtenait de la part de Pandora, elle ne pourrait jamais se payer de tels objets. Mais il suffisait qu’elle les regarde pour avoir envie de dépenser rapidement toutes ses économies sur un simple coup de tête.
Ce fut donc, sur ce moment coup de tête qu’elle entra dans un magasin d’antiquité où, elle avait vu justement en vitrine, un jolie montre à gousset au reflet étrangement métallique, voire même blanc.

Demandant ainsi au vendeur, après un petit sourire charmeur dont elle avait le secret pour pouvoir la voir en extérieur sous la lumière naturelle du soleil. Quelques secondes plus tard, malgré les quelques réticences du vieil homme, elle pu admirer cette jolie montre, qu’elle ne ferait que de regarder, malheureusement.
Non pas, qu’elle n’avait pas assez d’argent pour acquérir ce bien, quoi que…Si, elle n’avait pas assez d’argent, mais cela n’était pas la raison principale. Car elle effet, sans qu’elle n’ai eu le temps de le voir arriver, le fameux flash blanc dont elle c’était ouvertement moquée lors des réunions d’urgence à Pandora, venait d’apparaitre devant elle, en l’aveuglant et l’inspirant en son sein, par la même occasion.

« Ne perds pas connaissance, fais tout ce que tu veux Michiyo, mais surtout, ne ferme pas les yeux… »

Elle répéta cette phrase une fois, puis une bonne centaine de fois pour s’en convaincre mais aussi pour se tenir éveillée pendant sa longue chute, dans un méandre de plus en plus profond et noir, où, la jeune femme fini par ne plus rien distinguer lorsqu’elle sombra, elle-même dans le sommeil tant redouté.

Il dût se passer environs une heure trente, avant que celle-ci n’ouvre les yeux. La première chose qu’elle fit, fut de les refermer aussitôt, puisque le soleil venait de lui bruler non violemment la rétine. Lorsqu’elle eu de nouveau le courage de les ouvrir une nouvelle fois, Michiyo Konoe remarqua devant elle une table, longue, mais longue, à vue d’œil, celle-ci devait bien faire deux ou trois mètres de long… Si ce n’était pas plus.
Sur une nappe blanche brodée certainement à la main, vue la finesse des points, la jeune femme pu admirer un panel de nourriture à en avoir le souffle coupé. En effet, il y avait dessus différents types de gâteaux et autres pâtisseries en tout genre, en commençant par un fraisier et finissant par de mini croissants au beurre, qui avaient l’air délicieux, vue l’odeur qui en dégageait.
Michiyo pu aussi relever diverses sortes de tasses et d’odeur de thé, dont certains dont elle ne soupçonnait même pas l’existence, ainsi qu’une dizaine voire vingtaine de sortes de confitures, qu’elle aurait bien gouté.

Baissant, après avoir détaillé plus longuement cette si étrange table, ses yeux clairs sur ses vêtements, elle pu remarquer à son tour, qu’elle ne portait plus le traditionnel uniforme de Pandora , mais au contraire, qu’elle avait été affublée d’une robe comme taillée sur mesure, de couleur blanche, lui arrivant plus bas que les genoux et légèrement ouverte dans le dos . Autour de sa fine taille était enroulé un jolie ruban bleu nuit, mettant en valeur son teint, se terminant par un gros nœud dans son dos. Elle portait de jolies petites chaussures à talons bleus nuit aussi, qui étrangement, ne lui faisaient aucunement mal aux pieds.
Ses cheveux, quant à eux, avaient été attachés en longues tresses sur son épaule droite où on pouvait remarquer qu’une jolie rose rouge avait été placée au dessus du ruban servant « d’élastique » pour cacher celui-ci.

Michiyo ne savait pas pourquoi, mais elle avait aussi l’impression que quelqu’un était passé, en plus de l’avoir habillé comme cela, pour la maquiller. Et sur le coup, elle n’avait pas tord, car son visage avait subis le passage d’une poudre blanche et ses lèvres étaient devenues bien plus rouge qu’auparavant. Certainement, le résultat du passage d’un rouge à lèvre. Quant à ses yeux, ils étaient simplement soulignés d’un long trait noir.
Ainsi vêtue et maquillée, Michiyo Konoe ressemblait à une poupée de comte de fée d’un mètre soixante sept. Deux solutions vinrent rapidement dans son esprit après ce difficile constat.

Première idée, soit, elle avait heurté un peu trop fort le pavé de Reveil en mettant le pied sur une peau de banane placé sur son chemin par Michael, l’avait plongé dans un profond coma où elle avait le rôle d’une poupée vivante.

Soit, deuxième cas, beaucoup plus plausible (bien que la première aurait très bien pu se passer) , elle avait été prise au piège par le flash blanc dont le membre fou de Pandora avait parlé et se retrouvé dans un monde où elle avait sa maquilleuse et styliste personnelle.

A contre cœur et ravalant ainsi ses anciennes moqueries, Michiyo décida qu’il fallait prendre la deuxième solution en compte, et qu’elle avait atterrie dans un endroit, qui n’avait rien à voir, de près ou de loin avec Reveil ou même Pandora.
Se levant doucement de sa chaise qui lui paraissait bien trop grande pour elle, elle regarda doucement dans les alentours pour chercher une porte de sortie, mais ne trouva rien de bien intéressant.

« Si c’est une blague cela est très loin d’être amusant et je ne rigole pas du tout. Alors, venez m’aider si possible… »

Murmurant la dernière partie de sa phrase comme une longue plainte, elle chercha du regard, quelconque âme qui vive pour la sortir de cet endroit plus ou moins sordide.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    10th Septembre 2012, 03:55

Depuis quelques jours, les temps se faisaient inquiétants à Réveil, même pour ceux qui vivaient dans une jolie prison dorée d'ignorance. Certaines choses ne pouvaient être cachées... Il y avait d'abord eu ce tremblement de terre et, peu après, d'étranges lumières étaient apparues ici et là dans la ville, empêchant le ciel de prendre sa noirceur habituelle une fois la nuit tombée. Au fil des jours, certaines personnes commençaient également à disparaître, ne laissant derrière eux qu'une poignée de murmures et de rumeurs. Voilà ce qui avait commencé à inquiéter sérieusement notre petite Ada : des gens à qui elle tenait tout particulièrement finiraient-ils par disparaître à leur tour ? Pourtant, malgré toute l'angoisse qu'elle pouvait causer dans le cœur des habitants de la capitale, on ne pouvait nier que toute cette histoire possédait un petit côté fort intéressant. Le mystère. D'où venaient donc ces lumières et qu'étaient-elles exactement ? Si l'on se fiait aux mythes les plus connus, on pouvait croire à un esprit, que ce soit un fantôme ou un feu follet, mais comment savoir s'il s'agissait bel et bien de la vérité... Si personne ne voulait fournir la moindre réponse, alors en toute logique, il n'y avait qu'une seule façon de vérifier, n'est-ce pas ? C'était d'y aller en personne... Après une journée complète à hésiter, la gardienne de Lutwidge se décida donc à quitter les lieux, bien qu'elle garda son uniforme au lieu de le troquer pour une robe étant donné que ce serait plus pratique pour aller trouver des réponses à ses multiples questions. Certes, son oncle l'avait bien prévenue dans sa dernière lettre; elle ne devait pas quitter l'enceinte du lycée avant que le problème ne soit résolu, c'était plus sûr ainsi. Toutefois, même si l'on disait souvent que c'était un mauvais défaut, comment pouvait-on résister à la curiosité lorsqu'un phénomène paranormal se présente en ville, surtout si l'on est fasciné par ces mêmes manifestations de l'étrange ? Ignorer la preuve potentielle que la magie existait réellement... C'était tout bonnement impossible. La décision d'Ada était prise.

Ce ne fut guère long avant de trouver l'un de ces flashs. Nul besoin de demander des directions à qui que ce soit : au détour de la première ruelle, la téméraire descendante des Bezarius se retrouva devant l'une de ces fameuses lumières. On aurait dit une petite étoile tombée du ciel et c'est d'ailleurs ce détail qui la poussa à avancer... Jusqu'à être engloutie, emportée par une impression de tomber dans le vide. Elle ferma les yeux en un réflexe, à cause de l'éblouissement causé par la lumière bien sûr, mais aussi à cause de la peur, ne sachant guère ce qui allait lui arriver à présent. Pourtant, l'atterrissage ne fut pas trop dur. Elle qui s'était attendu à un choc percutant quelconque ne ressentît presque rien... C'était comme si une main invisible l'avait retenu au dernier moment, pour ensuite la déposer délicatement au sol. Étrange. Ada n'était toutefois pas au bout de ses peines à ce sujet, ce qu'elle constata en ouvrant les paupières. Elle ne se trouvait évidemment plus dans la ruelle : cela aurait été surprenant et absurde avec une chute pareille. Balayant les alentours du regard, elle remarqua des murs. Une maison, dans ce cas ? Ne voyant pas le moindre objet, ni qui que ce soit, Ada se mit en marche dans l'espoir de trouver une sortie qui lui permettrait de savoir où elle se trouvait. Cet endroit ne l'inquiétait pas particulièrement pour le moment, mais si jamais il s'agissait d'un monde parallèle, il lui semblait plus raisonnable d'éviter de rester seule.


« Si c’est une blague cela est très loin d’être amusant et je ne rigole pas du tout. Alors, venez m’aider si possible… »

D'où provenait cette voix ? C'était difficile à dire. Ada continua donc simplement d'avancer, bien qu'elle accéléra le pas. La Bezarius au cœur d'or ne pouvait ignorer ce cri de détresse : si cette personne avait besoin d'aide, alors il lui fallait lui donner ce coup de main, même si quelqu'un d'autre pointerait peut-être le bout de son nez là-bas avant elle... Après deux ou trois minutes, de nouveaux éléments de décor firent leur apparition dans le champ de vision d'Ada. Une table ainsi que des chaises. De la nourriture à perte de vue. Et une jeune femme vêtue d'une tenue digne du carnaval. Ce détail attira l'attention d'Ada sur sa propre tenue, observant avec un léger soulagement qu'aucun changement n'avait été effectué à propos du tissu. Une fois cette petite inspection terminée, Ada alla prendre cette jeune femme dans ses bras, même si elles semblaient toutes deux avoir à peu près le même âge et que cela mettrait peut-être cette personne mal à l'aise.

« Tout ira bien, j'en suis sûre ! Deux têtes valent mieux qu'une, n'est-ce pas ? Je m'appelle Ada... Non, juste Ada. Et toi ? »

Il valait mieux ne pas révéler son nom de famille, puisqu'elle ne l'avait peut-être pas reconnue. Après tout, peut-être n'aimait-elle pas les nobles. C'était ainsi que réagissaient certaines personnes et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, pas seulement les pauvres. Ada regarda autour d'elle au cours de cette réflexion, tentant de chasser ses inquiétudes à ce sujet : dans cet endroit un peu lugubre, il n'y avait ni portes, ni fenêtres. Toutefois, si elles avaient réussi à atterrir ici, il y avait forcément un moyen de sortir ! Voilà ce qu'elle dit à la poupée vivante pour la rassurer... Et puis, les modifications physiques de cette même personne n'étaient pas apparues toutes seules, n'est-ce pas ? C'était en quelque sorte encourageant de penser ainsi; cette personne, leur "hôte", ferait peut-être son apparition sous peu. Sinon il y avait toujours les petits gâteaux et le thé pour les aider de se remettre de leurs émotions... À condition qu'ils ne soient pas empoisonnés bien sûr... 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Messages : 258
Age : 18
Personnages préférés : Oz, Leo,
Double comptes : Zion & Ayumi

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    4th Octobre 2012, 15:50

Franchement, vous pouvez me dire qui est l’imbécile qui a demandé à Neal de sortir en pleine journée pour faire des études sur ses apparitions mystérieuses et blanche ? Ah oui… C’était son idée à lui tout seul malheureusement ou heureusement ? Il ne devait pas être bien tard. Aux environs d’une heure de l’après-midi quand le jeune Chain entendit des servantes parler de drôle d’évènement arrivant dans la capitale. Cela ne serait pas des apparitions de l’Abysse mais bien quelque chose d’autre de plus mystérieux et dangereux comme personne ne semblait mettre un mot dessus. Surtout que même des membres de Pandora semblaient disparaitre sans dire un mot comme engloutit par ces saletés. Neal était quelqu’un aimant tout particulièrement ce genre de situation où quelque chose d’inexpliqué se passait et que seul lui pouvait peut-être élucider. En premier lieu, le Chain pensa à prendre sa contractante avec mais laissa vite tomber l’idée de côté comme ne voulant pas s’alourdir d’un poids. Peut-être qu’une autre pensée lui traversait l’esprit ? Dans ce cas, seul le noiraud pouvait le savoir.

Prenant son manteau et remettant ses lunettes de soleil droit sur son nez, il sortit donc du grand Manoir pour prendre une calèche. Pendant le chemin, l’alchimiste ne manqua pas de voir qu’un véhicule manquait. Edwina serait-elle partie faire un tour en ville pour la même raison que lui ? Si tel était le cas, l’adolescente devait surement s’être mise dans un pétrin pas possible comme elle savait si bien le faire ! Soupirant à cette pensée, la calèche démarra donc rapidement et ne fit que dix petites minutes avant de s’arrêter brutalement et le cheval partir en courant dans une direction opposée. Que pouvait-il bien se tramer là-bas dehors ? Regardant simplement par la fenêtre, une de ses illuminations blanches apparues. Ces difformassions se trouvaient donc aussi dans le début de la capitale ? Voilà sa veine ! Le déplacement allait pouvoir être bien plus court que prévu. Enlevant ses lunettes pour mieux y voir, Neal utilisa son pouvoir de Chain pour arrêter le cheval dans son élan.

« Arbre, tombe »

A peine eut-il dit ses deux petits mots que l’arbre qu’il fixait, tomba devant le cheval arrêtant directement sa course et le cocher put reprendre le contrôle sur son animal. Sans perdre une seconde, le jeune homme descendit de son embarquement pour se diriger vers cet amas de couleur qui lui éclatait presque la rétine. Et oui, quand on passe ses journées dans un laboratoire froid, humide et noir, les couleurs trop vives pouvaient un peu le désorienter. Faisant d’abord le tour de l’anomalie, Neal l’examina sous toutes les cours en ne comprenant littéralement pas son fonctionnement. Sortant une petite fiole de sa poche, il essaya d’en prendre un morceau en vain. Ce fut sa première erreur. A peine eut-il le temps de tendre la main que le gouffre l’aspira simplement ne lui laissant aucune chance de s’échapper comme attiré par une certaine gravité.

Il se réveilla un peu plus tard incapable de dire combien de temps se serait passé entre le moment où il s’était évanoui et retrouver dans… Ce drôle d’endroit. Une immense table se trouvait là avec dessus, une multitude de tasse bien rangée et des petits gâteaux par millier. Il semblait aussi que des théières fumaient encore prouvant que le thé venait d’y être versé. Mais son attention fut éprit par deux jeunes demoiselles en face de lui qui semblait aussi perdue que lui. Soupirant une nouvelle fois, Neal remit ses lunettes sur son nez avant de prendre la parole.

« Hum.. Où sommes-nous ? »

Et non, le Chain n’avait pas spécialement envie de prendre un ton sympathique. Il était là pour chercher des indices sur cet amas et le voilà maintenant dans un endroit totalement perdu et qui semblait en même temps assez malsain par l’atmosphère qui s’y dégageait. Etant un peu sonné avec un mal de crâne pas possible, il fallut bien quelques secondes pour remarquer que son postérieur touchait le sol mais en même temps, n’avait pas eu forcément mal. C’était même quelque chose de mou. L’herbe était-elle aussi bizarre que cet endroit ? Pourtant, tout semblait d’un vert… Naturel ? Posant ses yeux en dessous de lui, Neal ne put retenir des yeux surpris en se levant et se mettant sur le côté en lâchant un gros soupir.

« Qu’est-ce que tu fiches encore ici toi ? Il se tourna vers les autres. En fait, qu’est-ce que vous faites toutes là vous ? »

Dire que son expérience devait se passer calmement et sans perdre trop de temps… Le voilà coincé avec trois filles maintenant ! C’était bien sa veine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 262
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    7th Octobre 2012, 07:31

Une nouvelle fois elle était seule, perdu au milieu de la ville n’ayant aucun but précis, la demoiselle finit par s’asseoir à un coin de rue. S’appuyant contre le mur se laisser glisser au sol elle soupira. Ce n’était pas vraiment cool de passer toutes ces journées ainsi seule. Son but du matin ? Espérer pouvoir avoir assez d’argent pour espérer avoir autre chose que le ciel étoilé pour couverture. Le temps était d’ailleurs encore correct, mais lorsque l’hiver allait revenir. Secouant la tête de droite à gauche, la petite brune chassa bien rapidement cette pensée de sa tête. L’idée de passer la nuit dehors sous la neige ne l’enchantait pas vraiment. Soupirant une nouvelle fois pour cette fois-ci appuyer sa tête dans sa main, elle regarda les gens passer devant elle en silence. Tout le monde l’ignore de toute façon, chose parfaitement compréhensible. Qu’est-ce qu’on en a à faire d’une gamine des rues ? Il lui arrivait de temps à autre de regretter d’être partie. A défaut de crouler sous l’or, elle était au moins logée et avait deux braves gens qui lui avaient offert une vie. Alors que Ky’ se perdait dans ses pensées, un gamin passa en courant devant, trébuchant sur son pied pour finalement s’étaler royalement au sol. Un peu surprise, relevant les sourcils sur le coup, notre petite sorcière finit par se relever pour aider l’enfant à en faire de même. Se mettant à sa hauteur elle lui demande sur un ton neutre mais pas méchant.

- Tu n’as rien petit ?

Le gamin se frotta les yeux pour retenir quelques larmes. Non ! Il ne devait pas pleurer ! C’est un grand garçon ! Il leva finalement les yeux vers elle en affichant un grand sourire. Hochant la tête comme pour répondre à sa question, le petit enchaina bien rapidement.

- Merci Mademoiselle ! Mais vous devriez rentrer chez vous aussi ! Des drôles de lumières mangent les gens en ville, ça fait peur !
- Rentre alors.. Finit-elle par lâcher après un moment de réflexion.

On ne va pas dire qu’elle était très douée pour communiquer même avec les enfants hein.. ? Intriguée par les paroles du gamin, elle se décida à aller voir ça de plus près. C’était dangereux et alors ? Un gamin pouvait très bien rendre la chose plus grave qu’elle ne l’était en réalité ! Ainsi, reprenant sa route, la demoiselle se dirigea de là où l’enfant venait. Plus elle progressait dans d’étroites ruelles et moins elle croisait des personnes. Ainsi.. les gens avaient-ils vraiment peur de cette espèce de lueur ? Ne tardant pas à rencontrer un de ces fameux points lumineux d’ailleurs. Plissant les yeux sur le coup, elle n’osait pas s’approcher. En tant que sorcière, elle était relativement bien placée pour savoir qu’il ne fallait pas s’approcher de tout et n’importe quoi. Intéressée cependant, elle se décida à lancer un pic de glace vers cette lueur. Son arme improvisé disparut bien rapidement on ne sait où. Hm, pas très concluant tout ça. Voyant finalement personne autours d’elle pouvant être utilisé comme test, elle se risqua à s’approcher. Bien rapidement elle fut aspirer et bien sûr elle n’eut même pas le temps de penser à résister. Ce fut le noir complet ou.. le blanc on ne sait pas trop. La seule chose qui est sûre c’est que Kyrielle perdit le sens de l’orientation pendant quelques instant pour finalement atterrir sur quelque chose d’une douceur.. étrange ? Elle ouvrit les yeux.

Autour d’elle ? Eh bien de un elle n’était plus dans la ville, problématique. Sans compter cette étrange table remplit de.. nourriture en tout genre. Si notre petite sorcière n’était pas trop impressionnée et méfiante de ce qui venait de lui arriver, cette dernière ce serait bien laissé tenter par quelque chose à manger… D’ailleurs cette odeur de nourriture qui lui revenait dans le nez était une torture. Heureusement pour elle, son attention fut bien vite attirer par deux jeunes filles. Au moins, elle n’était pas seule. Alors qu’elle s’apprêtait à se relever pour demander plus amples information sur l’endroit où elles se trouvaient. Une voix familière l’interpella, cette dernière demandant où ils étaient. Ben, Kyrielle n’eut même pas le temps de tourner la tête pour vérifier sa pensée qu’un choc violent la secoua quelques instants. Et non vous ne rêvez pas, Neal venait littéralement de lui tomber dessus. Clouée au sol un peu sonnée, elle se redressa légèrement tout en se frottant la tête. La blague, elle ne s’attendait pas du tout à le revoir ici… Restant dans un premier temps assise par terre, elle le regarda répondant à sa question précédente.

- J’en sais rien… Ainsi je peux te retourner la question…

Finissant tout de même par se relever elle regarda rapidement autour d’elle. Pour elle la question principale était.. comment sortir d’ici. Au moins, on va dire que même si Neal lui fichait encore la trouille, une tête connu ça rassurait un peu. Elle reprit alors sur son éternel ton neutre.

- La question est.. comment sortir de là. Ce monde n’est pas le nôtre.

C’est simple. Ici ça sentait un mélange de magie et d’autre chose... Ce n’était pas naturel en somme. Enfin, peut-être qu’à quatre ils allaient pouvoir s’en sortir rapidement ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    9th Octobre 2012, 04:08

Un silence ? Non le monde n’est pas silencieux, quoi qu’il arrive, il y aura toujours un bruit ! Peut être votre cœur qui bat trop ? Peut être vote pensée qui s’échappe ? Un rire malsain résonne en ce lieu, il résonne en écho vers cette table, serait-ce le propriétaire ? Il rit, il continue. Un buisson frissonne tout seul ? Depuis quand un buisson a peur ? Eh bien, c’est nouveau ça ! Des oreilles sorts du buisson, il est vivant ! Vivant ! Ah non, il sort un être habillé, avec un monocle sur l’œil. C’est un lièvre, un lièvre tout tremblant dit donc ! Il regarde les personnes qui semblent-ils, se sont invités elles mêmes vers cette table bien remplis de tout. Il panique bien dit donc, va-t-il être notre menu ?

« Des étrangers ! Des étrangers ! »

Il leurs passe sous les jambes et court se réfugier comme un lapin sous la table. Il ne veut être mangé ? Il ne veut pas rire avec nous ? Tien le rire incessant aurait-il cessé ? Un chapeau tombe du ciel et arrive sur cette table pleine de nourriture et de thé, que tout cela est appétissant ! Le chapeau qui c’est invité de lui-même, est un peu abimé, il y a une carte, sur celle-ci inscrite 10/6, étrange… D’un coup venue de nulle part une main. Ah, mais elle nous vient de sous la table. La table à des mains maintenant ? Eh bien, eh bien elle saisit le chapeau, celui-ci ne lui convient pas ? Le chapeau va sous la table. Peut être que les tables portent le chapeau en bas ! D’un coup le rire reprend et une personne sort de sous cette table, le chapeau est devenu humain ? Ah non, il est sur la tête de cet être. Il rit et monte sur la table pour aller s’assoir à l’autre bout de la table, à sa chaise, qui ressemble presque à un trône. Quelques gâteaux ce font écraser, des tasses renversées, mais peu importe ! Il se laisse tomber et s’assoit.

« Mais que vois-je des invités ? Des voleurs ? Oh mais oui, des voleurs ! Soyez les bienvenus ! Assoyiez vous donc sur la table ! Les invités qui s’invitent c’est toujours bien bien bien ! »

Malgré le fait qu’il y a des chaises, on va laisser tomber la logique là.

« Que voulez vous du Bateaux ? Non peut être un set ? ? Avec des cubes ? Mais que vois-je ! Mais que vois-je !»

Dit-il en prenant une soucoupe et verse le thé dedans, bien sûr la tasse et complètement absente, et tout se renverse vu que ça déborde, le lièvre qui se trouve en bas boit se qui tombe dans sa bouche.

« Il n’y a qu’un homme, que faire. Qu’allons-nous faire ? Mais je sais ce que nous allons faire ! Ah mais non, je ne sais pas en fait… Mais si que je le sais, sinon pourquoi je serais là à ne pas le faire, je me sens complètement fou ! Mais avant cela inspection des personnes ! »

Il jette l’assiette derrière lui et approche les invités surprises ! Mais qu’est ce qui lui passe par la tête, ce qui est sûr c’est que ce n’est pas de l’air… Pourtant il en est entouré… C’est une question à creuser ! Mais avant cela. Le Chapelier prend les lunettes de l’homme et les met.

« Ooooh le monde est noir comme un corbeau ! Non comme un chocolat fondu au soleil de la lune !
-Mais non chapelier ! Le chocolat ne fond pas au soleil ! Il fond dans une casserole à la lune pleine !

Le chapelier rit et soulève les robes des demoiselles.

« Les maisons sont bien pratiquent, elle se transporte ! Mais l’ameublement reste inexistant !
-Normal, les maisons mangent l’ameublement, comme les meubles mangent la poussière.
-Moi je sais où est le balai de ces mesdames, en fait ce n’est pas un homme c’est un balai ! Oui un balai bien sombre, est-ce qu’il mange de la poussière ? Il nous faut un gâteau à la poussière ! »

Le lièvre fouille dans tous les gâteaux et sort un tout gris bien étrange. Le chapelier le saisit, et le regarde et sautille vers l’homme bien noir.

« Ce gâteau à été fait pour toi Balai ! Mange-le, mange-le ! Ah mais que suis-je suis idiot ! Les balais ne savent pas parler, il chante ! »

Il rit encore tout en écrasant le gâteau sur la joue du jeune homme et il approche une jeune femme aux cheveux bleus.

« Oh mais toi, tu es une sirène ! Nous avons une sirène parmi nous !
-Qu’allons nous faire ! C’est la panique !
- Nous allons lui offrir un thé à la mer ! »

Le fou sort une tasse et tend alors qu’elle est vide

« Voilà votre thé à la mer ! »

Il verse tout un bocal de sel dedans, puis regarde, la demoiselle blonde maintenant. Il l’examine de haut en bas, et continue se sourire complètement fou.

« Madame soleil ! Vous êtes descendu du ciel tout rose ! Il faut vous accueillir comme il ce doit ! Je sais il nous faut vous offrir ce qu’il faut !
-Mais on ne peut pas offrir de présent au soleil !
- Si nous le pouvons donnons-lui un cadeau invisible !

Il fait semblant de prendre un cadeau et le pose devant la jeune fille, puis reste la dernière aux cheveux court.

« Eh bien eh bien, je me disais bien que ma tombe arriverais un jour ! Je ne savais pas qu’elle allait être aussi froide ! Normal après tout si elle était chaude tout le monde voudrais mourir ! Mais la mort c’est une étape ! Bien bien bien!»

Il tend lui tend des macarons noirs, on croirait qu’ils sont brulés.

« Puis je vous proposer des macarons au gout larmes ? Ils sont très bons, mais trop mouillé ! »

Après avoir accueillit ses convives semble-t-il. Il se dandine pour remontrer sur sa table et prend une canne et s’appuie dessus.

« Je me présente je suis le Chapelier fou et voilà le Lièvre de Mars ! Mais avant d’aller un peu plus loin permettez moi de vous dire bienvenue à notre thé partie, voulez vous un peu de Gâteau ? »

Il tend un gâteau rose fluo et noir, avec écrit eat-me dessus.

-Non non chapelier, c’est le gâteau qui fait grandir !

- Ah bon je pensais qu’il faisait rétrécir !
-Mais non, il fait rétrécir en fait!
-Je pensais qu’il faisait grandir ! Mais passons nous verrons bien ! Alors qui en veut ?

Il garde son sourire, qui en est presque narquois. Ce gâteau voudrait presque dire bienvenue... Chez les fous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    10th Novembre 2012, 08:49

Si on venait à demander à la demoiselle aux yeux bleus, elle ne saurait donner une explication logique à ce qu’il venait de se passer sous ses yeux. Pourtant, c’était son fort de croire à la logique quoi qu’il arrive. Tout se devait d’avoir une explication rationnelle, ce n’était pas possible autrement. Une porte qui sort toute seule de ses gons ? Obligatoirement un gros coup de vent, ou alors un Chain invisible qui s’amuse, mais surement pas un fantôme. Son esprit, se devait de tourner et retourner la question indéfiniment, quitte à l’empêchait de dormir pour trouver la rationalité présente dans la situation. N’importe quelle situation. Or, depuis son réveil face à cette table immense, rien n’y faisait, elle était bien incapable de trouver une logique implacable à cela. D’abord, elle avait cherché, comment une simple montre, avait pu faire en sorte qu’elle révise son jugement sur la santé malade de son collègue sur ces fameuses lumières blanches, aspirant tous individus assez fous pour s’en approcher. La première solution fut qu’elle était dans un rêve. Et puis, elle n’avait trouvé que ça. Capitulant, son esprit avait ensuite cherché une logique imparable dans le fait de son changement de vêtement. Habituellement, dès qu’une main ce serait posée sur elle pour simplement la toucher. Son réveil aurait été direct. Or, elle n’avait eu aucune réaction apparente. Aucune solution pour le moment. Puis, pourquoi, son lien avec Michael s’était amoindri, sans qu’aucun des deux, n’ait donné son accord. Quelque chose devait bien le bloquer, mais quoi ? Tant que questions auxquelles aucunes réponses n’avaient l’air associées. La seule réponse à l’équation, étant qu’elle avait du se faire vraiment mal en tombant. Ce n’était pas clairement possible de se retrouver dans un monde, hormis bien évidemment l’Abysse elle-même. Ce monde abyssal ayant été décrit dans les livres et nombreux témoignages comme étant une boite à jouets humides et brisée. Pourtant, ce qui se trouvait sous ses yeux, n’était pas une boite à jouets. Simplement un décor pseudo idyllique. Un décor qu’elle ne pouvait contempler que dans les livres de comtes illustrés. D’où l’intérêt du monde comte. Cela n’existe pas.

Sur le coup, Michiyo n’avait pas peur. L’intrigue et l’incompréhension ayant pris leurs droits sur ce sentiment. Si, le fait de se retrouver dans un décor de comte de fées était possible à proprement parler. Elle allait devoir revoir toute sa façon de penser. Apprendre que tout ne puisse pas être expliqué rationnellement. Qu’il fallait croire de temps à autre en la magie du passé. Revoir ses rêves d’enfants. Quoi que ce ne serait pas si mal dans un certain point de vue. Apprendre que tout ce que nous avons cru réel lors de nos premières années, puisse exister. Dans un sens, la santé mentale des plus faibles pourrait allégrement descendre d’un cran. Certaines révélations se doivent de rester secrètes. C’était ainsi et pas autrement. Regardant toujours autours d’elle. Elle ne pouvait affirmer qu’une seule chose, elle était seule. Seuls les murmures de l’endroit pouvaient la faire trembler. Alors, il fallait résumer la situation. Perdue dans une forêt devant une table avec assez de nourriture pour tous les Chain de l’Abysse. En prenant en compte qu’ils mangent de la confiture et boivent du thé. Avec ses vêtements normaux ayant disparu et sans aucune relation avec l’extérieur. Bravo Michiyo, bravo.
Alors qu’elle décida à faire quelques pas pour ne pas rester à ne rien faire autours d’une table qui ne lui donnait même pas faim. Des bruis de pas léger la firent se retourner. Serais-ce une femme ? La demoiselle aux yeux bleus fit un demi-tour sur elle-même. Devant ou derrière elle, selon le point de vue. Une jeune fille, physiquement du même âge que Michiyo. Mais uniquement physiquement. Ils étaient loin ses dix sept ou dix huit ans à elle. En attendant, une jolie blonde aux yeux verts. Alors qu’elle sortait doucement de ses pensées. Deux bras l’entourèrent. Une chevelure blonde vint lui gratter le nez. Les yeux de Michiyo s’agrandirent quelques secondes. Non, elle ne rêvait vraiment pas. On venait de lui faire un, comment dire, câlin. Le seul reflexe qu’il lui arriva, c’était de la repousser, malheureusement, peut-être un peu fort. Pas méchamment non plus. Mais la dernière fois que quelqu’un l’avait pris dans ses bras. C’était lui. Ce ne fut pas pour autant, qu’elle n’écouta pas les paroles de la jeune blonde. Lui racontant alors que tout ira bien, que deux têtes en valent mieux qu’une. Pourtant, en annonçant son prénom, un malaise se fit ressentir. Quel était le souci avec son nom de famille ?

« Michiyo, je m’appelle Michiyo. Et oui, apparemment deux têtes en valent mieux qu’une. Ne fais pas attention au fait que je t’ai repoussé, je ne suis pas tactile pour un sou. »

Son attention fut une nouvelle fois attirée par l’arrivée d’un nouveau venu. Déplaçant lentement son regard vers celui de l’homme. Elle ne put se heurter qu’à des lunettes noires. Des cheveux noirs et un corps svelte. Ainsi qu’à un ton froid. Franchement, ils étaient tous dans le même pétrin et il se permettait de se placer au dessus des autres comme ça. Arquant le sourcil droit. Ses yeux bleus devinrent légèrement plus foncés. Il commençait à l’énerver malgré tout. Soupirant, elle ouvrit légèrement la bouche pour laisser les mots partir. Ada répondrait bien après.

« Avec un peu plus de conviction et peut-être que vous auriez une réponse. »

Michiyo, n’était plus vraiment de bonne humeur. Après, tout, quelle question idiote, il venait de poser. Personne ne savait où ils se trouvaient. Sinon, pourquoi seraient-ils encore ici ? Une question idiote, engendre une réponse idiote. Maintenant, il n’était pas intéressant. Cet endroit n’y était pas non plus. Ce qui pouvait en avoir un semblant, était juste de trouver la solution pour se retrouver dans Réveil une nouvelle fois. Et les paroles d’Ada lui revinrent en mémoire. Plusieurs têtes valaient beaucoup mieux qu’une seule. Fallait-il seulement que les autres têtes se damnent à réfléchir. Pourtant, une nouvelle venue fit encore changer la donne. Trop de têtes cette fois ci. Il était certain qu’il risquait d’avoir des désaccords. Encore plus lorsque l’homme et la dernière arrivée semblaient se connaître. Les relations lorsque l’on tombe dans un piège comme celui-ci, n’étaient pas les bien vues. Quoi que, ce n’était pas non plus une guerre des clans. Il fallait qu’ils unissent leurs forces. Quoi que, la jeune demoiselle n’était pas férue de ce genre de relation. Travailler seule, par moment, ce n’était pas mauvais. Alors que les deux personnes avaient l’air d’entrer dans une conversation plus ou moins intéressante. Pour savoir qui faisait quoi. Michi en oublia presque Ada, et s’appuya un peu sur la table. Bon, c’était mignon toutes ces petites retrouvailles. Mais, cela ne les faisait pas avancer. Puis la demoiselle laissa des mots intéressants sortir de sa bouche. Le fait qu’ils n’étaient pas dans leur monde. Bon c’était un début.

« La question serait plus précisément de savoir, si quelqu’un à la moindre idée pour retourner dans Réveil »

Il fallait sortir d’ici et vite. Il était certain que personne ne souhaitait rester dans cet endroit plus ou moins étrange. Surtout avec que quelque chose d’autre n’arrive. Puis des paroles, plus ou moins sonores. Tournant son regard vers le buisson, elle vint à se demander si quelqu’un d’autre s’était fait prendre trop facilement. Pourtant, ce sont des oreilles qui en sortirent. Arrêt sur image. Des oreilles ? Un lapin ? Bon Dieu, c’était quoi ce monde de fous ? Un lapin qui parle et qui marche.. Bon, juste un gros coup sur la tête. Un sursaut. Un gros sursaut lorsqu’il passa entre ses jambes pour se cacher sous la table. Maudite bête.

Michiyo ne put malheureusement expliquer ce qui suivit. Des bruits, des voix, encore des bruits et de nouveaux des voix. Des rires. Des mots indescriptibles, des phrases sans queues ni têtes. Comment allait-elle pouvoir trouver une solution si le silence ne semblait pas vouloir venir. Il lui fallait du silence, toujours du silence. Alors qu’elle essayait de faire de la sélection auditive pour ne pas avoir de mauvaises idées, et du n’importe quoi. Comme cela, elle n’entendit pas ce que les mots essayèrent d’expliquer aux autres « invités » va-t-on dire. Quant à elle, elle ne put réprimander un léger sursaut. Son cœur rata même un battement. Soufflant légèrement, ses yeux descendirent doucement. Un léger sourire apparu sur son visage. Pour une fois où elle pouvait être plus grande que quelqu’un ou quelque chose. Tendant l’oreille pour écouter, elle entendit seulement le fait qu’elle était une sirène et qu’elle devait avoir un thé à la mer. Avant de verser tout un pot de sel dedans. Bon dieu, qui pouvait bien boire ce genre de chose ? Des fous. Ils étaient fous.
Michiyo attrapa la tasse avant de la verser sur le sol discrètement dès que les deux énergumènes s’occupèrent de la jeune Ada.

Encore une nouvelle sélection auditive avant de faire attention à quelques mots et gestes. Le « Chapelier Fou » apparemment, se tenait sur la table. En se dandinant comme s'il devait aller se soulager d’une manière ou d’une autre. Qu’allait-il encore leur trouver comme merveilleuse idée ? Un gâteau ? Il venait de leur tendre un gâteau, avec une petite inscription. Depuis quand les gâteaux donnent-ils des ordres franchement ? Puis un nouveau débat. Grandir ou rétrécir ?

« Allez-vous vous décider un jour ? »

La jeune femme serrait les dents. Ils commençaient à ne plus être amusants du tout. Au début c’était mignon. Mais uniquement au début. Maintenant, sa patience commençait à être à bout. Balayant le reste de la scène de ses yeux clairs. Elle soupira et attrapa le gâteau avec malheureusement, peu de délicatesse malgré son petit minois.

« Bon, aucun d’entre vous n’avait l’air de se décider. Une autre question se pose. Qui est ce qui le mange ? »

Michiyo regarda les personnes, une par une. Déjà qu’elle avait prit cette sucrerie, ils n’allaient tout de même pas qu’elle allait le manger ? Après tout, ils avaient un homme parmi eux. A lui d’assumer les conséquences du machisme ancestrale que subissaient les femmes et de le manger. Ce gâteau ne lui disait rien qui pouvait être bon. Après tout, ce n’était pas qu’un rêve. Parce que oui, autant faire inconsciemment ce que ces deux ahuris voulaient leur montrer. Sinon, ils n’étaient pas encore sortis de l’auberge.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar


Masculin Messages : 258
Age : 18
Personnages préférés : Oz, Leo,
Double comptes : Zion & Ayumi

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    17th Novembre 2012, 07:57

Prenons deux minutes pour récapituler la situation présente. Neal était tombé dans un coin complètement hors de la capitale qui ne semblait même pas appartenir à la réalité. Une drôle d’atmosphère était présente et surtout dérangeante. Était-ce son statut de Chain qui lui permettait de sentir cette différence ou les autres filles pouvaient-elles aussi le sentir ? Voilà une autre chose de bizarre. Comment se faisait-il que de jeunes filles se trouvaient dans une situation aussi étrange ? Surtout que celle que Neal venait d’écraser, n’était autre qu’une jeune femme qu’il avait croisé dans les rues de Réveil et surtout son statut de sorcière devait rester secret. Bah oui, l’alchimiste ne voulait pas que quelqu’un d’autre lui mette la main dessus ! Les deux autres, il s’en fichait bien plus. Du moins, le Chain n’avait pas encore trouvé une utilité en ce moment même.

Quand il posa sa question en demandant où ils étaient une des femmes qui venait de se présenter à l’autre lui répondit dans un ton assez sec. Toi, c’est bon. T’es cadrée et elle devait faire attention à ses fesses. Surtout que le Chain ne sentait aucun semblable dans les alentours. Donc, si la jeune femme n’était pas une sorcière comme Ky, son avantage était bien plus que présent. Lâchant simplement un sourire moqueur à cette dernière, il regarda la petite blonde en reprenant la parole.

« Vous devriez faire attention aux personnes qui vous côtoient. »

Remettant ses lunettes droites sur son nez, son attention fut détournée quand deux drôles de personnages firent leur apparition. Un semblait complètement taré alors que l’autre… Était un espèce de lapin qui parle ? Pourtant, Neal ne ressentait pas un seul atome de Chain sortir de ce personnage. Était-ce une nouvelle sorte de créature propre à cet endroit ? Oh, la journée commençait à être intéressante finalement. Tournant la tête vers la petite noiraude, elle laissa échapper une semi interrogation qui le fit soupir. Non, nous sommes bien à Réveil voyons ! On n’avait pas besoin de préciser que ce monde était bizarre…

Neal posa son attention sur le drôle d’homme une nouvelle fois. Son premier ressenti semblait exacte. Ses personnes étaient complètement cinglée et bien plus que lui qui l’était pas mal dans son genre aussi. Surtout quand le scientifique tombait sur quelque chose d’intéressant. Classons le plutôt dans la partie des sadiques. Soudain, l’étranger se rapprocha de lui et lui vola ses lunettes… Super… Fermant par réflexe l’œil droite, il fit un regard menaçant à l’homme alors que les deux commencèrent à soulever les robes des autres. He ho c’était SES lunettes et on n’y touchait pas ! C’était bien quelque chose qui avait le don de l’énerver. Quand les deux timbrés le traitèrent de balai et qu’ils revinrent vers lui avec un drôle de gâteau, le premier réflexe de notre Chain fut de reprendre ses lunettes et les garder en main avant… De se prendre littéralement un gâteau sur la joue qui avait un goût de merde pour rester un petit peu poli.

Sérieusement, qu’est-ce qui le retenait d’utiliser son pouvoir et de lui tordre le cou à ce vieux shnock ? Peut-être l’envie d’en savoir plus sur le moment et pouvoir avoir quelques choses en échange ? Bref, le Chain s’essuya un peu la joue avant de prendre la parole.

« Avant de nous jouer ces tours, vous pourriez nous dire où nous sommes et qui vous êtes non ? »

Sa quête d’information ne faisait que commencer bien sûr. Pour continuer, les deux spécimens sortirent une boisson et un gâteau en marmonnant de drôle de chose. C’était l’heure du goûter ? Pas pour Neal en tout cas. La dite Michiyo prit le gâteau dans ses mains en demandant qui allait pouvoir le manger. Elle le faisait exprès ou quoi ? La petite blonde semblait un peu trop fragile pour subir de expériences et Ky allait surement avoir quelque chose comme cette fois-ci, ce n’était pas une boisson. Lui ? Non, c’était Neal qui faisait les expériences et non lui qui les subissaient. Fixant la demoiselle, il eut un sourire taquin sur le visage.

« Tu sembles bien pressée de faire manger ce gâteau à quelqu’un. Pourquoi ne le manges-tu pas comme tu l’as déjà dans les mains ? Cela serait plus rapide pour nous faire sortir d’ici. »

J’ai envie de dire que… C’était tout simplement logique ? Ou bien que la jeune femme était une alliée des deux autres fous. On prenait quelque chose, on le touchait donc s’était à elle. Maintenant, est-ce que les autres seraient d’accord avec lui ? Et surtout, est-ce que les deux personnages allaient-ils encore s’amuser à les faire tourner en bourrique. Bref, Neal remit ses lunettes en attendant et rouvrit enfin son œil droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 262
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    18th Novembre 2012, 10:03

Bon voyons voir. Ils étaient quatre, du moins pour le moment. Deux filles qu’elle ne connaissait absolument pas et Neal. La petite blonde ne semblait pas bien méchante, mais l’autre semblait être un peu plus du genre à vouloir prendre les choses en mains. D’ailleurs on ne va pas dire que cela partait vraiment bien pour une entre-aide général. Neal et la jeune femme semblait déjà se prendre le museau alors qu’une seule phrase à peine avait été échangée entre les deux. La bonne ambiance tiens. Kyrielle soupira, continuant juste de regarder autour d’elle, voulant détecter chaque parcelle de magie en cet endroit. D’ailleurs cette dernière semblait totalement différente de celle de leur monde… Enfin qu’importe, en tant que sorcière elle devait bien être la seule à penser ainsi. D’ailleurs, deux nouveaux venus vinrent un peu animer l’endroit. Etait-il humain ce grand homme ? Même Kyrielle était incapable de le dire, rien n’avait de sens tout n’était que folie. Sans compter cet étrange lapin qui parlait. Encore une créature nommé Chain ? On pouvait plus qu’en douter vu l’endroit, mais peut-importe, le plus important pour elle était de sortir d’ici. C’est alors que l’étrange individu se mit à faire un tour de table en gros, donnant des présents pour le moment originaux ainsi que d’étrange surnom. Se faire d’ailleurs traiter de tombe… Ce n’était pas vraiment sympathique, mais la petite se contenta de prendre entre ses mains le présent qui lui était tendu. Fixant ces choses qui semblaient immangeable pendant quelques instants, elle se contenta de les reposer au milieu du bordel monstre qui régnait sur la table. Chapelier fou hein… D’ailleurs lorsque Neal demanda en gros qui il était où ils étaient, la petite brune ne put s’empêcher de répondre calmement.

- Il vient de se présenter. Il vaut mieux prendre en considération toutes ses paroles aussi inutiles et idiotes soient-elles je pense…

Résonnement à la Kyrielle hm ? On va dire que sa neutralité avait au moins le mérite de ne pas la faire paniquer pour un rien, du moins lorsqu’il n’était pas question d’homme étrange un peu trop collant quoi… Maintenant voilà une autre affaire fâcheuse, une histoire de gâteau donc le contenu était plus que douteux et quelqu’un devait se dévouer pour y gouter. La jeune femme aux cheveux bleus prit le dit gâteau en main et demanda qui voulait bien se lancer. Bien sûr notre petite demoiselle se garda bien de dire quelque chose, histoire de se faire oublier. D’ailleurs son premier réflexe idiot du moment fut de se cacher derrière Neal, comme si cela allait lui permettre de passer aux travers. D’ailleurs la querelle entre Neal et elle semblait reprendre, ce dernier appuyant sur le fait qu’elle pouvait très bien le manger elle-même puisqu’elle le tenait dans les mains. Ce n’était certainement pas notre petite sorcière qui allait le contredire. Se tenant légèrement à la manche de sa chemise, elle gardait le silence. Eh bien non, n’allez pas croire qu’elle se contentait de se planquer comme ça sans rien faire, préférant largement réfléchir à la situation dans son coin, Kyrielle finit par lever le regard vers le Chapelier toujours debout sur la table. Pourquoi ne penser qu’à ce gâteau, n’était-ce pas lui qui pouvait être la clé pour résoudre tout le mystère de cet endroit. Surtout que Kyrielle était persuadée que malgré son air plus que farfelu cet homme pouvait se montrer bien plus utile qu’on ne pouvait l’imaginer. Lâchant finalement Neal, elle se dirigea devant la table pour lever la tête vers l’homme Fou.

- Vous n’être pas venu ici par hasard. Quelles sont les règles du jeu pour sortir d’ici ?

Quoi comment ça c’était quoi cette histoire de jeu ? Une façon de parler. Mais notre étrange être semblait être du genre à tout prendre pour une partie de jeu grandeur nature. Entrer dans son jeu allait peut-être le satisfaire et apporter les réponses qui leurs manquaient. Se tournant à nouveau vers les autres elle finit par dire.

- Cet homme est notre ticket de sortie…


En tout cas. Hors de question pour elle de manger le gâteau. Restait à savoir si cela servait vraiment à quelque chose de le manger surtout.. et quel effet ce dernier risquait d’avoir. Restait à savoir si quelqu’un allait se décider à tenter l’expérience et surtout si le chapelier réagirait à ses paroles. Pas question de moisir ici, ils sortiraient tous de là, c’était obligé. S’asseyant finalement sur un bout de table qui n’était pas remplit de diverses choses, elle attendit. Réfléchissant toujours à.. que faire en faire ? Trop peu d’indice pouvait lui permettre de le savoir, un peu d’aide ne serai pas de refus à la réflexion. Posant son regard sur une théière, la demoiselle finit par s’en servir une tasse, ne craignant nullement une substance bizarre de toute manière. Et si on prenait un peu le thé avec cet homme hm ? Bref, buvant elle se contenta de boire une gorgée avant de tendre la tasse au chapelier. Entrons dans son jeu.. ? Bien qu’assez peu sûre de ce qu’elle faisait sur le coup. Cela ne sert à rien de résister à la folie, on le devient encore plus nous même. Mais la comprendre n'est pas forcément simple non plus.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    26th Novembre 2012, 04:52

Tomber dans une dimension dont nous ignorons tout... Cela avait de quoi faire peur à n'importe qui. Pourtant, Ada demeurait calme. Peut-être était-ce parce qu'elle avait désiré voir ce monde étrange de ses propres yeux, s'il existait vraiment. Peut-être était-ce pour rassurer la jeune fille qu'elle avait pris dans ses bras. Peu importe. Faire preuve de sang-froid était souvent utile dans ce genre de situation. Toutefois, les deux demoiselles n'étaient pas seules. Des bruits de pas résonnaient au milieu du silence. Un homme fit d'abord son apparition, puis une femme, une de plus... Ada se contenta de les regarder en silence, se disant qu'eux aussi la repousseraient peut-être si elle tentait de les approcher et elle ne tenait pas particulièrement à retomber. Il ne faudrait pas qu'elle se fasse mal. Certes, la petite Michiyo s'était en quelque sorte excusée, mais la gardienne de Lutwidge s'en voulait un peu quand même; elle n'aurait pas dû agir de façon aussi spontanée et familière. En tout cas, si les deux nouveaux arrivants avaient l'air de se connaître, ils semblaient tout aussi perdus qu'elles, ne sachant ni où ils se trouvaient tous, ni comment repartir. C'était fort embêtant tout cela ! Heureusement – ou pas, selon le point de vue – ils ne semblaient pas être laissés à eux-mêmes, car deux curieux personnages firent leur apparition. Ada ouvrit de grands yeux en voyant un lièvre à taille humaine et parlant sortir d'un buisson. Étrange que les autres ne semblent pas bien surpris, enfin, à l'exception de la jeune femme aux cheveux bleus... L'autre personne semblait un peu plus normale, si ce n'était de sa personnalité farfelue. Ada resta silencieuse, ayant perdu ses mots, si ce n'est un petit cri de surprise échappé lorsqu'on souleva ses jupons, rougissant un peu tout en plaquant ses mains sur ceux-ci afin de rester pudique. Observant ensuite tour à tour les autres qui recevaient d'étranges présents, son tour arriva enfin, en troisième. Quel surnom lui serait-il trouvé ? Le soleil... À cause de ses cheveux d'or, sans doute. Quoi qu'il en soit, elle trouvait cela fort flatteur. Un cadeau invisible ? Voilà qui était amusant. Elle ne pût d'ailleurs pas s'empêcher de glousser un peu de rire en faisant semblant de se saisir de son présent. Tout cela allait-il vraiment leur servir à quelque chose ? Excellente question que la jeune noble préféra garder pour elle-même. Dommage que la tasse de sel fut gaspillée en se faisant renverser sur le plancher... Quoi qu'il en soit, les deux énergumènes se présentèrent enfin : le Chapelier Fou et le Lièvre de Mars. Le moins que l'on pouvait dire, c'était que ces noms leur allaient comme un gant. Un gâteau coloré fut ensuite présenté à ceux qui étaient étrangers ici. Les mots « Eat me » étaient écrits presque joyeusement dessus, mais il semblerait que cette pâtisserie ait des conséquences fâcheuses une fois dans l'estomac... Ce fut Michiyo qui s'empara du gâteau pour ensuite demander qui devrait se sacrifier et le goûter. Certes, ils auraient pu se le séparer, mais il valait sans doute mieux ne rien tenter qui pourrait être dangereux. Se retrouver à l'état de géant ou de lilliputien pour toujours n'était pas franchement attirant. C'était sans doute la raison pour laquelle personne ne semblait se décider à prendre une bouchée. Mais bon, ils n'allaient tout de même pas rester à stagner ainsi pendant plusieurs heures ? Heureusement, Ada se saisit du gâteau, agissant un peu comme une grande sœur protectrice pour ces étrangers et soulageant certainement Michiyo d'une certaine nervosité. Cependant, ce n'était pas du tout dans ses intentions de le manger ! Elle n'était pas idiote après tout, seulement un peu naïve, mais passons, ce n'était pas le sujet. Elle se tourna plutôt vers le plus grand des deux hommes, tout sourire, une idée lui étant venue en tête.

« Pourquoi ne pas manger vous-même ce gâteau, Chapelier ? Un cadeau pour vous, qui nous en avez tous donné un ~ »

On allait peut-être lui coller une étiquette de folle à lier après toutes ces réactions bizarres, à moins de croire qu'elle était ironique malgré son ton allègre, mais Ada se sentait tout simplement dans son élément avec toute cette situation, elle ne pouvait donc pas s'en empêcher... Ce monde la fascinait même si elle avait évidemment envie de trouver un moyen de rentrer à la maison. Elle ne pouvait pas rester ici éternellement, après tout. Et puis, peut-être que tout ceci n'était qu'un test. Il ne restait plus qu'à voir s'ils l'avaient réussi ou si tout ceci ne ferait que mener à d'autres aventures encore plus étranges avant de pouvoir quitter ce monde parallèle...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    4th Janvier 2013, 08:00

Une ravissante journée pour les fous tiens ! Notre cher chapelier regarde son pauvre gâteau saisir comme une vulgaire pâtisserie pourtant il n’est pas rit, c’est le gâteau du chapelier ! Pourquoi les gens sont méchants avec les gâteaux ? Il ne leur a rien fait le pauvre. Puis il commence à se disputer, le chapelier tape dans ses mains amusées de les voir se demander qui va le manger ! Puis la petite tombe approche la table ou se trouve le chapelier, le lièvre se cache sous la table de peur qu’un mauvais coup part de celle-ci. Puis elle commence à poser des questions. Elle attend une réponse. Pourtant les réponses sont des choses qui faut attraper ici, on les attend pas avec une tasse à la main ! Jeu ? Le chapelier éclate de rire à ce mot, un jeu. Elle veut jouer. Puis la petite blonde demande à l’homme de manger le gâteau. Mais quelle femme fatigante l’hôte ne mange jamais le premier ! Mais c’est comme des moutons, des petits moutons qu’il faut guider. Le chapelier se redresse de toute sa hauteur sur la table alors qu’il a été assis pendant leur petite conversation. Mais le lièvre de mars armé de sa cuillère fixe la tombe vivante.

« Comment ose-tu-dire qu’on est venue à vous ! On…C’est vous qui êtes sur une propriété privée ! Petite peste ! ….Elle va me manger ! »

Il retourne se cacher sous la table de peur de finir à la moutarde semble-t-il. Le chapelier rit à sa réaction. Il redresse son chapeau et s’appuie sur ça canne.

« Un jeu dis-tu petite tombe bien étrange. Si tu veux vraiment jouer on va jouer » Dit-il en souriant « Mais je ne savais pas que j’avais l’allure d’un ticket ! J’avoue avoir le teint pâle mais me dire qu’il se rapproche de celui d’un ticket… Enfin après c’est peut-être le ticket qui me ressemble le plus, il veut me plagier le petit coquin ! Il va falloir que je lui parle à ce ticket et lui expliquer qu’on ne me copie pas comme ça je réclame du sucre ! »

Il part complètement à la dérive dans son délire. Puis ce stop d’un coup pour se pencher un peu en fixant la petite. Puis un grand sourire apparaît sur le visage. Le taré saute de sa table et fouille dans son chapeau en plein air et sort une boîte.

« Vous savez la particularité de ses pâtisseries est qu’il s’accroche dans votre bouche, en fait vous ne pouvez jamais les cracher dès qu’ils ont touché vos dents ou vos langues… Vous ne pouvez que les avaler ! » Il rit à pleins poumons « Tu considères cela comme un jeu. Eh bien on va jouer avec tout ce beau petit monde ! »

Il prend un gâteau gris avec un petit visage de souris, et court très vite vers la jeune fille et lui met directe dans la bouche. Il ne se stop pas et court sur la demoiselle blonde et lui fait prendre un gâteau avec écrit -10. Puis après faire un bond en arrière il tire sur la cravate de l’homme et lui fait prendre un biscuit avec le signe féminin. Et pour finir notre sirène désignée ne pût échapper à cela, le gâteau eat-me elle l’a mangé de force grâce au chapelier qui lui a saisi la main et porté à ses lèvres. Après son action terminée il remonte sur sa table.

«Tu ne perds pas la main chapelière toujours aussi rapide ! »
« Hélas avant je mettais moins de 2 secondes pour nourrir 10 personnes la il m’a fallu 5 secondes pour 4, que je me fais vieux ! Enfin, il faudrait que je fasse du sport, déjà que je dois courser un ticket ! Mais passons ! »

Il traverse la table et s’assoit sur son siège qui ressemble à un trône et fixe sa petite foule avec un grand sourire.

« Bien maintenant que vous ressemblerez plus à ce que j’ai décidé. La tombe auras des oreilles est une queue de sourit. Il n’y aura plus d’homme parmi nous ! Car femme il sera. Un enfant de moins de 10 ans nous aurons, et une petite femme de la taille d’une tasse nous aurons ! C’est plus amusant que des personnes ordinaires non. »

Il tape dans ses mains en gardant se sourire incessant en fixant sa petite foule qui se transforme. Le lièvre s’assoit et regarde les invités changer, puis il se regarde dans sa cuillère et dit.

« Mais dans un jeu il y a un but non ? Il faut un but dans le jeu ! Sinon ce n’est pas un jeu c’est…c’est un jeu sans être un jeu ! »
« Eh bien, eh bien c’est simple, vous choisissez la règle pour gagner, c’est simple ça non. »

Le chapelier rit et reste à regarder la scène comme un simple spectateur. Mais comment on peut gagner un jeu dont on choisit nous-mêmes la réglé ? Seul le créateur de ce jeu le sait…mais en a-t-il lui-même l’idée de comment se finit ce jeu ? Mystère ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 258
Age : 18
Personnages préférés : Oz, Leo,
Double comptes : Zion & Ayumi

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    9th Février 2013, 08:33

Bon sérieusement, c’était quoi ce monde de taré encore plus taré que notre Neal national ? Le chapelier avait sérieusement un grain dans le cerveau et le lapin devait le lui bouffer ! Notre Chain avait une seule envie. Le ramener dans son laboratoire pour tester différente potion et voir même l’intérieur de ce type ! Puis pourquoi ne pas se faire un lapin à la moutarde par la suite ? Non, Neal devait rester sérieux et ne pas succomber à des pensées pareilles à cause de ce monde qui semblait essayer de les rendre complètement fou ! Notre adulte était quelqu’un de responsable et qui savait garder son calme. Enfin, c’est ce qu’il essayait de se faire croire aussi. Quand la petite sorcière évoqua que le taré devait être un moyen de sortir, Neal ne dit rien mais approuva mentalement. Pour simple réponse, notre homme s’appuya contre la table en attendant la suite des événements surtout que les deux autres ne faisaient pas grand-chose à part regarder. Proposer le gâteau au chapelier était une bonne idée mais, si l’homme voulait cacher quelque chose, il n’allait surement pas dire oui !

Enfin, c’était un bref résumé de la situation qui allait de pire en pire ! Le chapelier n’était pas spécialement content et le voilà en train de s’agiter de tous les côtés. Quand Neal remarqua que des gâteaux étaient distribué, il fit un pas en avant essayant de dire quelque chose mais se trouva rapidement avec un gâteau enfourné dans la bouche s’étant fait tiré par la cravate par ce stupide chapelier ! En premier lieu, Neal essaya de cracher l’aliment mais impossible ! La pâtisserie restait bien accrochée à sa mâchoire et il fut obligé de l’avaler si l’alchimiste ne voulait pas finir étouffer avec une mort complètement débile.

Comme notre scientifique l’avait pensé, ces gâteaux étaient des pièges ! Sa vue devint rapidement floue et il fut obligé de se tenir à la table pour ne pas tomber dans les pommes. Un mal de tête arriva soudainement comme si cette dernière allait exploser. Se secouant le crâne violemment, sa vue redevint normale… Même trop normal en voyant ce qui venait de se passer. Ses cheveux étaient devenus plus long. Environ au milieu du dos ainsi que deux bosses sur son torse. Ses fesses étaient aussi un peu plus rondes mais ça, il ne pensa pas à le regarder. Prenant rapidement une assiette à reflet posé sur la table, Neal n’avait pas rêvé ! Son côté masculin avait totalement disparu pour laisser place à une silhouette féminine. Ah petite chose qui lui traversa l’esprit. L’ancien homme ne sentait plus rien entre ses jambes… Bref !

Notre alchimiste se dirigea rapidement vers le chapelier et sous le coup de la colère, il le souleva par le col d’un air vraiment carnassier. Problème, cela fonctionnait beaucoup moins sous cette forme…

« Qu’est-ce que tu m’as fait ? Tu veux vraiment que je te fasse la peau toi ! »

De gros yeux surprit arrivèrent sur le visage de Neal. Sa voix était devenue plus aigüe allant avec son apparence. La journée devenait vraiment de plus en plus bizarre et notre Chain avait de plus en plus envie de se taper la tête contre le mur. Surtout que… Les autres semblaient aussi avoir des problèmes. En somme, le chapelier avait décidé de tous les tuer quoi ! Ou encore pire. Les humiliés de cette façon ! Ils allaient tous changer de sexe ? Hors de question que Neal soit la seule fille ! Voilà qu’il commençait é s’énerver mentalement. Ce n’était vraiment pas bon quand on connaissait le caractère de notre noiraud… Ou noiraude maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    24th Février 2013, 18:49

La situation ne faisait qu'empirer, le petit groupe allant de catastrophe en catastrophe. Comme si ce n'était pas assez de se retrouver coincés dans un autre monde en compagnie d'étrangers, il fallait qu'en plus, ils soient tous victimes d'un fou furieux... Voir deux si l'on comptait le petit lièvre qui semblait pourtant bien inoffensif jusqu'à maintenant... Certes, tout cela aurait pu être bien pire, aucun mal véritable ne leur ayant été fait, mais la situation n'était pas bien glorieuse pour autant. Fâché pour une raison ou une autre, l'homme au chapeau extravagant sortit des gâteaux supplémentaires de nulle part pour forcer les étrangers à sa table à les avaler, sans vraiment leur laisser le temps de réagir... Et ceux-ci collant au palais, une fois en bouche, il était impossible de faire marche-arrière malgré toute la volonté qu'ils pourraient y mettre ! Leur sort était scellé... Pour sa part, Ada trouvait qu'ils avaient un goût vraiment désagréable, ces petites pâtisseries. Ou alors... Cette sensation étrange... Était-ce autre chose ? Le monde lui semblait un peu plus grand à présent... Ses vêtements aussi d'ailleurs. Seules les explications du Chapelier vint éclairer tout un chacun. Les voilà tous plongés dans des rôles qui n'étaient pas leurs. C'était de la magie. Assurément. N'était-ce pas la seule explication possible ? Sa façon de penser aussi avait changé, comme si elle avait vraiment moins de dix ans. Sans doute était-ce mieux ainsi, d'un autre côté, l'empêchant ainsi de paniquer et de devenir complètement hystérique... Mais bon, il était encore un peu tôt pour se montrer si optimiste, elle fondrait peut-être en sanglots un peu plus tard, qui sait. Quoi qu'il en soit, c'est donc avec pour le moment un sourire un peu émerveillé qu'elle se mit à tirer un peu gentiment sur la manche de l'humaine devenue hybride, ayant complètement oublié son envie de quitter cet endroit. L'autre fille – enfin, celle qui était autrefois un homme – avait l'air de mauvais poil, elle lui faisait un peu peur... Et puis la troisième avait disparu, alors inutile de chercher de la compagnie de ce côté, n'est-ce pas.

« Joue avec moi, petite souris, joue avec moi ! Jouons... À cache-cache ! » s'écria la Bezarius avec l'enthousiasme un peu innocent qui caractérise tous les enfants.

Voilà ce qu'Ada avait décidé, pour sa part. Tel serait le jeu. Étant la première à avoir parlé concernant ce sujet, on pouvait dire que les dés étaient à présent lancés concernant leur sort, non ? Bien sûr, la « tasse » aurait un petit avantage, pouvant se dissimuler n'importe où, mais elle devrait aussi faire attention à ce qu'on ne l'écrase pas, ah ah ! Enfin, cet endroit était si étrange qu'il ne serait pas surprenant que les règles soient changées si une autre idée semblait plus agréables aux deux personnes qui les faisaient tourner en bourrique... Quoi qu'il en soit, la petite blondinette, elle, cacha ses yeux sous ses mains pour commencer à compter jusqu'à vingt, de sa voix un peu gazouillante. Il lui suffirait de trouver tout le monde pour gagner la partie ! Mais ce ne serait pas vraiment amusant si ce n'était pas tout le monde qui participait, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    27th Février 2013, 08:51

Une masse flottante de questions passa lentement dans l’esprit de la demoiselle. Le temps s’écoulait-il de la même façon dans cet endroit que dans celui où elle vivait normalement ? Les Chains pouvaient-ils entrer en même temps que les humains ? Apparemment non, puisque son compagnon n’était pas venu avec elle. Après, ce n’était pas non plus véridique puisqu’elle le savait assez malin pour avoir évité le danger lorsqu’il l’avait vu se profiler. C’était certainement cela. Alors qu’elle sortait totalement de la conversation qui se jouait autours d’elle pour se concentrer sur cette question. Pendant qu’elle ne savait rien de plus sur les autres, la demoiselle les considéraient tous comme des humains, donc, loin d’être potentiellement dangereux. Son regard se prolongea lentement vers la jeune blonde, Ada. Celle-ci était celle qui semblait la plus naturelle et la moins étrange. Michiyo se comptant largement dans le clan des étranges. Personne à part quelqu’un de foncièrement gentille, avait la possibilité de prendre des étrangers dans leurs bras. Ada était donc à mettre dans le lot des humains. Lentement, ses yeux clairs se baladèrent vers celle gratifiait du surnom de « tombe ». Certes, elle avait l’air distant, mais ce n’était pas pour autant qu’elle se devait d’obtenir un surnom aussi peu aimable. Alors, humaine ou pas ? De bas en haut et de haut en bas pour la détailler un peu plus. Si elle n’avait pas servi de tapis d’atterrissage pour l’antipathique, jamais Michi n’aurait fait attention à elle. Un visage passe partout. Une couleur de cheveux passant inaperçus. Mise à part son regard qui dégageait quelque chose d’extrêmement triste elle n’avait pas l’air différent de tout individu normal. Juste l’intime conviction de devoir la surveiller un peu plus que les autres. Cette demoiselle entrait donc dans la catégorie des semi humains en vue de modifications. Vint enfin le tour du dernier, en passant outre le lapin et le fou. Un individu plutôt bel homme, si l’on passe au devant d’un caractère à vouloir imposer le plus souvent ses opinions et façons de penser. Un quelque chose de dérangeant et qui intimait l’envie de ne pas s’en approcher de trop près. Malgré l’adrénaline poussant à vouloir s’approcher bien plus près pour découvrir multiples secrets. Semi humain aussi. Ce qui, au final, ne l’aidait pas forcément à savoir à qui pouvait-elle faire confiance ou non. Ada. Si elle avait voulu la poignarder, elle aurait largement pu le faire lors de l’accolade. Sauf qu’elle ne l’avait pas fait. Autant se méfier des deux autres dans ce cas précis. Voire se méfiait de personne puisque le but principal étant de s’entre aider pour sortir de cet endroit qui la rendait déjà folle à lier. Fermant les yeux quelques secondes, la jeune femme se décida alors à retomber dans les méandres de leur conversation de base et d’observer un peu plus la situation.

Début d’une nouvelle folie. Lascivement, elle écouta le débat entre fou. Fallait-il ou non manger ce gâteau ? L’homme n’avait pas tort. L’ayant touché la première, Michiyo aurait du le manger. Or, elle ne raffolait pas de sucreries. Quelques brides de conversations parvinrent jusqu’à ses tympans. Un ticket ? Dit dont, ce ticket était du genre coquin pour prendre la forme d’un humain. La jeune femme secoua doucement la tête. Si elle venait à se prendre au jeu, ce n’était pas dans son intérêt. Se tenir un peu à part de toute la conversation semblait la meilleure solution. Le moment de prendre part viendrai avec le temps, fallait-il seulement un peu de patience. Le discours redevait bien cohérant. Alors comme ça, dès qu’une pâtisserie était broche de la cavité buccale, il se devait d’être mangé. C’était une bonne idée. Le fait est qu’elle n’avait aucunement envie de manger quoi que ce soit. Un frisson lui parcouru alors l’échine avant de lui donner la chaire de poule. Ce genre de frisson qui annonce que quelque chose de déplaisant est tout proche. Ce quelque chose que l’on ne peut inévitablement pas éviter puisqu’il est écrit de la main de la Destinée elle-même. Quelque chose que Michiyo n’avait aucune envie de connaître. Ce sentiment fut déclenché avec l’apparition du mot « jeu » dans la conversation. Le ton n’avait pas forcément changé, mais quelque chose de plus malsain, comme une promesse s’en dégageait. L’envie de s’enfuir à toute jambe pris soudainement place dans son esprit. Sauf qu’elle n’en avait pas le courage. Pour aller où ? Se perdre dans l’immensité d’une forêt qu’elle ne connaissait aucunement ? Mauvaise idée. Seules ses mains se contentèrent de trembler. Tentant avec autant de mal que de bien de le cacher aux yeux des autres. Ne surtout pas baisser sa garde.

Une demi-seconde. Une foutu demi- seconde où tout se passa très vite devant ses yeux. Cette demi-seconde de trop où l’information fut trop lente entre ses yeux et son cerveau. Avant même qu’elle n’ait pu analyser la situation qui se passait devant elle, qu’elle avait déjà ce gâteau tant disputé dans la bouche. A peine avait-il touché ses lèvres qu’elle du l’avaler de force. C’était cela où l’étouffement assuré. Ecoutant alors les paroles du Chapelier, elle en put que constater avec étonnement les changements autours d’elle. Une nouvelle femme. Un hybride mi souris, mi humaine. Une enfant ? Et elle ? Avait-elle échappé à toute cette mascarade ? Que nenni. Le monde lui sembla rapidement plus grand. Le temps que pris Michiyo à se rende compte de ce qu’il se passait réellement, fut exactement le même temps pour que sa « transformation » se termine. De petites mains. Des petites jambes. Un visage minuscule. Bon Dieu, elle avait rétrécie. C’est à peine si elle mesurait désormais plus de vingt centimètres. Ironie de la chose, lorsque l’on savait que la demoiselle avait la désagréable habitude de se plaindre de sa petite taille. Voyant que ses habits avaient diminué en même temps que sa taille. La demoiselle tenta d’entendre quelque chose. La difficulté n’en fut que plus renforcé lorsque le bruit ressemblait à autre chose entendu d’en bas. Des mots difficiles à distinguer. Il fallait s’habituer à évoluer dans un mot qui nous semblait si minuscule à la base. Bah voyons, même les fourmis semblaient plus grandes qu’elle.
Michiyo décida alors qu’il fallait qu’elle se fasse remarquer pour ne pas que quelqu’un l’écrase en posant son pied au mauvais endroit. Secouant les bras, elle forçant un tant soit peu sur sa voix. Rien apparemment. Puis, la situation évolua. La terre se mit à trembler dangereusement. La jeune femme attrapa alors soudainement un brin d’herbe pour ne pas tomber. Qu’est ce qu’il se passait tout d’un coup ? Pourquoi était-elle la seule à ressentir la situation ? Relevant alors les yeux en se cachant au maximum du soleil, la jeune femme eu la désagréable surprise de comprendre. L’homme, du moins, la nouvelle femme faisait de grands enjambés en direction du Chapelier. Roulant soudainement sur le côté pour éviter de justesse de finir tel un vieux chewing gum sous une chaussure. Vraiment, faisait-il attention ! Soupirant, elle s’approcha du nouveau transsexuel pour lui taper sur le pied – n’étant véritablement pas certaine du résultat- avant de prononcer quelques paroles aussi fortement que possible.

« Fais donc attention où tu poses les pieds ! En attendant, ne s’énerver ne résoudra pas la situation. Attendons plutôt de savoir ce qu’il a à nous dire pour nous permettre de sortir ou au moins de nous rendre nos apparences. Puis tu auras tout le loisir de l’étrangler ou de lui faire avaler autant de ces mystérieux gâteaux que tu le souhaites. »

Michiyo Konoe se trouvait loin d’être certaine que son monologue soit entendu par qui que ce soit. Au moins, elle aurait le loisir de dire, si l’on venait à lui reprocher quelque chose, qu’elle les avait prévenu. Détournant son regard une nouvelle fois vers l’adolescente aux cheveux couleur blé, elle eut une nouvelle fois, la stupéfaction du changement. Celle-ci avait perdu quelques années d’un point de vue mental. Se souvenir, il fallait se souvenir de ce qu’avait dit le Fou. Voyons, plus aucun homme. C’était fait. Un hybride. C’était fait aussi. Elle était la fille aussi grande qu’une tasse. Une toute petite tasse soit dite en passant. Il ne restait par déduction que l’enfant de moins de dix ans. Et c’était elle. En y regardant de plus près, cela ne semblait pas vraiment être une mauvaise idée. Aucun d’entre eux, de ce qu’elle avait pu voir au début, n’avait l’air de grands joueurs. Tous perdu dans leur esprit d’adulte restreint et par conséquent, incapables de s’adapter à la situation présente et au moins qui n’est pas le leur. Or, avoir un enfant, permettait de connaître une autre vision du monde. Chacune de leur transformation leur permettait d’avoir une vision différente. Que ce soit du point de vue de l’homme, à celui de la femme. De haut à en bas. Et d’humain à « animal ». Cela était-il une manière de leur faire comprendre qu’il devait s’ouvrir un peu plus à ce nouveau monde pour en sortir ? Oui, ils devaient certainement apprendre à penser différemment. Chose difficile, lorsque l’on avait dépassé la barre des dix ans et que l’on se tenait cantonnait dans la vision que l’on se fait du monde.

Michiyo ne se sentait pas encore capable de se plonger totalement dans une manière de penser les choses, différentes. C’était bien vouloir briser toutes les barrières et les piliers forgeant son caractère. De plus, fallait-elle d’abord qu’elle se fasse voir et entendre de tous. Ce n’était pas de l’égocentrisme. Mais plutôt un besoin de ne pas se faire marcher dessus. En vue du rajeunissement mental d’Ada, les risques avaient augmentés d’au moins 90%. Ce serait une mort bien étrange, fallait-il l’avouer. Alors, elle poussa une nouvelle fois sur sa voix, qui lui sembla bien aigue sur le moment.

« Quelqu’un aurait-il ou elle désormais, l’obligeance de mettre à la hauteur de vue si possible ? »

Ce n’était pas dans son habitude de demander de l’aide. Mais cela faisait parti des cas de force majeur. Ne pas se faire écraser était même le numéro un. Au fond, autant mettre les aprioris sur les personnes de côté, au moins le temps de sortir. Elle aurait largement le temps de faire des recherches lorsqu’elle serait de nouveau capable de tourner les pages d’un livre.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar


Féminin Messages : 262
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert and Glen.~
Double comptes : Gilbert Nightray

Feuille de personnage
Nom & prénom: Kyrielle Hollystone
Nom du Chain : C'est elle le Chain...
Groupes: Chain


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    4th Mars 2013, 08:45

Quel magnifique monde de dégénéré. Oui, même aux yeux de notre sorcière pourtant habituée aux choses assez peu banales, elle devait avouer que cet endroit dépassait totalement l’entendement. Enfin, ce lieu ou encore ces êtres étranges qui semblent le peupler. Tandis que la demoiselle fouillait toujours dans sa petite tête pour tenter de trouver une réponse à cette foutu question de « Où sommes-nous ? », mais rien à faire, aucune réponse ne semblait vouloir venir à personne d’ailleurs. Coupée net dans sa réflexion, la jeune brune se retrouva la bouche encombrée d’une étrange pâtisserie, impossible de s’en défaire ! Pas qu’elle crachait sur la nourriture habituellement, mais on va dire qu’elle préférait pas vraiment goûter à ce qui trainait sur cette table en fait.. la boisson aucun soucis, elle savait désormais grâce au brun ici présent que cela ne lui ferait absolument rien, en revanche un aliment solide… Contrainte d’avaler pour ne s’étouffer bêtement, imaginez donc, mourir étouffée à cause d’un gâteau. Plus bête comme mort, tu meurs. Ah ah, c’était nul. Ce truc avec étrangement le goût de fromage, depuis quand on faisait des gâteaux avec du fromage hein ? Bon, ce n’était pas immonde non plus, mais Kyrielle s’en serait volontiers passé. Sans compter ce fourmillement désagréable qui parcourut rapidement son corps, tout devient alors flou durant une seconde ou deux ou pouf tout redeviens comme avant. Hu ? Qu’est-ce qu’elle avait fait cette pâtisserie ? Une étrange sensation lui parcouru l’échine, c’est alors que la brune se rendit au final compte qu’une petite queue de souris nous dépassait de sous sa jupe et s’agitait toute seule dans le vide. Pardon ? C’est quoi cette histoire encore… Passant sa main dans ses cheveux, ses mains percutèrent alors un obstacle inattendu. En effet, la voilà munit de bien grande oreilles, c’est ce qu’elle put en déduite en les touchants du moins, et surtout par le fait qu’elle avait désormais une ouïs bien plus élevée que tout à l’heure. Dérangeant.. oui très… Se grattant une de ses oreilles, qui ne n’étaient apparemment pas que poser là pour décorer, Kyrielle fut une surprise d’entendre une nouvelle voix qu’elle ne connait pas. Son regard se percuta alors sur Neal. Hu ? Une femme ? Ben voyons, chacun semblait avoir eu un effet différent. En tout cas, le fait de le voir sous des traits féminins ne pouvait que faire lâcher un sourire à la demoiselle, pour sûr, si un jour elle le revoyait elle n’oublierait pas cette vision de sitôt ! Eh bien quoi ? Autant prendre tout ça avec un peu de légèreté plutôt que de rester sérieux. De toute façon rester sérieux ici revenait à devenir fou…

Alors que la demoiselle cherchait ce qu’était devenue les deux autres filles, son attention fut attiré par un contact sur sa manche. Baissant la tête, qu’elle ne fut pas sa surprise de voir la jeune blonde de tout à l’heure avec les traits d’une enfant de dix ans pas plus. Cette dernière semblait demander de jouer à cache-cache avec elle. Surprise, elle n’eut pas vraiment le temps de répondre que la voilà déjà repartie pour se mettre à compter. Monde de fou, monde de fou… Et ce n’était certainement pas finit ! Voilà qu’une petite voix agui parfaitement perceptible grâce à sa métamorphose passagère vint lui crisser les oreilles. Une femme miniature c’était le mot. Fermant un instant les yeux, Kyrielle souffla un coup. Bon.. sortir d’ici n’allait certainement pas être une partie de plaisir. Finalement, elle s’accroupit devant la petite femme aux cheveux bleus et lâcha.

- Ne bouge pas trop… La chute serait rude…

Remarque certainement inutile vu la logique de la chose. Mais les réactions humaines peuvent être parfois étranges dans certaines situations. En espérant qu’elle ne dise trop rien de sa température corporelle bien plus froide que celle d’un humain normal. Tendant doucement la main pour qu’elle monte dessus, elle attendit tout de même que cette dernière s’agrippe si besoin à quelque chose pour qu’elle ne chute pas lorsqu’elle se releva et la posa sur sa frêle épaule. Pas beaucoup de place, mais on va dire que vu sa taille elle avait largement la place de s’y mettre. Bon, maintenant il ne faut pas sautiller dans tous les sens, ce serait bête qu’elle ne s’écrase par terre… Pas sûr qu’elle s’en sorte comme une fourmi le ferait. Bref, se retournant vers l’enfant aux cheveux dorés, elle s’approcha doucement d’elle pour lui prendre la main afin d’attirer son attention. Doucement elle parle une nouvelle fois-cette fois-ci à son attention.

- Non.. on ne vas pas jouer à cache-cache. Elle sourit tout de même. Un autre jeu d’accord ? Sortir de cet endroit, et cette fois nous allons tous jouer.

Histoire de tourner la chose de façon plus sympathique pour l’enfant quoi… Mais de toute façon c’est ce qu’ils devaient faire. Jouer à ce jeu absurde pour espérer pouvoir retourner dans le monde réel avec des corps normaux ? Accompagnés des deux demoiselles elle retourna auprès de l’ex-homme du groupe.

- L’étriper ne sert à rien dans l’immédiat… Elle ne put s’empêcher de sourire une nouvelle fois en le regardant. Non vraiment la métamorphose.. voilà quoi. Le Chapelier nous dira bien ce qu’il faut faire pour sortir d’ici maintenant qu’il s’est amusé. N’est-ce pas ?

Finit-elle par conclure en regardant le chapelier et tout en tirant légèrement sur la chemise de Neal histoire de lui faire comprendre de reculer. Inutile de le faire repartir dans un autre délire de ce genre. Un gâteau suffisait amplement, allez savoir ce qu’ils allaient devoir faire pour sortir de là.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Compte de Gilbert~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    7th Avril 2013, 00:11

Pas drôle, pas drôle, non, non ! Pourquoi les gens qui sont là, n’ont-ils aucun humour ? Si nul, pourquoi le chapelier est-il fou ? Le lapin de mars panique comme pas possible car il voit que la colère des invités n’est pas dans la joie. Au moins la seule à prendre tout dans l’humour c’est la petite blonde, a si amusante… Mais la souris n’est pas le genre à vouloir jouer, tout comme cette femme qui a l’air de faire sa crise de la trentaine, car oui cette crise existe ! Le chapelier balance sa tête de gauche à droite admirant sa bêtise comme pas possible. Puis il se lève sur sa table à lui et lui seul. Alors, ils leur font donc quelque chose pour les guider, de vraies brebis ! Le fou saute de sa table et saisit la petite blonde qui elle a plus de gout pour s’amuser au moins.

« On va s’amuser avec ces adultes aussi stupides et peu imaginatif ! Ah mais je suis adulte ? Non je suis fou, fou du thé ! Ou plutôt fou tout court, mais comment on peut être fou tout court ? Un fou n’est pas court, je suis grand ! Donc je suis un grand fou ? Ah mais oui je suis un grand fou ! Donc si je suis grand je suis donc adulte ? Non je suis fou ! Alalalala je me perds, je me perds. Mais non je suis déjà perdu c’est vrai, et qui donc va se perdre avec moi ?»

Dit-il en ricanement et en affichant un grand sourire sur les lèvres. Le lapin se cache sous la table très peu rassuré par cet homme, qui a découvert la femme qui est en lui. Il n’est vraiment pas drôle. Le chapelier tient bien la petite blonde avec un sourire, il est tant de s’amuser un peu avec tout ce beau monde !

« Eh bien, eh bien c’est d’accord. Vu que vous n’êtes qu’une bande d'idiots pas finis, sans imagination, qui parmi vous, l’un de vous pense que la violence résout quelque chose, c’est vraiment une idiotie comme la pire des idioties qui soit des idioties ! Enfin après a toi de voir non ? Mais ne pleure pas de ne plus pouvoir sortir, ah mais tu es une femme c’est vrai ! Tu as le droit de pleurer sur ton sort ! Mais bon il faut donc tout dire, toujours tout dire, toujours tout faire, toujours tout perdre, toujours tomber, toujours tout de tout en plus de tout ! »

Il se marre tranquillement et retourne s’assoir sur sa table, il pose la petite blonde sur ses genoux, puis il regarde la jeune femme bleu, enfin la petite femme bleu plutôt. Elle veut donc prendre un peu de taille ? Un grand sourire s’affiche sur son visage a ce doux fou. Il saisit un bonbon ou on voit une flèche monter vers le haut. Surveiller ses propos devant le chapelier est une chose à faire à mesure !

« Eh bien d’accord ! Ton souhait est exaucé tu vas faire 3 mètres bientôt ! Cela te convient à mesure de ta vue? Fait attention de ne pas nous écraser petite sirène ! »

S’amuser à changer tout le monde comme il veut, puis vu le futur jeu qui pourrait bien suivre, cela ne va faire que les handicapés, mais avant ça… S’amuser avec ce qu’on a déjà ! Il balance sa tête de gauche à droite, cherchant à mettre en forme une petite idée en tête. Puis un large sourire s’affiche, il enlève son chapeau et s’amuse avec en gardant se sourire presque énervant.

« Une conversation se poursuivait à n'en plus finir, l'un tentant d'expliquer à l'autre qu'il avait bien compris, mais qu'ils ne parlaient pas du tout de la même chose, et l'autre répétant sans cesse que s'il s'agit bien de ce dont ils ne parlent pas, il fallait y prêter attention, ce qui était évident, sauf que comme ce n'était pas la meilleur réponse à cette question, ce n'était pas vraiment pertinent dans ce contexte.» il ricane « Alors dites moi quelle est la réponse à cette question ! »

Il s’affale sur sa table parmi les gâteaux et les boissons plus étranges que les autres, fière d’avoir posé une question plus pertinente que Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau. Ah c’était le bon vieux temps tout ça, il était jeune, beau, fou bref tout pour plaire ! En espérant que ce petit jeu continue comme il est, qu’on s’amuse bien de ce monde merveilleux qu’est celui-ci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 378
Age : 23
Personnages préférés : Elliot
Double comptes : Sora Enderstar, Elysabeth Merryfalls

Feuille de personnage
Nom & prénom: Heileen Blauereiss
Nom du Chain :
Groupes: Sorciers


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    22nd Avril 2013, 01:37

Une journée ordinaire, voilà ce qu'Heileen pensait vivre. Un réveil banal à la lumière du jour que laissaient passer les fenêtres de sa chambre et une matinée agréable par un temps ravissant, rien qui ne sortait du train-train quotidien en somme. La décision qui changea toute la donne fut celle de sortir, vers treize heures. Mais comment faire autrement quand on a rendez-vous ? Décidément, à croire que le destin existe vraiment. Une fois dehors, elle laissa distraitement ses oreilles capter les murmures de la capitale tout en déambulant, les bras croisés derrière le dos. Comme à chaque fois depuis un certain temps déjà, une rumeur lui parvint rapidement : des lumières aspiraient toutes les personnes qui les approchaient pour les faire tout bonnement disparaître. En voilà, une chose bien étrange, et très franchement notre petite sorcière avait bien du mal à y croire – pourtant ce n'était pas faute de ne jamais avoir affaire avec des événements surnaturels. Bref, que cette histoire s'avère véridique ou non, pour l'instant elle avait bien mieux à faire : courir pour ne pas être en retard, il faut dire que jusqu'ici elle avait prit tout son temps à marcher aussi vite qu'un escargot.

Où est-ce qu'Heileen se rendait aussi précipitamment ? À la bibliothèque ! Non non, elle ne voulait pas lire, mais son cousin y avait un emploi et ils s'étaient arrangés pour passer l'après-midi ensemble après son travail. Une fois arrivé à proximité de sa destination, la jeune femme ralentit le pas et regarda l'horloge. Tout juste, ouf. Ses yeux bleus allèrent ensuite faire le tour des environs à la recherche de Reita, dont l'imposante stature était d'une grande aide pour le coup : il entra rapidement dans son champ de vision. Avec un sourire malicieux, la brunette se rapprocha discrètement de lui pour passer ses bras de chaque côté de son cou et couvrir ses yeux de ses mains... Raté, la différence de taille était bien trop grande, elle ne réussit qu'à s'écraser contre le dos de son cousin, emportée par l'élan pris pour tenter sa chance. Au moins, elle avait quand même réussi à le surprendre normalement. Quand il se retourna, l'occidentale lui adressa une mine joyeuse.

-Reita ! Tu vas bien ?

Un échange bien banal, puis les deux Blauereiss se mirent en route. Au bout de quelques mètres, ils tournèrent pour emprunter une ruelle qui devait leur servir de raccourci. Je dis bien « devait » parce qu'au final cela les éloigna plus qu'autre chose : une vive lumière fit son apparition juste devant eux. Toute personne saine d'esprit serait choquée de voir ça, et Heileen ne fit pas exception. Mais une fois l'abasourdissement passé, la curiosité prit la relève et elle se pencha légèrement, pensant être assez loin pour que rien n'arrive. Une erreur qu'elle réalisa bien vite puisqu'une force étrange commença à la tracter vers l'étrange apparition, ne lui laissant aucune échappatoire possible apparemment. La peur planta ses griffes froides en elle et, dans une tentative désespérée d'échapper à la tâche lumineuse, l'apprentie vétérinaire s'accrocha à la chemise de son cousin, mais la main invisible qui la tirait avait tellement de force que lui aussi fut emporter. Quand elle se sentit emportée par la lumière, ses yeux se fermèrent par réflexe.

.....

Un éclat de voix, une femme de très mauvaise humeur. Ses paupières se relevèrent brutalement, comme si elle venait de faire un cauchemar. La première chose qu'Heileen vit fut un magnifique ciel, digne des plus belles journées d'été. Elle était tombée dans les pommes ? C'était fort possible, vu le mal de crâne horrible qui pulsait douloureusement sous ses tempes. Lâchant un petit juron, la jeune zoophile se rendit compte qu'elle était allongée et entreprit donc de se redresser en se massant le haut du crâne d'une main. Tiens, et l'autre main alors ? Portant son attention dessus, la jeune femme réalisa qu'elle tenait encore son cousin, qui semblait tout aussi fraîchement réveillé, par la chemise et le lâcha donc.

-Tu n'as rien ? S'inquiéta la cousine.

Se relevant en s'étirant, elle sentit que quelque chose clochait... Ses vêtements ! Sa robe toute simple avait laissé place à une tenue qui rappelait un costume de clown, en plus féminin tout de même puisque à la place du traditionnel pantalon bouffant se trouvait une sorte de tutu dont la couleur était assorti à ses yeux, avec en-dessous des collants violets clair. Ses chaussures aussi faisaient penser aux pitres, mais seulement par leur forme, sinon rien d'exceptionnel n'était à noter sur ces pantoufles noires. Quant au haut, elle portait une chemise violette foncée assez ample, portée sous une longue veste bleu claire, le tout accompagné d'une cravate noire dotée d'une clochette blanche à son extrémité. En voulant passer ses doigts dans ses cheveux, la sorcière se rendit compte qu'on l'avait affublée d'un chapeau de bouffon, bleu et violet, dont les bouts supportaient tous les trois le poids d'une clochette noire. Sa chevelure, elle, avait été attachée en une longue natte retenue par un ruban blanc et bleu sombre. La demoiselle s'observa sous toutes les coutures et trouva son accoutrement ridicule, mais ce qui l'acheva fut ce qu'elle sentit sur son visage : on lui avait mis un nez rouge, le détail qui finit de la dépiter. Elle s'assura tout de même en utilisant ses mains désormais gantées que son visage n'était pas peinturluré par quelque maquillage que ce soit, mais seul du rouge à lèvres avait été mis. Dans un accès d'incompréhension totale, la brunette lâcha quand même une question à haute voix.

-Mais... D'où sort cet accoutrement ridicule ?

L'inspection maintenant terminée, Heileen soupira et étudia le paysage étrange et inconnu qui s'étendait autour d'eux, puis se tourna vers son cousin, mais son regard fut attiré par ce qui se trouvait derrière lui : une table immense, chargée de théières et de gâteaux, ainsi que des personnes. Quatre pour être précis, dont une enfant blonde assise sur les genoux d'un homme chapeauté. Il y avait ensuite une magnifique femme qui portait des lunettes de soleil, ainsi qu'une brune avec des oreilles de souris... Mais, cette brune, ne serait-ce pas...

-Kyrielle ?

Alors là, si notre future vétérinaire s'attendait à ça ! Revoir sa semblable en ce lieu étrange, quelle coïncidence ! Rassurée de voir un visage connu, elle s'approcha de Kyrielle puis regarda tour à tour tout le monde pendant que l'homme étrange assis sur la table... Posait une question ? Mhh, on dirait bien oui. Haussant un sourcil, la demoiselle d'occident décida de tenter de s'informer.

-J'en ai aussi, des questions : où sommes-nous et que faisons-nous ici ?

Parce qu'il était évident que c'était un tout autre monde dans lequel elle s'était retrouvé. Encore heureux que sa nature soit un plus dans les situations improbables, surtout pour les accepter.


[HRP : voilà, je m'incruste >w<]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Je suis aussi prophète qu'une carotte !" Merci mama Edwi pour ce magnifique kit ♥️
DCs : Sora Enderstar, Elysabeth Merryfalls. Couleur : cyan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 26
Age : 21
Personnages préférés : Vince, Leo, Gil, Elliot et Jack
Double comptes : Revis & Grey


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    27th Avril 2013, 02:27

La journée avait commencée comme toute les autres, sans rien qui annonçait quelque chose d'anormale. Cependant c'était le cas de toutes les journées où il finissait par se produire des choses qui n'étaient pas prévu, non ? On ne peut malheureusement jamais prévoir quand notre vie décide de soudainement basculer, alors on la laisse défiller sans penser au lendemain parce qu'il ne sert à rien de s'inquiéter sans prendre le temps de profiter de notre vivant. Ce jour-là était donc, pour le moment, ce que l'on pouvait qualifier de normal. Un temps agréable et son habituel travail -qui n'était pas habituel depuis bien longtemps, soit. Enfin, il n'avait pas à faire son travail de serveur aujourd'hui, c'était donc à la bibliothèque qu'il s'était rendu pour la matinée et, en début d'après midi, Heileen devait venir le chercher pour qu'ils passent l'après-midi ensemble.

Pendant qu'il s'occupait de ranger quelques livres sur les étagères appropriées, il entendit deux personnes discuter d'évènements qui se seraient produit durant la nuit et qui continuait encore maintenant. Il s'agissait d'étrange lumières blanches qui entraînaient les habitants dans un monde tout aussi bizarre. Résultat les civils étaient tous effrayés à l'idée d'être eux aussi victime de ce lieu dont bien peu de personnes parvenaient à sortir. Notre jeune homme ne savait pas s'il devait croire à ses rumeurs ou non, seulement une rumeur contient toujours une part de vériter et, dans cette histoire, quelle qu'en soit la part de verité ça n'annonçait rien de bon et Reita se souvenait encore de cet homme qu'il avait traqué avec sa cousine et qu'il avait vu disparaitre, comme aspiré dans un gouffre. Il espérait alors qu'il ne s'agissait pas de la même chose. Il n'eut pas l'occasion d'y réfléchir plus longtemps qu'un léger choc se laissa ressentir dans son dos et en se retournant il pu découvrir qu'il s'agissait d'Heileen à qui il adressa un sourire indulgent -sûr qu'elle s'était encore laissé suprendre par sa taille.

-Tout va bien ! Toi aussi apparemment.

Sa mine joyeuse en disait bien assez sur la façon dont elle se portait alors les deux entamèrent leur chemin. Ce dernier les mena à une ruelle étroite comme on en trouvait beaucoup dans la ville, il devait leur servir de raccourci sauf que cette utilité ce trouva remise en question suite à ce qui leur arriva. Le bon côté était qu'au moins, notre blond avait la preuve que ce dont parlait la conversation qu'il avait surpris dans la matinée était vrai puisque la preuve apparu rapidemment devant ses yeux : une soudaine et vive lumière blanche. En voyant sa cousine s'y diriger, il voulut l'arrêter mais elle resta à une distance sécurisée d'elle alors cela ne risquait rien. C'est du moins ce qu'il pensait et à tord ; sans lui laisser le temps de réaliser ce qu'il se passait, la lumière se mit en quête de prendre possession d'Hei qui, par reflexe, s'agrippa à lui et elle les emporta tous les deux.

~~~~~~

Ses yeux s'ouvrirent doucement, comme s'il sortait d'un rêve, mais sans se souvenir s'être endormi. En voyant ce qui l'entourait, il pensa être toujours dans son rêve finalement. Le ciel était magnifique, plus beau encore que celui qu'il avait eu le matin même ; ce qui était moins beau par contre, s'était son mal de crâne qui lui indiquait que la chute apportée par la lumière ne lui avait pas de bien. Mmh, il ne se souvenait pas non plus d'avoir chuté, pourtant s'était la sensation que lui donnait ses souvenirs, étrange. Bien des choses pouvaient actuellement être qualifiées d'étrange en fait. Bon, l'important pour l'instant c'était... ah, ça va, la brune était près de lui.

-Je vais bien, je crois.

Oui, je crois, comment en être sûr quand on se retrouve embarquer dans une histoire aussi étrange ? Tout de suite une question importante se pose : où sont-ils et comment sortir d'ici ? Voilà une histoire qui était bien peu commune. D'après les rumeurs qui circulaient, ils étaient plus d'un à être tombé dans ce piège donc il devait certainement y avoir d'autres personnes qu'eux. A peine y avait-il pensé que son regard est attiré par les vêtements de l'apprentie vétérinaire : on peut dire qu'ils sont original, mais complètement différent de ceux qu'elle portait un peu plus tôt, si la situation n'était pas aussi grave il en aurait rit de bon cœur. Résultat il regard à son tour les siens pour voir s'ils ont changés eux-aussi. Il n'y avait rien de différent, si ce n'était les couleurs : elles étaient très vives, avec ça il n'était pas près de se faire discret ou d'arriver à se camoufler au cas où l'envie le prenait. Le passionné d'écriture se demanda si une personne s'était amusé à les habillés pendant qu'ils étaient évanouis, il revient néanmoins vite à la pensée qu'il y avait peut-être d'autres victimes se trouvant ici.

En se retournant et suivant le regard de sa cousine, il eut la réponse à sa question. Plus loin se trouvait une grande table, préparée pour l'heure de thé -bien que ce ne soit actuellement pas l'heure du thé- avec théière, gâteaux en tout genre et des personnes qui s'y étaient rassemblés. Il semblait y avoir un peu de tout que ce soit homme ou femme, avec parfois un accoutrement un peu particulier et même une enfant. L'une d'entre elle devait être une connaissance d'Heileen puisqu'elle l'interpelle, mais lui ne l'avait jamais vu ; le plus étrange restait l'homme au chapeau qui était justement en train de parler. Il donnait l'air d'être celui qui en savait le plus sur l'endroit, étant donné la manière dont il s'adressait aux quatre autres personnes, donc Reita aurait voulu lui demander des information mais vu devancé. C'était aussi bien, il n'était pas réputé pour être bien bavard et encore moins pour savoir choisir ses mots, même si pour cette situation, la phrase à donnée était loin d'être compliqué, enfin on ne sait jamais.

L'après-midi s'annonçait bien agité en tout cas.

[Je m'incruste aussi ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 258
Age : 18
Personnages préférés : Oz, Leo,
Double comptes : Zion & Ayumi

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    29th Avril 2013, 01:55

Bon, la journée était loin d’être finie malheureusement pour notre homme qui avait sérieusement envie de retrouver son corps et ne plus être déranger par cette paire de poitrine que Neal avait juste envie de couper avec un des couteaux se trouvant sur la table. L’alchimiste était assez friand de cette partie de corps, mais pas sur lui voyons ! On va dire que ce n’était pas spécialement amusant de se tripoter tout seul alors que ses mains préféraient celui d’une autre femme. Enfin, en partons pas dans ce genre de débat car avec notre homme, cela pouvait certainement faire très peur. Ou plutôt les femmes lisant se récit aurait certainement peur de notre Chain qui n’était pas connu pour sa douceur. Une preuve ? Comment sa colère lui avait fait empoigner le chapelier sans aucune gêne et dans l’idée de lui arracher la tête et de le mettre comme ornement pour un des bouquets de fleur se trouvant sur la table. On dirait bien que cet endroit faisait en sorte que les envies de meurtre de Neal deviennent de plus en plus grandes à cause de cet imbécile ! La jeune bleuette venait de passer de quelque centimètre à environ trois mètres de haut. Là, on pouvait maintenant dire que Neal n’était plus celui qui avait plus de poitrine maintenant ! Bien que cette pensée ne lui traversa pas le moins du monde l’esprit à cause de son mauvais caractère.

Comme si la situation n’était pas déjà assez ennuyeuse, deux personnes en plus, tombèrent de nulle part. Ces deux-là semblaient aussi se connaitre ce qui ne devait pas arranger la situation ! Était-ce des complices du chapelier ou encore des nouveaux arrivants complètement perdu ? Ce qui énervait le plus joli, c’était que des humains pouvaient le voir sous cette apparence alors que normalement, il était un homme ! Le Chain pria pour que les souvenirs soient effacés s’ils arrivaient à sortir de cet endroit complètement déjanté ! Bien sûr, le noiraud ne manquerait pas de prendre quelque chose pour étudier ces drôles de comportement ainsi que cet univers. Il pouvait certainement y trouver quelque chose de pratique pour ses potions. Puis le vieux taré ouvrit une nouvelle fois la bouche en disant quelque chose d’incompréhensible qui semblait être une question sans queue ni tête. Le scentifique était fort en ce qui concernait les interrogations, mais quand celles-ci étaient dotées de logique et pas un charabia incompréhensible dit d’un vieux qui allait surement clamser dans pas longtemps. Soupirant un grand coup, il ne prit pas la peine de répondre aux nouveaux arrivants ne pensant qu’à lui comme d’habitude.

« Tu peux pas arrêter de parler et nous faire sortir d’ici ? Tu vas nous sortir quoi encore, que tu as des seins à la place de tes couilles ? »

Et que c’était trash, mais Neal n’était pas connu pour sa manière sympathique de parler et surtout de mâcher ses mots. Encore moins quand la situation était en train de lui sortir littéralement par les deux oreilles ! S’énervant une nouvelle fois tout seul dans son coin, il prit la petite Ada avant de la poser dans les bras du chapelier fou et de se reculer un petit.

« Tu sembles aimer les petites choses, tiens cadeau et tu nous laisses sortir d’ici maintenant ! »

Oui, on pouvait dire que Neal venait de donner la petite enfant blonde en cadeau pour essayer de sortir de cet endroit. Après tout, ce n’est pas ce qui devait manquer dans les alentours et encore moins à Réveil ! Une gamine de plus ou de moins n’allait pas faire la différence dans les villes et un sacrifice était toujours bien pris ! S’il savait que la petite était dans la même famille que son pire ennemi, tout pouvait exploser facilement autour d’eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    29th Avril 2013, 08:25

Comment ? Le jeu était de trouver un moyen de sortir d'ici ? Mais pour aller où ... ? À l'extérieur de la maison du chapelier, il n'y aurait qu'un monde désolé et sans doute sans queue ni tête, ou alors, une autre maison... Oui, après tout, elles pouvaient très bien toutes être reliées les unes aux autres... Il était impossible d'avoir la moindre certitude, dans un monde parallèle. N'empêche, ce serait triste, un monde sans ciel et sans verdure, sans fleurs... Un monde bien froid uniquement rempli de personnes étranges et de meubles... Cette simple idée donnait presque envie de pleurer à la petite Ada. Heureusement, la dame qui lui avait dit tout cela était gentille et elle avait un joli sourire, alors le drame avait été évité sans trop de difficulté. Après tout, il n'y avait rien de pire qu'un gamin en pleine crise ! Et voilà de nouvelles personnes arrivées de nulle part... Tombaient-elles du ciel ? La pluie de ce monde était-elle donc faite des personnes vivant de l'autre côté des lumières qui les avaient amené ici ? Tous ces détails attirant l'attention ne donnaient pas vraiment envie de réfléchir à cette drôle de question qui avait été posée... Si l'on pouvait vraiment dire qu'il s'agissait d'une question, car on aurait plutôt pu dire qu'il s'agissait d'une énigme, tout simplement. Aucune véritable information ne leur avait été donnée, ni le sujet de conversation, ni même ladite question à laquelle il fallait trouver réponse. C'était déroutant et encore plus pour un enfant de moins de dix ans qui n'est pas habitué à se soumettre à de tels exercices de logique...

« C'est une devinette beaucoup trop compliquée ! Donne-nous un indice. » déclara-t-elle finalement en croisant les bras, l'air boudeur, n'ayant même pas peur de fâcher ainsi leur hôte.

Et puis, le chapelier n'avait-il pas dit lui-même que les adultes ici présents étaient idiots ? Peut-être cela le rendrait-il plus conciliant, même s'il était fou, ce que plus personne ne devait contester à présent... De plus, il semblait apprécier la blondinette, la gardant sur ses genoux. Cette dernière n'y voyait pas vraiment d'inconvénients, c'était confortable et beaucoup moins épuisant que se tenir debout. Toutefois, n'aimant pas attendre sans rien faire, habituée à cet âge à vivre toutes sortes d'aventures avec son frère et Gil, Ada fit le tour de la table pour aller chercher l'un des morceaux de gâteau restants, n'ayant pas vraiment pu le déguster tout à l'heure. Seulement, la grande femme colérique prit Ada en disant quelques gros mots pour ensuite la reposer dans les bras du chapelier... Une bien mauvaise idée. Si le bonhomme lui était sympathique, la demoiselle n'aimait pas du tout l'idée d'être entraînee dans tous les sens comme un vulgaire paquet cadeau que l'on se passait avant d'oublier, encore moins si c'était pour la privée d'une sucrerie. Ses lèvres se mirent à trembloter et sans plus attendre... Ses grands yeux se remplirent de larmes, emplissant l'air de quelques cris et sanglots. Ce qui ne devait pas être bien utile pour réfléchir.


« Méchante ! Méchante ! »

Décidément, la situation ne faisait que se dégrader au fur et à mesure que le temps passait. Allaient-ils seulement réussir à sortir d'ici s'ils ne s'entendaient pas ?! Et les deux nouveaux arrivants qui n'avaient pas été touchés par un changement quelconque, ce qui semblait bien injuste... Qu'allait-il leur arriver, à eux, pouvaient-ils vraiment se joindre à la partie alors que celle-ci était déjà débutée, même s'il ne s'était pas encore passé grand-chose, ou devraient-ils plutôt attendre leur tour ? Tant de mystères... Tout de même, Ada aurait sûrement bien honte de son comportement si elle en gardait le moindre souvenir lors de son retour à la normale, d'autant plus si elle apprenait qu'elle avait côtoyé des sorciers... Bien que le premier point soif tout de même plus plausible que le second...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    31st Mai 2013, 01:50

La patience était considérée comme une vertu. Une étrange, mais puissante vertu. Faire preuve de patience, étant de montrer aux yeux du monde entier que l’homme est civilisé. Qu’il vit dans le même état d’esprit que les plus grands penseurs d’une société. Etre capable de se maitriser. D’attendre et d’apprendre. Ne pas croire, que tout tombera préparé dans un bec ouvert. Non. La patience, s’est avant tout, apprendre à vivre et à évoluer sans vouloir se presser. Mettre ainsi le facteur temps de côté, ne serait-ce que pour quelques minutes. Ces mêmes minutes, qui n’existeront plus, lors de la réflexion. La patience est une vertu. Une vertu qu’il faut maitriser. C’est devenir sociable dès le plus jeune âge. Savoir attendre que les choses viennent à soi. Ne pas forcer la main, pour ne pas mettre en colère un homme violent. Cet homme violent, son père. Ne pas pleurer comme un enfant pour obtenir quelque chose. Attendre que les langues se délient pour comprendre une situation. La patience, c’est de ne pas forcer la main à quelqu’un. Savoir prendre le temps de respirer pour laisser son cerveau réfléchir. La patience, c’est la difficulté de réprimer l’impulsivité. Le fait de faire taire, en serait-ce que pour un instant les vieux démons de l’Homme avant de devenir société. L’être humain, n’est pas par nature patient. Tout doit venir rapidement. Il chasse pour obtenir sa nourriture, au lieu de laisser la nature lui fournir. Il détruit la terre pour obtenir les meilleures plantes ainsi que les plus importants minéraux. Au lieu de patienter quelques décennies, que la Terre lui offre. Non, l’homme n’est pas patient par nature. Il y a besoin de tout avoir d’un coup. Uniquement pour lui. C’est avec la révélation de l’état sociétal de l’homme, que celui-ci commence à réagir. Il ne peut plus vivre seul. C’est fini de se la jouer personnel. Shit. Il n’avait pas besoin de ça. De tous ces hommes et femmes, comme lui, qui ont toujours joué selon leurs propres règles. Pour satisfaire leurs uniques besoins, sans se soucier du monde qui l’entour et des répercussions de ses actes sur le futur. Non. Maintenant, il va devoir être patient. Attendre que les autres s’allient à lui pour réaliser quelque chose. Que la Nature lui en offre les capacités, sans fouiller jusqu’au fond de ses entrailles pour trouver des trésors.
Le propre de l’être humain n’est pas d’être patient.
Mais il va devoir l’apprendre.

Ainsi, on apprend très tôt aux enfants à en faire preuve. Ils doivent ainsi attendre l’heure du goûter pour pouvoir manger quelque chose de sucré. Attendre les invités pour s’asseoir à table au moment du repas. Savoir être patient, sans être turbulent dans une salle d’attente dans un but quelconque. Dont le principal sera d’être soigné. Le temps est difficile à gérer. Mais il est facile d’avouer ou du moins, de créer une relation entre la difficile patience et la douce attente. Deux sujets compliqués, mais généralement complémentaires. Pourtant, malgré toute l’évolution de l’homme, de sa façon de vivre. Les caractères eux, sont distincts de ces changements au fur et à mesures des siècles. C’est le propre de l’être vivant, de se distinguer des animaux et des plantes de part un caractère. Ou tout simplement de se distinguer des autres individus. Pourquoi feraient-ils donc comme tout le monde ? Pourquoi serait-il un mouton patient ? Non, il est un loup impétueux, il agit selon ses instincts primitif. Généralement, l’impulsivité ne va pas de concert avec la patience. Un caractère fort ne pourra jamais devenir docile au point d’écouter les conseils des autres. La patience, c’est pour les faibles. Ceux qui croient réellement que le temps pourra les aider. Non, ces hommes ne sont patients que pour de rares occasions. Dans leurs esprits, tout est déjà calculé. Rien n’est laissé au hasard. Rien n’est laissé dans le sillage de la patience. Pourtant, parfois, ils savent se contenir. Mais ce n’est rien de plus. Il ne faut pas s’attendre à de grands miracles de patience. La société telle que nous la connaissons, ne leur permet pas de contrôler le feu qui les anime. Plus proches des animaux qui des humains, ils agissent selon leurs instincts. Alors non. Non et encore non. Ne venait pas leur parler de votre humanité et de la patience d’attendre des évolutions. Ce sont des visionnaires. Des actifs et non des passifs. Apprenez à le comprendre.


Michiyo n’était pas une grande patiente. Son esprit tournait toujours et encore pour trouver une solution. Surtout, qu’elle ne supportait pas les imprévus comme celui-ci. Comment, une journée aussi banale soit-elle. Si, le terme banal peut-être associé à une contractante. Pouvait-elle se transformer en un enfer vivant, dans un monde que personne ne semblait connaître ? Comment, en moins de deux heures, pouvait-elle s’être retrouvée affublée d’une robe de princesse. Avoir perdu plusieurs tailles, au point de se retrouver aussi grande qu’un insecte. Soupirant une première fois, la toute petite femme passa sa main dans ses cheveux. Que fallait-il faire pour s’en sortir ? Apparemment, la force ne serait pas d’une grande utilité. Ce n’était pas leur monde. Celui-ci était diffèrent. Loin de toute la violence du combat Baskerville- Pandora. Loin d’une fausse vérité. Loin de l’Abysse et de ses Chains. Dans cet endroit fou, ils n’étaient tous que des humains. A la même hauteur. Leurs pouvoirs ne servaient à rien. Il fallait qu’ils réfléchissent. Mettent de côté leurs caractères personnels pour s’allier. Le Chapelier était en position de force. La membre de Pandora avait du mal à l’admettre. Ce n’était pas elle de penser comme cela. Mais, elle voulait impérativement rentrer chez elle. Du moins, regagner sa taille normale. Il fallait faire le vide. Pourtant, se faire insulter d’adulte aussi peu imaginative, avait fait apparaître une nouvelle dose de frustration à l’intérieur de son être. Saloperie de Chapelier.

Se dirigeant vers l’homme devenu une bien jolie femme – ce qui lui fit pincer les lèvres de jalousie-. Elle lui donna un coup de pied pour le faire réagir. Apparemment, sa petite taille était proportionnelle à sa voix. Personne ne semblait l’entendre. Frustrant la jeune femme une nouvelle fois. De plus, elle ne voyait rien, mise à part les pieds des individus. C’était comment dire ? Désagréable. Soupirant, elle croisa les bras. Tout en surveillant, les chaussures de celle, qui était devenu une enfant. Ada pourrait très bien l’écraser sans même s’en rendre compte. Que pouvait-elle faire ? Monter sur la table ? C’était bien trop haut. Tenter de s’accrocher aux vêtements des autres ? Non, il suffirait qu’ils bougent pour qu’elle lâche prise. Avec l’appel d’air, elle pourrait très bien se faire mal. Un mouvement attira son attention. Ainsi, elle se détourna pour faire face à la femme aux cheveux noirs. Du moins, une adolescente. Celle-ci lui proposait de la mettre à hauteur des autres. Michiyo avait horreur d’être une assistée. Mettant son orgueil de côté, elle se laissa transporté jusqu’à l’épaule de celle qui l’aidait. Tien.. Le contact était drôlement froid. Mais la combattante ne releva pas. Se contentant d’accrocher ses petites mains aux vêtements pour ne pas chuter. Tomber serait signe de mort. Ce serait bien bête. De là où elle était. Rien ne lui échappait. Apparemment, l’homme avait toujours ses pulsions destructrices. Quant à la blonde, son enfance revenait au galop. Bon, il fallait mettre tout ce petit monde sur la même longueur d’onde. Alors, elle écouta patiemment la conversation des autres participants.

Tout en passant sa main devant sa bouche pour contenir son rire. Elle écouta les paroles du Chapelier. Non mais, cet homme avait du avoir la pire métamorphose du moment. Se concentrant de nouveau. Son regard roula jusqu’à l’individu le plus fou. Chaque parole était analysée. Quelque chose tiqua alors aux oreilles de la contractante. « Ces adultes stupides et si peu imaginatifs ». Il se pouvait que la clef se tienne dans cette phrase. Et si justement, il ne fallait pas raisonner comme ils le faisaient habituellement. Mais comme Ada. Ne voir tout cela que comme un vulgaire jeu ? Il était certain qu’ils ne devaient plus penser comme des adultes. Mais comme les enfants qu’ils avaient tous étés. Soupirant, certaine de ne pas pouvoir être entendue, la demoiselle garda cette théorie pour elle-même. Il n’avait pas tort. Des idiots. Des idiots qui ne vivaient que dans leurs mondes bien à eux, sans savoir évoluer. Il fallait crever leurs foutues bulles de sureté pour se lancer corps et âmes dans ce nouveau monde.

Son attention fut détournée par un mouvement du Chapelier. Merde, qu’est ce qu’il faisait ce fou ? Une sensation dans sa bouche. Sucrée. Un bonbon. Venant de lui, ce n’était pas un bon augure. Bon, il fallait réagir. Avalant le bonbon, Michiyo sauta des épaules de la femme aux cheveux noirs pour ne pas l’écraser. Rapidement, sa taille augmenta. Priant pour qu’elle s’arrête à celle qu’elle possédait à l’origine. Non. Bien évidemment, pourquoi prier quelque chose que l’on savait faux. Deux mètres. Deux mètres trente. Trois mètres. Ca suffisant. Michiyo était bientôt plus grande que les arbres. Elle passa alors sa main pour étouffer un bâillement. Non, ça, ce n’était pas une bonne idée. Ce sera un grand courant d’air de faire ça. Ainsi, elle ne bougea plus. Le moindre mouvement pourrait avoir des résultats plus ou moins catastrophique. Fermant les yeux, elle essaya de contacter son Chain. Rien. C’était comme s’il était loin. Bon, obtenir de l’aide de l’extérieur, ce n’était pas la peine. Il fallait trouver une autre solution.

Ouvrant de nouveau les yeux, elle observa tout le beau petit monde à ses pieds. Ne surtout pas bouger. Non, surtout pas. Bon si en fait, elle devait bouger. Le Chapelier venait de poser une interrogation. Chercher, chercher. Cela n’avait ni queue ni tête. Elle ne comprenait rien. Mais rien du tout. Bougeant les doigts, elle se baissa légèrement pour attraper l’homme qui s’énervait pour rien. Bon Dieu, ce n’était pas humain d’être aussi malpoli et impatient. Prenant délicatement le bout des vêtements de la nouvelle femme, elle la déplaça pour l’éloigner du chapelier. Avant de tester sa nouvelle voix pour la première fois. Parlant le plus doucement possible.

« Il va falloir se calmer et faire preuve d’ouverture d’esprit si nous voulons sortir d’ici. Fini les gamineries et les menaces de mort. »

S’il continuait de parler. Elle le poserait en haut d’un arbre. Histoire qu’il ne puisse pas menacer encore une fois le Chapelier. Bon. Que fallait-il faire maintenant ? Soudainement, une nouvelle lumière apparue. Non deux. Déposant parmi le groupe si hétérogène, deux individus de plus. Qui se connaissaient de surcroit. Un homme, et une femme. Il était déjà difficile d’allier les idées des uns et des autres en plus de leurs transformations, ce n’était pas pour s’enticher de deux nouvelles têtes. Faisant tout ce qui était en son pouvoir pour garder son calme, elle écouta les questions des arrivants. Michiyo serra les dents. Toujours les mêmes. Les mêmes questions, les mêmes réponses. Ils n’avanceraient pas à ce rythme. Surtout s’ils devaient toujours raconter la même chose à chaque nouvelle apparition. Fermant les yeux. Elle plia les genoux pour se mettre au maximum à la taille de tous, tout en soufflant quelques mots.

« Vous allez devoir vous habituer à la situation sans rien connaître d’autre. Personne n’a le temps, ni l’envie je pense, de vous expliquer ce qu’il se passe. Sinon, on ne va jamais avancer et la situation va devenir impossible. Contentez vous d’écouter ce que dit le Chapelier. »

Voilà, au moins cela avait le mérite d’être clair, Michiyo n’était pas du genre à répéter toujours et encore la même chose. Ils feraient alors tous les deux comme ceux qui étaient là avant eux. Apprendraient d’eux même et c’était tout. Après tout, personne ne leur avait véritablement expliqué ce qu’ils faisaient tous dans cet endroit ? Personne. Il fallait qu’ils se débrouillent pour en sortir. Mais comment réussir à allier les idées de tout le monde. Avec une enfant dans les mains ? Un caractériel en puissance, prêt à découper n’importe qui ? Deux nouveaux qui n’avaient toujours pas l’air d’avoir compris la situation. Aucun contact avec l’extérieur et elle. Elle qui perdait patience de minute en minute. Elle qui devait se contrôler pour ne pas attraper le chapelier et l’étrangler. Non Michi. Il fallait être plus calme. Réfléchir différemment. Ce n’était qu’un jeu. Affichant un léger sourire, elle pointa du doigt le Chapelier. C’était malpoli dans leur monde. Mais certainement diffèrent dans celui-ci.

« Très bien Chapelier, nous allons jouer avec toi. Mais pour que le jeu soit amusant, il faudrait que nous aussi nous nous amusions. Comme l’a déjà dis la jeune femme, tu nous feras sortir d’ici pas vrai ? Mais, je pense que tout le monde participerait, si nous avions tous notre apparence normale, n’est ce pas ? »

C’était une tentative comme une autre après tout. Peut-être qu’elle ne fonctionnerait pas. Mais Michiyo se sentirait beaucoup plus encline à réfléchir, si les oiseaux ne risquaient de se coincer dans ses longs cheveux à chacun de leurs passages. Ada pourrait les aider si elle pouvait penser comme une adolescente. Quant à l’homme, avec de nouveau son apparence, serait certainement de meilleure humeur et donc, prêt à réfléchir avec eux. Peut-être que le Chapelier ne voudrait pas. Mais ils n’étaient pas en position de force ici. Alors, à eux de s’acclimater et d’arrêter de faire leurs fortes têtes comme ils le faisaient depuis le début. Ainsi, la demoiselle aux yeux bleus, se concentra de nouveau sur l’énigme. Se répétant les paroles en boucle. Rien dire, cela ne voulait rien dire du tout. L’indice qu’Ada avait demandé, serait d’une bonne utilité pour s’en sortir.

« Je ne comprend vraiment rien à cette énigme non plus. »

Michiyo était réellement tenter de dire que la réponse était « rien ». Mais selon elle, ce n’était pas quelque chose d’aussi simple. Il fallait tendre l’oreille et rester calme, jusqu’à ce qu’il décide de leur donner un indice. Pendant ce temps, elle continuerait de réfléchir. Bien que les mots s’entrechoquaient dans son esprit. C’était dans ce genre de situation qu’elle aurait bien aimé avoir quelqu’un qui ne voit pas le monde, comme eux pouvait le voir. C’était pratiquement impossible pour la jeune femme de commencer à penser autrement que dans ses habitudes. Ce n’était plus une enfant. Elle n’avait jamais été une enfant de toute façon. Et encore moins une adolescente. Les habitudes sont mauvaises et étriques l’esprit de surcroit. S’en débarrasser n’allait réellement pas être facile. Tout comme sortir de cet endroit. Même son Chain et son esprit tordu venait à lui manquer. C’était pour dire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    24th Juillet 2013, 07:57

Si les gens sont fous, cela veut dire que le ciel permet l’originalité non ? Quoi dans ce monde même le ciel est encore plus original certes. L’un de ses habitants montre qu’il faut bien stopper l’excès quand même, hélas des gens peuvent être peu chanceux sur tomber sur ce personnage excentrique. Pourtant tout cela est si excitant ! L’incompréhension, l’énervement tout est si bien mélangée si jouissant ! Que même le narrateur ces paroles s’en tortille de joie, mais il faut être fou pour aimer cela ! Chapelier, dis nous chapelier es-tu si suicidaire que ça, un homme ne semble pas du tout content, et alors ? Que faire ? Tue-le donc, il reviendra ce monde est trop imaginatif pour toi ? Mais alors que le chapelier buvait son thé, n’attendant que le bon mot, ne décrochant même pas un regard vers cette femme qui pête son câble pour rien. Le voilà avec la petite blonde sur les genoux, la pauvre petite mal aimée. Pourtant les enfants sont tellement mignon et adorable, pourquoi ne pas les aime ! Sans cœurs va, même le fou devant toi aime bien les enfants…peut-être car ils comprennent ce monde, ces adultes sont d’un ennuie.

Mais que voilà donc, un petit duo qui s’invite à notre fête ! Plus on est de fou plus on rit comme on dit. Sautant de la table après leurs arrivées, gardant la petite sur son épaule il approche les nouveaux invités à cette table ! Il faut faire bonne impression non ? Enfin à la façon de la folie !

« Bienvenus parmi nous ! Monsieur dame ! Vous voudrez bien que je vous pose cette enfant ? Mais bien sûr que je vous débarrasse de ce doute bien trop douteux qui pourrait faire douter de la situation qui vous doute de votre doute ! Vous êtes à ma table…et vous êtes mes invités »

Un sourire fou, l’enfant fini dans les bras de l’homme, qui par chance n’a rien sur lui on va dire. Un petit saut et le revoilà sur sa table en faisant un petit tour, et se penchant vers l’homme trop hurleur avec un grand sourire.

« Que de vulgarité mon petit ! Tu crois que ça va te faire sortir de ce lieu, oh que non tu t’enfonces mais pour te faire plaisir je peux bien te faire plaisir pour quelque chose ma petite demoiselle »

Se remettant droit comme un I, le personnage de folie retire son chapeau et le fait tourner rapidement sur son doigt et le fait passer devant lui de la tête aux pieds. Vous vous demander ce qui se passe ? Le chapelier se voit des hanches plus fin, un haut bien rebondit et quand il enfile son chapeau une longue couette sur le côté en ressort. L’homme est devenu femme, n’est-ce pas... Palpitant ! ♥

« Tu es encore plus douée pour le changement de forme ! Tu n’es pas gagnant du changement pour rien ! Tu mérites encore cette médaille d’eau ! »

S’inclinant devant ce public qui ne comprend rien à l’imagination, la personne sauta de sa table tirant la nappe. Rien ne bougea comme si rien n’avait été retiré. Enroulant la demoiselle souris. Trop silencieuse à son gout sûrement. Le lapin de Mars applaudissant tantôt approche avec une théière, pendant que le chapelier par pure…magie fait une boule de nappe avec pour la rentrer dans la théière. Levant après sa canne, le lapin de Mars pose le service, qui se fait véritablement shooter puis explose en plein ciel laissant tomber un tas de bonbon noir.

L’être de folie siffle en regardant pencher la distance et applaudit lui-même son acte presque barbare, qu’est devenue la demoiselle ? Un simple bam dirons-nous ! Puis d’un coup la géante lui adresse la parole. Pendant que celle-ci l’écoute elle fait le grand écart affaler dans l’herbe en penchant sa tête de gauche et à droite. Riant à sa demande et faisant tourner sa canne et se relevant assez vite il plante sa canne et monte dessus. À croire que cette personne ne sait pas du tout tenir en place !

« De toute façon la réponse est dite ! Il n’y a pas de réponse à cette question seule le silence et la réponse après tout est personne son complètement stupide de se hausser le ton pour rien, comme certain personne ~ »

Une personne visée ? Pas du tout ! Retournant sur sa table, le transformiste reboit sa petite tasse en souriant.

« J’aurais peut-être dû me faire une deuxième couette, non cela serait trop long ! Aussi long que cette plaisanterie, mais n’est elle pas plaisante, enfin vous ne comprenez pas vous êtes que des adultes stupides fermer à toute imagination. Si je vous dis que la clef de la sortie est devant vous. Enfin pour la voir il faut pensais comme des enfants ! Mais soit ! La réponse suffit pour que vos formes vous sois rendus, il serait dommage de vous faire gagner facilement non. »

Dit-il en souriant en regardant la petite blonde. Enlevant son chapeau il en sort des morceaux de sucre qu’il lance à chacun. Comme promis les formes redeviennent normales, soit bon joueur on va dire ! Mais même si cela sans la fin, il faut qu’elle soit amusante ! Fouillant dans tout le tas de gâteau il tend un plateau vide.

« La clef est ici ! Mais pour la voir où la saisir, il faut la voir comme le verraient les plus petits d’entre nous avec une once d’imagination. Accepter l’illogisme, accepter tout même que cela soit incongru. Bien sûr je vous préviens d’une chose, votre clef est très fragile, faite lui peur et celle-ci disparaîtra, après tout cela ne s’appelle pas le Fruiste pour rien, dès qu’il se sentira en danger il fuira, et s’il a peur il meurt ! C’est votre clef à vous de la trouver ! »

Les habitants de ce monde peuvent le voir, ce gâteau ressemblant à un cupcake rose avec des paillettes, des petites jambes prêtent à fuir. Très dur à faire, très dur à manger, ceci est la clef. Personne ne la voit, et peut-être que par certaines erreurs, ces personnes resteront enfermées ici…pour toujours ? Ah si amusant, si jouissif si attractif ! On en fond littéralement de plaisir à l’idée même qu’il se piège eux-mêmes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 258
Age : 18
Personnages préférés : Oz, Leo,
Double comptes : Zion & Ayumi

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    11th Août 2013, 05:48

Comment voulez-vous ne pas perdre votre calme dans une telle situation ? Se trouver dans un endroit encore moins logique de l’Abysse et subir un sort vous faisant trouver de jolie forme au niveau du torse alors que vous êtes au général, un homme. Dans le même sens, c’était bizarre de sentir un tel vide entre les jambes, mais ne nous occupons pas encore de ce détail. Nous en avons assez parlé précédemment. Alors que notre ancien homme venait de donner la petite blonde en cadeau pour essayer de s’échapper, la gamine ne semblait pas du tout apprécier cet essai commençant à le traiter de méchant ainsi de suite. Une enfant n’était pas bien important pour Neal qui préférait sauver sa peau et sacrifier tout le monde dans le groupe s’il le devait. D’ailleurs, la jeune femme qu’il avait connu venait de disparaitre. Sa réaction ? Il s’en fichait complètement et préféra porter son attention sur le chapelier.
Celui-ci semblait tout faire pour énerver notre alchimiste comme il venait de faire ce que le noiraud avait demandé il ne serait-ce que cinq minutes avant. L’homme venait de se transformer en femme sous ses yeux s’amusant à se faire de petites couettes. Se tenant le front se disant qu’il devait se retenir de lui tordre le coup, Neal tourna la tête vers la petite naine. Effectivement, les groupes n’avançaient, mais alors pas du tout ! Un moyen de sortir avait été demandé. Au lieu de ça, leur forme d’origine venait de leur être rendue. Bon, Neal n’allait sûrement pas se plaindre d’être redevenue un homme, mais maintenant la sortie, était-ce possible au lieu de donner des énigmes qui n’avaient aucun sens ? D’ailleurs, la réponse se trouvait être le silence. Bonjour, je suis un tordu et je ne connais pas le mot logique ! Vous imaginez la frustration de Neal aimant comprendre tout ce qui lui passait sous la main et surtout n’aimait pas les choses n’ayant aucune logique !

Finalement, le pourquoi du comment fut enfin expliqué ! Pour sortir, il fallait voir quelque chose d’invisible et penser comme un enfant. Hum, non mais à croire que le Chapelier avait vraiment envie de faire chier Neal jusqu’au bout hein ? Déjà, il était quelqu’un de logique… Puis penser comme un enfant ? Comment devait-on faire exactement ? Se laissant petit à petit réfléchir, le Chain regarda autour de lui comme pour y trouver un indice. Tous ces tours de passe-passe, devait-il dire que c’était de la magie ? Dans ce cas, tout n’était pas bien compliqué vu que les sorcières existaient vraiment.

« Tu veux parler de la magie si j’ai bien compris ? Qui ne sait pas que cela n’existe. »

Mh, peut-être que cette révélation qui faisait souvent rêver les bambins allaient suffire pour que le scientifique voit ce qu’il ne voyait pas avant ? Dommage que son pouvoir soit inutilisable… La parole aurait été bien pratique dans ce genre de situation !
Continuant d’attendre et d’observer le plat complètement vide, Neal fut surpris de voir petit à petit voir les cupcakes roses danser sur le métal. Mh, c’était un peu trop facile à son goût et quelque chose lui disait qu’un piège était encore derrière tout ça. Remettant ses lunettes sur son nez, il prit délicatement un des petits fêtards. Oui, Neal savait être quelqu’un de doux comme quand il manipulait une potion très délicate ! Commençant à le regarder sous toutes les coutures, il préféra tester sur quelqu’un d’autre avant… Se dirigeant vers le seul homme présent, Neal se dit que le blond ferait un cobaye idéal ! Puis d’un côté, si le Chapelier avait encore envie de faire un mauvais coup, il ne pourrait pas se plaindre de sa galanterie !

« Viens là toi. »

Prenant le jeune homme près de lui, il lui pinça soudainement le nez. Attendis qu’il ouvre la bouche et fourra le petit cupcakes dedans pour voir ce qui allait se passer. La réaction fut bien rapide ! Une fois que le petit gâteau fut avalé, le jeune homme disparut en quelques secondes. Un sourire plutôt triomphant apparut sur le visage de Neal. Ayant entendu qu’il ne fallait pas leur faire peur, Le Chain avait bien fait exprès de tourner le dos aux autres qu’il pouvait voir (d’ailleurs, cela serait drôle que les filles aient vu manger de l’invisible ) pour ne pas les effrayer. Se dirigeant une nouvelle fois vers le plat, il prit un dernier petit rosé avant de faire un signe de la main montrant qu’il allait partir. L’avalant rapidement, un mal de tête le prit avant de sombrer totalement dans le noir… On peut dire que cette expérience avait été bien énervante et surtout bien illogique. Est-ce que Neal se rappellera de tout ? Rien que pour l’embêter, pensons que oui ~

( On peut finir l'évent là. Je vous laisse faire pareil que moi ! On va plus vite comme ça ♥ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 23
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    18th Août 2013, 04:13

Michiyo se demandait encore comment elle avait pu tomber dans une telle folie. Mais surtout, comment elle pouvait s’être mise à y croire. Après tout, ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouver dans une situation sans queue ni tête où il fallait se creuser un peu les méninges pour réussir à s’en sortir. C’était en quelque sorte, son lot quotidien depuis qu’elle était entrée dans l’organisation qu’était Pandora. Il était certain, qu’au début, cela formait un certain défis en soit. Réfléchir encore et toujours. Découvrir en l’existence des Chain. Formes humanoïdes qu’elle avait prises pour des monstres lorsqu’elle était plus jeune. Ces mêmes monstres que l’on trouvait sous les lits des enfants qui n’avaient pas étés sages la journée, quant la lune commençait à se montrer. Néanmoins, elle n’y avait jamais véritablement crue. Pour elle, ce n’était rien d’autres que des légendes. Des contes pour enfants. L’enfant qu’elle avait été n’y croyait pas du tout. Parce que ses parents ne lui avaient jamais dis du jour au lendemain qu’elle se ferait manger par des monstres si elle ne finissait pas sa soupe aux carottes. Alors bon, à quoi bon y croire ? Ce n’est que plus tard, qu’elle avait fini par développer et nourrir une certaine peur envers ces bêtes de l’Abysse. Lors de sa période. Très longue période en orphelinat. Les histoires qu’ils se racontaient entre enfants sans parents, le soir venu, données souvent froid dans le dos. Il fallait s’y attendre, ce ne serait pas facile à supporter. En y pensant bien, Michiyo ne se souvenait plus réellement de combien de nuit elle avait passé à trembler sous sa couverture. Cette fine protection qui pourrait la sauver si elle n’en sortait sous aucun prétexte. A accepter que l’une des rares camarades à laquelle elle s’était attachée vienne partager son lit pour avoir un peu moins peur. Puis, elle était partie de ce domaine. L’avait complètement oublié et n’était pas restée assez longtemps dans les autres orphelinats pour s’attacher à d’autres enfants. Ou adolescents en fonction de la période donnée. Avec le temps, la membre de Pandora n’y croyait plus. Se moquant même de sa bêtise d’enfants. Allons bon, il était temps de reprendre sa vie en main. Jusqu’à ce qu’elle tombe véritablement sur l’un de ces monstres. Qu’on lui explique qu’ils avaient tous un nom commun. Chain. A ce moment précis, tous ses souvenirs étaient remontés à la surface à l’instar de ce mot qui résonnait inlassablement dans sa tête. Le monstre qui lui avait pris son père bien des années plus tôt. Qu’elle avait simplement assimilé à une ombre déformée par la terreur ressentie à ce moment précis. Puis, toutes les histoires entendues au fur et à mesure de ses nombreux voyages forcés. Et là, soudainement, elle se retrouvait face à la réalité. Niant tout en bloc. On se moquait d’elle. Les monstres n’existaient que dans l’imaginaire des enfants. Pas dans une stupide boîte à jouets disloquée. Prenant même pour certains, une forme humaine. Typique d’une légende, dans le genre du croquemitaine. Ce n’est, que lorsqu’elle se retrouva face à celui auquel elle allait lier définitivement son avenir, qu’elle commença à y croire. Ce monstre qu’elle avait rejoint à bras ouverts, de peur de ne jamais pouvoir se défendre seule une nouvelle fois. De ce fait, elle avait l’impression d’avoir fait d’elle, un propre monstre. Que ses mains ne seraient plus jamais propres. Mais là, pourtant. Elle vivait quelque chose qu’elle n’aurait jamais imaginé auparavant. Ce n’était juste pas possible. C’était un mauvais rêve. Un très mauvais rêve et Michiyo allait se réveiller d’un moment à l’autre. Se rendant alors compte qu’elle avait glissé en sortant de son bain et que bim, elle avait perdu connaissance. Sauf, que non. Elle arrivait à rester les deux pieds sur le sol lorsqu’elle prenait sa douche. Ce qui faisait qu’elle n’allait certainement pas se réveiller. Quoi qu’elle fasse. Quoi qu’elle décide de dire. Néanmoins, il fallait qu’elle trouve une solution pour se réveiller. Se pincer. Se mutiler. Tout et n’importe quoi, temps qu’elle n’avait plus à voir le sourire sur la face d’imbécile heureux de Chapelier Fou.

Il fallait impérativement qu’elle sorte de cet endroit.

Ce qui était certain en tout cas, était que la jeune femme aux yeux bleus ne supportait plus réellement cet endroit. Et ceux, pour beaucoup d’éléments. Dans un premier temps, parce qu’elle ne comprenait aucunement les phrases, sans queue ni tête du Chapelier et que sa patience atteignaient des limites jamais atteintes même dans des circonstances « normales ». Mais surtout, parce que la jeune femme avait en horreur le fait de ne pas tout maîtriser. C’était quelque chose d’habituel chez elle de vouloir posséder toutes les cartes. Même, si pour cela, elle devait faire preuve de fourberie ou autre stratagème pour obtenir gain de cause. Par la suite, même si la membre de Pandora aimait particulièrement l’idée de pouvoir grandir un tant soi peu, elle était contre le fait de prendre trois mètres de haut et de ne pouvoir faire un seul pas sans risquer de détruire le village environnant. De ne pas respirer trop fort sous peine de déraciner tous les arbres aux alentours. Sa véritable taille lui manquait soudainement. Parce qu’avec cette dernière, elle pouvait réaliser des choses, qu’elle ne pouvait pas faire actuellement et ca, elle ne voulait les troquer pour rien au monde. Puis, il y avait ces personnes, qui arrivaient les unes après les autres, en posant seulement des questions inutiles sans même chercher à réfléchir par eux même, ne serait- ce qu’une seule fois. Rien que pour cela, elle ne voulait plus rester. Juste rentrer chez elle et se jeter dans son lit pour dormir. En comptant sur le fait qu’elle ne dormait pas déjà.

Ainsi, elle demanda au Chapelier, si c’était possible de récupérer leurs formes normales, ne serait-ce que pour un temps. Sous le merveilleux prétexte qu’ils seraient plus enclins à jouer avec lui s’ils n’avaient pas tous – ou pratiquement- aucune partie d’eux qu’ils avaient en arrivant. Puisqu’en effet, beaucoup des esprits présents commençaient à s’échauffer. Principalement cette femme, ou du moins cet homme, qui ne savait tenir sa langue. Mais surtout ses points. Dans un sens, Michiyo était véritablement tentée de faire la même chose. D’attraper le Fou par le col, de la plaquer au sol et de lui expliquer sa façon de penser, après la partie « cordiale » ou « gentille » voire tout autre synonyme. Ou tout simplement aider, le nouveau transsexuel à lui faire passer l’envie de se moquer d’eux. Or, la jeune femme se décida à enfouir soudainement cette idée au plus profond de son être. La raison étant, qu’il fallait un minimum de personnes ayant la capacité de réfléchir par eux même. Autrement dit, ce n’était pas grâce à un allumé prêt à assassiner tout le monde, qu’ils allaient y arriver. Ni même à une enfant qui devait posséder que quatre ou cinq mots dans son vocabulaire. Une autre fille, qui avait, quant à elle, apparemment disparue. Michiyo n’avait même pas fait attention sur le moment. Ou alors, elle était concentrée sur autre chose. Comme le fait de ne pas s’énerver. Ne surtout pas s’énerver. Sans compter sur les deux nouveaux, qui en plus d’avoir sautés la case « présentations ». Avaient l’air complètement à l’ouest. Si, de surcroit, elle-même, se mettait vouloir étrangler le Chapelier, ils n’étaient réellement pas sortis. Non pas, qu’elle prenait le poids sur ses épaules. Parce qu’au fond, elle s’en foutait éperdument de ce qu’il pouvait arriver aux autres protagonistes, tant qu’elle, elle pouvait retrouver son monde. Mais, il fallait garder un minimum la tête froide.

Ses pensées furent coupées par de nouvelles paroles provenant du Chapelier. Passant sa main droite dans ses longs cheveux, elle les repoussa en arrière tout en écoutant ce qu’il avait à dire. Leur expliquant alors, ce que la plupart d’entre eux avaient déjà deviné. Le fait qu’ils étaient des adultes ayant perdus leurs âmes d’enfants. Michiyo ne pu retenir un sourire sarcastique. En voyant leur monde actuel, il était normal que les rêves et la vision du passé. N’appartiennent plus qu’au passé. Il faudrait alors faire preuve, ne serait-ce que quelques secondes, de patience et d’un esprit complètement enfoui. La contractante paniqua soudainement. Depuis, qu’elle avait passé un contrat avec son Chain, sa mémoire n’était réellement plus la même. Son enfance n’était plus que des brides sans aucune cohérence. Ce qu’elle savait, n’était peut-être plus que de simples spéculations de sa part. Comment, pourrait-elle alors, jouer le rôle d’un enfant, si elle ne se souvenait plus elle-même de l’enfant qu’elle fût ? Evitant de bouger encore une fois pour faire un faux mouvement, elle tenta néanmoins de se baisser un peu pour pouvoir continuer à écouter le monologue du Chapelier, bien qu’elle commence sérieusement à ne plus pouvoir le supporter. Ses yeux dérivèrent alors du petit homme vers le plateau, vide qu’il tendait. Apparemment, la clef de la sortie se trouvait dessus. Allons, bon, il suffisait simplement qu’elle se concentrer et voit le monde avec « ses yeux d’enfants ». En attendant, la combattante espérait que ce ne soit pas une toute petite clef. Dans le cas contraire, elle risquait de ne pas réussir à l’attraper avec ses doigts plus grands désormais que sa taille normale. Heureusement pour elle, le fou balançait des morceaux de sucres à tous les invités en expliquant une nouvelle fois qu’ils allaient pouvoir récupérer leurs formes grâce à la réponse qu’ils avaient auparavant fournie. Wait. Quelle réponse ? Peu importe. Bien qu’elle n’ait aucunement confiance en l’homme, elle se contenta tout de même d’avaler la sucrerie. Une nouvelle fois, elle se sentie groggy, avant de récupérer sa taille normale. Enfin ! Jamais son mètre soixante sept ne lui avait autant manqué ! Ses vêtements étaient de nouveau à sa taille. C’était parfait. Restait plus qu’à sortir de l’endroit.

De nouveau, il prit la parole. Apparemment, il ne fallait pas faire peur à sa clef, sinon elle partirait en courant, ou pourrait bien mourir. En sommes, ne pas s’énerver. Ne surtout pas s’énerver. Il fallait simplement qu’elle prenne encore son mal en patience pour quelques minutes. Ce n’était pas le bout du monde, Michiyo savait très bien qu’elle pouvait y arriver. Ne sachant réellement que faire, la jeune femme se tourna vers l’homme le plus caractériel qu’elle ait pu rencontrer. Juste pour voir ce qu’il pourrait faire. Si cela, ce n’était pas avoir une âme d’enfant. Elle ne savait réellement pas quoi faire pour s’en sortir. Celui-ci avançant que la magie existait réellement. Ah, parce que des individus en doutaient encore ? Du moins, ceux qui ne croyaient pas en l’Abysse. Mais Michiyo s’était dit que si des Chain à forme humaine ou non, existaient réellement et pouvaient vivre parmi eux en faisant des contrats. Sans compter sur leurs pouvoirs. La magie devait bien exister quelque part. Avec des sorciers. Des Vampires voire même des Lycaons si quelqu’un le voulait. Encore plus si ce monde des contes ne faisait pas parti de son rêve.

Sortant une nouvelle fois de ses pensées, elle observa l’homme blond disparaître. Ah, bah, il était parti. Qu’avait-elle donc manqué ? Il fallait réellement qu’elle arrête d’avoir des absences, puisqu’elle ratait des moments importants. Un mouvement d’au revoir de la part de l’homme aux lunettes noires la fit tourner la tête, alors qu’il avalait quelque chose qu’elle ne pouvait pas encore voir. Il disparut. Bon, apparemment cela fonctionnait réellement. Baissant doucement la tête, elle ferma les yeux tout en marmonnant quelque chose, le plus bas possible.

« La magie existe. La magie existe. Tout ce qui est fantastique aussi. Comme lorsque j’étais enfant. »

Ouvrant de nouveau les yeux. Laissant apparaître deux orbes clairs, elle les posa sur le plateau, quelques secondes auparavant, encore vide. Doucement. Très doucement, apparurent alors des petits gâteaux de différentes couleurs. Alors, c’était ça qui devait les aider à s’en sortir ? Ce n’était pas grand-chose finalement ! Voyant qu’ils commençaient de nouveau à disparaître, elle reprit le fil de ses pensées, en se concentrant fermement sur l’existence de la magie. S’approchant du plateau, Michiyo prit délicatement un des mets, avant de la porter lentement à sa bouche et d’en avaler un morceau. Se retourner vers le reste du groupe, elle leur fit, elle aussi un signe d’au revoir, agrémenté de quelques paroles.

« Je suis la prochaine. Bon courage. »

Puis, elle disparu enfin. Comme elle était venue. Avec la même sensation de vertige et de se faire aspirer on ne sait où. Quel drôle de rêve. Etait-ce réellement un rêve après tout ? Les goûts. Les sensations, tout avaient l’air réel. Fermant de nouveau les yeux, la jeune femme appartenant à Pandora, se laissa guider. Avant de se réveiller au même endroit où elle avait apparemment disparue. Au milieu de la rue. Devant une boutique qui lui disait véritablement quelque chose. Ses souvenirs étaient soudainement vagues. Au fond, Michiyo avait bel et bien l’impression qu’elle ne saurait jamais le fin mot de cette folle histoire. Si oui ou non, cela était un rêve ou une étrange réalité.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar


Féminin Messages : 378
Age : 23
Personnages préférés : Elliot
Double comptes : Sora Enderstar, Elysabeth Merryfalls

Feuille de personnage
Nom & prénom: Heileen Blauereiss
Nom du Chain :
Groupes: Sorciers


MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    23rd Août 2013, 11:26

Bon, seulement quelques minutes après son réveil, Heileen pensait déjà qu'elle pouvait dire adieu à la journée tranquille qui était prévue : même s'il était doté d'un ciel, d'une forêt et d'êtres humais, ce monde n'avait rien à voir avec le leur. Il l'intriguait beaucoup et l'effrayait quelque part, car quelque chose la dérangeait sans qu'elle ne puisse savoir quoi, mais surtout la jeune femme se demandait comment Rei et elle avaient atterri ici. Alors cette lumière était une sorte de... Portail ? Un portail magique ? Il n'avait alors probablement pas été crée par un sorcier, puisqu'elle l'aurait certainement senti. Mais qui l'avait fait apparaître, si ce n'était pas l'un de ses semblables ? Non pas qu'elle doutait de l'existence d'autres êtres dotés de pouvoirs, mais sa route n'avait encore jamais croisé celle de l'un d'entre eux. Ce qui lui arrivait actuellement était une première... De plus, quand on comptait dans les personnes présentes une sorcière avec des oreilles et une queue de rat, une femme assez farouche, une enfant, une géante, son cousin et enfin elle-même qui s'était retrouvée sans savoir comment affublée d'un costume au goût douteux, difficile de croire que tout allait bien. Sans oublier que celui qui semblait être le maître les lieux était du genre... Particulier. Déjà, pour commencer, c'est une sorte de gros lièvre qui porte un chapeau. Ensuite, il avait une idée bien particulière de ce qu'est une question : mais où était le début et où était la fin ? Ce qu'il racontait n'avait pas de sens ! D'accord notre apprentie vétérinaire n'avait jamais été douée pour les énigmes. Ce n'est pas qu'elle ne cherchait pas, c'est qu'elle ne savait même pas par où commencer. Mais là, c'était carrément tordu.

Quoi qu'il en soit, tout s'enchaîna rapidement après que leur hôte n'ait posé l'énigme. Kyrielle disparut subitement, ce qui fit quelque peu paniquer Heileen tout de même. Ensuite, le lièvre se transforma en femme. Enfin, la femme aux cheveux bleus – qui semblait aussi être la plus calme du groupe improvisé – avait rapidement exprimé la pensée de la petite sorcière et probablement des leurs compagnons aussi, puisque personne d'autre n'avait pris la parole. Était-ce à cause de cela que le Chapelier annonça que la réponse avait été dite ? Après tout, il s'agissait du silence.
S'en suivit une nouvelle série d'événements étranges, qui impliquait cette fois-ci un sucre magique qui permit aux personnes présentes de retrouver une apparence normale, mais aussi la clé qui devait leur permettre de sortir d'ici selon les dires du propriétaire des lieux. Ce dernier leur tendit un plateau... Que fallait-il faire avec ? Une question très intéressante, à laquelle la femme devenue – ou redevenue – homme chercha rapidement une réponse... En menant une expérience sur Reita. L'occidentale ne vit pas exactement la scène, mais en voyant son cousin disparaître elle se sentit paniquer de nouveau. D'où l'inspiration lente et profonde qu'elle prit pour ne pas accuser le brun. Après tout, on venait de leur dire que la clé se trouvait sur ce plateau non ? Donc son parent devait simplement être retourné dans leur monde... N'est-ce pas ? C'est avec cela en tête qu'Heileen put de nouveau faire attention à ce qui l'entourait. L'homme aux lunettes de soleil avait disparu et la femme aux cheveux bleus semblait s'apprêter à le suivre, non sans adresser un encouragement aux personnes restantes. Ce qui était gentil et fit donc apparaître un mince sourire sur son visage.

L'inconnue s'en alla donc, et notre brunette décida que c'était son tour. Elle se gonfla à bloc pour prendre courage, puis ferma les yeux en se répétant ce qu'elle savait déjà, mais venait tout de même de redécouvrir : la magie nous entoure, elle fait partie de ce monde, tout comme l'oxygène que nous respirons. Et les sorciers n'en sont pas les seuls dépositaires. Ce n'était pas leur droit exclusif de faire joujou avec la logique, ils n'étaient pas les seuls êtres capables d'accomplir des exploits, tous les faits étranges qu'on pouvait raconter n'étaient pas de leur fait. La magie était tellement naturelle pour la Blauereiss qu'au final, jusqu'à ce jour, elle ne lui avait jamais vraiment accordé la même fascination qu'un enfant moyen. C'était le moment de se découvrir ce côté.
Une fois cette pensée fermement ancrée dans son esprit, la demoiselle avait de nouveau ouvert les yeux pour les diriger vers le plateau. D'étranges cupcakes s'y trouvaient, montés sur des pattes qu'il ne valait probablement pas les pousser à utiliser pour fuir. Doucement donc, elle s'approcha pour attraper l'un d'entre eux et le porta devant son faciès. Mais avant de suivre son cousin, Heileen lança un dernier regard à ce monde étrange et étrangement fascinant. Une dernière question se posait : était-elle en plein rêve ? Ça, elle le saurait si après avoir mangé cette pâtisserie, elle se réveillait dans son lit et se souvenait avoir divagué pendant son sommeil.
Rapprochant la clé comestible de ses lèvres, l'étrangère prit une bouchée qui devait éclairer sa lanterne sur toute cette histoire. Tout se répéta alors : le mal de crâne, l'évanouissement, la sensation d'être aspirée.

Quand elle se réveilla de nouveau, c'était dans une ruelle que les deux Blauereiss employaient souvent comme raccourci. Heileen massa doucement ses tempes, qui battaient furieusement sans qu'elle en sache la raison, puis lança un regard vers son cousin en se demandant pourquoi elle était si heureuse de le voir sain et sauf... Mais tout ce qui lui revint fut un goût de sucre sur son palais et la sensation d'avoir posé l'index sur quelque chose qui avait disparu la seconde d'après. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Mais tout en ce monde a un sens, n'est-il pas ? L'étrangeté qu'on pouvait encore capter dans l'air environnant aussi devait donc en avoir un, encore fallait-il savoir lequel.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Je suis aussi prophète qu'une carotte !" Merci mama Edwi pour ce magnifique kit ♥️
DCs : Sora Enderstar, Elysabeth Merryfalls. Couleur : cyan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 04. Table du Chapelier    

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Table du Chapelier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Évènements Spéciaux :: ♠ Welcome in Wonderland-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit