AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 05. Terrier du lapin blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Masculin Messages : 339
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: 05. Terrier du lapin blanc   26th Juillet 2012, 10:49

Les lapins ont des maisons. Je vous assure ! Comme vous et moi parfaitement ! n'oubliez pas qu'à Wonderland tout est possible ! N'est-elle pas adorable cette petite maison que vous voyez au loin ? Approchez-vous donc un peu, vous verrez elle est d'autant plus belle ! D'ailleurs, sa taille pourra vous paraître bien petite. Rassurez vous ! Vous n'avez pas subitement grandit, du moins je crois ♥.

Une petite maison de campagne ressemblant un peu à une confiserie géante ! Mais rien ne se mange ici ! Du moins, pas le mobilier. Peut-être trouverez vous un petit casse-croute dans les tiroirs ? Bande de petits voleurs. Que dirais le propriétaires des lieux, hm ? Ce dernier se trouve peut-être ici d'ailleurs ? Derrière vous ? Ahah je plaisante ! Allons détendez-vous et profiter de ce lieux calme. Rien n'est dangereux ici vous pouvez être tranquille. Ou pas ? ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 421
Age : 25
Personnages préférés : Lacie ! Alice et Alyss
Double comptes : Adrien Connelly

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alice / B-Rabbit
Nom du Chain : c'est moi -_-
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   8th Octobre 2012, 10:18

Allons bon, il ne manquait plus que ça : des trous blancs aspirant les gens dans la capitale. Quand elle avait appris la nouvelle, Alice avait haussé les sourcils. Elle mangeait tranquillement quand elle avait surpris la conversation. Curieuse et parce que cela faisait un petit moment qu'elle s'ennuyait puisque personne ne faisait attention à elle, elle décida d'aller au QG de Pandora pour aller glaner quelques renseignements. Mais une fois sur place elle fit les gros yeux, c'était la confusion générale, plein d'agents étaient affectés pour aller enquêter partout dans la capitale. Elle aperçut Break qui ne dédaigna même pas de lui adresser quelques secondes d'attention pour lui expliquer la situation. Soit. Elle prit donc la direction de Réveil pour aller voir de ses propres yeux ce qui provoquait ce chaos.

Aux portes de la ville elle croisa plein de gens qui allaient dans le sens inverse et qui semblaient fuir quelque chose. Allons donc. En plein centre ville ne se trouvaient que des gens qui couraient dans tous les sens, elle reconnaissait des agents de Pandora qui s'occupaient de calmer les gens et d'essayer de les faire rentrer chez eux. Soudain, dans une petite ruelle déserte et sombre, son attention fut attirée par une lueur blanche qui en émanait. Elle se stoppa parmi toutes les personnes qui courraient. Personne ne semblait la voir ... comme si la lumière l'appelait. Elle se sentait irrémédiablement attirée. Ça approchait mais elle ne sut dire si c'est elle qui avançait ou si c'est la lueur qui venait à elle. Quoi qu'il en soit, la jeune Chain fut entièrement englouti.

Quand elle ouvrit les yeux elle voyait le ciel ainsi que les branches d'un arbre .... un arbre ? Mais. Elle se releva et regarda tout autour d'elle. Elle se trouvait dans une clairière entièrement entourée d'arbres. Le vent soufflait doucement sur la prairie faisant onduler les herbes. Le ciel était bleu avec quelques nuages bien cotonneux. Il n'y avait plus de gens, plus de maisons, plus de Réveil. C'était vraiment étrange puisque ce décor ne correspondait à aucuns décors présents dans le pays, pas cette végétation et pas ce .... C'était vraiment vraiment étrange, il régnait une atmosphère bizarre, la lumière n'était pas comme d'habitude .... Était-elle ... dans un autre monde ?

Soudain un lapin apparut, il courrait tranquillement dans la prairie devant elle, puis il s'arrêta devant ... une maison ? Il y avait une maison, une petite maison également à la lisière de la forêt. Puis le lapin se mit sur ses deux pattes arrières comme un humain, ouvrit la porte et la referma. Alice en resta bouche bée ... un lapin se comportant comme un humain ... Finalement cette idée la fit sourire puisqu'elle était également un lapin à forme humaine. Elle décida de s'avancer vers la maison quand elle se sentit différente. Elle baissa le regard vers ses jambes et .... stupeur, vit qu'elle était en B-Rabbit. Elle était entièrement changée en lapin noir. Il n'y avait pas de doutes, ce monde était plus que surnaturelle.

Arrivée devant la maison elle se rendit compte qu'elle était toute colorée, celui qui l'avait construite avait un goût douteux. Elle ouvrit la porte et une odeur alléchante chatouilla ses narines. Elle entra. Elle se trouvait dans une charmante petite chaumière, une cheminée, une table, des chaises, le tout sous aspect de bonbons et elle avait envie de croquer dedans. Dans le mur du fond étaient creusés 3 différents trous qui s'enfonçaient dans le sol : des terriers. Ainsi donc, c'était ici que vivait ce lapin blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adrilevi.e-monsite.com
avatar


Féminin Messages : 144
Age : 23
Personnages préférés : Leo , Elliot, Oz, Gilbert, Vincent, Xerxes
Double comptes : Kurana Barma

Feuille de personnage
Nom & prénom: Edwina Phatom
Nom du Chain : Neal Unlight
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   9th Octobre 2012, 04:46

Les coïncidences sont elles des choses qui peuvent vraiment….coïncider ? Bon certes question un peu idiote, mais la petite Edwina ce demande bien pourquoi tout ce qui arrive ressemble à un certain roman mais on va tout vous expliquer !

Alors qu’au matin, l’une de ses servantes lui a préparée une robe bleu clair…et des bas rayée noire et blanc, et des babies noires vernies. Cette tenue ressemble bizarrement à quelqu’un… Edwina grognon les met, manque plus qu’un serre tête et c’est bon elle a le comble pour cette tenue. Alors qu’elle a un peu honte, elle ne sortira pas de son manoir, oh que non, vous imaginez quoi là ? Pour ce détendre un peu Edwina décide de prendre son petit déjeuner dehors tranquille dans son jardin.

Alors qu’elle attend que les servantes installent la table, et le repas. La Phantom tourne un peu sur elle-même stressé par ce nœud derrière elle qui pend. Après quelques minutes, elle fait un petit tour pour ce mettre en appétit. Tout à coup elle voit un chat blanc, la demoiselle le fixe…et affiche un sourire narquois.

« Comme si j’allais le suivre, pathétique ! »

Elle fait demi-tour et va s’assoir à sa table et regarde son menu. Des gâteaux aux carottes, elle regarde la servante avec un regard blasé, celle-ci lui dit :

« Ca rend aimable madame ! »

Elle s’en va… Sympas ? Edwina grogne un peu et croque dedans, le goût n’est pas très agréable, mais on fait avec dans un soupir ! Les nouvelles du jour sont aussi sur la table, la jeune fille prend le journal et le lit. Des trous qui aspirent des gens ? Bah tient… Elle frissonne toute seule devant cette nouvelle. Alors qu’elle lit, elle cherche à prend un de ses trucs appeler gâteau sans regarder. D’un coup elle sent quelque chose de tout velu. Elle tâtonne, c’est tout doux… Elle regarde et voit un chat lui prendre son gâteau…

« …………………Non mais….c’est quoi ce bord* ! »

Le chat déguerpit aussi vite qu’il peut. Edwina le suit en hurlant « Mon Gâteau ! » C’est à elle quoi ! Elle le poursuit et d’un coup le perd et fini devant un trou. Elle le regarde, non Edwina n’est pas bête.

« Et puis quoi encore, j’y vais pas moi ! Je ne suis pas bête, qu’il le garde ce gâteau ! »

Alors qu’elle fait un tour sur les talons, elle retrouve son voleur qui la percute sans la voir et la fait tomber dans ce trou.

« Je hais ma journééééééééééééééééééééééééééé !! »

C’était le mot d’Edwina… Après sa chute, la voilà dans un mode bien étrange… Bon sang pourquoi elle ? La Phantom se relève et tapote ses fesses pour enlever la poussière.

« Où est la sortie ici ? »

Bon ce qui est sur, elle ne doit pas être marqué avec un gros exit clignotant dessus… Un peu de logique. Alors qu’elle avance dans ce lieu inconnu, elle voit son voleur qu’elle poursuit. Il est venue chez elle, il doit surement connaitre la sortie lui ! La demoiselle le suit et arrive devant une maison…un peu petite là… En soupirant elle se met à quatre pattes et arrive à ouvrir la porte pour rentrer. La maison est trop coloré à son goût, mais passons le détail esthétique. C’est alors qu’elle arrive devant…Un lapin noir ?!

« ….Euh salut ? T’as pas vu un chat avec un gâteau ? »

Non mais cette journée, ressemble bizarrement à ce conte, mais en remake, en espérant qu’Edwina n’en perde pas la tête.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceci est le nom de mes gamins oublié "pan" Pour toi Nana aussi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   9th Octobre 2012, 06:34

L'ennui... encore et toujours... Alyss se roulait au sol, dans sa robe immaculée à la recherche d'une quelconque distraction. Il n'y avait pas eu d'invité aujourd'hui. Pas d'invité depuis longtemps d'ailleurs. Ce n'était pas juste ! Dire que les chains s'amusaient avec leurs amis, dans le monde des humains. Avaient-ils oublié Alyss ? Sûrement... Non, ça ne se pouvait pas. La demoiselle n'était pas de celles que l'on oublie aisément. Mais alors pourquoi n'y avait-il toujours personne qui venait lui tenir compagnie ? Ce n'était pas encore l'heure du thé. Non, pas encore. La Volonté soupira. Il y a des jours où il ne se passait vraiment rien.

Rien ? C'est bien ce qu'elle pensait ? Pourtant, le lapin blanc n'allait pas tarder à penser le contraire. Et pour une fois, cela aurait lieu d'être. Cela ne serait pas dû à la façon de penser... peu coutumière de la jeune fille. En effet, ce qui allait se passer, serait pour elle un parfait moyen de se divertir. Elle n'allait probablement pas être déçue.
C'est pourquoi, lorsqu'elle aperçut une lumière blanche dans sa chambre, elle leva la tête précipitamment. Qu'était-ce donc que cette drôle de chose ? Un invité ? Un nouvel ami ? Alyss était assise, prenant appuie sur les paumes de ses mains et penchait doucement la tête sur le côté, intriguée. En tout cas, ce n'était pas quelque chose qu'elle avait déjà vu dans l'Abysse. Ca, elle s'en souviendrait ! Elle avait même l'impression que c'était tout le contraire. Et pourtant... il y avait quelque chose de similaire à la fois. De cette étrange lumière blanche se dégageait une sensation proche de celle de son chez elle. Ce en quoi ça l'intriguait encore plus.

Intriguée mais visiblement très heureuse. Certes, c'était quelque chose de complètement inhabituel ici. Et justement ! Enfin quelque chose venait perturber ces jours monotones, rompre ce cercle d'ennui perpétuel, apporter des imprévus. Et Alyss ne demandait pas mieux. Et si c'était dangereux ? Mais non voyons ! Ca avait l'air tellement amusant ! Elle se leva, sa robe suivant le mouvement, puis elle tourna autour de la lumière. Elle s'en approcha de plus en plus et n'y tenant plus, elle plongea le bout de ses doigts dans la lumière aveuglante. C'est alors qu'elle se sentit aspirée. Elle tenta de retirer sa main mais une force l'attirait vers cet abîme blanc. Alyss voulait y aller, mais elle aurait voulu appeler Cheshire d'abord. Oui, parce qu'elle voulait que lui aussi puisse venir s'amuser. Malheureusement, la lumière ne la laissait plus s'en aller et elle sombrait de plus en plus. Elle eut juste le temps d'appeler Cheshire très fort en lui donnant le plus de détail possible. La lumière blanche, qu'il fallait la toucher. Elle espérait qu'il l'aurait entendu, tandis qu'elle sombrait dans l'inconscience.

Alyss fronça les sourcils. Elle mit un long moment avant d'ouvrir enfin les yeux. De la lumière... Trop de lumière... Trop de couleurs... Et la jeune fille n'y était pas vraiment habituée, plus accoutumée à l'obscurité des Abysses. Elle s'assit dans les herbes. Car oui, elle était dans les herbes. Après quelque secondes encore étourdie, elle secoua la tête de gauche à droite, afin de retrouver ses esprits. Elle ne se rappelait plus très bien comment s'était déroulé le passage entre sa chambre et ce lieu. Son dernier souvenir était celui où elle se faisait happer lentement par la lumière blanche. Mais de toute évidence, le choc avait été un peu brutal.
Will of the Abyss se releva doucement et observa ce qui l'entourait. Oh, comme ce monde était curieux ! Il y avait plein de couleurs partout. Et surtout, ce qui attira l'attention de la demoiselle... cette petite maison. Quelle étrange maison ! Qui pouvait bien l'habiter ? Oh, qu'importe. Il y en avait une. Cela signifiait qu'il y avait des gens qui y vivaient !

Sans perdre davantage de temps, la Volonté se dirigea en sautillant vers la petite habitation, en chantonnant. Enfin, elle allait pouvoir s'amuser un peu. Ne trouvait-elle pas cela étrange ? Ne se posait-elle pas de questions ? Diantre, non ! En ce qui concernait la partie "Ce n'est pas normal", il y avait une explication assez logique. Du moins, en considérant que ce terme pouvait s'appliquer à Alyss, ce qui était rarement le cas. Donc, voilà. Vous poseriez-vous encore des questions sur ce qui est normal et sur ce qui ne l'était pas si vous aviez toujours vécu dans l'Abysse et que vous étiez le créateur des chains. Déjà, c'est une preuve suffisante en soi. Après tout, pour beaucoup, l'Abysse a toujours été, et est encore aujourd'hui, un simple conte pour effrayer les enfants. "Si tu n'es pas sage, tu seras envoyé dans l'Abysse".
Mais passons. Voilà justement que notre petite princesse de l'Abysse arrive au seuil de la petite maison. Elle s'y arrête un instant et hume l'air. Oh, que ça sent bon. Un repas ? Peut-être sont-ils en train de fêter quelque chose ? Oh oui ! Elle voulait y participer également. Pourquoi ne pas faire une surprise. Plutôt que de passer par la porte... elle voulait passer par la fenêtre pour les surprendre. Ce serait original et cela leur ferait peut-être plaisir ! Fière de son idée, elle avança à quatre pattes jusqu'à la petite fenêtre située à quelque pas de la porte d'entrée. Elle entendait des voix mais elle ne se concentrait pas sur ce qu'elles disaient. La jeune demoiselle habillé de blanc posa ses mains sur le rebord de la fenêtre et essaya d'entrer. Elle n'était pas grosse loin de là, mais c'était la fenêtre qui était quelque peu étroite. Et je puis vous assurer que ce n'était pas une excuse. Heureusement, Alyss était doté d'une fine silhouette et elle n'eut pas trop de mal à se glisser à l'intérieur. Elle atterrit souplement sur un genoux, une main de chaque côté de celui-ci et se releva et tendant les bras vers le plafond, autant que c'était possible. Et s'en avoir regardé la pièce au préalable, elle lança avec un grand sourire.

- Surprise !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 23
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   11th Octobre 2012, 02:26

Réveil est une ville relativement calme. Par calme, il faut entendre que de grandes agitations dans les rues ne sont pas monnaie courante. Il y a du monde - c'est la capitale -, la ville est éveillée de jour comme de nuit la plupart du temps, mais cela reste calme. Suffisamment calme en tout cas pour que le contracte avec l'agitation d'aujourd'hui soit visible.
Des trous dans la ville ? Allons bon. Depuis qu'il est sorti de chez lui, le contractant a déjà entendu dix versions différentes de cette histoire et au moins autant de proposition d'explications. Certaines assez farfelues, d'ailleurs. Certains croient même que les Baskerville ont fait des leurs alors que, pour une fois, ils se tiennent tous tranquilles. Preuve en est, Finny n'a rien à faire aujourd'hui. Jour de repos, comme il appelle ça. Jour qui a mal commencé puisque la grasse mat' a été abrégée. D'un autre côté, si personne ne l'abrégeait pour lui, le contractant la prolonge toujours en grasse après midi. Et ce peu importe l'heure à laquelle il s'est couché la veille. Il doit avoir un système d'hibernation réduite embarqué qui marche ne toute saison.
Ceci mis à part, il déambule sans but dans les rues de la capitale, prêtant donc depuis une petite demi heure une oreille attentive aux ragots. Les gens sont peu discrets dans cette ville. Ces "trous" comme ils les appellent semblent en effrayer certains autant qu'ils en excitent d'autres. Le Baskerville pour sa part, dans sa grande flemmardise, espère bien ne pas en croiser un seul. Histoire de passer une journée tranquille. De toute façon, pour ne pas voir ces trous de lumière blanche - d'après ce qu'il a entendu - il faudrait être aveugle. Jusqu'à preuve du contraire.

La foule au centre de la ville le contraint à longer la place à la recherche d'une ruelle moins fréquentée par où poursuivre sa route. Il en repère une de loin, entre deux habitations, et, lorsqu'il se trouve au coin près de l'entrée de sa cible, un objet non identifié le percute par derrière, l'envoyant trébucher plusieurs pas en avant dans la ruelle. Evidemment son premier réflexe est de se retourner pour tenter d'attraper l'apprenti missile la main dans le sac. Manque de chance, l'apprenti missile en a aussi la vitesse et le contractant ne voit personne. Juste la foule qu'il vient de quitter.

Ce qu'il ne voit pas non plus, c'est ce qu'il se passe dans son dos, et sur lequel son regard ne s'est pas encore posé. Normal, car c'est en train de se produire. Une lumière blanche. Une sacré lumière blanche en train de sortir d'un trou qui s'ouvre tout à fait tranquillement. Assez aveuglante, en fait, pour celui ou celle qui la regarde en face, cette lumière. Impossible à louper, en somme, une fois qu'on l'a dans le champ de vision. Sauf si on lui tourne le dos bien sûr. Evidemment, cette lumière est le genre de chose dont le contractant, dans un jour de repos, ne s'approcherait pas. Non pas par peur, mais justement parce que c'est un jour de repos. Et les jours de repos, on évite de marcher droit vers les ennuis. Surtout quand ils brillent, tant qu'à faire.
Maintenant, si on ne les a pas vus, ces ennuis...

En se retournant avec la désagréable sensation qu'un truc se trame dans son dos, il voit la menace. Et c'est déjà trop tard pour l'éviter, la menace en question ayant déjà posé ses tentacules lumineux sur lui. La prochaine chose dont il a conscience est d'être entouré de... Visiblement de l'herbe. Entre autre. Et en tout cas, certainement pas les rues pavées de la capitale.
Sa première pensée va à son jour de repos tout juste décédé. La seconde est consacrée à tout un tas de jurons qui seront tus ici pour préserver les yeux innocents. Et la troisième est enfin consacrée à observer un peu mieux les alentours, dans l'espoir - futile et vain, il le sait - de trouver une porte de sortie. Ou, à défaut d'une porte, un trou. Evidemment, ce genre de truc se passe exactement comme dans les livres et il n'y a absolument aucun moyen de sortie en vue. Sinon, ç'aurait été trop simple. L'homme pousse un soupir agacé. En tout cas, bonne nouvelle, ce n'es pas l'Abysse ! Pensez bien qu'après avoir passé cent ans dedans, il est capable de reconnaître cette dimension dès le premier regard. Et ici, ce n'est définitivement pas l'Abysse. Ce qui en fait ne lui tout de même pas ce que c'est, et finalement c'en est peut-être plus inquiétant que d'être retombé dans l'Abysse. Au moins, il aurait su en sortir. Au pire, il y avait Nana.
Sauf qu'ici, il est complètement perdu. Enfin, tout bien réfléchi, cela ne change pas tellement de l'ordinaire. Il est paumé les trois quart du temps.

Un espèce de lapin marron lui passe sous le nez en courant, sorti visiblement de nulle part. L'homme, lui, reste sur place sans bouger. Oui il connaît ce fameux livre complètement tordu dont l'auteur ne sera pas cité, et non il ne fera pas comme l'enfant du livre - c'est comme ça que les enfants finissent après entre les mains de Robert, 53 ans, célibataire et fétichiste -, à savoir courir après cet animal. Même si ce lapin là n'est pas blanc.
La bête en question court plus rapidement que lui, de toute façon.
Cependant, comme rester planté sur place est hautement contre productif, ne le fera pas sortir de là, et en plus est inutile et franchement ennuyant, il se met à avancer. Le fait qu'il prenne la même direction que le lapin n'est bien entendu qu'une coïncidence. On dit que la curiosité tue le chat. Finny n'étant pas un chat, il survivra, non ? Et sinon il fera comme le chat de Schrödinger - à vos souhaits - et sera mort et vivant à la fois. Dans tous les cas, il vit.
Maintenant qu'il été prouvé que l'endroit commence déjà à lui atteindre le système cérébral, avançons.

Il n'a strictement aucune idée du temps passé à marcher, bien que cela ne lui semble faire qu'une poignée de minutes, quand il tombe sur une maison. Enfin, disons que la forme extérieure est une maison, parce que pour ce qui est de la taille de la chose... Le lapin. Est-ce que c'est la maison du lapin ? Pourquoi un lapin aurait une maison ? Probablement pour la même raison que l'habitation en question n'est pas faite de pierres. Il vaut mieux, pour les moments à venir, commencer à faire abstraction de toute logique.
Le Baskerville s'approche de la bâtisse avant de s'accroupir pour pouvoir toquer à la porte. Il aurait pu entrer comme s'il possédait les lieux, mais sait-on jamais ce qui peut bien se cacher de l'autre côté de cette entrée. La manoeuvre est jugée inutile lorsque la porte s'ouvre toute seule quelques secondes après. Et à l'intérieur, il y a déjà du monde. Passons sur le fait qu'un lapin noir se tienne avec deux jeunes filles dans cette maison.
C'est quoi le problème de ce monde avec les lapins ?
Bref. Sur le coup, Finn décide de poser la première question qui lui vient à l'esprit, se gardant bien de rentrer dans le bâtiment :

- Quelqu'un sait où on est ?

Le fait que les gens ici présents sont probablement aussi perdus que lui ne lui traverse pas vraiment l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   23rd Octobre 2012, 03:11

Perdu, complètement perdu ! Les personnes ne pouvaient que ce perdre dans cet endroit sombre mais pas pour autant glauque. La petite maison était bien décorée et particulièrement d’orange rappelant les carottes. Que faire ? Être en retard ou ne pas l’être ? Une montre en or sortit de nulle part. Oh ? Il n’était que seize heure ? L’heure de prendre le thé ! Sans pour autant être retardé. Il fallait en profiter, il fallait s’amuser ! Après tout, ce monde était là pour ça n’est-ce pas ? Le coin de folie était plus loin, il n’atteignait pas cet endroit. Alors, êtes-vous prêt pour jouer un moment avec moi ? Oh oui !

La porte de la petite maison s’ouvrit et claqua violemment contre le mur derrière elle. Une petite boule blanche commença à faire le tour d’une table avant de s’arrêter net devant quatre personnes. Mais que faisaient-elles là ?

« Vous êtes chez moi… Des intrus ! On est venu me volé ! Aaaaah ! »

La boule blanche ressemblait à un lapin… Du moins, le temps qu’on puisse l’entendre parler et que ce dernier se mette à courir autour des quatre nouveaux venus. On lui voulait du mal ! Comme la reine de cœur ! Était-ce des gardes venus lui couper la tête ? Pas possible, ce n’était pas des cartes ! Le lapin continua sa petite course avant de s’arrêter nette devant la porte d’entrée.

« Oh, je ne l’ai pas fermée. »

Faisant quelques petits bons, l’animal la ferma donc tout aussi violemment qu’elle s’était ouverte précédemment. S’avançant plus tranquillement vers les nouveaux venus, il s’approcha de chacun d’eux pour les observer plus attentivement les reniflant de son petit nez tout rose. Se mettant au milieu du petit groupe, il réfléchit quelques instants.

« Vous n’avez rien volé… Vous ne devez pas être des gardes de la reine… Alors, prenons le goûter ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Reprenant sa vitesse fulgurante, la boule blanche s’en alla en cuisiner chercher un plateau avec des biscuits où il était écrit eat me et des tasses de thés avec écrit drink me. Sa mémoire lui faisait un peu défaut… Le lapin ne se souvenait plus des effets de son goûter. Sautillant à nouveau devant chaque individu, il donna un biscuit et une tasse à chaque personne. Voyons, de cette manière, personnes ne seraient jaloux d’un autre ! Reculant vers la petite table en bois, il reprit la parole.

« Vous êtes chez moi ! C’est ma maison. Ne cassez rien… »

L’envie de refaire la décoration n’était pas vraiment présente… De l’orange, des carottes, rien n’était mieux hein ? En tout cas, c’était son choix de décoration ! Sortant une petite montre en or de sa poche, il refit quelques bons en regardant l’heure.

« Je ne suis pas en retard ! Je ne suis p… Oh ? »

S’approchant du drôle de lapin noir, il pencha la tête sur le côté. C’était lui son ami ? Ce n’était pas lui ? Il ne se souvenait plus…

« C’est toi le lièvre de mars ? Ou ce n’est pas toi ? Il tourna la tête vers le seul homme. Tu le sais toi ? »

Hé oui, la curiosité était un vilain défaut ! Mais dans ce genre de monde, elle pouvait aussi vous sauver la vie ! Comment se petit goûter allait-il tourner ? Suspense, suspense ! Les acteurs étaient maintenant place !

( Comme les autres, topics toujours ouvert aux nouveaux !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   3rd Novembre 2012, 12:46

If I had a world of my own
Everything will be nonsense
Nothing will be what it is
Because everything will be what it isn't
C'était la dixième fois cette semaine -enfin du moins d'après ses dires-, qu'il lui arrivait quelque chose d'invraisemblable, d'inimaginable, d'incroyable, d'impossible, et toute une autre armada de mots approchants. Qui ça lui ? Oh, juste le nouveau secrétaire de son oncle un peu toqué qui s'était donné pour mission de réveiller Agathe en sursaut au moins trois fois par mois. La jeune blonde se retourna dans son lit pour enfouir la tête dans son oreiller et grommeler un juron bien trop audible. L'homme qui avait fait irruption dans la pièce faisait un vacarme pas possible, balançant ses bras dans tous les sens, partant dans de grandes envolées et levait les yeux aux ciel toutes les trente secondes pour marquer sa surprise et surtout son agacement face à la réaction trop peu intéressée d'Agathe à son goût. Le soleil commençait seulement à pointer le bout de son nez, et un rayon un peu plus vif vint éblouir la jeune fille, qui daigna finalement se retourner face au secrétaire, sans pour autant se redresser.

- Quoi encore ??! fit-elle en insistant ostensiblement sur le "encore".

Le secrétaire, visiblement satisfait, laissa un sourire de félin s'étirer lentement sur son visage. Sourire, qui, il faut l'avouer, faisait froid dans le dos. Il commença donc à faire le récit de ce qui venait de lui arriver, en y mettant, on le sentait, toute son âme d'acteur. Pour le décrire assez rapidement, cet homme auquel on ne parvenait pas à donner un âge avait des yeux en amandes d'une couleur tout à fait singulière. En effet, ceux-ci étaient vert d'eau, et miroitaient ça et là de reflets bleutés. De long cheveux noirs venaient encadrer son visage fin et se perdaient enfin dans sa gigantesque cape grise. Chacun de ses pas faisait penser à un félin discret et il avait la mauvaise habitude d'apparaître et de disparaître sans prévenir.
De ce qu'avait écouté ou plutôt entendu Agathe, on pouvait retenir le fait qu'il avait failli se faire aspirer par un trou blanc mais que la fleuriste à qui il faisait du charme n'avait pas eu autant de chance. Merveilleux. La jeune Lilween était bien contente pour lui. Lorsqu'il eu fini son récit, l'homme regarda fixement vers le lit, pour ne voir qu'une masse de cheveux blonds à moitié cachés par un oreille bleu.

- Vous ne me croyez pas, hein !? Eh bien vous verrez quand ça vous arrivera ! Je ne raconte pas toujours des fadaises ! D'ailleurs jamais ! Mes récit sont toujours fondés sur des faits réels sur lesquels j'ai précéde-

- Oui, oui j'ai compris. Bonne journée et merci d'être passé. marmonna Agathe les yeux fermés.

Le secrétaire dont le nom avait été malheureusement oublié par la blondinette partit en grande enjambées en grommelant et disparu dans la pénombre. Le bruit de la porte ne se fit même pas entendre. Après tout, il n'avait peut-être pas utilisé la porte … Agathe resta quelques instants sans bouger, à tourner et retourner dans sa tête les paroles de l'excentrique. Puis, n'y tenant plus, elle se leva d'un bond et commença à s'habiller. Une fois un short marron foncé enfilé et une chemise blanche boutonnée, elle enfila un veston bordeaux et des chaussettes hautes de la même couleur. À la poche de son veston était accrochée une chainette dorée au bout de laquelle se balançait une vielle montre aux dorures usées, souvenir du père de la jeune fille. Ceci fait elle mit des bottes hautes rappelant la couleur de son short et sortit en trombe de sa chambre. Comme d'habitude, son petit déjeuner l'attendait bien sagement sur une table proche de grandes baies vitrées qui donnaient vue sur les allées bordées de fleurs. Sans même s'asseoir, la jeune Lilween prit un petit déjeuner sur le pouce et emmena avec elle quelques biscuits qu'elle fourra ensuite quelques instants plus tard dans les poches du gigantesque manteau auburn jeté sur ses épaules. Son but ? Aller en ville avec l'espoir de voir de plus près une de ces fameuses lumières blanches.

Après toute une matinée passée à errer dans le centre de Reveil, la jeune fille commença à songer à abandonner ses recherches. Elle décida de partir se balader dans les alentours de la capitale, et marcha jusqu'à arriver près d'une rivière qui s'écoulait paisiblement. Il faisait assez beau et on pouvait voir des enfants qui jouaient au bord de l'eau en riant. Soudain, un des enfants se mit à crier et Agathe accouru vers eux, inquiète qu'il se soit blessé. Ce qu'elle n'était cependant pas du tout ce à quoi elle s'attendait ; devant elle se précisait une lumière aveuglante, qui fut bientôt obscurcie par une petite forme sombre. Agathe eu juste le temps de se jeter sur l'enfant qui tombait dans le gouffre lumineux avant qu'il n'y disparaisse. Ils atterrirent tout deux dans la rivière dans une gerbe d'eau, et la jeune lycéenne s'empressa de remonter le petit bonhomme sur la berge.

- Est-ce que tu vas bi- commença-elle à lui demander.

C'est à ce moment-là que le sol mouillé s'écroula sous ses pieds, la faisant basculer en arrière, en plein milieu de la lumière laiteuse.

La chute lui sembla durer longtemps, mais peut-être qu'elle ne passa que quelques instants à tomber. Car oui, elle se sentit très clairement tomber, mais tétanisée par la peur elle ne parvint pas à ouvrir les yeux. Ce fut donc soulagée lorsqu'elle atterrit sur une surface humide. Sûrement ses vêtements avaient-ils trempés le sol. Mais lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux elle constata qu'elle était parfaitement sèche. Elle allait se demander comment cela était possible avant de lever les yeux pour admirer la vue qui s'offrait à elle. Elle était assise sur une herbe d'un vert presque parfait, parsemé de nombreuses fleurs que venaient butiner plusieurs insectes. Voulant s'approcher d'une fleur ressemblant à une pensée, elle vit avec stupeur que ce qu'elle avait prit pour une libellule était en fait un minuscule cheval à bascule ailé. En dirigeant son regard vers la fleur elle crut la voir bouger, et le visage insinué sur ses pétales se fendre d'un sourire aimable. Agathe s'entendit penser, dans un élan d'énervement *Mais c'est quoi ce bordel !?*. Son expression changeât du tout au tout, et elle se mit à marcher à grandes enjambées, jurant à qui mieux mieux. Oui bon certaines personnes pouvaient être émerveillées par cet endroit, mais là Agathe n'avait pas le temps de s'attendrir sur un cheval volant ou une fleur qui ressemblait à un vieux et souriait avec perversité. Elle n'avait pas envie de devenait la Alice de ce monde de fous. La première fois qu'elle avait lu ce livre pour enfants, elle avait été traumatisée par cette bande de fous furieux qui disaient des choses incompréhensibles. L'auteur avait une sacrée imagination, vraiment. Comme elle était énervée -non, vraiment ?- elle sortit de sa poche un des biscuits dorés, histoire de s'occuper avec un truc quelconque et se foccaliser sur une chose qu'elle savait tout à fait réelle.

Au fur et à mesure qu'elle croquait dans son biscuit, elle avait l'impression que le paysage autour d'elle grandissait. Au début, elle n'y prêtait pas attention, trop occupée à pester contre le secrétaire -dont le nom ne lui revenait toujours pas- qui elle s'en rendait maintenant compte avait eu raison. Cette fois-ci. Agathe ne commença à s'inquiéter que lorsqu'elle sentit un brin d'herbe lui chatouiller l'épaule. Ses yeux roulèrent un instant dans leurs orbites, et elle se demanda si elle devait pleurer ou rire. Elle décida de ne rien dire, et d'arrêter si possible de manger ce fichu gâteau, qu'elle jeta par-dessus son épaule. Elle continua sa route comme si de rien était, saluant au passage une coccinelle ou une limace et remerciant un escargot qui lui avait laissé la priorité. Est-ce qu'elle se rendait compte qu'elle devenait complètement folle ? Que ce qu'elle faisait était insensé ? Oh que oui, mais elle avait choisi de ne pas se poser trop de questions, son esprit détestant être embrouillé.

Après avoir tapé la bise à une chenille qui fumait … surement la même chose que tout les habitants de cette mini forêt, avoir apprit à tisser sa propre toile et … beaucoup d'autres aventures, Agathe vit se dessiner les contour d'une maison qui ressemblait étrangement à un gâteau géant, réellement appétissant. Elle se trouvait vraisemblablement à l'arrière de la maisonnette, et en face d'elle, une échelle était appuyée contre un mur, montant jusqu'à une jolie cheminée, ou une cigarette russe peu importe. Sans se poser la question de savoir si il y avait une porte ou pas, elle grimpa agilement à l'échelle, et se pencha pour regarder à l'intérieur de la cheminée. Il lui sembla entendre des voix, et, jeune fille imprudente qu'elle était elle se pencha un peu plus. L'échelle s'éloigna peu à peu du mur et Agathe fini par basculer dans la cheminée. Elle eu l'impression de revivre sa première chute, en plus court. Elle atterrit sur ses mains et pour éviter de se fracasser la tête improvisa une roulade pour arriver sur les fesses dans une pièce remplie de tout un petit monde.

- Tadaaaa~ lança-t'elle d'un air blasé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Messages : 421
Age : 25
Personnages préférés : Lacie ! Alice et Alyss
Double comptes : Adrien Connelly

Feuille de personnage
Nom & prénom: Alice / B-Rabbit
Nom du Chain : c'est moi -_-
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   13th Novembre 2012, 09:49

Il y avait une cuisinière, des étagères sur lesquels étaient posées différents ustensiles et des pots. Alice s'avança pour renifler ce qui sentait aussi bon mais l'odeur venait de partout, à croire que tout ici était mangeable. Elle s'apprêta à prendre un de ces pots pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur quand une fille entra à quatre pattes par la porte.

- .... Euh salut ? T’as pas vu un chat avec un gâteau ?
Lui demanda t-elle sans complexe après avoir vu qu'elle s'adressait à un lapin noir.

Les oreilles d'Alice se dressèrent signe de sa réflexion, d'où sortait cette fille ? De l'un de ces trous blancs ? Sans aucun doute oui, tous les gens qui devaient avoir été aspirés par ces trous devaient arriver ici mais non, si l'on suivait cette logique là, il devrait y avoir plus de personnes. Alice secoua la tête par flemme de réfléchir d'avantage et s'apprêta à répondre à cette fille quand une silhouette attira son attention par la fenêtre. Quelqu'un d'autre venait de s'y glisser et d'entrer ainsi dans la maison. Mais Alice eut la stupeur de reconnaitre cette personne car ce n'était personne d'autre qu'elle même, entièrement vêtue de blanc, même les cheveux avaient cette blancheur. Cette fille, la Volonté de l'Abysse en personne.

Mais que fichait-elle ici et ... et ... que voulait-elle ? S'était-elle également perdue ? Non, ce n'était pas possible, ce monde devait être également une de ses créations, de la même envergure que la dimension de Cheshire ... Mais encore une fois elle ne put rien dire, ni rien faire car une nouvelle personne entra, un homme cette fois-ci.

- Quelqu'un sait où on est ? Demanda t-il

Les gens ne faisaient que d'arriver à la file indienne, est-ce que ça allait s'arrêter ? Mais apparemment non puisque la porte fut ouverte violemment et entra un petit lapin blanc qui resta pétrifié à la vue des 4 personnes qui se trouvaient dans la pièce. Il les toisa un instant en marmonnant quelques paroles, puis alla refermer la porte tout en leur demandant s'ils étaient des gardes de la reine mais avant que quelqu'un puisse répondre, il les invita à prendre le goûter. Alice pencha la tête sur le côté en ne comprenant strictement rien, surtout quand ce lapin leur donna un biscuit et une tasse de thé chacun avant de sauter sur lui-même en disant qu'il était en retard. Puis enfin il s'avança vers elle et lui demanda :

- C’est toi le lièvre de mars ? Ou ce n’est pas toi ?


Le lièvre de mars ? Ressemblait-elle au moins de près ou de loin à un lièvre ? C'était B-Rabbit ! En plus elle était au moins deux fois plus haute que ce minable lapin blanc. Elle grogna un coup sous le coup de la colère qui montait du fait qu'elle ne comprenait rien puis demanda d'un ton agressif.

- Qu'est ce qu'on fout tous ici ?! Surtout elle là !

Elle désigna Alyss.

- Qui es-tu et c'est quoi cet endroit ?! C'est toi qui est à l'origine de tout ça ? Qui nous a tous amené ici ?

Puis elle se tourna vers la jeune fille et l'homme.

- Et vous êtes qui ?

Bien sûr elle ne s'était pas un instant mis à leur place, eux qui étaient en train de voir un lapin noir massif aux yeux rouges habillé en train de pousser une gueulante. Elle devrait être la moins choquée de tous ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adrilevi.e-monsite.com
avatar


Féminin Messages : 144
Age : 23
Personnages préférés : Leo , Elliot, Oz, Gilbert, Vincent, Xerxes
Double comptes : Kurana Barma

Feuille de personnage
Nom & prénom: Edwina Phatom
Nom du Chain : Neal Unlight
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   18th Décembre 2012, 03:57

Salut les Bizarres… C’est tout ce qu’on peut dire là. Déjà un chat qui prend un gâteau, puis un lapin noir suivit d’une fille toute blanche qui fait surprise, là ça commence à faire de trop pour Edwi… Non mais manque quoi là ?

« Quelqu'un sait où on est ? »

Ah bah oui bien sûr un homme. Il a l’air aussi paumé que la demoiselle. Mais pourquoi autant de gens se ramènent sur le coup ? Il y a une réunion. Il y a mariage vu que la fille la est toute blanche… elle se marie avec l’homme là ou le lapin qui a un nœud… Non mais c’est quoi cette logique-là. Edwi se gratte la tête essayant de piger ce qui arrive. Et là c’est le pompon blanc dans cette baraque.

« Vous êtes chez moi… Des intrus ! On est venu me volé ! Ah ! »

Un lapin…qui parle, qui a une maison, des meubles…sérieux ? Edwi ce n’est pas taper la tête entre deux. En fait elle doit dormir… Voilà c’est un rêve, un rêve bien zarb. Edwi secoue la tête croyant complètement halluciné. Non mais c’est la meilleure vraiment ça, en plus elle invente vraiment tout bien elle a inventé des personnes qu’elle n'a jamais vu la classe. Bon ce n'est pas le moment de ce jeté des fleurs quand même. Puis après être sortie de sa pensée elle voit des tasses et des gâteaux ! Yes à manger pas trop tôt la Phantom à un peu faim. Alors qu’elle saisit le gâteau curieux, elle entend un bruit dans une cheminée… Père Noël ? Ah non la fille du père Noël en fait… Puis maintenant le lapin noir nous fait une sorte de crise là en désignant tout le monde…

« Et vous êtes qui ? »

La politesse n’est pas le fort de ce grand lapin, c’est quoi cette gueulante sérieuse. Elle n'a rien fait la Edwi ! Alors qu’elle regarde le mammifère blasé elle mange un peu de gâteau content de se remplir l’estomac.

« Non mais apprend la politesse, présentes-toi en premier au lieu de gue...… »

D’un coup elle sentit un mal aise en elle. Puis un mal de ventre conséquent. Non mais qu’est-ce qui sa passe. Un mal de tête est une impression de voir toute floue. Elle se tient à la talé ayant un vertige violent. Puis les meubles grandissent, les gens aussi… Edwina n'est pas grande là mais quand même ! Puis elle eut un noir quelques instants;
La Phantom se frotte les yeux et se retrouve dans un endroit chaud, et il fait noir aussi… On l’a enfermé! Ah non il y a de la lumière… Elle avance et sort la tête et voit la tasse à elle qui fait…sa taille ? What… Puis ses vêtements ? Où sont-ils ?! Ses chaussures est tout ?! Edwina se rend compte en fait que cet endroit chaud c’est sa robe… Elle a réduit, déjà quelle n'était pas grande.

« Non mais… Tu m’as fait manger quoi toi ?! »

Pourquoi sa tombe sur Edwi, les gâteaux elle va les bannir a force… Elle serre sa robe pour se cacher le petit corps qu’elle a. Adossée à la tasse elle regarde le lapin blasé, une taille de poupée géniale non.

« Trouve-moi des vêtements tu es fautif ! Répare ça ! »

Les nerfs d’Edwina sont sérieusement touché, le ras-le-bol sûrement… enfin bref une journée bien compliquée s’annonce surtout avec une taille de 30 cm ou moins, la demoiselle grogne, sa gourmandise la perdra un jour.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceci est le nom de mes gamins oublié "pan" Pour toi Nana aussi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 23
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   24th Décembre 2012, 03:31

Ce monde ne tourne pas rond. Voire ne tourne pas du tout, en fait. Des trous lumineux pour y entrer, une espèce de maison qui tient par une volonté divine parce que vu ses matériaux de construction, ce n'est pas possible autrement. Un lapin blanc qui déboule par la porte. Un lapin hyperactif d'ailleurs. Si jamais il y avait encore eu droit à un quelconque doute, ils peuvent tous être éradiqués proprement dès maintenant.
Ce machin blanc petit et énervant qui saute partout... Finn le lancerait bien par la fenêtre. Zou ! Lapin volant. Avec un peu de chance ça lui remettrait les idées en place. Ou alors il sait faire l'hélicoptère avec ses oreilles et il s'envolerait. Dans les deux cas, ils ne sont cependant pas près de sortir d'ici et l'homme veut sortir d'ici. Raz-le-bol des mondes tordus mince alors, il est sorti du dernier y'a pas longtemps. Et puis pourquoi les gens déboulent par la cheminée ? La porte est petite, mais quand même. Tout à fait, il a décidé de râler mentalement sur tout ce qu'il voit, en attendant de trouver une idée pour sortir. Peut-être que repartir en quête d'une de ces lumières blanches ? Genre la porte d'entrée et de sortie serait la même... Trop facile. Et puis si jamais, impossible de revenir ici ensuite. Quitte à être perdu, autant l'être avec d'autres paumés. Même si pour le moment l'équipe semble un peu - beaucoup - douteuse. L'habit ne fait pas le moine, non ?

Le lapin - le blanc, on les appellera Petit pour le blanc et Grand pour le noir par la suite pour différencier les deux - semble un instant complètement affolé et parle de gardes de la reine. Quelle reine ? Oh qu'importe. Il ramène ensuite... Oui des biscuits tout à fait. Un lapin avec un plateau. Parfait.
Règle numéro 1 : ne jamais toucher à des biscuits faits par un lapin. Un lapin, c'est pas censé savoir cuisiner. Comme les Chains d'ailleurs, et il a bien vu ce que cela a donné lorsque Naaru s'est approché de la cuisine. La jeune fille aux longs cheveux foncés ne pense néanmoins pas pareil puisqu'elle se sert. Ça sera l'occasion de prouver ou d'infirmer la règle numéro 1 sous peu, remarquez.
Le Petit affirme ensuite être le propriétaire de la "maison" mais à ce stade plus rien n'est étonnant. Bavard, pour un lapin. L'animal sort une montre de sa poche - normal - et recommence à parler. A la recherche du Lièvre de Mars.

- Tu le sais toi ?

De toute évidence c'est un lapin noir surdimensionné, pas un lièvre. Allez expliquer ça à un lapin blanc qui parle, possède une maison et une montre qui lui permet de constater qu'il est à l'heure. Ce n'est même pas sûr que son cerveau enregistre la phrase. A la place, l'homme tente un :

- Non. Tu veux pas nous montrer la sortie, à tout hasard ?

Sait-on jamais. Et s'ils marchandaient en carottes leur liberté ? A supposer pour commencer que la bête sache seulement sortir d'ici. Il n'a peut-être même pas conscience d'être dans un monde sans queue ni tête.
Grand lapin pète ensuite un câble, faisant légèrement reculer le seul homme de la pièce par prudence. On ne sait jamais. Les lapins sont censés être gentils. Mais ça, c'est valable pour les petits lapins muets. Aucun de ces mots ne s'applique à Grand, à part peut-être "lapin". Notons qu'ici, tous les lapins savent parler et se tiennent sur leurs pattes arrières.

- Et vous êtes qui ?

Malpoli, on se présente d'abord et ensuite seulement on demande aux autres. Agresser des inconnues pour avoir leur identité fonctionne assez mal. Surtout quand on est un lapin. Mentalement, Finn se félicite d'avoir reculé. Grand semble être sujet à quelques accès de violence soudain. Pour sa défense, il est assez facile d'exploser un fusible ici. Rien n'a de sens, alors tant qu'à faire. Néanmoins, il réplique juste avant que la jeune fille qui a testé le biscuit de plus tôt n'ouvre la bouche.

- Et toi t'es qui ?

Quinze secondes et une réplique plus tard, l'adolescente aux longs cheveux foncés disparaît complètement. Enfin, après une seconde de réflexion supplémentaire, vu que la masse de vêtement qu'elle portait tantôt bouge, elle n'est peut-être pas si disparue que cela. Elle réapparaît d'entre la masse informe de vêtements, visiblement très mécontente. Tout le monde crie dans cette maison. Après un instant de réflexion, le contractant décide de s'approcher de la jeune fille miniaturisée. Il déchire soigneusement un bout de tissu dans ses vêtements qui lui sont de toute façon maintenant inutiles. Suffisamment grand pour qu'elle puisse s'en draper. Si elle n'était pas d'accord, même tarif. De toute façon, ce n'est pas avec sa nouvelle taille qu'elle va pouvoir frapper qui que ce soit. L'homme lui tend le tissu :

- Tiens.

Avec tout ça, ils ne sont pas plus avancés qu'au début. Et dehors, il n'y a rien, une vaste plaine avec cette maison en plein milieu. A se demander ce qu'elle fait là. Enfin, il faudrait se le demander s'il y avait possibilité d'obtenir une réponse qui tienne la route. Ici, c'est une question qui ne sert à rien. Rien que savoir que Petit est potentiellement le seul à pouvoir les "aider"... Evidemment, quand on voit qu'il leur a filé de la nourriture toxique, cela semble bien mal parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   3rd Janvier 2013, 18:18

Alyss les écoutait discuter depuis quelques temps. Oh, si on pouvait appeler cela discuter. Tout était confus et personne ne semblait comprendre ce qu'il se passait. Mais pour notre demoiselle, ça n'avait pas d'importance. Il y avait des gens, il y avait de l'animation et elle s'en amusait. Que demander de plus ? Elle regardait tour à tour tous ces gens différents réunis au même endroit. Un petit lapin blanc pour qui elle s'était déjà prise d'affection. Un grand lapin noir très amusant qui s'agitait dans tous les sens. Une fille qui semblait très sérieuse mais à qui la situation ne paraissait pas très plaisante. Une autre fille qui avait fait une surprise aussi en passant par la cheminée; oh elle se souviendrait qu'on pouvait entrer par là la prochaine fois ! Et enfin, un jeune homme qui restait plutôt dans son coin.
Et voilà que pendant que la jeune fille entièrement vêtue de blanc prenait plaisir à être ici, le lapin blanc leur avait rapporté un petit goûter. Oh oui ! Un goûter ! Qu'est-ce qu'elle pouvait aimer ces moments-là. En plus, elle allait pouvoir devenir amie avec tous ceux présents. Elle remercia le lapin d'un large sourire en attrapant la tasse d'une main et un petit biscuit de l'autre. Elle approcha la tasse de son nez. La boisson dégageait une odeur exquise, à la fois relaxante et revigorante, quelques fragrances sucrées. Elle ne pouvait attendre d'y goûter.

Mais voilà. Un incident se produisit détournant l'attention d'Alyss de ce qu'elle s'apprêtait à faire. Une personne manquait à l'appel. Mais non... Elle venait juste de perdre quelques dizaines de centimètres et faisait désormais la taille d'une poupée. Tandis que le jeune homme lui tendait un morceau de ses vêtements qu'il avait déchiré, la Volonté posa la tasse et le biscuit sur le rebord de la fenêtre et se précipita vers la "victime" du goûter. Elle se mit à genoux devant la table, les doigts posés au bord de celle-ci en regardant la petite poupée au cheveux noirs, avec des étoiles dans les yeux comme une enfant à qui on aurait fait un cadeau très plaisant.

- Oh, ce qu'elle est mignonne ! Comment tu as fais ? C'est de la magie ?

Et comme on ne change pas les bonnes -ou les mauvaises- habitudes, elle se releva tout de suite après. Elle venait de penser à quelque chose. Alyss se dirigea vers le lapin blanc et lui attrapa les deux pattes avant dans ses mains.

- Vous avez parlez d'un M. Le Lièvre de Mars ! C'est un de vos amis ? Il est gentil ? On pourrait aller le chercher pour venir prendre le thé avec nous ! Comme ce serait fort sympathique ! Mais avant...

Relâchant enfin le lapin qu'elle avait commencé à faire danser à son rythme, elle alla chercher les chaises qui étaient disposées autour de la petite table et les emmena pour tout le monde. Une pour toi... Une pour toi... Elle voulait qu'ils soient confortablement installés. Puis, notre joyeuse petite folle se dirigea vers la table et s'assit sur le bord avec grâce. Elle croisa ses jambes le plus naturellement du monde. Elle ressemblait à une enfant innocente qui s'amusait beaucoup à un jeu qu'elle découvrait. Leur adressant un grand sourire, elle reprit la parole.

- Et si on se présentait ? Ce n'est pas drôle si on ne connaît même pas nos noms ! Alors je propose que chacun donne son nom et ajoute un petit quelque chose s'il le souhaite. Alors moi, je m'appelle Alyss et j'adore m'amuser, danser et aussi prendre le thé. ~

Elle regarda ensuite l'assistance, les invitant à prendre la parole et curieuse d'en apprendre davantage sur ses futurs nouveaux amis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   16th Janvier 2013, 05:06

Mais qui était tout ce petit monde ? Que diable venaient-ils faire dans le terrier du lapin cinglé ? A croire qu’ils sont complètement chamboulés ! Mais il ne faudra pas mettre la faute sur notre animal si quelqu’un venait à perdre la vie voir même encore pire.

Alors que la panique était présente dans sa maisonnette, le lapin blanc commençait à se monter un coup de stresse à la tête. Une jeune fille venait de tomber de la cheminée alors que cette dernière était allumée. Courant dans tous les coins de la pièce, le retardataire prit un seau d’eau avant de lui lancer sur la tête alors que le feu semblait totalement inoffensif.

« Le feu n’est pas dangereux. Mais on ne sait jamais. On ne sait jamais ! Je ne veux pas que mes carottes prennent feu… »

Ah, ne parlez jamais d’attaquer les carottes d’un lapin car même le plus adorable peut devenir agressif. Lançant le seau l’autre côté de la pièce, celui-ci se rangea automatiquement et le lapin albinos se retourna auprès de ses invités. L’atmosphère était en train de devenir bien plus tendue et les humeurs étaient en train d’atteindre la limite noire. Non, ce n’était pas le moment de se disputer ! Lapin ne voulait pas voir sa maison réduite en cendre ! Il se tourna vers son ami le lièvre de Mars qui lui répondit enfin.

« Je savais que c’était toi Lièvre ! Cela fait des semaines que je te cherchais. Tu me dois une dizaine de carotte que tu m’as volé. Je ne te laisserai pas partir tant que tu ne me les as pas rendues. Il se tourna vers la petite blanche. De la magie ? Comment ça de… Ah ! »

Une des invités venait de prendre une taille minuscule et ne semblait pas contente en demandant des vêtements. Courant une nouvelle fois de tous les côtés, il sortit de la maison, attrapa un lutin et lui apporta ses vêtements. Des chaussures à pointes, un bonnet rouge et des vêtements jaunes. Sans rien demander, Lapin la prit dans ses mains et commença à lui enfiler ses vêtements et de la poser sur la table que la petite blanche venait de préparer. L’animal attrapa le seul homme par la main et l’obligea à s’assoir. De peur que ce dernier se mette en colère et l’attrape par les oreilles en le donnant à manger au Chat de Cheshire.

La panique ne faisait que commençant comme l’enfant blanche commença à danser avec lui en lui posant des questions sur le lièvre de Mars. Oui, c’était un ami qui lui devait une tonne de carotte. Ayant déjà répondu par le passé, il fixa simplement le lièvre noir en remettant sa cravate autour de son cou en s’approchant de l’assemblée vers la table.

« Je suis Lapin blanc. Je déteste être en retard et vous êtes chez moi. Alors ne cassez rien ! Je ne veux pas être en retard à réparer vos bêtises. »

Courant en cuisine, le lapin s’empressa de prendre une théière et de verser une tasse à chacun de ses invités. Il avait encore le temps, le temps était devant lui. Le retard n’était pas encore là ! Buvons à l’avance, crachons au retard. Mais ce n’était pas tout ! Ce n’était pas tout. L’ennui ne devait pas être présent, il fallait s’amuser. Il fallait rire !

« Je ne comprends ce que vous me dites. Mais je peux vous aider si vous trouvez la réponse à mes énigmes dans un premier lieu ! Après, votre précieux objet se trouvera peut-être dans mon terrier, mais dépêchez-vous de me donner votre réponse. Je ne veux pas être en retard ! »

Il apporta des sers têtes avec deux oreilles de lapin semblables aux siennes. Elles étaient magiques, certaines étaient piégées. Mais il n’allait rien dire. Si les invités étaient d’accord de jouer, ils allaient vite comprendre le pourquoi du comment !

« Première question ! Si vous êtes d’accord de jouer avec moi, vous devrez prendre une paire d’oreille ! Il y en a aussi une miniature pour toi lutin. »

Il posa les accessoires sur la table. Le jeu allait commencer, le tour était joué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 143
Age : 25
Personnages préférés : Rufus ♥

Feuille de personnage
Nom & prénom: Rufus Barma
Nom du Chain : Le Dodo
Groupes: Famille Barma


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   22nd Février 2013, 03:47

C'était une journée tout à fait normale, où absolument rien qui sortait de l'ordinaire ne devait se produire... Techniquement du moins, cela devait être à la base une journée comme les autres. Malheureusement, Rufus aurait dû avoir quelques doutes là-dessus lorsque ses serviteurs s'étaient mis à tambouriner à sa porte de bon matin. Personne n'osait faire cela en temps normal ! Même lorsqu'il dormait jusqu'à quatorze heure de l'après-midi, pour rattraper les heures de sommeils perdues lors de ses nuits blanches habituelles, c'était à peine si une servante osait frappait tout doucement à sa porte pour vérifier s'il n'était pas mort dans son sommeil. Et oui, à son âge, ce genre de choses pouvaient arriver disait-on. Pourtant, ce matin-là, ont maltraitait bel et bien sa pauvre porte à coups de poings nerveux, ce qui eut pour effet immédiat de sortir le duc de son état léthargique en quatrième vitesse. Ils étaient tous devenus suicidaires ? La folie avait donc frappé son manoir si tôt dans la journée ? L'heure ne devait pas être assez avancée pour qu'il soit en retard pour quoi que ce soit notre cher duc, même s'il n'avait aucune idée de l'heure précise justement, il en était pratiquement certain. Par souci que son repos ne soit dérangé par de quelconques aprioris sur les horaires convenables qu'il fallait respecter, aucune horloge ou pendule d'aucune sorte ne se trouvait visible dans la chambre de Rufus. Il avait bien une montre... Mais où l'avait-il rangé encore une fois ? Quelle plaie d'être un homme si bordélique.

Quoi qu'il en soit, s'il n'y avait pas le feu dans le manoir des Barma, ce comportement de la part de ses serviteurs était totalement inexcusable. Encore que, il n'était pas certain que Rufus leur ai pardonné ce réveil brutal si le feu c'était bel et bien déclaré. Que pouvait-il faire contre les flammes lui après tout ? Ils pouvaient bien se débrouiller sans lui et éteindre l'incendie avant qu'il ne se propage jusqu'à ses appartements, non ? Rien à faire, Rufus était entouré d'une bande d'incapable qui ne se tirait jamais d'un mauvais pas sans qu'on leur dise quoi faire et comment. C'est donc avec mauvaise humeur qu'il s'extirpa de ses couvertures pour aller enfiler des vêtements en vitesse. Non pas pour ne pas faire attendre ses gens, mais simplement pour aller les engueuler comme il se doit le plus tôt possible. On ne réveillait pas le duc Barma de la sorte sans en tirer quelques conséquences tout de même et c'est donc en enfilant ses chaussures qu'il répondit à un nouveau coup porté sur la porte de sa chambre.

" Je ne suis pas encore sourd ! Et je plains le prochain qui osera frapper sur cette maudite porte, est-ce assez clair ? "

En même temps, s'il ne prévenait pas avant, qu'il allait arriver, aucune personne se trouvant de l'autre côté de la porte ne pouvait le deviner. Mais le duc était tant et si bien contrarié ce matin, qu'il se moquait bien de cette logique. Bien qu'il était frileux de nature, Rufus ne prit même pas la peine d'enfiler un manteau et ouvrit la porte de sa chambre à la volée, sans que personne n'ait une nouvelle fois frappé sur celle-ci. Sans dire un mot, il interrogea les personnes présentes devant lui d'un regard mauvais, espérant pour eux qu'ils avaient une excellente raison pour faire autant de raffuts. Dans le couloir, se trouvaient trois personnes ; deux jeunes hommes dont la fonction échappait au duc, certainement des valets ou quelque chose du style, et une jeune fille qui ne pouvait être qu'une femme de chambre. Tout trois semblaient être envahi par le plus grand désarroi et n'avaient pas l'air assez courageux pour donner des explications à leur maître, maintenant qu'il se tenait juste devant eux. Contrairement aux attentes de Rufus, se fut la jeune fille, bien qu'elle semblait plus piteuse que les deux autres, qui prit la parole en premier.

" J...Je suis désolée, monsieur, je vous jure que je n'ai pas voulu...." Se défendit-elle, prête à fondre en larmes. " Mais j'ai commencée à ranger vos livres et d'un seul coup... "

" Il y a une lumière blanche, monsieur. " Continua l'un des garçons. " Au milieu de la bibliothèque, je ne saurais dire d'où elle vient... Nous avons pensé qu'il fallait vous prévenir. "

Une lumière... Blanche. On le tirait du lit en fanfare pour un éclairage un peu trop violent ? Que la jeunesse était pénible, ils paniquaient vraiment pour rien ces enfants ! Fort heureusement pour eux, la curiosité l'emporta sur la contrariété et sans attendre, il se dirigea vers la bibliothèque pour voir de lui-même de quoi il en retournait. Si leur soi-disant lumière n'était autre qu'une misérable luciole, les murs allaient trembler sous peu. Pourtant, les murs n'eurent pas à subirent cela. Une fois sur place, le duc put constater que la jeune fille n'avait pas forcément paniqué pour rien, puisqu'une lumière à la source indéfinissable flottait bel et bien au milieu des ouvrages qu'il avait consulté la veille au soir. Qu'est-ce que c'était que cela encore ? Rufus n'en avait aucune idée précise et cela l'agaçait au plus haut point justement. Il aimait tout savoir, il aimait que les choses se déroule logiquement, alors quand quelque chose d'aussi saugrenu se produisait, cela ne manquait pas de piquer au vif sa curiosité exacerbé.

N'écoutant que cette dite curiosité, Rufus ne tarda pas à s'approcher de la source de lumière pour l'observer d'un peu plus près, tandis que les serviteurs, beaucoup moins téméraires, restèrent à la porte. Un phénomène produit par l'Abyss ? C'était possible, même si selon Rufus, cela était assez différent de ce que l'on pouvait voir d'habitude. Peu importe que cela soit dangereux ou n'importe quoi d'autre, il fallait que le rouquin sache de quoi il s'agissait et c'est pourquoi il s'approcha, toujours plus près. Qu'est-ce qu'une lumière pourrait bien lui faire après tout ? Si cette chose n'était pas de ce monde, ce dont il était convaincu, cela pouvait lui faire beaucoup de choses, mais si cela s'avérait effectivement dangereux.... Il pourrait toujours rebrousser chemin et envoyer quelqu'un d'autre à sa place. Et oui, il n'était pas si téméraire que cela non plus. Enfin, il estimait surtout que sa vie et surtout le savoir qu'il avait accumulé au fil des ans étaient beaucoup trop précieux pour être perdu comme cela, d'un seul coup. De toute façon, il n'avait pour l'instant aucun héritier potable pour diriger le duché à sa place, donc mieux valait qu'il vive centenaire.

Intrigué par cette étrange lumière, Rufus ignora royalement les supplications des serviteurs qui lui disaient de prendre garde à cette chose. Sans vraiment y faire attention, trop absorbé par ses réflexions, il se retrouva très vite à portée de main de cette étrange apparition, jugeant mentalement de la dangerosité de la chose. Finalement, la curiosité l'emporta sur la prudence et il tendit vers la lumière son éventail pour observer l'effet qu'elle pouvait avoir sur un objet. Fatale erreur, il ne fallut pas plus de quelques secondes à Rufus pour s'en rendre compte. Sans qu'il ne puisse rien faire pour arrêter cela, son corps fut irrémédiablement attiré vers la brèche lumineuse et il se sentit tomber dans le vide sans pouvoir se raccrocher à quoi que ce soit. La seule chose qu'il lui restait à faire, s'était de se préparer à la chute imminente qui allait suivre...

Contre toute attente, celle-ci ne fut pas si violente qu'il l'aurait cru. Pas des plus agréables non plus, il faut bien l'avouer, mais comme il s'attendait à tomber de plusieurs dizaines de mètres, il ne fallait pas trop s'en plaindre. Le choc l'avait légèrement secoué, mais lorsqu'il ouvrit les yeux, il se rendit compte qu'il ne manquait pas de chance dans son malheur, puisqu'il avait atterrit sur un lit au matelas moelleux. Une minute... Il était dans un lit ? Ah, c'était donc cela l'explication ! Aucune lumière blanche ne s'était invitée dans sa bibliothèque et ses serviteurs ne l'avaient pas réveillé en jouant du tam-tam sur sa porte, il avait tout simplement rêvé. Quel rêve étrange et pour le moins inutile tout de même ! Rufus s'étira donc fatigué avant de se rendre compte... Que ses jambes dépassaient largement du lit. Euh... D'accooord. Mais la taille soudainement réduite de son lit n'était pas la seule chose qui clochait, en effet, lorsqu'il jeta un coup d'oeil circonspect autour de lui, il put se rendre compte que la décoration n'était pas du tout à son goût. Il n'avait tout de même pas dormi tant de fois dans cette chambre sans se rendre compte que la décoration donnait la nausée, si ? Les meubles étaient grotesques, les motifs loufoques du couvre-lit lui donnaient la migraine et juste en face de lui, trônait un grand tableau représentant une botte de carottes... Sans compter que le orange, qui était la couleur dominante de la pièce, jurait atrocement avec ses cheveux, rien que cela.

Impossible que quiconque est un jour osé décorer la chambre du duc de la sorte, même pour lui faire une mauvaise blague. De plus, les dimensions étaient largement réduites par rapport à la véritable chambre à coucher qu'il occupait au manoir Barma. Et puis, ce lit trop petit... C'était tout simplement impensable qu'il se soit couché dedans sans s'en rendre compte. Cette faille lumineuse l'avait donc bel et bien transporté ailleurs que chez lui, oh joie, lui qui comptait restait enfermé dans sa chambre toute la journée... Se remettant vite de sa chute subite, Rufus se redressa et descendit du lit, incroyablement bas pour lui soi-dit en passant, avant de se diriger vers la fenêtre pour voir si le paysage lui disait quelque chose. Malheureusement pour lui, cela ne l'avança pas davantage, jamais il n'avait vu un tel jardin. Car, la vue donnait effectivement sur un petit jardin, ou un potager peut-être, où poussaient entre autre des carottes et des plantes que même Rufus et son savoir n'auraient pas su nommer. Il n'avait jamais vu cela près de son manoir, ni à un autre endroit d'ailleurs, et ne pouvait donc se repérer de la sorte. Perplexe, il tenta d'ouvrir la fenêtre pour voir un peu plus loin, mais celle-ci resta obstinément fermé malgré ses insistances. Pire encore, tandis qu'il s'acharnait, une plante en pot d'une couleur rose criarde à pois bleu posée sur le rebord intérieur ne trouva rien de plus urgent que de faire de son bras droit son petit déjeuner, s'attachant avec force à celui-ci. Heureusement que les plantes n'avaient pas de dents... Une petite minute... Ah ben, si. Celle-ci en avait pour le coup, pas de chance pour le Barma.

Sa chair entaillée lui tira une grimace, lorsque de colère, il arracha son bras de la mâchoire de la plante avant de saisir le pot et de le balancer avec force contre la vitre. Dans un monde normal, le pot aurait sans doute brisé la vitre en mille éclats de verre... Mais pas ici étrangement. Rebondissant contre celle-ci comme s'il avait agi d'une matière élastique, le pot retourna directement à l'envoyeur et s'explosa dans l'auguste face du duc. C'était quoi ce délire encore ?!! La figure de Rufus aurait été drôle à voir pour n'importe qui, heureusement qu'il était seul... Abasourdit pas ce manque cruel de logique, il prit sa mine la plus colérique pour vociférer avec force contre les deux fautifs de son désarroi, à savoir le pot de fleur et la fenêtre.

" Ce n'est pas ainsi qu'il faut se comporter !! Ce n'est pas du tout LOGIQUE, m'entendez-vous ?!! "

Oula... Mais c'est qu'il commençait à péter les plombs notre duc Barma, assez pour parler à des objets inanimés en tout cas. La nature trop petite et trop coloré de la maisonnette ne devait pas lui convenir, il fallait qu'il change d'air et au plus vite. N'obtenant pas de réponse à ses cris, sait-on jamais, il venait bien de se faire mordre par une plante, Rufus tâta la bosse sur son front en lançant un regard haineux tout autour de lui. C'était décidé, il partait d'ici, peu importe où pouvait bien se trouver ce "ici". En sortant de la chambre, il claqua la porte avec mauvaise humeur et commença à se diriger aléatoirement dans les couloirs de la maison. Par où pouvait bien être cette fichu sortie, il n'en savait rien, mais il la trouverait coute-que-coute. Il déambula donc jusqu'à ce qu'il entende des voix. Une telle maison pouvait donc être peuplée ? Visiblement, il se dirigea donc vers leur source tout en se demandant sur quoi il allait encore pouvoir tomber.

En pénétrant dans la pièce, Rufus cru avoir basculé sans s'en rendre compte dans la folie, mais pas une légère folie douce hein, la véritable folie. Attablés à une table, se trouvait un énorme lapin blanc accompagné d'un autre tout aussi gigantesque, mais noir celui-ci. Ah ! Ce dernier, Rufus le connaissait ! Enfin un visage familier, si l'on puis dire. Il s'agissait là de B-Rabbit, il n'avait aucun doute là-dessus, il avait déjà vu cette bestiole apparaître à Pandora au beau milieu d'une réunion des quatre ducs. Mais... Qu'est-ce qu'elle faisait là celle-là ? Si le jeune Bezarius, son contractant, apparaissait tout à coup derrière lui en criant "surprise", le duc n'aurait plus qu'à se pendre... Enfin non, peut-être pas, mais cela n'égayerait pas sa journée, c'était plus que certain. Seulement, il n'y avait aucune trace du blondinet aux alentours, bien que la pièce fût déjà bien peuplée. Deux jeunes filles ainsi qu'un jeune homme étaient attablé avec eux, à croire que c'était le moment de prendre paisiblement un thé en bavardant de choses et d'autres. Visiblement, Rufus tombait à pic puisque le lapin blanc était en train de se présenter comme étant le maître des lieux... Le lapin, vraiment ? D'accord, il était définitivement en train de rêver. Quoi que, dans un rêve, il se passait toujours des choses défiant la logique, mais l'on ne s'en rendait jamais compte pendant le sommeil. Ce n'était qu'une fois réveillé et que l'on se souvenait de son rêve que les choses paraissaient étranges en général, or, tout ce qui se passaient lui paraissaient d'emblée bizarre aujourd'hui. En d'autres mots, il ne rêvait pas, peu importe combien il souhaitait se réveiller et oublier cette mauvaise passe.

D'après les mots du lapin toujours - car il faut admettre qu'un lapin parle aujourd'hui - il ne fallait rien casser chez lui... A peine arrivé, Rufus avait déjà enfreint une règle, quel délinquant ! Enfin, au point où il en était, il oublia que tout cela était grotesque et alla s'asseoir en s'invitant de lui-même auprès des autres convives, lorgnant au passage les tasses de thé sur la table. Ce n'était pas qu'il aurait dit non à un bon thé bien chaud, mais boire du thé préparé par un lapin géant dans un tel monde ne lui inspirait rien de bon. Il se garda donc bien d'en demander une tasse. La suite du discours du lapin blanc l'intéressa davantage puisqu'il parla de les aider, à sortir fallait-il comprendre sans doute, à condition qu'ils répondent à des énigmes. Ah ! Enfin un sujet où Rufus pouvait briller ! Avec son intelligence remarquable, il allait pouvoir sortir d'ici en un tour de main ! Oui, oui, ses chevilles se portent bien pourquoi donc cette question grotesque ? Galvanisé par cette annonce, le duc pris un air fier qui n'allait pas du tout avec sa nouvelle bosse sur le front et annonça avec un sourire narquois, à peine dissimulé derrière son éventail.

" Répondre à des énigmes ? Un véritable jeu d'enfant. "

Oui, même dans ce monde ci, Rufus était ravi de pouvoir étaler son savoir. Seulement, comme rien ne tournait rond ici-bas, il y avait de grandes chances qu'il déchante à l'énoncer des énigmes. Et cela ne tarda pas, puisque la première question, simple mais ridicule, était tout simplement " voulez-vous jouer ? " Ou, comme Rufus l'entendit plutôt " Voulez-vous passer pour un abominable crétin en enfilant d'immonde oreilles, pareils à celles dont la nature m'a moi-même affublé. " Preuve à l'appui, des serre-têtes à oreilles de lapin furent effectivement posés sur la table, ce qui fit perdre à Rufus son sourire. Il jeta un coup d'oeil aux autres pour jauger les réactions... Oui bon, eux s'ils avaient l'air ridicule eux, ce n'était pas bien grave, mais lui ? Le duc Barma, il avait une réputation à maintenir !... A maintenir devant un lapin géant qui avait l'obsession du retard, mais tout de même. Dépité, il regarda les serre-tête comme s'il s'agissait d'une mauvaise blague, hésitant un instant entre les faire manger au lapin ou les lui épingler sur la tête, tout simplement. Mais ses envies de meurtres furent détournées par la vue d'une minuscule demoiselle sur la table qui était accoutrée de la manière la plus ridicule qui soit. Finalement, il n'était pas la personne la plus à plaindre ici, il ne savait pas ce qui était arrivé à la jeune fille, mais s'était pire que de porter des oreilles de lapin. Encore que, sa petite taille ne la dispenserait pas de les porter aussi.

Le déplaisir de Rufus crevait les yeux, pourtant, il dut bien se rendre à l'évidence, le lapin était la seule "personne" qui savait comment sortir d'ici. Il n'avait donc d'autre choix que de suivre ses instructions, puisse son orgueil en prendre un sacré coup. Il prit donc l'un des serre-têtes et le mit... Ridicule, il n'y avait pas d'autre mot. Mais alors qu'il allait demander la suite des évènements pour que cette mascarade ne dure pas trop longtemps, il eut la désagréable surprise en ouvrant la bouche d'en voir sortir des bulles violettes qui s'envolèrent dans les airs, comme si on lui avait lavé la bouche au savon ! La surprise lui fit ouvrir des yeux ronds et il cacha en vitesse cette bizarrerie derrière son éventail. Discrètement, il ouvrit de nouveau la bouche, mais des bulles en sortirent encore une fois, l'obligeant à la refermer aussi sec... Le duc Barma contraint à la fermer, celle-là c'était la meilleure de l'année !

[ Voilà, voilà, je m'incruste >w<]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Merci à Lyria pour cette superbe sign *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 144
Age : 23
Personnages préférés : Leo , Elliot, Oz, Gilbert, Vincent, Xerxes
Double comptes : Kurana Barma

Feuille de personnage
Nom & prénom: Edwina Phatom
Nom du Chain : Neal Unlight
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   2nd Mars 2013, 04:40

Maman, papa pitié pardonnez moi ! Voilà ce que pense la demoiselle qui fait la taille d’une tasse de thé. C’est à en devenir fou ! Pourquoi la gourmandise est un défaut stupide ?! Au secours ! Bref restons zen ! Edwina n’est pas le genre à aimer sa taille, qui est déjà de nature petite… mais là c’est ENCORE plus petit, donc de quoi mettre en boule la demoiselle, sachant que les vêtements n’ont pas suivis la taille, elle n’a plus rien ! Génial ! Magnifique voir dérisoire… Bon l’un d’eux a eu la grâce de faire….une serviette à la demoiselle avec son tissu ? Bon c’est déjà quelque chose qu’elle prend et enfile pour sortir de ses vêtements…

« Merci… » Grommelle-t-elle un peu « Je m’appel Edwina, Edwina Phantom ! Membre de Pandora et paumée dans cet endroit avec une taille de 20 cm ! Et toi le géant ? »

Oui bah pour elle, il est géant ! Au moins c’est de la présentation ça ! Puis il le mérite, il lui a offert des vêtements dans les vêtements de la demoiselle. Mais les présentations servent à quelque chose ici ? Enfin ça va permettre de sortir ? Non pas qu’elle en doute mais légèrement… Puis la voilà maintenant nez à nez avec la toute blanche qui a des étoiles dans les yeux. Euh…salut ?

« J’en sais rien moi, si je pouvais modifier ma taille, ça ferais longtemps que j’aurais repris ma taille… Méchant gâteau ! »

Voulant peut être passer sa colère, elle donne un coup de pied dans le gâteau, mais fini par sauter à cloche pied de douleur et tombe sur la table en se tenant la jambe. Avec une taille de 20 cm on ne peut pas trop frapper certain gâteau, résultat ça fait mal… Bon la demoiselle blanche semble être partie dans un autre délire, laissant le temps à Edwina d’apprendre son nom, génial ? Enfin pratique que d’appeler les gens par des adjectifs les désignant. A peine elle se remet du gâteau vengeur, qu’elle se fait soulevé…non mais que de retournement pour Edwina, qui finit en…en aide pour le père noël ? Non mais c’est quoi ce bor….ce….bazar ! Alors en plus le vêtement est de couleur improbable, mais surtout…surtout...Oh un pompon ! Edwina tourne sur elle-même avec le pompon du bonnet où il y a semble t-il un grelot ! Elle secoue la tête tranquille, okay elle aime la tenue pour le grelot, faut vraiment pas grand-chose. Bon un short jaune sur veste jaune, que du jaune… avec quelque touche de blanc pas tâché, mais surtout avec bonnet à grelot donc pas de quoi hurler, même elle en est ravis de cette tenue. Elle s’assoit sur la table et joue avec son bonnet, pour peut être le déplaisir des oreilles des autres. Une vrai gamine, au point qu’au moment où elle lève la tête…

« ….Euh c’est moi ou y a un homme roux en plus dans cette baraque…Il est là depuis quand ?! »

Elle remarque même pas les gens qui rentrent, tellement elle est subjuguer par son bonnet. Puis elle entend les dires du lapin, au moins coup de chance. Répondre à des énigmes…avec des oreilles de lapin ? Tant qu’elle peu garder son bonnet grelot ça lui va. Elle saisit la paire d’oreilles et se la met par-dessus son bonnet, hors de question d’enlever le bonnet ! La Phantom se demande si elle peut l’emprunter dans un délai indéterminé, bah quoi ? Il est classe ! Puis le roux à l’air de se la péter au mot énigme… bon bah génial, il a les chevilles qui doivent bien enfler quand même celui là. Mais pour une fois Edwi ne va pas relever et joue avec son grelot, jusqu'à un détail la dérange énormément… Un truc la percute. La demoiselle grogne et se retourne pour frapper le truc et finit…dans une bulle violette. Passant tout le juron possible, inaudible en dehors de la bulle, elle s’énerve toute seule. Maudissant le propriétaire de ces bulles violette ! Mais le pire c’est qu’elle s’envole, courant dans sa bulle, pour faire demi tour, ou même sautille pour descendre sa bubulle.

« Aidez-moi…. J’en ai marre de cette situation ! Je veux rentrer chez moi, avec mon valet, mon lit, mon Chain et mon chez moi… »

Au bord des larmes, s’en est trop pour la pauvre demoiselle, elle a l’impression de tout subir en ce moment. Manque plus qu’on ouvre la fenêtre et bye bye Edwi. Aller on croit à un peu de pitié, car à force on peu plus que compter sur ça... Mais ce monde est complètement dingue ! Et question…Depuis quand les bulles sont violette ?!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceci est le nom de mes gamins oublié "pan" Pour toi Nana aussi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 23
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   5th Avril 2013, 05:16

Bon voyons. Le lapin blanc commence à lui taper sur le système. Déjà, c'est un lapin. Oui, voilà, un lapin qui parle, ça l'énerve et tant pis pour la discrimination. Ensuite de ça, il s'agite beaucoup trop. Dans la tête du brun, un lapin c'est un petit animal avec de grandes oreilles et c'est parfaitement silencieux. Qu'est-il donc arrivé à celui-là ? Quand est-ce qu'il a dévié du droit chemin ? Enfin il s'en fiche. Que l'animal les fasse sortir et il n'aura plus de problèmes avec son intérieur, voilà. Sauf qu'il n'a pas l'air du même avis. En plus, il leur donne des trucs louches et qui ont visiblement des effets néfastes, comme sur la fille qui a dû perdre les neuf dixièmes de sa hauteur initiale. Fille qui lui apprend d'ailleurs son prénom - qu'est-ce qu'ils ont tous à balancer leur identité comme ça ? - et même où elle travaille.
Membre de Pandora hein ? Ça serait facile de s'en débarrasser avec une taille pareille. Et une de moins ! Mais bon. C'est moche de prendre avantage de plus petit que soit. Et puis ça se trouve, tout ça n'est qu'un rêve bizarre - et super réaliste - et écraser Pandora en rêve serait soulager une frustration les concernant. Hors, il n'y en a aucune. Les Baskerville détruisent Pandora quand ils veulent, d'abord. C'est juste parce qu'ils n'en ont pas eu l'ordre. Qu'est-ce que vous croyez.

- Je m'appelle Finn et j'sais pas plus que toi où on est. T'es passée dans une espèce de lumière blanche aussi ?

Suite à ça, le lapin - on en revient toujours à celui-là - l'attrape pour le forcer à s'assoir. Le Baskerville est tenté de se relever pour lui tirer les oreilles, mais il n'en fait rien parce que sinon, l'autre ne lui dira jamais comment sortir. Il n'y a qu'à attendre, tenter de suivre ce que le lapin raconte et ne surtout toucher à RIEN de ce qu'il pourra leur donner de comestible. Ou qui semble comestible, du moins. Débarque alors, comme s'ils n'étaient pas déjà assez nombreux dans cette petite maison, un grand homme roux.
... C'est pas le duc Barma ça ? Sa tête lui dit quelque chose. Il y a vraiment de tout ici. Et pas assez de Baskerville au goût du brun, mais il faudra faire avec. Et puis bon, avec un peu de chance, il y en aura peut-être un qui laissera glisser une information intéressante.

Le lapin les informe qu'il peut les aider,mais qu'ils doivent faire quelque chose avant. Non mais pourquoi des énigmes ? Il ne pourrait pas vouloir des carottes comme tous les autres lapins ? L'animal a vraiment trop dévié. Et voilà qu'il dépose des serres-têtes avec des oreilles de lapin- bah oui, évidemment - sur la table. Donc s'ils veulent jouer, ils doivent en même un. Et il est à supposer que s'ils ne veulent absolument pas jouer mais juste rentrer chez eux, il faudra en mettre un aussi. Triste réalité.
Tiens, c'est pas la fille de toute à l'heure - Edquelque chose... Edwina, un truc du genre - qui s'envole dans une bulle violette là ? Bon eh bien... Le Baskerville attrape une paire d'oreilles, puisqu'ils ne sortiront jamais d'ici sinon - et qu'il veut sortir d'ici - puis va attraper la jeune fille dans la bulle pour la ramener à une hauteur probablement moins inquiétante pour elle, sur la table. Même si cela reste relatif, elle fait toujours vingt centimètres.

- T'as un don pour te prendre tous les trucs bizarres du coin toi.

En même temps, tout est bizarre ici. Comme les serres-têtes, tiens. Le Baskerville a beau en avoir pris un, il ne l'a pas encore mis parce qu'il s'en méfie comme de la peste. Et si il se transformait à son tour en lapin après ? L'horreur. Il tâche de jeter un coup d'oeil à ceux qui auraient déjà pu le mettre, pour constater que le seul autre homme se met à cracher des bulles en voulant parler. Bien... Comment ils répondront aux énigmes s'ils ne peuvent plus sortir de mots mais seulement des bulles ? Par prudence, il gardera pour l'instant l'accessoire dans les mains. De toute façon, le lapin a juste dit de le prendre. Pas de le mettre. Même s'il y sera probablement contraint quand même.

- Eh le lapin ! Comment on sort, alors ?

Balance les énigmes, le roux a l'air capable de toutes se les faire. Comme ça, après, tout le monde dehors !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 102
Age : 19
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   22nd Avril 2013, 02:58


« J'aime pas cet endroit. Je veux partir. »

Les gens courraient un peu partout dans la ville, complètement affolés. Ce qui était il y a quelques jours une ville bondée mais tranquille et –presque- sans histoire s’était transformé en un terrain de mines si l’on pouvait dire, où se baladait tranquillement des lumières blanches qui espéraient au passage gober quelques passants. Quoi de plus normal, en somme.
Lace devait bien être l’un des seules personnes encore calme et absolument pas dérangé par les récents évènements, qui se promenait à Réveil le plus banalement du monde. A dire vrai, Pandora lui avait confié la mission de découvrir ce qu’étaient ces étranges choses lumineuses, et accessoirement, de sauver quelques personnes qui y auraient été prises au piège. Voir même sauver quelques personnes qui seraient en train de se faire aspirer, pourquoi pas. Mais, manque de chance pour lui, par de ces objets non identifiés pour le moment. Alors il se contentait de marcher à tout hasard dans les rues quasi désertes, sans but particulier. Il faisait cela depuis ce début de matinée, pas spécialement pressé de rencontrer cette étrange menace particulièrement gourmande. Néanmoins, on lui avait confié une mission, et il se devait de l’accomplir. De plus, il était assez curieux, et se demandait bien ce qui pouvait se passer une fois qu’on était aspiré. Il doutait que les gens y meurent, car déjà certains témoins avaient été capables d’expliquer ce qui s’était passé une fois à l’intérieur de ces boules blanches. Il ignorait cependant ce qui était vrai ou faux à ce sujet. Il avait donc décidé de ne pas porter de jugement là-dessus, du moins pas encore. Il préférait voir tout cela de ses propres yeux afin d’en être certain.

Une dame passa devant le garçon en courant et en poussant un hurlement à vous déchirer les tympans. Derrière elle, il put apercevoir une lumière blanche flotter dans les airs et la poursuivre tranquillement. Coup de chance ou hasard total, peut-être même les deux, il n’en restait pas moins qu’à présent, il allait pouvoir débuter la mission que Pandora lui avait confié. Il s’approcha donc de cette chose lumineuse, un air calme sur le visage. Il se laissa absorber par celle-ci, et ne fut nullement surpris lorsqu’il se sentit tomber, pas plus que lorsqu’il sentit une douleur lui marteler le crâne avec force. C’était à peu près ainsi qu’on lui avait décrite la chose, et à peu près ainsi qu’il se l’était ensuite imaginé. Ce qu’il n’avait en revanche pas prévu, c’était un choc aussi brutal lorsqu’il tomba. Alors qu’il était resté debout tout le long de sa chute, il se retrouvait totalement aplatie par terre. Il avait pourtant bel et bien prévu de finir sur ses pieds, et non pas sur le ventre. Atterrissage raté, visiblement.

L’adolescent se releva et se mit à quatre pattes, non sans se frotter le crâne d'une de ses mains, comme si cela allait faire partir le marteau qui semblait faire du tambour entre ses deux oreilles. Il releva la tête, essaya de se concentrer sur autre chose que la douleur en observant l’endroit où il était tombé.
Cela ressemblait à un contre de fée. Une clairière immense et bien sympathique, remplie de magnifiques fleurs multicolores un peu partout. Quelques insectes venaient s’y poser, il pouvait même apercevoir deux ou trois animaux bien étranges qui passaient par là en l’ignorant superbement. Il aurait aussi bien pu être invisible que cela n’aurait pas changé grand-chose. D’ailleurs, il préférait que cela se passe de cette manière. Car il sentait malgré tout une atmosphère pesante régner ici, une de ces ambiances qui vous cachait quelque chose, qui vous donnait des frissons dans les dos. Il n’aurait su dire quoi, mais quelque chose clochait. Cet endroit semblait trop paisible, trop innocent, trop beau, trop parfait. Et quand il y avait un « trop » de bonnes choses, c’est qu’un lourd secret se cachait derrière. C’était en tout cas son point de vue.

Il se releva, rapidement, sûrement un peu trop, parce qu’il vacilla légèrement une fois debout. Il ne se sentait pas très bien. Comme s’il avait de la fièvre, mais pas beaucoup. Juste un peu. Juste assez pour embrouiller ses pensées et en faire naître certaines un peu farfelues. Il pensa même avoir affaire à une hallucination lorsqu’il aperçut un cheval de bois ailé qui galopa autour de lui avant de s’envoler plus haut vers le ciel. Il allait devoir faire attention à sa santé mentale, parce qu’il avait l’impression d’avoir déjà atteint un seuil beaucoup trop haut à son goût. Il détestait perdre le contrôle de lui-même.
Comme il n’avait rien d’autre à faire que de marcher, d’observer et de noter chaque petit détail dans un coin de sa tête en se demandant s’il n’était pas en train de rêver, c’est ce qu’il fit. Pendant combien de temps ? Il l’ignorait, il avait totalement perdu la notion du temps. Oh, d’habitude, il aurait bien pris la peine d’invoquer l’horloger. Sans avoir à utiliser son Pouvoir, c’était assez pratique pour savoir quelle heure il était. Mais quelle surprise il eut lorsqu’il découvrit qu’il en était incapable. Il avait même vérifié si son médaillon, offert par Pandora, était toujours bien autour de son cou, avec à l’intérieur la fameuse goutte de sang. Bien que ce soit le cas, il ne comprenait pas pourquoi il était incapable d’appeler son Partenaire. Cette dimension l’intriguait au plus haut point, et il savait d’or et déjà qu’il n’allait pas beaucoup l’apprécier.

Notre dormeur professionnel en fut même soulagé quand il put voir, au loin, une maisonnette aux couleurs vives. Il courra vers celle-ci, priant pour que quelqu’un soit présent à l’intérieur. Humain, Chain ou même créature de ce monde trop innocent, tout lui conviendrait. Étrangement, il n’aimait pas l’idée de rester seul dans un tel lieu. D’habitude, cela ne l’aurait pas tant gêné : c’était un grand solitaire dans l’âme. Mais là… Il se passait pleins de choses bizarres dans son cerveau. Et il avait cruellement besoin de trancher du vrai et du faux, de séparer le réel et l’illusion. Cet endroit était-il bien réel, au moins ? Il n’aurait su le dire.
Il s’arrêta au seuil de cette habitation. Elle était toute petite, faite de sucreries et peut-être aussi de carottes, en vue de sa couleur orange. C’était comme la maison dans Hansel et Gretel. Peut-être y aurait-il même la méchante sorcière à l’intérieure, prête à tuer ces deux pauvres enfants ? Non, non, c’était stupide. Ce n’était qu’un conte. Il vérifia malgré tout si son pistolet était toujours en place, caché sous sa veste blanche. C'était le cas. Il rabattit un peu plus sa capuche sur sa tête, sûrement par habitude. Mais, au lieu d’entrer, il colla simplement son oreille contre la porte, espionnant les personnes qui se trouvaient à l’intérieur.

Pourquoi fit-il cela ? D’abord pour vérifier qu’il ne fonçait pas tête baissée dans un danger potentiel. Il ne connaissait rien de cette dimension et préférait se méfier de tout ce qu’il pouvait voir ou entendre. A propos d’entendre, il désirait également surveiller la conversation qu’entretenaient les gens présents dans cette curieuse maison, afin de voir de quoi il tenait. Ainsi, s’il voyait que c’était une bande de fous qui ne lui feraient que perdre son temps, il n’aurait qu’à faire demi-tour et partir. Quoi de plus simple ?
Le maître des lieux s’était présenté et proposait à ses invités de résoudre des énigmes. Dans quel but ? Il l’ignorait. Apparemment, il fallait aussi enfiler des oreilles de lapin, chose totalement stupide et sans intérêt aux yeux de Lace. Peut-être était-ce une réunion entre cosplayeurs ? Sait-on jamais.
Un homme sembla débouler de nulle part et affirma résoudre aisément les énigmes. Puis il ne pipa plus un mot. Après quoi, une jeune fille semblait être en mauvaise posture, et quelqu’un dû la sauver car on lui dit, non sans une pointe d’ironie, qu’elle attirait tous les ennuis du coin. Puis on demanda où était la sortie, à un lapin. Ce fut cette petite dernière phrase qui retint le plus l’attention du garçon. Donc, il y avait forcément des gens qui s’étaient faits aspirés par la lumière blanche ici. A moins qu’ils soient totalement timbrés et ne sachent plus comment sortir d’une maison ? Ce qui l'intriguait le plus restait le fait qu'il ait prononcé le mot "lapin". Peut-être était-ce un surnom ?

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité



MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   25th Avril 2013, 07:38

Personne n'avait répondu à la pauvre Alice et, tout en gonflant les joues, elle se mit à pester intérieurement. Pourquoi personne ne l'écoutait ? Pourquoi personne ne répondait ? De grosses larmes sortir coulant sur les joues blanches de la jeune fille alors qu'elle déversait des paroles inaudibles. Puis le lapin blanc parla d'un jeu. Un jeu ? Quel jeu ? Les larmes d'Alyss s'arrêtèrent tout de suite et un magnifique sourire réapparut sur ses lèvres. Cela en était presque effrayant... Se dirigeant vers le lapin d'un pas dansant, elle s'arrêta en regardant les accessoires sur la table et écouta ce dernier parler :

« Première question ! Si vous êtes d'accord de jouer avec moi, vous devrez prendre une paire d'oreille ! Il y en a aussi une miniature pour toi lutin. »

Alyss était toujours partante pour jouer, elle adorait jouer. Surtout que jouer rimait avec s'amuser et il ne pouvait y avoir l'un sans l'autre n'est-ce pas ? Regardant les oreilles, elle prit la paire qui lui allait le mieux et le mis sur sa tête. Se dirigeant vers un miroir, elle se regarda. Elle était très mignonne et le blanc lui allait parfaitement. Normal me direz-vous, vu qu'elle était elle-même habillé de blanc et que ses cheveux étaient de la même couleur que cette dernière. Rajustant ses cheveux pour que les oreilles de lapin se « fondent » entre les mèches, elle tourna sur elle-même tel une danseuse étoile et s'arrêta face à l'assemblée qu'elle regarda. Elle voyait une chevelure flamme et une chevelure eau, une autre électrique et les couleurs continuaient de fuser, mais ce qu'elle remarqua le plus, c'était que personne à part elle ne voulait jouer le jeu.

Ah non, si personne ne mettait les accessoires, le jeu ne commencera jamais ! Décidant d’y remédier, Alys prit les accessoires et elle les mit sur le dessus de la tête de toutes les personnes de sa hauteur ou plus petite qu’elle. Pour les autres, elle dut se préparer et sauter pour leur poser les oreilles de lapin sur la tête. Toute contente, elle s’assura que tout le monde avait les petites oreilles de lapin sur la tête et elle rigola. Si cela allait à certain, cela n’allait pas à de s autres et c’était cela qui la faisait rire. S’applaudissant elle-même, elle retourna s’asseoir sur la table où elle était avant tout en recroisant les jambes. Elle joignit ses mains ensemble et les posa devant sa bouche, les doigts levés en l’air et elle sourit d’un sourire qui montrait ses dents.

« Bien ~ Maintenant, nous pouvons jouer monsieur lapin !»

Elle avait les propos d’une petite fille innocente, mais quand il s’agissait de jouer et/ où de s’amuser, Alys ne pouvait pas faire autrement, car elle préférait être comme ça, que d’être sérieuse, elle préférait s’amuser plutôt que penser. Toujours assise, elle attendit patiemment la nouvelle intervention du lapin blanc pour définir les règles du jeu et surtout, quelle était la surprise qu’il réservait à la fin de ce jeu. Alyss était sûr de gagner, elle adorait les jeux et elle était forte, du moins, pour certains jeux… Donc elle espérait et priait silencieusement en espérant qu’elle jouerait à l’un de ces jeux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   16th Mai 2013, 03:49

Tout le monde était là, tout le monde était prêt ! Mais des retardataires se faisaient sentir. Ah non ! Il ne fallait pas être en retard, jamais. Jamais ! Ce n’était pas bien. L’horloge du lapin commençait à se dérégler à cause des deux nouveaux arrivants. Que faire, mais que faire ! On pouvait facilement voir l’air désemparé du lapin qui ne savait où donner de la tête. Tiens, toi le nouveau qui a l’air dans la lune. Tu seras utile ! La peluche s’approcha du capuchonner avant de lui taper sur la tête avec la montre qui redevint d’un coup normal. Par contre, la vitesse avait été transmise au jeune homme qui allait devenir une vraie pile électrique ! Cherchons, regardons les invités. Presque tout le monde avait suivi sa consigne ! Mais les règles n’avaient pas été posées correctement. Regardant la jeune femme aussi blanche que lui, le lapin s’en approcha.

« Si vous êtes trop lent, si trop de mauvaise réponse seront données. Voilà ce qui se passera ! »

Tapant un coup sur la demoiselle, celle-ci se transforma littéralement en un petit lapin blanc qui était des plus normaux. He oui, le retard était la chose qui énervait le plus notre ami et je ne vous conseille pas de le déranger ! Fixant le jeune homme arrivé le premier, le lapin sautilla vers lui avant de l’obliger à mettre son sers tête et celui-ci fusionna littéralement avec sa caboche lui donnant de vraies oreilles de lapin. Regardant les autres, la bête reprit sa place initiale en se faisant couler une tasse de thé.

« Tu veux vite commencer, c’est bien ! Je t’aime bien ! Mais tu n’as pas mis l’objet. Alors, tu as un point de pénalité ! Oh, qui veux une tasse de thé ? Et toi le bulleux, ne tâche pas mon terrier ! »

Une tasse de thé fut donc coulée dans des récipients à chacun. Un liquide qui paraissait normal aux premiers abords, mais qui permettait de donner une réponse par personne. Oui, le jeu n’était pas bien dur, mais il fallait tout de même un peu de difficulté ! Puis la montre du lapin était redevenue normale. Il n’était pas obligé d’être aussi pressé ! Bien que la nature de notre bête revenait sans qu’il ne le veuille. Son pied tapant nerveusement par terre, il but d’une traite sa boisson avant de reprendre la parole assis sur une petite table rouge et blanche.

« La règle est simple. Répondez juste à un certain nombre de mes questions et vous aurez une récompense ! Si vous répondez faux, vous deviendrez comme votre amie ! Pour commencer, je veux savoir à tous votre identité ! Au cas où vous casseriez quelque chose. La facture vous sera envoyée ! »

Est-ce que les personnes avaient-elles bien compris que la première question avait été posée ? He bien, continuons directement avec la deuxième ! S’ils oubliaient la première, la pénalité serait donnée ! Oui, le lapin était pressé et il ne fallait pas le bousculer !

« Qui a quatre pattes le jour, deux pattes le midi et trois pattes la nuit ? »

Le jeu pouvait maintenant commencer ! Est-ce que ces humains seraient assez fort pour le duper ainsi que trouver les réponses ?

[ Règle : Envoyez votre réponse en MP à Wonderland. Pour qu'il n'y ait pas de triche ! N'oubliez quand même pas de dire dans votre poste que votre personnage donne la réponse ! ( la règle changera au bout d'un moment. ♥ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 23
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   13th Juillet 2013, 11:15

Le Baskerville du lot en a marre. C'est vrai, ça fait trop longtemps qu'ils sont tous là. Moins d'une heure probablement, mais c'est déjà trop.  Et si dans le monde réel le temps passe plus vite, genre comme par rapport à l'Abysse ? Nana aura peut-être eu le temps de faire exploser l'appartement d'ici là.
Bon sang, il faut sortir d'ici. En plus ce lapin qui semble détenir la clé de leur sortie est particulièrement agaçant. Il pourrait aller trouver d'autres fous comme lui dans ce monde pour jouer avec ses babioles.
Bon ok, ce sont eux qui sont entrés dans sa maison. Mais quelle idée d'avoir mis sa maison ici hein ? Il n'avait qu'à les mettre à la porte, voilà. Finn l'aurait fait, tout le monde dehors et ne revenez pas. Et puis ce lapin est un hôte terriblement mauvais, tout ce qu'il leur a donné s'est révélé néfaste d'une manière ou d'une autre. Entre la fille qui rétrécit et le roux qui crache des bulles, Grandes oreilles se fait une mauvaise pub. Le voilà d'ailleurs qui explique que s'ils ne se comportent pas bien, il les transformera en lapins, démontrant cela sur la fille en blanc. Il faudrait presque avoir de la peine pour elle.
Ce qui se passe ensuite plait moins au Baskerville. La bête qui détient la maison place le sert-tête de force sur le Baskerville récalcitrant. Et, évidemment, le machin semble fusionner avec son crâne. Il essaie bien de l'enlever mais arrête bien vite quand il se rend compte que tirer sur les  - ses ? - oreilles fait mal.
Bon sang s'il pouvait, il aurait déjà découpé cette sale bête. Sauf qu'il tâche de se calmer pour ne pas se jeter sur l'animal, se contentant de croiser les bras en lui jetant un sale regard. Le tout en priant intérieurement pour que ces horreurs d'oreilles disparaissent au retour dans le monde normal.
Parce que sinon, c'est la fin des haricots. Au moins il aurait une excellente raison de ne plus jamais quitter la capuche rouge des Baskerville. Et puis, un point de pénalité ? Pfeuh.

Le voilà qui leur sert ensuite à tous des tasses de thé. Non mais. Il a déjà oublié ce que son thé a fait à la jeune fille tout récemment ? Pas moyen que quelqu'un le boive, quand même ? En tout cas qu'il ne compte pas sur le brun ! C'est quand même malheureux d'en arriver à détester un fichu lapin.
En même temps, il est vraiment méchant pour un lapin. Il n'en a peut-être pas l'air au premier abord, mais sa nature machiavélique s'est vite révélée et... Ouais bon ok.
Le lapin étant visiblement un animal très bavard - tiens dont -, il a vite fait de reprendre la parole. Cette fois pour leur annoncer que s'ils répondent mal, il leur arrivera ce qui est arrivé à l'autre fille en blanc. En même temps qu'il prononce ces mots, une vive lumière blanche apparaît de nulle part et enveloppe l'ex jeune fille devenue lapin. L'instant d'après, pouf. Il n'y a plus personne. C'était voulu, ça ? Elle est rentrée chez elle ? Oh bon sang si cela permet de sortir, il faut contrarier ce lapin tout de suite ! L'idée semble cependant assez risquée, qui sait où l'autre lapin a pu être réellement envoyé ? Néanmoins, elle reste très tentante.
Enfin bon.

Leur hôte demande leur identité afin de leur envoyer la facture s'ils cassent quelque chose. Comme si... Oh et puis mince la logique à la fin, rien n'a de sens ici de toute façon. Avant que qui que ce soit ne puisse répondre, le lapin enchaîne directement avec une enigme. Coup de bol, celle-là, le Baskerville la connait. Dans ce cas, il n'y a plus besoin d'attendre.

- Finn. Quant à la réponse...

Et il la donne. Pour l'identité, le lapin peut aller se brosser pour avoir le reste, il faudra se contenter du prénom. Il a un nom et un prénom lui, de toute façon ? Même pas sûr.


[Bon ok j'ai pas répondu par mp mais je crois que j'ai donné la réponse sur la cb y'a un bon moment déjà xD. Au pire je la redonnerai \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/
avatar


Féminin Messages : 144
Age : 23
Personnages préférés : Leo , Elliot, Oz, Gilbert, Vincent, Xerxes
Double comptes : Kurana Barma

Feuille de personnage
Nom & prénom: Edwina Phatom
Nom du Chain : Neal Unlight
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   21st Août 2013, 12:57

Une petite chose adorable, presque à croquer d’une taille de 20 cm. N’est ce pas mignon ces petites choses ? NON ! Edwina ne veut pas ça, elle veut être grande, pouvoir être à la hauteur des personnes ! Non mais sérieux quoi, c’est quoi ce maléfice ? Mais le pire c’est que malgré tout ça, la demoiselle est fan de ce chapeau à grelot, c’est vachement le moment Edwina ! C’est limite si elle ne va pas hurler Neal. Après tout la voilà dans une drôle de situation… Prisonnière d’une bulle, non mais vive la logique ici ! Droit de hurler ? Au moins on ne l’entendra pas… Mais quand même ! Se voyant déjà partir dans le ciel, la demoiselle regarde partout larmes aux yeux et voit quelque chose vers la fenêtre… ? Puis un bon samaritain la sauve, c’est presque les larmes aux yeux et le regarde plein de compassion qu’elle regarde l’homme en question. Reniflant dans sa plus grande grâce, le brun souligne gentiment ses malheurs, merci elle n’a pas percuté tous ça déjà. Déjà rien que le tableau de la demoiselle avec presque la morve qui coule de son nez complètement paniqué et tremblante sur la table. Juste rentrer chez elle, oui certes elle doit mais faire vachement pitié. Bon cet endroit semble être sécurisé. N’ayant pas entendu tout ce qu’a dit le lapin, la demoiselle respire un peu et s’essuie le visage dans une grande serviette.

Mais ce Brutus de lapin ne sait pas servir le thé, posant la théière sur la table, ça fait un peu trembler, et la demoiselle tombe dans la serviette et se débat dedans maintenant. La pauvre, tout est vraiment contre elle, roulant dans tout les sens, s’enroulant plus qu’autre chose. Elle se stop épuisée, soupirant de cette situation. Par chance en ne bougeant plus, une sortie apparait et elle sort aussi vite que possible. Se retrouvant à la limite de faire le grand saut pour finir au sol… Vive la frayeur... Entendant le lapin parler, il demande de répondre à l’énigme… mais euh, attend elle a pas entendu avant ! Bon réfléchit petite Edwi, il a dit quoi avant… Elle peut répondre comme ça ? Regardant l’homme qui semble un peu dépité semble –t-il. Le voilà qui donne la réponse… Attend s’il a la bonne réponse… Il va disparaitre… Autant en profiter ! Prenant son élan… La demoiselle commence à courir et à se jeter littéralement en mode « BANZAI » sur le Finn sauvage. La Phantom s’accroche au vêtement du jeune homme et grimpe doucement pour arriver sur son épaule épuisé… limite si elle larve pas dessus… Oui madame squatte rien à faire elle veut rentrer !

« Fait pas attention….Je….euh…. »Elle reprend sa respiration « Veut juste…de la hauteur…voilà… »

Dit-elle dans le plus grand épuisement, faire autant de sport en une journée c’est crevant quand même ! Puis elle n’aller pas dire « coucou je t’utilise pour rentrer. » Soyons sympas… Étalée littéralement sur l’épaule de l’homme, se demandant si en disparaissant avec elle va finir avec lui dans le même endroit…. Avec cette taille… Espérons que non. La demoiselle déprime maintenant. Edwina ne veut pas finir sa vie avec une taille aussi minuscule ! Soupirant de toute son âme, elle regarde partout.

« Eh.. ? Y a quelqu’un dehors la ! Qui écoute ! Je me disais bien avoir vu quelqu’un ! »

Non mais oh, tout le monde subit ! Edwina n’est pas du tout d’accord que quelqu’un échappe au sort des oreilles ! Qu’il vient là tout de suite ! Qu’il affronte le destin ! Bien que pour le moment la demoiselle devrait un peu plus se préoccuper du sien. Elle s’assoit sur l’épaule de Finn, en se tenant légèrement aux cheveux de celui-ci pour ne pas tomber. Après tout la bonne réponse fut donnée donc voilà, plus qu’à attendre la suivante, ou peut être qu’elle va rentrer avec le moyen de transport Finnou, le meilleur de tous en qualité de transport  et d’urgence ! Espérant retrouver sa fameuse taille…aller courage, mais déjà que va subir l’invité caché dehors ? Surprise sûrement.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceci est le nom de mes gamins oublié "pan" Pour toi Nana aussi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
avatar


Féminin Messages : 102
Age : 19
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   22nd Août 2013, 00:27

hrp:
 

Cet endroit était décidément bien animé, tant que Lace regretta presque d'y être entré plutôt que de continuer ses vaines recherches sur une quelconque sortie. Il observait la scène d'un air blasé en se demandant s'il pouvait toujours faire demi-tour. Car, même s'il venait d'entrouvrir la porte après avoir entendu qu'une voix féminine l'avait démasqué, il semblait que l'agitation soit telle que personne ou presque ne l'avait remarqué. Il dévisagea tour à tour les personnes qui occupaient la maison avec attention, ne reconnaissant que vaguement quelques unes d'entre elles pour les avoir vue de loin à Pandora ou en ville. Donc... Ces personnes n'étaient pas originaires d'ici et cherchaient elles-aussi à partir, ce qui était un bon point en somme. Le seul petit détail qui le gênait était... Le lapin blanc habillé qui sautillait vers lui d'un air quelque peu paniqué. Le nouveau venu recula de quelques pas, trop méfiant pour laisser cet étrange animal s'approcher de trop. Néanmoins, ce dernier fut plus rapide et ne tarda pas à lui asséner un coup de sa montre avant de le forcer à enfiler un serre-tête aux oreilles de lapin. Il tenta aussitôt de l'enlever, sans résultats. Il lui parut même ressentir une certaine douleur lorsqu'il faisait cela. Il imagina le pire. Est-ce que... Cette accessoire avait fusionné avec lui ?

La peluche blanche trottinant vers la table après avoir adressé quelques mots au garçon qui se sentait bizarrement... Instable ? Il ne savait pas comment le décrire. Il sentait, pour son plus grand effarement, ses oreilles frémir et ne pouvait s'empêcher de taper légèrement du pieds. L'énergie affluait en lui comme de l'adrénaline. Comment était-ce possible ? Lui qui était si endormi d'ordinaire...

Finalement, forcé par la tournure des évènements, il n'eut d'autre choix que de s'installer à son tour à table en prenant sa propre tasse de thé et en remarquant avec surprise une petite fille hissée sur un garçon aux cheveux roux, celui qui venait tout juste de donner la réponse à l'énigme précédemment posée.
Il but son thé d'une traite et la fixant en se demandant s'il n'était pas tout simplement plongé dans un rêve très réaliste. Il réfléchit à la question posée. Elle était vieille comme le monde et tellement connue. Et aussi tellement facile que l'adolescent allait jusqu'à se demander s'il n'y avait pas un piège... Comme en plus de cela l'animal avait précisé "patte" dans la phrase, il supposait qu'il pouvait toujours essayer de voir en fonction de son point de vue... Étrange façon de penser, soi-disant passant.

Mais certainement moins étrange que ce qu'il ressentait là. Il se sentait incapable de tenir en place et se leva pour faire des allers retours dans cette petite maison et tenter d'évacuer plus ou moins l'énergie qui affluait en lui. Il en venait même à comprendre Robin qui lui répétait sans cesse que ce n'était pas de sa faute s'il avait autant à dépenser... Voilà qui était surprenant. D'habitude, il se serait bien vautré sur la chaise en observant la scène dans un silence des plus normaux pour lui, et là il attirait malgré lui l'attention en faisant les quatre-cent pas. Qu'est-ce qui ne tournait pas rond...? Ah ! Il se souvint brusquement de la montre aux aiguilles détraquées avec laquelle le lapin l'avait frappé l'instant d'avant. Donc ce serait à cause de ceci...?  Peut-être que oui, peut-être que non. Il l'ignorait et se garderait bien de poser la question : il ne manquerait plus qu'il révèle à tous qu'il n'appréciait guère cette situation et qu'il en était presque gêné.

Au final, le membre de Pandora se résigna quelque peu et s'arrêta le temps de prendre la parole. Il était bien heureux que son visage indifférent puisse cacher la mystérieuse adrénaline qui montait progressivement mais sûrement en lui et affluait dans la moindre parcelle de son corps.

« Je suis Lace. Et pour l’énigme, je pense que c’est… » Annonça-t-il dans sur un ton plat et sans donner la moindre autre information à son sujet.

Sur ces bonnes paroles, il croisa les bras sur son torse en tapant cette fois-ci clairement du pied. Ah, c'était tout simplement insupportable d'être incapable de rester en place... Vivement qu'il trouve un moyen d'évacuer l'énergie en toute discrétion ou qu'il sorte tout bêtement d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin Messages : 30
Age : 25
Personnages préférés : PNJ


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   18th Septembre 2013, 03:55

Que dire, mais que dire de toutes ces personnes qui s’invitent chez lui ! Des femmes ainsi que des hommes. Puis des petits comme des grands ! Tout devenait trop compliqué pour la tête de notre lapin qui stressait en regardant les secondes de sa montre défiler. Le temps passait trop vite et l’heure du départ se faisait de plus en plus proche ! Toutes les réponses avaient été données à part celle d’un grand homme roux. Que faisait-il ? Son air était supérieur et il ne semblait pas vouloir répondre à une question aussi simple ! Le lapin blanc ne pouvait pas perdre de temps. Sautillant à ses côtés, monsieur l’animal fit le tour de son invité. Tapotant sa montre sur lui, l’homme se transforma d’un seul coup en un petit lapin aux poils roux. C’était la punition de ceux que n’écoutait pas ! Ledit lapin finit absorber dans un trou quand une petite carotte lui fit posée sous le nez. Bon, cela faisait une personne en moins !
Une deuxième petite personne ne semblait pas avoir envie de donner la réponse. La petite fille à la tête de lutin. Soupirant un coup, le lapin blanc la regarda et ses oreilles se collèrent définitivement à sa tête. Maintenant, elle pouvait les bouger comme si celles-ci faisaient parties de son corps. Pour faire mieux, de petite moustache apparurent sur son visage lui faisait une ressemble en commun. Les deux garçons restant venaient de donner la bonne réponse ! Cela leur faisait un point chacun. Réservant du thé ses invités, la prochaine question ne devait pas tarder ! Voyant l’heure défiler, il était en retard nom d’un lapin ! C’était la dernière question, oui la dernière !

« Ouvrez bien vos oreilles. C’est la dernière question avant de partir ! Si vous répondez juste, une surprise vous sera donnée ! Mais dépêchez-vous. Je suis pressé ! Pour commencer, prenez chacun une carotte de cette couleur dorée et croquez-si à pleine dent, dedans ! Vous verrez, c’est très bon ! »

Sortant un légume de sa poche, une distribution eut lieu. Une carotte à chacun et une plus petite pour la petite lutin. Maintenant, il fallait trouver une question et poser les règles de ce dernier piège. Buvant sa tasse de thé en tremblant et faisant tomber la moitié à côté, une idée lui vint en tête ! Pourquoi ne pas poser une question sur ce petit gouté ? Ou bien sur le temps qui défilait trop rapidement ! Réfléchissions longuement, non il n’avait pas le temps pour ça ! On pouvait sentir tout le stresse de notre petite peluche vivante qui se remit à parler pour annoncer le règlement.

« Pour cette manche, il y a plusieurs réponses ! Mais personnes ne doit donner la même que son compagnon. Une seule réponse est permise et tout se jouera là-dessus ! »

Il finit rapidement sa tasse de tête en mettant tous les services dans sa nappe et la plongea dans un évier pas très loin. Ce n’était pas le moment de faire la vaisselle ! Il n’avait pas le temps, cette dernière se fera toute seule ou ce soir quand le lapin sera rentré de son rendez-vous très important ! Revenant vers ses invités, le lapin sautilla doucement en les fixant dans les yeux. La question allait être posée !

« C’est petit, c’est liquide ! Mais en même temps, le temps nous est compté. Il faut prendre notre temps pour y arriver ! Attention, il ne faut pas perdre la tête à son arrivée. Qui suis-je ? »

Vous trouvez que cette énigme n’a pas de sens ? C’est le but ayant plusieurs réponses positives ! Est-ce que ses invités allaient trouver une réponse correcte ? Tant qu’ils mangeaient leur carotte, tout ne pouvait que bien se passer ! Pour le lapin bien sûr, jamais il ne serait en retard à cause d’eux ! Vite vite, que les réponses sortent de leur bouches et que le temps cesse de défiler !

[ Alors, je précise que vous êtes obligés de donner une réponse ici ! et mangez la carotte. C’est l’objet de sorties ! Que la réponse soit bonne ou mauvaise, je vous ferai sortir à la fin de mon prochain post !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 102
Age : 19
Personnages préférés : Break ~ Léo ~ Cheshire ~ Oz ~ Alice ~ Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Lace Whiters
Nom du Chain : l'horloger, aussi surnomé Chronos par Lace
Groupes: Membre de Pandora


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   3rd Octobre 2013, 03:46


Lace continuait de taper le sol du pied à une cadence rapide et soutenue de la même façon que ce pittoresque petit lapin lorsqu’il parvenait non sans peine à cesser de gigoter dans tous les sens.
D’une certaine manière, il pouvait maintenant comprendre pourquoi certaines personnes se révélaient incapables de rester calme ou de se poser sereinement une heure ou deux, le temps d’une sieste. Il comprenait mieux que Robin ne soit pas capable de se tenir tranquille malgré toutes ses réflexions à ce sujet, et il en venait presque à regretter toutes ces paroles parfois peu délicates. Il en vint même à se promettre que s’il sortait un jour de ce monde fantaisiste et surtout surréaliste, il ne manquerait pas de lui faire une ou deux excuses à propos de son incapacité à rester immobile plus de deux minutes.
Car lui-même se retrouvait contraint de faire les cents pas, de bouger jusqu’à son petit doigts pour évacuer une espèce d’adrénaline qui ne cessait d’affluer dans son corps en trop grande quantité.

Si bien qu’il ne remarqua même pas que le propriétaire de l’insolite terrier, d’un coup d’œil apparemment agacé, rendit réel les oreilles de lapin de la jeune fille décidemment bien déveinard, et fit apparaître d’un clignement de paupières quelques moustaches sur cette dernière.
S’il avait remarqué ce détail, peu voyant étant donné la taille de la malchanceuse, il aurait presque pu la plaindre…

Et malgré tout cela, le garçon s’immobilisa totalement l’espace d’un instant, laissant juste le temps à la peluche vivante de prononcer quelques mots forts intéressants. Des mots qui racontaient qu’une surprise leur seraient donnés s’ils répondaient à une nouvelle question sans réponses évidentes.
Recommençant à se mouvoir ici et là, il écouta attentivement la devinette après avoir pris entre ses mains la fameuse carotte dorée. Il la mangea sans se demander pourquoi cet aliment d’ordinaire orange était teinté de ce jaune or, sans se demander si c’était comestible, sans se demander si c’était empoisonné ou quoi que ce soit de ce genre.

En vérité, son cerveau bouillonnait déjà sur cette énigme que leur hôte avait lancée. Peut-être pour s’occuper, peut-être parce qu’il trouvait cela amusant ou parce que quelque chose lui disait que ne pas y répondre serait une mauvaise idée, il réfléchit intensément à cette devinette. Ses pensées et idées s’entremêlaient sans jamais trouver de réponses plausibles, sans jamais parvenir à trouver une piste qui tenait plus de quelques secondes.
Monsieur n’était déjà pas partisan des efforts physiques lorsqu’il n’était pas en mission, mais des efforts intellectuels… Autant dire qu’il fallait savoir le motiver. Or, s’il avait accepté de mettre la majeure partie de ses neurones en marche -sans pour autant cesser ses allers et retours d’une démarche étrangement dynamique-, la motivation n’y était pas.

C’est pourquoi de longues, très longues minutes passèrent pendant lesquels aucuns des invités –ou intrus, tout dépendait du point de vue- ne prirent la parole. Le silence n’était pas pesant, mais il ne mettait pas non plus à l’aise ceux qui l’entretenaient.

Puis, allez savoir si c’était le fait de regarder fixement toutes ces théières posées sur la table, un éclair de génie, ou une lassitude soudaine quant à l’idée de faire travailler plus longtemps son cerveau sur cette énigme, mais une lueur nouvelle s’éclaira dans le regard du membre de Pandora.
Il n’était absolument pas certain de sa réponse. Il pourrait même penser d’avance qu’elle était fausse. Mais si elle se révélait bonne et qu’il laissait quelqu’un le devancer, il risquait de le regretter et de devoir une fois de plus trouver tout un cheminement d’idée vers cette présumée réponse.

« Du thé ? » Lança-t-il d’une voix indécise.

Ne restait plus qu’à voir les autres réponses et le verdict du lapin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 144
Age : 23
Personnages préférés : Leo , Elliot, Oz, Gilbert, Vincent, Xerxes
Double comptes : Kurana Barma

Feuille de personnage
Nom & prénom: Edwina Phatom
Nom du Chain : Neal Unlight
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   22nd Octobre 2013, 09:59

Trop de péripétie pour une jeune demoiselle, voilà ce que pense Edwina Phantom. Cela aller peut être se terminer enfin ? C’est trop beau pour le croire, pense-t-elle assise sur l’épaule de ce Finn, assez grand pour regarder toute la salle. Se grattant les joues, voilà maintenant quelque chose d’inhabituel sur ses joues…Eh ?! Se grattant les oreilles au dessus…de sa tête ?  Se retournant pour regarder dans une fenêtre, la voilà maintenant hybride…Sérieux ?! Elle se retourna dans tout les sens…

« Y a même la queue en pompom… »

Des petites rougeurs apparus sur son visage, presque en admiration là. Déjà le grelot et maintenant ça, faut vraiment que la demoiselle apprend que c’est pas du tout le moment pour elle d’être en admiration. Elle se rassit en jouant avec ses oreilles le temps que le causage se termine, enfin se termine revoilà maintenant une autre énigme…génial. Soupirant légèrement, Edwina aimerait plus partir qu’autre chose. Grignotant la carotte tout en méditant tranquillement quoi faire. Réponse multiple, il est drôle celui là !! Quoi répondre aussi, méditant dans tout les sens cette énigme complètement absurde voir risible pour elle. Celle-ci imagine plus un lapin en civet avec CE lapin…

Non aller soyons donc sérieuse quand même, c’est bien le moment de penser à de la nourriture, jetant le reste de la carotte par terre qui n’est pas mangeable pour l’homme, bah oui le reste vert n’est pas digérable. Penchant la tête de droite à gauche, la jeune femme gonfle les joues, puis les dégonfles, plus perturbé par la chose inhabituelle que de méditation certes. Bien que le jeune homme lasse répondit plus vite qu’autre chose… Du Thé ?

Se grattant un peu la tête, perturbée par la réponse du jeune homme, elle regarde partout dans la pièce, n’importe quoi… Petit..Liquide… Un instant elle s’arrêta sur le bas de pantalon des hommes….De grosses rougeurs apparait... Non pas ça pas du tout ça !!! Essayant de se vider l’esprit de façon à oublier totalement ce qu’elle vient de penser, cherchant plus loin… Une naissance…tien t ça va bien avec la dernière pensé…ON OUBLIE ! Oui une naissance peut être une idée comme une autre, bien que ce ne soit pas liquide un bébé… Quoi que sa première forme….Ahem on oublie cela ! Se mordant un peu le pouce la jeune fille cherche une solution, n’importe quoi ! L’autre ne semble pas vouloir répondre, bon bah… faut se lancer… Aller une idée !

« La rivière de la vie ? »

Dit-elle hésitante, bien que le choix peut être stupide, mais dans un livre, la vie est considérait comme une rivière… Puis de toute façon elle est juste venue pour son gâteau ! Pas pour ça ! Sérieux à midi c’est lapin au vin et le soir Lapin à la moutarde ! Le manoir Phantom va en manger du lapin non mais ! Pourquoi ce retrouver dans ce genre de situation… Espérons que cela se termine enfin, l’humour n’est plus en vigueur Edwina aimerait bien rentrer chez elle !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceci est le nom de mes gamins oublié "pan" Pour toi Nana aussi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
avatar


Féminin Messages : 609
Age : 23
Personnages préférés : Break, Sharon, Jack, Gil, Elliot

Feuille de personnage
Nom & prénom: Finn Baskerville
Nom du Chain : Naaru Irwin
Groupes:


MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   13th Novembre 2013, 09:12

En voyant le grand roux se faire transformer en lapin - c'est que ça vire à l’obsession... Les humains ne sont pourtant pas obsédés par les humains, eux, si ? - puis disparaître, Finn se dit qu'il aurait mieux fait de désobéir. Oh, le roux a peut-être été expédié droit vers une dimension encore plus chiante que cet endroit, mais au moins il n'est plus ici. Pfeuh. La prochaine fois, il collera net à la réputation des Baskerville.

- Ouvrez bien vos oreilles. C’est la dernière question avant de partir ! Si vous répondez juste, une surprise vous sera donnée ! Mais dépêchez-vous. Je suis pressé ! Pour commencer, prenez chacun une carotte de cette couleur dorée et croquez-si à pleine dent, dedans ! Vous verrez, c’est très bon !

Partir, enfin ! Le brun observe les carottes en question avec un air suspicieux qui ne tient cependant pas longtemps. Il a déjà ces fichues oreilles vissées sur le crâne et, bon sang, le mini poilu là vient de dire que c'est leur carte de sortie. Le Baskerville n'a pas pour habitude d'être obéissant, mais il sait reconnaître quand il ne sert à rien d'argumenter.
De toute façon, il aurait l'air stupide à engager un débat avec un lapin qui manie du thé et des carottes magiques. Plus vite il sera sorti, mieux ce sera. Alors il mange cette fichue carotte, se retient de jeter le machin vert sur le lapin juste parce qu'il a de sérieux problèmes de self-contrôle - mais il ne le reconnaîtra jamais, il est calme comme la surface d'un lac, qu'il vous dirait - et se contente d'attendre la question qui ne va probablement pas manquer de venir. Du moins, elle a tout intérêt à le faire, pour leur bien à tous. Le lapin pourra revoir son salon - ou peu importe ce qu'est cette pièce - dans son état d'origine, comme ça.

- Pour cette manche, il y a plusieurs réponses ! Mais personnes ne doit donner la même que son compagnon. Une seule réponse est permise et tout se jouera là-dessus !

Ouais ouais, avance. Ils veulent tous rentrer. Certains ont d'ailleurs visiblement pu rentrer avant tout le monde, c'est injuste. Mais leur tour à eux viendra. Il va venir. Sous peu. Si ce lapin pouvait cesser de trembler et juste balancer sa question, tout irait mieux.

- C’est petit, c’est liquide ! Mais en même temps, le temps nous est compté. Il faut prendre notre temps pour y arriver ! Attention, il ne faut pas perdre la tête à son arrivée. Qui suis-je ?

Finn n'a jamais aimé les énigmes. Encore moins quand leur énoncé se contredit. Ce qui est fait exprès, certes. Mais dans la situation actuelle et la question ne l'inspirant pas le moins du monde, il a juste envie d'envoyer bouler le lapin. Après tout s'il le réduit en purée, il sera petit et liquide. Et il aura pris le temps d'arriver à ce résultat tout en étant pressé. Le lapin n'aura plus toute sa tête, mais le Baskerville l'aura encore. C'est une excellente idée, tout ça, en fait.
Bref.
Les deux autres donnent une réponse, visiblement aucun des deux n'a l'air très convaincu. Finn n'a pas plus d'idée. C'est à dire que... Petit et liquide, n'importe quoi de liquide peut être petit à partir du moment où on le place dans un récipient qui l'est. La suite de l'énigme ne fait qu'embrouiller le brun qui n'a même pas envie de réfléchir. Fichus lapins kidnappeur. Qui sait comment passe le temps ici, en plus. Et si c'était comme dans l'Abyss ? Peut-être que dix ans se sont déjà écoulés au dehors. Oh misère. Si jamais c'est le cas, il reviendra ici, fera de la purée de lapin et retournera chez lui. Yep, même pas peur.

- Un verre d'alcool fort ?

Sous entendu, la dose classique est donc petite. Bon après, certains se font un devoir de se l'enfiler d'une traite à chaque fois. Oh et après tout, qu'est-ce qu'ils en savent ? Ils ont mangé cette fichue carotte dorée. Pourquoi est-ce qu'aucun trou n'est apparu pour les ramener chez eux, comme c'est arrivé aux autres ? Quelle injustice. Grouille toi, lapin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kwanitadena.forumactif.org/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 05. Terrier du lapin blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Terrier du lapin blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Évènements Spéciaux :: ♠ Welcome in Wonderland-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit