AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Qui s'y frotte s'y pique forcément [PV Valentin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: Qui s'y frotte s'y pique forcément [PV Valentin]   20th Juillet 2012, 03:06

Y en avait marre. Marre de ce sale boulot. Quand Neoh avait suivit l'un des clients de son père qui lui avait promis un métier fabuleux, il pensait à tout sauf à ça. Il en avait assez d'être juste un toutou auprès des autres membres de Pandora. Il n'y avait aucune reconnaissance du travail accompli, pas même un simple merci pour avoir empêché une bande d'abrutis de tomber la tête la première dans un piège tendu par l'ennemi. "Vous faites seulement ce qu'on vous ordonne de faire. Contentez-vous déjà de cette satisfaction", voilà ce qu'on lui avait gentiment répondu à la suite de cet évènement. Super. Génial. Merci infiniment. C'était ce genre de choses qu'ils voulaient entendre ? Eh bien ils pouvaient se les mettre où ça leur plaisait. Il avait une fierté - et pas une petite, en plus - et de l'amour propre lui aussi, sa condition de simple patrouilleur ne l'empêchait pas d'être humain et de détester être humilié devant tous ses collègues. Si seulement il pouvait parler comme bon lui semblait, ça ferait longtemps que plus personne n'oserait le traiter de la sorte !

Ce qu'il s'était passé pour que Neoh sorte une nouvelle fois de ses gonds ? Une attribution de mission. Bon d'accord, jusque là, rien ne semble réellement être anormal. Sauf que cette fois-ci, ses supérieurs avaient jugé bon de distribuer le projet du jour au hasard. Un peu comme les gosses qui tirent à la courte paille. Pas d'étude de cas ni de recherche du Chain le plus approprié pour l'occasion. On s'était moqué de tous les membres convoqués pour l'occasion. Les hauts gradés se payaient leur tête et ne s'en cachaient même pas... De ce fait, Neoh avait fini par tomber sur une mission niveau expert avec un bonhomme qui n'avait même pas passé de contrat avec l'une des créatures de l'Abysse. Génial. En plus de devoir partir devant avec Konshu pour faire l'état des lieux, il faudrait que le lynx assure leur protection à tous les trois, lui qui détestait se battre. Pour une mission d'une telle envergure, il aurait paru normal de lui envoyer une Chain dotée d'aptitudes au combat, pas un rigolo dont la gâchette le démangeait. Ils n'étaient pas sortis de l'auberge...

Le jeune brun n'avait pas attendu d'en savoir plus et avait tourné les talons pour se défouler un bon coup. En réalité, cette décision l'avait mis sur les nerfs et, de rage, il avait failli frapper le type qui se trouvait en face de lui. Malheureusement - ou heureusement, tout dépend du point de vue - l'un des autres membres l'avait arrêté à temps et on l'avait prié d'aller gérer ses sautes d'humeur ailleurs. Il déambulait donc dans les couloirs sans savoir où il allait. Il avait fait de son mieux pour ne prendre que les détours qu'il ne connaissait pas : ainsi, même s'il était perdu, il pourrait hurler aussi longtemps qu'il le voulait avant qu'on ne le trouve. Tourner à droite, tourner à gauche, encore à gauche, donner un bon coup de pied dans le mur juste pour extérioriser un peu, encore tourner à droite... Après avoir traversé pendant plusieurs minutes les dédales du QG, Neoh tomba enfin sur le lieu qui lui permettrait de vider toute sa colère. Devant lui, derrière la baie vitrée, une immense cour était exposée au soleil du début d'après-midi. Elle était déserte, comme si personne ne connaissait son existence. Lui non plus n'en avait jamais entendu parler auparavant. Il y avait donc des endroits gardés secrets dans cet immense manoir.

Une fois la porte ouverte sans grande délicatesse, le garçon mit un pied à l'extérieur. La cour baignait dans la lumière et il faisait assez chaud. Sans chercher à mieux détailler l'endroit, Neoh se plaça au centre de l'espace et hurla de toutes ses forces :

- Fait chier ! Fait chier, fait chier, fait chier !

Il s'arrêta pour reprendre sa respiration. Ça lui faisait un bien fou. Il recommença ainsi jusqu'à ce que sa voix commence à se faire de plus en plus rocailleuse. Il était en train de se péter les cordes vocales mais il n'en avait strictement rien à faire. Toute sa colère semblait s'envoler en même temps qu'il s'égosillait et il lui suffisait de penser à la tête d'ahuri de l'un de ses supérieurs pour raviver la haine qui l'habitait quelques instants plus tôt. Il était maintenant presque aphone et sentait la sueur perler au niveau de la racine de ses cheveux. Il décida donc de se poser sur le rebord de la fontaine qui trônait au milieu de la cour et s'aspergea avec un peu d'eau. Cet endroit était décidément parfait. Maintenant qu'il était enfin calmé, il barbotait comme un bêta dans l'eau claire, faisait gicler le liquide de tous les côtés avec ses mains. Il était seul et pouvait faire ce qu'il voulait. Mais il fut vite coupé dans son élan lorsqu'il entendit la porte qu'il avait poussée juste un peu plus tôt claquer contre le mur de l'extérieur, de la même manière qu'il l'avait fait lui même. Pfff, lui qui pensait ne plus croiser personne...

- C'est pas possible de rester en paix dans c'te foutue baraque ?!

Ce manoir aurait sûrement sa peau un jour, c'était obligé.
Revenir en haut Aller en bas


Masculin Messages : 116
Age : 20
Personnages préférés : Vincent, Gilbert & Will of Abyss.

Feuille de personnage
Nom & prénom: Valentin Anderson
Nom du Chain : //
Groupes: Membre du Pandora.


MessageSujet: Re: Qui s'y frotte s'y pique forcément [PV Valentin]   23rd Juillet 2012, 12:57

La main sur la gâchette, Valentin pointait son arme sur l'un des hommes qui était sous ses ordres. Ce dernier leva les mains, résigné, sous l’œil sévère de son supérieur. Il se baissa pour ramasser son pistolet tandis que Val' abaissait le sien. Il se détourna sans adresser un mot au jeune homme et se contenta d'avancer d'un pas rapide dans la cour du Quartier Général de Pandora. Cette organisation était plutôt pas mal... De toute façon, c'était mieux que l'hôpital psychiatrique, n'est-ce pas ? Tout serait mieux que là-bas ; si les gens n'étaient pas fous dès leur arrivée, ils le devenaient petit à petit. Valentin n'y remettrait jamais, ô grand jamais, les pieds ! Même pour une mission il refuserait catégoriquement d'y aller. Une certaine phobie, peut-être ? Non ! Mais si, sans doute. Même si Valentin refusait de se l'avouer -question de fierté et d'amour propre, sans doute- il avait désormais peur de ces lieux infâmes qu'il ne fréquenterait plus avant... Avant de nombreuses années voir plus jamais. Le jeune homme poussa la porte qui menait dans le hall. A cette heure, beaucoup de personnes y circulait. C'était dingue de se rendre compte qu'autant de personnes travaillaient en ce lieu, et plus encore, car tous n'étaient pas rassemblés au même endroit. En effet ! D'ailleurs un homme, à la moustache soigneusement taillée, vint à la rencontrer de Valentin. Ce dernier le connaissait, c'était un homme important dans l'administration de Pandora, assez bourrue dans l’ensemble, Valentin n'arrivait pas à le piffer. Il lui lança un regard plein de froideur, regard que l'autre lui rendit. Ils se défièrent ainsi un instant avant que le moustachu ne prenne la parole, lui demandant de bien vouloir se plier à un petit fonctionnement des missions. Valentin poussa un soupire, montrant ouvertement son exaspération. Il n'avait pas que ça à faire, lui ! Mais bon... A contre cœur il suivit l'homme et se retrouvèrent dans un bureau. Il lui tendit une feuille explicative de la mission pour laquelle on l'avait désigné. Ah bah sympa ! Ils ne le prévenaient que maintenant ? Cool. C'était gentil de l'en informer le jour-même.

Valentin arracha brusquement la feuille des mains de l'homme et la parcourut des yeux. Il devait faire équipe avec un autre gars. Un gros nase, sans doute. Ou peut-être n'était-il pas nase, mais en tout cas ils n'allaient très certainement pas s'entendre. Si Valentin ne l'avait jamais rencontré en personne on lui avait vaguement parlé de lui. Son nom était marqué sur la feuille qu'on venait de lui passer, Neoh Pawenton. Super ! Quelle partie de rigolade. Bon, si ça se trouve il n'était pas si agaçant que ça. Sait-on jamais ! Souvent les commérages sont exagérés. Souvent ou parfois ? Valentin marmonna quelques paroles incompréhensible sous l’œil sévère du moustachu. Captant ce regard pesant, Val' releva la tête et le foudroya du regard après avoir lancé un « Quoi ? » vulgaire. Comme le moustachu ne lui répondait pas, se contentant de rire sous cape, Valentin lui fit un Fuck de son majeur et quitta la pièce, la feuille en main, claquant la porte. Putain ! Mais c'est vrai, quoi, c'était une manie de le désigner, lui, Valentin Anderson, pour une mission classée dans «dangereuse» avec un clanpin qu'il ne connaissait ni d’Ève ni d'Adam ? Et cette façon stupide de lui annoncer ça, il aurait apprécier être prévenu un peu plus tôt... Parce qu'ils allaient très certainement partir dans l'immédiat, n'est-ce pas ? Encore du temps perdu... Valentin n'avait rien demander à personne à la fin, pourquoi venait-on l'emmerder en pleine journée alors que le temps était clément ? Il aurait pu s'entraîner avec les hommes qui étaient sous ses ordres, nettoyer ses précieuses armes ou choisir lui-même sa mission. Mais non. Mais non ! Il fallait qu'on vienne lui dire que oui, parce que Pandora avait ainsi décidé les choses, il devait partir en mission avec ce mec, et que, bien entendu, la mission était des plus dangereuse. Bien sûr ! Valentin savait que le bonhomme avait une Chain avec lui. Pas assez fort pour se débrouiller seul, pas vrai ? Pour rien au monde Val' ne voudrait s'encombrer d'une telle chose. D'une il aurait un sceau coller sur sa poitrine -et ça très peu pour lui-, de deux il arrêterait de vieillir -bon ça, ok, pourquoi pas- mais le truc c'est qu'il allait fatalement mourir plus rapidement avec un truc pareil collé à sa peau. Et puis avec une créature toute obéissante plutôt que sa propre force, non merci. Il perdrait toutes crédibilités à ses propres yeux.

Passons. Valentin ne savait même pas où trouver l'autre empaffé. Dans un recoin sombre ? Avait-il un bureau ? Non. Mais Valentin s'en fichait de ces détails. Il revint donc sur ses pas, furieux, et entra dans le bureau du moustachu sans frapper à la porte pour lui demander où se trouvait son cher coéquipier. L'homme lui dit qu'on l'avait vu se diriger vers la cours, du côté nord du bâtiment. Hé ben ! En plus de ça il prenait du bon temps, ou quoi ? Valentin hocha la tête et s'en alla, sans s'encombrer de politesses. D'un pas rapide il se dirigea vers l'extérieur, descendant les escaliers quatre à quatre, poussa brusquement la porte qui claqua contre le mur avec violence. Bon alors il était où ? Il n'eut pas besoin de chercher longtemps, une voix, semblant de mauvais poil, lui parvint de la fontaine. Non mais, oh ?! Valentin s'avança, toujours aussi rapidement, vers la personne. C'était un gars. Le gars qu'il cherchait ? Valentin croisa ses bras sur sa poitrine et le regarda avec un certain agacement.

« Hé, on va s'calmer tout de suite, okay ? Si tu voulais rester seul, fallait t'adresser ailleurs ! Mais passons. Je crois que c'est avec toi que je dois faire équipe, à mon grand regret. Neoh, si je ne m'abuse ? Comme si je n'avais que ça à faire ! »

Il brandit le papier que lui avait refilé le moustachu sous le nez de l'autre, Neoh, sans doute, et le regarda droit dans les yeux. Il ne c'était pas embarrassé d'un quelconque vouvoiement. S'ils devaient faire équipe, autant parler familièrement tout de suite sinon ça allait mal finir. Il enroula le papier et le fourra à la va-vite dans une poche intérieur de sa veste noire avant de croiser les bras sur sa poitrine et de regarder l'autre barboter dans son eau. Il reprit immédiatement la parole:

« D'ailleurs nous ferrions mieux de partir sur le champ, qu'en dis-tu ? Ca serait arrangeant pour tout le monde et ça nous évitera de perdre du temps supplémentaire. Bref, je suis un homme d'action et il n'y a pas de temps à perdre ! »

Désagréable, voilà ce qu'il était : désagréable. Mais ça ne le changeait pas de d'habitude, il n'en avait même pas honte. Il n'osa toutefois pas prendre Neoh par le bras comme il le faisait avec quelques partenaires de mission. Là il s'agissait d'un homme qui semblait au moins aussi mal léché que lui et aussi peu commode. Autant ne pas jeter de l'huile sur le feu même si Valentin était le spécialiste dans ce genre de cas. Il jeta un regard plein de froideur à son coéquipier.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Valentin Anderson
J'ai décidé de détruire quelqu'un, briser une existence, massacrer un destin, et tout à fait injustement. Choisir un innocent, quelqu'un qui pourrait être heureux et en faire une épave dans mon genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mad-riff.skyrock.com/

Invité



MessageSujet: Re: Qui s'y frotte s'y pique forcément [PV Valentin]   1st Août 2012, 12:19

D'une humeur massacrante, rien n'aurait pu agacer plus Neoh que ce n'était déjà fait. Rien, sauf peut-être l'arrivée d'un nouveau protagoniste dans l'histoire de sa journée loin d'être formidable. Une entrée fracassante, un bruit de porte que l'on projetait volontairement sur un mur, le claquement des chaussures d'un être humain qui laissait entendre que ce dernier n'était pas particulièrement dans de meilleures dispositions que le jeune brun, ce fut ainsi qu'il se retrouva nez à nez avec celui qui, il le sentait, ne ferait rien pour arranger la tournure que prenaient les évènements. Si telles étaient les choses, il allait falloir s'en accommoder mais ça, il ne voulait pas y penser. Il ne se laisserait jamais marcher sur les pieds par un autre que l'un de ses supérieurs, il en avait marre d'être traité comme un moins que rien, il n'était pas un chien ! Ainsi, avant même que le nouveau venu n'ouvre la bouche, Neoh avait déjà décidé qu'il serait son souffre douleur du jour, celui qui paierait pour tous les autres. C'était injuste, certes, pourquoi lui plus qu'un autre ? Parce que c'était lui qui s'était présenté en premier. C'aurait pu être n'importe qui à partir du moment qu'il avait franchi le seuil de la porte donnant à la cour. C'était la faute à pas-de-chance, voilà tout.

Avant même qu'il n'ait pu dresser le portrait de l'intrus, celui-ci le pria de se calmer. Mais qui était-il pour lui donner des ordres ? Il ne l'avait jamais croisé avant et s'en était très bien passé jusqu'à maintenant. Il y avait tellement de monde dans ce manoir que connaître tout le monde était presque mission impossible si l'on n'avait pas une haute fonction ou que l'on n'était pas toujours à fayoter derrière les gradés. Neoh n'était ni l'un ni l'autre et restait donc à l'écart de la majorité de la smala peuplant ces bas lieux. Ainsi, c'était donc lui l'heureux élu qui, grâce à une savante utilisation du hasard, allait faire équipe avec lui sur cette mission. Génial. Il semblait être déjà plus renseigné que lui sur les détails de leur sortie puisqu'il connaissait son prénom. Et depuis quand on perdait l'habitude de se présenter quand on parlait à quelqu'un ? Cependant, avant même qu'il puisse savoir à qui il avait l'honneur de s'adresser, son partenaire - puisqu'il en était ainsi - lui colla un morceau de papier si près des yeux qu'il ne put rien voir d'autre que la couleur du manuscrit. Comme s'il pouvait voir quelque chose à cette distance.


- Nan mais ça va pas ?! Comment veux-tu que je capte quelque chose de ce qu'il y a écrit sur ce truc ?

Neoh ne put s'empêcher de lui aboyer sa réplique au visage. Impassible, l'homme qui lui faisait face rangea le morceau de papier sans plus de cérémonie puis le toisa du regard, les bras croisés. Dans le genre coincé, on ne faisait pas mieux. Il fallait peut-être qu'il pense à retirer le balai qu'il avait planté dans le derrière avant de partir au travail, ça le rendrait sûrement plus aimable. A ses dires, il semblait pressé de quitter les lieux. Mais qu'est-ce qu'il croyait celui-là ? Qu'il était le seul à ne pas vouloir s'attarder sur ce genre de mission ? Sincèrement, lui aussi avait mieux à faire que risquer sa peau au cours d'une mission de haut niveau, il aurait largement préféré prendre un jour de congé pour aller voir son frère ! Sans se démonter, Neoh soutint le regard glacial de son vis-à-vis et prit le temps de le détailler avant de lui répondre. Brun, les yeux vairons, le visage balafré, il avait tout de même une prestance qui imposait le respect et si, dans une autre vie, Neoh avait été un peu plus discipliné, il aurait sûrement évité de le mettre en colère. Mais ce n'était malheureusement pas dans son tempérament et il ne prendrait pas des pincettes pour s'adresser à lui.

- Avant toute chose, mon pote, j'aimerais quand même savoir qui tu es. C'est pas que j'en ai réellement quelque chose à faire, mais ça m'évitera de devoir te héler pour pouvoir te parler. Juste une question de principes.

Comme pour se donner plus d'importance, il sortit ses mains de l'eau fraîche et se leva pour faire face à son coéquipier, le dos droit et l'allure fière. Visiblement plus âgé que lui, l'homme était aussi sensiblement plus grand, ce qui inhibait totalement ses tentatives d'intimidation maladroites. Neoh grinça des dents, agacé par les circonstances. Il avait comme l'impression que sa journée pourrie était loin d'être terminée. Il en avait marre de ne jamais avoir de poids sur les autres et ça ne faisait qu'accentuer le fait qu'il était de mauvais poil. Bon, il faudrait peut-être se concentrer sur la mission. Lui n'était au courant de rien et avoir quelques informations ne serait pas superflu si'ils voulaient être efficaces.

- Il faudrait aussi que tu me laisses l'honneur de savoir en quoi consiste la mission au juste. Parce que tu vois, moi, je n'ai pas eu la chance d'être débriefé à ce sujet et j'aimerais quand même savoir où je mets les pieds, histoire de rentrer en un seul morceau chez moi ce soir. Déjà que j'n'avais rien demandé à personne...

Il ne cherchait pas à être poli ou quoi que ce soit. Il voulait juste des réponses, le reste, il s'en fichait. Il n'était pas là pour se faire des amis après tout, du moins pas au sein de l'organisation. Et il n'était pas non plus pressé de partir se faire trouer la peau...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qui s'y frotte s'y pique forcément [PV Valentin]   Aujourd'hui à 16:57

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui s'y frotte s'y pique forcément [PV Valentin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ QG de Pandora :: ♠ Extérieur :: ♠ Cour-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit