AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty11th Juillet 2012, 03:55

Le jeune brun errait dans les couloirs ? Où allait-il ? En fait il ne le savait pas vraiment lui-même. Il savait qu’il devait faire une mission histoire de se faire un peu d’argent et pourtant il avait une profonde flemme d’aller chercher une mission de libre. Il était fatigué rien de plus. Passer son temps à toujours s’inquiéter pour quelqu’un est vraiment stressant et épuisant je vous assure. Passant une main nonchalante dans sa chevelure brun désordonnée, il soupira. Entre Pandora et Oz, on pouvait dire que sa vie était en générale plutôt mouvementé. Rester chez lui un petit temps ne lui ferait pas de mal. Et pourtant.. c’était impossible pour lui. Pourquoi ? Hey là, on parle de Gilbert qui doit se détendre alors qu’il est loin d’Oz et qu’il ne sait pas ce qu’il fait en ce moment même. Pas vraiment une situation idéale pour reposer ses nerfs en sommes. Mettant ses mains dans ses poches de manteau, il continua sa marche lente dans les couloirs remplit de monde. C’est alors qu’une voix l’interpella par son Nom de famille. Sur le coup le jeune homme ne réagit pas à l’appellation « M. Nightray ». Jusqu’à ce que finalement une main un peu brusque se pose sur son épaule. Surprit, Gilbert se retourna rapidement, faisant désormais face à un homme un peu plus jeune que lui et d’ailleurs beaucoup plus petit… Il lui tendit un dossier.

- Monsieur Nightray ! Une mission pour vous.

Gilbert fixa pendant quelque seconde le dossier beige sans grande envie. Voilà qu’on lui offrait une mission, elle devait être relativement bien payée, mais non cela ne l’enchantait pas vraiment au final. Contradictoire oui. Il finit cependant par le prendre en soupirant et l’ouvrir. Parcourant rapidement du regard son contenu et écoutant d’une oreille attentive le jeune homme qui tentait de lui fournir plus amples explications. C’était relativement simple à comprendre. Il devait se rendre au Manoir du Sacre, un groupe d’enfant s’était rendu là-bas pour explorer le lieu ni vu ni connu, mais n’était jamais revenu. En somme, le brun devait mener l’enquête et si possible les retrouver. Pas vraiment ravit de devoir retourner là-bas une nouvelle fois, il posa une question.

- Pourquoi moi ?

Son ton n’était pas vraiment aimable et démontrait son manque d’engouement à effectuer cette mission. Mais soit. De toute façon il irait quand même. Le garçon haussa les épaules pour toute réponse et s’apprêta à lui dire autre chose. Lui coupant la parole d’un geste bref de la main, Gilbert fit demi-tour annonçant qu’il part en mission. Le brun n’avait pas écouté jusqu’au bout.. il ne savait pas que qu’il était avec quelqu’un d’autre pour ce travail… Sortant du large bâtiment il monta dans le fiacre qui l’attendait dehors et demanda à ce qu’on parte rapidement. Plus vite il serait partit, plus vite ce sera fait non ? Hop. Le bruit des sabots se fit entendre sur les pavés et la terre, le paysage se mit alors à défiler lentement devant les yeux dorés du jeune homme. Une fois sur place, il descendit. Seul dans ce silence pesant, il porta son regard sur l’immense bâtiment qui se présentait à lui. Cela ne lui plaisait pas vraiment. Trop de souvenirs douloureux trainaient par ici. Et ce au sens propre et figuré. La disparition d’Oz et cette large cicatrice qui barrait son torse. Sa main se porta à celle-ci…
Se reprenant, il finit par entrer dans la pièce où justement Oz avait disparu, la salle de l’horloge désormais silencieuse. Ses sens en alerte, il progressait lentement et en silence, essayant de passer outre ses pensées mélancoliques et tristes. Un bruit se fit entendre non loin. Sans se poser d’avantage de question, il vit volte-face, son arme dégainé et prête à être utilisée. D’une voix ferme et dure bien que laissant transparaitre un léger malaise, il annonça.

- Qui va là ?!

Si ça se trouve c’était son imagination. Ou peut-être pas ? Un animal ? Un Chain ? Un humain ? Qui sait.. il verrait bien.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253


Dernière édition par Vincent Nightray le 19th Février 2013, 00:01, édité 1 fois (Raison : Edit du titre.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty11th Juillet 2012, 05:33

La journée commençait mal. Plus tôt dans la matinée, Lottie et sa bande avaient quitté le manoir Nightray, ni vu ni connu, laissant Vincent seul. Et seul, il avait tendance à s'ennuyer profondémment. Non pas qu'il soit en manque de peluches à déchiquetter, non. Simplement, il était de ceux qui ont besoin de compagnie. Et celle d'Echo n'était pas franchement des plus divertissantes. Il aurait donc bien volontiers torturé quelques innocents ou ennuyé un peu Xerxes Break, mais les innocents ne couraient pas les rues et le sale clown ne semblait pas se trouver dans les parages. Soit. La matinée se promettait ennuyeuse, très ennuyeuse.
C'était sans compter sur l'administration de Pandora, qui semblait avoir une mission "de la plus haute importance" à lui confier. Vincent ne voyait pas ce qu'il y avait d'urgent à sauver une bande de mômes deumeurés qui s'étaient perdus dans un manoir délabré, mais les dirigeants de Pandora ne semblaient pas considérer les choses sous le même angle. Lorsqu'il demanda à être remplacé, il se fit gentimment éconduire par une fort jolie secrétaire, et décida qu'il pouvait sans doute survivre à une excursion ennuyeuse au possible dans un endroit désert qui sentait le renfermé. Lorsqu'on l'informa que son équipier l'attendait déjà sur place, il se mit néanmoins à douter de sa capacité à supporter un abruti congénital de l'organisation ne serait-ce que plus de deux minutes.

- Et puis-je savoir de qui il s'agit, si ce n'est pas trop demander ?
- Eh bien, c'est votre frère, Messire Gilbert ! On ne vous avait pas prévenu ?

Mais Vincent était déjà loin. A la simple évocation de son frère, il avait tourné les talons d'un pas pressé et s'était dirigé vers l'entrée de Pandora, en quête du premier fiacre venu. Il se jura d'aller gentimment punir celui qui avait omis de lui dire que son cher frère était de la partie et monta dans la voiture, sourire aux lèvres.

¤

Le voyage avait été long. En arrivant au Manoir du Sacre, son fiacre en croisa un autre, probablement celui de Gil, qui rebroussait chemin. Toujours tout sourire, Vincent descendit à son tour du sien et laissa son regard s'égarer sur la façade du manoir. Il imagina combien il devait en coûter à son frère de revenir ici après les évènements d'il y a dix ans, laissant échapper un petit rire moqueur. Il haussa les épaules et s'avança vers l'entrée. Une fois à l'intérieur, il remarqua que la porte de la salle de l'Horloge était déjà ouverte. Alors comme ça, Gil faisait un petit pélerinage sur la terre où on lui avait enlevé son si cher Oz ? Comme c'était touchant.
Vincent s'avança à pas de loups, veillant à ne pas se faire remarquer par son frère, et se dissimula derrière l'une des colonnes antiques de la pièce. Il observa Gil un moment, toujours son sourire aux lèvres. Son frère porta la main à la poitrine, là ou Vincent savait qu'il gardait une cicatrice des évènements d'il y a dix ans.
Il voulut avancer d'un pas, mais son pied crissa sur le sol, sortant Gil de son apparente léthargie.

- Qui va là ?!

Vincent sourit. Gil lui tournait le dos.
Il s'avança donc à pas de loups, réduisant à néant la distance qui le séparait encore de son frère, et passa ses bras autour de son cou.

- Je te trouve bien nerveux, Gil ... Est-ce là une façon de saluer son frère ? dit-il, lui souriant tendrement.

Relâchant son étreinte, il s'approcha de façon à faire face à Gil cette fois-ci. Gil n'avait pas changé, bien sur, mais ça faisait un moment qu'il n'était pas venu au manoir Nightray, et Vincent n'était pas exactement le bienvenu chez les Bezarius puisque Break y était fourré en permanence, ce qui faisait que Vincent n'avait pas vu son frère depuis un bon bout de temps.
Il allait dire quelque chose, quand un bruit nettement plus sourd se fit entendre, résonnant dans la pièce.

- Cette fois-ci, ce n'est pas moi, lâcha-t-il étonné. Ca venait de là-bas, poursuivit-il en indiquant le fond de la pièce d'un geste vague. Allons-y, et racontes moi un peu ce que tu deviens ! Je n'ai pas souvent de tes nouvelles, tu sais !

Ce disant, il lui adressa un grand sourire et, sans se douter le moins du monde que Gil ignorait sa participation à la mission, l'invita à le suivre, tandis qu'il se dirigeait vers l'origine du bruit suspect. Peut-être y aurait-il des témoins à ... faire parler, disons ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty11th Juillet 2012, 12:22

Gilbert était à cran, il était prêt à tirer et ce peut-importe ce qui surgirait de derrière un pilier. Ami ou ennemis le jeune se sentait trop mal pour réfléchir sur le pourquoi du comment. Mais, qu’est-ce qui le rendait aussi nerveux ? Lui-même ne le savait pas vraiment. Etait-ce le fait de retourner en ce lieu remplit de si mauvais souvenir ? Peut-être… Mais autre chose était mêlé à ça. Une sorte d’angoisse. Celle qui le tenaillait de temps à autre quand il songeait un peu trop au passé, qu’il soit proche ou lointain. C’est alors qu’une paire de bras s’enroula autours de son cou. Plus que surprit et visiblement sur le coup apeuré de ce qui venait de lui tomber dessus, la tête du jeune homme se tourna bien rapidement vers l’inconnu qui venait de le prendre par le cou, le bras toujours tendu avec l’arme au bout. Enfin.. inconnu. Un bien grand mot. Tant par la voix et ensuite par le physique, le brun finit bien rapidement pour se rendre compte qu’il s’agissait en fait de son frère. Soufflant légèrement, les battements de son cœur ralentirent un peu. Sa mine effrayait disparut lentement bien que pas totalement, il se sentait toujours aussi mal intérieurement. Et ce n’était pas vraiment la présence de Vincent qui le rassurait. Il se mit alors à bégayer, tant par la surprise de sa présence ici que pour son malaise qui le hantait.

- V-Vince ? Qu’est-ce que tu fiches ici ?


Même s’il était évident qu’il était là pour la mission, cette évidence ne l’était pas aux yeux de notre jeune homme. Peut-être aurait-il mieux fait d’écouter l’agent de tout à l’heure jusqu’au bout tient. Cela lui aurait évité des surprises inutiles. Le blond qui se trouvait en face de lui n’eut pas vraiment le temps de répondre qu’un bruit se fit entendre non loin. Affirmant que ce n’était pas lui cette fois, il proposa d’aller voir ce que c’était tout en demandant des nouvelles de son frère bien aimé. Gilbert déglutit légèrement. Cet endroit était vraiment une plaie… Gardant son arme à feu en main, il se mit à marcher aux côtés de son frère, reprenant finalement une nouvelle fois la parole sur un ton un peu plus sûr que tout à l’heure.

- Je ne savais pas que tu étais de mission avec moi. C’est rare que tu daignes te bouger pour ce genre de travail.

Il se garda bien de parler de lui-même. Qu’avait-il à raconter de toute façon ? Sa vie n’avait rien d’extraordinaire et son mal être interne qui lui revenait de plus en plus fréquemment.. il n’avait pas envie de lui en parler. A personne d’ailleurs. Un peu comme les fois où il l’interrogeait sur leurs passé, une sensation de vide. De quelque chose d’important que l’on aurait oublié mais qu’on ne voudrait pas savoir en même temps. Il secoua légèrement la tête pour revenir sur terre. Hey ! Faut revenir sur terre mon petit Gilbert tu es en mission là ! Pour couvrir en quelque sorte son gros moment de blanc, il posa une question à son frère cadet.

- Et toi ? Que deviens-tu ?

Il se rendit finalement compte que c’était une question qu’il ne posait jamais à son frère. Rah quel idiot ! Il fallait qu’il se reprenne ! D’ailleurs, voilà que les deux jeunes gens arrivèrent vers l’endroit où le bruit c’était fait entendre un peu plus tôt. Regardant un peu partout autour de lui, le jeune homme ne vit pas grand-chose pour ne pas dire rien du tout de suspect. Alors qu’il s’apprêtait à annoncer qu’il n’y avait rien d’intéressant dans cette pièce et qu’il vaudrait mieux sortir un bruit beaucoup plus fort se fit entendre. Pour être plus exacte c’était un bruit de chaises ou autre chose du genre en bois qui se faisait violement renversé. Son cœur s’accéléra. Il n’osait pas se retourner, se contentant de poser un regard sur son frère. Ce regard était le même que lorsque ce que dernier lui avait sauté dessus par surprise plus tôt. Intérieurement le brun se disait « Reprend toi Gilbert bordel ! Arrête de trop penser et agit ! ». Hélas, les pensées sont ses pires ennemies. Et Dieu seul sait ce qui est en train de roder autours d’eux depuis tout à l’heure. Un danger ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty13th Juillet 2012, 21:24

Si, l’espace d’un instant, Vincent avait été pris de surprise, il s’était aussitôt ressaisi. A vrai dire, il n’était pas réellement nerveux : Qu’est-ce qu’il pouvait bien y avoir de dangereux dans ce manoir poussiéreux ? C’était un point de vue que Gil ne semblait pas partager. Ce dernier, les mains crispés et les dents serrés, semblait à l’affût du moindre mouvement, du moindre son. Vincent riait intérieurement : Son frère était encore à ce point affecté par des évènements remontant à une décennie en arrière ? C’était tout lui, ça ! Décidemment, il était ravi de le revoir. Sentiment qu’encore une fois, Gil n’avait pas l’air de partager. Certes, celui-ci n’avait jamais été très démonstratif, mais là, niveau enthousiasme et joie de vivre, on frisait le niveau d’un enterrement. D’ailleurs, l’expression de Gil était exactement ce qu’on pourrait qualifier d’une tête d’enterrement. Bref, c’était pas la joie. Vincent, désireux de détendre un peu l’ambiance, se mit à rire.

- Je ne savais pas que tu étais de mission avec moi. C’est rare que tu daignes te bouger pour ce genre de travail.

Vincent tenta tant bien que mal de cacher son amusement. Gilbert ne le connaissait que trop bien. Ou alors, c’est qu’il était connu dans tout Pandora pour son absence totale d’implication dans la vie de l’organisation. Oui, à bien y réfléchir, c’était également très probable.

- Allons, Gil, ne soit pas aussi froid ! On dirait que tu n’es pas content de me revoir, soupira-t-il, bien conscient que c’était sans doute le cas.

Il mit un moment à se rendre compte que Gil avait éludé ses questions. Allons bon, il ne lui faisait pas confiance. Dommage, Vincent aurait bien voulu avoir quelques nouvelles fraîches de ce cher Oz Bezarius, et plus particulièrement de l’avancée de sa recherche des sceaux. Tant pis, il n’aurait qu’à demander à Xerxes Break, bien que l’idée même de se retrouver dans la même pièce que ce foutu chapelier lui donnait de l’urticaire. Enfin bref, là n’était pas la question.
Bien conscient que Gil ne lui retournait la question que par pure politesse, il décida cependant de jouer le jeu et prit un air ennuyé.

- Oh, rien de bien original de mon côté. Ce cher duc Nightray me cherche toujours des noises, que ce soit parce que son sang ne coule pas dans mes veines ou parce que j’invite des collègues au manoir sans juger bon de le prévenir … La routine, en somme !

En prononçant ces mots, Vincent réalisa à quel point son discours sonnait faux. La routine ? Cela faisait bien longtemps que ce mot avait perdu son sens, à ses yeux comme à ceux de Gil. De plus, il devait veiller à ne pas trop en dire : Il n’avait aucun véritable ‘collège’ au sein de Pandora, et si son frère creusait le sujet, ce dont il doutait fort, il aurait bien du mal à se justifier sans révéler l’identité de ces fameux collègues encapuchonnés. Décidemment, il était vraiment trop bavard ! Il fallait dévier la conversation. Même si Gil n’était pas dupe, qui sait, peut-être qu’il ne chercherait pas plus loin.

- Et toi, reprit-il, tu n’as vraiment rien à me dire ? Comment ça se passe, avec ton maître adoré ? Ce cher chapelier ne t’ennuie pas trop, j’espère ? Tu sais que si tu veux que je m’occupe de son cas, tu n’as qu’à me le demander, je me ferait un plaisir.

A peine eut-il évoqué la douce perspective de régler son compte au Chapelier qu’un bruit sourd se fit entendre, dans leur dos. Très près. Trop près. Sentant Gil se raidir, Vincent porta la main au pistolet qu’il gardait en permanence à sa ceinture et se retourna brusquement, tenant en joue le potentiel danger. La bonne nouvelle, c’est que l’ennemi n’était pas armé. La mauvaise, c’était que l’ennemi n’avait pas besoin d’armes, puisqu’il s’agissait de Chains, en un nombre assez conséquent.

Aïe. Les choses allaient se compliquer. Les pensées s’enchaînèrent dans l’esprit de Vincent.
Premièrement, ce n’était que des atouts. Il était fort possible qu’il s’agisse de l’une de ces nombreuses failles qui apparaissaient dans l’Abysse, propulsant dans leur monde quelques créatures fort détestables. Rien de bien inquiétant, donc. La faille était probablement déjà refermée, et les atouts étaient assez facile à éliminer avec un flingue. Deuxièmement, il était également possible que la faille ne soit pas refermée et que d’autres Chains plus puissantes que des atouts en sortent. Dans ce cas-là, Gil pourrait les éliminer à l’aide de Raven. Cependant, son frère était vite à bout de forces quand il utilisait sa Chain. Si Gil se trouvait épuisé avant qu’ils aient pu venir à bout de l’ennemi, ils seraient alors dans une position délicate. Très délicate.

- Gil ! Ce ne sont que des atouts, élimine-les avec ton flingue !

Ce disant, Vincent se plaqua derrière l’une des nombreuses colonnes du manoir et tira. Six balles, six atouts de moins. Il sourit : il n’avait rien perdu de sa dextérité. Cependant, quand son talent pour manier les armes ne serait plus suffisant, il lui faudrait utiliser quelque chose de plus puissant. Une Chain, par exemple. Et à en juger par les créatures de plus en plus imposantes qui affluaient de toutes parts, il devenait quasiment évident qu’ils auraient besoin de bien plus que deux misérables revolvers. Vincent s’efforçait de chasser cette idée de son esprit, et de garder un visage impassible. Mais Gil n’était pas dupe et allait très vite deviner que quelque chose n’allait pas. Or, qu’adviendrait-il si son frère découvrait que Vincent était le contractant illégal de Demios, une Chain qui ressemblait fort à celle que l’on surnommait le Chasseur de Têtes ?
La panique qui commençait à le gagner le rendait distrait. Et être distrait en plein milieu d’une bataille n’avait rien de bon. C’est ce qu’il pensa quand il prit l’attaque d’un énième atout en pleine épaule et qu’il sentit le projectile lui arracher la chair. Allons bons. Voila qu’il était blessé, en plus de ça. Décidément, la partie s’annonçait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty15th Juillet 2012, 00:47

Il trouvait l’ambiance bizarre. Vincent faisait comme toujours l’innocent qui ne savait rien. Mais il était loin d’être bête qu’il ne voulait le faire croire. Quels collègues d’ailleurs ? Depuis quand son cher frère connu pour être un cas social assez étrange avait des collègues qu’il invitait chez lui qui plus est. Non, c’était décidé. Il ne lui cachait pas une chose, mais pleins de petits secrets. Gilbert ne comprenait pas. S’il l’aimait autant qu’il lui disait, pourquoi passait-il son temps à lui faire des cachotteries ? Bon ok, il fallait tout de même avouer que Gilbert n’était pas le mieux placer pour parler de secret, lui qui ne parlait pas beaucoup de lui-même par habitude. Il aurait comme toujours voulu lui poser des questions et ne pas répondre aux siennes. Il savait très bien que Vincent n’avait strictement rien à faire du bien être du jeune Bezarius, il ne le portait pas vraiment dans son cœur en fait. Remarque, il y a bien peu personne qu’il semble pouvoir apprécier… Mais le moment ne semblait pas vraiment propice à la parlotte ! Voilà qu’ils étaient attaqués et que le jeune brun se retrouvait tétanisé sur place. Il fallait qu’il se bouge et vite ! Ce n’était pas son genre de rester cloué sur place alors que le danger rode. C’était loin d’être la première fois qu’il combattait ce genre de créature. N’ayant de toute façon pas le temps de répondre à la moindre parole de son frère cadet, il finit par se retourner de façon presque robotique lorsque ce dernier qu’il ne s’agissait que d’atout. Quelques secondes le temps que son cerveau se reconnecte au reste de son corps et le voilà à son tour arme pointé sur les créatures qui ne semblaient pas cesser d’affluer de toute part. Courir et tirer. Voilà à quoi se résumait la situation pour sa part. Ne pas se faire toucher puis abattre une de ses créatures immonde pour que cette dernière soit immédiatement remplacée par une autre qui venait d’on ne sait où.

Ne s’en faisant pas vraiment pour Vincent qu’il considérait comme un meilleur tireur que lui, le brun se concentra sur son combat. Prenant garde à ne pas se faire toucher. Hey là ! Ne rigolez donc pas ! Ce ne sont que des atouts mais regardez donc le nombre ! Finalement deux membres de Pandora n’étaient pas de trop songea le brun, c’était même plus que limite. Plus il en venait et plus son espace de manœuvre de rétrécissait. Il grogna dans sa barbe. La belle affaire tient. Cet endroit avait toujours été une plaie pour lui de toute façon ! Finalement un bruit ou plutôt le bruit d’un choc attira l’attention de notre jeune homme. Quittant de regard ses ennemis qui l’encerclaient pour poser ses yeux sur son frère, il se rendit compte qu’il était touché. Merde quoi ! Ce n’était pas le moment de flancher et de se faire toucher là ! Gilbert avait beau dire qu’il n’appréciait pas vraiment son frère qu’il s’en méfiait et tout. Qu’importe. Il se sentirait bien trop mal de laisser son cadet en mauvaise posture. Après tout il était sa seule famille de sang.. et il ne devait pas le laisser c’était une conviction ancrée en lui sans trop savoir pourquoi. Maugréant une nouvelle fois, il se mit à courir le plus vite possible entre les atouts qui venaient encore et encore, pour finalement rejoindre Vincent. Il aurait pu s’en sortir ? Et alors !

- Oh ! Vinc ‘ ! Tu vas bien ? C’est pas le moment de flancher là !

Se plaçant devant son petit frère, il pointa ses deux armes dans deux directions différentes pour se mettre à tirer en rafale. Un bon nombre d’atouts furent éliminé. Hélas, deux pistolets semblaient bien pitoyables face au nombre qui venait encore. Cette faille dans l’Abyss.. elle ne s’était donc toujours pas refermée. Combien de temps laisserait-elle déferler ces monstres sur Terre ? C’est alors que deux cliquetis se firent entendre à la place du bruit des balles sortant du canon. Merde, voilà qu’il était à court de munition. Passant ses mains sur son manteau, il se rendit effectivement compte qu’il venait d’épuiser sa dernière réserve de balle. Ils n’avaient que quelques instants de répits, les atouts ne tarderaient pas à revenir en cercle massifs autours d’eux. Gilbert n’avait plus le choix. Tentant de détendre ses bras visiblement tremblant à cause de l’adrénaline, il se concentra. Quelques plumes noires se mirent à apparaitre autours de lui.

- Pas le choix Vinc’, ils sont beaucoup trop nombreux. Dans la mesure du possible ne bouge pas, Raven te protégera si tu restes près de moi.

Ah.. comme c’est touchant. Ce n’était pas souvent mais il venait en effet de dire quelques paroles sympathique à son frère et ce pour le protéger. Pour une fois, il n’y avait aucune réflexion derrière ses paroles. Gilbert se concentrait. Il voulait jouer sa meilleure carte en réduisant tous les atouts en cendre en un seul coup. Qu’importait l’énergie qu’il lui fallait pour invoquer sa Chain, s’il ne le faisait pas, ils étaient perdu selon lui.

[Je te laisse voir si tu le laisse invoquer Raven ou pas =). Si oui ben.. tu peux dire que le Chain apparait et tout =w=, si non ben tu te débrouilles pour l'arrêter xD voilà en espérant que ça t'aille.]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty15th Juillet 2012, 23:25

Les Chains affluaient de toute part, la faille ne semblait pas pressée de se refermer, et sa blessure lui faisait un mal de chien. Vincent riait de lui-même intérieurement : Si c’était pas ridicule d’êtres mis en difficulté comme ça, et par de simples atouts ! Non, décidément, la partie ne s’annonçait pas être une promenade de santé. Bien au contraire. Une deuxième salve du même atout qui l’avait déjà blessé auparavant le tira de ses pensées. De justesse, il se planqua derrière une colonne et la balle le manqua de près. De très près.

- Oh ! Vinc ‘ ! Tu vas bien ? C’est pas le moment de flancher là !

La voix de son frère résonna dans sa tête comme s’il lui avait mis une gifle. Flancher ? Il flanchait, lui, Vincent ? Mais oui, Gil avait raison. N’était-il pas en train de se lamenter en silence quelques secondes plus tôt ? Alors même que son frère se démenait pour … Pour le protéger ? Oui, Gilbert s’était interposé entre lui et les Chains, comme il s’interposait entre lui et d’autres cent ans auparavant. Au final, Gil essayait toujours de le protéger. Et lui, qu’est-ce qu’il faisait ? Il palpait sa blessure, soupirait et restait prostré derrière le pilier qui lui servait d’abri, sans rien faire. Alors que son frère risquait de se faire toucher par sa faute. Non, décidément, il fallait qu’il se reprenne. C’était à son tour de protéger Gil, maintenant.
Il se releva tant bien que mal, veillant à ne pas prendre appui sur son bras blessé, esquissant un clin d’œil à l’attention de son frère, comme un remerciement muet. Et chargea une nouvelle fois son revolver. Ces atouts allaient en avoir pour leurs frais.

Six déflagrations, six coups de feu, six balles, et cinq de moins. Bon, il ne s’en sortait pas si mal, non ? Bien qu’il était évident que Gil et lui ne s’en tireraient pas comme ça indéfiniment. Avis que son frère semblait partager, au vu des plumes qui se mirent à flotter autour de lui. Ces plumes, Vincent les auraient reconnues entre mille. Raven. La Chain des Nightray. Qu’est-ce que …

- Pas le choix Vinc’, ils sont beaucoup trop nombreux. Dans la mesure du possible ne bouge pas, Raven te protégera si tu restes près de moi.

Non, non, et non. Vincent savait l’énergie que l’utilisation de sa chain demandait à son frère. Il était hors de question qu’il se surestime et qu’il ne se blesse, simplement parce que lui, Vincent, n’était pas capable de se défendre. Et il était hors de question qu’il soit un poids mort pour son frère. ‘’Reste derrière moi’’ ? Il n’en était pas question. Gilbert l’avait assez protégé durant toute leur enfance, quitte à se mettre en danger. Il n’était pas envisageable qu’il ne s’avise de recommencer. Désormais, c’était lui, Vincent, qui devait le protéger. Pas l’inverse. Plus jamais.

Comme pour lui rappeler l’urgence de la situation, un atout pointa sa main vers Gil, lequel était bien trop occupé à appeler sa Chain pour s’en rendre compte. Il allait tirer, ça ne faisait aucun doute. Le cœur de Vincent manqua un battement.

- GIL !

Vincent se jeta sur son frère et le plaqua au sol. Surement à cause du choc ou de l’effet de surprise, les plumes de Raven disparurent. Sans laisser à son frère le temps de répliquer quoi que ce soit, Vincent se releva et se plaça devant son frère, faisant face à l’armée de Chains diverses et variées qui leur faisait face. Il inspira un grand coup. Ce qu’il allait faire aurait surement des conséquences. Il savait que Gil en parlerait surement, que Pandora finirait par être au courant, et qu’il y aurait des retombées. Mais il s’en fichait. Tout ce qui comptait, c’était Gil. Gil, et personne d’autre.

- Gil. Surtout, ne bouge pas. Ne t’en fais pas, dit-il en souriant, tout ira bien. C’est à moi de te protéger, maintenant.

Reportant son attention sur les Chains, il inspira encore une fois, et invoqua sa chain. Le sceau des contractants illégaux s’illumina sur sa poitrine, les ténèbres remplirent la pièce, et Demios apparut.
Vincent ne laissa pas le temps aux Chains de faire leurs prières. La première rangée d’entre elles fut décapitée sur le champ, et la deuxième suivit dans la foulée. Il n’en restait déjà plus qu’une dizaine, et la faille semblait s’être refermée puisqu’il n’en apparaissait pas de nouvelles. Ou alors, les Chains avaient senti l’aura meurtrière de Demios et préféraient rester là ou elles étaient. L’un ou l’autre, c’était tant mieux.
Vincent s’apprêtait à achever le reste de leurs assaillants quand une douleur aigue lui transperça la poitrine. Le sceau. Non, non, non, ce n’était pas le moment ! Il tituba, tentant tant bien que mal de rester debout. Mais en vain. Il savait pertinemment ce qui arrivait quand son sceau avançait. S’il ne perdait pas connaissance, il lui fallait un moment pour se reposer. Cela faisait un bout de temps que son sceau n’avait plus avancé, aussi Vincent avait-il finit par oublier ce léger inconvénient. Mais voila qu’il se rappelait à lui, juste au plus mauvais des moments.

- Gil, soupira-t-il en titubant. J’ai fait … du mieux que j’ai pu. Tu devrais réussir … réussir à les achever, hm ?

Puis, toujours souriant, il se laissa tomber à terre. Demios disparut tout comme elle était apparue, et les quelques Chains restantes se jetèrent sur eux.


[HS : Voila voila, il fallait bien que l'instinct protecteur de Vincent reprenne le dessus. Bon après c'était pas drôle s'il les tuait tous d'un coup et qu'ils rentraient gentimment au manoir pour jouer aux échecs, d'où l'histoire du sceau uhu. J'espère que ça ira :3 Ah puis j'ai changé de couleur parce que le bleu sur le rouge c'était pas joli, désolée si ça fait un peu arc-en-ciel, la.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty17th Juillet 2012, 03:31

C’est bon, Raven allait apparaitre. C’était finit pour ces stupides atouts, il n’en restera bientôt plus rien. Du moins c’est ce qu’il pensait. Son Prénom résonna dans ses oreilles sans vraiment l’atteindre. Et finalement un choc violent lui fit perdre l’équilibre et le força a enfin ouvrir un nouveau les yeux. Bordel, mais qu’est-ce que.. ? Sa tête heurta le sol, lui donnant un mal de chien au crâne. Se frottant la tête tout en restant par terre, il reprit ses esprits au bout d’une ou deux secondes. Sa concentration s’était rompu beaucoup trop tôt, les plumes avaient disparu, Raven n’avait pas pu intervenir. Secouant légèrement la tête pour retrouver la vue qui s’était légèrement troublé à cause du choc au sol, il releva la tête pour voir ce qu’il s’était passé au final. Gilbert ne comprit même pas le spectacle qui s’offrait à lui. Son frère qui venait de se relever après lui avoir carrément sauté dessus pour le plaquer au sol, se plaça devant lui. Voulant certainement faire quelque chose lui-même aux lieux de laisser son frère ainé agir. Le brun aurait voulu lui hurler dessus. Lui demander ce qu’il fichait là et pourquoi l’avoir empêché d’agir. Raven aurait pu s’occuper de tout ! Mais aucuns mots ne sortirent de sa bouche. Les paroles de son frère le stoppèrent net. C’était à lui de le protéger maintenant ? Phrase qui ne devrait avoir aucun sens puisque durant ces dix dernières années, jamais Gil n’avait protégé son frère, du moins il n’en avait pas vraiment le besoin. Et pourtant, ses paroles résonnèrent en lui comme si cela signifiait tout de même quelque chose au fond de lui. Il baissa quelque instants son regard sur le sol dur et froid qui était si proche de son visage, étant toujours allongé au sol. Une brève image fit son apparition dans sa tête. Celle de lui devant son frère, alors que des gens lui voulaient du mal.

Tout ce qui suivit se passa très, voir trop vite pour que notre pauvre Gilbert ne comprenne quoi que ce soit. Alors que son regard se leva une nouvelle fois vers son jeune frère, ce dernier se retrouva avec un Chain à ses côtés. Et le pire dans tout ça, c’est que cette Chain ressemblait en presque tout point au Chasseur de Tête, grand meurtrier qui l’avait déjà pris pour cible. D’ailleurs la tête de la plupart des atouts vola littéralement, c’était tout simplement un massacre. Au moins cela avait pour seul mérite de nettoyer un peu le terrain envahit par ces immondes créatures. Mais.. depuis quand Vincent avait un contrat avec ce.. cette créature ? Etait-ce possible de posséder deux contrats en même temps ? Qui était au courant ? Pourquoi le lui avoir caché ? Qui est cette Chain pour finir ? Le chasseur de tête ? Tant de questions s’entrechoquaient dans son esprit. C’était dur de réfléchir correctement et d’arriver à des conclusions correctes. Il ne pouvait que regarder en silence, le visage affichant une expression d’incompréhension. Son frère s’affaissa légèrement, la Chain disparu laissant encore quelques atouts sur le terrain. Il supposa que Gil’ était parfaitement capable de terminer le travail, avant de s’effondrer. Quelques pas à peine le séparaient de Vincent. Ainsi se redressant sur ses genoux il tenta de jouer sur sa taille plutôt grand pour amortir la chute de Vincent, ne comprenant toujours pas ce qu’il lui arrivait ni ce qu’il venait de se passer. Se redressant pour se retrouver à genoux avec son frère dans ses bras il se mit presque à le secouer, ne sachant trop s’il l’entendait encore où s’il était déjà partit dans l’inconscience.

- Crétin ! Tu joues à quoi merde ! ça t’amuse de jouer les héros pour te mettre dans cet état !? Et puis c’était quoi cette Chain ! Je croyais que tu avais déjà un contrat légal avec Pandora !


Une sorte de colère et de tristesse étaient parfaitement perceptible dans sa voix. Tout Vincent qu’il était, Gilbert ne supportait pas vraiment l’idée qu’il se retrouve blessé par sa faute. Sans vraiment attendre une réponse, du moins immédiate de ce dernier. Il s’empara du révolver de son frère. Par chance il avait encore un bon nombre de munitions. La frustration parfaitement visible sur son visage, il se mit à tirer pour abattre les atouts qui venaient encore. Il en restait encore quelques-uns, mais le flux était largement réduit. Une seule arme à feu pouvait largement venir à bout de ceux qui restaient. Baissant à nouveau le regard vers son frère qu’il tenait toujours, il se remit une nouvelle fois à hurler, visiblement à cran. Tout en tirant sur la chemise de ce dernier afin de l’entre-ouvrir et apercevoir le sceau sur sa poitrine. C’était la même qu’Oz. Encore une personne dans son entourage condamné.. ?

- Un contrat illégal ?! Tu pensais à quoi ?! N’en as-tu donc pas eu assez de toutes ces ténèbres !


Il ne se rendit même pas compte que son allusion aux ténèbres faisait référence à la période juste avant qu’il ne revienne de l’Abyss dans le jardin des Bezarius. Il ne s’en rendait pas compte non. Des brides de ses souvenirs lui revenaient de temps à autre lorsqu’un évènement venait le bousculer mentalement. Son ignorance ne tenait pas grand-chose encore. Une nouvelle fois, comme pour évacuer la colère qui montait en lui, mélangé à cette autre sentiment qui lui semblait incompréhensible mais qui était pourtant de la tristesse il acheva de quelques coups de feu les derniers atouts qui approchaient d’eux. Son arme lui glissa entre les doigts, il ferma les yeux le visage crispé.

- Idiot. Tu n’es qu’un idiot.

Finit-il par dire sur un ton qui semblait presque anormalement calme comparé à il y a quelques secondes à peine. Il avait beau dire, il avait beau le penser. Vincent restait son frère et de sang qui plus est. Son attachement à son dernier était cependant bien plus fort qu’il ne pouvait le penser. Et c’est ce sentiment qui refaisait surface. Passé et présent se mélangeaient en lui, provoquant un tourbillon d’incertitude et d’incompréhension.

[N'hésite pas à me dire si ça ne va pas >o< où si tu n'as pas assez !]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty10th Août 2012, 01:21

Tout c’était passé comme prévu. Après l’hécatombe provoquée par Demios, sa propre chain, Gil n’avait eu aucun mal à éliminer les quelques misérables atouts restants. Ils avaient réussi, et personne n’était blessé, excepté lui-même, encore qu’il n’était pas sur que son égratignure à l’épaule ne mérite le titre de blessure. Alors quoi ? Tout n’était-il pas censé aller pour le mieux ?

Oh non, à bien y réfléchir, rien n’allait. Tout ce qu’il avait voulu cacher, tout ce qu’il avait voulu accomplir, tout venait de s’effondrer. Dissimuler sa chain ? Il venait lui-même de la révéler à son frère, de son plein gré en plus de ça, puisque Raven aurait très bien pu se charger des atouts. Le bonheur de Gil ? Au vu de la tête que faisait son frère et des émotions que sa voix trahissait, il n’était pas sur d’avoir réussi davantage. Avait-il tout faux depuis le début ?

Non, bien sur que non. Tout ce qu’il avait fait, il l’avait fait pour Gil. Ce dernier ne devait pas être triste. Pourquoi devrait-il l’être ? Il n’y avait que lui-même, Vincent, qui était condamné par le contrat. En disparaissant, il enlèverait une bonne épine du pied de son frère. Disparaître, ça faisait vingt-quatre ans qu’il aurait du le faire. Sans lui, Gil aurait eu une si belle vie … Alors n’était-ce pas normal, de faire ce qu’il avait fait ? N’était-ce pas normal qu’il se sacrifie, après lui avoir gâché la vie par sa simple existence ? Il pensait que si. Gil, de toute évidence, pensait que non.

Gil. Gil qui le tenait dans ses bras, comme lorsqu’ils étaient gamins. L’étreinte de son frère lui faisait chaud au cœur, le rassurait. Sa voix, ses cris remplis de colère et d’inquiétude à peine dissimulées, l’empêchait de sombrer dans l’inconscience. Il s’efforçait de garder les yeux ouverts, de soutenir le regard de son frère. De toute façon, il aimait toutes ses expressions. Joie, surprise, colère … Colère ? N’était-ce pas ce masque haineux sur le visage de son frère qui l’avait poussé à détester Alice ? Aimait-il vraiment voir son frère en colère ? Il ne savait pas, il ne savait plus. Tout était flou, confus dans sa tête. Une douleur aigue lui vrillait les tempes, l’empêchant d’y réfléchir réellement. C’était à peine s’il entendait Gil hurler. Comme s’il était à mille lieues de ce manoir, à mille lieues de son frère. Comme si tout ça ne le concernait pas, comme si les cris de Gil lui glissaient dessus sans vraiment l’entendre. Non. Se concentrer sur la chaleur des bras de Gil, sur sa présence. Ne pas sombrer, surtout. Ne pas sombrer.

- Crétin ! Tu joues à quoi merde ! Ca t’amuse de jouer les héros pour te mettre dans cet état !? Et puis c’était quoi cette Chain ! Je croyais que tu avais déjà un contrat légal avec Pandora !

Les héros ? Jouait-il au héros ? Non, bien sûr que non. Il ne jouait que son rôle de frère, ne faisait que ce qu’il lui était du d’accomplir. Pourtant, le ton bouleversé de Gil, d’ordinaire si flegmatique, si froid, faisait vaciller ses certitudes. Etait-il possible qu’il soit allé trop loin ? Non, bien sur que non. Tout était motivé par son désir de protéger Gil, de le rendre heureux. Mais était-ce suffisant à justifier ses actes ? Il ne savait plus. Plus il y réfléchissait, plus il doutait. De tout. Il doutait de tout.

- G.. Gil … commença-t-il, hésitant.
- Un contrat illégal ?! Tu pensais à quoi ?! N’en as-tu donc pas eu assez de toutes ces ténèbres !

N’en avait-il pas marre ? Les ténèbres, en réalité, avait occupé une grande partie de sa vie. Il avait d’abord refusé de voir le monde à travers ses yeux maudits. Au final, lorsqu’il avait décidé d’enfin les ouvrir, son monde s’était écroulé, et Gil et lui avaient été entraînés dans l’Abysse, où ils avaient passé près d’un siècle. Et quand il en était ressorti, les ténèbres étaient toujours là. Elles rodaient, sous la forme d’un grelot, d’un chapelier fou, de frères adoptifs mal intentionnés ou simplement de souvenirs. Au fond, tout n’était que ténèbres. Gil lui-même, malgré le fait qu’il ne s’en rende pas encore compte, vivait dans les ténèbres. Sa mémoire y était retenue prisonnière. Alors quoi ? Quel mal cela pouvait-il bien faire, de noircir encore un petit peu le tableau ? Quand à ce à quoi il pensait ? La question le faisait presque sourire. Comment Gil pouvait-il la poser ? Ignorait-il vraiment tout de ses motivations ? Ne lui avait-il pas déjà dit que le moindre de ses gestes n’avait pour but que de contribuer à son bonheur ? Etait-il possible qu’il ne l’ait pas cru, cette fois non plus ? C’était fort probable, en réalité. Après tout, il le savait lui-même, son frère ne lui faisait pas confiance. Avait-il cru qu’il mentait, ce jour là ? Et au milieu de toutes ses pensées germait une question évidente, implacable, dont il n’était pas sur de vouloir connaître la réponse.

Etait-il possible qu’il n’ai fait que gâcher la vie de Gil un peu plus, tout en œuvrant pour le contraire ?
Mais la réponse, cette fois-ci, suivit. Oui. C’était possible. C’était même plus que probable, en réalité. Bien plus que probable. Et comme pour renforcer l’hypothèse, son frère, abattu, laissa tomber son arme, tout en fermant les yeux. Accablé. Par sa faute à lui, Vincent.

- Idiot. Tu n’es qu’un idiot.

Autrefois, il aurait passé sa main dans les cheveux de Gil pour le taquiner et lui répliquer que lui n’était toujours pas devenu plus sympathique. Mais pas aujourd’hui.
Il savait qu’il devait tout raconter à Gil. Il comprendrait, non ? Il devait comprendre. Qu’adviendrait-il, si même lui ne comprenait pas ? Vincent secoua la tête. L’heure n’était pas à s’apitoyer sur soi-même. Il y avait plus important. Il y avait Gil. Il devait se lever et aller le réconforter, le serrer dans ses bras, lui murmurer des paroles rassurantes. Il aurait tellement voulu le faire.

- Gil … Je voudrai tout t’expliquer, tu sais. J’aimerai tellement, mais …

‘’Mais’’ quoi ? ‘’Mais’’ je n’ai pas la force de tout t’avouer ? ‘’Mais’’ ça impliquerait sans doute le fait que tu me haïsses pour le restant de nos jours, et ça je ne suis pas prêt à le supporter ?
Mu d’une pulsion soudaine, Vincent prit son frère dans ses bras, posant doucement sa tête sur son épaule.

- Allons, Gil, soupira-t-il, faisant mine de se dégager de son étreinte, on a des gosses à retrouver … Je t’ai connu plus consciencieux, quand même, osa-t-il dans un sourire.

Allez, Gil, lâche moi, songea-t-il. Retrouvons ces foutus gamins, ou du moins leurs cadavres, je m’en fiche, mais par pitié, rentrons à Pandora, répandons nous en courbettes devant tout ces hypocrites en nous excusant du retard, et oublions tout ça. Tu ne veux pas ?
Mais pourtant, plus encore qu’oublier cette mission maudite, il espérait que non, son frère ne voulait pas. Il espérait que la silhouette squelettique de Demios, du chasseur de tête, hantait encore les pensées de son frère. Il espérait que ce dernier allait le retenir, peut-être même le plaquer contre un mur ou lui mettre une claque, et exiger des explications maintenant tout de suite. Oui, il espérait que pour la première fois en dix ans, son frère allait enfin s’ouvrir à lui et exprimer tout son ressentiment, toute sa haine, tout son dégoût. Par pitié, pensa-t-il, Gil, déteste moi, pense ce que tu veux, mais parle moi. Juste ça. Parle-moi sincèrement, pour une fois.



{Allelujaaaaah, allelujaaaaaaaah ♪ Il était temps, désolée pour le retard uhu. Il le fallait, le voila : le post mélo, dégoulinant de méa-culpa du vilain Vincent. *out* . Bon, j'ai un peu ralenti tout le rythme du rp avec mon post guimauve, je me rattraperai au prochain ! o/ }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty12th Août 2012, 08:04

Rien n’avait de sens et rien n’avait d’explication. Complètement laissé au dépourvut, notre brun ne semblait toujours pas comprendre son frère. Vincent était-il sûr de tout ce qu’il faisait ? Ou bien était-il lui aussi perdu dans des ténèbres ne sachant trop quoi faire. Qu’importe. Vincent ne semblait pas vouloir parler d’avantage avec son frère ainé. Une nouvelle fois, alors que le brun posait des questions, ces dernières ne trouvaient pas de réponses. Toujours à mentir ou à garder le silence. Pour ne pas changer. Les Chains n’apparaissaient plus en masse, pour ne pas dire qu’en fait il n’y en avait plus du tout, toutes avaient été éliminé par les deux frères. L’ainé tenant toujours fermement le plus jeune dans des bras qui se voulaient rassurant malgré lui-même. Vincent ne semblait plus trop savoir où il en était, certainement perturbé par l’intérêt et la peur soudaine de Gilbert à son égard. Habitué à ce que ce dernier l’évite le plus possible. Mais Gilbert avait beau dire ne pas le considérer comme un frère, au plus profond de lui, l’idée de le perdre l’effrayait. Ainsi, il se contenta de garder le silence lorsque Vincent commença une explication sans la terminer. Gardant les yeux clos, ne se dégageant même pas lorsque son frère lui fit une étreinte. Pour la première fois depuis voilà plus d’un siècle, ils avaient l’air de deux frères.

Les enfants ? De quoi les enfants ? Ah.. notre brun en venait à perdre le but initial de sa venue ici. C’est vrai, il y avait l’accomplissement d’une mission à la clé. Lui qui d’ordinaire faisait ce qu’on lui demandait sans se poser de question, voilà que ce but avait bien peu d’importance à ses yeux. Son jeune frère n’était pas au mieux de sa forme et c’était peu dire. Affecté par un contrat illégal. A quoi pense-t-il bon sang ? N’avait-il pas déjà assez de se préoccuper du contrat d’Oz voilà que Vincent faisait la même chose. Etait-ce une destinée de son entourage ou quoi ? Voyant le blond se dégager de son étreinte pour reprendre la mission. Gilbert le serra de façon plus ferme, l’empêchant ainsi de se relever. D’une voix cassée à la fois par la tristesse et la colère, il parla.

- Tu ne vas nulle part. Tu n’es pas en état.


Tout en parlant. Le jeune homme se posa de façon un peu plus confortable sur le sol dur, évitant un mal de jambe inutile. Il ne comptait pas laisser la chose ainsi. Son frère avait encore tant de secret qu’il gardait sous silence. Il en avait eu la preuve rien qu’avec le contrat de ce dernier. Ainsi, il voulait des réponses cette fois-ci. La voie que Vincent avait empruntée est dangereuse, s’il continuait ainsi il avait toutes les chances du monde de s’égarer. Et même si Gilbert ne voulait pas l’admettre, il ne voulait pas se retrouver seul, il ne voulait pas voir son frère se perdre dans les ténèbres qui semble poursuivre les deux frangins. Il garda son frère ainsi dans ses bras. Vision que biens des gens trouveraient étrange. Le brun ne s’était jamais montré vraiment affectif avec Vincent et d’ailleurs Vincent semblait si humain en cet instant. Oui.. tel un petit frère apeuré et un grand frère protecteur, Gilbert le tenait de sa douce étreinte.

- Maintenant que c’est calme tu vas parler. Tu vas m’expliquer tout. Je veux savoir..

Son visage se crispa. Il voulait tout savoir, mais les chances d’avoir une réponse à tout était bien mince. Autant commencer par le problème actuel, soit le contrat de Vincent. Et savoir quel était cette Chain ? Sa manière de faire, cela ressemble grandement au Chasseur de Tête qui avait pris pour cible la famille Nightray. Et.. qui l’avait pris pour cible même à un moment donné. Est-ce que tout ceci.. c’était Vincent ? Une nouvelle fois, démontrant d’avantage de l’incompréhension et de la tristesse il reprit.

- Je veux savoir Vinc’ ! Pourquoi un contrat illégal ? Pourquoi ? Et cette Chain ?! Elle ressemble à ce chasseur de tête qui nous poursuit depuis toutes ces années !


Vincent n’était pas en état de partir pour éluder la question. Gilbert en avait assez de jouer à ce petit jeu en fait. Les réponses se faisaient trop attendre à son gout. C’est alors qu’une pensée lui vint à l’esprit. Lui, protégeant Vincent du monde, se mettant comme bouclier pour lui. Car l’idée de le laisser là abandonné le peinait trop. Il ouvrit de grands yeux. Mélangeant cette pensée à la situation actuelle, c’est-à-dire resté auprès de Vincent mal en points pour le soutenir et le protéger. Une seule et unique larme glissa le long de sa joue pour venir s’écraser sur son frère. Les ténèbres sont cruel…

[J'espère que ça te va ;o;]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty27th Août 2012, 22:28

Le silence. C’était une chose que Vincent affectionnait tout particulièrement, tout en en ayant une peur viscérale. Le silence, parfois, c’était salvateur. Apaisant, en temps de conflit. Le temps de rassembler ses pensées, d’inspirer un grand coup et de décider qu’on a qu’à arrêter de se disputer pour des broutilles. C’est propice à la réflexion, le silence. Ca calme les esprits, souvent. Vincent aimait le silence parce qu’il le considérait comme une échappatoire : Plutôt que de mentir, il se taisait. Souvent. Ca soulageait un peu sa conscience qu’il traînait avec lui comme un boulet. Je n’ai pas menti, j’ai seulement omis une partie de la vérité : pratique, non ? Le mensonge par omission n’étant qu’un vague concept inventé par un homme qui, à coup sûr, menait une petite vie bien rangée et n’avait rien à cacher à personne. Facile dans ce cas là de traiter les autres de menteurs. Pour en revenir à lui-même, Vincent détestait le silence quand celui-ci était pesant. Quand il l’accablait de tout son poids, comme en cet instant précis. Oui, dire qu’à ce moment là, le silence qui régnait était pesant, n’avait rien d’un mensonge. Entrecoupé par la respiration saccadée de Gil et par ses propres soupirs, mais pesant malgré tout.

Gil. Vincent se doutait pertinemment que ce dernier ne l’avait jamais considéré comme son frère et qu’il se méfiait de lui la plupart du temps. Après tout, comment aurait-il pu l’en blâmer ? Si, les premiers temps, Vincent avait espéré que les sentiments oubliés de Gil à son égard ne réapparaisse, il s’était assez vite fait une raison. Alors, il se contentait de tout faire pour le protéger et le rendre heureux, en restant dans l’ombre. La situation était bien telle qu’elle était : elle lui convenait. Alors oui, l’intérêt soudain, quoique justifié, de Gil à son égard, ça le mettait mal à l’aise. D’abord parce que c’était inhabituel, ensuite parce qu’il doutait que Gilbert comprenne ses motivations. A force d’avoir été sermonné par ce maudit chapelier au sujet de ceux qui justifient leurs actes à tout bout de champs, Gil ne trouverait sans doute pas ses arguments très convaincants.
Et puis, pourquoi voulait-il savoir ? Personne n’avait besoin de savoir.
Faisant mine de ne rien entendre, Vincent se releva tant bien que mal, titubant. La voix de Gil fusa instantanément, brisée par l’émotion.

- Tu ne vas nulle part. Tu n’es pas en état.
- Pas … en état ? répéta-t-il bêtement, un sourire triste aux lèvres. Tu ne t’es jamais préoccupé de mon état depuis nos retrouvailles, Gil. Tu ne vas pas t’y mettre maintenant ?

Ce n’était pas un reproche, et ça ne sonnait pas comme tel. C’était une constatation. Et Vincent en était heureux : son frère n’avait que trop souffert d’avoir eu à le protéger. Il n’était pas question qu’il recommence à se préoccuper de lui. Il ne voulait plus être un poids, plus jamais. Pourtant, au creux des bras de son frère, il avait l’impression de redevenir ce petit garçon tout maigre, tout faible, incapable de se défendre lui-même. Et ça le terrifiait. Redevenir faible, dépendre à nouveau de qui que ce soit, le terrifiait. Et pourtant tout deux restaient là, tendrement enlacés. Comme deux véritables … frères ?

- Maintenant que c’est calme tu vas parler. Tu vas m’expliquer tout. Je veux savoir …

Tout était simple. Il n’avait qu’à parler. Exprimer ce qu’il ressentait, avouer toute la vérité, révéler à Gil leurs passés à tout les deux, et se laisser aller aux souvenirs. Tout semblait si simple, et pourtant. La moindre des révélations impliquait qu’il lui révèle leur rôle dans la tragédie de Sablier, et ça Vincent ne pouvait se résoudre à l’accepter. Parce que ça aurait fait trop de peine à Gil. Pourtant, il hésitait. Gil ne semblait pas vraiment heureux de toute manière. Lui révéler la vérité pourrait-il leur donner une chance de tout recommencer à zéro ? Il l’espérait, mais il en doutait. Ils avaient atteint le point de non-retour.

- Je veux savoir Vinc’ ! Pourquoi un contrat illégal ? Pourquoi ? Et cette Chain ?! Elle ressemble à ce chasseur de tête qui nous poursuit depuis toutes ces années !

Nous y voila. S’il y avait bien quelque chose que Vincent n’avait pas vraiment envie d’avouer, c’était son implication dans quelques petits meurtres, qui, bien que totalement justifiés, ne seraient pas franchement du goût de son frère. Que faire, que faire ? S’il devait parler, il voulait avoir la certitude que Gil comprendrait. L’idée que son propre frère ne le considère comme un monstre, à l’instar de tout les autres membres de leur famille ou de Pandora en général, le rendait malade. Pouvait-il courir le risque ? Ne valait-il pas mieux se taire, une fois encore ? Pour Gil. Pour lui-même ? Les questions se bousculaient aussi de son côté, et, muettes, ne trouvaient pas plus de réponses que celles de Gil.
Gil qui le tenait toujours dans ses bras. Gil qui … pleurait ? Avait-il rêvé ? Etait-il possible qu’il ait fait pleurer son frère pour de bon ? Si cette perspective lui aurait paru incongrue quelques heures auparavant, maintenant, il ne la trouvait pas complètement irrationnelle. Il avait fait souffrir Gilbert. Lui, son propre frère.
Il était temps de jouer cartes sur table. Du moins, à sa façon.

- Gil … Il y a des choses que je ne peux pas te révéler. Il faut que tu me comprennes … Je veux juste te protéger. C’est tout, tout ce que je souhaite … C’est quelque chose que je te dois, c’est tout.

Super, et après ? Vincent doutait fort que son aîné ne se contente de ces vagues justifications. Il voulait savoir. Et lui, Vincent, cachait certaines choses qu’il ne voulait pas qu’il sache. La partie s’annonçait compliquée.
Que pouvait-il lui avouer ? Et que devait-il taire pour ne pas perdre la confiance de Gilbert à tout jamais ? Avouer les meurtres du chasseur de tête était impensable. Il fallait à tout prix qu’il élude le sujet.

- Le chapelier a du te dire que j’étais lié aux Baskerville, je présume. C’est … vrai, oui. Et pour leur être d’une quelconque utilité, il me fallait une chain utile. D’où le contrat illégal, tu vois ?Tu dois te demander pourquoi je tenais tant à les rejoindre, peut-être ? Eh bien … disons qu’ils recherchent la même chose que moi …

Ce n’était ni la vérité, ni un mensonge. Et nous voilà revenus au point de départ : mensonge par omission, ou non ? Le silence était-il un mensonge, la vérité était-elle toujours bonne à dire ? Il aurait pu se le demander pendant des heures, il n’aurait pas trouvé la réponse. Alors, il allait parler. De ce dont il pouvait parler. Et il n’avait plus qu’à espérer que Gil oublierait momentanément le reste.

- La volonté de l’Abysse, acheva-t-il.

A peine eut-il prononcé ces quelques mots qu’il se mordit les lèvres. Si Gil en oubliait un peu l’histoire du Chasseur de Têtes, il y avait de fortes chances qu’il ne lui demande alors pourquoi lui, Vincent, s’intéressait-il à la Volonté de l’Abysse. Et qu’aurait-il à répondre, cette fois-ci ? ‘’En réalité, je compte lui demander de rayer mon existence à tout jamais, parce que celle-ci n’a fait que porter préjudice à tout ceux qui ont croisé mon chemin.’’ ? Difficile de faire plus mélodramatique. Pourtant, c’était à peu près ça. Et s’il se demandait comme il allait pouvoir l’expliquer, au fond, il espérait que Gil poserait la question. Le moment était venu d’en finir. Le passé ne pouvait pas rester enfoui indéfiniment, et si c’était lui qui le lui révélait … Eh bien ma foi, il pourrait peut-être lui dissimuler quelques détails embarrassants.


[Oui bon, la dernière phrase parce qu’il est temps que Vincent reprenne son côté un peu machiavélique, quand même 8D *out*.
En espérant que ça t’aille, et désolée pour l’attente !]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty15th Septembre 2012, 06:37

Gilbert était inquiet. Il avait beau se dire le contraire, prétendre ne pas tenir à se frère étrange et pourtant. C’est comme si une petite voix dans sa tête ne cessait de lui dire que le perdre serait bien plus éprouvant qu’il ne pouvait le penser. Et pourtant.. il n’avait pas confiance en lui à cet instant même. Il ne voulait que des réponses, il était prêt à prendre sur lui-même pour ça. Mais une nouvelle fois, Vincent se cachait toujours derrière la même excuse de « je ne peux pas te répondre et c’est pour ton bien ». Pourquoi toujours tant de cachotterie alors que les deux frères rescapés devraient se soutenir comme une vrai famille ? N’ayant d’ailleurs connu aucune autre famille en fait. Ni parent ni autre chose du genre. Notre brun avait beau chercher au plus profond de sa mémoire, rien de tout ceci ne lui venait en tête. Etrange non… ? Le jeune homme garda le silence, ne lâchant pas pour autant Vincent. Il se contenta de regarder le sol. Que dire de toute façon ? Depuis le temps qu’il demandait des réponses à son frère, il avait presque perdu espoir d’obtenir quelque chose de lui. Finalement, il en apprit de belles tiens. Vincent était lié aux Baskerville et avait fait ce contrat pour leur être utile et en même temps trouver la Volonté de L’Abysse. Notre brun ne cacha pas sa surprise. Comment ça il voulait trouver la Volonté de L’Abysse ? C’était quoi ces histoires encore ? Gilbert se redressa sur le moment, pour avoir une meilleure vu d’ensemble sur son frère cadet. Il ne comprenait pas. Quel était son but dans sa vie, ses intentions avaient toujours été mystérieuse mais maintenant, on pouvait dire qu’il en avait soit trop dit soit pas assez. Finalement plongeant son regard doré dans les yeux verrons de son de son frère. Il était devenu plus sérieux qu’autre chose.

- Pourquoi.. Pourquoi faire Vinc’… ?


Il voulait savoir. Il voulait comprendre. Fixant son frère, une sorte d’image lui vint en tête. Lui, plus jeune.. quel âge exactement ? Il ne le savait pas, mais tout ce qu’il sait c’est qu’il était devant Vincent, semblant vouloir le protéger d’un danger. Immobile durant cette brève « vision ». Il finit par donner signe de vie en clignant des yeux, le regard fixé devant lui, soit dans le vide. Ne comprenant pas qu’il s’agit d’une image venu tout droit de sa tête et que ceci était un bref moment de lucidité de sa mémoire défaillante, il regarda à nouveau son frère. Les yeux grands ouverts.

- C’était quoi ça..


Il attrapa le col de son frère. En proie à un terrible doute et totalement désorienté mentalement. Il se mit à le secouer légèrement, ayant encore assez de lucidité pour ne pas le secouer comme un prunier avec sa blessure et sa fatigue.

- Bordel Vincent je veux savoir ! Tu cherches quoi ?! Pourquoi tu me caches toutes ces choses ?! De quoi je voulais te protéger enfant ?


Il venait tout juste de faire référence à une période oublié depuis pourtant bien longtemps… Lorsque les deux gamins étaient à la rue livrés à eux même dans la rue. Et que Vincent était en permanence battu à cause de son œil rouge. Son grand frère quant à lui assumait du mieux qu’il pouvait ce rôle en le protégeant et prenant les coups pour lui dès qu’il le pouvait. Finalement, ne lâchant toujours pas le col de son frère cadet, sa tête tomba contre lui. Il réfléchissait trop. Voilà bien longtemps qu’il ne s’était pas retrouvé dans une telle situation avec lui.

- Je ne m’en souviens pas…


Quoi de plus terrifiant qu’une mémoire vide de tout souvenir ? Ne sachant ni qui il était et encore moins d’où il venait. Y avait-il des vraiment des choses dans sa vie qu’il vaut mieux laisser dans l’oubli.. ? Il ne voulait qu’une chose pourtant, que son frère soit honnête avec lui. Etait-ce vraiment trop demandé ? Peur, colère, tristesse. Trois sentiments si différents et qui semblait pourtant si proche en cet instant même. Dire qu’il était venu pour une mission, voilà que cette dernière était complètement passé à la trappe dans l’esprit de notre jeune brun.

[Alors que dire...? C'est nul, c'est court et j'ai mis un tout fou à faire cette réponse désolé. Dis moi si je dois rajouter des trucs uwu. Tu peux bien me glisser ça dans nos Mp quand même /pan/]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty17th Septembre 2012, 19:53

Des questions, encore des questions. Vincent n’avait pas l’habitude qu’on lui pose des questions. Les gens ignoraient en général tout ce qu’il faisait qui pourrait susciter de quelconques interrogations, ou préféraient ne pas savoir. Rare étaient ceux qui insistaient, et d’ordinaire, Vincent n’avait aucun scrupule à leur mentir. Alors pourquoi était-il incapable de mentir à Gil, cette fois-ci ? N’était-ce pourtant pas ce qu’il avait fait toute sa vie ? Pour le protéger ?
Il sentit sur lui le regard réprobateur de Gil. Le protéger, quelle blague. Vincent ne doutait pas une seule seconde d’avoir pris les bonnes décisions, alors pourquoi en étaient-ils arrivés là ? Pourquoi était-il encore un fardeau pour son frère ? Pourquoi arrivait-il encore à lui faire du mal ?

- Pourquoi ... Pourquoi faire Vinc’… ?

Voila, pourquoi. Parce que tant qu’il existerait, il représenterait un danger pour Gil. Tant que son passé conserverait le moindre souvenir de lui, Vincent, Gil ne serait pas en paix. Ca répondait à la fois à ses questions, ainsi qu’à celle de Gil. Tout était aussi simple que ça. Mais bien évidemment, Gil ne pouvait pas savoir. Il avait tout oublié.

Puis, son frère se figea. Lui dont la respiration saccadée agitait le corps de légers tremblements, s’immobilisa totalement, les yeux dans le vagues. Vincent n’eut pas besoin d’y regarder à deux fois pour deviner ce dont il s’agissait. Le choc, la colère, toutes ces émotions contradictoires qui taraudaient son frère, il savait ce qu’elles provoquaient. Gil était en train de retrouver quelques uns de ses souvenirs. Restait à prier pour que ce ne soient pas ce que Vincent avait toujours voulu lui cacher.

- C’était quoi ça ...

Vincent grimaça. Si, ne serait-ce qu’une fraction de seconde, Gil avait aperçu Glen Baskerville ou Jack Bezarius dans l’un de ses souvenirs, il allait devenir difficile de lui cacher son appartenance au passé, ainsi que son rôle dans la tragédie de Sablier. Ce que ces révélations impliquaient risquait de lui coûter très cher. Il n’eut pas vraiment le temps de s’attarder, puisque sans crier gare, Gil l’attrapa par le col et le secoua, assez fort pour lui remettre les idées en place, mais tout juste ce qu’il fallait pour ne pas le blesser davantage. Il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire.

- Bordel, Vincent je veux savoir ! Tu cherches quoi ?! Pourquoi tu me caches toutes ces choses ?! De quoi je voulais te protéger enfant ?

Dire qu’il eut l’impression de se prendre une bonne claque en pleine figure aurait été un doux euphémisme. Tentant, en vain, de refouler toute la tristesse et toute la colère qu’il sentait monter en lui, Vincent se força à regarder Gil dans les yeux. Son frère avait le même regard. Celui, furieux, de l’aîné qui cherchait toujours à défendre son cadet.
Celui du petit garçon qu’il était il y a cent ans de cela.

- Je ne m’en souviens pas …
- Et c’est mieux comme ça
, le coupa-t-il.

Sa voix était feinte de bien plus d’assurance qu’il n’en avait réellement. Pourtant, Vincent en maitrisant tant bien que mal les tremblements, et parvint à reprendre ses esprits. Entre ne rien lui dire et voir la vérité éclater sous un mauvais jour, et lui avouer quelques détails pour cacher le reste, le choix était vite fait. Vincent jeta un coup d’œil à Gil, qui attendait ses réponses avec tant d’espoir. Qui espérait que, pour une fois, son frère ne lui mentirait pas. Mentalement, il s’excusa auprès de lui, et se prépara à lui servir la réalité à sa sauce, bien décidé à ne pas dire un mot à propos de Sablier. Pour ça, il était encore trop tôt.

- Sais-tu ce qu’est un enfant maudit, Gil ? demanda-t-il d’une voix lasse, espérant que Gil ne relèvera pas que cette croyance date du siècle dernier. Ce sont qui naissent avec les iris rouge, comme moi …

Comme pour illustrer ses propos, il braqua ses yeux dans ceux de Gil, et, dans une vague tentative pour le réconforter, lui passa la main dans les cheveux.

- Les gens pensent qu’ils portent malheur. Alors, soupira-t-il, ils les persécutent.

Vincent se souvenait de ces imbéciles complètement éméchés, qui, incapables ne serait-ce que de tenir sur leurs jambes, trouvaient encore le moyen de les emmerder. Il se souvenait s’être demandé pourquoi sa mère ne l’avait pas abandonné seulement lui, l’enfant maudit ? Pourquoi n’avait-elle pas gardé Gil, l’abandonnant lui, Vincent, à la mort. Pourquoi n’avait-elle pas laissé une seule chance à Gil d’avoir la vie qu’il méritait ?

- Tu voulais juste me protéger, dit-il avec un sourire triste. Nous protéger de ces salauds. Tu croyais que c’était eux, le danger …

C’était sans doute vrai. Gil avait du pensé que sans leurs bourreaux, ils auraient été heureux. Mais force était de se rendre à l’évidence : ces hommes, si stupides eussent-ils été, n’étaient pas la véritable origine du problème. Il y avait bien pire menace que ces quelques ivrognes qui les invectivaient. Oh, oui, il y avait bien pire.

- Mais tu te trompais, Gil, lâcha-t-il, toujours souriant. Le seul qui te mettait en danger …


Le seul à le mettre en danger, le seul coupable, au fond, ils savaient tous pertinemment de qui il s’agissait. Et c’était pour cela qu’il voulait obtenir la Volonté de l’Abysse. Pour que celle-ci raye son existence de la carte, une bonne fois pour toute. Pour que Gil puisse enfin être heureux, que ce soit aux côtés de ce maudit blondinet ou même de ce fichu clown. Quoiqu’il espérait bien emporter ce dernier en enfer avec lui.

- … C’était moi, acheva-t-il. La Volonté de l’Abysse, pourrait effacer tout ça. Et tu n’aurais plus à t’inquiéter de retrouver tes souvenirs, puisqu’ils n’auraient plus lieu d’être.

Nous y voila. Vincent doutait fort que Gil ne réagisse positivement à son annonce. Il espérait aussi qu'il n'en avait pas compris toutes les révélations implicites. Il allait probablement s’énerver, le secouer un peu plus, peut-être même lui mettre une claque ? Mais au fond, l’un comme l’autre, ils savaient bien que c’était la meilleure solution. Non ?
Vincent ferma les yeux. La partie n’était pas encore terminée, et les aveux ne faisaient visiblement que commencer.

{Ow, c'est bien naze. ;w; mais comme je vais être pas mal prise cette semaine à cause des cours, je préfère poster maintenant, sinon je sais pas quand est-ce que je le ferai. /PAN/ }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty25th Septembre 2012, 07:14

Le vide était effrayant mais savoir la vérité l’était peut-être encore plus. Cruel dilemme auquel le jeune homme devait faire face constamment et aujourd’hui.. à cet instant même où il était plus proche de la vérité qu’à n’importe quel moment dans sa vie. Vincent qui jusqu’alors se contentait d’éviter des réponses en disant qu’il ne savait rien lui non plus, voilà que maintenant il affirmait que le mieux pour son frère ainé était de ne rien savoir. Ainsi.. il se souvenait réellement de tout. Et cela se confirma une fois de plus lorsque son cadet comprit immédiatement de quel moment de leurs vies il parlait. C’est alors que le jeune blond qui ressemblait jusqu’alors d’avantage à un petit frère apeuré, il se redressa un peu pour faire face à son ainé qui ne cessait de le dévisager. C’est alors qu’il commença à lui raconter cette vieille malédiction sur les enfants soit disant maudits à cause de leurs yeux, ainsi que le fait que Gilbert protégeait son cadet des revers de bâton de cette malédiction. Etrangement cette histoire de malédiction qui datait il y a de ça pourtant cents ans ne choqua pas notre jeune homme. Dans sa tête, c’est un peu comme si c’était parfaitement naturelle que cette histoire soit d’actualité dans son passé caché. Ne répondant pas, il se contenta de ne pas détourner les yeux. Notre homme ne comptait certainement pas faiblir maintenant, la conversation était désormais bien trop avancée.

Les mots semblaient désormais filer seuls entre les lèvres de son frères. Racontant même pourquoi il cherchait la Volonté de l’Abysse pour lui-même. D’ailleurs, cette réponse choqué Gilbert et pas qu’un peu. Venait-il bien de comprendre ce qu’il disait ? Le faire disparaitre lui ? Pourquoi ? Qu’est-ce que sa mémoire défaillante lui cachait encore ?! Avant même d’exprimer la moindre surprise ou même sa colère montante, il mit une claque magistrale à son cadet. Le but étant bien sûr de lui remettre les idées en place, il ne comprenait pas non.. pourquoi une telle pensée de lui. Au fond de lui, cela le blessait de penser que Vincent ne cherche qu’une seule chose, disparaitre de sa vie. Disant bien souvent qu’il ne le considère pas comme un frère au fond de lui.. le perdre lui ferait bien plus de mal qu’il ne pouvait l’imaginer… Reprenant une nouvelle fois le col du blond, il se mit presque à lui hurler dessus.

- Non mais qu’est-ce que tu racontes ?! Tu n’as jamais été un danger pour moi et si j’ai agis ainsi ce n’était pas pour rien ! Ainsi tu ne souhaites disparaitre de ma vie avec nos souvenirs… Donc tu te souviens de qui nous sommes… Tu te souviens de tout. Pourquoi tu ne me dit pas tout.


Il aurait voulu continuer en fait. Il aurait voulu lui dire que disparaitre de sa vie n’était pas une solution. Qu’à cet instant même Gilbert se disait que s’il le fallait, il s’interposerait une nouvelle fois pour prendre les coups de son frère pour lui. Qu’à cet instant.. il tenait à lui… Un peu perdu par son propre sentiment, la colère laissait petit à petit place à une incertitude, une tristesse ainsi qu’une incompréhension. Peut-être que si Vincent avait été franc plus rapidement avec son ainé, ce dernier aurait eu d’avantage confiance en lui et n’aurait pas vu en lui qu’un menteur manipulateur. Au fond.. Vincent était mieux que ça. Baissant la tête, il lâcha son frère, laissant ses bras pendre le long de son corps et ses mains sur le sol froid. Il avait envie de pleurer et au fond de ne pas le laisser paraitre. Mais finalement, quelques larmes coulèrent sur ses joues pour s’écraser sur le sol en de petites flaques. Silencieux pendant un moment, il finit par reprendre la voix cassé.

- Tu ne dois pas disparaitre…


S’il le faisait, il aurait l’impression d’être abandonné. Lui, son frère de sang qui voulait disparaitre de sa vie.. avouez que ce n’est pas vraiment joyeux. Et en même temps cet attachement soudain pour son cadet qui semblait remonté d’un lointain passé le perturbait. Au final c’était pareil, il ne voulait pas perdre Vincent. Ils avaient toujours été ensemble après tout… Passant même outre la mort.

[Je crois que ma nuit plus que courte et ma journée de boulot se fait sentir ;o; Dis moi si ça ne va pas, j'ai l'impression d'écrire de la merde à côté de toi]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty6th Octobre 2012, 04:15

Vincent ne comprit pas tout de suite d’où provenait la douleur cuisante qui irradiait sa joue.
Puis il vit l’air furieux de Gil, sa main toujours tendue à l’air. Et il comprit
Ce n’était pas tant le fait qu’on lève la main sur lui. Ca, après tout, il commençait à avoir plus ou moins l’habitude. Mais venant de Gil, le geste le laissa sans voix. Hébété, il regarda son frère, sans comprendre. L’avantage, c’est que Gil semblait dans le même cas que lui, à savoir complètement perdu. Vincent voulut lui demander ce qui lui passait par la tête, mais son frère l’attrapa de nouveau par le col, plus violemment cette fois, et entreprit de le secouer minutieusement, comme un prunier.

- Non mais qu’est-ce que tu racontes ?! Tu n’as jamais été un danger pour moi et si j’ai agi ainsi, ce n’était pas pour rien ! Ainsi tu ne souhaites disparaitre de ma vie avec nos souvenirs… Donc tu te souviens de qui nous sommes… Tu te souviens de tout. Pourquoi tu ne me dit pas tout ?

Non, décidemment, il ne comprenait pas. A la limite, que Gil puisse lui en vouloir parce qu’il lui avait dissimulé leur passé, pourquoi pas ? C’était même plutôt compréhensible, du moins le supposait-il. Ce qu’il ne comprenait pas en revanche, c’était pourquoi son frère semblait si … effrayé à l’idée qu’il disparaisse ? N’était-ce pas lui qui s’efforçait de mettre le plus de distance possible entre eux, depuis leurs retrouvailles ? Alors pourquoi ? Il voulait se soustraire à l’étreinte de Gil, mais ne s’en sentait plus la force. Pour la première fois depuis longtemps, Vincent se sentait complètement paumé.

- Ne dis pas de conneries, Gil … commença-t-il d’une voix traînante. Le passé .. Quelle importance ?

Qu’est-ce que ça pouvait bien changer, de toute façon ? Gil avait Oz, Gil avait Alice. Gil avait, ne lui en déplaise, cet abruti de Xerxes Break. Des personnes qui, tout aussi détestables qu’elles soient, ne le mettrait pas en danger, ne lui causerait aucun tort. Lui, qui avait-il ? Echo ? Il se retint de rire, et esquissa un sourire triste. Personne n’irait le pleurer, et c’était parfait comme ça.

Personne n’était censé le pleurer. Alors pourquoi les épaules de Gil tremblaient-elles, pourquoi le sol s’imbibait-il de ses larmes ? Qu’est-ce qui n’allait pas ? Il n’osa reprendre son souffle que lorsque Gil le lâcha, et, les yeux écarquillés par la surprise, regarda son frère pleurer à chaudes larmes, sans savoir réellement quoi faire. Il ne comprenait pas, ne savait pas pourquoi Gil ne se réjouissait pas d’être enfin débarrassé d’un fardeau comme lui. Non, vraiment, Vincent ne comprenait pas. Dans une maladroite tentative pour le réconforter, il serra faiblement Gilbert dans ses bras.

- Tu ne dois pas disparaitre …
- Gil … Qu’est-ce que ça changerait, de toute façon ?

N’importe qui d’autre aurait pu trouver la question stupide, mais pas Vincent. Le comportement de Gil, qui passait son temps à l’éviter comme la peste, le laissait perplexe. Sa réaction quand il avait parlé de disparaître, encore plus. Il savait que Gil ne le haïssait pas : de toute façon, Jack mis à part, Gilbert ne détestait personne. Il lui avait simplement semblé que moins il le croisait, mieux son frère se portait. Alors il s’en était accommodé, ne rendant visite à Gilbert que lorsqu’il estimait ceci réellement nécessaire, se contentant de se tenir informé de temps à autre, et considérant les venues de Gil au manoir comme un véritable cadeau.

Ca lui convenait. Tout ça, tout ces mensonges, cet éloignement, tout lui convenait. Il lui avait semblé qu’ils convenaient aussi à Gil. Il lui avait semblé qu’en le tenant loin de lui, de la vérité et de toute autre chose ayant un rapport avec les évènements d’il y a cent ans, il le préserverait.
Mais c’est en levant les yeux vers son frère qu’il se rendit compte qu’il se trompait.

Gil n’était plus le gamin d’il y a cent ans.
Gil n’était plus cet enfant naïf, crédule, qu’il fallait à tout prix protéger.
Gil était devenu un homme, tout comme lui, quoiqu’il se demandait parfois ce que lui était réellement devenu. Quelqu’un qu’il avait voulu protéger, mais à qui il avait fait encore plus de mal que quiconque.

- Je … je pensais que c’était mieux, lâcha-t-il d’une voix faible. Mieux .. pour tout le monde.

Et lui, Vincent Nightray, qu’était-il devenu ?
En cet instant précis, rien d’autre qu’un lâche.

[Désolée de t'avoir fait attendre pour ... pour rien, j'ai un peu honte quand je relis ce post uhuhu. (vilain frère que je suis. ;_; ) Je me rattraperai et j'en ferai un beau la prochaine fois. /PAN/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty15th Octobre 2012, 04:55

Depuis le début, les choses avaient au final une tournure presque normale ? Pour une fois que les deux frères agissaient en tant que tel, pour une fois que l’ainé portait toute son attention sur le cadet pour le prendre dans ses bras et le soutenir. Et pour une fois que le cadet ne se cachait pas derrière le mensonge. Alors que les coups de feu résonnaient encore plus tôt dans la vaste pièce envahit par la végétation, c’était maintenant que tristesse. Le jeune blond était pour la première fois dans l’embarras, du moins c’était parfaitement visible sur son visage et perceptible dans sa voix. Tandis que le brun était attristé, non.. il pleurait. Perdu entre le passé et le présent, il ne savait comment réagir et surtout comment prendre les paroles de son cher frère qui avait toujours compté pour lui-même s’il affirmait le contraire. Vincent savait tout, il venait en gros de l’avouer à l’instant et pourtant il prétendait toujours que le passé n’avait aucune importance. Pourquoi ? Ne savait-il donc pas que se construire sur un sol qui se dérobe en permanence sous vos bien est difficile voire impossible… ? Alors que Vincent échangea les places pour le prendre à son tour dans ses bras et le réconforter à sa manière, il annonça qu’il pensait que c’était le mieux à faire. Le silence tomba entre les deux hommes, un silence terriblement lourd.

Fixant pendant un long moment le sol sans même relever la tête, restant ainsi dans le creux de ses bras qui lui étaient à la fois inconnu et connu, Gilbert finit tout de même par relever la tête vers son frère. Passant une main rapide sur ses yeux encore rougit par la tristesse enfin d’essuyer tout ça, il se redressa légèrement pour mieux le regarder. Non, il n’était pas l’heure de pleurer la disparition d’un frère alors que ce dernier était encore en face de lui en ce moment même. Prenant un peu plus d’assurance dans ses mots, notre brun attrapa son cadet par les épaules pour le secouer un peu. Oui.. Gilbert est instable. Il passe de la tristesse à une sorte de colère, mais cette instabilité était dût à bien des choses. Réagissant en premier lieux sur ce que Vincent avait dit à propos du passé il se mit à parler sur un ton plus dur que tout à l’heure. Mais cette dureté n’était pas adressé à Vincent lui-même, plutôt à cette existence étrange qui avait fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui, c’est-à-dire deux êtres perdus dans les ténèbres.

- Vincent ça suffit ! Toi qui sait tout, tu devais en dire plus sur nous ! Ne sais-tu pas combien il est dur de se construire sur rien du tout ?! Ce vide dans ma tête m’empêche d’avancer ! Et il en va de même pour ses flashes incompréhensibles !


Quand on veut réfléchir à ce qu’on est mais que rien ne vous vient en tête, ça fait peur… Mais lorsqu’on se dit qu’il faut se tourner vers l’avenir et oublier ce qui est derrière nous, un flash vous remet bien vite devant la réalité. Le fait qu’on est rien du tout. Eh bien c’est exactement l’impression que Gilbert avait, être rien. Seule une voix inconnue se faisait entendre dans sa tête, lui disant sans cesse d’être fidèle à son Maître et de ne vivre que pour ce dernier… Ses mains glissèrent alors sur le sol, tout comme son regard d’ailleurs. Comment ça Vincent pensait que le mieux est de disparaitre ? En fait ce genre de réflexion ne lui correspondait pas vraiment…

- Vincent… La ferme. Si c’est pour dire ce genre de connerie pas la peine de parler.


Voilà. Notre homme ne savait en fait pas quoi dire. Comment faire comprendre à son frère qu’il voyait en lui vraiment un frère de sang, alors qu’il n’avait fait que le fuit depuis des années. En fait, il devait ce comportement à une seule chose. La non franchise de Vincent avec lui, son frère bien aimé comme ce dernier ne cesse de l’appeler. Comment faire confiance à quelqu’un qui passe son temps à vous mentir ou à n’aborder que les sujets qu’il veut ? Finalement, cette pensée le gêna un peu. Comment aurait été leur relation au cours de ces dernières années si Vincent n’avait pas agi ainsi ? Très bonne question… Sans le regarder dans les yeux, d’un geste ferme et décidé, il se mit à observer la plaie, comme pour occuper sa propre attention ainsi que celle du blond.

- Si tu avais été honnête avec moi dès le début. Les choses auraient pu se passer autrement…
Marquant un instant de pause, il reprit bien rapidement, comme pour passer vite le sujet. Il faut te soigner ça.

Alo ? Oui, quelqu’un semble ne pas reconnaitre Gilbert là ! Ce dernier ne fait que changer en permanence d’humeur, voilà maintenant qu’il affiche un air presque calme et qu’il tente de soigner Vincent alors qu’il était encore dans ses bras en train de pleurer il n’y a pas cinq minutes. Les explications se faisaient décidément attendre depuis le temps. Ainsi peut-être peut-on comprendre la folie de Vincent ? Gilbert l’avait aussi à sa manière. Plus perdu que ça.. c’est à se demander si c’est possible…

[Bon.. après tout ce temps j'espère ne pas trop t'embrouiller, mais ça fait certainement un peu brouillon à cause du mélange d'émotion chez Gilou >o< j'espère que ça te va !]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty18th Octobre 2012, 07:23

Le silence semblait être le mot d’ordre de ces retrouvailles pour le moins mouvementées. Plus un bruit ne résonnait dans la pièce, plus un son ne venait troubler les deux frères. Il n’y avait plus qu’eux. Face au reste du monde. D’un autre côté, la tension était indéniablement palpable.
C’était le calme. Le calme avant la tempête.

Gil semblait perdu. Enfin non, il ne semblait pas perdu, il l’était. Les yeux dans le vague, l’air hagard, il pleurait en silence, trahi seulement par les soubresauts qui agitaient ses épaules. Gil pleurait à cause de lui. Vincent avait bien tenté de le réconforter, dans une étreinte plus que maladroite : mais les gestes étaient encore plus vains que les mots. D’aucuns auraient qualifié ça de point de non-retour ; Vincent quand à lui savait juste que c’était là l’issue inexorable de ce tissu de mensonge dans lequel ils étaient pris tout les deux, depuis maintenant trop longtemps.

Il se demandait aussi si, finalement, il n’avait seulement menti qu’à Gil. En effet, au final, ne s’était-il pas menti à lui-même ? Ne s’était-il pas octroyé le beau rôle ? Au fond, cette envie de disparaître n’était-elle pas une conséquence de ce sentiment de culpabilité qui l’écrasait jour après jour un peu plus ? Ne souhaitait-il pas simplement mettre fin à ses propres tourments ? Personne n’aurait pu l’en blâmer, cependant lui trouvait encore la force de se jeter la pierre. Le bonheur de Gil était une belle cause, encore restait-il à savoir s’il la servait vraiment. Bien sûr qu’il s’agissait là de son vœu le plus cher, mais était-ce seulement de l’altruisme ?
Ni Vincent ni personne n’aurait pu l’affirmer, ou au contraire le nier. Parce qu’il ne le savait pas lui-même.
Reste encore à éviter ce pseudo-altruisme comme prétexte pour justifier nos actes. N’était-ce pas ce maudit Chapelier qui l’avait dit à Gil ?

- Vincent, ça suffit.

Et le charme, si on pouvait qualifier le silence de tel, fut rompu. La voix de Gil était toujours aussi peu assurée, mais cette fois empreinte d’une véritable colère, et sans doute d’une profonde déception. Qui aurait pu l’en blâmer ?
Sans qu’il ne le voit venir, Vincent sentit deux mains fermes, celle de Gil, lui empoigner les épaules, qui les rapprochaient l’un de l’autre tout en le secouant énergiquement.

- Toi qui sais tout, poursuivit Gil, tu devrais m’en dire plus sur nous ! Ne sais-tu pas combien il est dur de se construire sur rien du tout ?!

Lui qui savait tout. Vincent savait-il vraiment tout ? Il se sentait si proche, et pourtant si étranger face à son aîné. Que savait-il vraiment ? Qu’est-ce qui était réel, qu’est-ce qui n’était que le fruit de son imagination ? Que pouvait-il vraiment dire à Gil ? Les questions, muettes, se bousculaient, sans toutefois trouver de réponses. Dans son esprit, c’était le vide. Le vide le plus complet.

- Ce vide dans ma tête, reprit son frère, m’empêche d’avancer ! Et il en va de même pour ces flashs incompréhensibles !

Ces flashs ? Le seul dont Vincent avait eu vent était celui auquel il venait malgré lui d’assister. Depuis combien de temps les ténèbres avaient-elles rattrapés Gil ? Depuis combien de temps était-il en proie à ces visions que lui, Vincent, avait toujours voulu lui éviter ? Il regarda Gil, l’air terriblement las. L’ignorance vous oblige à vous focaliser sur le présent. Mais les souvenirs ? Ils ne faisaient que vous forcer à regarder en arrière, eux aussi. Au final, ni lui ni Gil n’étaient réellement capable d’affronter le plus important ; l’avenir. Gil ne savait pas qui il était, lui était obligé de le nier. Aucun d’eux n’avait véritablement le choix.
D’ordinaire, Vincent était quelqu’un de bavard, de loquace, un bon orateur. Aussi Gil devait-il trouver encore plus étrange qu’il demeure là, les yeux perdus dans le vide, sans trouver deux mots à aligner.
Car Vincent ne trouvait rien à répondre au ressentiment de Gil. Il voulait juste rentrer chez lui, et prétendre que rien de tout cela n’était arrivé. Il tenta de se dégager de l’étreinte de son frère en s’appuyant sur son bras gauche ; mauvaise idée. Sa blessure se rappela immédiatement à lui, et une vive douleur se propagea dans ses muscles. Il essaya de ne pas grimacer, mais n’était pas certain d’avoir réussi.

- Gil … commença-t-il, résigné. Je te dis que c’est mieux … comme ça.
- Vincent … La ferme, lâcha Gil sans préavis. Si c’est pour dire ce genre de conneries, pas la peine de parler.

Vincent écarquilla les yeux. Il était rare que Gil se montre aussi catégorique avec qui que ce soit, et encore plus avec lui. Ces mots, venus du cœur, lui firent encore plus d’effet que la gifle qui les avaient précédés. On pouvait mettre la violence des gestes de Gil sur le compte d’un quelconque pétage de plombs. Mais ici, sa voix ne trompait pas : il ne perdait pas les pédales, ne déraillait pas non plus. Il était juste sincère. Et c’est ce qui faisait mal. En plus de son entaille au bras, que Gil fixait avec une insistance un brin … surprenante ?

- Si tu avais été sincère avec moi dès le début, les choses auraient pu se passer autrement,
enchaîna son frère sur un ton de reproche. Il faut soigner ça.

Vincent mis quelques secondes à faire le rapprochement, où plutôt à percuter qu’il n’y en avait pas. La question des soins s’évapora aussitôt de son esprit, qui était davantage focalisé sur la première partie de sa phrase. A savoir cette question de sincérité.
N’avait-il pas été, à sa manière, sincère ? N’avait-il pas, au moins, montré à Gil l’exactitude de ses sentiments à son égard, ne lui avait-il pas prouvé qu’il ferait n’importe quoi pour lui ? N’était-ce pas suffisant ? Ce qui paraissait aux yeux de Vincent le plus important, n’était-il pour Gil que secondaire ?

- Tu crois ? lâcha-t-il soudainement. Est-ce que tu le penses vraiment ?

Vincent se sentait soudainement plein de rage, non pas envers Gil, bien sûr que non. Envers le sort, peut-être, ou pourquoi pas envers lui-même ? Une colère qui lui donna la force de se hisser sur ses bras tant bien que mal, et de plonger ses yeux dans ceux de Gil.

- Qu’est-ce qui aurait changé quelque chose ? Le fait de savoir que nous venons d’il y a cent ans ? Que nous étions impliqués dans la tragédie de Sablier ? Vraiment ?

Il ne se rendait pas compte qu’il hurlait. Que les larmes coulaient à flots sur ses joues. Ni qu’il venait de cracher au visage de Gil tout ce qu’il n’aurait jamais du apprendre, ou en tout cas pas ici, maintenant, ni de cette façon.
Fort heureusement, il avait réussi à s’arrêter avant d’avouer à Gil qu’il était le successeur de Glen Baskerville, et que lui aurait du être sacrifié pour permettre le passage de pouvoir entre les deux. Quoique, au point où ils en étaient, Vincent ne savait pas franchement si ça aurait changé quelque chose.

- Est-ce que ce genre de vérité, acheva-t-il, t’aurait aidé à te reconstruire ? Est-ce que savoir ce genre de chose aurait changé quoi que ce soit entre nous ?

Il n’avait pas eu l’intention d’hurler sur Gil ; après tout, ce dernier n’y était pour rien. Vincent n’en revenait pas lui-même : il était rare qu’il perde son calme à ce point. L’air hagard, il recula doucement, tentant tant bien que mal de se remettre sur pied.

- Ca ira, dit-il en dégageant son bras. Je n’ai pas mal.

La grimace qu’il esquissa à peine fut-il debout ôta à ses paroles toute crédibilité, mais il s’en fichait. Tout en titubant, il se dirigea vers la sortie de la pièce à reculons, incapable de détourner son regard de celui de Gil.
Il redoutait sa réaction.
Il redoutait que cette fois-ci, tout ne soit réellement perdu.


{Non, j'adore toujours autant tes posts *^* . Moi, pour le coup ... c'est beaucoup mots pour pas grand chose au final, je sais pas trop ce qui s'est passé dans ma tête. XD Enfin voila, tu me dis si ça te va :3}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty25th Octobre 2012, 09:39

Etait-ce vraiment des réponses qu’il voulait ? Ou plutôt ne s’attendait-il pas à ce genre de réponse ? C’était un peu du pareil au même pour finir, déjà que notre jeune homme était relativement instable mentalement le voilà dans un trouble encore plus grand… Pourquoi ? Revenons donc un peu à la situation. Gilbert n’avait jamais été aussi proche de la vérité et d’ailleurs Vincent ne lui avait jamais paru aussi honnête. Passant d’un coup à la colère puis à la tristesse et vice-versa. Son frère cadet se mit alors à lâcher soudainement une série de mots. Parfaitement, cette série de mots qui une fois mit bout à bout formait une phrase. Cette dernière résonnait dans la tête de notre homme comme si on venait de lui mettre un poing dans la figure. Non en fait c’était même pire. Mettez-vous donc à sa place, son frère venait tout simplement de lui dire qu’ils venaient d’il y a cent ans et mieux encore, qu’ils avaient eu un rôle à jouer durant cette fameuse Tragédie si tristement célèbre. Les yeux de Gil devinrent plus grand, en même temps il était plus qu’évident qu’il était sous le choc de la nouvelle. Il ne s’attendait pas vraiment à ce genre de révélation surtout si soudainement. S’en était presque à se demander ce qu’ils faisaient encore ici alors.. si seulement il savait chaque détail de son histoire, les questions n’ont pas fini d’affluer. Semblable à un enfant qu’on est en train d’engueuler, tandis que Vincent semblait lâcher une vague de reproche, sur son insistance pour savoir ce secret si lourd qu’est leur passé, les détours que ce dernier utilisait. En bref, il retournait tout ce que notre brun lui avait dit plus tôt contre lui. Il ne disait mot, le regard fixé sur ce sol si dur si froid. On aurait dit qu’il allait fondre en l’arme d’un instant à l’autre et pourtant.. ces yeux étaient parfaitement sec à ce moment-là…

Mais lorsque son frère cadet s’éloigna de lui à reculons, Gilbert ressentit alors un vide immense en lui. Comme si on venait à l’instant de le déposséder de tout ce qu’il était. Vincent.. ne pars pas… Il ne voulait pas être seul, il avait peur d’être abandonné, de tomber dans ses ténèbres qui semblaient terriblement proche de lui. Sa tête se leva alors automatiquement vers le jeune homme qui était en train de s’éloigner de lui. Ses yeux affichaient un mélange de tristesse et de peur cette fois-ci. Tendant la main vers ce dernier, sa voix cassée par l’émotion finit par lâcher sur un ton presque étrangement suppliant.

- V-Vincent.. me laisse pas.

En fait cette phrase était à peine perceptible, encore heureux que le silence était de maître ici quand ce n’était pas l’écho de leur voix qui résonnait. Finalement sa main tendue se replia bien vite, son propriétaire étant pris d’un mal de tête soudain, le forçant à tenir cette dernière avec ses deux mains. Son crâne semblait contenir son cœur, tellement les battements de ce dernier se faisaient persistant et entendre. Cette fois-ci il n’était plus du tout question de silence pour lui. C’était d’ailleurs à se demander comment il faisait pour se tenir correctement assit. Baissant à nouveau la tête vers le sol, il se crispa pour finalement poser ses mains sur sa poitrine. Ça lui faisait mal… Rien de bien précis, tout était flou devant lui, un peu comme l’était son esprit actuellement. Cela passait de la lumière chaleureuse, à la rougeur du sang puis aux ténèbres sans fond. C’était quoi ? Quel rôle avait-il joué ? D’où venaient-ils ? Pourquoi étaient-ils là ? Pourquoi avait-il mal ainsi au cœur ? Que de questions, beaucoup trop de question en fait. Serrant les poings, il finit par les taper sur le sol. On ne va pas dire que se frapper ainsi les poings par terre faisait du bien, mais c’était bien le moindre de ses soucis. Son cerveau étant encore trop perturbé pour capter le message de douleur que ses mains envoyaient. Seuls ces bouts visions qui n’avaient aucun sens retenaient son attention ainsi que ces paroles… Lui disant de ne vivre que pour son maître et rien d’autre. Ouvrant à nouveau les yeux, il se surprit même à pleurer cette fois-ci, mais d’avantage à cause de la douleur interne qu’il ressentait qu’à cause d’une tristesse.

- Qui sommes-nous… Mon frère…

Voilà la question qui lui échappa les lèvres. Déjà il était rare qu’il nomme Vincent en tant que tel, mais jamais Gilbert n’avait ressenti ce besoin de l’avoir près de lui. D’avoir sa petite famille… Un peu à la manière d’un pantin désarticulé, il resta ainsi, se laisse aller par terre. Il aurait pu se lever pour empêcher son frère de partir mais il n’en avait pas la force. D’ailleurs il ne savait pas quand cette dernière reviendrait si son frère le laissait seul. Tandis que des larmes coulaient sur son visage désormais vide de toute émotion, il finit par murmurer.

- Pardon Vincent… Pardon.


Car à cet instant. Il comprit le poids lourd que son cadet avait porté durant toutes ces années pour lui cacher ça. Et l’empêcher ainsi d’être dans son état actuel…

[Bon.. ahem. Mp si ça va pas ?]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty9th Novembre 2012, 00:17

Dehors, il lui sembla qu’un oiseau passait. En fait, il en était sur. Le bruissement de ses ailes avait rompu le silence mortuaire de la pièce, et sa silhouette, déformée par les fenêtres stylisées du manoir, s’était étalée le long des murs, avant de s’estomper, puis de disparaître. Le vent devait s’être mis à souffler, aussi, à en juger par les feuilles qui virevoltaient au dehors. Vincent secoua doucement la tête. Tout venait de s’écrouler. Ce joli tissu de mensonge qu’il avait eu temps de mal à tisser venait de tomber en ruine, soufflé comme un château de cartes. Pourtant, dehors, le vent soufflait toujours. Les oiseaux volaient encore, le soleil n’avait pas cessé de briller. La vie reprenait ce cours qu’elle n’avait, au fond, jamais quitté. Elle ne l’attendrait pas. Ni lui, ni Gil. N’attendrait pas qu’ils se relèvent, qu’ils passent outre la tempête, qu’ils se reconstruisent petit à petit. Le temps filait toujours, indifférent aux troubles qui les agitaient, et sur le cadran de l’horloge qui leur faisait face, les secondes s’égrenaient toujours. Lui rappelant qu’à l’instar de l’animal qu’il avait aperçu, les hommes n’étaient que de simples oiseaux de passage.

- V-Vincent, commença Gil. … Me laisse pas.

Brusquement tiré de ses pensées, Vincent sursauta.
Un ordre ? Même pas. Plutôt un souhait, une supplication à peine murmurée. Et pourtant, tout dans la voix de Gil trahissait l’urgence, la peur, l’incompréhension. Tous ces sentiments qu’il avait voulu éviter à son frère, aujourd’hui, le laissaient de marbre. Il était là, mais il était ailleurs. Il regardait Gil, mais ne le voyait pas. Le sang coulait toujours de son bras, mais ce n’était plus le sien. Dans son esprit affluaient des questions sans réponses, des réponses à des questions qu’il ne voulait pas se poser. Et si, et si, et si. Et s’il s’était tu, se contentant de mentir comme il le faisait d’habitude. Et s’il avait simplement tourné les talons, prenant de court Gil et ses questions. Et s’il se faisait un plaisir d’étriper celui qui lui avait confié cette mission la prochaine fois qu’il le verrait ?

Une main se tendit. Une voix se brisa. Vincent regarda cette main offerte, comme si elle lui était étrangère. Incapable d’esquisser le moindre mouvement, il vit cette même main se replier lentement, puis retomber. Cette main qu’il n’avait su saisir. Evitant le regard de son propriétaire, Vincent recula encore d’un pas. Puis deux. Il voulait fuir. Partir en courant, s’éloigner, ne pas causer plus de torts que ce qu’il venait de faire. Il ne méritait pas qu’on lui tende la main. Il n’était pas à la hauteur de tenir la main de qui que ce soit. C’est ce qu’il aurait voulu dire à Gil, en cet instant précis. Gil qui se tenait la tête entre les mains, visiblement en proie à d’autres visions. « Je ne peux plus continuer. Je ne peux plus. » Mais Gil avait besoin de lui. Gil avait besoin de son frère. Il ne pouvait pas faillir à sa tâche, et qu’importe le reste.

Alors, reprenant ses esprits, Vincent esquissa un sourire infiniment triste, délogeant de son esprit toutes les pensées parasites et mauvaises qui l’agitaient. Et, s’agenouillant doucement, il posa sa main sur celle de Gil, tout en cherchant son regard des yeux. Cherchant à attirer l’attention de celui-ci sur leurs doigts entrelacés, lui signifiant bien qu’il était toujours là. Qu’il ne l’abandonnait pas, et ne l’abandonnerait jamais. Parce que, songea-t-il, c’est là mon rôle. En attendant de trouver un remède à mon existence, je la vouerai à te protéger. Parce que c’est là le seul moyen que j’ai trouvé pour expier de mes fautes. Pardonne-moi, Gil, pardonne-moi d’y avoir failli, ne serait-ce qu’un instant. Qu’importe que je puisse le supporter, qu’importe que je ne puisse plus. Je refuse de me laisser le choix.

- Qui sommes-nous … mon frère … ?

Et en dépit de toute sa lassitude, en dépit de son courage qui, malgré lui, prenait la tangente, Vincent leva les yeux vers le visage de Gil. Ravagé par les larmes. Par les larmes qu’il avait lui-même fait couler. La culpabilité lui retomba d’un coup sur les épaules, à la manière d’un couperet. Comment avait-il pu lui cracher toute la vérité au visage, afin de soulager sa propre conscience ? Comment avait-il pu lui faire mal à ce point ?

- Gil. Écoute-moi, Gil, commença-t-il. Tout ce que je t’ai dit, tous ces souvenirs … Je ne veux pas qu’ils te rendent triste. Ce que tu viens d’apprendre pourrait te changer, poursuivit-il, sa voix se brisant. Mais moi … Je ne veux pas que tu changes. C’est égoïste, mais je veux que tu restes Gil.

Ce qu’il racontait n’avait pas de sens. Qu’est-ce qu’il foutait au juste ? Est-ce qu’il était vraiment en train de demander à Gil de passer outre le fait qu’il ait été le successeur de Glen Baskerville, un des éléments clés de la tragédie de Sablier, simplement pour son petit confort à lui, Vincent ?
C’était pourtant l’une des raisons qui l’avaient poussé à se taire, pendant toutes ces années. Il voulait que Gil reste Gil, cette tête de mule résolument fidèle à celui qu’il croyait être Oz Bezarius, qui se méfiait de lui, Vincent, et passait plus de temps avec ce maudit Chapelier qu’avec son propre frère.
Parce qu’il savait pertinemment que connaître la vérité conduirait Gil à s’accabler de reproche, à s’effondrer sous le poids de la culpabilité, et à faire n’importe quoi. Et qu’il voulait à tout prix éviter ça.

- Rien de tout ça n’est de ta faute. L’idée que tu te sentes coupable me rend malade, lui avoua-t-il, dardant son regard vers son aîné. Alors … On va rentrer. Et tu retourneras avec Oz, ton maître, tu sais, ce blondinet que je trouve agaçant à en crever ? Et … Et, et ….

Il fut incapable de poursuivre. Et quoi ? Et on fera comme si rien n’était arrivé ? Et la vie reprendra son cours ? Sa naïveté le surprit lui-même, au point qu’il laissa échapper un petit rire amer. Qu’est-ce qu’il espérait, au juste ?

- Et tu sais quoi ? La vérité, c’est que j’ai peur de te perdre, lâcha-t-il enfin. La vérité, c’est que même en feignant l’indifférence, je ne pourrais pas supporter de te regarder changer, de te voir t’effondrer comme c’est le cas en ce moment. A cause de moi. A cause de ce que je t’ai dit.

Et pour la première fois depuis longtemps, Vincent se mit à pleurer. Oh, pas à chaudes larmes, non plus. Mais assez pour qu’il ait besoin de s’essuyer les joues d’un revers de main. Intérieurement, il se maudissait. Il ne voulait pas que Gil le voit dans cet état, il ne voulait pas que celui-ci ne le prenne en pitié. Personne ne devait avoir pitié de lui, et surtout pas son frère. Il ne voulait pas …

- Pardon, Vincent, reprit Gil, coupant court à ses pensées. Pardon.

Voila précisément ce qu’il ne voulait pas. Dieu seul savait ce qu’il passait par la tête de Gil, ce dont il pouvait bien s’accabler. Mais Vincent refusait qu’il ne se sente coupable à cause de lui. Il en était hors de question. Dans l’histoire, il était le méchant. Celui qui mentait, celui qui protégeait le passé à tout prix. Celui qui devait être haï si besoin est. Mais certainement pas celui que l’on pleurait, que l’on plaignait. Il ne pouvait pas de nouveau peser sur les épaules de Gil, comme c’avait été le cas cent ans auparavant. Alors, rassemblant le peu de conviction qu’il lui restait, il esquissa un sourire, et prit le visage de Gil entre ses mains.

- Ahlala, Gil, tu sais que je déteste te donner des ordres, soupira-t-il, faisant mine d’être contrarié. Mais là, je suis catégorique. Je t’interdis de t’en vouloir pour quoi que ce soit. C’est plutôt moi, reprit-il, qui devrait m’excuser pour m’être laissé aller de la sorte, acheva-t-il, faisant référence aux quelques larmes qu’il avait versé quelques minutes plus tôt.

Il avait dit ça sur un ton léger, mais le regard qu’il adressa à Gil était sans équivoque. Vincent était on ne peut plus sérieux. Le message était clair. J’ai fini de m’apitoyer sur mon propre sort, j’ai pleuré un peu, maintenant, ça va mieux, on oublie ça et on remet la prochaine crise dans cent ans, pas avant. Des objections ? Non ? Tant mieux. Vincent faillit rire tant il se trouvait ridicule, mais se retint. Il ne devait déjà pas avoir l’air tranquille, pas question que Gil ne commence à se poser des questions sur son intégrité mentale. Alors, il se releva, puis, toujours en souriant, il tendit la main à Gil.

- Tu veux bien accepter mon aide, pour une fois ? demanda-t-il d’un ton léger, petite référence à toutes les fois où Gil l’avait gentiment –ou presque- rembarré, prétextant qu’il en avait marre de sa condescendance et qu’il prouvait se débrouiller tout seul.

Mais c’était différent. A cette époque-là, Vincent avait le monde contre lui. Maintenant, ils étaient réunis, tout les deux. Seuls contre tous peut-être, mais ensemble. Et c’était tout ce qui comptait.

{Je me disais récemment que je battais des records niveau réponses guimauves / profondément ennuyeuses, ces derniers temps. Je confirme mes impressions. y__y. Et promis, la prochaine fois, je ferais moins long et plus constructif, uhu. Désolée, en plus, trois semaines pour répondre ça, c’est vraiment la honte. –part s’exiler loin, très loin- }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty25th Novembre 2012, 06:15

Ils étaient venus pour quoi déjà ? Ah oui, Gilbert l’avait même totalement oublié. Son esprit était ailleurs, son esprit n’était plus dans ce corps-là par terre. Comment coincé en lui-même, notre homme ne semblait pas s’en sortir, comme si la réalité était trop dure, cette réalité qui était encore terriblement incertaine. Trop de choses lui avaient été dites d’un coup et pourtant ce n’était pas encore assez pour que le brun comprenne tout. Ce passé semblait si compliqué, bien trop compliqué à comprendre pour que lui seul arrive à adhérer à tout ceci. Dieu seul sait dans quelle tourmente il se serait plongé si la chaleur des mains de son frère sur les siennes ne l’avait pas soudainement réveillé. Lui rappelant alors qu’il était encore là, en train de pleurer lamentablement par terre. Reprenant son souffle soudainement, il reprit ses esprits lorsque son cœur se faisait de nouveau entendre dans sa tête. Fixant leurs mains encore posés sur le sol, il ne savait quoi faire et encore moins quoi dire. Quel spectacle lamentable non ? Bien qu’un bon nombre de personnes trouveraient cette scène fort étrange de la part de ses deux hommes. Ni l’un ni l’autre ne semblait rassuré au final, Vincent semblait effrayé des changements dans le comportement de son ainé suite à ses révélations. Mais.. quels changements ? Encore trop perturber pour le comprendre, Gilbert se garda bien de remuer le couteau dans la plaie et de poser la question. Mais plus perturbant encore dans tout ceci, se fut lorsqu’il entendit légèrement son cadet pleurer, de sa part c’était.. plus que surprenant. N’osant pas relever le visage, notre brun crispa d’avantage ses mains sur le sol. Quel idiot, voilà qu’il reprenait tout sur lui, n’était-ce pas lui l’ainé ? Et voilà qu’il faisait pleurer son frère. Mais à cet instant il était trop perdu et lâche pour affronter quoi que ce soit. La réflexion est dure…

Finalement, son visage se retrouva levé de force vers son cadet. Comme quoi il fallait passer au-dessus de tout ça en gros. C’est vrai quoi ? C’est loin tout ça et.. ils avaient maintenant un avenir devant eux non ? C’est du moins ce que notre homme voudrait bien penser, en tout cas il ferait semblant d’y croire pour son entourage. Passant sa manche sur son visage pour essuyer ses yeux rougis par les larmes. Il fallait se reprendre ! Soufflant un coup il leva la tête vers Vincent qui lui tendait la main. Faisant au passage une remarque « amusante » sur le fait qu’il refusait toujours son aide. Cela aurait pu être amusant dans une autre situation, mais cela eut pour effet de mettre une nouvelle claque à notre homme. Oui. Vincent avait tout prit pour lui. Vincent s’était tût. Vincent avait pris son rôle d’ainé pendant toutes ses années sans le savoir. Maintenant il en était persuadé ces brefs souvenirs ne pouvaient le duper. Affichant un sourire forcé, il soupira, prenant finalement cette main qui lui était tendu. Une fois debout, il se reprit.

- Ah… Je crois que je me suis laissé aller pour rien Vinc’. Désolé !

Comment tenter de rassurer pour vite changer de sujet hein ? C’était le mieux à faire non ? Inutile de continuer sur cette lancée. D’ailleurs, Vincent n’était-il pas blessé ? Posant son regard sur son épaule, il soupira une nouvelle fois. Faisant mine de grogner après lui. Sans lui poser de question, il retira son foulard qu’il portait souvent autour du cou. Ouvrant la veste de son frère pour la tirer suffisamment pour avoir directement la plaie encore en train de saigner doucement. Il s’arrêta un instant pour la regarder. Dire qu’il était en train de se lamenter sur son pauvre petit sort à cause d’un mémoire plus que défaillante et un passé un certain, alors que lui tentait de le rassurer même blessé. Lui retirant la manche de son manteau juste assez pour pouvoir serrer le bandage, il recula légèrement pour regarder son œuvre en quelque sorte.

- Bon, ce n’est pas super, mais on va dire que ça peut tenir jusqu’à ce qu’on rentre, faudrait juste pas que ça s’infecte.

Et puis quoi ? Ah mais ! Ils étaient venus pour une mission à la base ! Bon sang et dire que c’était totalement sortit de sa tête, pour le coup il était totalement ailleurs. Mais des enfants les attendaient peut-être cachés quelques part dans ce manoir. Maintenant que les atouts n’étaient plus. Bon moyen pour attirer l’attention de son frangin sur un autre sujet, pas besoin de s’étaler sur le mal être qu’il tentait tant bien que mal de cacher sur son visage. Passant d’un visage souriant, bien que faussement souriant à une expression soucieuse… Tentant également de reprendre sa voix qui partaient un peu en cacahuète à cause des émotions de tout à l’heure il finit par dire.

- On n’est pas venu pour une balade… Les enfants. Il faut faire le tour des lieux pour les trouver et rentrer…

C’est vrai que Pandora n’apprécierait pas vraiment de les voir rentrer bredouille, surtout pour dire quoi dans le rapport ? Mémoire ayant soudainement fait d’avantage surface ? Trop perturbé pour continuer ? Non ce n’est pas super. Lui faisant ainsi dos, il se mit alors à marcher sans grande motivation. Finalement l’oublie n’était pas si mal peut-être ? Enfin… En fait le problème était certainement ce passé étrange que les deux frangins avaient. Une vie simple c’est trop demandé ? Trop flou, trop peu précis et pourtant déjà si perturbant. Qu’arrivera-t-il le jour où toute sa mémoire refera totalement surface ? Changera-t-il vraiment comme Vincent l’avait dit ? Serait-il un tout autre homme ? Ce qu’il était aujourd’hui n’était donc qu’un mensonge basé sur son ignorance ? Trop de questions. Beaucoup trop. Il devait penser à autre chose et vite ! Allez ! Retrouvons ces enfants hein.. ?

[Parce que j'avais vraiment oublié les gamins aussi... xD J'espère que ça te va !]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty7th Janvier 2013, 03:07

Et maintenant ? Il avait tendu la main à Gil. Essuyé ses larmes d’un revers de manche. Et puis ? L’idéal aurait été qu’ils accomplissent leur mission –tiens ? il avait fini par en oublier ce pourquoi ils étaient là à la base – et qu’ils rentrent au QG, qu’ils y rédigent le rapport de circonstance et retournent chacun chez soi en se saluant d’un signe de main. Voila. On oublie rien mais on fait comme si, tu retrouves ton blondinet attitré, moi mes copains encapuchonnés. C’était la solution de facilité, ô combien plus plaisante. Mais à bien y réfléchir, Vincent n’était plus sûr de vouloir vivre dans le mensonge. Il avait passé les cent dernières années de sa vie à dissimuler, arranger la vérité à sa convenance. Certes, maintenant qu’il avait tout dit, il ne mentait plus, concrètement. Mis à part au sujet de Glen Baskerville et du fait que Gil avait été prétendant au titre, si on pouvait dire, par le passé, mais quelle importance ? Aujourd’hui Leo était devenu Glen et Gil était loin d’être le candidat idéal pour la prochaine fois. Inutile de retourner le couteau dans la plaie avec ce genre de révélations.
Enfin bref. En théorie, ils avaient mis les choses à plat et notre jeune Nightray n’avait plus rien à se reprocher. – par rapport à son frère, du moins. On ne pouvait effectivement pas en dire autant à propos du reste, mais là n’était pas le sujet. - . Pourtant, s’ils faisaient comme si rien ne s’était passé, n’était-ce pas le début d’un nouveau – et sans doute douloureux - mensonge ? Vincent aurait voulu entendre ce que Gil pensait de tout ça, pas seulement ses excuses – comme s’il était responsable de quoi que ce soit – et son réconfort. Mais jetant un coup d’œil à son aîné toujours à terre, il décida qu’il ne fallait peut-être pas trop en demander, pour aujourd’hui. Gil avait eu sa dose d’émotions. Ils reparleraient de tout ça plus tard, quand tous deux auraient eu le temps d’y réfléchir. Pour l’instant, faire comme si de rien n’était, c’était bien plus simple et, avouons le, autrement plus confortable.

- Ah… Je crois que je me suis laissé aller pour rien Vinc’. Désolé !

Un autre jour, dans un autre endroit, Vincent aurait ri en entendant ça. C’était typique de son frère, de s’excuser comme ça et de tout minimiser. Comme s’ils n’étaient pas encore lamentablement affalés par terre à sangloter comme des enfants quelques minutes auparavant. Il avait presque envie de lui ébouriffer les cheveux en lui disant qu’il reconnaissait bien là son frère, mais se retint. Il adressa néanmoins à Gil un remerciement muet, essayant de ne rien laisser paraître de son soulagement. Il le remerciait de l’avoir écouté, même s’il ne lui avait guère laissé le choix. De ne pas l’avoir blâmé, lui Vincent, alors qu’il méritait toutes les insultes que Gil aurait pu lui cracher à la figure. De faire comme si de rien n’était pour l’instant, par que l’air de rien, lui aussi avait été pas mal éprouvé par la conversation. Et d’être toujours à ses côtés, de prendre sa main comme il venait de le faire. Gil n’avait pas idée de tout ce que ça représentait pour lui, cette main tendue. Comme un accord tacite entre eux, comme s’il lui signifiait qu’il voulait bien continuer d’avancer avec lui, à ses côtés, quelque soit la direction qu’ils prendraient tous les deux.

Une douleur aigue au bras le tira de ses considérations philosophiques d’une simple poignée de main, et il réalisa que Gil s’appliquait à panser sa plaie en grommelant des excuses quand au bandage –excuses qui n’avaient pas lieu d’être quand on sacrifiait un foulard pour une misérable blessure- , plaie qu’il avait complètement occultée de son esprit mais qui saignait encore pas mal, quand on pensait qu’il s’était blessé il y a … Il y a quoi, d’ailleurs ? Il avait complètement perdu la notion du temps, mais un simple coup d’œil aux alentours l’informa qu’il devait être une heure plutôt avancée dans l’après-midi : le soleil brillait haut dans le ciel et tapait sur les quelques vitres qui subsistaient encore aux fenêtres du manoir. Sachant qu’ils étaient arrivés ici à l’aube, ça devait faire un petit moment qu’ils traînaient en se lamentant sur leur sort. Et au même moment, Gil sembla en venir à la même conclusion.

- On n’est pas venu pour une balade… Les enfants. Il faut faire le tour des lieux pour les trouver et rentrer …

Merde. Vincent avait beau s’être désintéressé au maximum de Pandora, il possédait quand même quelques bases quand à la conduite à adopter en mission au sein de l’organisation. Les premières heures suivant la disparition d’un individu sont cruciales. Sachant qu’entre la disparition des enfants et le moment où celle-ci avait été signalée à Pandora, il avait déjà du s’en passer quelques unes, d’heures, et que le lieu avait visiblement été envahi par des Chains relativement hostiles avant même leur arrivée à tous les deux …

- … Il est très peu probable qu’ils soient encore en vie, souffla-t-il, achevant à voix basse ce qu’il redoutait dans sa tête. Gil, je pars par là, lança-t-il en indiquant une vague direction vers la droite.

Vincent ne savait pas trop ce qui lui prenait. D’ordinaire, il se serait contenté d’un vague « Laisse tomber, ils sont sans doute morts depuis un bon moment », le tout avec un grand sourire aux lèvres, avant de tourner les talons, de faire tranquillement son rapport puis d’aller goûter à la charmante compagnie d’une de ses amies encapuchonnées. Pourtant, il était vraiment en train de courir « par-là », de courir à en perdre haleine, comme s’il se préoccupait de l’avenir de ces gosses. Il commençait à se demander ce qui se passait dans sa tête ces derniers temps quand il songea que se mettre à la recherche des gamins lui permettait d’oublier momentanément sa conversation avec Gil. Du coup, il cessa de se poser des questions sur ses motivations et se contenta de courir, tout en inspectant le manoir.

Si les doutes avaient quelque peu reflué de son esprit, ils reprenaient leurs droits au fur et à mesure que Vincent traversait le couloir. Les choses pouvaient-elles vraiment s’arranger ? Pouvaient-ils vraiment prétendre que rien n’était arrivé jusqu’au jour où ils trouveraient le courage de parler des évènements d’il y a cent ans ? Et puis même, en parler à tête reposée changerait-il réellement quelque chose ? Vincent n’avait ni les réponses, ni l’envie d’en trouver.
Plus qu’une pièce après celle-ci et j’aurai inspecté tout le couloir.

Qu’est-ce qu’ils allaient faire en rentrant, au juste ? Se dire au revoir et à la prochaine, continuer de se traiter avec cette même politesse feinte, cette même froideur, pour donner le change au reste du monde ? Rattraper le temps qu’ils avaient perdu tous les deux en se comportant enfin comme deux frères l’un envers l’autre ? Ou la conséquence de tous ces non-dits serait-elle une rupture définitive entre eux ? Gil allait-il tourner les talons, après avoir considéré les choses sous toutes les coutures possibles ? Considèrerait-il ses mensonges comme une trahison ?
S’ils ne sont pas dans la pièce du fond, alors ils sont du côté de Gil.

Y penser maintenant ne servait à rien. Tout était entre les mains de Gil maintenant, alors pourquoi se torturait-il l’esprit en vain, à chercher des réponses qu’il n’était pas en mesure d’obtenir ? Il ferait mieux de se concentrer sur la mission. Il devrait en faire plus souvent, d’ailleurs, des missions, au lieu de se vautrer dans sa flemme au manoir Nightray. Ou au moins rendre service aux Baskervilles, daigner les accompagner quand ils le lui proposaient, au lieu de toujours décliner parce qu’il avait « mieux à faire » alors qu’il n’avait, justement, rien de mieux à faire. Il devrait passer plus de temps avec Gil, aussi, si on partait du principe que celui-ci lui pardonne un jour. Oui, ça, c’était une bonne idée. Passer plus de temps avec Gil, et puis …
Rien de particulier ici non plus. A moins que …

Ces traces sur la vitre, c’était du sang ? Ces bouts de verre par terre, ils y sont depuis longtemps ?
Lentement, Vincent s’approcha, retardant le moment où il découvrirait ce qu’il savait déjà. Il s’agenouilla et entreprit de ramasser les débris un par un, prenant garde à ne pas se couper. Lorsqu’il ramassa le dernier, le bout de son gant se teinta de rouge, d’un rouge de plus en plus foncé, jusqu’à virer quasiment au noir. Alors il leva la tête vers la fenêtre, se releva et s’accouda à l’ouverture, admirant le panorama qui s’offrait à lui. Réveil, illuminée par le soleil, au loin, les arbres qui bruissaient doucement sous le vent. Les champs en fleurs, les vols d’oiseaux, la rivière qui serpentait un peu plus loin. Ces deux petits cadavres qui, bien que se trouvant une dizaine de mètres en contrebas, se détachaient de l’herbe sur laquelle ils reposaient paisiblement.
Ils auront sauté pour échapper aux Chains, sans doute.

- Gil, appela-t-il. Gil, répéta-t-il d’une voix plus forte, pour s’assurer que son aîné l’entende, viens voir. Je crois que je les ai trouvés.

Les premières heures suivant la disparition d’un individu sont cruciales. Vincent pensa, l’espace d’un instant, à la famille de ces deux gosses, à l’air grave que prendrait le membre de Pandora qui écoperait du sale boulot de leur annoncer la nouvelle. Leurs vies ne seront plus jamais pareilles, hein ? Qu’est-ce que ça doit être de perdre son enfant, de le voir mourir quand soi-même on reste en vie. Il haussa les épaules et alluma une cigarette. Chacun son lot de problèmes. Quand on a des gamins, on les surveille. On ne les laisse pas jouer les aventuriers dans un manoir à l’abandon depuis dix ans. On ne les laisse pas seuls face au danger, à explorer une bâtisse qui tombe en ruine.
On ne les abandonne pas sous prétexte que l’un a un iris écarlate, et que l’autre a eu le malheur de naître de la même mère que lui.

Il tira une autre bouffée sur sa cigarette, et laissa tomber la cendre en contrebas, là où traînaient toujours les cadavres, sans doute encore chauds, des deux gosses disparus. Ils allaient se faire passer un savon. Invasion de Chains ou non, on allait forcément leur demander des comptes pour avoir mis tant de temps à retrouver les gamins, que ce soit morts ou vifs. Vincent laissa tomber son mégot, qu’il écrasa d’un coup de talon. A vrai dire, il s’en foutait. Les retombées quand à leur place dans l’organisation ne l’importait pas vraiment. Pour être honnête, il n’avait qu’une seule pensée en tête, à ce moment précis.
Dis, Gil. Les choses peuvent-elles vraiment s’arranger, entre nous ?


{... Tant d'émotion au moment de poster ce message. Désolée pour l'attente tout ça comme je disais sur skype ;w; . & désolée si le post est un peu confus, je m'y suis remise autant que j'ai pu. XD -je le trouvais cool hier soir mais ... je devais être fatiguée. /out-}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com
Gilbert Nightray


Féminin Messages : 1151
Age : 25
Personnages préférés : Gilbert ! Glen and Elliot.~
Double comptes : Curtis Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Gilbert Nightray
Nom du Chain : Raven
Groupes: Famille Nightray/ Membre de Pandora


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty10th Février 2013, 04:38

Il était épuisé. Plus mentalement que physiquement d’ailleurs, mais au final cela revenait au même. Notre brun n’avait qu’une envie, rentrer, se laisser aller sur le lit et oublier. Enfin non, impossible pour lui d’oublier tout ce qui avait été dit. Impossible d’oublier le ressentit qu’il avait eu lorsque son cadet avait énoncé vouloir effacer son existence de sa vie, cette claque foudroyante qui le secouait encore. Non, en fait il n’était plus temps de fuir. Son passé le rattrapait de plus en plus et il n’y pouvait rien. Il espérait juste à ce moment même être assez fort pouvoir l’affronter. Si possible sans être seul. Il avait besoin de son entourage plus que tout et même s’il ne cessait de le nier, Vincent en faisait indéniablement partit. La conversation n’était pas encore tout à fait simple entre les deux frères, mais au moins cette sortie avait eu le mérite de prouver qu’ils tenaient l’un à l’autre sincèrement. Et qu’il était fortement déconseiller de faire du mal à l’un au risque de s’attirer les foudres du deuxième. Bref, reprenant son souffle comme il put, son cœur se remit à battre correctement dans sa poitrine meurtris. Regardant son frère partir de son côté, il ne pensait même pas aux enfants sur le coup c’était étrange non ? Seul ce lien qui semblait l’unir à Vincent le préoccupait. Secouant vivement la tête, Gilbert tenta de remettre rapidement ses idées en place. Il n’était plus le temps de douter, il tenait à son cadet et puis c’est tout. Il finirait bien par comprendre l’ampleur de l’histoire.. un jour certainement. Se détournant, il se mit alors en quête des enfants de son côté. C’est vrai tiens ? Ces derniers étaient-ils encore vivant.. ?

Marchant sur le coup d’une lenteur étrange, l’état mental de l’homme se montrait clairement dans sa façon d’agir. Il n’était pas à ce qu’il faisait. Ce passé, tant de mystère l’entoure. Beaucoup trop de mystère pour un esprit meurtris et embrumé comme le sien. Il comptait bien sur l’appui de son frère de son meilleur ami pour surmonter cette vague de terreur et de douleur qui l’envahissait à chaque fois qu’il avait un flash. Ces derniers se faisaient de plus en plus insistants d’ailleurs. Il soupira. Bon sang, le destin semblait être contre lui, mais hors de question pour notre jeune homme de se laisser abattre. Il avait un but, une raison de vivre. Il ferait donc tout son possible pour continuer à protéger cette lumière qui lui avait éclairé un avenir dans les ténèbres. Mettant de côté tous ses soucis passagers, comme il en a tant. La voix de son frère le ramena sur terre. Le jeune blond l’interpellait en effet dans une autre partie du manoir. Accélérant alors le pas, il ne tarda pas à le rejoindre dans une petite salle en bien mauvais état. Un peu comme tout le manoir d’ailleurs. Dire qu’il était si magnifique il y a cent ans. Et pourtant il le détestait. Tout le monde sait pourquoi d’ailleurs… S’approchant de la fenêtre à laquelle le blond était appuyé, Gilbert se pencha alors légèrement. Découvrant ainsi la triste et macabre scène. Les fameux enfants en contre bas, visiblement sans vie. S’écraser au sol en voulant fuir triste destin, mais les deux membres de Pandora étaient certainement arrivé bien trop tard à l’origine. On ne pouvait donc les tenir responsable de leur mort non ? Posant sa main sur l’épaule non blessé de son frère, il lui parla alors.

- Je vais descendre voir si je peux estimer l’heure de leur mort. Nous n’avons plus rien à faire ici…

Sa voix était sérieuse, comme s’il désirait se concentrer uniquement sur son travail comme il savait si bien le faire. Et pourtant, une certaine tristesse et incertitude dans ses mots montraient le mal qu’il avait à mettre de côté son ressentit. Posant que brièvement son regard sur lui, il lui fit un léger sourire qui signifiait en gros qu’il le rejoignait en bas quoi. Mais sans dire mot, Gilbert retrouva les cadavres. Chose qu’il n’aimait pas spécialement faire, il retourna les corps pour les examiner brièvement. Ils étaient déjà bien froid, ne pouvant pas une mort récente vu la température externe qui était plutôt bonne. Elle devait remonter à quelques heures probablement. Soit bien avant qu’ils ne se fassent attaquer. Ils avaient été envoyé trop tard un point c’est tout, au moins le brun n’allait pas avoir la mort d’enfants sur la conscience. Une fois debout, il leva bien rapidement les yeux, inutile de contempler une plombe ce genre de scène. Se détournant, Gilbert fouilla dans la poche de son manteau pour en sortir une cigarette. Mettant cette dernière à ses lèvres, il s’arrêta net tandis qu’il cherchait de quoi l’allumer. Comme si quelque chose le bloquer, le jeune homme reprit la dite clope entre ses mains pour la fixer, donnant l’impression que quelque chose clochait chez cette dernière. Fixant l’endroit où son frère devrait arriver d’une minute à l’autre, il finit par remettre le rouleau de tabac dans sa poche d’origine. Non. Il ne fumerait pas. A quoi bon tenter de se détendre, il assumait c’est tout. Si cela le stressait et bien soit. Attendant en fixant le chemin qui menait à la sortie du manoir, il est presque étrange de le voir attendre ainsi son frère pour rentrer. Lui qui se serait habituellement empressé de rentrer rejoindre Oz en laissant son pot de colle de frangin sur place une fois le travail terminé. Mais non, il n’avait pas à fuir c’est tout. Entendant alors des bruits de pas, il lâcha.

- La mort remonte à quelques heures. Nous étions déjà arrivés trop tard à l’origine.
Il marqua un instant de pause. On peut rentrer… Mon frère.

Jamais encore il ne l’avait réellement appelé ainsi. C’était toujours Vincent ou encore Vinc’. Pourquoi maintenant ? Les regrets, la culpabilité tant de choses jouaient sur son esprit. Mais il était certain de tenir à lui d’une façon ou d’une autre. Etait-ce un moyen de lui prouver un peu à sa façon ? De lui faire retirer sa stupide idée de s’effacer de sa vie ? Peut-être. N’en demandez pas trop à notre homme s’il vous plaît. Sans le regarder, comme s’il était honteux, son regard n’affichait vraiment aucune rancune à son égard. Il était temps de rentrer et de se reposer, pour les deux. Les mains dans les poches il prit la direction du chemin du retour, marchant cette aux côtés de son cadet sans y être forcé… Un jour, ils pourront de nouveau être comme ces deux enfants qu’on peut apercevoir courir dans le manoir des Baskerville, un jour.

[Et voilà ! Je termine enfin notre Rp. Je te laisse le conclure du côté de Vincent et ce sera bon !]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilou10
Spoiler:
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Gilll10Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] 110529015930850253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-times.forums-actifs.com/
Blondie


Féminin Messages : 402
Age : 22
Personnages préférés : Rufus & Vincent

Feuille de personnage
Nom & prénom:
Nom du Chain :
Groupes:


Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty18th Février 2013, 23:57

- Je vais descendre voir si je peux estimer l’heure de leur mort. Nous n’avons plus rien à faire ici, avait dit Gil.

La tête ailleurs, Vincent avait acquiescé. Gil avait tourné les talons. Et maintenant, il était seul.
Alors, il nota que la pièce avait l’air plus sombre. Le couloir qu’il avait remonté quelques minutes plus tôt semblait encore plus sinistre, les meubles encore plus poussiéreux, et l’endroit en général encore plus délabré. Du coup, il avait encore plus envie de rentrer chez lui. Une envie viscérale de se réfugier dans un endroit familier, chaleureux, qui lui rappelait de bons souvenirs et dans lequel il se sentirait bien. Sa chambre chez les Nightray, par exemple. Enfin, s’il pouvait considérer le manoir des Nightray comme un « chez-soi ». Il eut une pensée pour ses couloirs austères, ses domestiques apathiques, son foutu propriétaire, et secoua la tête. Non, ce n’était définitivement pas pour un endroit aussi déplaisant qu’il avait envie de quitter celui où il se trouvait présentement. Vincent en vint alors à se demander s’il existait seulement un endroit où il avait envie de se trouver. Le manoir de sa famille adoptive, certainement pas. Penser à Fred, Ernest, Claude, Vanessa et toutes ces autres personnes détestables qui les avaient méprisés, lui et Gil, ou qui les méprisait toujours, lui donnait envie de vomir. Celui des Baskerville, pas franchement non plus. Revoir Glen et Jack à chaque tournant de couloir, repenser aux jours heureux qu’il y avait passé avec Gil et qui faisaient désormais partie d’une autre vie, très peu pour lui. Qu’est-ce qu’il restait, le QG de Pandora ? Quelle bonne blague. Il n’y mettait déjà pas un pied d’habitude, ce n’était certainement pas aujourd’hui qu’il allait faire exception.

Du coup, Vincent se demanda s’il n’y avait pas plutôt quelqu’un qu’il aurait envie de voir. Quelqu’un de joyeux, qui pourrait lui donner le sourire, ou au moins dont la présence l’apaiserait. Ce que d’aucuns appellent généralement un meilleur ami, par exemple. Même ce sale clown de Break en avait un, ce n’était pas peu dire. Un visage familier, donc. Comme Echo. A ceci près qu’Echo n’était ni sympathique, ni apaisante. Elle était là, c’est tout. Elle parlait quand il posait une question, se taisait le reste du temps et ne devait pas l’apprécier outre mesure. Qui d’autre ? Ada, sa soi-disant petite amie ? La voir ne ferait que raviver toute la haine qu’il lui vouait, à elle, gosse de riche pourrie gâtée et à sa petite vie bien menée, sans la moindre difficulté. Pour l’apaisement, on repassera. Il restait bien Lottie et sa bande, mais Lottie ne pensait qu’à son cher Glen et le reste des Baskerville toléraient sa présence à lui uniquement parce qu’elle faisait de même. Aucun d’entre eux n’irait se faire de souci pour lui, ni même lui adresser la parole pour autre chose que la recherche de l’héritier de Glen ou la destruction des sceaux. Il avait beau, en théorie, appartenir à leur famille, il avait eu le temps de prendre ses distances, en cent ans. Vincent soupira. Il ne pouvait pas leur tenir rigueur parce qu’il ne lui vouait aucune affection particulière : la vérité était qu’il ne les appréciait pas outre mesure non plus. Bref. Il avait fait le tour des quelques personnes vers lesquelles il lui aurait été possible de se tourner.
Il esquissa un sourire triste : il était encore moins entouré que ce qu’il ne le pensait. Non pas qu’il se souciait d’être apprécié ou non, bien au contraire. Mais en dépit de tout, il n’était rien de plus qu’un homme et aurait bien eu besoin d’une épaule sur laquelle s’appuyer, lui aussi. Mais il n’avait ni meilleur ami fidèle, ni maître adoré, ni serviteur dévoué. S’il y avait un constat à tirer de ces tristes réflexions, c’est qu’il n’avait personne. Personne, en dehors de Gil. Il ne s’en plaignait pas, bien au contraire. Gil valait tous les meilleurs amis au monde, et il n’avait aucun doute là-dessus. Mais Gil n’était pas là. Oh, il n'était pas parti bien loin, mais ça suffisait pour inquiéter Vincent. Qu’est-ce qui se passerait, si Gil le laissait tomber un jour ? S’il tournait les talons, mais ne revenait plus ? Alors il n’aurait personne.

C’était peut-être – sans doute, même – pour ça qu’il tenait tant à lui. Non pas seulement parce qu’il se sentait responsable de tous les malheurs qui l’avaient accablé, mais aussi parce qu’il était son frère, et qu’il avait besoin de lui. Que le seul endroit où il avait envie d’être était à ses côtés. Vincent se souvint alors que ledit frère l’attendait avec deux cadavres tous chauds sur les bras, et décida de remettre à plus tard toutes ces considérations philosophiques. Il retrouva donc Gil en contrebas, qui, nota-t-il avec étonnement, semblait un peu soulagé.

- La mort remonte à quelques heures, déclara Gil. Nous étions déjà arrivés trop tard à l’origine.

Vincent ne put s’empêcher de sourire. Evidemment que Gil était soulagé : s’ils s’avéraient que les cadavres étaient encore chauds, c’aurait voulu dire qu’ils étaient arrivés à temps, mais que leurs petites effusions avaient coûté la vie à deux gosses en bas âge. Il y avait fort à parier que, le cas échéant, Gil se serait accablé de tous les reproches possibles pour avoir failli à sa tâche. Bref, même s’il était regrettable –pas de son point de vue, mais il était vrai qu’il n’était pas vraiment familier avec la compassion- que les gamins aient trouvé la mort, ils pouvaient se réjouir qu'ils l'aient trouvée sans eux.

- On peut rentrer… Mon frère, acheva Gil.
- J’imagine que oui, répondit-il dans un sourire. Allons-y.

Et, ce disant, il se dirigea vers l’entrée du manoir, où un fiacre envoyé par Pandora les attendrait sûrement. Le trajet se fit en silence, de même que le retour au QG, chacun perdu dans ses pensées, jetant de temps en temps un coup d’œil à l’autre. Il leur restait tellement de choses à se dire, à s’avouer. Mais à chaque jour suffit sa peine, comme on dit. Et ils avaient eu suffisamment d’émotions pour aujourd’hui. Alors Vincent laissa son regard s’égarer sur le paysage au dehors et, pour la première fois depuis longtemps, ne pensa à rien.

~~~

Il ne sortit de son mutisme que lorsque le cocher vint leur ouvrir la porte de la calèche. Il laissa Gil descendre le premier, puis sortit à son tour. Le soleil l’éblouit momentanément, et, quand ses yeux furent accoutumés à la lumière et qu’il put enfin distinguer la silhouette familière du manoir où siégeait Pandora, il fut forcé de constater qu’en dépit de tout le mépris que lui inspirait l’organisation, il était bien content d’être de retour. Loin du Manoir du Sacre, loin des mauvais souvenirs et de tout le reste. Il n’irait pas jusqu’à dire que le bâtiment devant eux représentait l’avenir qui les attendait tous les deux, mais au fond, c’était un peu ça. Le fait de se trouver là, tous les deux, après tout ce qui s’était passé dans la journée, c’était un peu la promesse de lendemains meilleurs. Alors seulement, Vincent se retourna vers son frère et lui sourit.

- On a encore beaucoup de choses à se dire, toi et moi, commença-t-il. Pas des plus agréables peut-être, d’ailleurs.

C’était le moins qu’on puisse dire. S’il avait décidé de jouer cartes sur table avec Gil à partir de maintenant, alors il lui faudrait lui révéler ses projets, qui étaient également ceux des Baskerville. Nul doute que Gil s’opposerait de nouveau à lui, et pas qu’une fois. Qu’ils se retrouveraient encore en désaccord, qu’ils prendraient peut-être –ou plutôt sans doute- des chemins opposés.

- … Mais je crois qu’on aura bien d’autres occasions pour parler de tout ça, tu ne penses pas ? lança-t-il, d’un ton plus enjoué qu’il ne l’était vraiment.

Mais ce n’était pas un adieu. Même pas un au revoir. A vrai dire, il ne s’agissait là que du début de leurs retrouvailles, selon lui. Après tout, ils s’étaient trouvés séparés pendant de longues années, et même lorsque les Nightray les avaient tous deux recueillis, il y avait toujours eu ce gouffre entre eux, qui les avait éloignés au fil du temps. Tout ne pouvait donc pas se faire en un jour : se réconcilier complètement prendrait du temps, et Vincent en était plus que conscient. Il savait aussi que rien ne serait plus jamais comme avant. Qu’ils ne seraient peut-être jamais plus les deux enfants qu’ils avaient été. Mais c’était tant mieux, parce qu’il ne voulait plus regarder le passé. Il comptait aller de l’avant, et cette journée était un début, un début prometteur.

- Ca va sans doute paraître étrange, mais c’est sans doute la meilleure journée que j’ai passé depuis longtemps, avoua-t-il.

Et, comme mu d’une impulsion soudaine, il serra Gil dans ses bras. Il aurait voulu le tenir comme ça pour toujours, ne jamais le laisser s’en aller, même s’il savait pertinemment que c’était idiot. Alors, quand il relâcha son étreinte, il lui adressa un ultime sourire, et lui lança ce qu’il considérait comme une promesse bien plus que comme une banale forme de politesse :

- A bientôt, grand frère.

[Et voilaaaa ! Ew, c’est loin d’être la meilleure conclusion de rp au monde et c’est beaucoup de texte pour pas grand-chose, désolée. '^' Tu me diras si ça te va, sinon je change :3 –il est 1h du matin au moment où j’écris ça donc j’espère que ça veut au moins dire quelque chose, uh.- Enfin voila, c’est fini. –c’est bizarre mais ça m’fait bizarre, justement, de le finir. Je l’aimais, en tout cas. *^*- En plus, c’est le premier rp que je termine, c’est marrant. –que d’émotion que d’émotiooooon- (D’ailleurs j’ai verrouillé le sujet vu que je crois que c’est ce qu’il faut faire. -& si c’est pas ça … tu peux me taper –out-.) Et puis … voila. °w° ~ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abyssnoishi.tumblr.com

Contenu sponsorisé



Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Vide
MessageSujet: Re: Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]   Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que la fraternité ne donne pas que du mauvais. [Pv: Vincent Nightray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Manoir du Sacre :: ♠ Horloge du Silence-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit