AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 La patience sera ta meilleure amie. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 20
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   9th Mai 2012, 11:01

Par une matinée qui annonçait une journée chaude et ensoleillée, une jeune fille marchait à pas lents dans les rues de la ville. Elle était habillée d’une courte jupe noire ainsi que d’un long chemisier bleu nuit avec des bottes blanches atteignant ses mi-cuisses. Sans prêter grande attention au monde qui l’entourait, elle fit passer sa main dans sa chevelure en portant un regard hautain sur un jeune homme qu’elle croisa et qui devait bien avoir son âge. Celui-ci, quelque peu étonné, passa son chemin après avoir longuement scrutée Fuyu.

Se réveiller de bonne heure était devenu une habitude chez la jeune fille qui trouvait que passer ses journées à dormir ne lui servirait à rien d’autre qu’à rater des occasions où elle pourrait trouver grand plaisir à tester ses capacités de joueuse et de manipulatrice. Le monde appartenait à ceux qui se levaient tôt, non ? Malheureusement, les rues dans lesquelles elle s’engouffrait regorgeaient de plus en plus de vie et cela réussit à l’irriter quelque peu. Trop de rire, trop d’enfants et trop de gaieté. Poussant un grognement agacé, elle fit soudainement volte-face. Elle pénétra alors un petit café et s’attabla silencieusement. Après quelques minutes à peine, la voici entrain de siroter un jus de citron. Ce n’est pas qu’elle n’aimait pas la compagnie juste qu’elle préférait encore être seule que faire de mauvaises rencontres. Et en cette journée, la chaleur donnait des maux de tête à Fuyu qui faisait de son mieux pour ignorer la douleur et ne pas geindre telle une enfant. Son regard grisâtre était vitreux, observant les passants sans trop insister, pas par manque d’audace mais surtout par manque d’amusement. Rien n’était plaisait ces derniers temps. C’est à peine si elle trouvait de quoi se divertir le soir, rencontrant quelques fois des personnes plus ou moins intéressantes. A vrai dire, elle s’était extirpée hors de son lit dans le seul et unique but de faire une rencontre. Banale, anodine ou même ennuyante, peu importait. Elle réussira d’une façon ou d’une autre à pimenter la partie et à tirer profit de la situation. Ce serait parfait si c’était un jeune homme qu’elle abordait car elle désirait réellement jouer avec ces êtres encore plus naïfs que les femmes, du point de vue de Fuyu. Néanmoins, trouver une jeune fille ou même une fillette ne lui déplairait pas. Les personnes de sexe féminin étaient plus douées pour faire sortir la jeune Akeno de ses gongs et elle convoitait cela, ces temps-ci. Ne s’étant pas énervée brusquement depuis quelques temps déjà, elle voulait se défouler. Je vous l’accorde, cette fille n’a pas une façon très « normale » de voir les choses, mais en même temps, qu’est ce que la normalité si ce n’est quelque chose d’inventé par les Humains pour mieux appliquer leurs stupides lois ? Dans une société, il est tout à fait habituel que quelqu’un se distingue des autres, que ce soit sur le point positif ou encore tout le contraire. Si ce n’était pas le cas, dîtes-vous que vivre dans ce bas monde sera chose encore plus pénible et plus difficile. Estimez-vous heureux que des personnes telles que Fuyu existent. Car une pièce de marionnettes sans marionnettistes ne vaut guère la peine d’être vue et encore moins applaudie.

Tout en continuant de boire le jus précédemment retiré d’un agrume que Fuyu aimait particulièrement, elle observa un petit garçon courir prestement entre les tables. Elle le regarda d’un air plutôt sévère et l’enfant s’arrêta un instant pour observer cette personne qui osait porter sur lui un regard si méprisant. Sa mère se hâta de la rattraper et se mit à le gronder alors que l’adolescente se releva, paya son jus et sortit sans dire un traitre mot. Finalement, elle reprit la direction du centre ville. Il y avait toujours autant de monde et l’horloge devrait bientôt sonner dix heures. Un trottoir en particulier semblait moins apprécié vu qu’il était quasiment déserté de toute présence. La raison ? Fuyu ne la chercha même pas. Elle s’y dirigea et prit place sur le banc le plus éloigné de la route. Assise, elle posa le plat de son pied droit sur le bois et cala sa joue droite contre son genou surélevé. Son pied droit foulant le sol de Réveil, elle laissa ses yeux se fermer un instant avant de les recouvrir en sentant une présence approcher. Un pressentiment lui indiqua une source de distraction proche. Oui voilà, un simple pressentiment. D’un rapide coup d’œil, elle nota que quelqu’un était bel et bien présent. Au fait, pas qu’une seule personne. Un petit groupe d’adolescents traînaient sur ce trottoir mais ce n’est pas ce qui interpela Fuyu. Sans bouger de sa position première, elle vit une silhouette s’approcher. Elle ne réussit pas à distinguer s'il agissait d'une fille ou d'un garçon. Au fond, elle s'en fichait un peu.. Autant en face tout le monde se pressait, autant les gens marchaient nonchalamment du coté où se trouvait celle qui se considérait comme étant supérieure à ce monde. Et puis, que voulait cet individu qui se tint devant elle sans l'once d'une gêne ? Sans daigner se redresser, Fuyu lança d’un air qui se voulut et qui se fit altier et dédaigneux.
– Vous cherchez quelques chose ou vous n’êtes ici que pour déranger la personne que je suis ?

Bien qu’elle puisse se montrer irrespectueuse, celle qui portait le prénom à l’équivalent d’Hiver en japonais avait des limites. Sauf que contrairement aux autres, elle ne s’interdisait pas de les franchir et s’encourager intérieurement à le faire. Allait-elle s’amuser aujourd’hui ? Pouvait-elle espérer un moment attrayant ? Ignorant la réponse de la personne lui faisant face, elle étira ses lèvres en un rictus tandis qu’elle espérait être en mesure de titiller les nerfs du malheureux inconnu ayant commis l’erreur de s'approcher un peu trop d'une jeune fille particulièrement désireuse d'un jeu perfide.


Dernière édition par Fuyu Akeno le 8th Août 2012, 05:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 54
Age : 21
Personnages préférés : Oz, Alice, Gilbert, Alyss, ...

Feuille de personnage
Nom & prénom: Tokimiya Emina
Nom du Chain : Aucun
Groupes:


MessageSujet: Re: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   17th Juillet 2012, 10:11

*Je corrige et enlève les fautes que j'ai faite demain, il ce fait tard^^'*

Le jour c'était levait, le soleil était entré dans la chambre d'Emina qui n'était pas au Lycée Lutwidge. Ce jour si commencé sont premier jour de repos après une longue semaine de cours, même très longue pars qu'elle n'était pas avec sa meilleur amie, celle si qui était partie avec ses parents en voyage d'affaire.

Emina était sortie de son lit, et, au même moment quel qu'un avait frappé à la porte, -ouvrez, avait dit Emina qui était déjà bien réveiller. C'était une des domestiques qui venait aider Emina à ce préparer, elle lui avait sortie ses vêtements de ville sachant qu'il n'y avait pas de réceptions ou réunions, et qu'elle savait qu'Emina aimer bien allez au marché après ses semaines de cours pour ce reposer. Après s'être habillée la domestique l'avait coiffée, après cela, Emina était partie à la salle de bains pour ce maquillée, elle avait dit à la servante de partir faire autre chose, elle n'avait plus besoin de son aide. Après 10 minutes dans la salle de bains à ce pouponnée, Emina était sortie de la salle de bains puis de sa chambre et elle avait commencer à se diriger vers le salon pour dire bonjour à sa mère et Kairi, sa petite soeur. Emina venait à peine d'arriver que Kairi lui avait sautée dans les bras en lui demandant si elle allait lui ramener un cadeau, elle lui avait sourit tout en regardant sa mère qui rigolait de cette petite scène. Elle avait reposer sa soeur et elle était partie embrassée sa mère et elle lui avait dit qu'elle reviendrait avant le dîner. Emina était partie du salon pour allez dans le couloir qui menait à la porte de sortie, elle n'avait croiser aucun domestiques durant ce mini trajet. Elle avait ouvert la porte et elle était sortie, une calèche était devant les escaliers de la porte, elle l'avait prit et la calèche avait commencée sa route pour allez à Réveil.

La calèche s'était arrêter, Emina s'était endormie durant le trajet et elle n'avait pas vu le temps passer, elle était sortie et elle avait dit au chauffeur de venir la chercher vers 11 heure 30. Elle était partie en direction d'une petite boutique de bijoux qu'elle apprécier particulièrement pars qu'elle trouvait toujours un petit collier ou une paire de boucle d'oreilles. Elle avait vu un jolie bracelet en argent qui était incrusté de plusieurs petites pierres roses, elle avait continuait de faire le tour de la boutique, et, finalement elle y était ressortie avec les petit bracelet qu'elle avait vu en entrant, la vendeuse lui avait proposer de le mettre dans un sac mais Emina avait préféré le mettre directement. Elle était sortie de la boutique de bijoux pour allez à une boutique de jouets qui ce trouvait un peu plus loin, pas de chance, celle-ci était fermer pars qu'il la rénovée. Elle avait promit à sa petite soeur de lui rapporter un cadeau, mais elle ne connaissait pas d'autre boutique de jouets dans les environs. Emina avait continuait sa route, elle allait peu être trouver son bonheur, enfin, plutôt celui de Kairi.

Emina était partie vers un trottoirs ou il n'y avait personnes, elle y verrait mieux les boutiques qu'il y aurai comme ça. Elle avait croiser un petit grouper de personne de son âge, elle avait essayer de passer pour continuer sa route tranquillement, un peu plus loin, Emina en avait assez de chercher une boutique de jouets, elle avait vu qu'une jeune fille était assit sur banc, elle avait décider de s'en approcher pour lui demander conseille. Arriver à quel que mettre d'elle, Emina avait vu que la jeune fille la regardait, elle avait un drôle de pressentiment mais elle avait continuer sa route, elle venait d'arriver à son hauteur, la jeune fille lui avait lançait un regard peu sympathique et elle lui avait dit:

– Vous cherchez quelques chose ou vous n’êtes ici que pour déranger la personne que je suis ?

Emina était un peu gênée de cette réaction, mais elle avait quand même répliquer en lui posant la question qui lui faisait chercher un magasin depuis un petit moment maintenant..:

– Et bien je suis venue pour vous posez une question. Savez vous s'il y a un autre magasin de jouets dans les environs? Celui d'où je vient est fermer et il faut vraiment que j'en trouve un.

Emina avait espérait une réponse simple mais, elle avait l'impression que cette question allez l’emmener dans une histoire qu'elle n'avait pas l'habitude de vivre..

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dernière édition par Emina Tokimiya le 18th Juillet 2012, 08:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 20
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   18th Juillet 2012, 04:43

L’arrogance était l’une des innombrables qualités de Fuyu. À moins que l’on nomme cela défauts. Va savoir. Au fond, elle n’en avait que faire. Pas que son image lui importait peu. Quoique. Souvent, elle n’usait que d’audace exagérée. Mais parfois, c’était plus fort qu’elle. Comme aujourd’hui. Elle ne désirait pas avoir une quelconque compagnie ni entamer une conversation. Surtout si celle-ci s’avérerait ennuyante. Et cette fille. Cette fille l’irritait déjà. À son égard, la demoiselle ne put qu’arquer un sourcil, semblant espérer qu’elle se moquait d’elle. D’ailleurs, Fuyu se contenta de réprimer un rire. Un magasin de jouet. Avait-elle vraiment une tête à s’occuper de ce genre de sottises ? En même temps, il ne fallait pas lui en vouloir. Elle n’avait ni petite sœur, ni petit frère. Elle ne se souvenait pas avoir déjà posséder un jouet. Cette réflexion la fit, malgré elle, basculer dans son passé. Dans ce passé sombre qu’elle désirait plus que tout oublier. Mais son père faisait partie intégrante de ce dit passé. Et lui, elle ne voulait pas l’oublier. Pas pour tout l’or du monde.

Plus jeune, il lui avait offert quelque chose. Ses souvenirs étaient flous et elle dû vraiment se concentrer pour s’en souvenir. Ce n’était pas une poupée. Elle détestait ça. C’était typique. Un objet vulgaire pour les filles prédestinées à devenir des femmes superficielles. C’est ce qu’elle se disait, sans doute pour se consoler. Et ça ne ferait que lui rappeler sa solitude. Car elle devra jouer à la maman avec. Et c’était douloureux, parce que sa mère l’avait abandonnée. Les avait abandonnés, son père et elle. C’était même intenable. Ou peut-être pourrait-elle jouer à la dînette. Mais là encore, elle était seule. Qui sait, si elle avait demandé à son paternel, il aurait peut-être accepté de lui accorder un peu de son temps. Mais elle ne voyait pas agiter une poupée naïvement. Pourquoi pas le docteur ? Elle n’aimait pas ça. C’était stupide et dégradant. Elle se serait sans doute contentée d’un robot. Ça, c’était bien. Parce que ce drôle d’objet avait une apparence et faisait rire la fillette. Mais elle doutait que demander cela rassurerait celui qui s’occuper seul de son éducation et de son bien-être. Quel genre de père voudrait acheter un jouet pour garçons à sa fille ? Elle n’osa pas le lui demander et par conséquent, n’obtint pas ce qu’elle désirait. Mais ce fut vite oublié. Il avait su voir ce qu’elle-même ignorait. Il lui avait dégoté une peluche. Un ours brun aux yeux noirs. Instinctivement et machinalement, elle le serra contre elle. Quand elle se retrouvait seule, elle lui confiait ses malheurs, ses peines. Ça remontait à loin. Beaucoup trop loin. Elle ne se souvenait même plus comment elle l’avait perdu mais se remémora les larmes chaudes ayant roulé sur ses joues rougies ce jour-là.

L’espace d’un instant, le regard de Fuyu s’assombrit. Elle ne connaissait pas cette fille devant elle, mais une chose était sûre. Elle la détestait. Rien qu’en lui posant une question, elle avait évoqué en elle de terribles souvenirs et réussit à remuer dans un esprit déjà assez troublé des vagues de mélancolie et de nostalgie. Ses traits se durcirent, son visage se raidit et ses lèvres se figèrent. Finalement, elle bascula sa tête en arrière et ferma les yeux.

Le visage de son père. Plus elle pensait à lui, moins il était facile de se remémorer à quoi il ressemblait. Des cheveux de jais. C’était la seule certitude qu’elle avait. Ah non. Il avait des yeux clairs. Presque translucides. Elle s’en souvenait parce qu’il lui était difficile d’y cacher un quelconque sentiment. Peut-être était-ce car leur couleur n’était pas sombre. Et puis, elle avait les mêmes. Sauf qu’elle avait réussit à y dissimuler tant de choses qu’elle venait à s’en demander si son père n’avait juste pas fait preuve d’assez de détermination. Il était là. Face à elle. Debout et parfaitement immobile, un sourire pinçant ses lèvres desséchées. Elle tendit le bras et il disparaissait en une nuée de fumée. Elle criait, hurlait et pleurait. Mais rien. Ah. Il n’a pas totalement disparu. Non, il est encore là. Plus loin. Fuyu s’approche. Le même manège se reproduit. Il disparait et réapparait, encore plus loin d’elle. Toujours plus loin de sa fille. Finalement, elle s’éloignait. Elle espérait qu’il se rapproche. Mais c’était stupide. Car même si ça avait été le cas, la distance serait restée la même. D’ailleurs il ne se rapprochait pas pour autant. La distance ne faisait que se creuser. Elle s’approchait de nouveau et comprit que quoique qu’elle fasse, il ne ferait que s’éloigner. Le seul moyen de le préserver était de rester immobile. Mais comment faire, alors qu’il n’était qu’à quelques mètres d’elle ? Présent mais insaisissable. Il faisait peut-être nuit, car elle n’y voyait rien. Il était vraiment difficile de le voir. De voir son visage. Mais je ne sais comment, elle réussissait à percevoir cette même tristesse qui avait toujours été présente dans ses yeux. Ces prunelles tellement claires et si peu vivantes, mais qui pourtant, transperçaient les ténèbres, contrairement à sa chevelure qui se fondait dans l’obscurité.

Finalement, Fuyu se redressa. Ce fut un geste lent. Terriblement lent. Juste après avoir braqué son regard sur la nouvelle arrivante, elle se releva, l’obligeant ainsi à reculer d’un ou deux pas. Elle pencha sa tête sur le coté et la jaugea du regard. Un sourire étira ses lèvres. Un sourire moquer. Un sourire malicieux. Un sourire accompagné d’une paire d’yeux qui lançaient des éclairs. Ce n’était que de la taquinerie surplombée d’une pincée de noirceur. Rien de bien méchant. Soudainement, ses lèvres se soulevèrent et s’agitèrent. Son ton fut sec et tranchant. Cette discussion. Non. Toute cette rencontre ne prévoyait rien de bon pour cette jeune inconnue.

« Penses-tu que je possède une tête à fréquenter ce genre d’endroits ? »

Elle passa brusquement du vouvoiement au tutoiement. C’était une façon de savoir si son interlocutrice était de famille noble ou plutôt modeste. Effectivement, si la première hypothèse était la bonne, elle ne manquera pas de respect envers Fuyu. Enfin, logiquement. Après, plus elle la regardait, plus elle se disait qu’aucun sens de logique n’habitait cette charmante jeune fille. Bien au contraire. Et même si elle ne descendait pas d’une noble lignée, peut-être continuera-elle de la vouvoyer. Cela rendra le jeu que plus facile, bien que moins amusant. La raison ? Parce que ça veut surtout dire qu’elle respectait Fuyu. Pas très bon signe pour elle. Faisant passer sa main dans chevelure d’un geste gracieux, elle poussa un long soupire. Allait-elle pouvoir prendre un peu de bon temps ? Elle l’espérait. Et puis, la réponse qui allait lui venir allait sûrement la faire craquer. Détrompez-vous, je ne parle pas ses nerfs. Une question surgit dans son esprit, relative au fait de « craquer ». Pourrait-elle se retenir de rire plus longtemps ou céderait-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 54
Age : 21
Personnages préférés : Oz, Alice, Gilbert, Alyss, ...

Feuille de personnage
Nom & prénom: Tokimiya Emina
Nom du Chain : Aucun
Groupes:


MessageSujet: Re: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   18th Juillet 2012, 09:41

Après qu'Emina avait poser sa question, quel que secondes s'était écoulées et, elle avait vu que la jeune fille avait changée de visage, sa question avait dû lui refaire pensait à quel que chose qui la rendait triste. Elle connaissait ce regard, elle le connaissait même très bien, c'était le même regard qu'elle avait eu lors de l'année de ses 8 ans, le jour où elle avait apprit la mort de son père. Ce jour était vraiment horrible pour elle, à cause de ce qui était arriver elle avait presque changé sa façon de se comporter, comment elle allait vivre sans son père bien aimé? Celui qui la rendait heureuse, qui jouait avec elle, qui la réconfortait la nuit après qu'elle avait fait un cauchemars. Après avoir vu ce visage, Emina avait beaucoup de souvenirs qui lui était revenue, des souvenirs qui la rendait triste comme heureuse, elle commençait à regretter de lui avoir poser cette question, pars que celle-ci devait faire du mal au deux personnes qui la concernait.

Emina, qui voyait que la jeune fille ne lui répondait pas, avait sortie de sa poche son porte feuille et elle avait sortie de celui-ci une photo, une photo d'elle, de sa petite soeur qui n'avait que qu'elle que semaines, de sa mère et de son père. En regardant cette photo, une petite larme avait coulée sur la joue d'Emina, cette photo évoquer trop de chose pour elle, comme le regard de cette fille. Le jour de cette photo, Emina était allez à Réveil avec sa mère pour ce trouver une jolie petite robe, elle avait tenue à prendre sa petit soeur pour qu'elle aussi et de beau vêtement pour la photo. Elles avaient fait beaucoup de boutiques avant de tombait sur un magasin ou il y avait pleins de robes, pour les jeune filles et les nourrissons. Emina était vraiment très heureuse ce jour là..., vraiment très heureuse. Beaucoup de souvenirs était sortie de la tête d'Emina à cause d'une simple question et d'un regard, après tout, en y réfléchissant, pourquoi elle avait poser cette question, elle aurait bien pu encore chercher un peu ou bien allez dans le marcher pour trouver le cadeau de sa soeur. Quel que chose avait dû lui dire de demander réponse à sa question maintenant, mais quoi ?

Après qu'elle que minutes sans un bruit entres les deux jeunes filles, celle assis sur le banc avait enfin répliqué à la question d'Emina. Voyant qu'elle allait lui répondre, Emina avait rangeait sa photo et son porte feuille, sa ne ce fait pas d'écouter les autres sans les regarder.

Penses-tu que je possède une tête à fréquenter ce genre d’endroits ?

Emina était choquer que cette jeune fille l'avait tutoyait alors qu'elles venait à peine de ce parler. Elle avait eu un petit moment de répit ou elle n'osait pas répondre, mais elle s'était dit qu'elle n'avait rien à perdre. Elle avait passée sa main dans ses cheveux et avait répliquée.

– Pour ne pas vous faire mentir.. attend tu me tutoie, je ne voie pas pourquoi je devrais te vouvoyé! Franchement, non tu n'a pas une tête à ça, tu à plutôt une tête à rien faire de tes journée, mais en te voyant j'avais espérer au moins une réponse qui m'aurai servie.

Emina n'avait pas pensé qu'elle allait répliquer de cette manière, elle avait plutôt pensé qu'elle allait être timide comme elle l'ait avec les garçons, tout au contraire, même si le visage de la jeune fille ne lui disait rien qui vaille, elle n'avait pas hésitait à répliquer et à dire ce qu'elle pensait vraiment d'elle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 197
Age : 20
Personnages préférés : Break et Echo essentiellement.
Double comptes : Aiko Baskerville

Feuille de personnage
Nom & prénom: Fuyu Akeno.
Nom du Chain : N'en possède pas.
Groupes: Civils.


MessageSujet: Re: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   18th Juillet 2012, 10:52

Mauvaise réponse. Si vous désirez avoir une discussion avec Fuyu, ne lui manquez surtout pas de respect. Non seulement ça ne vous apportera rien d’autre qu’avoir gaspillé votre salive pour dire des sottises, mais en plus de cela, votre interlocutrice perdrait le peu d’intérêt qu’elle avait daigné vous accorder. Et c’est ce qui se passa. La jeune demoiselle ne savait pas si elle devait s’énerver ou s’en aller. Mais elle opta pour une toute autre solution. Une bien meilleure solution. Répondre. Mais pas seulement. Attribuer une réponse d’une manière subtile et délicate, dénudé de sens direct mais rempli de sous-entendus. Tout cela en restant polie. Toujours avec le sourire.

Son regard n’avait pas quitté la nouvelle arrivante. Cette-dernière, tout en attendant une réponse, dans un premier temps, avait sorti un portefeuille et en avait tiré une photo. À sa vue, elle versa une larme. La jeune Akeno arqua un sourcil, quelque peu étonnée, ne pouvant s’empêcher d’émettre un petit gloussement. C’était pitoyable. Elle ne connaissait rien de cette fille, mais une chose était sûre. Son passé ne pouvait pas être aussi lourd que celui de Fuyu. Et combien même ça aurait été le cas, elle semblait bien s’en sortir, maintenant. Son présent était donc plus vivable que celui de son interlocutrice. Pleurer devant des inconnus. C’était totalement pathétique. Digne d’un être faible. Lâche. Tout ce que Fuyu haïssait. D’ailleurs, en guise de simple précision, elle n’avait pas ris bien haut, et croyez-moi, elle a dû en fournir des efforts pour se contenter d’un simple ricanement étouffé.

La réponse de la jeune fille avait beaucoup amusé celle qui lui faisait face. Son sourire s’élargit et son regard se fit plus profond. Ça allait mal finir et cela réjouissait au plus haut point la dénommée Fuyu. Mais, une nouvelle fois, elle fut confrontée à un choix embarrassant. Répondre ou se taire. Finalement, peut-être qu’elle devrait songer à s’en aller. D’un autre coté, peut-être que cette inconnue à la silhouette élancée allait se méprendre et penserait à de la lâcheté. Elle n’avait fait qu’accumuler les erreurs. Poser une question stupide. Poser une question stupide à la mauvaise personne. Poser une question stupide à la mauvaise personne et ensuite lui manquer de respect. Pour résumer la situation, elle avait, globalement, commis une faute. Une seule. Une faute de parcours. De début de parcours. Elle existait. Pire. Elle était au mauvais endroit, au mauvais moment. Et cela suffit à irriter Fuyu. Son sourire s’émoussa, sa malice s’évapora. Ne restait que la scélératesse d’un visage figé.

Elle tendit le poing devant elle, prenant garde à ne pas toucher celle qui se dressait devant elle. Son index se releva, signifiant « un ». Une erreur. Une erreur grave. Impardonnable. Incorrigible. Ne pas faire comme les autres. Ne pas s’être tue. Avoir voulu joué avec le feu. Mais soudain, quelque chose empêcha Fuyu de s’exprimer. Une idée invraisemblable. Elle aurait tant aimé être un garçon. Elle aurait frappé cette fille sans hésiter. Pas qu’en étant du sexe féminin, elle en était incapable, juste que c’était mal vu et qu’elle n’avait aucune envie de s’attirer les foudres des passants. Du moins, pas aujourd’hui. Néanmoins, elle se reprit rapidement. Le bout de sa langue perça, venant humidifier ses lèvres. Cette fois-ci, elle ne se contenta pas d’être froide et distante. Non. Elle était purement et simplement méchante.
« Ne joue pas à la maligne avec moi. Tu n’es qu’une petite sotte qui n’a rien de mieux à faire que venir m’embêter. Espérer ? Cela prouve ta bêtise. Tu veux en venir aux grands mots avec moi ? Défoule-toi. Mais après, il faudra me remercier. »

Sur ces mots prononcés ni trop rapidement, ni trop lentement, Fuyu éclata de rire. Un rire venimeux. Elle était étrangement fière d’elle. Parce que tout ce qu’elle avait fait, c’était la tutoyer. Mais cette gamine – je parle ici d’âge mental – avait haussé le ton. Elle aurait tenu sa langue, Fuyu s’en serait arrêté là. D’ailleurs, rien que pour l’énerver un peu plus, elle haussa les sourcils à son égard, la défiant d’oser ouvrir la bouche une deuxième fois. Elle n’était pas du genre à insulter ou à utiliser un vil langage. Ses propos demeuraient propres. Ainsi, elle gardait tout son honneur et surtout, toute sa fierté. Contrairement à certaines. Elle se rassit, déposant sa cuisse droite sur la gauche, croisant les bras au niveau de sa poitrine, attendant une réponse.

C’était devenu un passe-temps. Défier les autres et les obliger à tomber tellement bas qu’ils en auront de la terre dans la bouche. C’était amusant. Divertissant. Au fait, elle avait déjà gagné. Pourquoi ? Simplement car cette fille au prénom inconnu avait directement, mais verbalement, attaqué Fuyu. Si quiconque venait juger cette situation, il ne donnerait qu’un tort à cette-dernière : avoir tutoyé quelqu’un qu’elle ne connaissait pas. Et ça serait vite pardonné si elle disait qu’elle n’avait jamais été élevée dans une famille de noble et que donc, ses bonnes manières s’évanouissaient rapidement. Tandis que la demoiselle elle, avait non seulement souillé le peu d’honneur qui lui devait lui revenir mais aussi insulté, indirectement mais tout de même la première, Fuyu. Après quoi, elle n’avait fait que se protéger. Elle avait une bonne longueur d’avance sur celle qu’elle décrit parfaitement en usant de l’adjectif « sotte ». Et cette discussion de sourds ne mènerait à rien si ce n’est enchanter la détentrice de la chevelure d’argent.

Fusil à la main, elle mettait en joue sa proie. Elle s’approchait et reculait. Au fait, elle ne voulait pas tuer cet animal vulnérable. Elle ne désirait nullement lui affliger le coup de grâce. Du moins, pas tant qu’elle ne l’aurait pas pris en chasse. C’était sa partie préféré. Regarder sa victime se débattre alors qu’elle possédait un couteau sous la gorge. Fuyu avait, l’espace de quelques instants, endossé le rôle du chasseur. Et la proie, la victime ou l’animal, nommez cela comme vous le voulez, c’était cette fille. Cette pauvre idiote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin Messages : 54
Age : 21
Personnages préférés : Oz, Alice, Gilbert, Alyss, ...

Feuille de personnage
Nom & prénom: Tokimiya Emina
Nom du Chain : Aucun
Groupes:


MessageSujet: Re: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   26th Août 2012, 10:01

[Ceci annonce la fin du Rp, je vais passais nonRPgiste donc voila quoi..]

Après avoir réfléchie, Emina c'était dit qu'elle aurait mieux fait de continuait sa route et de chercher pars elle même. Au départ elle avait eu un mauvais pré sentiment en voyant cette fille, elle aurait mieux fait de ne pas lui parlais. Mais alors pourquoi l'avait t'elle fait? Peut être simplement pars qu'elle voulait faire plaisir à sa petit soeur.Après sa la jeune fille regardait Emina et elle avait levait le point, puis l'index. Qu'es que cela pouvait bien vouloir dire? Après réflexion, elle avait repensé à un de ses professeurs au Lycée qui faisait ce geste lorsqu'un élève venait de faire une erreur. Mais, venant de cette jeune fille es que cela voulait dire la même chose? Emina en avait marre de cette situation, elle attendu alors que cette fille lui répond pour pouvoir elle aussi répondre et repartir tranquillement pour trouvait ce qu'elle voulait.

« Ne joue pas à la maligne avec moi. Tu n’es qu’une petite sotte qui n’a rien de mieux à faire que venir m’embêter. Espérer ? Cela prouve ta bêtise. Tu veux en venir aux grands mots avec moi ? Défoule-toi. Mais après, il faudra me remercier. »

[b]– Sotte? Mais bien sur! La seul erreur que j'ai faite c'est de vous avoir adresser la parole alors que je tenait simplement à faire plaisir à ma petite soeur. Mais vu comment vous réagissez vous ne semblait pas avoir de famille proche, et j'en suis désoler pour vous!

Voila, Emina avait sortie ce qu'elle avait sur le coeur. Elle était repartie juste après avoir fini de parlait sans laissait le temps a cette fille de répondre. Cette bêtise avait bien trop durait, le chauffeur d'Emina n'allait pas tarder à arrivait et elle n'avait pas trouvait. Il fallait qu'elle se dépêche, elle n'aurait vraiment pas dû perdre son temps. Elle continuait son chemins et elle fini par tombait sur une boutique de jouez. Elle était à quel que mettre d'elle durant tout ce temps, donc de cette fille aussi. Elle y était entré et avait fait le tour de la boutique pour finalement arrivait vers une jolie petite poupée habillée d'une belle robe rose. Elle l'avait prit, l'a paya et ressortie du magasin et repartie a son point de départ pour prendre la calèche qui devait déjà être arrivait. Emina était repassait devant le banc ou elle avait vraiment perdu son temps, il n'y avait plus la jeune fille avait qui elle avait discutait, enfin on ne peut pas vraiment appelait cela "discution". La voila arrivait à la calèche, elle monte dedans avec la poupée pour Kairi et sa jolie bracelet au poignée. Emina était prête à retournait chez elle pour se t'étendre et oubliait cette mauvaise rencontre...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La patience sera ta meilleure amie. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La patience sera ta meilleure amie. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Réveil :: ♠ Centre Ville :: ♠ Places-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit