AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez | 
 

 Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   28th Avril 2012, 08:07

Si cette jeune demoiselle devait avouer quelque chose, c’était que oui, cette nuit avait été rudement difficile pour elle, non pas qu’elle ait dû courir après divers rebus de la société appelée « Abysse ». Non, tout était à des années lumières de cela. Comme chaque soir, elle s’était mise au lit, après environs dix chapitres d’un livre qu’elle trouvait plutôt intéressant, mais qui lui prenait un temps considérable chaque soir. Comme d’habitude, elle s’était dit qu’elle arrêterait au prochain chapitre et comme d’habitude, elle avait continué, un chapitre, puis deux, et enfin trois. Jusqu’à s’endormir sur sa chaise de bureau, devant une bougie chétive.
Non pas que sa position l’incommodé, et lui faisait mal au dos, non, le problème était tout autre. C’était la première nuit depuis longtemps qu’elle n’avait pas fait une nuit correcte. En effet, toutes les images que Le Déchu avait pu envoyer dans la tête de ses dernières victimes, Michiyo les voyait, de temps à autre sous forme de cauchemar. Elle entendait les cris de souffrance et de démences des victimes, les rires de son Chain diabolique. Pourtant, elle n’avait pas la force de se réveiller lorsque cela arrivait. De une, parce que malgré tout, elle avait besoin de sommeil, et dans une deuxième condition, elle se sentait comme prise dans un tourbillon interminable que son esprit s’amusait à créer. Jusqu’à se réveiller dans un sursaut qui faisait tomber tous autours d’elle, le front en sueur et les yeux légèrement rouge malgré tout.

C’était dans un mouvement las, que la demoiselle alla se passer de l’eau sur le visage. Plus elle se regardait, plus elle se disait que la fatigue avait pris le pas sur son visage normalement plus calme. Elle avait les trais plus tirés, les yeux plus rouges, des cernes plus imposantes et plus voyante aussi. Mais au fond, elle n’en avait que faire, ce n’est pas comme ci, elle allait devoir se faire belle pour aller dans une soirée mondaine remplis de ces bourgeois capitalistes qui buvaient tranquillement leurs verres remplis d’alcool aux noms tous plus exotiques qu’autres choses.
Elle ouvrit, par la suite sa petite armoire à vêtements, cherchant une tenue pour sortir en ville, une qui ne ferai pas trop « je suis négligée » mais pas non plus « je mets mes plus beaux vêtements pour aller faire les courses »

Ce fut, seulement au bout de dix minutes à regarder ses vêtements sans bouger ni cligner les yeux, qu’elle prit une jupe ni trop longue , ni trop courte tirant plutôt sur le bleu clair , accompagné d’une chemise blanche, histoire de rester sobre et ne pas attirer le regard. Ces cheveux le feront à sa place après tout.
Enfilant à toute allure de petites chaussures à talons noires ainsi qu’un manteau ressemblant plus à une cape blanche d’hiver. Car malgré la saison, il faisait tout de même froid, bien trop froid !
La demoiselle aux cheveux bleus, sorti rapidement de sa chambre ! Elle ne pouvait pas rater cela, pas maintenant, alors que pour une fois, elle n’avait pas de travail, ni de papier à lire. Après tout, son livre pouvait bien attendre quelques heures de plus, avant de se retrouver dans la vielle bibliothèque poussiéreuse de Pandora.

Michiyo fit bien attention, lors du chemin entre sa chambre et la sortie du bâtiment, à ne croiser personne. Elle ne pouvait se le permettre, au cas où un membre se serait brisé une jambe et qu’il était dans l’incapacité de courir après ces gentilles petite bêtises toute une journée, avant de se rendre compte que le sceau allait finir son tour et que de toute façon, il serait retourné dans l’Abysse à la fait de la journée dans tous les cas. Et, elle n’avait aucunement le courage, de le remplacer et après tout, même avec une jambe cassée, il pouvait au moins avoir le courage de faire son travail correctement, elle n’était pas une remplaçante.

Lorsqu’elle sortie dès locaux et qu’elle était sûre que personne ne pouvait venir l’accoster pour lui donner une mission de dernière minutes, elle ralentie le pas et se dirigea lentement vers la capitale, elle ne pouvait sûrement pas rater cet événement, depuis le temps qu’elle attendait.
Le seul petit détail qui la gêna lorsqu’elle rentra, d’une démarche plus ou moins légère dans son café favori, fut le nombre incalculable de personne qu’il pouvait y avoir dans un si petit lieu. Elle soupira quand elle vit qu’elle allait devoir attendre pour avoir une table et pouvoir se détendre devant un café bien chaud , en critiquant toute seule, toute personne autours d’elle. Sa première victime serait cette femme, à droite de sa future table, avec ces horribles cheveux gras.

Une minute, puis deux minutes, fut le petit délai, très long selon Michiyo Konoe, pour pouvoir s’asseoir à une petite table et deux autres minutes, pour qu’un grand serveur brun avec des yeux noisette vienne prendre sa commande. Qu’est ce qu’il pouvait être long ! Oui leurs cafés étaient tellement bons qu’elle ne pouvait pas leur en vouloir après tout.

« Qu’est ce que je vous sers Mademoiselle ?
-Un café noir, il me faut quelque chose pour me réveiller »

Le serveur lui fit un petit sourire avant de porter la commande et d’attendre, pour ainsi lui ramené son fameux café. Michiyo émit une nouvelle fois un petit soupir, elle qui comptait être tranquille, c’était sans compter sur son pot de colle de Chain, qu’elle savait, grâce aux petites paroles qu’elle entendait dans sa tête, posé tranquillement sur le toit du bâtiment, riant de sa solitude et de son habitude au café noir. « Tu auras les dents jaunes princesse »
La demoiselle ne prit pas la peine de répondre, les yeux rivés sur le serveur et sa future tasse de café.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   29th Avril 2012, 02:32

Aérys était devant son miroir en train de coiffer ses cheveux sable emmêlés après l'entrainement quand elle remarqua pour la première fois de la journée -qui ne faisait que débuter, il faut le dire- le nuage de brume qui enveloppait la ville. Magnifique. Les ruelles semblaient être parcourut par des esprit et les âmes errantes. Une vieille dame de Pandora un peu gâteuse lui avait dit quand elle était petite que c'était les esprits des contractants morts avant d'avoir assouvis leurs souhaits qui essayaient de dévorer les humains pour revenir sur leurs pas. Bien sur, quelques années après elle avait appris que ce n'était que de fines gouttelettes de pluie qui s’accumulaient parfois le matin, mais la première version lui semblait plus poétique. Elle lui avait fait peur, l'avait fait rêver... Ça faisait longtemps qu'elle n’avait pas vue la dame en question. Surement morte à l'heure qu'il est vu son age avancé, ou en train de profiter d'une retraite bien méritée loin de toute l'agitation actuelle avec le retour d'Oz et du lapin noir. Elle ne se l’avouait pas mais elle adorait cette nouvelle agitation, tous les mouvements provoqués par le jeune garçon malgré le fait qu'il accaparait désormais énormément Sharon et Break. Toujours est-il qu'en voyant la ville, elle avait décidé de sortir un peu se promener. Elle venait de finir son entrainement personnel du matin, et décida donc d'aller quelques minutes dans le bain afin de se débarrasser de la sueur et de réfléchir à ce qu'elle allait mettre. Elle était très libre de son choix vestimentaire car aujourd'hui elle n'avait pas prévu d'aller à Pandora. En fait, elle avait carrément prévu d'éviter l'association parce qu'elle n'avait pas envie d'entendre Liam s'énerver après elle à cause d'une histoire de rapport qui avait mis beaucoup plus de temps que prévu à arriver. Non, c'est faux. Liam n'allais pas lui faire la moindre remarque sur son retard. Il savait qu'elle n'avait pas fait exprès et il était gentil. Surtout, il avait d'autres chats à fouetter. Elle était juste en train de pratiquer son espèce de sport préféré : L'auto-mensonge. Ne voulant pas s'avouer à elle même qu'elle avait envie de sortir comme toute personne normalement constituée, ayant une vie parfaitement normale, des amis et de la famille encore en vie elle fuyait en se cherchant des excuses. Il fallait qu'elle arrête et ce n’était pas la première fois qu'elle se le disait.

Elle entra donc dans sa salle de bain (accessoirement sa buanderie aussi) et fit couler l'eau quelques seconde avant de plonger dedans. Pendant ce temps, elle ramassa ses vêtements de la veille roulés en boule dans un panier et les inspecta quelques seconde avant d'en lancer la moitié dans la poubelle. Encore une missions de remplacement qui avait faillit lui couter la jambe. Son pantalon avait eu moins de chance et été complètement asymétrique désormais, la jambe gauche arrachée. Elle soupira avant de le laisser tomber sur le sol et entra dans l'eau chaude. Bien sur, elle en oublia complètement son envie de sortir en pensant à des choses sans importances comme « dans combien de temps l'eau sera complètement froide » avant de se perdre dans des calculs savants. Évidemment, sans papier c'était plus dur elle n'était pas un génie des maths, elle ne connaissait pas la formule mathématique mais elle aimait chercher. Enfin, jusqu'à ce qu'elle obtienne « dans deux minutes » suite à quoi elle décida de remettre un peu d'eau chaude avant de penser à des trucs moins prise de tête comme la déco de la salle qui commençait à vieillir et était franchement moche. Au bout de presque une heure, elle sortit tranquillement du bain, regarda par la fenêtre embuée et se rendit compte que la brume avait presque disparut. Elle poussa un juron avant de se dépêcher pour atteindre sa chambre.

Cette dernière était particulièrement mal rangée. La couette était en boule par terre, ses chaussures éparpillées sur le sol... Elle saisit la couette et la lança rapidement vers le lit. Un miaulement énervé se fit entendre et Mysto quitta la pièce par la fenêtre entrouverte avant de sauter vers le toit du voisin. Elle le rappela mentalement mais il n'en fit qu'a sa tête. Elle laissa la fenêtre ouverte pour qu'il puisse rentrer et cette fois-ci resta concentrée sur son objectif : Ses vêtements de la journée. Elle avait l’embarra du choix : Robes, jupes, pantalons, chemisiers amples ou serrés, uniformes... Elle voulait mettre une jupe mais malheureusement, si elle n'avait pas perdue la jambe hier il lui restait quand même ses 24 points de suture à cause du chain. Mais bon, la plaie n'était pas profonde, elle n'aura pas de cicatrices plus tard. Elle opta donc pour un pantalon noir banal et un chemisier blanc avec un nœud noir. Tout en noir et blanc, comme souvent. Un élan de coquetterie s'empara d'elle et elle ramassa le ruban noir que lui avait donné Sharon à un de ses anniversaires, quand elle avait encore les cheveux longs et l'attacha autour de son cou. Elle laissa ses cheveux détachés après les avoir un peu remis en volume avec un coup ce brosse en arrière puis, satisfaite de son résulta elle se regarda dans la grande glace qui ornait son armoire avant de sortir. Elle descendit tranquillement les escaliers après avoir bien fermé sa porte et atteint rapidement le rez de chaussé de son appartement.

Un fois dans la rue, elle respira un grand coup et avança au hasard dans la ville. Il y avait tant d'endroits qu'elle ne connaissait pas... Elle reconnu Mysto sur un des toits. Une fois de plus, il avait changé de couleur et été passé de noir à un blanc immaculé pour s'accorder avec le décor. Il semblait lui avoir pardonné de l'avoir réveiller brusquement. « Il y a un chain étrange au dessus d'un café » elle soupira. L'information que venait de lui délivrer son chain pouvait être utile, et d'une certaine manière, c'était sa façon de se réconcilier avec elle. Elle n'était pas en mission, voulait une vie normale de temps en temps... faut croire que non. Elle se dirigea donc vers le café. Aucune trace de contractant à l'extérieur. En quelques secondes, les tache étaient réparties. Mysto resterait à l’intérieur pour surveiller le chain et elle entrerait dans le café à la recherche du contractant. Le café n'était pas bondé mais il fallait avouer qu'il était bien plein pour l'heure. Il devait être très bon, autant en profiter. Elle était la pour sortir ou pas ? Elle balaya les tables du regard mais elles étaient toutes pleines, avec au moins une personne. Bon, mieux valait choisir la plus discrète, elle n'était pas douée pour engager les conversations. Elle fini par choisir une femme près de la fenêtre qui venait de congédier un serveur. Cette dernière portait une jupe bleu et une chemise. Elle aimait bien le style de ses vêtements, surtout les chaussures. Elle regarda ses pieds et constata que c'était la même paire. La femme semblait faire à peu près son age, et ses long cheveux bleus lui donnaient une aura intéressante. Aérys avait l'impression de l'avoir déjà vu mais ou ? La jeune membre de Pandora empoigna la chaise et s'asseya avec délicatesse.


-Bonjour, je m'appelle Aérylis. Je peut m'assoir ici ? A moins que vous n'attendiez quelqu'un.

[pour quelqu'un qui à perdu la main je trouve que ton style est super ^^. J'espère que ce que j'ai fait te plairas. Si quelque chose ne te plait pas dit le moi et j'éditerai ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   30th Avril 2012, 04:19


Elle soupira, une fois, puis deux et enfin une troisième et tout cela en moins de trois minutes. La première fois fut pour une pensée tout à fait logique dans son esprit, c’était que même si elle raffolait de leurs cafés les plus noirs, elle devait avouer, que les serveurs avaient une petite vitesse combinée à une grande lenteur ! Cela en était hallucinant, franchement ! Comment pouvait-on se permettre d’être aussi lent, seulement pour servir une vulgaire tasse de café, au prix tout aussi proportionnel à la toute petite taille de la tasse. M’enfin, elle ne pouvait pas les forcer à être plus rapide, ce serait pousser un bouchon légèrement trop loin. Puis, c’était son jour de congé, elle pouvait au moins se permettre d’attendre et d’être calme. Juste pour une fois, cela ne lui ferai aucunement de mal. Elle respira un grand coup, tourna la tête trente secondes pour regarder le ciel et se vider la tête, de toutes les atrocités qu’elle avait pu voir et revoir pendant la nuit. Il lui fallait du calme, oui , seulement du calme.

Le deuxième soupir, plus sonore que le premier, vu en hommage au silence qu’elle avait obtenu pendant environs une minute. Pour cela, elle devait remercier en même temps, son adorable Angelo qui prenait le soleil sur le toit du bâtiment et qui pour un muet – mot qu’il est important de retenir- ne connaissait pas le mot « Silence » . Chose étrange me direz vous, et vous avez totalement raison. Celui-ci s’amusait à parler mentalement avec sa contractante, de choses, qui n’intéressaient nullement celle-ci, mais qu’elle se contentait d’ignorait comme toutes les fois où celui-ci, refusait de la laisser tranquille.
Parallèlement, ses oreilles captaient des bruits plutôt indécents, une conversation qu’elle ne voulait en aucun cas entendre, mais qui arrivait tout de même à ses tympans comme des nuisances sonores. Les coupables ? Deux hommes, de corpulence non négligeable pour leurs âges, qui parlaient bien trop forts de leurs exploits, tout aussi inintéressants les uns des autres. La demoiselle aux cheveux bleus se retint de leur demander, non poliment de se taire et de laisser les autres personnes profiter calmement de leurs temps de repos.
Il y eu quelques temps de repos, pendant lequel, le serveur se décida enfin à lui porter son café, pendant lequel, elle admira son dû tant attendu. Comme ci c’était le plus beau des cadeaux, la plus belle chose que l’on ait pu lui offrir dans cette journée, qui n’avait pas l’air de commencer si mal. Oubliant, quelques instants, les bruits extérieurs et les discussions des hommes autours d’elle.

Puis, un bruit, celui de la clochette du bâtiment, la faisant légèrement détourner les yeux, tout en passant sa main droite dans ses longs cheveux bleus, les attrapant et les relâchant pour les faire retomber, le long de son épaule droite et sur sa poitrine en même temps. Une sorte de cascade de petites boucles aux extrémités. Et ce fut le moment du troisième soupir. La raison ? Celle-ci était simple, la jeune femme blonde, qui venait d’entrer dans le café, portaient les mêmes petites chaussures qu’elle. Chose, que la demoiselle aux yeux turquoises ne pouvait supporter, que ce soit pour ses chaussures, ses vêtements ou même sa coiffure. Il fallait que personne ne possède la même chose, question d’amour propre.
Michiyo regarda alors la nouvelle venue de haut en bas, histoire de la détailler légèrement, mais ne s’en souciais pas plus.

Détournant une nouvelle fois les yeux vers la mixture noire qui l’attendait patiemment dans une tasse blanche, elle saisit enfin la hanse et porta la tasse délicatement à ses lèvres.
La première gorgée lui fit avoir des frissons, d’un côté parce qu’il était trop chaud, d’un autre parce qu’elle se sentait plus réveillée d’un coup et surtout de meilleure humeur.
A peine sa tasse fut t’elle reposée sur la table, que la chaise en face d’elle bougea légèrement et que des paroles arrivèrent aux oreilles de la demoiselle.

Relevant doucement les yeux, dégageant une mèche de cheveux de son visage, elle regarda la personne en face d’elle et fut faussement surprise de voir la nouvelle venue et la copie de ses chaussures. Celle-ci , demanda si elle pouvait s’asseoir à la même table que Michiyo, où si elle attendait quelqu’un.
Michiyo, retint un soupir, et regarda discrètement à droite et à gauche pour savoir si une autre table n’était pas libre et se débarrasser de l’autre femme. Que nenni, il fallait accepter sa demande sans rechigner.

« Vous pouvez vous asseoir, à moins que ma présence ne finisse par vous indisposer. »

Remarquant qu’elle avait fait preuve d’une extrême mauvaise foi et d’un manque de politesse énorme, elle releva les yeux vers la jeune blonde, avant d’ajouter quelques mots.

« Enchantée Aérylis, mon nom est Michiyo, vous pouvez vous asseoir, je ne mords pas»

Michiyo, montra alors la chaise pour l’inviter à s’asseoir, en cachant le léger déplaisir de ne pas rester seule, m’enfin, pour une fois qu’elle pouvait ne pas être seule, elle pouvait essayer d’en profiter un peu, sans les encouragements moqueurs de sa Chain bien évidemment dont le masque affichait un sourire pendant qu’il se retenait de rire, toujours faussement caché sur le toit .



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   1st Mai 2012, 20:20

La jeune femme n'avait pas l'air ravie de sa présence. Elle avait mis quelques secondes à répondre à sa question, réponse qui lui offrait une perche pour s'en aller vers une autre table «  a moins que ma présence ne finisse par vous indisposer ». C'était mal parti on dirait. Bien sur, la jeune femme décida de rester. Soit sa voisine de table était finalement contente d'être avec quelqu'un et tout irait pour le mieux, soit elle ne voulait pas d'elle et dans ce cas, Aérys ne serait pas la seule a avoir sa matinée gâchée. En plus, il y avait tout de même un chain en liberté et son instinct -qu'elle écoutait beaucoup plus souvent que son cerveau quand elle était dans le feu de l'action- lui disait que la femme aux cheveux bleu était la contractante qu'elle recherchait. Mais bon, elle n'avait aucuns moyens de s'en assurer. Elle n'allait quand même pas lui demander « Je viens de voir une chain sur le toit du café. Est-ce la votre, et dans ce cas, êtes vous contractant illégal histoire que je m'occupe de votre cas ou membre de Pandora supérieur à moi en grade histoire que je me fasse rembarrer ? » Évidemment, il y avait aussi le cas où elle la regarderais comme une folle avant de finir son café en quatrième vitesse pour s'enfuir.

L'inconnue sembla remarquer qu'elle s était montrée impolie car elle lui sourit plus sincèrement - non pas un sourire sincère que l'on se fait entre amis, mais toujours mieux que le sourire à la fois ironique et cynique qu'elle lui avait servie la dernière fois- et se présenta.

Michiyo. Aérylis répéta le prénom plusieurs fois dans sa tête. Elle l'aimait bien, mais hors de question de l'avouer à Michiyo. Cette dernière semblait être captivée par son café qui dégageait -autant se l'avouer- une délicieuse odeur. Aélys fit un signe de main à un serveur qui semblait être surbooké et attendit patiemment qu'il vienne prendre sa commande. Pendant ce temps, un silence pesant s'installa. Elle voulait dire quelque chose, animer la conversation comme Sharon savait si bien le faire... Mais elle n'y arriva pas. Faire des pitreries comme Break ? Ce n'était vraiment pas son genre. Son genre à elle c'était d'attendre patiemment qu'on lui parle.

Pendant que le serveur arrivait, Aérys qui n'avait rien de mieux à faire repris la conversation avec sa Chain pour savoir où il en était. Apparemment, la Chain sur le toit ressemblait à un démon et passait son temps à rire ou semblait être à l'écoute d'un bruit inaudible pour les autres avant de rire de plus belle. Au moins un qui s'amusait ne put s'empêcher de remarquer la jeune femme. Comme il ne semblait pas bouger, elle décida de faire de même. Elle continua son dialogue avec son chain tout en regardant d'un air attentif la femme aux cheveux bleus. Michiyo se rappela Aérys. Elle montra à son compagnon l’ennui à la table à laquelle elle était assisse. Soit elle ne l'aimais vraiment pas, soit Michiyo était aussi nulle qu'elle pour engager les conversations. Aérys tenta en vain d'apercevoir les Chains par la fenêtre mais abandonna. Son comportement commençait à devenir suspect. Quand le serveur arriva enfin -miracle- il lui présenta une longue carte avec des dizaines de type de café différents, ainsi que quelques gâteaux. Il mis moins d'une seconde à estimer qu'elle serait lente à choisir et parti la laissant seule -ou pas avec Michiyo et Mysto- avec son choix de cafés . D’ailleurs, en voyant la carte cette dernière sembla se réveiller de sa torpeur. Peut être qu'elle était une habituée du café et qu'elle allait l'aider à choisir, ou tout simplement qu'elle était curieuse de voir la carte qui avait pu être changée depuis sa dernière fois, ou qu'on ne lui avait pas proposé. Qui sait ?

Elle resta tout de même discrète. Normal songea Aérylis. Elle était tout de même assez bien élevée pour savoir que ça ne se faisait pas de regarder par dessus l'épaule des gens, surtout quand on avait commencé sur de mauvaises bases avec eux. Elle décida pourtant d'essayer, pour la deuxième fois de sa vie (la première ayant été quand elle avait demandé la chaise) de commencer une discussion qu'elle espérait devenir agréable avec Michiyo. Timidement elle essaya une phrase.


- C'est la première fois que je viens dans ce café, pouvez vous me dire si il y a un café que vous me conseillez ?

C'était un peu maladroit, et elle avait maintenant l'air de considérer Michiyo comme son goûteur de café personnel.

- Si ça ne vous dérange pas bien sur.

Ajouta t-elle rapidement, déjà désolée de sa première phrase. Elle manqua de se tortiller gênée sur sa chaise mais elle se fit la remarque qu'elle avait arrêté depuis longtemps et qu'il état hors de question qu'elle recommence. Un ronronnement affectueux résonna dans son esprit et elle se calma, soudain apaisée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   3rd Mai 2012, 11:56

Michiyo faisait un débat mental avec elle-même, ne sachant pas ce qui pouvait être le plus agaçant pour elle. Sujet numéro un, son Chain qui se tordait de rire sur le toit, comme un Chain à qui il n’y avait pas la lumière à tous les étages, alors qu’il savait être si intelligent parfois. En fait, lorsque la demoiselle aux yeux bleus avait décidé de l’interrogé sur la raison de son hilarité interminable. Il n’avait pas su lui répondre tout de suite. Il avait d’abord repris un masque neutre, puis celui qui disait qu’il réfléchissait. Certes, vous pourriez me dire, que théoriquement, la jeune femme était dans l’incapacité de voir les changements d’humeurs de son Chain et que donc, elle pensait n’importe quoi. Dans un sens vous n’auriez pas tout à fait faux, dans un autre, elle connaissait son Chain depuis tellement longtemps, qu’elle connaissait la moindre de ses réactions ainsi que ses tics. Tout d’ abord, elle savait qu’après qu’elle eu posé une question, il s’amusait à la faire attendre, trois minutes, parce qu’il aimait savoir qu’elle avait le regard perdu pendant ce temps.
Et enfin, une voix masculine et grave venait raisonner dans son esprit, cette fois ci, il avait enfin pris la décision intelligente de lui répondre.

« Vois tu, princesse, moi qui croyais que tu avais l’œil, je dois avouer que tu me déçois ! Je ressens la micro présence d’un autre Chain et toi, pendant ce temps là, tu papotes avec une inconnue devant un café qui refroidit ! »

Mademoiselle Konoe arqua le sourcil en levant les yeux discrètement vers la jeune femme qui avait pris place face à elle, pour des raisons, qui restaient toujours inconnues à ses yeux. En effet, pour elle, ce n’est pas comme-ci elle avait un sourire chaleureux qui donné à toutes personnes aux alentours, envie d’entamer une discussion sur la pluie et le beau temps, ainsi que sur la paire de chaussures à la mode qu’il faudrait acheter rapidement. Non, elle était loin d’être engageante, avec un sourire quasiment inexistant et un regard lointain qui disait souvent qu’elle était plutôt solitaire et que, la moindre conversation ne l’intéressait pas vraiment. Elle voulait surtout du calme pour faire partir ses nombreuses migraines chroniques dû bien évidemment, à un Chain trop pesant pour une jeune personne.

Tout en levant les yeux, elle se mordit légèrement la lèvre, ne croyant pas au dire de son Chain, il était impossible dans ce café, que l’un d’entre eux soit un contractant illégal, pour divers raisons toujours visible. Ils avaient tendance à avoir peur pour le moindre petit bruit et regarder nerveusement autours d’eux, pour savoir si personne d’autre ne les regardait d’une façon trop insistante.

Michiyo se disait qu’elle devait paraître étrange à regarder autours d’elle, un coup à droite, puis un autre à gauche sans raison apparente, mais pas plus étrange que sa partenaire de table, qui elle, essayé de voir avec tant bien de mal, à travers la vitre.
La demoiselle arqua alors un sourcil, cette fille n’allait tout de même pas faire venir quelqu’un d’autre à cette table ? Michiyo était bien gentille, mais elle avait tout de même des limites, qui malheureusement pour toutes les personnes qui ne la connaissaient pas, étaient très vite atteintes.

Se passant la langue doucement sur la lèvre supérieure après avoir avalée une gorgée de plus en plus froide de son café, elle ouvrit enfin la bouche depuis une dizaine de minutes, après un silence imposant.

« Vous attendez quelqu’un peut-être ? »

Le ton qu’elle avait pris, était tout de même moins froid et surtout plus doux que lors de ses deux précédentes phrases, ce qui voulait dire, que le sujet numéro un avait fini par se taire et garder son sérieux sur ce fichu toit. De sorte que la demoiselle puisse enfin calmer son affreux mal de tête et profiter des quelques heures de calme et de silence qu’elle désirait depuis longtemps.

Passons désormais au numéro deux : Cette fille, Michiyo ne comprenait toujours pas pourquoi elle était venue principalement à sa table. En fait, elle avait deux hypothèses plutôt plausibles, premièrement, elle avait vu en la demoiselle aux cheveux bleus, une âme compatissante qui pouvait l’aider à sortir d’une solitude d’un jour ou de toujours. Ou alors, la couleur de ses cheveux la faisait se questionner sur de nombreuses choses et elle attendait d’avoir échangé quelques mots pour poser un millions de questions, toutes aussi fatigantes et farfelues les unes des autres. Pour cela, Michi avait déjà un plan, avaler son café d’une traite, payer en sortant en protestant –après avoir regardé une montre inexistante- qu’elle allait manquer son rendez vous si elle ne se dépêchait pas.

Quelque chose tiqua pourtant la demoiselle, qui releva une nouvelle fois les yeux de son café, désormais totalement froid, pour regarder son vis-à-vis. Elle avait ce quelque chose, que Michiyo avait déjà remarqué sur elle-même, et sur diffèrents possesseurs de Chain avec qui les individus pouvaient discuter par le biais de leurs esprits.
La chose ? Une tête en l’air. M’enfin, plutôt ce petit quelque chose, qui fait que l’on a toujours l’air perdu dans ses pensées ou dans les nuages. Au début, Michiyo se faisait passer pour folle, car elle parlait tout haut s’en sans rendre compte. Ce n’était pas le cas de la demoiselle en face d’elle toujours.

Doucement et délicatement, la jeune Konoe passa sa main dans sa mèche devant son œil droit pour la remettre correctement et cacher presque totalement celui-ci tout en secouant doucement la tête, pour faire partir toutes ses idées trop farfelues. Son Chain était tout bonnement idiot et fou !

« Dixit celle qui a peur du noir ! »

Un petit rictus apparu sur les lèvres de Michiyo sans qu’elle ne puisse s’en rendre compte, pour une fois qu’elle arrivait à faire taire ou énerver un tant soi peu Le Déchu, elle en était heureuse !

Pour terminer, la raison numéro trois, était simplement le fait que jamais le serveur ne lui apportait de carte à elle, alors que l’autre femme en avait une. C’était tout simplement du favoritisme et elle ne manquerait pas de lui faire remarquer la prochaine fois. Elle regarda alors, la carte fixement, comme ci elle pouvait voir à travers, chose totalement impossible, soulignons le. Une nouvelle fois, son regard vint se planter dans celui Aérylis quand celle-ci laissa s’échapper une mélodie de sa gorge, qui lorsque l’on tendait l’oreille, avait la sonorité de certains mots.

D’une voix, sans plus d’assurance, elle lui demandait si Michiyo avait un café à lui conseiller. Les lèvres de la demoiselle s’étiraient, dans un léger sourire nerveux… Vraiment, prenez t-elle Michiyo pour une habituée du café qui y connaissait tout sur tout ? Elle rajouta tout de même, si cela ne la dérangé pas.
La bouche de Michi s’ouvrit alors délicatement.

« Je ne sais pas quoi vous conseiller, je le bois généralement très noir quand je suis de mauvaise humeur où que j’ai besoin de me réveiller. Mais il est coupé avec une légère pointe de lait lorsque je suis de meilleure humeur et que je veux juste me détendre un peu. Laissez simplement vos humeurs choisir à votre place. »

Michiyo posa alors son coude sur la table, prenant entre ses doigts fins et blancs une mèche de ses cheveux et jouer avec, laissant sur son visage, un air plus détendu. Malgré qu’il soit froid, son café l’avait mise dans une petite bonne humeur.


[Je suis désolée si ça peut te sembler difficile à répondre, je n'ai jamais été très douée pour les dialogues.]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   5th Mai 2012, 23:42

Michiyo venant de lui demander si elle attendait quelqu'un Aérylis compris rapidement qu'elle n'avait pas été d'une discrétion exemplaire en regardant par la fenêtre. La jeune femme aux cheveux bleu avait dut faire attention quand elle avait bougée. Sa question était plus douce que les autres mais ressemblait quand même légèrement à un interrogatoire. Elle se sentie un peu mal d'avoir eu l'air stupide mais s'empressa de rassurer sa voisine de table :

-Non, non, je n'attend personne.

A mais du coup ça faisait un peu louche. Non non, je regardait pas pour attendre quelqu'un mais pour voir un chain qui ressemble à un ange noir qui campe sur le toit de ce café en se racontant des blagues à lui même. Il lui fallait quand même un excuse pour avoir l'air crédible.

-Je regardait juste la brume disparaître. Je la trouve très belle. Mystérieuse. Évanescente.

Elle avait adoucie sa voix sur le dernier mot sans s'en rendre compte. Michiyo ne répondit rien mais cette fois-ci, Aérys n'en avait que faire. Elle pensa à tout ce qu'elle aimait et qui lui procurait un sentiment de légèreté et d'harmonie comme celui qu'elle venait d'avoir. Les plumes d'oiseau qui virevoltent, la brume qui s'en va, un nuage de fumé, les flammes, les arbres en automne et la mer. En fait, elle n'était jamais allée à la mer, elle en avait juste entendu parler, mais elle avait déjà vu un très grand lac quand elle était petite. Avant la mort de sa famille. Elle se mordit la lèvre pour arrêter de penser à ses souvenirs tristes et se concentra sur ce qui l'entourait vraiment.

Elle se trouvait toujours devant sa carte en train de chercher LE café qui lui plairait. A vrai dire, le fait de ne pas savoir pourquoi Michiyo avait eu l'air vexée quand elle avait vu la carte l’intéressait. Pourquoi s’intéresser à un détail si futile me dirait-vous ? Aélys n'en savait rien, mais elle était curieuse tout simplement. Curieuse de toute. Des aurores boréales, de la profondeur de l'océan, de l'age des étoiles dans le ciel et même ce que pensait Michiyo de la carte du café. Cette dernière semblait avoir fini de réfléchir à sa question après avoir eu un petit sourire moqueur. Se moquait-elle de sa maladresse ? Enfin, toujours est-il qu'elle avait eu une réponse.

Apparemment, Michiyo lui conseillait de choisir son café selon son humeur. Fort quand elle est de mauvaise humeur, plus léger quand elle est plus heureuse. Ce qui fit réfléchir Aérys sur son humeur actuelle. Elle se sentait légère, heureuse ? Curieuse aussi. Qui était ce Chain sur le toit, qui était son contractant ? Michiyo ? Si elle était contractante, ce qui n'était pas exclu, elle devait sûrement être en contrat légal car elle ne montrait pas les signes de nervosité et désespoir qu'on les contractants illégaux, souvent en fin de vie. Elle choisit donc de prendre un café léger, onctueux avec un peu de lait. De son coté, Michiyo avait l'air de meilleure humeur. Elle s'était détendue, un coude sur la table et jouait avec une mèche de cheveux un léger sourire aux lèvres, tout en buvant son café doucement de temps en temps. Par réflexe, Aérys porta la main à ses cheveux qu'elle n'avait pas l'habitude de coiffer comme ça.

Aérys fit un signe de la main au serveur qui semblait être étonné qu'elle choisisse si vite -enfin vite, tout est relatif- . Pas étonnant pensa la jeune membre de Pandora en se souvenant du regard perdu qu'elle avait eu devant la carte. Mysto s'introduisit de nouveau dans sa tête, avec délicatesse. La plus part des contractant n'aimaient pas que leurs chains s'introduisent dans leurs tête à cause de migraines et de soucis de vie privée. Aérys ne comprenait pas vraiment ce point de vue. Avait-on un vie privée quand on porte un chain et son sceau en soi ? Toujours est-il que le sien lui faisait encore une fois un petit rapport. Ils aimaient tout les deux avoir l'impression d'être à plusieurs endroits à la fois.
« je pense avoir été repéré par l'autre Chain » dommage. Elle préférait rester discrète et imperceptible. Surtout en mission. Enfin, la elle était juste dans un café hors du cadre de l'association «  Il se peut qu'il pense s'être trompé ou qu'il ai mal évalué la distance vu ta discrétion. Tu n'as qu'a rester un peu loin et changer de couleur fréquemment. Comme ça il n'imaginera pas que c'est le même animal qui revient. Si il est un minimum intelligent, il comprendra qu'un chat qui tourne autour d'un Chain est anormal. Surtout que par instinct, les animaux vous évitent » « il est à forme humaine et ressemble à un démon. Je ne le crois pas assez stupide pour que ça marche longtemps mais je veut bien le faire. En cas d'attaque il me serra facile de me replier. Je pense que la jeune femme en face de toi est la contractante mais on ne peut être sure de rien ».

Aérys attendit quelques secondes avant de réfléchir aux conséquences de ses choix. Comme lors d'un jeu d'échec, elle aimait savoir que chacun de ses pions étaient protégés lesquels étaient en danger et à quel point. A vrai dire, elle ne considérait pas Mysto comme un simple pion dans un jeu. C'était plutôt le genre de Break ça. Le serveur du café -qui mettait beaucoup de temps à venir- à la limite mais son chain... Enfin, il ne prenait pas beaucoup de risques pour l'instant et il se pouvait que ce soit un membre de Pandora en mission qui soit en contrat avec le chain, qui sait ? Elle jeta un petit coup d’œil à droit pour vérifier si personne ne semblait être un contractant elle ne vit pas quelqu'un correspondre à sa description. A part le gros à as droite mais vu que les autres lui demandaient de l'argent qu'il n'avait pas l'air de posséder elle le comprenait mais elle préférait tout de même se méfier. Après tout, plus des quatre-vingt-dix pourcents des contractant illégaux concluaient avec leur chain pour des problèmes financier ou familiaux. Il éclata d'un gros rire gras et calma les autres. En fait il semblait plutôt serein quand elle y réfléchissait. Mais elle détestait son rire et les gens trop bruyants en général. En regardant Michiyo elle compris qu'elle n'était pas la seule. Pourtant, elle n'intervint pas. Elle n'était pas la pour se faire remarquer quoique si il continuait à faire du bruit elle ne promettait pas de se retenir. Le serveur arriva à ce moment la, son café à la main et l'air un peu arrogant. Pour qui il se prenait lui aussi ? Il posa le café sur la table et allait reprendre la carte quand elle l'en empêcha.

-J'ai prévu d'en reprendre un autre sous peu si celui-ci est bon. Je suppose que vous aurez l'amabilité de me laisser la carte n'est-ce pas?

Un petit sourire carnassier aux lèvres, elle regarda le visage du serveur passer de l'indignation à la colère avant de partir le plateau vide à la main. C'était lui qui avait subi pour les autres et elle se sentie un peu coupable de sa réaction mais elle se remémora le visage du serveur et décida que finallement il l'avait bien mérité. Mais qu'allait penser Michiyo d'elle maintenant ? Elle ne s'était pas vraiment bien comportée. Sharon aurais presque eu honte d'elle mais elle savait que Break l'aurais encouragée. Il était toujours prêt à se moquer d'elle quand elle faisait des bêtises. Enfin, la il fallait essayer de se rattraper.

-Je suis désolée si je vous ai parut un, peu brutale mais je suis un peu susceptible en ce moment. En fait, je ne pense pas avoir utilité de cette carte prochainement. Vous la voulez peut-être ?

Elle but une gorgée de son café encore brûlant et savoura en attendant Michiyo.



[mais non c'est très bien^^ Par contre, je suis désolée si mon post ne te plaît pas je l'éditerais. Je ne l'aime pas spécialement mais bon, je te le laisse quand même. De toute façon je n'ai pas d'autres idées pour le moment]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   13th Mai 2012, 07:53

La jeune poupée aux cheveux bleus fut d’un coup très éprises de ses ongles. Elle y tenait presque autant qu’à ses cheveux. Il fallait dire qu’elle en prenait soin, non pas parce qu’ils pouvaient servir d’armes très coupantes en cas de danger trop proches, mais parce qu’ils la rendaient très féminine. Très bien limés, ils étaient magnifiques et à la même longueur les uns des autres. Elle avait l’air d’une vraie femme, qui de plus, prenait soin d’elle. Qui, à cet instant, pu croire qu’elle avait un jour, décidé de partager sa vie avec un Chain fou furieux aux ailes noires ainsi qu’au torse balafré de centaines de cicatrices. Qui soit dit en passant, était un psychopathe muet et aveugle, qui pouvait pénétrer dans son esprit, comme il le sentait. Tantôt pour se moquer, tantôt pour l’avertir d’un danger imminent, pour les autres fois, c’était pour violer son intimité mental ou alors lui donner des cauchemars par petits morceaux et ainsi lui donner des migraines affreuses et des troubles du sommeil chroniques.

« Tu es toujours en train de te plaindre princesse, occupe toi plutôt de savoir, quelle personne dans ton rade pourri pourrait être un contractant. Je m’ennui, je n’ai pas pénétré l’esprit de quelqu’un depuis bien une semaine ! »

Tout en parlant, son Chain se déplacé lentement pour s’approcher de l’endroit où, il avait peu de temps, senti la légère présence d’une autre Chain, et il était ainsi, totalement certain de ne pas s’être trompé. Après tout, comme la maîtresse à qui il était relié, il n’avait pratiquement jamais tord et ne se trompait pas lorsqu’il avait une sensation ou une impression, comme maintenant. Ainsi, il déplia ses longues ailes noires et s’approcha de l’endroit.

Parallèlement, la jeune Michiyo vida enfin son café et cacha délicatement de sa main droite un bâillement qui aurait pu être très disgracieux. Avant d’écouter la phrase de son vis-à-vis, lui disant, qu’elle regardait seulement la brume, la trouvant ainsi mystérieuse, belle et bien d’autres choses, que Michiyo ne chercha pas à comprendre. Puisqu’il y avait quelque chose chez cette fille, qui sentait légèrement le mensonge, et, ce n’était pas l’odeur désagréable de l’homme gras qui se trouvaient à la table avoisinante, pourtant, elle gardera cette avis pour elle. Et pris une bouffée d’air, avant de laisser un flot de consonnes et de voyelles se rependre dans l’air.

« Ce n’est pas bon d’être mélancolique, c’est me permettre de lire en vous comme dans un de mes livres. Ainsi que de livrer ses peurs et ses souvenirs au monde entier qui est encore moins blanc que noir. Laissez vous aller chez vous, en compagnie de votre famille, de vos amis, ces monstres compatissants, mais pas devant une inconnue aussi machiavélique que moi. »

Michi, retient un léger sourire, elle n’en revenait pas de s’ouvrir autant elle-même, en ce qualifiant de machiavélique, elle qui n’était pourtant pas désagréable aux yeux du monde. Bon d’accord, elle n’avait pas un caractère facile, un regard qui était loin de toute vanité et elle était en manque de sommeil. Mais cela ne faisait pas d’elle un démon par rapport aux autres, elle avait vu bien pire. Mais aussi bien mieux.

Une question, tilta alors dans l’esprit de Michiyo lorsqu’elle vit l’autre demoiselle congédier une nouvelle fois le serveur, qui aurait bien voulu rester quelques temps de plus, pour X raisons, ou alors ne pas subir le mauvais caractère d’une cliente. Cette question lui brula tellement les lèvres qu’elle dû la laisser sortir sans s’en rendre compte.

« Dîtes moi, pourquoi avoir choisi de s’asseoir avec moi ? Je ne suis pas un homme. Je ne peux vous séduire. Je ne suis pas compatissante, je ne peux vous soulager de vos maux. Je ne suis le maître de l’Abyss, je ne peux vous faire retomber et ainsi sauver votre passé. Alors – un sourire plus franc, passa sur les lèvres de Michiyo, laissa ses dents blanches apparaitre- seraient-ce mes cheveux bleus ? Mon attitude différente des autres… »


La jeune Konoe laissa la fin de sa phrase en suspend, le temps d’analyser si oui ou non, elle se devait de le dire. Devait-elle alors jouer toutes les cartes maintenant ? Alors, dans un premier temps, cette fille était venue vers elle sans aucune raison, de deux, elle semblait perdu comme Michiyo lorsqu’elle parlait avec le Déchu, laissant ses yeux devenir plus distants, sans s’en rendre compte. Elle avait aussi de légers muscles, que toutes les femmes n’avaient pas et loin de là.

Après, cinq minutes de calme, de silence qui fut brisé par une question, concernant les cafés, que Michi ne retient pas tout de suite. Elle se décida d’abattre les cartes, dans le pire des cas, elle ferai la demande à son cher compagnon de route, au risque de nouvelles visions, de brouiller l’esprit de cette demoiselle et ainsi lui faire croire qu’elle avait simplement rêvé de cette discussion. Le ton de Michiyo se fit plus léger, comme une confidence.

« Ou alors, serait-ce parce que Ma Chain, vous a interpelé lorsque vous être rentrée ? »

Un léger courant d’air traversa la salle à travers une fenêtre légèrement ouverte, comme ci, le Dieu des vents était de connivence avec la poupée de porcelaine.
Laissant, le rire, froid, moqueur et dur Du Déchu raisonner dans sa tête, et dans la tête de toute personne voulant bien l'entendre ou du moins l'écouter.

"Cela va devenir amusant ! Oh, petit maîtresse, qu'est ce que tu peux être méchante ! J'adore ça, je ne me suis pas trompée sur ton compte, je suis fier de ma personne."

Une nouvelle fois le rire mauvais se fit entendre dans les oreilles de toutes personnes voulant l'écouter !


[J'ai essayé de faire une réponse, désolée si elle est mauvaise ou si je m'avance un peu trop.]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   25th Juillet 2012, 23:42

Cette dernière semblait être captivée par ses ongles. Ces derniers étaient plutôt jolis en effet mais pas de quoi en faire tout un plat... Son regard semblait être perdu dans le vide, comme si elle essayait de regarder son propre reflet à l'infini dans ses ongles brillants. Ou en train de parler mentalement avec son chain, ne put s'empêcher de lui faire remarquer Mysto. Elle voulu lui reprocher de se mêler de ça mais elle devait reconnaître que sur le fond il n'avait pas tord.
"Il m'a repéré, c'est sur. Il vient vers l'endroit où j'étais il n'y a même pas deux minutes." "Bon, tu a eu le temps de t'éloigner c'est tout ce qui compte. Reste bien en retrait, en combat tu me seras inutile de toute façon. "
Aérys fit cependant attention à rester dans la conversation au café, elle avait déjà eu l'ai étrange, pas besoin de réitérer l'exploit, surtout si Michiyo s'avérait être la contractante de l'ange noir.
Cette dernière semblait avoir changé d'avis et être décidée à discuter. A peine avait-elle laissé échapper les premiers mots que la jeune femme le sentis mal. La femme aux cheveux bleus était en train de l'interroger de manière à ce qu'Aérys se sente coupable de s'être assise à la table. Cette dernière ne réagit pas cependant, habituée avec Break à ne plus culpabiliser pour grand chose. Le seul sentiment qui émanait d'elle pour l'instant était la colère. Surtout la phrase « je ne suis pas un homme. Je ne peut pas vous séduire » Non mais elle la prenait pour qui ? Pour se calmer, elle imagina ce qu'elle pourrait répliquer à la femme pour l'énerver ou la choquer, ne faisant plus vraiment attention à ce qu'elle disait. De toute façon je préfère les femme ? C'était bon mais un peu trop banal et en plus c'était faux. Elle aurait continué son discourt silencieux encore longtemps si un des mots prononcés par Michiyo ne l'avais pas sortie de sa torpeur. L'abyss ? En ce seul mot, Michiyo avait récupéré toute l'attention d'Aérylis. Mais, par la suite sa voisine de table se contenta de parler de ses cheveux étranges.
Aérys n'avais pas vraiment envie de répondre à cette question, et se contenta donc d'un sourire hypocrite. La femme aux cheveux bleus n'avais pas l'air d'avoir fini, malgré le silence qui s'imposa sur la table avec lourdeur. Aérys était sérieusement en train d'envisager de rompre le silence quand Michiyo laissa échapper une phrase complètement dénuée de sous-entendus sur les chains. Ainsi donc c'était bien elle la contractante.
Quand la porte s'ouvra pour laisser échapper un courant d'air en parfaite harmonie avec le dramatique des mots et surtout du rire qu'avait laissé échapper Michiyo, le jeune membre de Pandora se fit la remarque qu'elle était coincée dans ce café avec Michiyo car à peine sortie elle se ferait cueillir par la chain de cette dernière. Il ne lui restait qu'un tout petit espoir, que cette dernière soit membre de Pandora. Mais, pour le vérifier il lui fallait poser la question. Ce qui barrerait à Aérys la possibilité de faire semblant de ne pas comprendre la question. Elle se mordit les lèvres, tiraillée par ce dilem quand le goût du sang la fit revenir à la réalité. Après tout, elle avait déjà échappé à des situations bien pires que celles la, alors pourquoi s'inquiéter ? Pour faire passer le temps, elle commença à répondre l'air de rien aux première questions posées par Michiyo, celles qui ne concernaient pas l'Abyss en fait.


- A vrai dire quand je suis entrée ici il n'y avait que trois tables occupées par une seule personne dont deux par des hommes qui empestaient la bière c'est pourquoi je me suis assise ici. Bien sur, je ne mentirai pas en disant que la couleur de vos cheveux ne m'a pas intriguée.

La commençait la partie la plus dur de son monologue. Après quelques secondes de débat intérieur à peser le pour et le contre, elle fini par conclure que jouer à l'imbécile ne marcherai pas avec Michiyi, surtout que cette dernière devait bien avoir un plan de replis dans ce cas la. Soit la faire taire à jamais ce qui ne serai pas très discret, soit son chain pouvait d'une manière ou d'une autre contrôler la mémoire. Dans les deux cas parler était la meilleur solution. Avec un peu de chance elle n'aurai pas à se battre bien que l'idée de laisser l'adrénaline envahir son corps lui plaisait. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas affronté un adversaire digne de ce nom. Alors, sur le ton de la confidence elle imita Michiyo et se pencha vers elle pour lui murmurer sa réponse à la fin de la crise de rire de la jeune femme.

- En fait votre chain m'a interpellée avant d'entrer et c'est pour cette raison que je suis venue dans ce café, simple curiosité bien évidemment. Serais ce trop indiscret que de vous demander où en est votre sceau ?

Aérys était plutôt satisfaite de la fin de sa phrase. Si Michiyo n'avait pas de sceau, ça la mettrait immédiatement du coté de Pandora et si au contraire elle en avait un... Bah il ne resterait plus qu'a Aérys l'improvisation. Souvent quand ils sont démasqués les contractants illégaux prennent des décisions stupides. La demoiselle aux cheveux bleus ne semble pas être concernée par la moyenne des personnes facilement manipulable ou du genre à prendre des décisions sans réfléchir mais on ne sait jamais. D'un ordre mental, elle ordonna à son chain de se mettre en position de surveillance attentive par rapport à l'autre chain. Tout dépendrais de la réaction de Michiyo à cette question. En son for intérieur, la jeune membre de Pandora pria pour que Michiyo soit de son coté. Le démon pouvais être redoutable.

[non c'est bien, il faut que le rp avance quand même! Dis moi si tu trouves que je ne vais pas assez loin]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   10th Août 2012, 03:02

La demoiselle regretta son acte, bon dieu, pourquoi avait-elle parlé de cela maintenant ? Vraiment, son impatience prenait trop souvent le pas sur sa consciente et elle avait la mauvaise tendance de se laisser aller trop rapidement. C’est ainsi qu’elle se retrouvait dans cette situation peu plaisante à ses yeux.
La raison ? Toute simple, elle avait parlé bien trop vite, elle aurait mieux aimé jouer au jeu du chat et de la souris et ainsi repousser son vis-à-vis dans ses derniers retranchements. Grâce à cela, elle aurait pu en apprendre bien plus que prévu sur la jeune femme se trouvant à sa table. Effectivement, lorsque les humains sentaient la pression montée, malgré pour certains leurs heures d’entraînements pour ne pas parler. Ils avaient tendance à lâcher malgré eux, quelques éléments, parfois anodins, parfois non. C’était comme cela que certaines enquêtes difficiles pouvaient aboutis même après des mois et des mois de recherches infructueuses. Car, à force de patience, les enquêteurs arrivés à pousser, doucement et sûrement les suspects dans ces fameux retranchements, souvent fatals.

Mais pour cela, bien évidemment, il fallait avoir une patience de fer et ne pas craquer soi même. Ce que, la jeune femme n’était bien évidement capable de faire. Certes, elle avait appris à tenir sa langue, mais là, sa patience et son taux de sommeil n’étaient pas au beau fixe et elle avait fini par craquer, peu à peu.
Ainsi, elle avait trahi le fait qu’elle se doutait que la femme en face, avait un Chain, qu’elle-même avec un Chain et que celui-ci pouvait communiquer avec elle via la pensée. Certes, elle n’avait pas trahi le pouvoir de celui-ci, mais elle aurait pu le faire sans le savoir. Trahir qu’il pouvait entrer dans la tête, non, dans l’esprit de n’importe quel individu, pour leur modifier les souvenirs ou imposer des souvenirs et ainsi manipuler tranquillement son adversaire voire même les pousser lentement dans la folie, dans les cas les plus extrêmes.
La conclusion dans tout cela ? Si, la situation venait à tourner à son désavantage, Michiyo se contenterai de demander à son cher Ange Noir de modifier quelque peu les souvenirs de l’autre femme, comme cela, leur rencontre n’aurait peut-être jamais eu lieu. Certes, Michi allait en prendre un nouveau coup, obtenir des souvenirs, peut-être pas les siens, mais cela, c’était un risque à prendre. Et des risques, elle en prenait tous les jours !

Sortant de sa réflexion mentale, elle tourna de nouveau le regard vers son vis-à-vis. Un regard calme, trop calme pour ne rien cacher à vrai dire. Elle attendit alors, en tapant nerveusement malgré elle, du pied sous la table. Laissant sa jambe trembler sans contrôle, certes ce n’était pas très grave, mais tout de même.
M’enfin.. Pour revenir à tout cela, elle écouta alors les nouvelles paroles d’Aérylis , celle-ci lui expliqua que le fait qu’elle soit venu à sa table n’était que pur hasard. En effet, il n’y avait que trois tables occupées par une unique personne et Michiyo, était la seule en gros, qui avait l’air normalement potable et non alcoolisée. Il était vrai, qu’elle-même ne serait pas allée à une des autres tables, à cause de ses gros balourds mal adorant et mal élevés de surcroit. Et tout une suite de mot que la demoiselle n’eu pas l’occasion d’écouter.

En effet, Michael venait d’entrer dans son esprit, pour lui dire qu’il avait perdu la trace de l’autre Chain et qu’il n’avait, à son grand damne aucun indice pour le retrouver.

La demoiselle aux cheveux bleus tiqua et son visage ainsi que son regard vinrent à se durcir beaucoup plus rapidement qu’elle le voulait et sa jambe se figea nette. Si, elle venait à perdre de vue ce Chain et qu’elle était une contractante illégale, cela pourrait engendrer quelques événements fâcheux. Comme une attaque surprise d’une bestiole de l’Abysse invisible dans un café où elle se trouvait comme par hasard. Faisant au moins deux victimes, deux alcooliques qui n’avaient pas eu le temps de se déplacer contrairement aux autres blessés.

Elle fut surprise par les dernières paroles de l’autre femme. Alors, c’était bien évidemment Le Déchu qui avait attiré l’attention, comme d’habitude de toute façon et elle était rentrée pour chercher quelle personne était son contractant, légale ou illégale bien sûr. Et elle demanda où était placé son sceau, sur le coup, un sourire s’étira sur les lèvres roses de la demoiselle aux yeux clairs, et encore une fois, elle ne prit même pas la peine de réfléchir à sa réponse.

« Je vois qu’il intéresse un tant soi peu cet imbécile.. Mais, tu entends ca Michael, elle vient de demander où était placé le signe de notre contrat ? Dans ces cas là, qui vous dis que j’ai un sceau ? Ou dans le cas contraire, que je n’en ai pas ? »

Bon dieu, qu’est ce qu’elle avait encore pu dire … Plus cela allait, plus elle disait n’importe quoi, il était vraiment temps qu’elle consacre une journée, à dormir dans un bon lit sans avoir à se réveiller toutes les heures, parce qu’elle faisait cauchemars sur cauchemars.
Elle ne put le contrôler, mais Michael répondit à sa place, trop rapidement lui aussi, s’étant, contre toute attente, introduit dans la tête de Michiyo, mais aussi dans celle de son vis-à-vis sans lui demander la permission.

« Ce serait déplacé de dire ouvertement où il se situe »

Il rigola alors d’un rire sadique, qui donna directement mal à la tête à la jeune Michiyo. Vraiment… Il était pitoyable, ce qui venait de dire était petit, trop petit, et il y avait des risques que l’autre femme ne le prenne pas pour une simple boutade, se lève et que son Chain saute sur Michi pour la tuer.
Elle soupira alors, qu’est ce qui lui était passé dans la tête, le jour où elle avait dit qu’il serait son Chain…


[Désolée, je ne suis pas fiere de ce poste qui ne laisse pas grande ouverture et si , tu n’es pas d’accord – ce que je comprend amplement- pour qu’il puisse entrer dans la tête de ton personnage. Dis le , je pourrais toujours modifier.]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   11th Août 2012, 03:27

Tout premièrement, le sourire carnassier que lui avait fait Michiyo n'avait pas pour ainsi dire rassuré Aérys. Qui soudainement s'était sentie beaucoup moins fière de sa question. Elle le sentait mal cette discussion d'un coup, qu'est ce qui lui avait pris de venir fouiner ici au lieu de détourner son chemin et de laisser Pandora faire ? Surtout que même si elle savait se battre, elle ne pourrait pas faire le poids si le Chain de la femme aux cheveux bleus était puissant en combat, elle n'était qu'une humaine et ce n'est pas Mysto qui peut faire pencher la balance en combat. Ce dernier sembla d'ailleurs légèrement vexé par cette réflexion mais il ne souleva pas la phrase. « je pense l'avoir semé. Je vais changer complètement de forme, par exemple passer du chaton gris à l'adulte roux un peux crasseux et rondouillard. Ensuite je vais le contourner et revenir de l'autre coté l'air de rien, j'aurais un meilleur angle de vue » « très bien mais fait quand même attention, n'hésite pas à fuir si tu sens que tu n'as aucune chance ». Il ne semblait pas vraiment ravi de cette précision mais n'essaya pas de protester. Après tout c'est aussi pour son intelligence que la jeune femme l'avait choisit. Les yeux de cette dernière passèrent du jaune pale à un vert plus soutenu tandis qu'elle se secouait ses cheveux sable pour ne pas ressembler à une statue complètement stupide pendant ses moments d'absence.
Contrairement à ce à quoi s'attendait Aérylis, la réponse de Michiyo était tellement ambiguë qu'elle ne pouvait rien en déduire. Celle-ci avait changé d'air l'espace d'une seconde pour lui annoncer avec un petit sourire que dire ou son sceau était serait déplacé. Qu'en conclure ? La jeune femme savait bien qu'elle n'avait pas toute la matinée pour décider, car déjà en face d'elle la femme aux cheveux bleus s'était crispée -ce qui semblait parfaitement normal si tout comme Aérylis elle jouait à un jeu dangereux.- En effet, aucunes d'elles n'avait explicitement avoué faire partie de Pandora ou être contractante illégale car elles étaient toutes les deux consciente qu'elles avaient une chance sur deux que ça tourne mal. Mais, pour l'instant la priorité d'Aérys était de choisir entre les deux options qui se présentaient à elle. Dans le premier cas, la réponse de sa partenaire de table n'était qu'une provocation un peu mal placée et elle n'avait en réalité pas de sceau. Ce qui éloignait la possibilité Baskerville auxquels l'agent de Pandora n'avait même pas pensé au début. En effet certains d’eux particulièrement vicieux comme Charlotte Baskerville, leur leader actuel étaient parfaitement capables de se faire passer pour de simples civils ou même des agents de Pandora. Aérys ne pouvait pas éloigner la possibilité que la femme en face d'elle fasse partie de la même organisation. Dans le cas contraire elle pouvait parfaitement être une contractante illégale, ce qui n'arrangeait pas du tout Aérys qui n'avait aucune envie de mourir dans un petit café de Réveil.
Alors, elle arbora un petit sourire semblable à celui de sa voisine de table et répliqua à cette dernière. Elle aurais bien voulu dire le contraire de la phrase de Michiyo, le début était facile « Dans ce cas disons le » mais après, tout se compliquait. On ne dit pas fermement un truc, la fermeté c'est pour la pâte à pizza ou les jambes des sportifs, pas une phrase. Autant vérifier si ce n'était qu'une simple plaisanterie.


- Ah bon ? Il me semblait qu'un sceau de contractant illégal, dit elle en appuyant bien sur le mot ne pouvait se trouver que ses la poitrine de son contractant. Êtes vous pudique à ce point ?

Cette fois encore, la jeune femme était satisfaite de sa phrase, elle allait forcément faire réagir Michiyo. Soudain, son sourire s'élargit. Si elle voulait faire dans la provocation autant aller jusqu'au bout. Se débrouillant pour que seule Michiyo l'entende, elle lui dédia un sourire complice.

-Et, il me semble qu'un contractant qui ne fait pas son pacte chez Pandora ou les Baskerville, illégal donc même si les Baskerville ont trouvés de nombreux moyens d'être dans l'illégalité, doit faire un échange de sang avec son contractant. Avez-vous embrassé l'ange noir qui s'amuse en ce moment sur le toit de ce café ? C'était comment ? Je vous avouerais ne pas l'avoir vu par moi même mais mon Chain m'en a fait une description. Vous aimez les hommes avec des cicatrices ?

Elle avait légèrement insisté sur la dernière phrase ? Sur la table d'à coté, un homme avec une balafre couvrant la moitié de son visage se retourna, comme si il était concerné par la phrase. La jeune femme lui dédia un regard noir, et se dernier se retourna l'air de rien. Elle avait intérêt à faire attention à son niveau de décibels la prochaine fois. Elle espéra que Michiyo avait également remarqué l'homme mais vu ce qu'elle venait de lui balancer, ce n'était peut être pas le moment de dire à Michiyo de surveiller ses paroles. « surveille bien l'ange, la je crois que j'ai un peu trop joué dans la provocation. » « ça m'étonne de toi » Elle laissa le Chain ricaner un peu dans sa tête, après tout il avait raison. Elle qui était timide d’habitude changeait complètement de comportement avec la pression.

[perso ça ne me gêne pas du tout, c'est quand il y a des contraintes que c'est amusant de répondre ^^ dit moi si tu trouves que j'en fait trop ♥]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   16th Août 2012, 08:06

Elle avait mal à la tête, bien trop mal, elle avait même l’impression que l’on venait de lui rouler dessus voire pire, que son esprit était déchiré, peu à peu, par les morceaux des ténèbres, par le contrat Abyssal, que les habitants de la nuit s’amusait, dans son Inconscient à lui asséner de multiples coups de couteaux. Elle se sentait meurtris, comme ci son cerveau allait sortir de son crane. Qu’il allait s’ouvrir en deux.
Vraiment… Elle détestait cette douleur sourde que lui provoquait sans retenues chaque pénétration mentale de son Chain, chaque rire, chaque décibel bien trop haut, une parole plus forte que l’autre. Michiyo savait, oui, elle savait qu’elle aurait du s’adapter depuis le temps à cette douleur. Mais elle n’y arrivait pas, comme ci, à chaque effort d’adaptation qu’elle faisait, la douleur s’adapter elle aussi. Elle le savait pertinemment, le fait, que jamais elle ne pourrait calmer cette douleur. Elle devait vivre avec, comme on vit avec ses vieux démons.

Les yeux de la demoiselle bougèrent d’un endroit à un autre comme ci, ils cherchaient quelque chose auxquels se raccrocher, un espoir certainement vint. Mais, il fallait qu’elle s’occupe l’esprit, qu’elle se perde dans un regard, pour oublier à quel point elle pouvait avoir mal. Elle devait oublier, se soucier d’autre chose, comme par exemple, du Chain et de sa contractante. Ce satané Chain , qui comme Michael dit « Le Déchu » avait tendance à parler à travers les pensées, avait-il, comme lui, la possibilité de changer les souvenirs ? De manipuler l’esprit ? Les questions fusèrent dans son esprit, sans jamais pouvoir traverser la barrière de ses lèvres, et si, au fond, cela était possible, que deux Chain aient le même pouvoir ? La même capacité physique ou mentale ?

La jambe de Michiyo trembla plus nerveusement, plus rapidement, elle avait besoin de savoir. Non, elle DEVAIT savoir, elle ne tenait plus. Elle n’avait pas peur, loin de là, cette histoire avait ouverte en grand sa curiosité, son envie d’en savoir plus. Elle devenait de plus en plus nerveuse, ne pouvait plus tenir en place. Comme toujours, rester plus de dix minutes au même endroit devenait de plus en plus difficile pour elle et cela, ne c’était pas arrangé depuis son contrat. Elle avait du tirer son envie de bouger de son Chain, quelque part, ils étaient liés, qu’ils soient d’accord ou pas. Comme les chaines invisibles, comme le fil rouge des amants qui se rejoindront un jour. Leur destin était commun.

Il lui fallut un long moment, du moins, à ses yeux, pour reprendre son calme et faire disparaitre sa douleur pour enfin se concentrer de nouveau sur l’autre demoiselle. La fixant de ses yeux bleus, qui s’amusaient à boire toute la lumière du jour. Celle-ci se damnait à lui expliquer que le sceau de tout les contractants se trouvait sur leur poitrine et non ailleurs, lui demandant par la même occasion si celle-ci était pudique à ce point là.
Ca… elle le savait, elle n’avait pas besoin qu’on lui explique tout sur ces fameux contractants, elle en avait assez lu et vu sur le sujet. Et à vrai dire, elle continuait à en voir à travers leurs souvenirs perdus par moment.

« Je ne suis pas pudique, juste, que je n’aimerai pas que tous les hommes de ce bars ou café plutôt, puissent profiter d’un tel spectacle gratuitement. Et, j’aime mieux, garder toute parcelle de mon anatomie pour moi-même.
Quant à l’emplacement du sceau… Je ne peux vous en dire plus pour le moment »


La jeune femme ne souriait pas, elle était neutre, ce jeu commençait à devenir un peu trop long à son goût, mais elle ne pouvait pas trahir son identité aussi facilement. Après tout, elle ne savait rien d’autre de sa partenaire de conversation. Ou des personnes autours, et si l’une d’entre elles était dans l’illégalité ? Cela pouvait être une option, et , elle n’était pas partante pour prendre des risques, pas, pendant que Michael était concentré dans la recherche de son propre partenaire. Il n’entendrait peut-être pas son ordre et ne pourrait pas agir rapidement.
C’était certes, un risque à prendre, mais un risque, qui pouvait mettre d’autres innocents en danger, et cela ne serait pas pratique.
Et elle n’aimait pas protéger les autres, pour elle, la vie était faite pour que ceux qui avaient été désignés comme faibles, restent faibles ou fassent tout pour devenir plus forte… Comme elle.

Elle fut surprise par la nouvelle intrusion de son camarade de combat, celui-ci ne semblait pas de bonne humeur, certes, Michiyo n’avait pas réagi à l’attaque verbale de sa vis-à-vis. Mais Michael lui si, et cela l’avait mis de mauvais poil. Croire qu’il puisse un jour se détacher de sa condition de monstre, créature, progéniture de l’Abysse comme la plupart des Chain à l’apparence humaine, le mettait en général hors de lui.
Il aurait bien voulu enlever ce masque, certes, il pouvait faire disparaitre ses ailes aux yeux des humains normaux, dont leurs yeux, n’avaient pas été pervertis par la monstruosité du Monde Abyssal. Mais, seule sa contractante pouvait lui enlever son masque d’horreur. Mais ca, il avait bien trop de fierté pour lui demander.

« J’en ai marre de cette chasse au Chain vulgaire, je vais venir au cœur du sujet, que tu sois d’accord ou pas Konoe. Cette fille vient de m’insulter et si toi, tu n’as pas assez d’amour propre pour te défendre devant des accusations, moi, je vais le faire. Comme ca, nous seront fixé par le fait ou non de savoir si elle est illégale. Désolée si tu as de nouvelles visions »

Elle ne s’attendait pas à ca, qu’il soit d’un coup si sérieux, qu’il l’appelle par son nom de famille, qu’il prenne des décisions, alors que malgré son côté , je me fiche de tes ordres, il avait toujours respecté le fait qu’elle soit le « maître » le Donneur d’ordres.
Le geste qu’elle fit ou plutôt l’action, ne fut pas contrôlée, habituellement, elle ne parlait jamais à voix haute alors qu’elle conversait avec son Ange Noir.

« Michael, ne quittes pas ta place ! J’ai dis non ! »

Lorsqu’elle se rendit compte qu’elle venait de donner son ordre à voix haute, faisant, se retourner plusieurs clients mécontent, elle porta sa main à ses lèvres rapidement, et ne put s’empêcher de rougir.

« Et merde… » Fut la seule chose qu’elle put articuler en fixant Aérylis

Avant qu’elle ne puisse dire autre chose, le tintement de la cloche de la porte d’entrée se fit entendre, faisant se retourner des dizaines d’yeux vers le nouveau venu. Un jeune homme aux cheveux bruns, bouclé, à la peau légèrement métissée, mais que la chemise blanche ouverte sur le torse et déchirée au niveau des épaules, était parsemée de cicatrices uniquement sur son abdomen. Et des yeux bleus, que l’on pouvait voir apparaître derrière un masque de carnavals, tels les plus beaux de Venise.

Michiyo le connaissait parfaitement cet homme, Michael… Il avait même caché ses ailes, aux yeux des humains et d’elle-même. C’était la première fois, qu’elle le voyait toucher Gaïa et marcher comme un individu normal. Elle en aurait eu presque peur… Concentrant son attention sur sa voisine de table, pendant que celui-ci venaient à elles, un sourire s’étira.

« Je crois, que si votre remarque me visait, c’est lui qu’elle a touché le plus, et d’après la situation qu’il a prise. L’Ange Noir, n’est pas de très bonne humeur. Vous m’en voyez désolée. »

Elle marqua une courte pose avant de reprendre sans plus attendre.

« Soit dit en passant, je n’ai jamais vu son visage, donc, embrasser Michael, n’aurait pas été la meilleure chose que je puisse faire. »

Ses mains se posèrent doucement sur ses propres genoux pour calmer leur tremblement. La venue de son Chain, allait donner une tout autre tournure à cette situation.
Alors que celui-ci s’asseyait sur la dernière chaise vide de leur table et qu’il regarda Aérylis, Michiyo eu l’impression que la température chuta brutalement et était certaine, qu’il venait d’entrer dans l’esprit de l’autre jeune femme, car, elle sentit un léger flot d’image lui parvenir.

« Bonjour Mademoiselle je pose des questions que je ne devrais pas poser. Je suis Michael, L’Ange Noir qui vous intéresse. »

[Je me suis donc permis de le faire entrer dans la tête de ton personnage et même le faire venir parmi nous. Ses paroles « mentales » seront donc en violet, comme avant.]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   19th Août 2012, 06:42

Aérylis regarda avec inquiétude le front de Michiyo se plisser de douleur, tandis que ses yeux à moitié absents tournaient à toute vitesse dans ses orbites. Elle était malade ou quoi ? La jeune membre de Pandora se mordit les lèvres à l'idée de voir la jeune femme aux cheveux bleus lui claquer entre les doigts. Tout d'abord, elle préférait ne pas savoir comment Pandora allait le prendre, mais elle était aussi curieuse d'avoir la réponse à ses questions et la simple idée que Michiyo meurt la limiterai énormément dans cette quête qu'elle venait elle même de se fixer à l'instant. Alors, se faisant le plus attentive du monde pendant que Michiyo retrouvait un calme normal, elle se concentra sur les réponses de cette dernière. Comment ça elle n'avait pas envie de se dénuder dans le café ? Aérys lui avait juste demander de lui dire où il en était, pas de le montrer. D'ailleurs, avait-elle vraiment un sceau ? Cette question ressemblait de plus en plus à une affirmation : sa vis à vis était vraiment une contractante illégale? Comme Oz ? Ou comme l'homme qui avait tué ses parents?
Sa main se crispa sur la table pendant qu'elle reprenait le contrôle, laissant ce moment d'égarement complètement invisible aux yeux de Michiyo. Mais pas à ceux de son chain.
« Aérys, tu es sure que ça va ? » « oui, oui, concentre toi sur ta mission. On sera bientôt fixés »

Jamais Aérylis n'avait été en si grand accord entre ses prévisions et le futur proche. La jeune femme devant elle se mis à crier des paroles insensées. Qui était Michael ? Son Chain ? L'ange ? Tant de questions... Mais pas sans réponse pour longtemps. La femme aux cheveux bleus ne devait pas être si folle que ça car au moment même où elle cria cette phrase, elle plaqua par réflexe sa main sur sa bouche, et son visage pris une légère teinte rosée qui rendait étrange mais pas vraiment moche avec ses cheveux. Cependant, à présent tous les regards étaient focalisés sur elles. Ce n'était pas bon, si il se passait le moindre truc et qu'Aérylis n'était pas à la hauteur, dans le cas ou Michiyo était une contractante illégale le propriétaire du café pouvait dire adieu à ses clients.
« Aérys ! Il bouge » Mince elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Mais, vers ou le chain pouvait-il bien aller ? Oserait-il entrer dans le café ? Comme si il avait entendu sa question muette, Mysto pris les devants. « On a un problème là. Il a enlevé ses ailes et se dirige vers vous. A pied » Ah ? Parce qu'il volait avant ? C'était pas spécialement bon signe pour la jeune agent de Pandora. Quand un animal quitte son environnement naturel, c'est jamais bon signe. Pouvait-on considérer les Chains comme des animaux ? Peut importe en fait, tout ce qu'il fallait, c'est que les gens ne les regardes plus.

Sur ce point, la femme aux cheveux sable fut servi. Quand la porte s'ouvrit, tous les regards se tournèrent vers le nouvel arrivant qui avait l'air d'être une sorte d’excentrique. Quand il fixa son regard glacial sur elle, Aérylis se sentis frisonner mais elle n'en montra rien à son adversaire. Toute preuve de faiblesse pouvait être fatale. Ce dernier avait des cheveux bruns, bouclés, la peau mate. Il portait une chemise blanche parfaitement normale qui contrastait bien avec sa peau et lui donnait un petit air planteur de tomate quoique pas en très bon état. Le coté « normal » du nouvel arrivant s'arrêtait la. Tandis qu'il se dirigeait vers leur table, la jeune femme finit de le détailler. Sa chemise était entrouverte et laissait voir de nombreuses marques et cicatrices sur son torse, mais, le plus étrange était son masque qui lui cachait le visage. Elle se souvient avoir vaguement entendu Michiyo dire qu'elle n'aurait pas pu l'embrasser vu ce détail « gênant » bah elle avait pas tord.
Cette dernière semblait d'ailleurs décidée à en rajouter une couche car, presque sur un ton d'excuse elle lui expliquait que ce n'était pas sa faute, mais que son chain s'était senti insulté par sa question. Cependant, son sourire qui s'étendait sur ses lèvres ne laissait aucun doute quand à son avis sur la question, il était indéniable qu'elle était parfaitement satisfaite de l'action de on chain, avec lequel elle devait sans doute se sentir soulagée. Aérys songea qu'avec le sien, c'était plutôt l'inverse. Ce dernier en profita pour lui faire remarque qu'au lieu d'admirer le duo face auquel elle était confrontée, elle devait penser à une riposte. « bon, toi tu va rester nous observer DISCRETEMENT par la fenêtre de ton choix. Tant que tu ne te fais pas remarquer c'est bon. Il faut conserver le suspens sur toi, leur laisser croire que tu es utile en combat rapproché et que tu peux les attaquer sans qu'ils te voient venir, compris ? Je vais rompre le contact mental et ne le reprend par toi même qu'en cas de danger de mort. Il est possible que ce Chain ai accès à mes pensées d'une manière ou d'une autre et je ne veux pas que tu y figure ». Sur ce, elle se coupa mentalement de son chain, ne laissant qu'un étroit lien garder celui-ci dans le « monde réel » comme disait Aérys pour décrire le monde qu'il n'es ni l'abysse, ni une quelconque dimension comme celle du chat de la volonté de l'abysse par exemple.

Quand le Chain tira l'une des chaises vers lui pour s’asseoir, les muscles d'Aérylis se tendirent sous ses vêtements. Jusqu'à présent, les forces étaient équilibrés, mais maintenant elle se trouvait certainement en désavantage. Alors, un froid glaciale s'empara de la jeune femme, la tétanisant sur place, comme le jour où … Ne pas se souvenir, ne pas penser, faire le vide, ne pas se souvenir, ne pas penser, faire le vide ces mots étaient ses bouées de sauvetages, et là, elle était en train de se noyer. Alors, un voix claire résonna dans sa tête tandis que l'homme en face d'elle la fixait sans ciller. Elle fit de même. Être forte, ne pas lâcher prise, ne pas détourner le regard.
Si la membre de Pandora doutait encore de l'identité de son interlocuteur, elle fut fixée sur le champ quand celui-ci se présenta par le biais d'une intrusion mental. Elle voulu ouvrir la bouche pour répondre, mes ses lèvres restèrent collée. Ce n'était qu'un détail, de toute façon, à présent elle avait l'impression qu'elle était liée d'une manière ou d'une autre à Michael, il l'entendrait, c'est sur.


- Il est vrai que je suis curieuse, peut être un peu trop mais sachez que je ne voulais en aucun cas vous offenser. Cependant, je pense que vous ne me croyez pas, alors que diriez-vous que je vous paye un café pour me faire pardonner ?

Elle laissa échapper un rire cristallin en imaginant un Chain boire un café quand elle se rendit compte de ce qu'elle pouvait faire. Ainsi il n'avait pas un contrôle total sur elle, c'est juste elle qui se persuadait elle même que c'était le cas. A moins qu'il ne l'aide un peu sur ce point. Elle détestait être manipulée, et pour qui il se prenait lui ?

-si vous préférez, on peux sortir finir cette conversation dehors, vous serez ainsi plus à votre aise.

Elle voulu mimer avec ses bras un oiseau en train d'essayer de voler dans une cage trop petite mais n'y arriva pas, ses muscles encore figés et refusant de quitter sa garde -si il est possible d'en garder une correcte assise à la table d'un café.- alors, elle se concentra sur cette idée pour que ce soit la première chose que voit l'ange noir si il essayait de fouiner dans son esprit. Mais, si il cherchait plus loin, il verrait bien qu'elle essayait en fait de l'éloigner du publique de première catégorie qu'ils avaient, et que ça lui permettrai également d'échapper totalement à son contrôle. La plus part des Chains qui affectent l'esprit sont basés sur le visuel. Si elle ne le regardait pas dans les yeux elle pouvait encore ne pas se faire manipulée. Ou tuée. Elle ferma ses derniers tout en décrispant son visage de manière à ce que les contractants en face d'elle ne prennent pas ça pour un geste de faiblesse puis, elle imagina dans ses moindres détail un petit canari noir comme les ailes de Michael essayer de se débattre dans une cage trempée de bière, les pattes collées sur le sol.

Quand elle les rouvrit, un sourire moqueur aux lèvre elle s'en voulu tout de suite. Pourquoi avait-elle fait ça ? Jusque là elle pouvait encore espérer s'échapper sans encombres mais après cette ultime provocation, il était sur que Michiyo et surtout Michael allaient réagir. Maudissant son orgueil stupide, elle pria pour qu'ils soient toujours énervés de sa dernière phrase et n'aient pas vu l'image mentale. Quelle imbécile elle faisait.



[voilà ♫ dis le moi si il faut que je change parce que, par rapport à son caractère Michael n'aura d'autres choix que me sauter au visage pour m’étriper en plein milieu du café xD. J'ai toujours aimé la provoc' ♥]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   20th Août 2012, 05:31

Aussi loin que pouvaient remonter ses souvenirs, elle n’avait jamais été dans une telle situation. En effet, jamais elle n’avait eu à regarder, observer serait un meilleur terme, avec de grands yeux, Michal mettre pied à terre. D’après son expérience, elle pouvait simplement et rapidement en conclure que cela n’était pas de bon augure.
Jamais, non plus elle ne l’avait vu lui cacher ses ailes et se faire remarquer par d’autres individus. Il n’avait jamais rompus autant son lien avec elle.
Oui, jamais, il n’était rentré dans la tête d’une autre personne pour converser avec celle-ci, sans que la demoiselle aux cheveux bleus ne puisse entendre ou du moins percevoir ce qu’il pouvait se passer. Et là, elle était plutôt inquiète, car, toutes ces conditions étaient réunies dans un même lieu et au même moment de surcroit.
Ce qui ne lui laissa qu’une seule conclusion plausible. Michael était fou de rage et ne voulait pas que sa contractante subisse le revers de la médaille un peu plus tard. Il était certain aux yeux de la demoiselle, que si, il venait à vouloir fouiller dans les souvenirs de cette femme, il lui était impossible de résister.
Michael n’était pas méchant, ni fou, mais il savait très bien comment torturer quelqu’un. La meilleure manière étant bien évidemment de faire remonter à la surface des souvenirs ancrés au plus profond d’une âme. L’âme étant un ruisseau qui coule les objets indésirables pouvant ébranler sa stabilité, et Michael étant le plongeur recherchant ses trésors sans répits.

En sommes, la présence de l’Ange Noir n’était pas une bonne nouvelle.
Michiyo en fit rapidement les fraies, en plus d’être mise à part dans la conversation, ce qui bien évidemment, ne lui plaisait guère. Elle se mit à frissonner, puisqu’elle savait pertinemment, que même ayant le statut de chef dans ce duo, elle ne pourrait pas le contrôler si il devenait fou à cause d’une simple remarque voire même un mot, mal placé.

Sur le moment, elle se contenta de regarder son Chain et l’autre demoiselle, puis à nouveau Michael. Tenant, par réflexe une de ses lames au cas où si cela devait dégénérer.
Cela ne l’empêchait pas bien sûr de regarder discrètement vers les vitres au cas où le Chain de sa vis-à-vis ferait interruption, ne sachant rien sur lui, il fallait mieux qu’elle puisse se tenir sur ses gardes en cas d’attaque.

« Michael, tu devrais partir, nous risquons d’avoir des soucis si trop de témoins peuvent donner une description complète de qui tu es. »

Certes, elle savait pertinemment qu’elle n’avait pas donné ses ordres sur son ton froid et détaché habituel, mais, si Michiyo devait avouer quelque chose à ce moment là, c’est qu’elle avait peur. Oui, elle avait peur. Peur que quelque chose se passe, qu’elle ne puisse contrôler Michael, qu’il fasse des dégâts sur des innocents. Peur de voir des souvenirs qu’elles ne voulaient pas voir. Peur de devenir folle.
Elle ne contrôla même pas le frisson qui lui glaça l’échine, lui fit dresser le duvet qu’elle avait sur les bras et la fit se tortiller sur sa chaise. Son petit jeu venait d’aller un peu trop loin, surtout qu’elle était loin d’être un partenaire illégal et qu’elle était sensé éviter tout désagrément au sein de la population.

Détournant son regard bleu vers son Chain, elle remarqua que son masque était étrangement neutre, ce qui ne laissait aucune chance à la jeune femme pour connaître son état mental, à savoir s’il était de bonne humeur ou au contraire d’humeur massacrante qui pourrait coûter la vie ou du moins la santé mentale de quelques personnes.

Michael quant à lui, se contentait de fixer de ses yeux aveugles Aérylis et rétablis de nouveau le contact mental avec sa contractante. Après tout, c’était elle qui avait osé commencer cette petite partie. C’était à elle d’en payer le prix et d’avoir d’affreuses migraines bien méritées.

Derrière son masque, ses mâchoires se crispèrent, lorsque la contractante en face de lui joua la carte de l’imbécilité. Si il y avait bien une chose dans la monde qu’il n’aimait pas, c’était d’être pris pour un imbécile, surtout depuis qu’il était devenu un enfant de l’Abysse. La deuxième étant qu’une femme lui résiste. Mais, il ne voulait pas s’attarder sur cela.

« Je n’avais jamais entendu un humour aussi minable depuis celui de Konoe. C’est comme ci j’avais l’impertinence de vous dire de prendre un billet aller-retour pour les profondeurs Abyssales »

La demoiselle aux cheveux bleus ne se sentit même pas insultée de cette mauvaise remarque. Elle cherchait quelque chose. Un indice. La preuve qu’il puisse exister un autre Chain aux alentours. Pourtant, elle savait qu’avec ses yeux d’humaine, son regard obstruait par le confort matériel et technologique, elle ne pouvait rien voir. Avec ses oreilles qui n’entendaient plus que le bruit de la vie en extérieur ne pouvait rien entendre de bien intéressant. Elle devait se contenter seulement d’écouter la conversation entre son Chain et son ancienne partenaire de jeu.
Néanmoins, elle ne put se retenir de laisser s’échapper contre son gré quelques paroles.

« Mademoiselle, il n’est pas bon de tenter le Diable. Il faut mieux le laisser se calmer et faire ses choix lui-même, plutôt que de jouer la carte de la provocation, qui ne donnerai rien de bon ».

Oui, Michiyo malgré son mauvais caractère, son côté impulsive était celle des deux, qui arrivait à mieux se contrôler en cas de situation dangereuse. Posant sa main sur le bras bronzé de son Chain, elle essaya en vain de lui faire comprendre que ce n’était qu’un mauvais jeu et qu’il ne fallait pas prendre tout cela au sérieux. Mais comme elle l’avait prédit, cela était en vain. Surtout lorsqu’elle perçu la même image qu’avait entrevus Michael, et qui venait certainement de l’autre femme.

Celle d’un oiseau en cage qui ne sera jamais libre.

Cette image était dérangeante. Trop dérangeante.
Deux réactions différentes furent à noter après cette petite provocation mentale.
La première fut le côté combattant de Michiyo qui prenait le contrôle. Elle serait ses dagues. Fort, très fort. Au point de transformer ses phalanges en grandes auréoles blanches. Il était rare, extrêmement rare qu’elle prenne la défense de cet oiseau de malheur lorsque celui ci était face à une personne qui avait trouvé le moyen de lui tenir tête. Mais sur le coup, c’était une lettre de suicide envoyé directement à la grande Faucheuse.

La deuxième fut celle de Michael, il se sentit d’abord vexé, puis contrarié, et finalement amusé. Jamais personne hormis sa contractante n’avait pas tremblé une seule fois en sa présence. Ce n’était pas pour autant un tas de muscles sans cervelle, mais, il savait qu’il possédait une aura noire, naît de l’alliance de l’Abysse et des ténèbres.
Cela, ne l’empêcha pas de serer les poings sur la table et de fixer froidement la jeune blonde. Il allait lui sauter au visage. Lui faire avaler des plumes et la regarder s’étouffer, pendant qu’il lui ferait venir en mémoire tous ses pires cauchemars.
Merveilleux plan.

Son masque se changea alors en un grand sourire, et un rire glacial mais franc se fit entendre dans l’esprit des deux demoiselles.

« Tu m’amuses petite ! Tu sais pertinemment que tu n’es pas en position de force, mais tu continues à vouloir m’énerver. Je pense aussi, que ton Chain n’est pas très loin. Où, je ne sais pas, mais si il se cache, c’est qu’il n’est pas forcement doué pour l’attaque ? Un lâche ? Une pauvre petite souris n’est ce pas ? » Il marqua une courte pose, laissant le silence reprendre ses droits, avant de le chasser une nouvelle fois. « Mais saches gamine, que je suis plus libres que toi. Car moi, je ne suis pas prisonnier de mes souvenirs. Oui, je les vois, les images , les sons, les cris, les sentiments, que tu essaies de cacher depuis le début ».

Il y avait été certainement beaucoup trop fort. Mais il aimait jouer un peu avec sa victime avant de fondre sur elle. Cela compensait le fait qu’il était loin d’être forgé pour l’attaque. Michael était un manipulateur et il le savait très bien. Il en jouait même et c’était ce qui avait tendance à équilibrer les forces lors des disputes entre lui et sa contractante. Comme toute humaine, elle avait des souvenirs, des secrets dont elle avait honte et c’était son principal point faible.

L’Ange Noir s’approcha de sa vis en vis, poussant par la même occasion ce qui fut quelques temps plus tôt une tasse de café. Se penchant vers elle, il lui sera les mains et prononça ses mots mentalement, rien que pour elle.

« Je suis Michael, Ange Noir des Abysses et je n’ai pas besoin de voir tes yeux pour me plonger l’âme toute entière dans ta mémoire. »

Une simple phrase.
Une ultime menace.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   27th Août 2012, 21:12

Figée par une sorte de sortilège, pouvant à peine bouger ses membres Aérylis était vraiment dans une situation à la fois peu engageante et très très désagréable. Cependant, bien qu'effrayée par la situation la jeune membre de Pandora pouvait parfaitement réfléchir. Et ce qu'elle trouvait n'annonçait rien de bon. Elle avait eu un mince espoir quand Michiyo avait fait remarqué à son Chain, Michael qu'il n'était pas d'une discrétion à toute épreuve et que, ayant un physique plutôt... particulier, beaucoup de personnes pouvaient donner sa description. Cela ne sembla faire ni chaud ni froid à l'ange noir.
La femme aux cheveux bleus, quand à elle avait perdue toute son arrogance. Elle semblait terrorisée par la réaction de son chain, tremblait légèrement et devait forcer sa voix pour ne pas que cette dernière montre complètement son effroi. Aérys savait qu'elle aurait du être dans le même état que Michiyo, à quelques détails près , mais elle n'y arrivait pas -bien qu'elle ne se forçait pas non plus, il faut dire qu'être effrayé n'était pas une sensation agréable-. Non, la jeune fille n'avait pas peur, du moins pas assez. Elle s'était réfugiée dans son esprit, coupant l'accès à tous ses sentiments, comme elle avait fait des années auparavant pour ne plus souffrir de la mort de ses parents, pour ne plus avoir peur de se promener la nuit, pour pouvoir regarder des chains sans vouloir tuer à tout prix ces créatures de l'abysse. Ça avait marché au moins une fois puisqu'elle avait au final conclu un pacte avec une chain. Avec une créature de l'abysse.

Aérylis s'était fait, une ou deux minutes auparavant la remarque que si elle ne le fixait pas dans les yeux, le chain aurait moins d'emprise sur elle. Pourtant, elle avait tord. Pour une simple et bonne raison : il était aveugle. Du moins en apparence. Il n'avait pas paru gêné quand il était entré dans le café. S'était-il parfaitement adapté à sa condition ? Voyait-il à travers les yeux de sa contractante, ou plus simplement pouvait-il voir malgré l'état de ses yeux ? Elle senti une autre intrusion dans son esprit, pendant que Michiyo se tordait de douleur. Un contre-coup ? Toujours est-il que l'ange ne sembla pas apprécier son ironie à propos du café. Il lui répondait, tout en insultant ouvertement sa contractante que c'était comme si il lui proposait un billet aller-retour pour l'abysse. La jeune membre de Pandora voulait bien aller dans l'abysse si elle était sure du retour mais elle ne le précisa pas au Chain. Curieuse naturellement, elle avait toujours voulu voir de ses propres yeux l'endroit d'où venait Mysto, même si ce dernier le considérait comme un coffre à jouet cassé, un océan de sang et de souffrance sur lequel reposaient des objets d'enfants cassé, comme des souvenirs tristes. Étrangement, cette vision lui avait fait pensé à un oiseau en cage. Image qu'elle s'était empressée d'envoyer à son adversaire, malgré les mises en garde de Michiyo, en espérant le blesser. Peux-être qu'ainsi il lui accorderait une fin rapide, sur un coup de colère. La réaction de son vis a vis laissa la demoiselle aux cheveux de sable envisager la contraire : une mort lente et douloureuse. Aie, elle aurait du la fermer une fois de plus.
Les réactions des deux partenaires furent complètements opposées. D'une part, Michiyo serrait ses armes à s'en faire blanchir les mains, sûrement pour retenir Michael ou tuer elle même la membre de Pandora. Pourquoi pas après tout ? Michael était bien intervenu quand elle avait insulté Michiyo alors l'inverse était parfaitement possible. Ce dernier, quand à lui restait plutôt calme en comparaison de la provocation d'Aérys. Même si il serrai son poing sur la table, comme si il espérait qu'ainsi il pourrait écraser Aérylis de sa main, la réduire en cendre. Pourtant, son visage s'éclaira d'un... sourire ? Oui, d'un sourire, un peu trop sadique cependant aux yeux d'Aérys qui cherchait désespérément un moyen de s'en sortir.
Alors, le rire de l'ange résonna dans sa tête. Il se moquait d'elle ? Non, du moins pas complètement. Elle ressentait aussi de l'admiration. Pour lui tenir tête ? Mais elle comprenait bien qu'il la prenait pour une simple d'esprit assez stupide pour continuer de chercher les embrouilles. De toute façon à présent elle était fichue, alors autant aller jusqu'au bout. Elle laissa Michael critiquer son chain en espérant que ce dernier ne réagirait pas à la provocation. Elle se demandait où il était à présent, mais hors de question de reprendre de contact maintenant, ça ne les mettrait que plus en danger tous les deux. Michael ne pouvait pas la tuer dans le café, ça lui assurait un petit répits. Éviter ses yeux aveugles à tout prix. Au moins ça la rassurait un peu. Alors, l'ange lui pris les mains, les serrant entre les deux siennes. Elle releva les yeux vers son adversaire, elle n'allait pas s'enfuir. Son contact glacé fit tressaillir Aérys. Étais-ce lui qui était glacé ? A cause de l'extérieur ? De sa condition de Chain ? Ou tout simplement son sang qui circulait trop vite dans son corps, expédié à travers ses veines par son cœur qui battait trop vite ? Trop fort ? Elle avait peur, mais hors de question de lui montrer, ça ferait trop plaisir à ce sadique. Mais, sa dernière phrase avait touché juste. Elle revit en quelques seconde la nuit où elle avait tout perdu, la mort, le sang qui jaillissait tout autour d'elle. Elle ferma les yeux, pour se couper de cette réalité trop dure pour elle. Mais ça ne servait à rien. Les images étaient en elle, et continuaient d'affluer, elle les rouvrit, espérant que la réalité reprendrait ses droits, le dessus. Mais tout ce qu'elle discerna, dans ce tourbillon de souffrance était le sourire sadique de Michael, flouté par ses larmes pendant que le chain se penchait sur elle. Le même sourire que celui du Chain qui avait tué ses parents. Pendant que des larmes coulaient sur son visage, sans un bruit ses deux mains qu'elle avait retirées juste avant se crispèrent. L'une sur la chaise pour la tenir debout, l'autre sur la table pour l'empêcher de se plier en deux. Elle voulait abandonner, tout lâcher. A quoi sert la vie si elle n'est que souffrance ? Pourquoi se souvient-on mieux des événements tristes que de ceux heureux ?
Mysto, qui s'était tenu silencieux jusque la intervint. Il s'était fait insulté et maintenant sa contractante souffrait ? Il n'était pas fait pour le combat, mais n'était pas non plus un lâche, et l'esprit d'Aérys était connecté au sien. Il fit barrière à l'ange déchu dans l'esprit d'Aérylis. A deux contre un, il n'avait aucune chance. Du moins les contractants l'espéraient.

Reprenant son souffle en haletant, la jeune femme fouilla fébrilement de sa main gauche dans sa poche tout en lâchant la chaise. Un énorme migraine lui tordait la tête mais elle était face au présent et allait l’affronter. Elle était une survivante, une gagnante ! Et elle n'allait pas se laisser faire, surtout maintenant qu'elle savait ce dont était capable son adversaire. Plus jamais.


- Alors comme ça seuls les humains peuvent avoir un passé douloureux ? Il me semble que les Chain à forme humaine étaient pour la plus part des humains. Il faut vraiment avoir un passé plus que douteux pour pour devenir un Chain je pense. Un ancien contractant illégal ? Que voulais-tu récupérer ?

En réalité, elle bluffait à moitié, basée sur des infos qu'elle avait glanées, en particulier grâce à Break. Mais, toute cette phrase était comme les autres, un gain de temps. Elle avait un plan, plus ou moins bancale il faut l'avouer mais c'était toujours ça de pris. Elle sortit de sa poche l'insigne de Pandora et le plaqua sur la table pendant que Mysto s'asseyait, à l'extérieur, près de la fenêtre encore fermée. La femme aux cheveux de sable n'accorda pas la moindre importance à Michiyo et se tourna directement vers le Chain de celle-ci.

-Au nom de Pandora, je vous arrête pour agression d'un membre de l'organisation ! De plus, sachez que si vous me tuez, vous serez poursuivit et à coté de ce que vous allez subir, l'abysse sera le paradis.

Elle avait parlé d'un air légèrement menaçant pour faire bonne mesure, ses paroles étant prononcées intelligiblement, mais pas assez fort pour que d'autres personnes que Michiyo et Michael les entendent. Il ne manquerait plus que ça. Maintenant, elle devait attendre la réaction de l'ange Ignorerait-il son avertissement ? Ou ferait-il disparaître les preuves ? Elle avait fini ce jeu stupide de provocation. Dès le début elle aurait due dire à Michiyo qui elle était pour savoir plus vite la réponse.


[A toi, dis moi si ça te dérange que j'annonce que je suis de Pandora ou que j'échappe à l'emprise de ton Chain grâce au mien, je pourrai toujours éditer ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   11th Septembre 2012, 09:03

La provocation était le propre de l’homme. Il ne se passait pas un jour, sans qu’une personne veuille être supérieure aux autres. La solution que leurs matières grises avaient bien voulu trouver ne se résumait qu’à la provocation. Une manière de montrer que l’on n’avait pas peur. Que l’on s’en fichait même. Puisque l’on venait à défier son vis-à-vis, pourquoi aurait-on peur ? Peut-être qu’avec de la chance, le vis-à-vis prendrai lui-même la fuite. Comprenant qu’il n’était pas de taille devant un tel courage. Dans la réalité, les choses ne sont pas faites ainsi. On tombe rarement sur quelqu’un qui recule. C’est même très peu probable. Généralement, on attire la moquerie. Parce que la personne en face, sait très bien que si on joue la carte de la provocation, c’est que nos limites ont été atteintes. Et, dans ces cas là, très peu de solutions viennent s’offrir gentiment à nous. La première étant de prendre ses jambes à son cou en espérant être le plus rapide des deux. Prenant aussi l’argument « il n’est sûrement pas seul ». Ou on essai de bleffer un peu plus.
Le risque étant bien évidemment d’énerver l’autre individu. Au risque de se prendre le coup du siècle et de ne pas se relever tout de suite. Parce que vous aurez osé le prendre pour le dernier des idiots. Cette technique ne pouvant plus être mis en avant au bout d’un certain niveau de conversation. L’idiotie avait parfois, voire même souvent une fin. Comme les jeux.
Et leur jeu touchait désormais à sa fin.

L’autre femme avait plusieurs fois tenté le jeu de la provocation. Au début, Michael était tombé dans le panneau comme un oisillon. Il avait accouru parce qu’il se sentait insulté un peu trop à cause de cette « gamine ». Puis, il avait commencé à se moquer plus d’elle que de s’énerver. Mais, il était déjà las de tout ce petit jeu. Si sa contractante avait eu un peu plus de patience que lui pour pousser cet amusement jusqu’à ce niveau. Lui, s’ennuyait déjà. Il voulait juste rentrer pour manger quelque chose. Prendre un bon bain pour battre des ailes et mouiller toute la salle d’eau avant que la jeune Konoe n’y passe. Pour provoquer une énième dispute. Au moins, avec Michiyo il pouvait s’en prendre à elle de toutes les manières possibles. Bien-sûr, il n’allait pas jusqu’à lui faire de mal. C’était elle qui faisait qu’il n’était plus dans l’Abysse toute la journée. Il allait la garder un petit moment.
Quant à la jeune Konoe, ses lèvres ne voulaient plus s’ouvrir. Elle se contentait de regarder son Chain et la jeune femme converser sans laisser un seul mot franchir la barrière de leurs bouches. Elle se rendait compte de son erreur au fur et à mesure que les minutes défilaient. Michael en avait bien trop fait. Il montrait trop facilement son pouvoir. Il se devait d’être discret pourtant… Elle savait aussi que c’était de sa faute. Si elle avait dit directement qu’elle était un membre de Pandora. Rien n’aurait été aussi loin. C’a la tuerai de l’avouer. Mais, elle était grandement fautive dans le dérapage. Elle savait pourtant maitriser le Déchu correctement et avait son caractère très trempé. Sur le moment elle ne voulait pas. Elle ne pouvait pas. Elle n’avait pas peur. Mais habituellement, elle lui aurait attrapé l’oreille pour le faire s’asseoir dans le divan, en le menaçant de le renvoyer dans l’Abysse s’il ne savait pas se tenir correctement. Cela fonctionnait une fois sur deux, en fonction de l’objet de la dispute. Mais, elle ne pouvait pas lui arracher l’oreille devant des humains qui ne faisaient que de les dévisager tous les trois. Ces mêmes humains qui ne savent pas que la curiosité est bien vilain défaut. Qu’il ne fallait mieux pas se retrouver dans l’étau de deux possesseurs de Chain. Ainsi qu’entre les deux animaux de l’Abysse. Puis, ils n’étaient que de simples humains, ils n’avaient pas à savoir, à se retrouver dans la décadence du monde des contractants. Ils n’avaient pas à connaître cela. Si les choses venaient ainsi à mal tourner, Michiyo demanderai à Michael de modifier quelque peu leur souvenirs sur cet incident.

La situation dérapa peu à peu. Michiyo ne pouvait le sentir elle-même. Mais Michael, lui, l’avait clairement vu. Toutes les images du passé de la jeune femme aux cheveux sable. Rapidement, il bloqua ce flux limpide, pour que ces visions ne puissent pas arriver jusqu’à l’esprit de sa contractante. Il connaissait son passé. La mort d’un ou de plusieurs être chéris depuis la naissance, n’était pas la meilleure chose à lui montrer. Surtout en voyant l’ampleur de la boucherie. Du sang, des cris, des pleures. Doubles homicides. Il fallait mieux lui éviter ce genre de torture. Bien évidemment, la jeune femme eu le loisir d’admirer l’état de sa vis-à-vis. Elle pleurait. Elle avait laissé tombée toutes ses barrières. Son état était pitoyable. Tellement pitoyable que Michael ne voulait pas s’en mêler.

Il se retrouva néanmoins face à un mur sans comprendre au premier abord ce qu’il venait de se passer. Il c’était pris un mur mental en plein esprit. Il lui avait fallu dix secondes pour comprendre. Dix longues secondes où il observa la femme se détendre. Dix secondes où son regard passa sur le visage de sa contractante. Elle avait un regard froid. Trop froid. Elle était en colère contre lui. Il siffla pourtant, avant de prendre la « parole ».

« Un Chain mental aussi. Intéressant, où se cache t-il ? »

Il la regarda reprendre son souffle. Les Humains étaient vraiment faibles quand il y pensait. Il n’était pas fier de sa condition de Chain. Mais au moins, le souffle ne lui était pas forcement vitale. Par moment, il s’amusait à regarder les poitrines des individus se soulever et s’abaisser à rythme régulier. Voire même irrégulier lorsque quelqu’un était victime d’un arrêt cardiaque. La magnificence de la mort humaine.
Il ne put se rappeler ces quelques images plus longtemps, que déjà, la jeune femme prenait la parole. Allait-elle encore osé se moquer de lui ? Dans ces cas là, il allait l’enfoncer encore et encore. Devant le mutisme de la jeune Konoe, qu’il semblait prendre pour une carte blanche. Il allait s’amuser comme un enfant, puisque sa contractante était apparemment d’accord.
La blonde lui demanda ce qu’il avait fait pour devenir un Chain. Il était certain à ses yeux qu’il avait eu un mauvais passé puisqu’il était devenu monstre de l’Abysse. Elle avait touché le point. Il avait été humain lui aussi, muet, une fiancée suicidée. Une famille déchue. Des centaines de conquête. Un Chain... A cause de ce foutu volatile. Il était mort. Puis l’Abysse avait entendu ses prières muettes. Non, il n’avait pas été contractant, juste, que la Volonté avait bien voulu l’accueillir sans qu’il ne sache pourquoi. Puis, il avait rencontré cette fille. Une gamine, dix huit ans à peine. Un regard plein de détermination. Un cœur enfoui. Elle était Mélody. Cette femme qu’il avait aimée avant sa Mort.
Alors qu’il allait parler, une voix raisonna distinctement. Une voix chargée de colère et de froideur.

« Tais toi l’Ange Noir, tu n’as rien à dire sur ce point. »

Il se retourna vers sa contractante. Il ne voyait pas, mais mentalement il le savait. Elle était en colère, très en colère. Jouer sur le passé des individus avait le don de le faire sortir de son mutisme. De ses gons. Les yeux bleus de la jeune Michiyo brillaient d’un éclat violent. Un regard à vous glacer le sang. Sa voix avait été sans appel et Michael ne voulait pas la contester. Dans l’état où elle se trouvait à ce moment là. La pitié n’avait pas sa place. Elle fixait sans cligner des yeux son vis-à-vis. Un colère sourde et muette.

La demoiselle aux cheveux bleus baissa pourtant les yeux pour regarder l’autre jeune femme poser un bijou sur la table. Son visage ne changea pas d’expression. Elle était terrifiante dans ces cas là. Le plus souvent c’était face à un Chain ennemi qu’elle perdait le contrôle. Mais ce jeu commençait à la fatiguer un peu trop. Elle le connaissait ce bijou . Son Chain aussi et il se permit de faire un commentaire qui résonna dans la tête des deux femmes, après qu’elle lui ai sorti le blabla habituel des membres de l’Organisation. L’arrestation pour atteinte à un membre. En même temps, on n’allait pas l’arrêter parce qu’il marchait dans la rue.

« Je le connais ce bijou, pas toi, Michi ?
-Oui. »

Ils étaient aux antipodes l’un de l’autre. Michiyo avait perdu même son sourire hautain. Avec son regard elle faisait enfin son âge et son caractère actuel n’était plus du tout changeant. Au contraire de Michael qui gardait toujours son sourire moqueur et ne faisait que de pousser l’autre équipe à bout. Il n’aimait pas perdre. Ils n’aimaient pas perdre tous les deux. L’homme aux ailes noires fouilla dans le sac de sa contractante sans lui demander son avis. Quant à elle, son regard avait dérivé vers la fenêtre. Elle avait l’impression d’être espionné. Instinct animal.
Il posa alors le bijou. Identique en tout point, hormis quelques rayures discrètes. La jeune femme décida enfin d’ouvrir la bouche de nouveau.

« Je pense que tu sais ce que cela signifie »

Michiyo redirigea son regard vers l’extérieur. Quelque chose la gênait vraiment. Cette mauvaise impression d’être prise pour cible lui donnait un frisson dans le dos. Fermant les yeux, elle laissa Michael sourire en attendant une réponse. Positive ou non.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   16th Septembre 2012, 19:39

La réaction du Chain avait tout d’abord surpris Aérylis. Il fallait forcément qu'un Chain soit mental pour qu'il puisse défendre sa contractante contre ce type d'attaque ? Cette créature de l'abysse se croyait-elle puissante au point que seul un chain ayant un pouvoir semblable pouvait l'arrêter ? Elle ne répondit cependant rien à Michael. Pour l'instant, il s'approchait de plus en plus du rang d'ennemis alors autant ne pas lui fournir d'informations à propos de son chain. D'ailleurs, peux être que Mysto avait un pouvoir mental sans le savoir. Elle s'était contenté de rattraper peu à peu son souffle avant d'enchaîner. Vu le changement de visage du Chain, elle avait du le toucher. Juste ou pas, c'était la question, mais maintenant, elle n'en avait plus rien à faire de ses grands principes où il faut à tout prix éviter de blesser moralement quelqu'un. Vu ce qu'il venait de lui faire subir, la pitié n'avait plus sa place.

Mais encore une fois, Aérylis fut surprise par le duo. C'est Michiyo qui pris la parole. Ça surpris un peu la jeune femme qui pensait que sa vis à vis n'était qu'un simple pantin dans les mains de son Chain. Sa voix était froide, sèche. Apparemment elle n'aimait pas que Michael se mêle des souvenirs des autres, et sur ce point de vu Aérys était parfaitement d'accord avec elle mais elle se retint de le dire, pour une fois qu'ils ne s’intéressaient pas à elle autant en profiter. Autant profiter de leur détournement d'attention pour finir de se présenter, ce qu'elle aurait du faire depuis le début et qui leur aurait évité des désagréments à tous. Mais elle n'aimait pas avoir à se dévoiler, elle considérait le fait d'être réduit à cette extrémité comme une défaite, mais elle n'allait pas non plus l'avouer au duo face à elle.

A peine eut-elle posé son insigne sur la table -à moitié couvert par sa main pour empêcher tous les gens du café de se mêler de ce qui ne les regardes pas- que les deux autres eurent une réaction... très peu inquiète en fait. Mais ils avaient retrouvé leur calme. D'un air très peu concerné par l'accusation qu'elle venait de lui porter, l'ange noir se tourna vers sa contractante pour lui faire signaler qu'il connaissait le bijou, et lui demandait -par une question rhétorique- si c'était également son cas. La réponse de la femme aux cheveux bleus fut un simple « oui ». Avant de poser un insigne semblable sur la table. Il avait vécut plus que le sien, ce qui signifiait que soit elle en prenait moins soin, soit elle était une agente plus ancienne et donc probablement d'un rang supérieur au sien. Ce qui n'était pas grand chose bien sur vu où elle était placée dans la hiérarchie de Pandora. Ne laissant pas à Aérylis le temps de réfléchir autant qu'elle le voudrait, Michiyo enchaîna sur une question, à son intention cette fois-ci. Elle lui demandait si elle savait ce que ça signifiait. Bien sur qu'elle le savait. Ça voulait dire qu'elles avaient, par des erreurs aussi stupides les unes que les autres manqué de s’entre-tuer entre membres d'une même organisation. Elles avaient toutes les deux évité soigneusement de révéler leur statut de membre de Pandora, au début par jeu puis à la fin par stratégie, essayant d'en savoir le plus possible tout en en révélant le moins possible. La demoiselle soupira. Vu le caractère de Michiyo, on ne pouvait pas espérer qu'elle s'excuse la première, quand à l'ange, si il faisait le premier pas Aérys voulait bien participer à un concours de mangeurs de hot-dogs.


- Oui. Ça veux dire qu'on s'est conduit comme des imbéciles et qu'on a faillit perdre notre place en se comportant comme des gamines. Comme des gamins même souligna-elle en regardant Michael.

Elle regarda fixement Michiyo qui elle, détourna son attention pour regarder vers la fenêtre. Autant lui révéler la vérité au point où elle en était, ça ferait un bon point pour elle.

- Je vois que tu l'as sentis... Autant lui faire partager notre conversation en directe non ?

Elle avait dit sa phrase à mi-voix, craignant de se faire entendre par un des petits fouineurs aux alentours. Elle en regarda un tout en caressant sa dague d'un regard explicite avant de se pencher en avant pour ouvrir légèrement la fenêtre.

-Pardon

Le mot était sorti par réflexe tandis qu'elle poussait la vitre vers Michiyo. Celui qu'on utilise quand on risque de gêner quelqu'un comme dans ce cas là, ou celui qu'on utilise lorsqu'on se sent coupable de quelque chose. C'était un peu les deux en fait, et en plus elle ne l'avait pas dit directement. Elle ne voulait pas non plus être considérée comme une faible qui s'incline dès qu'elle se rend compte qu'elle est face à un autre agent. Face à quelqu'un avec qui elle pourrait partir en mission un jour où l'autre. « viens, il n'y a plus de danger. Un membre de Pandora n'en attaque pas un autre en plein milieu d'un café pour quelque chose d'aussi futile » elle avait adressé l'ordre mental à Mysto qui les observaient d'un peu plus loin. « je ne suis pas sur, mais bon... Je vais te faire confiance. » « Merci. ». Il sauta du muret qui lui servait d'observatoire depuis quelques minutes et arriva au niveau de la fenêtre. Cette fois-ci, il avait un pelage sable, comme les chats du désert. Comme les cheveux de sa contractante, pour montrer qu'il était lié à elle.

-Entre.

Elle l'avait dit à voix haute pour que Michiyo et Michael l'entende. Avec douceur , comme quand on est fatigué. Elle était fatiguée de ces disputes. Quand on pense qu'il n'était même pas la moitié de la journée...
Dans sa voix, elle voulait montrer qu'elle considérait son Chain d'égal à égal, ni comme un poison qui lui pourrit le corps, ni comme un objet qui doit se plier à sa volonté. Comme un ami. Comme son seul véritable ami, celui à qui elle pouvait tout dire.
Il sauta sur la table, contournant sa tasse de café avant de se poser sur ses genoux, ses yeux ambrés fixant Michael d'un regard noir. Même si il n'est pas vraiment utile en combat, il avait un pouvoir. Alors, modifiant légèrement son apparence pour ne pas que les gens du café ne se doutent de quelque chose, il fit passer ses yeux d'ambre à vers, pour ressembler le plus possible à sa contractante. Même dans le faible reflet que lui fournissait la fenêtre ouverte, Aérys était surprise de la ressemblance. Et fière de lui, il n'avait jamais fait ça avant, ; et pourtant il avait trouvé le bon moyen pour montrer au duo en face d'eux qu'ils étaient liés, et c'est ce lui qui lui avait permis de briser le sort de Michael, pas un pouvoir spécial.

S'apprêtant à poser des question à Michiyo, la demoiselle aux cheveux sable ne vit pas le gérant du café, accompagné du serveur de la fois précédente venir à sa rencontre. Le cafard semblait très fier de lui, tandis que l'autre bonhomme était un peu moins gai si on peux dire. Il venait pour engueuler Michael de son aspect ? Elle aurait bien voulu voir ça. Mais non, c'est vers elle qu'il se tourna.


-Les animaux ne sont pas autorisés ici, vous avez pas vu le panneau ?

Non, elle ne l'avait pas vu. Elle n'était même pas sur qu'il y en avait vraiment un. Mais bon, comment expliquer à cet homme que Mysto était aussi humain que l'homme en face d'elle ?
Elle laissa échapper un soupir. Ne prenant même pas la peine de répondre à son interlocuteur, elle se tourna vers le duo assit à coté d'elle.


-Ça vous dérange si on sort ?

En fait, c'était en quelque sorte une question inutile. Maintenant qu'elle était avec lui, elle n'avait aucune envie de se séparer de Mysto, et elle était légèrement vexée de l’attitude qu'avait eu l'homme. Quand à l'autre cafteur (oui, c'est très bien trouvé pour quelqu'un travaillant dans un café) il ne perdait rien pour attendre. Plus qu'a savoir si elle allait sortir seule ou accompagnée, mais une chose était sure : Il n'y aurait pas de pourboire.

[voilà ♫ comme toujours, dis moi si ça ne te plaît pas. J'ai essayé de nous faire sortir un peu du café qui devient étouffant avec tous les gens qui nous regardent sans arrêt à cause du fait qu'on se tape un peu dessus, de l'aspect de Michael ect.... ]

PS: La couleur pour le type du café est "blanc" soit
Code:
 [color=blanc]... [/color]
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Messages : 403
Age : 24
Personnages préférés : Gilbert

Feuille de personnage
Nom & prénom: Vincent Nightray & Michiyo Konoe
Nom du Chain : Yamane & Le Déchu
Groupes:


MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   23rd Septembre 2012, 23:02

C’était ainsi. Elle ne savait pas se contrôler. Jamais, elle n’avait vraiment sût. Il lui avait toujours fallu dans tous les cas, un catalyseur. Lorsqu’elle était enfant, ce n’était heureusement pas aussi flagrant. Elle faisait des bêtises, comme tout être normal de son âge. Dans ces cas là, quelques réprimandes de son père et elle se calmait aussi tôt. Bien évidemment, elle ne faisait pas parti de la catégorie « enfant de capitalistes qui ne connaissent rien à la vie et au travail », mais réussissait toujours à obtenir ce qu’elle désirait. Ses parents étaient ses catalyseurs lors de ses crises.
En grandissant, ses caprices avaient fini par changer. Mais, elle ne se contrôlait toujours pas. De moins en moins même. Les orphelinats étaient loin de lui faire le plus grand bien. Chaque jour, elle montrait à qui voudrait bien le voir, son caractère. Il ne fallait pas la contre dire, ni la défier. Personne ne savait la contenir lors de ses crises. Pleurs ou cris.

Plus tard, elle avait rencontré l’Ange, il était un catalyseur. Non. Elle était son catalyseur. Si Michiyo avait su se calmer au fur et à mesure des années. Ce n’était pas le cas de son Chain. Il était loin d’être bête voire même fou. Mais son passage dans l’Abysse ne l’avait pas aidé. La demoiselle ne connaissait pas son histoire. Ne voulait pas la connaître. Il était Michael. Elle était son catalyseur. Un duo qui ne se supporte pas facilement, mais qui s’apprécie au fond. Chacun d’entre eux, avait besoin de l’autre. Uniquement.
Chacun connaissait la faiblesse de l’autre. Ils étaient ensemble pour se palier au final.
Michiyo avait toujours cru en cela. Le fait que quelqu’un, dans le monde, soi né uniquement pour palier vos faiblesses et vos défauts. Qu’ils soient physiques ou mentaux. En contre parti, Dame Nature, vous avez façonné de manière à ce que vous soyez vous-même, l’humain qui devait palier ses défauts. Bien-évidemment, on parle de ça, uniquement pour les « âmes sœurs ». Non.
Si quelqu’un finissait par devenir contractant, légal ou illégal, c’est que son camarade. Habitant de l’Abysse. Etait né bien trop tôt. Et vous attendait sagement sous le joug de la Volonté de l’Abysse.
Puis, il venait à votre rencontre et palier votre manque. Pour un temps. Ou pas.

Donc, Michael était celui qui devait palier les défauts de sa contractante. En contre partie, elle faisait de même. Enfin, elle croyait…
Ce fut donc pour cela qu’elle répondit à la place de son Chain lorsque l’autre femme osa attaquer sur le passé du Chain. Certes, elle ne connaissait rien de celui-ci. Mais elle n’aimait pas vraiment que l’on joue sur les douleurs des individus. Ironie, lorsque l’on sait que l’Ange, manie les souvenirs. Pourtant, elle savait parfaitement que celui-ci allait s’énerver et perdre le contrôle. C’était un sujet tabou au fond.
Puis, il y avait eu le moment de la Révélation. Bon Dieu, quelles enfants elles avaient bien pu être. Certes, au début le jeu était plus intéressant. Découvrir, par le plus grand des hasards, que votre compagne de conversation est, tout comme vu une contractante. A croire, que ces deux personnes s’attirent mutuellement. L’odeur de l’Abysse. Certainement.

Leurs insignes étaient semblables. Aucun doute. Tous les deux membres de Pandora. Celle de la demoiselle aux cheveux bleus semblait néanmoins plus ancienne. Non, pas, qu’elle avait un grade supérieur. Non. Elle avait juste disparu de la circulation pendant un certain temps. Pas de mission. Une simple fugue en quelque sorte. Une chasse à l’homme.
Mais ce n’est pas cela le sujet de conversation.

Oui, elles auraient pu s’entre tuer, se faire du mal mentalement. Jeu dangereux. Bénéfique plutôt. Pousser ainsi un membre de Pandora dans ses retranchements et attendre que celui craque est un bon entraînement. De une, parce que l’on peut voir, jusqu’où on peut nous même tenir sans craquer, en jouant au jeu du chat et de la souris avec un ennemi. Inversant les rôles. Dans un second temps, jusqu’où, nous pouvons nous même tenir, si nous nous retrouvons dans le cas de la souris. Jusqu’où notre mental peut tenir avant de crier à l’aide. Il est pourtant évident, que ce jeu ne peut se jouer avec n’importe qui.
Aérys pris alors la parole, suite à sa précédente phrase. Elle n’avait pas tort. Pas tort du tout. Elles n’avaient été que de simples gamines sans foi ni loi. Se défiant sans penser aux conséquences. Bien-sûr, perdre leurs places allaient peut être un peu loin. Quoi que… Elle rajouta le mot gamin pour son Chain. Là aussi elle n’avait pas tort. Ce n’était qu’un grand enfant. Michiyo passa alors sa langue doucement sur ses lèvres pour les humidifier. Avant de laisser quelques phrases s’échapper.

« Tu n’as pas totalement tort. Mais pas totalement raison non plus. Ce fut un jeu très passionnant. Ainsi qu’un bon entraînement. »

La jeune demoiselle s’était détendue. Elle avait même repris son insigne. Histoire qu’aucun voleur ne tente de lui arracher, en prenant ça pour un objet précieux. Ses yeux et son visage avaient repris leur petit air supérieur. La colère était partie. Pour le moment. Ses iris se promenèrent le long du visage de la blonde qui lui expliqua qu’elle avait dû sentir son Chain. Certes, elle avait senti quelque chose. Mais elle ne s’attendait pas à ce que ce soit un Chain. Elle lui ordonna doucement de rentrer, après avoir adressé un simple mot d’excuse à la jeune Konoe. Celle-ci laissa apparaître un simple sourire, en inclinant la tête. Sa manière à elle de dire qu’elle donnait son pardon. Mais qu’en plus, elle lui demandait de l’excuser. Certes. Une manière très compliqué de rire que l’on est désolé. Mais Michiyo ne laissait que très rarement sa fierté de côté .Ainsi soit-il.
La demoiselle aux cheveux bleus fut légèrement surprise de la complicité qui les liés son camarade et elle. Ce n’était pas le cas des deux compères. Leurs complicités étaient autres. C’étaient dans leurs prises de bec qu’ils montraient qu’ils s’adoraient plus ou moins. Jamais un mot de douceur échangé. Le silence leur suffisait par moment. Personne n’avait la même manière d’exprimer ses sentiments. C’était comme cela. Pas autrement.

La demoiselle ne put se retenir de faire un commentaire. Ultime provocation.

« Je vois qu’il est très discret. Tu es bien chanceuse. »

Aucune méchanceté dans la voix. Une réalité. Histoire de montrer à son Chain qu’il devait en prendre de la graine et apprendre à se tenir comme l’avait fait l’autre habitant de l’Abysse. Celui-ci le prit plutôt mal. Se refrognant sur sa chaise. Pris un air nonchalant, qui promettait à la demoiselle, biens des sévices corporelles.

« On verra si tu fais toujours autant ta maligne lorsque tu mourras sous mes chatouilles. »

Menace. Certes, ce n’était pas bien dangereux. Mais Michiyo était très sensibles physiquement. Généralement, elle avait toujours plus mal que les autres individus face à un coup. Mais aussi très chatouilleuse. Le Chain l’avait bien compris. Il n’avait fallu qu’une fois où il lui lavait le dos pour le découvrir. Le traitre venait de la vendre. Il le payera. Elle savait même que courir s’enfermer dans sa chambre serait la seule solution. Elle y échappera c’était certain.

Alors qu’elle voulu ouvrir la bouche pour répliquer. Elle fut dérangée par le gérant du magasin. Poignardant du regard le serveur. Il avait vendu la mèche vis-à-vis de leur comportement. La fouine.
Croyant que c’était pour mettre à la porte le Chain aux ailes noires, elle n’allait rien dire. Au moins, cela lui ferai comprendre qu’il ne peut pas se permettre de se montrer à tout le monde. Mais Que nenni. Ce fut uniquement pour dire à son vis-à-vis que les animaux n’étaient pas autorisés. Bah voyons. Il y avait bien d’autres animaux dans cette salle. Des porcs. Quelle injustice. Voyant que l’autre femme ne répliquait pas et se tournait même vers elle pour lui parler. Elle leva la main, signe qu’elle lui coupait la parole.

« Je ne comprend pas, pourquoi ne pas accepter un si petit animal. Alors que vous laissez entrer des Porcs, malodorants dans votre café. Il va falloir revoir votre sens des priorités.
-Mais…
-Il n’y a pas de mal qui tienne. Vous venez de forcer ma camarade à sortir. Donc, nous la suivons. »

Elle avait répondu à la question de la jeune blonde en même temps et avait fait comprendre, aux autres clients qu'ils n'étaient pas tous très propres et bien odorants. Une vengeance peut-être. Trop de regards en coin et de rires désagréables. Oui, ils allaient sortir et sans payer même. Le café était infâme, l’odeur était grasse. Les individus étaient mal polis et le bâtiment en lui-même était bien trop petit. Ouvrant la marche, Michael se leva dans une attitude nonchalante et quitta la pièce. Suivis de sa contractante.
Lorsqu’ils furent en dehors, les deux jeunes gens s’étirèrent de la même façon.

« Il fait bien meilleur dehors je trouve. Et puis, pour se poser des questions sur Pandora, c’est bien plus intéressant. »

La jeune Michi avait ponctué ses dires dans léger sourire. Montrant dans un signe de tête, un arbre à son Chain. Celui-ci déplia ses longues ailes, remplis de tâches couleur carmin. Sang. Pour s’envoler sur son perchoir. Certes, on aurait pu dire un oiseau qui allait faire son nid. Mais intimement, elle lui avait donné l’ordre de surveiller les alentours. Au cas ou, d’autres Chains ou contractants feraient leurs entrées.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un merci à Nana pour le joli kit ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souviens-toi-comme-hier.skyrock.com
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   11th Novembre 2012, 01:48

Aérylis avait sentis Mysto ronronner sous le compliment qu'avait dit Michiyo a son sujet, pour pouvoir critiquer un peu son propre chain. Faut dire que Michael n'avait pas fait dans la dentelle en se pointant dans un café plein de civils pour utiliser ses pouvoirs sans réfléchir sur une membre de Pandora. Au moins il était naturel, et puis elle l'avait quand même cherchait, donc on ne pouvait pas jeter la pierre uniquement sur le chain de Michiyo.
Aérys s'était sentis vraiment énervée quand on lui a demandé de sortir, bien qu'elle n'en laissa rien paraître. Elle réfléchissait à une réplique piquante qui sonnait bien -d'habitude ça venait tout seul- quand la demoiselle aux cheveux bleus la devance pour prendre sa défense. C'est parce qu'elles étaient deux membres de Pandora ? Ou tout simplement parce qu'elle n'aimait pas les balances comme le minable qui avait besoin de son supérieur pour régler ses problèmes ? Toujours est-il qu'elle ne se gêna pas pour critiquer le patron de sa gestion du café, incendier le serveur d'un regard noir et dans la même phrase insulter tous les soulards qui tôt le matin étaient déjà dans un café pour boire un coup, parler trop fort commérer et espionner les gens (dixit la fille qui était venue pour chercher des infos sur un chain inconnu). Puis, avec, -il faut l'avouer- pas mal de classe, Michael et sa contractante se levèrent d'un parfait ensemble, snobant le patron et se dirigèrent sans payer vers la sortie, Michael, le plus près de la sortie, en tête de file.
Il ne fallu pas deux secondes à la jeune membre de Pandora pour comprendre que si elle ne les suivaient pas vite, elle allait devoir payer sa consommation et celle de la demoiselle aux cheveux bleus dans le foulée car elles étaient ensemble. L'idée de dépenser sa paye pour enrichir un bonhomme déjà trop gras, malpolis qui l'avait mise à la porte à cause d'un petit chat la répugnait, alors elle se décida.

Elle emboita le pas à Michiyo et claqua la porte avec satisfaction après être sortie. Les deux imbéciles restaient sur place, bouchée bée devant une table vide. La remarque un peu infantile « Bien fait ! » résonna dans l'esprit d'Aérys.


- Merci, c'est gentil de votre part de m'avoir défendue, peu importe la raison.

Elle avait regardé Michiyo en disant ces mots, mais elle s'adressait également au contractant de cette dernière qui après s'être étiré s'est envolé dans un arbre, probablement pour surveiller la zone. Pas bête.
Mysto lui avait dit qu'il ressemblait à un ange noir avec ses ailes, mais le voir était une autre chose. Elles étaient a la fois magnifiques et effrayantes. La demoiselle aux cheveux bleus fit remarquer que l'extérieur était plus sur pour parler des chains et de Pandora , chose sur laquelle Aérylis était parfaitement d'accord. Elle acquiesça d'une sourire entendu et envoya également Mysto vérifier les alentours, mais dans la direction opposée à celle de Michael. Elle n'attendait pas un danger particulier mais vu la tournure que prenait la matinée, mieux vaut s'attendre à tout.

Le chat des sables se transforma en quelques secondes en un chat noir élancé aux yeux vairons bleu et vert puis sauta sur un toit avant de disparaître, caché par une cheminée. Bien qu'il restait en contact mental avec la demoiselle aux cheveux sable, les deux contractants n'était plus en contact visuel, mais ils avaient l'habitude. Cependant, Mysto restait méfiant et conseilla à Aérys dont la méfiance avait totalement disparue de rester prudente. L'autre membre de Pandora s'était montrée gentille et les hostilités semblait avoir disparu mais prudence est mère de sureté.

La membre de Pandora regarda son chain quelques secondes puis détourna des yeux quand elle le perdit de vue. Elle n'aimait pas le perdre de vue, même si il n'était pas puissant au combat, son chain avait une présence rassurante. Depuis la mort de ses parents, elle restait renfermée sur elle même. Elle faisait tapisserie dans la vie, ne s'intégrant a presque aucune conversation, ne faisant pas de rencontre, une vie morne, terne. C'est Break qui s'était intéressé à elle plus tard, car quand on ne vous voit pas, on parle plus qu'on ne devrait. Elle faisait l'espionne parfaite, et à cause de la mort de ses parents elle connaissait déjà l’existence des chains. De plus, elle était curieuse par nature, alors il l'avait intégré à Pandora. Et elle était devenue agent, l'une des meilleures espionnes. Elle avait appris de nombreuses choses, certaines qu'elle devait savoir, et d'autre qu'au contraire, elle se devait d'ignorer. Puis, on lui avait proposé d'avoir un chain. Curieuse de savoir comment se passait vraiment le contrat, et estimant qu'un chain pouvait lui être utile au combat, elle avait accepté. Mais, celui qui s'est présenté à elle n'était pas un chain de combat, c'était un chain à son image, son âme sœur, son jumeau d'une autre dimension -Au détail près qu'il crachait des boules de poil et ronronnait-. Il avait sur elle une influence positive. Elle s'ouvrait plus sur les autres, parlait avec eux, faisait des rencontres, comme avec Michiyo même si celle-ci était plutôt agressive au début. Bref, il lui avait appris a vivre sa vie avec ceux qui l'entourait au lieu de rester spectatrice.

La demoiselle aux cheveux sable se tourna vers Michiyo.


-Que diriez-vous de marcher un peu ? Ça serait dommage que si près de s'économiser un café a demi bu nous devions retourner dans cet endroit exécrable pour dépenser le peu que nous paye Pandora.

Elle aimait bien le mot exécrable. De plus, la brume était en train de se dissiper à toute allure, un temps idéal pour se promener dans les rues encore endormies de la capitale. Elle ne regretta même pas de ne pas avoir emporté de veste plus chaude, elle n'avait pas froid et était tout simplement de bonne humeur.


[Un peu plus court que d'habitude, désolée du retard mais l'inspiration ne venait pas. J'ai essayé de faire un truc bien mais dis moi si il n'y a pas assez d'ouverture pour toi, je peux toujours changer un truc. ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un café peut en cacher un autre. ( pv Aérylis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts :: « Let's play together! ♠ :: ♠ Réveil :: ♠ Centre Ville :: ♠ Places-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit